La fin des abonnements

Squelette de T-Rex conservé à Chicago
Tyrannosaurus Relx (?), Field Museum of Natural History, Chicago. Cliché par Tai Toh ; publié sur FlickR sous licence Creative Commons : attribution ; pas d’utilisation commerciale.

Voilà quatre ans que nous pistons tant bien que mal la dépense annuelle de Clermont en frais de traitement d’article (ou APC = article processing charges). Le résultat a d’abord été assez approximatif, mais le travail d’enquête lui-même, puis l’aide conjuguée de l’équipe Couperin dédiée et des services financiers de l’Université ont permis de gagner en précision, et de compléter notre tableau en y ajoutant les dépenses des UMR clermontoises.

Les APC repérés dans l’ensemble des établissements participants aux enquêtes sont publiés par Couperin sur le site Open APC, qui permet d’avoir une idée globale de ce qui est en train de se passer. Je ne commente ici que les chiffres qui concernent Clermont et qui, à titre d’échantillon, en valent d’autres.

Trois points de méthode pour les collègues qui voudraient pister leur propre dépenses :

    1. Contacter Couperin, qui a élaboré des procédures d’extraction adaptées aux différents logiciels de gestion financière.
    2. Demander poliment leur aide aux administrateurs du système de gestion financière : les extractions à opérer utilisent d’une part le code qui désigne les frais de publication, d’autre part les numéros d’identification des éditeurs pratiquant les APC, pour ne pas laisser échapper d’information.
    3. Re-contacter Couperin pour la vérification : les données extraites du système financier nécessitent un raffinage manuel assez minutieux, visant à ne conserver que les dépenses en APC et à identifier les publications auxquelles ils renvoient. Les outils de travail (notamment bibliométriques) dont dispose Couperin pour ce faire donnent un résultat beaucoup plus fiable que nos tentatives locales1.

Voici maintenant ce que donne la mise en perspective des années 2015 et 2017, celles pour lesquelles nous avons pu avoir des chiffres globaux grâce à l’enquête nationale.

Organisme Dépense 2015
(nombre de publications)
Dépense 2017
(nombre de publications)
Univ. Clermont Auv. 24 811 € (16)  46 488 € (28)
CNRS 15 016 € (16) 25 683 € (19)
INSERM 7 922 € (3) 17 753 € (9)
INRA  non connu 12 341 € (8)
TOTAL 47 749 € (35) 102 265 € (64)

 

La tendance globale ne surprendra personne, elle frappe quand même par sa rapidité. Entre 2015 et 2017 :

      • le montant dépensé en frais de publications d’articles (mode auteur-payeur) a augmenté de 87 %. Les chiffres 2016, extraits localement, dont je dispose sont cohérents avec cette tendance : le montant, calculé pour la seule université, atteint 33 595 €. Ce qui nous donne 35 % d’augmentation en 2016, et encore 38 % en 2017. La pente est raide !
      • le nombre d’articles publiés a crû de 60 % (sans tenir compte de l’INRA, dont les chiffres pour 2015 ne sont pas disponibles)
      • le montant moyen des APC a augmenté de 18 %.
      • Un point rassurant : les alertes portant sur le modèle hybride2 semblent efficaces : cette dépense ne progresse pas, et en 2017, seuls deux articles (publiés chez Elsevier) relèvent de ce modèle. C’est encore trop, bien sûr…

Au passage, les enquêtes nous ont aussi permis d’identifier des montants non négligeables de frais de publication pour des articles en accès payant dans des revues sous abonnement ! Certains éditeurs trouvent désormais naturel de faire payer la soumission d’article, la présence de figures ou de tableaux, et je m’étonne qu’ils n’aient pas encore songé à facturer les caractères accentués, les lettres non-latines ou les espaces typographiques.

Mais je m’égare, et je risque de leur donner des idées… Revenons aux APC.

Pour résumer : en 2017, la dépense en APC de l’Université Clermont Auvergne (près de 50 000 €) atteint le montant d’un gros abonnement. Si l’on raisonne en dépense globale liée aux publications scientifiques3, on notera qu’en se désabonnant coup sur coup de deux bouquets très coûteux (Wiley en 2017, Springer en 2018), l’UCA a réalisé une solide économie — 100 000 € la première année, 70 000 € la seconde — et s’est offert un petit ballon d’air. Mais combien d’établissements ont effectué la même opération pour financer la transition vers le libre accès, et combien d’autres prolongent la rente des abonnements tout en parrainant de leurs deniers la naissance du nouveau modèle auteur-payeur ?

Pour rester en Auvergne et regarder vers l’avenir… Qu’y a-t-il encore comme abonnement sur lequel nous pourrions économiser désormais, pour hâter le très désirable avènement du libre accès universel ? Voyons, je cherche, aidez-moi, je cherche un abonnement arrivant à échéance fin 2018, auprès d’un grand groupe d’édition, de préférence pratiquant les APC, suffisamment coûteux pour constituer une source d’économies substantielles. Je cherche un éditeur qui bénéficierait d’une situation un peu semblable à Wiley et Springer, si possible avec plus de poids financier. Un éditeur qui aurait largement bénéficié de la rente des abonnements, et avec qui la communauté scientifique pourrait sans remord rompre un contrat désormais dépassé ?

En relisant mes réflexions lors de la dernière négociation avec Elsevier-RELX4 en 2013, je ne vois qu’une seule correction à y apporter : la suppression des scénarios 3 et 4, supposant une possible continuation du contrat. Aujourd’hui, après 5 ans de dépense démentielle, la seule issue qui soit envisageable, la seule qui soit concevable, la seule praticable, est la fin du contrat et la redéfinition unilatérale du montant que nous sommes prêts à dépenser en faveur de cet éditeur. Nous l’avons fait pour deux big deals, c’est possible et indispensable pour le troisième.

Le temps des abonnements a assez duré. La communauté scientifique a déjà commencé, volens nolens, à financer un nouveau système qui voit de nouveaux éditeurs entrer en activité, sans empêcher les anciens de rester dans le jeu s’ils savent s’y prendre. Elle développe des plates-formes de publication institutionnelles saines5, diversifiées, et empêchant la captation sans contrepartie du travail d’expertise scientifique accompli bénévolement par les chercheurs. Elle alimente depuis des décennies des dépôts d’archives ouvertes qui constituent une alternative d’accès parfaitement viable. En France, elle a constitué à grands frais une bibliothèque numérique nationale richissime. Depuis plusieurs années elle remet en question ses modes d’évaluation, la racine du problème, et dénonce explicitement l’usage du facteur d’impact comme outil de gestion scientifique6. Désormais, la perpétuation routinière d’un abonnement coûteux et inefficace fait directement obstacle à la bascule vers le libre accès et la bibliodiversité. Une occasion unique se présente de ramener les dépenses d’abonnements de la communauté scientifique à un niveau compatible avec le sain déroulement de l’activité scientifique.

Ça pourrait s’appeler…

le RELXIT.

 

 

  1. Au passage, donc, merci à l’équipe pour ce précieux travail ! []
  2. Ce modèle scandaleux consistant à payer pour la diffusion en libre accès d’un article isolé dans une revue sous abonnement… []
  3. Bien sûr, les budgets ponctionnés sont distribués différemment, mais du point de vue de l’établissement, il n’y a aucune différence []
  4. Je trouve au nouveau nom du groupe, RELX, une saveur tout à fait prometteuse : l’Editosaurus Relx, malgré sa proverbiale férocité prédatrice, est voué comme les autres dinosaures à une tragique et inéluctable extinction, face à des changements environnementaux trop rapides pour lui permettre de s’y adapter. []
  5. Voir OpenEditions, Episciences, Cedram, et les plates-formes des universités de Bordeaux, Clermont, Nice… []
  6. À noter : l’Université Clermont Auvergne est signataire de la déclaration de San Francisco et de l’Appel de Jussieu []

Une réflexion sur « La fin des abonnements »

  1. Merci olivier pour ces synthèses toujours aussi limpides et sidérantes. Je forme le voeu que 100% des responsables de bibliothèques lisent ce billet, et le fassent lire à 100% des présidents d’établissements.

    J’aimerais aussi solliciter une suite à ce billet : pourrais-tu exprimer ta pensée sur le rôle d’un consortium de bibliothèque et la position qu’il devrait prendre pour continuer à servir ses membres ?

    Promis je ne demanderai pas de billet sur le rôle des ministères…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.