Postuler une politique de l’offre pour les Antennes U

Les services documentaires universitaires, pour la plupart d’entre eux, sont écartelés entre un centre et des ancrages dits périphériques. Comment faire une force de cette implantation régionale? Ce fut l’objet de deux années de travail au sein de la Bibliothèque Clermont-Université, travail sous-tendu par une volonté politique affirmée des présidents d’université et du PRES (CUE), et qui donna lieu à un éclairage au sein du Conseil d’administration de Clermont-Université, le 9 octobre dernier. Je ne vais pas détailler ici ce qui va faire l’objet prochainement d’une publication dans « Notes et documents ». Puisque blog centré sur le numérique il y a, je centrerai mon propos sur l’équilibre délicat à ménager entre services physiques et services numériques. Il s’agit d’aborder là la question de l’Accessibilité, une des facettes du dossier.

N5971877_JPEG_1_1DM

La Province d’Auvergne, par B. Jaillot, Source gallica.bnf.fr

Faut-il postuler, en effet, une politique de l’offre en matière documentaire et de services documentaires et si oui, quels sont les dispositifs physiques et dématérialisés à mettre en place ?

Accessibilité ou Postuler une politique de l’offre : Il paraît nécessaire, au nom de l’égalité d’accès aux services et parce que les étudiants dans leur ensemble et où qu’ils se trouvent, payent des droits d’inscription à la BCU qu’une politique de l’offre soit affichée. Cette politique de l’offre peut prendre trois formes :

1°) une offre physique et numérique universitaire. Dans ce premier cas, la bibliothèque est un espace particulier, en prise avec les réalités universitaires. Elle est animée par un ou plusieurs personnels de la BCU, éventuellement dans le cadre d’un partenariat étroit avec le CRDP-CDDP –cas à Aurillac et au Puy, où la bibliothèque est commune- ; l’équipe de la bibliothèque peut être intégrée dans une équipe polyvalente d’un Centre d’apprentissage et du savoir, antenne du Learning centre clermontois en gestation. En tout état de cause, pour être en prise avec les réalités universitaires, les bibliothèques physiques des antennes doivent être intégrées dans les schémas de développement immobilier et être associées au développement des TICE. L’intérêt qu’il y aurait à associer, en effet, dans un Centre d’apprentissage et du savoir (learning centres) les personnels BCU aux personnels chargés des TICE ou du multimédia, serait de permettre une collaboration quotidienne en « mode projet » des équipes et un élargissement de la palette des compétences. Chaque équipe resterait autonome, tout en partageant des projets communs. Elle replacerait également le livre papier dans un environnement hybride et revendiqué comme tel, dans une perspective d’appropriation des concepts dépassant le clivage institué par le recours ou non à l’outil informatique.

2°) une offre physique et numérique « mixte » (universitaire/territoriale). Dans ce second cas, la BCU offre des contenus numériques et pourrait offrir une plateforme numérique de services, tandis que l’espace physique relève d’une collectivité territoriale, qui mettrait également à la disposition des étudiants un/des professionnels territoriaux, par subsidiarité. Le campus de Vichy illustre parfaitement ce cas. A charge pour la BCU de former les professionnels territoriaux et d’insérer la Responsable de l’équipement documentaire dans la réflexion stratégique : la convention signée en décembre 2012 y pourvoit.

3°) une offre uniquement numérique, basée sur les ressources électroniques fournies par la BCU aux post-bacs, sur convention et avec des cofinancements. En effet, la richesse de l’offre du site de la BCU est aujourd’hui incontestable, mais seulement accessible à partir des ENT des étudiants de l’ENSCCF, de l’IFMA, de l’UdA et de l’UBP. Là encore, une plateforme numérique de services à venir, complèterait les collections documentaires en ligne. Il y aurait élargissement, par conséquent, du public visé, audience plus large qui ressortit à l’heure actuelle aux filières mises en place par le Rectorat (BTS…), à la filière médico-sociale, à la filière agricole.

Il faut encore parler au conditionnel, puisqu’il s’agit là d’un pan entier du futur projet de Learning centre.

Ces trois possibilités articulées les unes aux autres devraient permettre d’établir un réseau cohérent et tout à la fois adapté aux contextes locaux et à leurs évolutions. Donner une réponse univoque, en effet, n’est et ne serait tout simplement pas envisageable pour Clermont-Université.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *