Télétravaux forcés

Balcons en enfilade… Photo par Phil Shirley (source FlickR) Licence Creative Commons, Attribution, pas d’utilisation commerciale, partage dans les mêmes conditions.

En période confinée, enfoncer quelques portes ouvertes à titre de défoulement ne me fera pas de mal. Ce sera aussi l’occasion d’un retour sur un moi(s) de travail confiné, et d’évoquer ce qui a été possible ou impossible, pour moi, dans ce laps de temps.

Respiration

Dans la foule, on s’isole difficilement.

Le télétravail ne s’est pas développé pour contenter des grincheux qui préfèrent rester chez eux en survêtement et prétendent mieux travailler comme ça, le collectiy trouve bien son compte. L’ours mal léché qui sommeille télétravaille un ou deux jours par semaine est non seulement très efficace ces jours-là, mais aussi moins grincheux et plus disponible les autres jours : grâce à la perspective réconfortante de son hibernation hebdomadaire, il va bravement de rendez-vous en réunionereportant les tâches qui exigent concentration et isolement. Idéalement, la part individuelle et collective du travail s’équilibrent comme les deux temps d’une respiration1 ; d’ailleurs beaucoup de professionnels alternent d’une façon ou d’une autre ces modalités dans le travail sur site. Ouvrir et fermer tour à tour la porte du bureau, s’installer deux heures dans un coin tranquille, alterner service public et bureau, travailler un jour par semaine dans un autre service ou se décréter injoignable une demi-journée par semaine sont des méthodes de « télétravail atténué » que j’ai vu fonctionner efficacement.

Notre assignation collective aux télétravaux forcés m’fourni un terrain expérimental que je n’aurais jamais exploré spontanément, parce qu’il faut tout de même être vicieux2 pour imaginer des circonstances où tout le monde est obligé de télétravailler tout le tempsLe Covid nous a servi, sur plateau aseptisé, une configuration improbable et très intéressante, mais où manque, précisément, cette alternance reconstituante qui donne son charme au télétravail.

Parmi les éléments qui affectent l’environnement de travail, je suis personnellement assez sensible à un premier facteur limitant dans ma capacité de concentrationfacteur assez répandu, dont la taille et l’effectif varie suivant les foyers (mais se trouve être relativement élevé dans le mien), et qui produit un nombre important d’interruptions de fréquence :

  • proportionnelle à l’effectif des individus
  • inversement proportionnelle à leur âge
  • étroitement corrélée aux tâches en cours (typiquement, beaucoup plus élevée quand elles relèvent du domaine scolaire que quand elles sont de type ludique ou audiovisuel)
  • exponentiellement croissante dans les créneaux horaires proches des repas.

Jme garde de déplorer la présence dans ma maison de personnes que j’ai contribué à faire venir au mondeet dont l’existence ajoute sens et saveur à la mienne. Jrelève seulement qu’il m’est beaucoup plus difficile de m’isoler pour travailler chez moi qu’au bureau, et je sais n’être pas seul dans ce cas. Inversement je suis conscient de bénéficier, grâce à mes enfants, d’une alternance forcée des activités qui contribue à mon délassement (si l’on considère, et j’en suis convaincuque changer de fatigue c’est se reposer).

Je tente un résumé résolument tautologique de ma perception : confinés, nous sommes passés d’une configuration à géométrie variable (être seuls/avec d’autres) à une configuration figée (dans mon cas, être avec d’autres en permanence ; d’autres sont seuls tout le temps), et je pense que cette monotonie constitue un défi pour la vie professionnelle (entre autres).

 Matériel

L’ouvrier sans outil a du mal à œuvrer

Sur le plan matériel, la répartition des ordinateurs portables disponibles dans les BU de Clermont s’est étalée sur presque tout le premier mois de confinement : des collègues ont mis du temps à trouver un rythme, à s’assurer qu’ils parvenaient réellement à travailler et à solliciter alors un peu de matériel supplémentaire. Tout ce qui était disponible a été graduellement distribué, et un saut qualitatif majeur a été franchi lorsque l’intégralité de nos dossiers de travail a été migrée vers le « drive » de l’Université : techniquement, tout collègue connecté peut télétravailler. Cette amélioration n’est pas seulement inappréciable, elle est aussi heureusement irréversible !

Elle ne résout pas tout, car au point de vue domestique, la répartition de la ressource informatique est un jeu mathématique amusant. Dans le cas que je connais le mieux, huit utilisateurs dont six réguliers, ayant parfois des obligations dans des créneaux fixés par le monde extérieur (visio du prof, tentative de réunion en ligne, etc.) partagent un ordinateur fixe et trois portables, dont deux fournis par les employeurs, avec trois systèmes d’exploitation différents (Linux, Windows, Apple), sachant que l’utilisation de certains outils un peu frustes (vous connaissez WinIBW pour Linux ?) implique parfois un système précis pour fonctionner de façon optimale, voire pour fonctionner tout court. L’allocation de ces ressources peut être créatrice d’amusants petits problèmes. Par exemple, la webconf’ de 10h00 doit se tenir avec la connexion filaire pour être potable, donc dans le bureau (jusqu’ici tout va bien), mais elle utilise Teams, donc le portable Windows est nettement préférable3. En résumé, le prof de philo immobilise la pièce la mieux isolée, neutralise l’ordinateur fixe Linux déconnecté et mobilise un des portables, sur lequel il m’oblige à installer un truc Microsoft de plus. Autant dire qu’il a intérêt à traiter de sujets totalement essentiels, et à être vachement captivant4.

Au-delà de l’immense plaisir qu’il y a à raconter sa vie sur le web, je fais état de ces mésaventures parce que je les crois très banales. Je considère mon foyer comme correctement doté en matériel et en réseau. Nos tracas quotidiens valident simplement, par le contre-exemple, la condition de base de faisabilité du télétravail : un environnement de travail ergonomique, bien identifié et bien équipé.

Portes ouvertes en enfilade ; Photo prise par Kevin Friery (Source FlickR). Licence Creative Commons, Attribution, pas d’utilisation commerciale

Ce qui marche à moitié, à demi, pas du tout

Avec un mois de recul, tout de même, et d’après mes échanges socialement distanciés avec mes collègues, beaucoup de travaux qui exigent un peu de concentration se sont avérés assez compatibleavec le confinement : lecture, réflexion, écriture ; réflexion sur la recotation de fonds et l’organisation des collections, prévisions de commandes d’ouvrages ; préparation voire tenue des entretiens annuels, travail sur la qualité des données ; et bien sûr l’incontournable veille professionnelle5. L’efficacité peut même être étonnante, et certains jours les ouvrages anciens que j’ai emportés chez moi pour occuper le temps confiné transitent à un rythme réconfortant du carton « à traiter » vers celui des « signalés, à ranger ».

La gestion de dossiers nécessitant le va-et-vient entre plusieurs outils m’a paru nettement moins facile dans mon environnement mouvant : vagabonder entre messagerie électronique, bureautique et imprimante est épuisant quand tout n’est pas au même endroit, et je m’aperçois là encore que je bénéficie au bureau d’un outillage à ma main, dont l’ergonomie n’est pas aisément reconstituée ailleurs. Par exemple, j’ai entamé le confinement par un message de rappel à des docteurs pour le dépôt de leur thèse, mais la gestion des fichiers que j’ai reçus en réponse s’est révélée très usante : je n’ai qu’un seul écran au lieu de deux, télécharger un fichier lourd me prend cinq fois plus de temps, le copie d’un dossier à l’autre aussi, etc.

Quelques activités en lien avec nos utilisateurs restent praticables : les réseaux sociaux prospèrent, les questions posées sur nos guichets numériques reçoivent deréponsesla fourniture de documentation électronique se poursuitLe numérique qui fonctionnait déjà bien fonctionne toujours, c’est rassurant6. Mais le point commun à tous ces travaux est de n’exiger pratiquement aucun échange direct ni, surtout, collectif (et sans doute aussi, malheureusement, d’être pour la majorité des étudiants d’un secours dérisoire). Celles de mes collègues qui se sont attelées à la corrections de bibliographies étudiantes, parfois sans imprimante ni scanner, forcent mon admiration. Après quelques tâtonnements et essais d’échanges par voie numérique, certaines onpris des rendez-vous téléphoniques avec les étudiants pour discuter de leur travail.

En revanche je peux dire nettement, au bout d’un mois, que je ne crois plus aux TCC (télétravaux collectifs confinés)… Toutes les réunions ou tentatives de réunion, quel que soit le logiciel utilisé (cinq ou six ont été testés en un mois par l’un ou l’autre membre de la maisonnée)m’ont paru exiger temps, énergie, moyens et attention à dose massive, pour des résultats décevants. Je vais un peu plus loin : même si je ne suis pas insensible à la cohésion paradoxale qui se révèle à la faveur des isolements personnels, ni aux manifestations de solidarité à l’intérieur des équipes, pour ce qui est de travailler ensemble, je ne vois pas clairement ce que nous arrivons à sauver, à part la répartition pragmatique des tâches en fonction des possibilités de chacun, ce qui n’est déjà pas si mal. Vue de ma fenêtre, l’expérience illustre mieux les limites infranchissables que les possibilités libératrices de l’outil numérique comme moyen de travailler en groupe.

Se réunir de loin n’est pas des plus aisés

Je ne suis ni technophobe, ni rétif à la visioconférence. Je l’ai souvent et volontiers utilisédepuis mon bureau à l’université, avec de bons résultats. Mais quand j’essaie depuis chez moi de discuter avec d’autres depuis chez eux, je mesure la grande qualité de mon matériel professionnel. Lors de toutes mes tentatives de réunion depuis un mois, sans exception, au moins un des participants a rencontré un problème technique gênant l’échange (j’ai moi-même été ce participant une ou deux fois). Il est arrivé que les réglages absorbent entièrement le créneau prévu pour la discussion. Il m’est aussi arrivé qu’une réunion en visioconférence se passe à peu près bien, mais si je ne peux pas être raisonnablement certain que ce sera le cas, il m’est impossible de tabler dessus pour travailler, d’autant que le collectif avance par définition au rythme du plus lentAjoutons les petits inconforts propres à la visio : je dois choisir de regarder mes interlocuteurs en ayant l’air de les ignorer, ou de paraître les regarder alors que je ne les vois pas ; j’ai l’impression de parler du fond d’une piscine, vide ou pleine selon les moments ; je me vois dans la glace au milieu de la réunion… Bref la visioconférence m’est souvent apparu au mieux comme un échec sauvé plutôt que comme un succédané.

Je préfère les moyens qui s’affranchissent carrément de la pseudo-présence : l’entretien téléphonique pour le bilatéral, le tchat pour le collectif. Je ne suis pas certain que le tchat puisse vraiment servir à travailler, mais il est utile pour échanger les nouvelles et les petites informations factuelles. Et surtout, il n’est pas frustrant… Quand je suis saturé d’expérimentations ambitieuses et ratées, lsolidité sans prétention de la basse technologie me repose et me réconforte.

Retour sur un moi confiné

Ma propre compagnie me confronte à moi-même

De façon prévisible, après un mois passé à mon propre contact, je suis plutôt conforté dans mes opinions sur moi-même et mes semblables :

  • Je ne travaille bien que si je fais des choix : cloué chez moi et ne pouvant tout concilier, ce qui pourrait être fait dépassant dix fois le temps disponible, le danger de l’affairement désœuvré devant la boîte mail et les 87 sites web qui ont un lien plus ou moins crédible avec ma vie professionnelle est décuplé. Ce que j’ai une chance de parvenir à faire, c’est ce que j’ai planifié le plus fermement. Le reste, que j’avais l’intention de faire, glisse irrésistiblement d’un jour à l’autre, sous la douce pression des circonstances.

  • J’économistemps et frustration dès que jrenoncà déplorer que mes conditions de travail ne soient pas comme au bureauet que j’ajuste ce que je prévois de faire à ce qui est techniquement à ma portée. Avec un réseau moyen, on ne fait pas une visio. En revanche, avec un téléphone on peut faire un entretien professionnel ; avec des livres et un ordinateur portable, on peut cataloguer (et même en tirer satisfaction).

  • En laissant chacun jauger sa propre situation, et en restant attentif à fournir aux collègues juste l’aide qu’ils demandent, je suis impressionné par l’énergie que je vois se déployer et par ses résultats.

S’il existe un palmarès des portes les plus ouvertes enfoncées en 2020, ce billet est promis à un brillant avenir. Il n’y manque plus l’ immanquable conclusion que l’avisé lecteur aura sans doute formulé plusieurs fois de lui-même, s’il est arrivé jusqu’ici :

Je suis mieux riche et sain que pauvre et maladif.

Portes ouvertes en tous sens… (Photo de John Mason, Glasgow University, source FlickR ; licence Creative Commons, Attribution)
  1. Je ne vais pas filer trop longuement cette métaphore, elle peut vite devenir trrèès loouurde, et ce n’est vraiment pas le moment d’en rajouter dans ce registre: à force de brasser on n’aboutit qu’au vide. []
  2. De source médicale, il semblerait précisément que les virus couronnés soient vicieux. []
  3. J’ai fini par réussir à installer Teams sur mon ordinateur Linux, mais je n’en ai pas encore testé l’utilisation, et je suis encore vaguement inquiet, d’abord faute de recul, ensuite parce que j’ai eu peu d’expériences durablement réussies avec les outils Microsoft. []
  4. Je peux le flatter ici car il ne me lira jamais : il s’en sort très bien. []
  5. À supposer que le vagabondage agacé sur Touitteur puisse porter ce nom, ma veille professionnelle n’a jamais été aussi intense que pendant la première semaine de confinement. []
  6. Et il faut mentionner, pour le saluer, le geste de très nombreux éditeurs qui ont ouvert largement les accès à leur documentation, et le travail des collègues qui ont rendu ces accès opérationnels! []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.