Négocier avec Elsevier : être ensemble, en restant soi-même

« Simul et singulis », c’est la devise de la Comédie-Française.

Il se trouve qu’une négociation avec Elsevier se prête assez à la comparaison avec le spectacle théâtral. L’acte 1 plante le décor : présentation des acteurs, en l’absence du principal protagoniste, Elsevier-RelX, qui, pour autant, reste au centre des échanges. L’acte 2 voit la prise de conscience de l’enjeu et du laps de temps court du drame. L’acte 3 est le moment de la crise : inévitablement des perceptions différentes entraînent des discussions nourries. L’acte 4 permet de trouver les 2 ou 3 solutions possibles et l’acte 5 permet le dénouement.

La tentation est grande, partant, de jouer le Deus ex machina, en escamotant les actes 2 et 4, essentiels pourtant à l’issue. Il est objectivement plus facile de présenter le format qui prévalait jusqu’alors (négociation en bloc par le biais d’une licence nationale), comme étant le format devant s’imposer plutôt que de devoir imaginer faire autrement. Loin de moi l’idée de nier le caractère complexe du contrat : Clermont, du reste, avait bien prêté la main, lors d’une négociation précédente, preuve du sens local des responsabilités.

On peut s’étonner du fait qu’avec une année supplémentaire pour mieux négocier, le collectif -la troupe, pour filer la métaphore théâtrale- se retrouve dans la même position instable que la fois précédente. En l’espèce, c’est remettre en question l’autonomie des universités, par ailleurs respectée dans les autres négociations.

Et si le mandat ne portait pas sur le chiffre d’affaire de la saison, mais sur le billet d’entrée ? Autrement dit, n’y aurait-il pas la possibilité d’avoir une politique à destination des publics ? Concrètement, cela signifierait mettre en place un abaque à plusieurs entrées (nombre de chercheurs, de doctorants, d’IGR ; poids coefficienté des disciplines…), pour définir un droit d’entrée critérisé par établissement. Ainsi, serait respectée l’autonomie des universités. Le collectif aurait su négocier de concert la possibilité du spectacle. Le spectateur serait maître de décider de s’y rendre ou pas : simul et singulis.



Citer ce billet
Fabrice Boyer (2023, 17 mars). Négocier avec Elsevier : être ensemble, en restant soi-même. L'Alambic numérique. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/axyq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search