Elsevier, bouquet 2013 (3) Rêves et cauchemars

Quand commence une négociation, le pire n’est pas sûr. Rien n’interdit d’espérer une solution vraiment satisfaisante. Bien sûr, il est rassurant d’envisager directement le pire, on est certain de ne pas être déçu, et d’avoir l’air d’un individu sérieux plutôt que d’un petit ours en peluche rose avec un nez en forme de cœur (je fais attention au droit des marques).
Et si ça se passait bien, malgré tout ?

En politique, documentaire ou pas, les prophéties auto-réalisatrices sont légion. Si le pire advient, j’en serai quitte pour reconnaître que je me suis trompé, la belle affaire. Je préfère croire à tort à la réussite qu’aider l’échec à se produire, et j’aime encore mieux voir demain mon espoir déçu que mon défaitisme conforté.
Je vais donc évoquer les différents scénarios possibles à ce jour, et ma préférence entre eux, espérant contribuer à ma manière à une discussion ouverte : le sujet la mérite.

Yelnoc, Learning Perspective (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique).
Yelnoc, Learning Perspective (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).

Scénario n°1 : et si on divisait la dépense par deux ?

Supposons que la négociation mette fin au modèle du big deal. Complètement. Que nous décidions de nous concentrer sur les titres strictement indispensables pour les chercheurs clermontois, en fixant un plafond de dépense. Supposons ici, parce qu’il nous faut bien un chiffre, que ce plafond se situe aux environs de 250 000 €.
Ce montant nous permettrait d’acquérir 50 à 70 titres au prix actuel, c’est-à-dire l’accès à tous les titres consultés une fois par jour ou plus. Cela couvrirait un peu moins de 30 % de notre consommation actuelle. La perte d’accès, c’est le prix de notre liberté. Il peut paraître lourd, mais consolons-nous : nous retrouvons ainsi une marge budgétaire importante.

Que faire avec les économies réalisées (à peut près 230 000 €) ?
Les réponses à ce type de question sont rarement difficiles à trouver… En ce qui nous concerne, nous pourrions par exemple :

  •  couvrir les frais de prêt entre bibliothèques pour se procurer les articles des revues devenues inaccessibles ; en sachant que la Freedom collection 2001-2013 va rester accessible quoi qu’il arrive, les besoins ne seraient sans doute pas astronomiques au moins en début de période.
  • acquérir de nouvelles ressources électroniques dans les domaines mal couverts aujourd’hui. Les domaines sinistrés ne manquent pas : économie, sciences de l’ingénieur, presse en ligne, lettres, et j’en passe. Si nous utilisions 100 000 € à cela, ils ne seraient pas perdus.
  •  financer des actions ambitieuses en faveur de l’Open Access : c’est urgent, maintenant. Soutien à de nouveaux modèles, aux circuits de publication académique, à certaines publications « auteur-payeur », tout cela pourrait être financé.
  • contribuer localement à la réduction de la dépense publique en épongeant une éventuelle baisse de budget 2014. L’abonnement Elsevier a beaucoup alourdi la dépense, sa décrue permettrait de compenser une part du surpoids accumulé.

C’est mon scénario préféré : il rebattrait complètement les cartes et rendrait leur liberté aux établissements et aux chercheurs. Bien sûr, à court terme, il entraînerait pour l’éditeur une perte financière importante, et l’on peut supposer qu’Elsevier fera tout son possible pour éviter cette issue. Mais un tel aboutissement restaurerait les conditions d’un dialogue constructif entre un éditeur important et le monde scientifique.

Scenario n°2 : la rupture

La rupture totale du contrat et le boycott de tout abonnement Elsevier est évidemment une éventualité. Je présume que le consortium pourrait y être acculé en cas de blocage total de la négociation. Cette solution aurait pour seul et triste mérite d’assurer le préjudice mutuel maximal aux deux parties ; une sorte de revanche sur l’éditeur, après plusieurs années où nous avons eu le sentiment qu’il se jouait de nous. À titre transitoire, elle me paraîtrait néanmoins préférable aux scénarios qui suivent et je la soutiendrais sans hésiter si elle se présentait.

Scénario n°3 : le compromis

Peut-on imaginer une continuation du contrat avec une baisse du montant global (et, de ce fait, du montant local) ? Cette hypothèse aurait le petit avantage de modérer un instant la pression exercée sur nos finances. Mais faute d’amener un changement fondamental de fonctionnement, elle resterait très insatisfaisante :

  • elle ne permettrait pas la restauration d’une relation saine avec l’éditeur.
  • elle ne nous rendrait pas notre liberté, et ne nous permettrait pas de concevoir notre politique documentaire en fonction de nos besoins ni de nous projeter dans l’avenir.
  • lentement mais sûrement, elle grèverait autant nos finances, à long terme, que le scénario suivant, puisque nos dépenses, un instant modérées, recommenceraient à croître aussitôt, en pleine baisse budgétaire. Le mur se serait éloigné de quelques pas, mais nous irions tout de même tout droit dedans, et vite.

Scénario n°4 : le cauchemar

Le pire tient en quatre mots : poursuite du modèle actuel.

Même dépense, pourcentage d’inflation amoindri, pour deux, trois, cinq ans. La continuation du contrat dans ces termes, même retouchés, serait un échec total.
Elle me paraît inconcevable. Je ne connais pas de membre de l’actuel groupement qui soit prêt à payer davantage qu’aujourd’hui, vu les perspectives budgétaires. Or c’est inévitablement ce qui se produirait (au plan global assurément, mais de façon assez répandue aussi au plan local) si nous consentions à une reconduction de l’actuel contrat avec une inflation plus modérée ou nulle, et ce quel que soit le mode de répartition adopté.
L’objection principale réside dans le caractère non nécessaire de ce scénario. Nul ne peut plus prétendre aujourd’hui, dans le monde scientifique, qu’il n’y a pas un problème Elsevier. On peut discuter de son ampleur et des moyens de le résoudre, mais pas continuer à travailler comme s’il n’existait pas. Cette hypothèse serait dramatique pour les finances universitaires (et celles des organismes de recherche).
Et la litanie des objections globales et locales que l’on peut ajouter est infinie :

  • continuation et aggravation d’une dépense actuelle que chacun s’accorde à juger insupportable, disproportionnée et néfaste pour l’activité scientifique
  • fragilisation durable de nos finances
  • blocage, pour trois nouvelles années ou plus, de fonds qui pourraient être très utilement mobilisés ailleurs (voir scénario 1)
  • renonciation à toute ambition documentaire (soutien à l’Open Access, etc.)
  • détérioration durable des relations avec l’éditeur

Je ne vois aucun bénéfice qui compense ces défauts au point de les rendre supportables. Bref, chaque fois que j’en aurai l’occasion, je lutterai contre l’idée du statu quo.

Demain, j’écrirai à Elvire pour lui dire, du fond du cœur, ce que je ressens pour elle au seuil de cette année.


12 réflexions au sujet de « Elsevier, bouquet 2013 (3) Rêves et cauchemars »

  1. Près d’un an après la parution de ce billet, je serais curieuse de connaitre votre avis sur l’accord récemment signé par Couperin et Elsevier.

    1. Je pense toujours ce que j’ai écrit ; à chaud, je ne vois pas comment réagir davantage : je ne sais pas penser dans le feu de l’action et n’aime pas faire semblant. D’ailleurs le travail des négociateurs n’est pas terminé, j’y aide comme je peux, j’en parlerai plus tard si j’ai quelque chose d’intelligent à dire, ce qui n’est pas garanti, je l’avoue.

      1. A relire mon propre billet j’hésite un instant, mais je pense qu’en effet, c’est bien cela : « le mur s’est éloigné de quelques pas »…

  2. Bonjour,

    il me semble très intéressant que la conversation soit apparemment toujours envisagée par les services publics français, qui a mon sens, en adoptant le statu quo, se rendraient coupable de gaspillage des fonds publics,sous l’angle de « on n’a pas le choix ». Les entreprises pour fonctionner bien et durablement ont besoin de plusieurs choses. Et ces choses sont des éléments importants qui doivent être pris en compte dans la négociation.

    1. Elles ont besoin de clients pas trop insatisfaits, parce qu’une communauté de clients mécontents devient vite un problème encombrant, surtout s’ils sont vocaux. La fonction publique brille par son absence de coordination et de communication sur ce sujet…

    2. Les entreprises on besoin de cash, d’argent liquide. Le cash est une denrée qui peut être abondante, mais elle reste toujours transitoire. En bref, une entreprise peut accepter des pertes, mais pas longtemps. Cela veut dire qu’une entreprise ne peut pas faire face a une situation de boycott très longtemps sans avoir a:
    – réduire ou fermer ses opérations dans la zone du boycott
    – changer son approche du marché

    C’est évidemment l’atout le plus important de la fonction publique dans cette négociation. Les Etats ont une chose que les entreprises n’ont pas: Le poids et le temps.

    3. Les entreprises ont de plus en plus l’impératif de montrer qu’elles conduisent leurs opérations de façon éthique. Cela ne veut pas dire que le monde du business est plus vertueux. Mais plutôt que les entreprises dont les abus sont mis au jour sont rapidement sommées de s’expliquer, et cela fait habituellement baisser le cours des actions. Rançonner les université avec pour conséquence d’amoindrir le bénéfice et l’apprentissage de populations entières d’étudiants est une atteinte grave aux possibilités de développement économique du pays, et moralement insoutenable. Il existe de nombreuses entreprises qui ont des tarifs adaptés au monde étudiant. C’est une question de simple réalisme, parce que les budgets des universités ne sont pas ceux d’une multinationale comme par example Goldman Sachs (Exemple au hasard), mais aussi une question d’intérêt collectif bien compris.

    4. Une solution que les universités n’ont peut-être pas envisagée serait de faire payer les usagers pour utiliser les collections Elsevier. Le problème serait ainsi déplacé vers les utilisateurs, qui j’en suis certain, trouveront très vite des solutions de remplacement. Le boycott ne sera plus nécessaire, c’est simplement qu’Elsevier sera devenu redondant…

    Merci encore pour ces billets très éclairants!

    S

    1. Faire payer les usagers pour utiliser les collections Elsevier ? Hum, vous allez vous faire des amis, vous. Sérieusement, je doute que les universitaires apprécient beaucoup ce genre de proposition, qui reviendrait à leur dire : l’Etat ne paie plus pour votre documentation, débrouillez-vous pour vous la procurer… Pas tellement dans l’esprit universitaire, qui est plutôt épris de gratuité (et pas seulement en France).
      Cela dit, vous touchez du doigt un des aspects très importants du problème : jusque tout récemment, les principaux utilisateurs ignoraient tout du coût de cet abonnement. Aujourd’hui encore, rares sont, j’en suis certain, les universitaires qui seraient capables de dire combien leur université dépense chez Elsevier. Et cela, c’est NOTRE responsabilité de le faire savoir.
      Sinon, nous en serons réduits à continuer nos jérémiades à deux couplets : 1°) l’éditeur est méchant 2°) les chercheurs ne nous comprennent pas.
      Je pense qu’effectivement l’éthique est le meilleur angle d’attaque, précisément parce que les universitaires y sont très attachés.

      1. Hello Olivier,

        Déplacer le paiement vers l’utilisateur est effectivement une proposition scandaleuse. Mais si la douleur n’est pas ressentie par la communauté qui est la plus capable de la conduire a une fin prompte, comment la situation peut-elle se résoudre?

        Les proposition scandaleuses sont parfois une bonne méthode pour faire avancer une question, et peuvent n’être utilisées qu’a des fins tactiques (C’est a dire avec l’intention de produire un effet qui n’est pas nécessairement celui qui est annoncé, en Anglais « to drive an agenda »). Le monde est plein de gens prêts a faire des choses en apparence scandaleuse, pour l’obtention d’un résultat qui est lui parfaitement légitime. L’ idée ici est de mettre les chercheurs face a leurs responsabilités. Le monde est interconnecté, il n’est pas un archipel de gens dont les intérêts sont distincts et indépendants.

        L’attitude nonchalante et passive des chercheurs devant le drame qui se joue contribue a rendre la solution encore pus difficile a atteindre. Je ne ressens aucune pitié ou sympathie pour un chercheur qui contribue a perpétuer un état de fait qui nuit a la nation francaise et a l’éducation de ses enfants.

        L’argument moral est en effet une stratégie très payante pour obtenir une position dominante dans un conflit dans lequel une véritable inferiorité est ressentie sur le champ de bataille (ici, la table de négociation). Il est extrêmement difficile de lutter contre un ennemi qui occupe le « moral high ground » , parce que toutes les actions que vous prenez sont automatiquement perçues comme soit la confirmation directe du manque d’éthique, soit une manoeuvre pour déguiser le manque d’éthique, ce qui ne fait que le confirmer indirectement.

        Pour être efficace, cette stratégie requiert deux conditions:
        1. il faut tirer le premier.
        2. le coup porté doit etre mediatisé

        Ceci nous ramène au nécessaire effort de coordination de la fonction publique sur la question de la négociation avec Elsevier. Il y a tout à gagner a créer une négociation nationale par exemple, au sein d’un groupement d’achat de contenu, qui aurait le mérite de mettre Elsevier en face d’un enjeu beaucoup plus important, et donnerait aux négociateurs publics un mandat qui peut avoir un écho national.

        D’autre part, inviter une télévision a filmer une interview dans laquelle les chiffres et l’attitude d’Elsevier sont expliqués, ne peut que servir.

        Je vous invite a relire l’histoire de la campagne menée par Luther au sein de et finalement contre l’église catholique, un brillant exemple d’ une campagne basée sur le moral high ground, et menée a son terme. Mon commentaire prêche le brinkmanship je ne le nie pas. C’ est a dire que je soutiens une action visant a précipiter le pire pour créer un changement, au risque de créer un changement radical et irréversible.

        La raison est simple. Je suis citoyen francais, et je suis mécontent de voir mon pays gaspiller ses ressources par manque de détermination ou de créativite dans la négociation. Je n’ai rien contre vous Olivier, ni contre les managers de nos bibliothèques, mais ce sentiment changera très vite si les universités continuent de se comporter en victimes et ne prennent pas leur destin en main. Pour l’argent de tous les contribuables, et surtout pour tous nos enfants qui se connectent à ou viennent dans, les bibliothèques de nos universités et qui ont besoin de la diversité des contenus, et de leur quantité autant que de leur qualité, j’appelle de mes voeux une action agressive, orientée vers l’obtention d’un résultat, et soutenue par un mouvement interne de collaboration au sein des universités.

        Votre blog est une action courageuse et un bon début, que je soutiens avec passion.

        S

        1. Très intéressant, l’idée du « moral high ground ». Effectivement, c’est certainement quelque chose que les universités gagnent à exploiter.
          Une remarque sur votre suggestion de « créer une négociation nationale ».
          Cette négociation existe. Elle est menée par un consortium (Couperin, voir de précédents billets sur Elsevier) qui réunit l’intégralité (à peu de choses près) des établissements de recherche français. Ce consortium fait de son mieux, et, à la dernière négociation, ne s’en est, relativement aux autres contrats nationaux, pas si mal tiré. Peut-il faire encore mieux cette année ? Sans doute. Je suis bien certain que les négociateurs du consortium le souhaitent, et je soutiens leur effort comme je peux…

  3. Bonjour,

    Je viens de lire avec beaucoup d’intérêt vos 3 posts sur Elsevier et je partage entièrement vos points de vue. Sachez, pour info, que dans mon université, les chiffres sont doublés si l’on applique leur nouveau « business model ». Je voudrais préciser que ce nouveau modèle prévoit bien de doubler les coûts, mais qu’en terme de services bizarrement on baisse : la perennité de l’accès est assurée avec un surcoût (pourquoi se priver) et l’offre est amputée d’une petite revue peu utilisée le Lancet.
    Juste après, j’ai visionné les interventions de Bernard Rentier et de Paul Thirion aux journées Couperin. Je me dis que l’on est bien naïf de croire que l’on peut trouver un accord,…Il est désolant de voir toute l’énergie, toutes les compétences mises au service d’une mascarade : la finalité est bien connue, faire du profit et prendre un maximum d’argent.
    Pour conclure, je crois qu’effectivement le scénario 1 est celui vers lequel nous souhaiterions nous tourner, sachant que pour notre université nous disposerions effectivement de 50 revues pour un coût double à celui que vous annoncez…
    Merci encore pour votre analyse 🙂

    1. Merci beaucoup pour ce commentaire, très particulièrement pour avoir relevé le cas du Lancet, qui est emblématique d’une stratégie commerciale tout à fait décomplexée.
      Je suis en revanche étonné que vous ne puissiez espérer, au titre à titre, que “50 revues pour deux fois plus cher” : avez-vous la malchance d’avoir pour titres “favoris” dans les statistiques, des revues qui coûtent, EN MOYENNE, 10 000 € ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *