La construction de la mémoire collective de la communauté universitaire

En accompagnant les chercheurs dans la création de revues en ligne, la bibliothèque numérique de la BCU inscrit son activité dans le septième axe de la bibliothèque numérique scientifique : l’édition scientifique publique.
De la validation scientifique des articles à leur diffusion en ligne, s’imbrique un panel de compétences pour soutenir et valoriser la recherche.
Quelle synergie mettre en œuvre pour réussir ce projet au service des chercheurs ?

Considérons d’abord les concepts en présence : production scientifique et édition, édition papier et édition numérique, éditeur, chercheur, bibliothèque.
L’enjeu est de dresser des lignes de convergence et de démarcation, afin de cerner les contours d’une édition scientifique digne de ce nom.
La production scientifique n’est pas l’édition. La différence entre la version d’une thèse validée par le jury et sa version éditée en ouvrage est manifeste. De même entre un manuscrit auteur et l’article corrigé et mis en page dans le fascicule d’une revue.
De l’un à l’autre, la matière scientifique est bien là, mais elle n’a pas encore été passée au crible de l’évaluation, de la sélection et de la critique, pas encore façonnée et fignolée pour atteindre pleinement son public. La posture du chercheur n’est pas la même en amont. Communiquer à son équipe les résultats de son expérimentation n’est pas rendre des comptes à la société toute entière. Pierre Corbel, directeur des fameuses Presses Universitaires de Rennes, le dit lui-même dans cet entretien[1] : « Les chercheurs se parlent très bien entre eux, mais ils ont du mal à communiquer avec le monde. » Pour rendre audible à tous la voix de la recherche en train de se faire, un grand travail d’édition est nécessaire : corrections, réécritures, mise en forme. Ce façonnage, qui n’est pas un bricolage, est traditionnellement du ressort et de la responsabilité de l’éditeur. Son rôle est bien de donner de la légitimité aux travaux des chercheurs et de contribuer à leur renommée en étant garant de leur valeur scientifique.

Avec le développement des outils de publication en ligne, et la possibilité concrète de s’auto-publier en quelques clics, cette responsabilité de l’éditeur pourrait être remise en cause. N’est-il pas un intermédiaire coûteux et inutile, ralentissant à l’extrême les délais de parution ? Tout le travail de préparation de la copie, avec l’évaluation des manuscrits, les remaniements, les corrections, la coordination, la mise au normes typographiques, le balisage coute cher en main d’œuvre ! Autant réduire ces frais et mettre en place une édition électronique bon marché. C’est là le positionnement de Hal R. Varian, dans un article intitulé The future of Electronics Journals[2]: « Si tous les articles étaient soumis et distribués de façon électronique, je devine que les coûts du processus éditorial seraient diminués de moitié. » Boismenu et Baudry nous mettent en garde face à cette méconnaissance du rôle de l’éditeur:  « Ce genre d’affirmation montre le peu de considération ou l’ignorance pour la répartition des coûts de l’édition d’une revue, pour la nature du travail d’édition, que ce soit pour le papier ou pour l’électronique, et pour les niveaux de qualité et de services de l’édition électronique en tant que telle« .[3]

En outre, une édition électronique digne de ce nom suppose un important travail fondé sur le respect des bonnes pratiques tout au long de la chaîne de production éditoriale. Le collège de l’édition scientifique numérique sera bientôt à même d’attribuer le label EDES (Edition Electronique Scientifique) sur la base de cinq critères : la citabilité, l’intéropérabilité, l’accessibilité, l’ouverture, la durabilité.
Un important travail en réseau doit être mené sur le plan local et national pour se conformer à ces exigences.

  • La mise à disposition des chercheurs du site clermontois d’une plate-forme OJS pour le traitement éditorial des revues de la soumission des articles à leur diffusion en ligne s’accompagne d’une réflexion pour définir les conditions d’une juste expertise des manuscrits.
  • Concernant le balisage et le structuration des textes, l’intérêt commun est d’utiliser les formats d’encodage qui ont fait leur preuve, comme XML-TEI, standard en matière d’édition scientifique.
  • Pour viser l’interopérabilité des contenus, les fichiers numériques doivent contenir des métadonnées construites sur le même modèle au niveau de la structuration du texte, de la diffusion et du référencement.
  • Enfin, toute entreprise d’édition scientifique publique se doit d’avoir des assises solides en matière de droit d’auteur. La diffusion électronique n’a de sens que si les droits de chaque acteur sont préalablement respectés.

Si le libre-accès aux connaissances est une priorité pour l’université, il est essentiel qu’elle s’investisse pour améliorer la visibilité et la lisibilité de la recherche.

Je conclus ce billet avec une très belle phrase de Jean-Michel Salaün, [4]: « La priorité n’est pas une économie de la cognition, mais une économie de la publication ou la construction d’une mémoire collective. »

Pierre Brueghel l’Ancien. La tour de Babel
Kunsthistorisches Museum. Vienne

[1] Les Presses Universitaires de Rennes ont vingt ans : Pierre Corbel ou la religion du vrai livre. Propos recueillis par  Georges GUITTON Place publique Rennes. Disponible sur :  http://www.placepublique-rennes.com/2010/03/les-presses-universitaires-de-rennes-ont-vingt-ans-pierre-corbel-ou-la-religion-du-vrai-livre/ (Page consultée le 09/09/2013)

[2] VARIAN, HAL R. The future of Electronics Journals. (JEP) The Journal of Electronic Publishing. Disponible sur : http://quod.lib.umich.edu/cgi/t/text/text-idx?c=jep;view=text;rgn=main;idno=3336451.0004.105 (Page consultée le 09/09/2013)

[3] BOISMENU Gérard, BAUDRY Guylaine, Le nouveau monde numérique : le cas des revues universitaires. Paris : La Découverte, 2002, 178 p.  Collection « Recherches »

[4] SALAÜN, Jean-Michel, « Libre accès aux ressources scientifiques et place des bibliothèques », BBF, 2004, n° 6, p. 20-30 [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 09 septembre 2013


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *