Ombilic numérique

Hamlet's statue at Stratford upon Avon, by Derek Winterburn (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'utilisation Commerciale, Partage à l'identique)
Hamlet’s statue at Stratford upon Avon, by Derek Winterburn (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation Commerciale, Partage à l’identique)

Ce billet, comme son nom(bilic) l’indique, sera nombriliste. L’Alambic, depuis sa mise en chauffe, n’a pas abusé de ce genre. Il y sacrifiera aujourd’hui par exception.

La plupart des blogs et des blogueurs connaissent un jour ou l’autre une phase d’essoufflement ou de doute. Le temps passant, rédiger un billet cesse de devenir une angoissante et exaltante aventure pour se muer en pénible pensum. Parfois on n’a pas grand chose à dire et on ne sait comment l’écrire.

Lorsqu’un blogueur solitaire raréfie ou cesse ses publications, personne ne lui en tient rigueur, en tout cas parmi ceux qui se sont colletés avec l’exercice. Un collectif qui édite un blog ne se pose généralement pas le problème, le rythme étant plus facile à tenir quand les auteurs sont nombreux. Avec son positionnement de « blog à contributions individuelles émanant d’un service », l’Alambic a la cuve entre deux chaises.

* Son côté individuel fait sa fragilité, puisqu’il repose sur l’inspiration et la disponibilité d’un petit noyau de rédacteurs réguliers, sujets à l’essoufflement. Mais c’est aussi ce côté personnel qui donne de la saveur à ses distillation : à chacun son style, ses thématiques et son rythme. Au lecteur de trier.

* Le côté institutionnel de l’Alambic ne s’est jamais vraiment affirmé, sa dimension collective a juste assez existé pour qu’aucun des rédacteurs ne se sente, à lui seul, comptable de l’activité du blog. Et si une règle non écrite nous a poussés à tenir à peu près une distillation par semaine, cette règle n’a pas résisté à l’usure du temps. Les contributeurs ont eu plusieurs discussions cette automne pour savoir s’il fallait s’efforcer de maintenir ce débit, quitte à réduire le contenu à des informations plus anodines, ou bien se donner la liberté de publier moins. L’avisé-lecteur-habitué-de-l’Alambic ne sera pas étonné que la seconde ligne l’ait emporté. On ne peut pas abolir l’urgence, proclamer son amour de la qualité au mépris de la quantité, et transformer l’Alambic en robinet d’eau tiède.

Ce blog publie moins souvent. La belle affaire. C’est du temps rendu à l’avisé-lecteur-curieux-de-tout pour aller explorer Hypothèses ou publier lui-même son blog. Et puisque l’occasion m’est donnée de dévoiler un peu de la vie interne du blog, j’en profite pour coucher ici les principes qui ont été confirmés lors de nos récentes discussions.

1- La rédaction d’un blog a besoin de liberté. Cette liberté se manifeste par le fait que nous signons personnellement. Ce blog se définit donc comme un espace professionnel d’expression individuelle, non institutionnelle.  Pour écarter symboliquement ce caractère institutionnel, l »Alambic ne sera plus affiché sur la page d’accueil du site web de la BCU (il restera accessible indirectement sur la page du service).

2- Les auteurs rédigent en tant que professionnels ET à titre personnel. Il n’y a pas d’obligation de faire relire sa prose. En revanche, chacun est responsable de ce qu’il écrit, et en répond s’il reçoit des retours négatifs.

3- Il n’y a pas d’agenda de publication.

4- L’Alambic ne s’interdit pas de cesser d’exister. Si plusieurs mois se passent sans publication, nous conclurons que le moment est venu de passer à autre chose, ce sera dit et fait sans fausse honte.

Pour l’heure nous n’en sommes pas là. Notre introspection ombilicale nous a suggéré que l’Alambic a peut-être encore dans son sac quelques infos pratiques, trucs informatiques, chroniques numériques et autres philippiques électroniques. Nous allons voir si tout cela parvient encore à se distiller.

 

 


2 réflexions au sujet de « Ombilic numérique »

  1. Bonjour,
    à l’heure où localement nous avançons dans la construction d’une nouvelle stratégie d’information documentaire, il serait bon que l’Alambic continue de nous distiller des informations (qui nous sont réellement précieuses)!
    Les prochaines années vont certainement voir disparaître nos « catalogues SIGB avec notices bibliographiques », réaliser les choix pertinents dans ce contexte passe par bien regarder ce qui se développe dans d’autres structures et l’Alambic, sous cette forme ou une autre, a tout son intérêt ! (par exemple : quelles sont les ressources que vous présentez via Blacklight ?)
    Bien cordialement,
    Yves
    responsable du système d’information documentaire à la bibliothèque de l’Université d’Avignon et des pays de Vaucluse

    1. Le sentiment, réel ou supposé, d’être utiles, est certainement une grande source d’encouragement pour les rédacteurs. Merci beaucoup, donc, de ce commentaire ! Je signale la question sur Blacklight aux collègues concernés, et je vais les encourager à y répondre sous forme de billets, entre autres… Mais n’hésitez pas aussi à les solliciter directement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *