Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (4)

Three
Three de Joe_Andrews, sur Flickr

Ayant d’abord travaillé en section, comme on dit dans les S(I)CD, je mesure assez bien les différences de culture et d’organisation qui existent entre les bibliothèques et un service transversal comme la bibnum. La bibnum offre la possibilité de participer à de nombreux projets au sein d’une équipe réduite. Cela permet de travailler à la fois en autonomie, en petit groupe projet et en dialogue permanent avec les autres services ou partenaires.

La maîtrise complète des processus

Tandis que les tâches ne cessaient d’être segmentées dans les bibliothèques traditionnelles, les services informatiques, avec des effectifs plus réduits et plus spécialisés, ont maintenu une organisation du travail basée sur l’autonomie des agents. C’est très appréciable de se retrouver maitre de ses dossiers, de l’examen critique d’une situation à la réalisation pratique d’un projet.

Le travail en équipe

S’occuper du SIGB, du catalogue, des accès à la documentation électronique, c’est s’occuper en permanence des besoins des collègues et des publics. Rien de plus stimulant, constructif que de faire le tour de l’établissement pour rencontrer tous les partenaires et répondre, du mieux possible, à leurs attentes. C’est à nous de former et d’informer pour que tout fonctionne bien. Alors oui, le travail en bibnum est souvent solitaire ou réduit au concours d’un ou deux collègues, mais il est aussi gratifiant, tant on reçoit une belle récompense chaque fois qu’on s’en va le partager.

Le versant technique du métier

Désormais, quand on me demande ce que je fais comme métier, je peux répondre sans honte que je suis une bibliothécaire qui ne lit pas de livres… Travailler en bibnum permet de conforter mon penchant pour les questions techniques tout en assurant ma formation continue dans ce secteur. Manier les formats et les données me permet aussi de renouer avec mes cours de sciences du langage à la fac, qui envisageaient le texte sous un angle technique et pas littéraire.

En bref, la bibnum est un bon endroit pour développer son goût de l’artisanat : concevoir, réaliser, exposer.


Publié par

Raphaële Bussemey

Littéraire de formation, bibliothécaire, j'ai été initiée aux joies de la documentation électronique et du web au SCD de Nancy I, au début des années 2000. De retour dans mon Auvergne natale, je m'occupe de l'administration du SIGB, de la gestion de documentation électronique, des accès et de l'intégration des contenus dans les outils de médiation (catalogue, résolveur)... et ma tasse à café ne me quitte jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.