CHOREOMUNDUS : Quand chorégraphique rime avec numérique

 

The Phenakitoscope – couple waltzing by Eadweard Muybridge, Library of Congress (USA), Wikimedia Commons, CC-BY-SA 2.5 license.

 

Depuis septembre 2012, la BCU participe à un programme de master ouvert dans une des deux universités clermontoises, ChoreoMundus. Il s’agit d’une nouvelle formation proposée dans le cadre du programme Erasmus Mundus, créé par l’Union Européenne.

Ce master est issu d’un partenariat entre 4 universités dans 4 pays européens : l’Université de Szeged (Hongrie), l’Université de Trondheim (Norvège), l’Université de Roehampton à Londres (Royaume-Uni) et l’Université Blaise Pascal à Clermont-Ferrand. La formation est composée d’enseignements sur la thématique de la danse sous diverses approches (anthropologie, histoire, théorie et pratiques, épistémologie, art, patrimoine culturel immatériel…). Ce master a pour objectif de former des « heritage managers », id est des gestionnaires de patrimoine dansé, notamment à partir d’une approche de la danse comme patrimoine culturel immatériel.

En quoi et pourquoi la BCU est impliquée ?

La BCU a prêté son concours pour accueillir les étudiants Choreomundus et participer à la formation :

  • par l’intermédiaire de la BU Staps et de son fonds Danse constitué dès avant la première année de ce master grâce à une subvention du CNL :
  • par l’implication des bibliothécaires des BU Sciences et Staps dans l’élaboration d’une formation ad hoc spécialement préparée pour des chercheurs débutants en anthropologie de la danse ;
  • par l’implication de la Bibnum aux enseignements du second semestre sur la thématique du patrimoine et du numérique.

Lors de ce second semestre a lieu sur deux semaines un programme intensif sur le thème du patrimoine culturel immatériel et de la gestion du patrimoine. Dans ce cadre, l’enseignante-chercheuse coordinatrice à Clermont-Ferrand nous a sollicités pour intervenir sur les questions liées au numérique et aux enjeux du patrimoine dans le numérique.

 

Pourquoi participer ?

Parce que c’est prolonger sous d’autres formes le rapprochement entre cette discipline et la BCU, qui existait déjà grâce aux actions culturelles organisées par la BU Staps (exposition de photographies de danse, conférences, etc.) et à son fonds spécialisé.

Parce que les liens avec les étudiants et les enseignants-chercheurs sont toujours à renouveler ou recréer, par les moyens les plus variés, ce qui permet à une BU de montrer toute l’étendue des champs qu’elle sait investir et toute l’utilité qu’elle représente dans la sphère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Parce que la BCU a tout intérêt à s’associer aux enseignants-chercheurs dans le cadre de leur enseignement, pas seulement pour la recherche, pour les raisons susdites.

Parce qu’il s’agit d’un domaine d’excellence clermontois, qui a été appuyé par une subvention du CNL pour la constitution du fonds documentaire, et qu’à ce titre la BCU se devait d’appuyer également le nouveau master européen.

Parce que c’est un nouveau moyen de faire connaître la BCU à la communauté qu’elle dessert.

 

La participation de la Bibnum

Elle s’articule sur les notions de patrimoine et numérique, avec un moment plus théorique sur les questionnements posés par le patrimoine, la conservation, la valorisation à travers le numérique – par exemple : les projets numériques forment-ils un patrimoine immatériel ? Le numérique demeure-t-il simple reproduction dématérialisée ou revêt-il un autre rôle ? Etc. –, et un atelier plus pratique sur une réflexion à mener autour d’un futur projet de centre de ressources commun international sur le patrimoine dansé. En outre, la Bibnum a invité Paul Bertrand, professeur chargé des humanités numériques à l’université de Louvain en Belgique, à intervenir sur ces questions.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *