Expérimenter les humanités numéraires

Photo Michael Dales (Creative Commons, Attribution, Pas d'utilisation commerciale)
Photo Michael Dales (Creative Commons, Attribution, Pas d’utilisation commerciale)
Rien de sert de courir, cela ne sert à rien

En vertu de cette quasi-classique devise1 j’assume la relative inactualité de ce billet, qui prend prétexte d’une parution vieille de deux mois2.

Le recueil de contributions Expérimenter les humanités numériques est paru en ligne le 1er octobre 2017. Les commentaires qui l’ont célébré ont désormais sombré, avec leur cargaison d’arobases et de dièses, dans le tréfonds de l’océan atlantweeque. Dès le 2 octobre, Lully, dans un billet, retraçait sa genèse, et j’y ai bien reconnu mes propres impressions. Je ne vais donc pas répéter ce qu’il a très bien écrit. Ce que je vais exposer ici, ce sont mes petits états d’âme à l’issue d’une première expérience de publication en libre accès, voie dorée, mode auteur-payeur.

Mes premières impressions à compte d’auteur !

Si je dois décevoir, autant le faire vite : ce billet n’est pas un déchirant cri de révolte contre un système d’édition dévoyé dont j’aurais été la victime. Même en passant sous silence la qualité du travail éditorial (dont les éditeurs commerciaux les plus rapaces sont capables aussi), et à supposer que le montant que nous avons payé permette à l’éditeur de dégager un bénéfice (?), l’argent versé n’est certes pas allé engraisser des parasites indifférents à la vie scientifique. D’ailleurs, l’éditeur m’a proposé de me communiquer toutes les informations relatives aux coûts de production3, ce qui permettra à chacun de se faire une idée. Enfin, en tant que coordinateur de l’ouvrage, j’ai signé un contrat, ce à quoi rien ne m’obligeait, la pression à la publication étant inexistante dans ma profession.

Mon propos n’est donc pas la dénonciation bébête et autosatisfaite d’un impitoyable système d’édition par lequel, en l’occurrence, nous ne sommes pas passés. Ce billet est à la fois (je crois) plus respectueux de l’éditeur et (je crains) plus radical :

C’était ma première publication en libre accès-voie-dorée-auteur-payeur. Je suis heureux de l’expérience, mais elle m’a aussi paru aussi dérangeante à plusieurs points de vue. C’est cet inconfort que je voudrais partager ici.

Restons factuels, pour commencer : la publication de l’ouvrage a coûté un peu moins de 5000 €, répartis inégalement entre les institutions qui hébergeaient trois des quatre coordinateurs4 ; le quatrième a sollicité une aide qu’il n’a finalement pu obtenir.

Cet ouvrage s’inscrit donc indiscutablement dans la catégorie des publications « auteur-payeur », et j’en ai éprouvé un bref malaise, je viens de le dire. Honnêtement, rien à voir avec une pudeur de sainte Nitouche devant des questions d’argent : les budgets font partie des questions dont je m’occupe tous les jours sans état d’âme, cela fait partie de mes attributions en tant que responsable d’un service. D’ailleurs, si l’on tient à être regardant, s’agissant d’un recueil de contributions, on peut extraire à la va-vite des APC5 fictifs. Rapportons la dépense au nombre de chapitres : 12 chapitres, 5000 €, soit des APC moyens autour de 420 €6. En admettant qu’un recueil puisse être assimilé à un fascicule de revue, avec un tel tarif l’éditeur se situerait très bas dans la fourchette des frais de publication. C’est d’ailleurs cohérent avec l’univers disciplinaire et économique des humanités, où les tarifs restent modérés et les démarches prédatrices, inexistantes. Donc, aucun abus.

Pour évacuer tous les faux problèmes à la fois, au moins trois éléments ont rendu le processus à peu près indolore en l’occurrence.

  1. La recherche des fonds n’a pas été ardue. L’un de nous a obtenu de son institution un financement généreux, qui nous a épargné une quête laborieuse.
  2. Seuls les coordinateurs de l’ouvrage se sont préoccupés de finances. Les auteurs, quant à eux, n’ont pas eu à le faire. Certains ignorent sans doute que la publication s’est faite en mode auteur-payeur, ce que je considère comme une excellente chose.
  3. Nous avons travaillé pendant pratiquement deux ans sans autre souci que de relire, d’améliorer et d’organiser le plus rigoureusement possible nos chapitres, de rédiger notre introduction, de dialoguer avec les auteurs puis, dans une seconde phase, d’organiser les échanges entre éditeur et auteurs, bref, sans viser autre chose que la qualité. C’est dans la dernière ligne droite, une fois le volume accepté, que les questions financières se sont posées.

Bon bon, alors où est mon problème ?

Je peux le formuler comme ceci : au terme d’un processus éditorial dont je reconnais l’efficacité, la bonne tenue scientifique et la sobriété économique, il me reste un scrupule, celui, passez-moi l’expression, d’avoir eu de la chance d’être financé. C’est dans le cadre de mes fonctions que j’ai écrit, relu, critiqué, amendé des contributions, que j’ai co-rédigé l’introduction et préparé la publication. Ce travail était donc financé par mon salaire. Or au stade ultime – et déterminant – de la publication, si l’on échoue à injecter, dans ce circuit déjà financé, un apport financier spécifique, tout le travail qui précède se trouve stérilisé.

Ça me chiffonne. Précisément, ça me chiffonne pour deux raisons.

  1. par principe ;
  2. et en l’occurrence parce que je n’ai pas vu de circuit naturel de financement qui ait balisé l’étape de la publication aussi logiquement que celles qui l’ont précédée. Le financement m’a fait l’effet d’un Cresus ex machina. Que se serait-il passé si Z’euros n’étaient pas arrivés ?

À cheval sur les principes

J’ai souvent entendu des chercheurs formuler un malaise au sujet du modèle auteur-payeur (certaines communautés s’y opposent carrément, les mathématiciens par exemple). Je ne pouvais pas m’empêcher d’y voir une espèce de pudibonderie mal placée. Amende honorable : ayant parcouru moi-même la chaîne de bout en bout, je vois plus précisément ce qui gêne aux entournures. Dans la mesure où les sommes sont modestes, ce n’est qu’un problème de principe, mais j’ai prévenu que mon propos était radical, on ne sera donc pas surpris qu’il chevauche ce genre de monture. Le problème se ramène à une question, tranchante comme un rasoir de QOAM : dès lors qu’une contrainte autre que scientifique s’introduit dans le processus, comment être sûr que la qualité scientifique n’en souffre pas ? Je vais surjouer un peu le déontologue sourcilleux en accumoncelant sans trop réfléchir les agents perturbateurs :

  • Du côté des institutions de recherche, le problème se situe évidemment du côté des possibilité de financement, avec le risque que des travaux scientifiques valides soient retardés ou empêchés de paraître pour des raisons économiques.
  • Du côté des éditeurs, le risque s’illustre dans les deux cas-limites bien connus : l’éditeur (dit « prédateur ») qui ne se préoccupe QUE de son chiffre d’affaires et néglige la validation scientifique ; et l’éditeur dominant qui facture 3500 dollars par article parce que la notoriété de ses revues le lui permet ;
  • Du côté de l’auteur, le besoin d’être publié7 comporte un risque accru de bâcler-tronçonner-frauder-plagier, et d’être peu regardant sur la validation scientifique. Le modèle auteur-payeur ne crée pas ce problème, mais il peut l’aggraver parce qu’il crée les conditions d’une complicité et d’un entraînement mutuel entre deux facteurs non-scientifiques (besoin d’être publié, besoin financier). Avec un même risque : que ce soit le paiement, et non plus la validation scientifique, qui déclenche la publication.

Z’euro(s) est arrivé

Au-delà de mes petits vertiges déontologiques, un point très précis a participé à mon embarras : en tant que conservateur de bibliothèque, à la différence des enseignants chercheurs, je n’ai pas d’interlocuteur naturel pour faire financer une publication (soit dit sans préjuger du résultat de la demande, bien sûr : un chercheur peut très bien solliciter en vain un financement, je suppose que c’est… monnaie courante). Sans surprise, c’est d’une structure de recherche qu’est venu l’essentiel des sommes nécessaires. Et il faut reconnaître qu’il n’était pas acquis d’avance que nous soyons financés. Toutes nos institutions ont été sollicitées, mais leur capacités de financement, leur santé économique et leur circuit de décision sur de telles questions sont très disparates.

Je n’écris pas cela pour vous faire vibrer d’indignation à la pensée que le produit de notre génie collectif aurait pu rester tragiquement ignoré pour de basses raisons financières. Simplement pour illustrer les incertitudes et les risques d’un circuit mondial d’édition qui se cherche et tâtonne encore. Avec le danger d’aboutir à une situation où, si on veut pouvoir être sûr de publier en libre accès, il faut faire attention à avoir un auteur principal bien financé !

L’appel

Dans un prochain billet, je nourrirai ma réflexion par quelques éléments financiers plus précis. En attendant, à quoi tend ce billet ? Au fond, toujours à la même conclusion :

  • puisque la forme privilégiée de contribution scientifique, aujourd’hui, est l’article (le chapitre d’ouvrage en est une variante).
  • puisque le numérique facilite la publication de ce type de contribution au fil de l’eau, dans des infrastructures ad hoc, appuyées sur des institutions de recherche.
  • puisque de telles plates-formes sont en train de se multiplier : Episciences, Mathdoc, SciPost, revues.org etc., et plus modestement des sites locaux comme Revel, Polen, et la plate-forme que Bordeaux vient de lancer ;

Utilisons-les, et développons-les. Les autres systèmes existent, et sont intéressants, et efficaces, et défendables. Mais les plates-formes institutionnelles, dans leur simplicité un peu fruste, me semblent celles qui concilient le moins mal simplicité fonctionnelle, intégrité scientifique et gratuité économique.

Difficile de conclure autrement qu’en citant l’appel de Jussieu (art. 8)

Priorité doit être donnée aux modèles économiques de publication qui n’impliquent le paiement ni par les auteurs pour publier, ni par les lecteurs pour accéder aux textes.

 

P.S. Les états d’âme ici étalés n’engagent que ma petite personne et n’enlèvent rien à l’intérêt de l’ouvrage qui leur a servi de prétexte. Le fait que le monde entier puisse, aujourd’hui, le lire gratuitement et en ligne reste un grand motif de satisfaction.

 

 

 

 

 

  1. Avec mes hommages et excuses à La Fontaine []
  2. … et constitue la première distillation de l’Alambic depuis presque un an ! []
  3. Je publierai un second billet à ce sujet. []
  4. L’Université de Luxembourg et l’Université Clermont Auvergne. Je ne détaille pas la répartition, disons évasivement que nous sommes très reconnaissants au monde francophone pour cette publication ;-). []
  5. Article processing charges, ou « frais de traitement d’article » pour ceux qui arriveraient d’une galaxie où le jargon de l’Open Access est encore inusité. []
  6. Je ne compte pas l’introduction, en vertu de l’universel théorème des boutiques, Il y en a un peu plus, je vous le mets, qui permet d’arrondir le calcul et les fins de mois. []
  7. Je fait l’impasse sur l’exaspérant triplet anglais qui le désigne, il est rabâché jusqu’à l’écœurement. []

3 réflexions au sujet de « Expérimenter les humanités numéraires »

  1. Bonjour Olivier,
    Quel plaisir de pouvoir (re)lire de nouveau ta prose.

    De plus en plus d’hôpitaux et de médecins, hors université, n’arrivent plus à accéder à la littérature médicale et donc à la connaissance.

    Il est urgent de trouver une solution ensemble: médecins, chercheurs, bibliothécaires, documentalistes, administratifs,etc. pour permettre l’accès à la littérature médicale et scientifique pour TOUS.

    Ceci était mon appel.
    Merci !

    Ludovic Héry.

    1. Bonjour Ludovic,
      La seule véritable réponse, si l’on souhaite rester dans les solutions légales (ce qui, à terme, est évidemment préférable), est la bascule globale vers un système de publication/divulgation en accès libre.
      Il y a seulement deux ou trois ans, ce basculement (les anglophones parlent du « global flip to OA ») était considéré comme complètement utopique. Désormais, la seule chose qui est discutée est l’échéance. 2020 semble un peu optimiste, mais on sait que toutes les négociations actuelle partent du postulat que le changement de modèle est en cours et qu’il faut l’encourager. A présent l’enjeu est que cette bascule soit l’occasion d’une redistribution des moyens en faveur de la recherche et de la formation scientifique. Les scientifiques, médecins, chercheurs, bibliothécaires peuvent tous y aider : en faisant exister des modes de publication gratuits, en fondant des revues en open access. Et en rompant avec l’obsession du facteur d’impact pour se concentrer sur la valeur intrinsèque des travaux. Ça c’est mon appel à moi (et je ne suis pas tout seul, heureusement) !

      1. En effet, nous sommes de plus en plus nombreux.
        Le fait que nous aillons une « restriction budgétaire » dans l’hôpital où j’exerce amène les médecins à (re) découvrir tout l’intérêt de publier en OA.

        A très vite pour d’excellentes nouvelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.