Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (5)

Trois réponses (presque) imparables

Rachel Ford James, Glasses with two oranges (Licence Creat. Commons, paternité, pas d'utilisation commerciale, partage à l'identique).
Rachel Ford James, Glasses with two oranges (Licence Creat. Commons, paternité, pas d’utilisation commerciale, partage à l’identique).

A- Égoïsme

  • Majeure : en bibnum, on côtoie des informaticiens.
  • Mineure : au royaume des bibliothèques, l’informaticien est roi.
  • Conclusion : en bibnum, vous côtoyez les rois des bibliothèques.

Illustration : supposez, disons, que votre imprimante récalcitre : en bibnum, vous n’avez qu’à héler l’informaticien, c’est le bureau d’en face. Au seul bruit de son pas, l’antipathique outil, maté, restaure lui-même sa connexion, expulse le bourrage, se lave la tête d’impression et imprime votre document sans tousser (et en un seul exemplaire si, dans votre agacement, vous avez relancé six fois).

Plus sérieusement : le caractère névralgique de l’informatique étant de notoriété publique, il est de bonne politique (ou de bonne tactique, si vous la jouez cynique) de travailler dans ce lieu stratégique.

 

B- Compétence

  • Majeure : les membres de la bibnum sont compétents en informatique.
  • Mineure : vous travaillez en bibnum.
  • Conclusion : vous êtes compétent en informatique.

Commentaire : Tout informaticien aura repéré dans la prémisse majeure une faille de sécurité fatale, et je doute que les collègues qui me connaissent aient pu garder leur sérieux en la lisant. En réalité, ce syllogisme spécieux masque un enchaînement de causes  authentique et bien plus efficace (voir ci-après).

 

C- Compétence 1.1 (faille de sécurité corrigée)

  • Primo : en bibnum, on s’attend à ce que vous soyez compétent en informatique [voir B].
  • Secundo : en bibnum, vous progressez en informatique au contact des informaticiens [voir A] ; par capillarité, en quelque sorte.
  • Ergo, à force de ne pas vouloir décevoir les bibliothécaires et de chercher à comprendre les informaticiens, vous finissez bel et bien par développer une forme de compétence. La fonction crée l’organe, disait Lamarck. C’est faux à l’échelle des espèces, mais vraie à celle des neurones.

 

Si je me résume : on ne peut plus échapper à l’informatique en bibliothèque. À la bibnum, on minimise les désagréments qui s’y attachent et on s’y initie.

Gratuitement ! Ça ne se refuse pas.

Les lettres de candidature sont à m’adresser directement.


3 thoughts on “Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (5)”

    1. 6 ans et 3 mois, le record du plus long délai entre publication du billet et commentaire est battu. Ce billet devait vraiment être excellent 😉
      Ou bien, autre interprétation, il n’a acquis qu’avec le temps le bouquet qui lui permet aujourd’hui d’être pleinement apprécié. Ça doit être plutôt ça.
      Sur le fond: avant de signer, lisez bien soigneusement les petits billets de la catégorie « informatique », pour avoir une idée plus exacte des heurs et malheurs de l’informathécaire biblioticien.
      (ce sera bon pour les stats de consultations du blog).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *