Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (1)

3 bonnes raisons de travailler en bibliothèque numérique ? Prêtons-nous au jeu, voici le point de vue d’un développeur.

Bilboquet - Licence CC BY-NC-SA 2.0 - Par Faberzeus - Flickr
Bilboquet – Licence CC BY-NC-SA 2.0 – Par Faberzeus – Flickr

Première bonne raison : Les logiciels libres. Du point de vue philosophique, ils ont toute leur place en bibliothèque, dès lors que l’on parle de partage et mise en commun. Du point de vue pratique, ils permettent au quotidien de travailler de manière autonome tout en s’appuyant sur le travail d’une communauté de développeurs et d’utilisateurs. En bref, avec les logiciels libres, on ne réinvente pas sans cesse la roue et on travaille de manière intelligente (ce qui ne veut pas dire que le résultat est meilleur par ailleurs, mais c’est un autre problème).

Deuxième bonne raison : Bénéficier de la présence en ligne des biblio-bloggeurs. Une chose m’a frappé lorsque j’ai commencé à découvrir le monde des bibliothèques : les bibliothécaires passent beaucoup de temps à réfléchir à leur métier. Cette pratique me semble moins répandue en informatique par exemple. On trouve bien des bloggeurs/développeurs dispensant de précieux conseils en programmation mais peu de discussions sur l’évolution de l’informatique et de ses pratiques. La communauté de bibliothécaires en ligne et plus généralement, les ressources sur les évolutions du métier sont particulièrement enrichissantes dans notre travail quotidien.

Troisième bonne raison : L’absence de public. Si l’on en croit la « cote 400 » de Sophie Divry, « l’usager » n’est pas aussi sage que les livres disposés dans les rayons. L’âge numérique apporte enfin la délivrance au bibliothécaire : se débarrasser du public. Fini les grincheux, les bruyants, les « Où sont les toilettes? ». En bibliothèque numérique, les remontrances se font désormais via formulaire interposé. Prière de s’adresser à la page d’accueil. C’est ainsi que l’on passe du profil de rat de bibliothèque à celui du geek abrité par son écran. L’évolution ne fait pas toujours bien les choses.

Ne tenez bien sur pas compte de la troisième raison, les vacances approchant, on peut se permettre de finir sur une note plus légère.


6 réflexions au sujet de « Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (1) »

  1. La première raison est la plus « excitante ».

    Pour la seconde c’est flatteur pour les bibliothécaires.

    La troisième 😉

  2. Pas de souci pour les grincheux ! Le grincheux utilisateur que je suis dispose des questions suivantes :

    – pourquoi ce &#@& de site ne reconnaît pas mon ip ?
    – pourquoi ce fichu site de livres numériques ne marche-t-il que sous Windows alors que, comme tous mes collègues, je suis sous Linux ?
    – pourquoi ces niais de chez Elvire ont-ils raté leur scan ?

    Et alors, autant je peux me débrouiller pour trouver un ouvrage dans une bibliothèque autant chez besoin d’un documentaliste pour résoudre la question 1 !

    Bonnes vacances.

    1. Merci de démontrer par l’exemple que la grogne en ligne est largement à la hauteur de la grogne en salle et de rendre, par là-même, sa pleine utilité au bibliothécaire (lequel a tendance à douter de lui-même depuis que les chercheurs ne viennent plus se plaindre en banque de prêt). Légitime, la grogne, d’ailleurs : nous aussi, les problèmes d’accès nous font suer, Elvire nous dévaste et les systèmes propriétaires des livres en ligne nous désolent.
      Accessoirement sur ce dernier point, si cela peut vous consoler, nous avons le même problème avec notre principal logiciel « métier », ce qui obère toute possibilité de bascule massive vers Linux pour le moment.
      Deux questions intéressées à ce sujet :
      – N’y a-t-il aucune autre application que les livres électroniques qui oblige à avoir recours à du non-linux ?
      – Une solution de système virtuel (faire tourner un w*****ws dans votre linux) est-elle trop lourde à mettre en place ? Inacceptable par principe ?

      1. Il y a toujours trop d’applications qui dépendent du système : énormément de jeux, les gadgets Apple (quelle galère la mise à jour des i{pod,phone,pad} sous Linux…) et, je le crains beaucoup de logiciels professionnels.

        Quant à émuler, autant faire des doubles boots mais quel dommage !

  3. Bonjour,

    Pour la raison 3, c’est l’effet vacances, certain ! 🙂

    Car, les grincheux, les bruyants seront toujours là pour dire :
    – Vous avez ce titre ? J’en ai besoin pour hier !

    Et si la question sur les toilettes va disparaître, ce sera pour céder la place à bien d’autres, peut-être plus osées… tel est l’effet de l’écran interposé et de l’utilisation des avatars.

    Bien cordialement
    B. Majour (qui vous souhaite de bonnes vacances)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.