Elsevier, bouquet 2013 (1) : ces quelques fleurs

C’est en 2013 que la France négocie un possible nouveau contrat pluriannuel avec l’éditeur Elsevier.
Bien sincèrement,
je souhaite aux négociateurs,
des deux côtés,
du courage
(et je pèse chaque mot).

Cette négociation se déroule fort loin de Clermont-Ferrand, et je me ferais beaucoup rire moi-même en prétendant peser dessus. Je n’en écris que plus librement – et je crois d’autant plus nécessaire d’écrire –  à son sujet.
Histoire, tel le triangle au fond de la fosse d’orchestre, de faire tinter ma notule dans la grande symphonie de cette année. (Couperin, Symphonie Elsevier, joli titre, non ?)

Car tout de même, cette négociation va mettre chaque établissement face à ses responsabilités. Et il serait dommage de rester silencieux à l’heure où tout est possible, pour gémir ensuite, devant le contrat vierge et le stylo débouché, qu’on n’a pas pu s’exprimer. Ménageons-nous la modeste satisfaction d’avoir exprimé notre point de vue, quand bien même l’issue devrait lui être contraire. D’ailleurs on enseigne dans toutes les bonnes maisons qu’il n’est pas très politique d’être insultant ou polémique lorsque l’on entame une négociation. Il importe au contraire d’être constructif, ouvert et mesuré dans ses propos ; d’être tout ensemble ferme sur ses attentes et souple dans leur expression. J’essaie.

C’est pourquoi je m’en vais lancer, une nouvelle fois, un petit bouquet de billets dans la blogosphère. Il représente ma contribution à la discussion la plus importante de l’année, parce qu’elle engage des conceptions de la vie scientifique et des équilibres économiques qui sont indissociables.
Cette contribution est personnelle, elle se dépose sur le dossier comme un flocon de neige sur une ligne à haute tension. Les flocons ne dérangent personne et font bel effet dans le paysage. Quand ils s’empilent assez nombreux, on voit un peu bouger les lignes. Quand le froid se maintient ils se prennent en glace et tous ensemble, ils pèsent assez lourd pour faire tomber les fils.

Thisles (publié sur FlickR par S. Tore, sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique)

 

Chers négociateurs,
Chère Elvire,
en témoignage de bonne volonté au seuil d’une année qui sera parfois difficile mais dont j’espère, nous sortirons tous grandis, permettez-moi de vous offrir, du fond du cœur et en gage de ma bonne volonté,
Ces quelques fleurs.

 

 


2 réflexions au sujet de « Elsevier, bouquet 2013 (1) : ces quelques fleurs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *