Projet 2012 : pourquoi pas nous ?

Je suis mécontent.

Quand on interroge « projet 2012 » dans le formulaire de recherche du moteur que l’on ne cite plus, on ne trouve pas le projet de la bibnum. Ce moteur est vraiment mal conçu, ou mal renseigné. Car la bibnum a des tombereaux de projets pour l’année à venir, de quoi nourrir un quinquennat  quinquennal. Qui plus est, ils sont plutôt moins coûteux que ceux des partis candidats au gouvernement, et je gage, sans avoir approfondi la question (Ttttt… devoir de réserve!), que leur faisabilité n’est pas moindre.

Jyhem, Oui oui non non (Creative Commons, paternité, pas d’utilisation commerciale ; source FlickR)

La lecture in-extenso de notre « projet de service » serait de nature à faire déserter ce blog pour 6 mois ; les collègues m’en voudraient, ainsi que les lecteurs d’ailleurs, dont la plupart ont sans nul doute déjà produit ou absorbé une bonne lampée de « projets 2012 » pour leur propre compte. Puisque l’on fait ici dans la distillation, quelques gouttes de quinquina(l) suffiront aux connaisseurs.

Une politique documentaire véritablement politique et profondément documentaire

Côté contenus, les jérémiades budgétaires, comme tous les lieux communs, étant aussi fastidieuses à écrire qu’à lire, je coupe court : 2012 sera une année qualitative. Réduit en slogan, ça donnerait quelque chose d’intermédiaire entre dépenser pas trop plus pour acquérir pas trop moins et acquérir moins mais consulter mieux.
Mais surtout, en politique documentaire comme en politique économique les enjeux sont situés autant et plus au-dehors qu’au-dedans. Mutatis mutandis, notre construction européenne à nous (Tttt… devoir de réserve !) est un consortium.

  • Notre rêve est donc de voir étinceler dans le glacial crépuscule des négociations humiliantes un consortium-couperet, qui bien loin de valider une négociation, inviterait ses membres à la bouder explicitement.
  • Notre projet, c’est de faire valoir ce point de vue chaque fois que la proposition d’un éditeur semblera le justifier. Je n’ai guère de doute sur le fait que l’occasion se présentera une fois ou l’autre cette année.
    Je vote pour un consortium fort et juste. Pour un consortium de conviction.

Un accès résolument accessible

Côté accès : on teste cet automne l’adaptation sur notre SIGB d’un OPAC libre.
Si – hypothèse absurde – tout se passe bien, vous n’en entendrez parler ici que lors d’un petit billet triomphal annonçant le changement d’OPAC.
Si tout se passe normalement, vous aurez quelques billets dans ce blog sur les difficultés rencontrées et un billet soulagé au printemps expliquant que finalement ça marche, pas parfaitement, mais ça marche.
Si tout se passe mal, je m’engage personnellement à signer un billet rageur rejetant toute la responsabilité de l’échec sur les failles techniques de notre SIGB, ou la météo, ou mes collègues, selon l’humeur du jour (je ne dis pas que ça n’est pas injuste, je dis que ça soulage). Mais nous n’en sommes pas là. Laissons travailler nos bouilleurs de cru, il paraît que si l’on regarde par dessus leur épaule la distillation échoue.
Les solutions ? Elles existent. Testons-les.

Une bibliothèque de production délibérément productive

Notre première « bibliothèque virtuelle » devrait être publiée cette année. Il s’agit des carnets du géologue Glangeaud, dont Camille vous a donné un échantillon il y a peu. Entre autres projets, on vise aussi la publication des thèses déposées électroniquement de 2003 à 2010 (avant le dépôt électronique officiel). Après moult réflexions, on s’oriente pour cela vers la solution la plus légère, la diffusion sur TEL. Évidemment, c’est un peu plus compliqué que pour les thèses nativement électroniques, puisque ce n’est pas automatisé, mais sinon, où serait le plaisir (car TEL est notre plaisir) ?

Avec la bibnum, la production virtuelle devient réalité .

Sortir de l’informatique informaticienne

Dans le parc informatique, le dossier de l’année, c’est l’expérimentation de systèmes libres. Les machines professionnelles devraient achever leur migration vers la bureautique libre, le parc public devrait entamer la sienne vers un système d’exploitation Linux, en profitant de la rénovation complète d’une des bibliothèques du réseau. Et pour accompagner le mouvement, une petite install-party sera organisée pour les collègues, afin de faire connaître le système.

En 2012, pour une accessibilité efficace et apaisée ; pour une documentation scientifique et solidaire ; pour une bibliothèque de conviction et d’innovation, votez Clermont. Pour une bibliothèque en mouvement, votez Montferrand. Pour dire ce que vous pensez de nos projets, laissez un commentaire. Pour nous parler des vôtres, faites donc un blog.


2 réflexions au sujet de « Projet 2012 : pourquoi pas nous ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.