Le Libre-accès au savoir en général et en Auvergne

Dans la Préface au traité du vide, Blaise Pascal, le plus illustre des clermontois, reconnaissait la dette scientifique que nous devons aux anciens dans l’élaboration des connaissances nouvelles :

« Les premières connaissances qu’ils nous ont données ont servi de degrés aux nôtres, et que dans ces avantages nous leur sommes redevables de l’ascendant que nous avons sur eux ; parce que, s’étant élevés jusqu’à un certain degré où ils nous ont portés, le moindre effort nous fait monter plus haut, et avec moins de peine et moins de gloire nous nous trouvons au dessus d’eux. C’est de là que nous pouvons découvrir des choses qu’il leur était impossible d’apercevoir. Notre vue a plus d’étendue, et, quoiqu’ils connussent aussi bien que nous tout ce qu’ils pouvaient remarquer de la nature, ils n’en connaissaient pas tant néanmoins, et nous voyons plus qu’eux. » C’est cette même idée, selon laquelle l’accumulation des connaissances au fil des âges nous rapproche au plus près de la vérité qui fait dire à Isaac Newton sa célèbre phrase, en 1676 : « Si j’ai vu plus loin, c’est en montant sur les épaules des géants ». On connaît le destin de la métaphore que l’on retrouve aujourd’hui sur la page d’accueil de google scholar, comme une nouvelle  inscription au fronton d’un temple du savoir numérique. De cette transmission mutualisée des savoirs où s’échafaudent de nouvelles connaissances, le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche a tout à gagner.

 

St Petersbourg. Pyramide humaine
St Petersbourg. Pyramide humaine  Flickr (CC BY 2.0)

 

C’est là aussi le sens de la toute récente convention de partenariat en faveur des archives ouvertes et de la plate-forme mutualisée HAL, signée le 2 avril dernier, car l’enjeu est bien, rappelons-le, de permettre aux chercheurs de « partager les résultats de leurs travaux sous forme numérique, et permettre leur réutilisation ; les diffuser immédiatement et gratuitement à la communauté scientifique internationale, ainsi qu’au grand public ». Démocratisation du savoir. Partage et réutilisation. Tout cela revient à « Partager, Remixer, Réutiliser — Légalement ! »selon la formule de Creative Commons France. C’est la construction d’une connaissance sans entrave qui s’échafaude, comme le proclame cette déclaration de l’IABD Pour une politique publique d’accès à la culture, à la connaissance et à l’information. L’ère du libre-accès ne fait pas que commencer. Nous sommes à un tournant. Car aujourd’hui, le discours sur l’O.A. n’est plus le seul fait de quelques chercheurs éclairés. Il s’inscrit désormais peu à peu dans les tables de la loi : les résultats de la recherche publique doivent être accessibles gratuitement. Cela devient une évidence autant partagée que le bon sens :  Il n’a pas anodin que ces questions d’accès ouvert aux résultats de la recherche fassent la une du Monde, et  que des tribunes comme I love open access appellent à signature. La disparité des initiatives, longtemps stigmatisée, gagne aujourd’hui en cohérence, grâce à la mutualisation des plates-formes. En France, la voix verte s’écrit désormais en trois lettres : HAL.

Alors, bien sûr, ici, en Auvergne, nous allons construire le portail HAL du PRES Clermont Université avant la fin 2013. Mais de nombreuses questions, voire quelques inquiétudes, se font jour ici et là dans les laboratoires.

D’un côté, nous avons deux universités aux disciplines bien différentes : A l’Université Blaise Pascal, les sciences dures et les sciences humaines. A l’Université d’Auvergne, des sciences plus appliquées : le droit, l’économie et la médecine.
C’est sans doute d’abord pour cette raison que HAL a d’abord décollé à l’UBP. Si les physiciens, les mathématiciens, avaient déjà l’habitude de partager le fruit de leur recherche, les chercheurs en SHS se sont eux plus récemment investis dans le dépôt de leur publications en ligne, grâce à l’impulsion des référents HAL des labos. Ces derniers se révèlent aussi plus prudents sur les questions juridiques liées au dépôt des articles. Le dépôt de la version auteur pose souvent question, et par déontologie, est souvent demandée aux éditeurs l’autorisation de déposer.
Côté UdA, dont nous avons créé récemment la collection HAL, seul un laboratoire dépose intensément : c’est le Centre d’Etudes et de Recherche sur le Développement International. Rien d’étonnant, tant les économistes partagent leur working papers. Rien d’étonnant non plus, les réticences des médecins et des juristes. Comme l’indique certaines études, et notamment cet article intitulé « Biologie/Médecine 2.0 »:état des lieux, « une grande partie des membres de la communauté scientifique ne souhaitent pas partager leurs données de recherche, d’une part, pour éviter de mettre à disposition des résultats parfois non concluants et, d’autre part, pour des problèmes de propriété intellectuelle et de confidentialité de résultats. »
Les questions posées au sujet de HAL rejoignent aussi les questions liées à l’évaluation. Si les listes générées de publications se révèlent très utiles à cet égard, de nombreuses questions sont posées sur l’interfaçage de HAL et GRAAL. Cette application nationale de gestion interne de la recherche développée par l’AMUE est utilisée par les deux universités. Si un interfaçage de cet outil a été initialement prévu avec HAL, comme le montre notamment notamment cette présentation faite par l »actuel DSI de l’UBP Laurent Pilet, nous devrons à l’avenir davantage collaborer avec les directions de la recherche des universités.
Il est toutefois essentiel de rappeler que HAL n’est pas un outil d’évaluation, mais de diffusion et de communication scientifique.
Mais dans un contexte international compétitif, où les classements des universités prennent une place prépondérante, les chercheurs,  éditeurs, et employeurs entrent dans la course au facteur d’impact.
Heureusement les études recensées sur le site opcit montrent qu’un article déposé sur une plate-forme d’archives ouvertes voit son impact considérablement augmenter. Et de nouveaux classements des universités, qui prennent aussi en compte l’impact du libre accès, se mettent en place, comme le Ranking web of Universities.
Au classement des archives ouvertes, HAL est au 6ème rang mondial, et le site web de l’Université Blaise Pascal au 45e rang en France. Concernant ce classement des sites web des universités,  le Cybermetrics labs à l’origine du classement précise que l’objectif n’est pas d’évaluer le design ou la qualité des contenus, mais de « promouvoir la présence des contenus scientifiques sur la toile, et de soutenir le mouvement du libre-accès, pour accroître de façon significative la diffusion des connaissances scientifiques et culturelles, des universités vers la société dans son ensemble. »
Côté voix dorée, nous travaillons aussi à la mise en ligne de revues en libre-accès sur la plate-forme revues.org. Et bientôt, sera notamment accessible, la revue Siècles du CHEC, grâce à la collaboration de ce laboratoire d’histoire avec les PUBP et la bibnum.
La libre accès en Auvergne a encore de beaux jours devant lui.


2 réflexions au sujet de « Le Libre-accès au savoir en général et en Auvergne »

  1. Bonjour,

    Je signale un lien certainement déjà connu quoique récent sur l’Open Access(Cairn,OpenEdition notamment) par un copier-coller d’une actualité qui défilait le 24/06/2013 sur la page d’accueil du site Web de l’ENSSIB(http://www.enssib.fr):

    Web-diffusion de la rencontre « Open access », 24 juin 2013
    Publiée le 24 Juin 2013

    L’enssib propose une web-diffusion de la rencontre « Open access. Regards croisés », qui aura lieu lundi 24 juin.

    Vous pourrez suivre la diffusion en direct de la rencontre de 16h à 19h à l’adresse : http://www.enssib.fr/Rencontre-open-access-en-direct

    Catégorie de l’actualité : Ecole, Recherche

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *