Médiation numérique et réticulaire en bibliothèque.

Bertrand Calenge dans son carnet de notes a bien raison de pointer l’ambivalence du concept de médiation numérique en bibliothèque. Cette expression se conjugue à toutes les sauces, il est vrai.
Retravaillant la définition de la médiation de Silvère Mercier,  il replace au coeur du dispositif de médiation la bibliothèque comme institution elle-même  dans son billet intitulé la médiation : concept clé ou mot valise ? : « Est dispositif de médiation toute organisation ou technologie qui vise à permettre à des bibliothécaires de favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation ou la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire ».

Le portail de la BCU est-il en ce sens un dispositif de médiation ? S’il permet bien aux bibliothécaires de jouer en ligne leur rôle de personne ressource,  on peut légitimement se demander s’il suffit de détenir des droits de publication et un compte de contributeur sur un outil de gestion de contenu pour produire des contenus de qualité qui répondent aux attentes documentaires des usagers. En quoi reconnaît-on la qualité dans un dispositif de médiation numérique en bibliothèque ? Au coeur du dispositif, il y a bien l’organisation elle-même, non pas seulement l’architecture de l’information et des contenus mis en ligne,  mais aussi le réseau des bibliothécaires.

Le portail de la BCU est bien un dispositif de médiation : Il permet concrètement aux bibliothécaires de donner accès, d’éditer et de disséminer des contenus en vue de la diffusion des connaissances. En ce sens, il leur permet de prendre position en  ligne vis-à-vis du public, ou de se repositionner comme l’entend Silvère Mercier dans son récent article Médiation numérique et culture de l’information : repositionner les bibliothécaires. Les bibliothécaires ont bien toute légitimité à prescrire des ressources, non pas au même titre que les enseignants-chercheurs, mais bien en tant que spécialistes de la « culture de l’information » ou de linformation literaty à l’anglosaxonne, comme l’explicite Sylvie Chevillotte dans le BBF.
Dans le cas du portail de la BCU, c’est essentiellement dans les « blog-notes » que les bibliothécaires éditent des contenus en ligne à destination des usagers et se font prescripteurs de ressources.
On ne peut pas vraiment comparer les blogs des sections de la BCU aux blogs hyper spécialisés du SCD de Nancy à destination des étudiants en orthophonie, des infirmiers, des sages-femmes. Blogs à part, ils n’ont pas le même positionnement éditorial, les blogs de la BCU se rattachant davantage à la vie et aux ressources des réseaux de bibliothèques dans les disciplines phares des Universités de Clermont.
Le positionnement des blog-notes est d’avantage axé sur les ressources à mettre en avant, à l’instar d’une vitrine numérique. Les bibliographies et les billets mis en ligne sont liés de près ou de loin aux disciplines enseignées. Les bibliothécaires s’y font veilleurs, formateurs, connaisseurs. Les contenus  prolongent aussi parfois les expositions organisées à la BCU, comme le fait le blog du réseau des BFM autour de l’exposition en cours sur Jean-Henri Fabre ou la passion des insectes. Dans d’autres exemples, les bibliothécaires y expriment leur « coup de coeur » pour les romans qu’ils ont aimés.
Le positionnement est plus large, peut-être plus flou, mais dans tous les cas, les usagers demeurent en ligne de mire. On voit cependant venir les écueils à éviter : Il y a bien un risque de dilution de l’information à prévenir, d’où l’importance d’une coordination renforcée en amont.

toile d'araignée
Toile d’araignée
Paternité Pas d’utilisation commerciale Partage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par koen_photos

Genèse, présent et avenir des carnets de terrains de Philippe Glangeaud

Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud sont désormais en ligne sur le site de la BCU.
Mercredi dernier, nous avons présenté le site au Conseil Général du Puy-de-Dôme, car il s’inscrit dans la droite ligne du projet d’inscription de la chaîne des Puys et de la faille de Limagne au patrimoine mondial de l’UNESCO. Qu’une bibliothèque universitaire s’associe aux instances politiques d’un département pour défendre des projets communs, c’est plutôt rarissime. Mais cette alliance n’est liée qu’à la brûlante actualité de Philippe Glangeaud aujourd’hui : Père de la géologie moderne en Auvergne, c’est le premier à décrire et à cartographier la chaîne des Puys, et à définir « la grande faille de Limagne ».
Philippe Glangeaud est bien, avant la lettre, un défenseur du projet UNESCO 63.

J'aime la Chaïne des Puys et la faille de Limagne

« Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud », c’est aussi le premier site de diffusion du patrimoine scientifique réalisé par notre équipe, la « bibliothèque numérique de production ».

Retour sur la genèse du projet, les choix qui ont présidé à la construction du site, et les évolutions envisagées à l’avenir.

En 1986, après le décès de Louis Glangeaud, éminent géologue fils du non moins éminent Philippe Glangeaud, la famille Glangeaud-Freudenthal confia à l’Université Blaise Pascal et au Muséum-Henri-Lecoq, l’ensemble des carnets, livres, cartes et témoignages des géologues. Un patrimoine scientifique considérable à conserver, valoriser, exploiter.

En 2005, la bibliothèque de sciences et la bibliothèque numérique de la BCU s’associent au Laboratoire Magmas et Volcans pour valoriser, mettre en ligne et exploiter les carnets de terrain de Philippe Glangeaud. L’enjeu est aussi de proposer une incursion dans l’Auvergne du début du vingtième siècle.

En 2011, le projet prend un nouvel essor. Les acteurs sont, côté BCU, le responsable de la section science, le responsable de la bib num de prod., moi la webmestre, mon collègue développeur, et ma collègue graphiste. Côté LMV, nous avons le soutien scientifique du géologue Pierre Boivin , et la contribution de Sylvaine Jouhannel, bibliothécaire. Le Muséum Henri-Lecoq se joint au projet.

Venons-en à la composition du corpus à mettre en ligne. Nous disposons d’environ 45 carnets de terrain couvrant le paysage géologique auvergnat,  une collection de cartes postales recueillies par Philippe Glangeaud, mais aussi les échantillons de roches qu’il a ramassés lors de ses expéditions scientifiques.

Notre projet s’inscrit bien dans la publication des sources de la recherche en géologie. Dans ses carnets, à côté des croquis qu’il dessine, Philippe Glangeaud note souvent : « à publier ». Ces carnets de terrains constituent bien les sources des publications du géologue, qu’il s’agira de mettre en relation avec ces publications elles-mêmes.

Pour réaliser le site, nous sommes partis d’un existant : le travail de dépouillement, de description et d’indexation des carnets réalisé par des étudiants de géologie du LMV. Un travail réalisé sur un immense tableur. Les étudiants ont indexé les termes géologiques, les lieux, les dates, la nature des croquis, mais aussi les commentaires du géologue. On pourrait s’intéresser de près à ces commentaires où Glangeaud note à vif ses impressions, ses analyses, le nom de ses collaborateurs scientifiques, mais aussi ses points de chute.

Cette indexation des carnets allait nous permettre d’établir les métadonnées des carnets.
Dès le départ, nous avons pris le parti-prix de l’interopérabilité. Il nous fallait des métadonnées en Dublin Core afin de pouvoir être moissonné. Nous avons alors établi un mapping pour convertir le tableau réalisé par les étudiants au format Dublin Core.

Puis, nous nous sommes attelés à la conception de la maquette afin de définir l’arborescence du site, et ses principales fonctionnalités : quelles modalités de recherche ? Une recherche simple, par mot clé, une recherche avancée permettant d’interroger les quinze champs du Dublin Core, une recherche par lieux avec un module de géolocalisation.

Quelles modalités de feuilletage ? On a eu l’idée de la loupe qui permettrait de bien lire les carnets, d’agrandir les schémas pour les voir avec une résolution optimale.
Concernant l’arborescence, nous voulions bien mettre en évidence la biographie et la bibliographie de Philippe Glangeaud, mais aussi l’importance de l‘héritage scientifique de Philippe Glangeaud aujourd’hui, et les croquis les plus remarquables, à l’aquarelle et à l’encre de Chine.
Nous voulions aussi rendre vivante et animée la démarche scientifique de Philippe Glangeaud. Disposant des photographies des échantillons de roches qu’il avait ramassés lors de ses expéditions scientifiques, nous avons eu l’idée de faire correspondre ces photographies de roches aux croquis établis par Glangeaud par le truchement du survol des images. Enfin, il importait de mettre en évidence la collection de cartes postales, qui donne un aperçu de l’Auvergne au début du vingtième siècle.

Nous nous sommes décidés assez vite pour choisir le logiciel. Omeka nous a paru bien correspondre à notre projet. Opensource et gratuit,  utilisé par de nombreuses institutions culturelles, il permet tel un CMS d’éditer du contenu, de gérer des collections d’images ou de textes en ligne, et de réaliser des expositions virtuelles.
Il faut dire aussi que nous avons été grandement impressionnés par l’exemple de la bibnum de Rennes 2, qui a fait un usage remarquable d’omeka pour mettre en ligne ses collections numérisées.
Simple à administrer, ce logiciel à l’architecture modulaire a de nombreuses fonctionnalités. Il permet notamment d’importer en masse les métadonnées, ce qui nous a grandement simplifié la tâche pour mettre en ligne l’ensemble des carnets.
Nous avons donc utilisé le module « CSV import », « exibit builder » pour les expositions virtuelles, « géolocalisation »pour localiser les sites sur google map, « OAI-PMH repository » pour rendre notre entrepôt moissonnable, et enfin le module « simple page » pour éditer des pages en html.

Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud constituent un work in progress, un travail en devenir, puisque de nouvelles contributions des géologues du LMV donneront à voir et à comprendre l’héritage de Philippe Glangeaud aujourd’hui. D’où l’idée d’une page d’accueil, qui d’un côté, par la vitrine mobile, donne à voir les images les plus significatives de l’oeuvre du géologue, et de l’autre, donne à lire les nouvelles contributions scientifiques sur l’actualité de Philippe Glangeaud aujourd’hui.

En phase avec l’actualité du projet UNESCO 63, nous avons dans un premier temps mis en ligne l’ensemble des carnets du géologue relatifs à la chaîne des Puys et à la faille de Limagne. Mais, à terme, vous trouverez sur le site la quarantaine de carnets dont nous disposons. Comme certains de ces carnets ne sont pas encore indexés, nous allons proposer une indexation collaborative, en utilisant le module « contribution » d’omeka. Les géologues pourront ainsi contribuer à notre projet en identifiant les concepts géologiques, les lieux, et les croquis de Philippe Glangeaud.

Nous allons également améliorer la géolocalisation. Comme il a fallu faire vite, nous avons utilisé le module de géolocalisation proposé par omeka, qui fonctionne avec Google map. Mais google map pas ne fournit pas d’indications très précises en matière de géologie. C’est la raison pour laquelle il est prévu que nous travaillions avec le labo de Géographie de l’UBP, le geolab, afin de mettre en ligne une carte plus précise de l’Auvergne.

Plus encore qu’un site web »Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud » constitue un prétexte, un prélude pour approfondir sa connaissance de la géologie de l’Auvergne. Les carnets numérisés seront l’occasion de présenter les carnets « réels », sous la forme d’une exposition à venir à la bibliothèque de sciences. Et comme, il s’agit bien de « parcourir l’Auvergne sur les traces de Philippe Glangeaud », il est prévu que nous proposions aussi des excursions géologiques en Auvergne, à la manière de celles que proposait Philippe Glangeaud à ses étudiants et disciples.  Pour Pierre Boivin et le LMV, c’est là une manière de renouer concrètement avec l’héritage du géologue aujourd’hui.

Au sommet du Puy-de-Sancy, on trouve cette notice géologique réalisée par Philippe Glangeaud

Voici donc un projet à suivre. Jusqu’au sommet du Puy-de-Sancy ?

ANGD 2011 : de retour d’Aussois.

J’ai participé à la formation,  intitulée Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales organisée par le TGE Adonis, qui s’est tenue au Centre Paul Langevin d’Aussois,  du 10 au 14 Octobre 2011.
Une semaine de formation intensive et intense, dont j’aimerais faire le compte-rendu exhaustif.  Mais ce serait trop long. Je me contenterai donc de restituer les grandes lignes ce cette formation, que les organisateurs ont intitulée avec des verbes d’action, les six verbes d’un projet de gestion numérique des sources en SHS : décider, organiser, numériser, structurer, exploiter, diffuser.
Pour commencer, revenons aux fondamentaux. Qu’est-ce qu’une source de la recherche en SHS ? Ce peut être une infinité de choses : un manuscrit, une charte, un tract, une photographie, un dessin d’enfant, une carte géographique, un entretien filmé, une voix enregistrée, un agenda, une lettre, un carnet de terrain, un conte de fées. Toutes ces choses, précieuses ou triviales, constituent autant de matériaux, de données brutes de la recherche en SHS. Oui, mais qu’est-ce qu’on en fait ?  Comment exploiter ces sources dans le cadre d’un projet scientifique ? Comment les mettre à disposition, en ligne, pour que des chercheurs travaillent ces matériaux, à la source de publications nouvelles ? Et comment mettre en regard ces publications nouvelles avec les sources qui les ont constituées en leur fondement scientifique ? Ce sont ces questions que les humanités numériques, les digital humanities explorent, en produisant de nouveaux types de publications numériques, où les sources, les matériaux primaires, secondaires ou tertiaires sont reliées, hyperliées, aux oeuvres scientifiques, fidèle à l’exigence première d’administration directe de la preuve. Le tableau qu’a brossé Marin Dacos de ces nouveaux types d’édition en ligne, au cœur des digital humanities, donne une idée océanique des possibilités qui s’offrent pour les nouveaux passeurs de savoir en ligne. Le Centre pour l’édition électronique ouverte qu’il dirige se situe à la croisée de ces chemins. Ce stage, dans son ensemble, nous a permis de construire, en une semaine, un projet de gestion numérique des sources de la recherche, à partir d’un cas d’école. Lequel ? Je ne peux pas le dire, mais il vous suffira d’imaginer un exemple concret de sources à exploiter. A partir de là, il nous faut décider quel projet numérique et scientifique mettre en place à partir de ces sources. Décider, c’est trancher, orchestrer, se donner des objectifs, des délais, des moyens, travailler en mode projet, coordonner une équipe, accepter de prendre des risques, se lancer dans une aventure collective pour aboutir à la réalisation du projet, au delà de la mise en ligne, vers une exploitation scientifique des sources numérisées, comme Richard Walter l’a montré dans sa présentation.
Tout cela est possible si on s’organise, délègue, planifie les étapes. Le maître d’ouvrages (MOA) peut faire appel au maître d’oeuvre (MOE). Diverses méthodes d’organisation, pour veiller à la réalisation des tâches à accomplir dans les meilleurs délais, ont été approchées, comme autant de balises et de méthodes pour réussir son projet.
Puis vient le temps de numériser. La présentation de Michel Jacobson des archives de France a apporté un éclairage nouveau sur la numérisation des sons. On est passé ensuite à la pratique en numérisant les supports papier de nos sources.
L’analyse de la structuration du contenu est nécessaire pour transformer la source en matériau de la recherche. L’introduction à la Text Encoding for Interchange (TEI) a été présentée par Lou Burnard himself qui a cofondé ce format de balisage en XML en 1987 pour « faciliter l’échange, la création et l’intégration de ressources informatisées ». La TEI, c’est un outil du chercheur, qui lui permettra d’analyser un texte selon ses problématiques d’étude. Si l’encodage d’un texte nécessite la connaissance des balises du format XML, on aurait tord de confier cette tâche à un informaticien extérieur au projet de recherche, car la structuration du contenu fait parti intégrante de l’analyse. Après cette introduction, ce fut à nous stagiaires de dégager la structure de nos sources, afin d’en baliser l’analyse.
Une fois la source balisée, il faut être capable de l’exploiter, de l’interroger, de « faire parler les données du corpus », d’en extraire du sens. Les outils d’interrogation du balisage XML ont été présentés avec clarté par Denise Ogilvie, des Archives Nationales, et Anaïs Wion, du CEMAf, un laboratoire du CNRS.
Pour en citer quelques uns, les plus utilisés, Xpath, un langage pour formuler des questions en interrogeant l’arborescence d’un document formaté en XML; XSLT, pour transformer les arborescences XML dans un autre langage, HTML par exemple, et exprimer des requêtes; Xquery enfin, le langage d’interrogation des documents structurés en XML défini par le W3C, pour extraire des information des documents XML.
Une fois que nos sources ont été numérisées, structurées, exploitées, reste à les diffuser en ligne et assurer la promotion du projet scientifique qu’elles desservent. Il faut alors penser en terme d’écologie numérique au service de la science : Accessibilité, ergonomie, pérennité, citabilité, interopérabilité sont les cinq mots du web pour Jean-François Rivière. Mettre en ligne, oui, à condition de respecter les droits d’auteur. La présentation des questions juridiques liées aux bibliothèques numérique et aux corpus en ligne de Lionel Morel de la BNF a comblé l’assistance qui ne tarissait pas de questions. Gaëlle Hallair, une autre stagiaire, a écrit un billet sur son intervention.
Cet ANGD 2011, oui j’ai oublié de dire qu’il s’agissait d’une Action Nationale à Gestion Déconcentrée, mais l’année prochaine, ce sera une Action Nationale de Formation, nous a permis de bénéficier aussi des retours d’expériences des stagiaires. J’ai pu y présenter notre projet de site Internet sur les carnets géologiques de Philippe Glangeaud.
Et rien de tel qu’une randonnée à mi-stage pour prendre de la hauteur.

Montagne pelée Flickr licence Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0) par Jean et Nathalie

Ah ! Et puis, non, je ne peux pas conclure ce billet sans parler des rencontres, de la convivialité, de toutes ces professionnels rencontrés porteurs de projets passionnants.

Archives ouvertes institutionnelles : l’heure du choix va arriver

Les cinq prétendantes
Les cinq prétendantes retenues pour l’élection du 21ème titre de Reine d’Arles. Photo Ville d’Arles Patrick Mercier Source Flickr licence (CC BY-NC 2.0)

Mettre en place un dépôt d’archives ouvertes institutionnels pour le PRES de Clermont, y mettre en ligne d’abord les thèses, puis les autres publications des universités. Voilà ce qui est programmé de longue date.  Cet objectif est presque accompli. La décision officielle n’a pas encore été prise, mais voici résumé l’avis de la bibnum sur la question.

A commencer par une étude préalable, avec une dizaine de solutions envisagées : parmi elles, les  logiciels d’archives ouvertes mondialement connus: Eprints, Dspace, moins connus, Fedora, Invenio, l’incontournable plate-forme HAL, l’Outil de Référencement et d’Indexation pour un réseau de portail OAI-PMH (ORI-OAI), et même des GED libres, comme Nuxeo et Alfresco.
Ces logiciels ont été passés au crible des grilles comparatives, celle du PUL (aujourd’hui PRES de Lyon), celle de l’INSA de Lyon, leur documentation épluchée, des tests ont été réalisés, des formations suivies.
L’enjeu? Sélectionner les outils pour répondre aux mieux à nos attentes. Toute sélection suppose élimination, critères discriminants. Quels furent-ils?

Le premier critère est la compatibilité au protocole OAI-PMH. Pour les novices, j’explicite brièvement : Open Archive Initiative Protocol for Metadata Harvesting, protocole issu de l’Initiative pour les archives ouvertes garantissant le moissonnage des métadonnées. En deux mots, ce protocole permet l’échange des métadonnées d’une plate-forme d’archive ouverte à une autre. Il permet de récupérer le lien et les informations concernant une ressource numérique déposée sur une archive ouverte et décrite avec les normes ouvertes standards, comme le Dublin Core, depuis n’importe quel poste Internet, avec un moissonneur.
C’est l’interopérabilité des données, le prérequis essentiel sans lequel on n’est plus dans le domaine des archives ouvertes. Les GED libres, Nuxeo et Alfresco, sont donc passées à la trappe. Bien que très performantes, elles ont été d’abord conçues pour les entreprises pour garantir la confidentialité des données avec d’importants dispositifs de protection. On est loin de l’ouverture, de la philosophie du partage des données sous-tendue par l’Initiative des Archives Ouvertes.
Restaient les autres plate-formes d’archive ouverte. Les autres critères de sélection sont la simplicité d’utilisation pour les usagers, la faisabilité du projet, la solidité de la communauté d’utilisateurs, la conservation pérenne des données.
Fedora a l’avantage de pouvoir s’implémenter avec Drupal. Si l’architecture de cette plate-forme a quelques accointances avec le web sémantique et des potentialités intéressantes,  l’outil suppose des développement colossaux. Invenio propose plusieurs formats de métadonnées et peut s’articuler au SIGB. Simple d’utilisation, certes, mais trop peu répandu.
Il ne restait plus que quatre plate-formes : DSpace, Eprints, ORI-OAI et HAL.
E-Prints est un logiciel conformes à nos attentes, nous en avons eu la démonstration à Toulouse avec le bel exemple d’OATAO, mais son architecture modulaire suppose de  nombreux développements.
Après une formation sur les entrepôts et moissonneurs à Nice, Dspace nous a paru simple d’utilisation, facile à manier, et assez ergonomique.
On ne dira jamais assez de bien d’ORI-OAI. Utilisé par de nombreuses universités, cet outil a fait ses preuves et s’avère particulièrement pertinent pour la gestion et la valorisation des thèses, en prenant en compte le format TEF, les métadonnées des thèses françaises. Cet outil a permis d’exemplaires réalisations, à l’instar de Pétale en Lorraine.
Et puis HAL bien sur. Que peut-on lui reprocher? Son label CNRS ? Mais il est temps de cesser le clivage entre les institutions. Son côté hébergé ? Oui, mais quel hébergement avec archivage pérenne des données au CINES, on en sera que mieux loti.
Et puis,  la bibnum a orchestré la mise en production effective de STAR, qui a peu ou prou coïncidé avec le lancement du portail des thèses. Les thèses de Clermont-Ferrand, déposées dans STAR, du moins celles dont les auteurs ont autorisé la diffusion en ligne, sont par défaut devenues automatiquement visibles dans TEL (Thèses en ligne).  Alors pourquoi ne pas garder TEL ?
Quelque part sur un serveur de la bibliothèques sont stockées quelques cinq cents thèses électroniques antérieures à STAR, en attente de mise en ligne. Comment les rendre accessibles sur une plate-forme unifiée ? Puisqu’on utilise déjà TEL, pourquoi ne pas poursuivre dans cette voie et importer nos thèses antérieures à STAR dans cette archive ouverte ?
C’est simple, il est possible d’y importer des publications par lot avec un  fichier XML depuis n’importe quel compte utilisateur, à condition d’en demander l’autorisation au CCSD, ce qui nous a d’emblée été octroyé.
On peut ainsi y mettre en ligne l’ensemble des thèses électroniques d’Auvergne, en leur donnant une visibilité nationale, européenne et même mondiale. Recommandée par l’ANR et les instances officielles d’évaluation, cette plate-forme assure la conservation pérenne des données et améliore considérablement le référencement des publications dans les moteurs de recherche. Alors pourquoi se priver de HAL-TEL ? Créer une collection recensant l’ensemble des publications clermontoises et lui attribuer une interface graphique personnalisée en harmonie avec le site de la BCU valorisera la Bibliothèque comme institution autant que la recherche menée au sein du PRES Clermont Université.
Utiliser HAL et TEL implique peu de développement, juste une personnalisation de la charte graphique.
HAL-TEL s’impose pour plus de simplicité, de facilité d’utilisation, de visibilité, d’accessibilité, et de pérennité des données de la recherche.
Rien de tel que TEL pour valoriser les thèses clermontoises !

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (3)

La première relève de ma fonction. Webmestre, j’ai conçu avec mes collègues le nouveau site web de la bibliothèque. Faciliter l’accès aux ressources et aux services, proposer des espaces interactifs de communication et une navigation attractive, voilà un travail passionnant. J’ai d’ailleurs sur le feu une autre maquette de site web : Philippe Glangeaud, carnets de voyages géologiques en Auvergne. A partir de la mise en ligne des carnets numérisés de Philippe Glangeaud représentant la Chaîne des Puys, le site proposera plusieurs expositions virtuelles, s’articulant autour de plusieurs angles thématiques sur l’œuvre du géologue. Une manière de rendre hommage au professeur de la faculté des sciences de Clermont, en invitant tout à chacun à suivre ses traces.

Buste de Philippe Glangeaud par le sculpteur Vaury, édifiée au Jardin Lecoq.

Un autre aspect de mon travail réside dans la gestion des documents numériques produits par la bibliothèque. Nous nous attelons aujourd’hui au choix des outils pour mettre en ligne les thèses des universités de Clermont, et les images numérisées de la bibliothèque.

La seconde raison de travailler en bibnum, c’est le travail en équipe. Nous sommes complémentaires l’un à l’autre, et travaillons en bonne intelligence. Réactifs, dynamiques, nous trouvons collectivement des solutions aux problèmes que nous rencontrons, dans un climat d’émulation réciproque.

Troisième raison, les usagers : étudiants, enseignants, et chercheurs. Que les étudiants puissent accéder, le plus facilement possible, aux ressources documentaires, c’est là un facteur déterminant de leur réussite. Nous sommes aussi partenaires des enseignants. S’ils nous prescrivent des ressources électroniques, nous leurs offrons des espaces interactifs, pour communiquer via le site de la bibliothèque. Les chercheurs enfin, avec qui nous travaillons, de plus en plus. Nous leur apportons une expertise documentaire et éditoriale en termes d’édition électronique et de gestion des ressources numériques. Nous participons aux projets de recherche : Enfance Violence Exil, pour la constitution des collections numérisées et la description des ressources. Et maintenant, d’autres collaborations se mettent en place. Nous devenons acteurs de la recherche en train de se faire. Cette confrontation enrichit notre pratique et la met à l’épreuve.

Un formulaire en ligne pour décrire les ressources…

Les formulaires en ligne de google document, vous connaissez ? Non, il ne s’agit pas de faire de la pub pour google qui prétend organiser toute l’information du monde, non, pas de polémique ici, mais juste rendre compte de l’utilisation d’un outil bien pratique, ergonomique, pas très connu encore, et que nous utilisons de manière très spéciale à la BCU depuis quelque temps.

La première fois que j’ai utilisé les formulaires google document, c’était il y a quelques années, lorsque pour le groupe Etudes et enquêtes du GT Couperin sur les ERMS, nous avions mené l’enquête préalable à l’implémentation d’un ERMS partagé.
Outil d’enquête, le formulaire adressé à l’ensemble des responsables docelec des bibliothèques de l’enseignement supérieur permettait de visualiser, sur un classeur excel en ligne, l’ensemble des réponses aux questions posées, selon l’ordre que nous avions défini. A l’époque, j’avais trouvé l’outil épatant. Les réponses aux questions s’affichaient sur le classeur instantanément, aussitôt les questionnaires remplis.

Parasol par Bread Mouth sur Flickr

Quelques années plus tard, à la bibliothèque Clermont Université,  lorsqu’il a fallu trouver le moyen de permettre aux chercheurs du projet Enfance Violence Exil de décrire les dessins d’enfants numérisés pour être mis en ligne sur le site du projet EVE en construction, j’ai pensé à ces fameux formulaires en ligne de google document. Ils permettent de guider aisément les novices dans l’univers standardisé du Dublin Core, en donnant aux usagers toutes les indications nécessaires pour remplir correctement les métadonnées. Il suffit de remplir un classeur google docs avec quinze colonnes correspondant aux éléments du Dublin Core, le transformer ensuite en formulaire (outils/ edit form), inscrire enfin tous les conseils pour faciliter la description. Lorsque les formulaires sont remplis, les métadonnées sont prêtes à être exportées et exploitées dans la bibliothèque numérique.
Nous avons aussi utilisé ce formulaire pour recueillir les métadonnées des ressources associées à notre projet de bibliothèque numérique sur Philippe Glangeaud, qui fera l’objet d’un prochain billet.

Finalement, c’est dans le contexte de la bibliothèque numérique un outil de médiation entre le monde de la bibliothèque et le monde de la recherche, une manière de faire coïncider les exigences documentaires normalisées de la description des ressources avec une plaisante simplicité d’utilisation.

Blog-notes, actualités : les contenus du nouveau portail BCU à la loupe.

Encore un billet sur notre nouveau portail BCU, la parole est à la webmestre.

poupées russes

Après avoir envisagé la construction du site web du côté de la technique, envisageons-la du côté du contenu.

Lorsque je suis arrivée à la bibnum, le 1er Octobre dernier, ma première mission était de donner forme au nouveau portail de la BCU, sachant qu’il y aurait, c’était prévu, un site principal, et autant de mini-sites qu’il y a de sections, pour faciliter la mise en ligne des contenus. En amont, il a bien fallu concevoir la structure du site principal et des mini-sites, définir les fonctionnalités principales, et les types de contenus. Cela suppose d’abord faire la typologie des contenus que l’on aimerait trouver dans un site de bibliothèque : Les actualités, les pages bases de données, les pages bibliothèques qui alimenteront le répertoire, mais aussi les « mercredis de la science » les« jeudis du patrimoine », les outils, etc. Puis, il faut définir comment se présentent et s’organisent  ces contenus, comment les indexer pour facilement les retrouver.

Nous voulions une architecture décentralisée dans laquelle chaque section puisse éditer les contenus relatifs à la vie et aux collections des bibliothèques. Alors est venue l’idée des réseaux disciplinaires, les mini-sites se sont appelés réseau lettres, réseau sciences et STAPS, réseau droit et sciences économiques, réseau santé, réseau IUT, réseau IUFM. Rien de très ésotérique. Des communautés de bibliothèques universitaires spécialisées pour des publics spécifiques.

Au début du projet, cette distinction des sites des sections a suscité chez les collègues quelques appréhensions. Six mini-sites gérés par les sections ? Et qui va faire quoi ? Le CMS drupal permet une fine répartition des rôles. Sachant qu’il y a en moyenne deux administrateurs par section, et un nombre variable de contributeurs, les conservateurs des sections qui avaient la fibre éditoriale sont naturellement devenus administrateurs de leur mini-site, les autres collègues intéressés sont devenus contributeurs. Au final, dans certains cas, c’est toute l’équipe de la section qui prend en charge l’alimentation de leur site. Ce que l’on pouvait craindre aussi, c’est que l’inégale répartition des forces entre les équipes des sections ne génère un déséquilibre éditorial entre les mini-sites. Certains sites sont plus alimentés que d’autres, mais les déséquilibres tendent à se résorber. Les collègues se sont bien appropriés l’outil, ayant bénéficié d’une formation idoine.

Si nous avions bien un site principal et des mini-sites, pour faciliter l’appropriation du CMS par les collègues des sections, il ne fallait pas que cette distinction ne soit trop visible. Pour les usagers, il fallait bien maintenir l’impression de naviguer dans un seul et même site, en parcourant plusieurs réseaux, sans changer totalement d’univers graphique. Il fallait maintenir l’unité du portail face à cette multiplicité des mini-sites en réseaux. Cet impératif nous a amené à revoir la structure des mini-sites, à commencer par le menu. Nous avions conçu le menu du site principal comme une architecture permettant de déployer l’offre générale de toute la BCU en termes de ressources, de services, et d’activités culturelles. Les menus des mini-sites présentent aux usagers des bibliothèques spécialisées l’offre documentaire spécifique des sections. Pour garder cette impression de naviguer sur un seul et même site, il nous fallait un menu unique sur le bandeau horizontal, et en toute logique, c’est le menu du site principal que l’on a gardé comme référent. Il était important de ne pas trop cloisonner la navigation et sectoriser l’information. Nous avons placé à gauche les menus spécifiques des mini-sites pour rétablir l’équilibre entre ressources et services spécifiques offerts par une section et l’offre globale de l’ensemble du réseau de la BCU.

Pour les réseaux disciplinaires, nous avons souhaité un positionnement à la fois d’expertise et de proximité. Expertise des bibliothécaires, prêts à donner des conseils bibliographiques ciblés, à mettre en œuvre des formations spécialisées, à donner des pistes aux étudiants, pour qu’ils réussissent. Proximité, car ces mini-sites s’adressent d’abord à un public d’étudiants habitués à venir souvent dans la même BU, désireux de savoir jusqu’à quand vont durer les travaux, si la BU ferme pendant les vacances, ou pour combien de temps ils peuvent garder leurs livres empruntés. Impatients d’utiliser leurs mini-sites, les bibliothécaires du réseau attendaient avant tout un outil de communication. Ces mini-sites allaient pour eux être l’occasion de partager leurs expertise documentaire, et de jouer en ligne leur rôle de personne ressource. C’est la raison pour laquelle au sein de chaque mini-site, on trouve bien un blog orienté sur la discipline de la section où les bibliothécaires font la promotion des nouveaux ouvrages, commentent l’actualité scientifique, donnent des conseils de lecture, bref, valorisent les collections et les services de leur bibliothèque.

Je me souviens au bibcamps, lors de l’atelier « repenser son site web » avoir présenté la maquette de ce nouveau site. Nous étions en plein débat sur le rôle des sites de BU. L’objectif premier d’un site de BU, disait-on, c’est de proposer des services en ligne. Tous les services de la bibliothèque devraient avoir un décalque web. Je suis bien d’accord, et c’est bien dans cette direction que nous allons, pour faciliter l’accès aux ressources, et simplifier les démarches des lecteurs. J’avais aussi noté cette phrase : « l’enjeu d’un site de bibliothèque n’est pas le contenu éditorial, mais les services en ligne qu’il propose. » Là, je ne suis qu’à moitié d’accord. A mes yeux, le contenu éditorial a autant d’importance que les services en ligne, car par le contenu, c’est toute la bibliothèque qui prend position vis-à-vis des lecteurs. Et puis, du contenu de qualité, n’est-ce pas aussi un service ?

Nouveaux temps, nouveaux rôles pour les professionnels de l’information : la gestion et la préservation des collections numériques.

Un rapport de l’association des bibliothèques de recherche paru en mars 2011 fait le point sur le rôle des bibliothèques de recherche. « Digital curation for preservation », le titre du rapport annonce tout un programme. On pourrait le traduire avec les expressions « édition électronique », « sélection et gestion des contenus numériques » ou « archivage pérenne », ou garder présent à l’esprit le sens premier de curation :  soin, traitement de l’information numérique en vue de sa préservation. L’enjeu ? préserver numériquement notre mémoire collective.

A l’heure où prolifère l’information numérique,  où est la valeur ajoutée des bibliothèques de recherche ? Quelque part dans la chaîne des évènements qui produit de l’information et des nouvelles connaissances.

Le travail des bibliothèques s’est historiquement organisé autour du service public, de la bibliographie, et de la constitution de collections pour les usagers, avec, pour corollaire, les services d’acquisition, de catalogage,  et d’accès aux collections.

Aujourd’hui,  la bibliothèque numérique s’articule autour de trois concepts clés : l’infrastructure, le contenu, les services.

Dans l’infrastructure, s’imbriquent « l’équipement, les technologies, et l’expertise humaine appliquée à l’organisation ». En d’autres termes, l’infrastructure, ce pourrait être l’équipe de la bibliothèque numérique, avec toutes ses compétences technologiques et tout le matériel dont elle dispose : postes informatiques, serveurs, banc de numérisation, baies de stockages.

Le contenu, c’est tout le contenu que la bibliothèque numérique rend accessible, des ressources électroniques souscrites aux collections numériques produites.

Les services incluent les services bibliographiques traditionnels, mais aussi les services émergents dans le domaine virtuel : la production d’informations, l’accès, la dissémination, et l’archivage pérenne.

Or, infrastructure, contenus, et services sont directement impactés par le changement de paradigme que vivent les bibliothèques de recherche aux niveaux culturels et institutionnels.

De nouvelles missions s’imposent alors pour les bibliothèques :

  • Cyber-infrastructure et collaborations :
    L’enjeu est de créer, disséminer et préserver l’information numérique au sein de l’infrastructure, pour que les chercheurs puissent communiquer en toute efficacité, sans qu’ils aient besoin d’inventer, à chaque nouveau projet, de nouveaux outils de médiation scientifique.
  • Acquisition et hébergement :
    La plus-value des bibliothèques de recherche est dans la gestion numérique et la préservation de la production intellectuelle des chercheurs. Reste à leur mettre à disposition des plate-formes en ligne pour héberger tous ces types de contenus. Réaliser une archive ouverte institutionnelle, par exemple, ou une bibliothèque numérique pour valoriser les collections numérisées, tous ces projets entrent de plein-pied dans ces missions.
  • Edition électronique, services de gestion et de préservation.
    L’acquisition est donc complémentaire à la production de contenus, et à l’archivage numérique pérenne. L’enjeu est de créer de forts partenariats entre la bibliothèque et la communauté académique.  Car les bibliothèques sont sans doute les mieux placées pour offrir aux usagers des solutions de publication électronique, quitte à envisager des partenariats avec les presses universitaires. Les bibliothèques bénéficient aujourd’hui d’un capital d’expériences réussies dans le domaine de la publication électronique, de la production de journal en libre-accès aux archives ouvertes, en passant par les éditions universitaires numériques.

Avec ces mutations, le profil du bibliothécaire est amené à se diversifier, et de nouvelles tâches émergent.

  • Conseils en acquisition et en droit d’auteur.
    A la mission initiale du bibliothécaire, veiller à la qualité, à la pertinence et au maintien des collections, s’ajoutent de nouvelles exigences : établir de nouveaux critères pour évaluer la stabilité, la viabilité et l’authenticité des fichiers numériques, dès l’acquisition. Avec l’assistance des juristes, les bibliothécaires créent et ajustent les politiques d’acquisition et d’échange pour garantir le maintien  et la préservation du contenu numérique.
  • Formation des usagers.
    Ce rôle a des aspects physiques et virtuels. Les bibliothécaires sont de plus en plus impliqués dans la vie du campus pour offrir en partenariat avec les enseignants des services de références virtuelles, et des environnements propices à l’auto-formation.
  • Observation anthropologique des usages.
    Les bibliothécaires s’immergent volontiers parmi les natifs du campus et observent, étudiant leur production d’information et leurs habitudes de consommation. Si les bibliothèques de recherche espèrent anticiper les futurs besoins de leurs usagers, elles doivent au préalable bien identifier leur public : des personnels administratifs aux professeurs en passant par les étudiants.
  • Construction de systèmes d’information documentaire.
    Concevoir l’architecture d’espaces physiques, mais aussi virtuels, comme un site web, une archive ouverte institutionnelle, et d’autres systèmes d’information. Et d’autres activités plus discrètes : établir des licences, créer des métadonnées, des recherches sur le droit d’auteur. Accoutumer les étudiants à de nouveaux modes de publication numérique.
  • Production de contenus et dissémination.
    La conservation des collections, mission historique des bibliothécaires, demeure au cœur du métier, mais la mission a de nouveaux atours : c’est l’attention portée au cycle de vie des données et des collections numériques. Le rôle a deux aspects distincts, mais inséparables : l’accès et la préservation. Dans le domaine numérique, les bibliothèques gèrent beaucoup plus d’informations que naguère, et facilitent l’accès aux usagers. La gestion numérique répond aussi à l’impératif de préservation des collections, qui se traduit par une attention croissante à la viabilité, à l’authenticité et à la pérennité des données numériques.
  • Management et organisation
    Une atmosphère propice au travail et à l’expérimentation sur le terrain peut être obtenue avec de nouvelles stratégies d’organisation. La coopération inter-institutionnelle décentralisée est essentielle pour amorcer ce virage numérique avec succès. L’enjeu est d’aider le personnel à s’adapter et à acquérir de nouvelles compétences. Une autre organisation du travail s’impose pour équilibrer les paysages physiques et numériques.
  • Conception et animation d’espaces collaboratifs.
    Les bibliothécaires travaillent en réseau, mais à l’heure du numérique, les collaborations doivent s’amplifier pour l’échange durable des bonnes pratiques autour des besoins communs, du développement des technologies à l’archivage pérenne, en passant par la gestion des dépôts d’archives. Les bibliothécaires commencent patiemment à coordonner des alliances intra et inter institutionnelles, et à établir clairement les rôles et les responsabilités de chacun dans cet effort partagé. Ils apprennent aussi à forger de saines relations collaboratives pour gérer collectivement les données numériques.

New roles for new times : digital curation for preservation.
Tyler Walters, Katherine Skinner
March 2011
Report Prepared for the Association of Research Libraries