Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (6)

The Nut, Stanley, Tasmanie, par Arthur Chapman, Flickr, BY-NC-SA

Dernier-né, tout nouveau, fraîchement catapulté dans le grand bain après l’Enssib, à peine le temps de babiller, je suis arrivé à la bibliothèque numérique de la BCU (Bibliothèque Clermont Université) à CF city, alias Clermont-Ferrand, le 1er juillet. Qu’est-ce qui m’a donc poussé à venir travailler dans ce service ? S’il faut ne retenir que trois raisons, je dirais que :

  • premièrement, c’est le lieu de la diversité : l’équipe rassemble autant de profils, de postes et d’idées qu’il y a de personnes, ce qui permet la multiplicité des opinions, un enrichissement du travail par les cultures individuelles différentes ; il y a un véritable partage et des regards croisés sur les missions du service ;
  • deuxièmement, c’est un des centres névralgiques de la BCU : la bibliothèque numérique se situe au contact de tous les sites et de toutes les personnes travaillant à la BCU ; elle est indispensable et en adaptation/évolution permanente ; on se sent utile pour le public comme pour les collègues en coordonnant la gestion de toute la documentation électronique, abonnements, dépôts de thèses, fonds numérisés, etc ;
  • troisièmement, pour ce qui concerne plus particulièrement mes missions, c’est de se sentir tout le temps en mouvement : créer, concevoir, superviser ou plutôt coordonner des projets de numérisation, fédérer les collègues et rassembler leurs compétences ou leurs opinions sur une thématique précise dans un effort uni, faire sortir la bibliothèque de sa communauté, mais aussi la faire coller à son public ; cela suppose d’entretenir le contact avec les chercheurs et enseignants-chercheurs, les étudiants, et toute institution susceptible de se joindre à la BCU pour faire exister ces projets.

La bibliothèque numérique de la BCU fourmille littéralement d’idées, d’envies, de savoirs et de bonne humeur. Toute cette ambiance est très stimulante, tout en restant détendue. Innovant et performant à Clermont-Ferrand – ça rime – avec la bibliothèque numérique – ça rime moins -, voilà une réalité qui promet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.