Que fait-on de notre catalogue ?

Je profite de mon stage à l’ENSSIB sur l’évolution des catalogues pour réfléchir à voix haute sur ce qu’on peut faire maintenant pour améliorer notre outil. L’objectif étant toujours de satisfaire les besoins de nos publics, notre catalogue doit s’inscrire dans un nouvel écosystème, celui du web de données et des pratiques qui vont avec. Les grands établissements et agences sont aux avant-postes en la matière et nous montrent le chemin à suivre. Toute la difficulté, me semble-t-il, réside pour les autres établissements en la définition d’une stratégie de positionnement entre l’intégration nécessaire dans un réseau de plus en plus vaste et la valorisation d’atouts locaux ou spécifiques.

Le catalogue du jardinier savoyard (1787), Le bibliomane moderne

Un stage passionnant

Je voudrais tout d’abord féliciter Françoise Leresche, qui conçoit le stage, pour la qualité de ses cours et de ses choix en ce qui concerne les autres intervenants. Nous avons bénéficié de leurs lumières tant sur le plan technique que bibliothéconomique. Je vous invite donc à assister à ce stage l’année prochaine, puisqu’il sera reconduit.

Je reste convaincue que le principal outil de médiation de la bibliothèque est son catalogue. Car enfin, pourquoi constituer un catalogue, sinon pour faire connaître au public l’étendue de nos collections ? Aux questions : possédez-vous tel document ? Où ? Nos catalogues actuels répondent très bien. Hérités du modèle de description sur fiches des années 1960, ils sont constitués de notices de publication, et indiquent les localisations. Mais cela reste bien souvent insatisfaisant du point de vue de la recherche par matière et des rapports qu’entretiennent les publications entre elles. Aussi la tendance est-elle de revenir aux exigences premières des catalogues : décrire une oeuvre et donner la possibilité de sélectionner parmi plusieurs documents. C’est l’ambition des FRBR, appuyés par les formats RDF et RDA.

La normalisation et la standardisation en marche

Les évolutions en cours sont suivies de près, voire élaborées par la BnF et l’ABES, entre autres. En participant aux travaux de normalisation de différents groupes et en proposant des outils toujours plus perfectionnés, ces établissements nous montrent le chemin à suivre. Le projet data.bnf.fr est un très bel exemple de ce que permettent des données bien structurées en matière de recherche documentaire. La plateforme Isidore en est un autre.

Néanmoins, on mesure l’écart qui existe entre ces institutions et nous, établissements universitaires lambda, en matière de recherche et développement. Nous sommes forcément à la traîne, à la fois parce que nous attendons après leurs préconisations et parce que nous n’avons pas la même capacité à faire évoluer nos propres outils. En l’état actuel de nos systèmes, que pouvons-nous faire à part attendre que la standardisation oblige nos fournisseurs à prendre en compte de nouveaux formats ? On essaie déjà de rattraper notre retard en mettant au point des catalogues qui ne soient plus des OPACs…

Alors, qu’est-ce qu’on fait ?

On attend.

Mais on participe à la définition de nos besoins informatiques au sein du comité technique SGBM de l’ABES. C’est l’une des manières possibles de faire évoluer nos outils auprès de nos fournisseurs. On mesure d’ailleurs combien il est difficile pour les établissements de renoncer à leur souveraineté dans ce domaine. Mais puisque nous travaillons tous au sein du réseau Sudoc, à quoi bon conserver un outil de gestion propre, sinon pour conserver la maîtrise (toute relative d’ailleurs) de sa personnalisation ?

On réfléchit à notre stratégie de services, à notre place sur le web à côté des « gros » catalogues et réservoirs de données. Si l’on ne peut pas offrir l’exhaustivité d’un catalogue international, national ou collectif, quelle peut être notre plus-value ? Répondre aux besoins d’un public essentiellement local ? Valoriser des collections spécifiques ? Alors oui, proposer un catalogue local de qualité, c’est encore montrer à notre public qu’on assure le confort de sa recherche. C’est dans cette perspective que nous développons un outil de découverte à la BCU.

On réfléchit aussi aux partenariats possibles et aux services mutuellement rendus. Ainsi, certains projets de numérisation peuvent alimenter des plateformes plus ambitieuses comme Gallica, qui, juste retour des choses, augmentent la visibilité de nos collections et contribuent à les faire vivre.

On prépare les équipes. Les nouveaux modèles de conception des catalogues, les nouveaux formats de catalogage (ou traitement des données) vont directement modifier le travail des collègues, notamment les BAS. Il va falloir miser sur la formation continue pour assurer une bonne transition vers les nouvelle fonctions. Technophiles et catalogueurs à la plume d’oie devraient enfin se rejoindre sur les questions de contrôle qualité des données !


Publié par

Raphaële Bussemey

Littéraire de formation, bibliothécaire, j'ai été initiée aux joies de la documentation électronique et du web au SCD de Nancy I, au début des années 2000. De retour dans mon Auvergne natale, je m'occupe de l'administration du SIGB, de la gestion de documentation électronique, des accès et de l'intégration des contenus dans les outils de médiation (catalogue, résolveur)... et ma tasse à café ne me quitte jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *