« Citoyens handicapés, citoyens connectés »

Jeune fille couchée au milieu d'une multitude d'outils informatiques (tablettes, PC, téléphones mobiles, liseuses)

Pour terminer ma série de billets autour de l’accessibilité numérique, j’aimerai faire un retour sur un atelier organisé par la Commission Handicap de l’ABF, lors du 59e congrès de l’association, en juin dernier, dans la Capitale des Gaules.
« Citoyens handicapés, citoyens connectés » tel était le titre de cet atelier dont l’objectif était de montrer que le numérique est aujourd’hui un vecteur d’autonomie et un soutien à l’insertion sociale. Pas de bla-bla ou de longs de discours mais des témoignages et des exemples concrets pour démontrer les atouts des usages numériques.

Hélène Kudzia, bibliothécaire et responsable de l’espace Lire autrement, à la bibliothèque Marguerite Duras, située dans le 20e arrondissement de Paris a montré comment, grâce à son Ipad qui intègre des fonctionnalités d’accessibilité (Voice Over, Zoom, …) elle pouvait télécharger un livre numérique, le lire, mettre des signets, retrouver un passage. La gestuelle change mais la qualité de lecture reste la même. Sa démonstration rappelait que les possibilités techniques de lecture adaptée existent et qu’on peut espérer que les usages entre lecteurs « valides » et lecteurs «  en situation de handicap » convergent. L’Ipad est une bonne illustration d’un instrument conçu pour tous les publics, dans un souci de conception universelle. Hélène avait toutefois rappelé, en préambule de son intervention, l’écart entre le nombre de documents tous supports (70 000) et le nombre de documents sonores (1500) ou de documents en grands caractères (1100) disponibles à Marguerite Duras.

Il existe aussi des outils spécifiques et le dispositif mis en place au Pôle  « L’œil et la lettre » de la Médiathèque José Cabanis tend à prouver que, sur certains points, les usagers en situation de handicap dont certains sont des experts du numérique, ont un poil d’avance. Désormais, la RFID couplée à un lecteur Daisy, le Milestone, permet aux lecteurs déficients visuels de se déplacer dans les rayons du pôle et de sélectionner, en toute autonomie, les documents qui les intéressent grâce à un procédé d’identification vocale du fonds. C’est le lien entre la technologie RFID et les possibilités de lecture vocalisée du Milestone qui ont permis ce progrès. Les développements obtenus sont le fruit d’un travail entre l’équipe du SIGB de la Bibliothèque de Toulouse, la société 3M (fournisseur RFID), la société Bones (la société suisse qui développe le Milestone) et la société Acces’solutions (qui travaille sur les questions d’accessibilité informatique). L’équipe du Pôle « L’œil et la lettre », et en particulier Jean-Marc Ramos, a joué le rôle de chef d’orchestre. Démonstration a été faite que des objets utilisés au quotidien par des personnes handicapées dans des contextes autres peuvent être adaptés au monde des bibliothèques.

Après les bibliothèques, nous fîmes un détour par les musées et la présentation de Muséo une expérimentation menée par l’association Signes de sens , en direction d’un public d’enfants sourds et malentendants de 8 à 12 ans. En décembre 2010, au musée du quai Branly, grâce aux potentialités offertes par le multimédia, 50 enfants ont pu utiliser un visioguide qui combine une visite sur iPad dans les collections avec un atelier sur écran tactile, un atelier vidéo avec commande à distance et un atelier de création de signes enregistrés via webcam. J’ai découvert lors de cet atelier un dictionnaire en langue des signes, accessible gratuitement Elix.

En fin d’atelier, Françoise Sarnowski qui a travaillé aux Champs Libres à Rennes nous souhaitait « Bon’app » grâce à un palmarès de 15 applications adaptées et utiles pour les personnes en situation de handicap qu’elle avait sélectionnées. Il y en a pour tous les usages : des apps pour enregistrer comme QuickVoice, des apps à visée pédagogique comme Educreations (tableau blanc interactif) ou Mindjet (cartes mentales), des apps pour sensibiliser au handicap comme Braille Now ou Signes, des apps pour se repérer comme Jaccede.fr,… Impossible de faire une liste exhaustive, car les applications se multiplient comme des petits pains et tendent à conquérir l’Internet mobile. L’intervention de Françoise Sarnowski met en valeur la dimension de veille du travail des bibliothécaires.

Mon sentiment à l’issue de cet atelier est plutôt positif, renforcé par la qualité des interventions et la certitude que toutes les solutions techniques existent aujourd’hui pour permettre une accessibilité de haut niveau.

Et les BU ? Elles sont un peu noyées au milieu des questions de lecture publique qui dominent les débats mais les enjeux profonds (améliorer l’accessibilité à la culture, la lecture, l’information ; lutter contre l’exclusion ; permettre des accès autonomes) ne sont pas si différents.

A Clermont-Ferrand, nous voulons organiser, à l’automne 2014, une journée d’études sur l’accessibilité documentaire dans l’enseignement supérieur, qui rendra un peu plus visible cette partie émergée de l’iceberg, composé non de glace lisse mais de multiples crevasses au fond desquelles les étudiants en situation de handicap courent le risque de se perdre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *