Données ouvertes : premier essai

Coûts de documentation électronique
à Clermont-Ferrand (2009-2015)

 

Les données ouvertes étant de saison, la BCU y apporte sa contribution en publiant les coûts de la documentation électronique à Clermont depuis 2009.

[Mise à jour du 20/07/2016 : après discussion via la liste de diffusion des carnetiers, pour plus de commodité le tableur de données a finalement été déposé sur Zenodo : http://dx.doi.org/10.5281/zenodo.58282]

Mon avis (je l’ai développé amplement sur l’Alambic) est que dans l’idéal, semblable tableau devrait exister pour l’ensemble des dépenses documentaires des universités et organismes de recherche français. Notre culture de la centralisation rend ce travail réalisable : des données précises sont collectées depuis longtemps, partout. Soyons justes, d’ailleurs, les données ouvertes françaises sont loin d’être inexistantes et les jeux de données déjà mis à disposition sur le site qui leur est dédié sont précieux et abondants.

En attendant une publication globale, faisons notre part du travail :

  • à titre d’échantillon, pour qui s’intéresse aux coûts de la documentation : Clermont est un exemple de site universitaire de taille moyenne (35 000 étudiants environ : les effectifs sont publiquement disponibles sur le site susdit) ;
  • par souci de cohérence : depuis longtemps, je défends la nécessité de ce genre de divulgation ; j’ai assez tardé à la pratiquer.
  • à titre expérimental, pour vérifier l’innocuité et éventuellement l’utilité de l’entreprise.
  • dans l’espoir que d’autres fassent de même, sait-on jamais ?

Peut-être, d’ailleurs, vais-je découvrir que bien des collègues ont déjà publié leurs chiffres. Si d’autres collectent ou diffusent des données similaires, cela permettra d’engager une discussion, par exemple sur la façon dont elles peuvent être rendues comparables les unes aux autres (HT ou TTC, monnaie d’origine ou euros, etc.). Si certains trouvent difficiles d’utiliser celles-ci, cela permettra d’identifier les informations dont il faut les accompagner. Au pire, ces données resteront là, inutiles mais disponibles, et raisonnablement encombrantes.

Il faut bien les commencer un jour et par quelque part, ces données ouvertes.

Illustration en tête du billet : Open Data, par Descrier (descrier.co.uk) ; sous licence Creative Commons, Attribution

 

 

 


7 thoughts on “Données ouvertes : premier essai”

  1. Excellent. Is more detailed information available on how, and by which party, this data was collected ?

    1. Hi Leo, the data were collected by myself, i.e. by the University Library, which paid the amounts recorded in the table.
      Maybe some other informations would be useful ? This is our first try, so any advice which might help us improving the usability of our data is welcome !

  2. Oui, je me souviens bien de cette tentative. Sur le moment, elle m’avait plu. Mais à l’époque j’ai hésité, et il est vrai que je me vois mal, aujourd’hui encore, saisir dans ce genre d’environnement. Cela dit, il me semble que les limites techniques sont beaucoup moins fortes que les inquiétudes liées au fait même de la divulgation. C’est cette inquiétude, je crois, que de petites publications éparses de données peuvent permettre de diminuer.

    1. Assez d’accord sur ce que tu dis. Mais dans le fond, on se demande pourquoi, tout simplement, les résultats d’ERE ne sont pas placés en OpenData, ça semblerait à fois plus cohérent et beaucoup plus facile, plutôt que d’avoir à multiplier les initiatives individuelles…

      PS : la BUA a depuis longtemps publié ses coûts de doc élec dans ses rapports d’activités mis en ligne sur son site web. Je ne sais pas ce qu’il en est maintenant.

      1. Bien sûr, la piste ERE est de loin la meilleure, puisque le travail est déjà fait. Je pense simplement que pour pouvoir demander la mise en ligne de ces résultats, il faut montrer/vérifier que leur publication est désormais un principe admis voire souhaité par la majorité des établissements. Mais je vais de ce pas poser la question !

  3. Il y avait eu une tentative de rassembler en un endroit unique les coûts : http://goo.gl/6oWtAa mais ça n’avait pas pris, pour X raisons, dont sans doute la mal-praticité de la structure proposée au départ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *