Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (3)

La première relève de ma fonction. Webmestre, j’ai conçu avec mes collègues le nouveau site web de la bibliothèque. Faciliter l’accès aux ressources et aux services, proposer des espaces interactifs de communication et une navigation attractive, voilà un travail passionnant. J’ai d’ailleurs sur le feu une autre maquette de site web : Philippe Glangeaud, carnets de voyages géologiques en Auvergne. A partir de la mise en ligne des carnets numérisés de Philippe Glangeaud représentant la Chaîne des Puys, le site proposera plusieurs expositions virtuelles, s’articulant autour de plusieurs angles thématiques sur l’œuvre du géologue. Une manière de rendre hommage au professeur de la faculté des sciences de Clermont, en invitant tout à chacun à suivre ses traces.

Buste de Philippe Glangeaud par le sculpteur Vaury, édifiée au Jardin Lecoq.

Un autre aspect de mon travail réside dans la gestion des documents numériques produits par la bibliothèque. Nous nous attelons aujourd’hui au choix des outils pour mettre en ligne les thèses des universités de Clermont, et les images numérisées de la bibliothèque.

La seconde raison de travailler en bibnum, c’est le travail en équipe. Nous sommes complémentaires l’un à l’autre, et travaillons en bonne intelligence. Réactifs, dynamiques, nous trouvons collectivement des solutions aux problèmes que nous rencontrons, dans un climat d’émulation réciproque.

Troisième raison, les usagers : étudiants, enseignants, et chercheurs. Que les étudiants puissent accéder, le plus facilement possible, aux ressources documentaires, c’est là un facteur déterminant de leur réussite. Nous sommes aussi partenaires des enseignants. S’ils nous prescrivent des ressources électroniques, nous leurs offrons des espaces interactifs, pour communiquer via le site de la bibliothèque. Les chercheurs enfin, avec qui nous travaillons, de plus en plus. Nous leur apportons une expertise documentaire et éditoriale en termes d’édition électronique et de gestion des ressources numériques. Nous participons aux projets de recherche : Enfance Violence Exil, pour la constitution des collections numérisées et la description des ressources. Et maintenant, d’autres collaborations se mettent en place. Nous devenons acteurs de la recherche en train de se faire. Cette confrontation enrichit notre pratique et la met à l’épreuve.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.