Open access : Encore une année record à l’UCA

Autocollants HAL UCA
Des autocollants pour promouvoir le Portail HAL de l’UCA.

Presque 18 000 textes accessibles librement sur le Portail HAL de l’UCA !

Aujourd’hui, sur l’ensemble du Portail HAL de l’UCA, tout type de production confondu, 17 957 textes, soit 37,8 % de la collection, sont à présent consultables en libre accès[1]. Cela représente une augmentation de 24 % par rapport à l’année dernière où l’on comptabilisait un accès libre à 14 463 textes intégraux.

Le nombre de productions scientifiques référencées annuellement dans HAL est lui aussi en croissance. En effet, à cette même période de 2019, seules 2 518 références bibliographiques de 2018 étaient saisies dans HAL, contre 3 484 aujourd’hui pour 2019. L’intérêt pour la science ouverte et la prise en main de HAL par les chercheur·euses se reflète dans les chiffres.

Plus spécifiquement, le libre accès aux articles de revue, là où la loi pour une République Numérique permet une diffusion sur HAL, a lui aussi augmenté sur les références de 2019. 53 % des articles de 2019 sont en effet en libre accès sur le Portail HAL de l’UCA, contre 50 % en 2018 à cette même période du bilan de début d’année.

Enfin, le nombre de dépôts rétroactifs dans HAL a lui aussi largement augmenté. 7 310 références bibliographiques de tout type avaient en effet été saisies en 2018 contre 9 797 cette année. Parmi ces références, 1 775 étaient accompagnées d’un dépôt de fichier directement dans HAL en 2018, contre 2 139 en 2019, soit une augmentation de 20,5 %.

A suivre en 2020, où l’on atteindra peut-être la barre symbolique des
10 000 saisies dans HAL.

Protocole accord HALParallèlement, 20 laboratoires de l’université sont aujourd’hui signataires du Protocole d’accord HAL, document qui engage à aller vers la science ouverte via la prise en main de HAL. En 2019, les équipes de la Bibliothèque ont ainsi pu former 100 personnes à l’utilisation de HAL (78 EC et 22 doctorant·es) et 443 aux questions de la science ouverte (286 EC et 157 doctorant·es).

L’UCA a également accueilli en novembre dernier des intervenant·es venus présenter de nouveaux modes d’édition en open access (Episciences.org, Peer Community in, le centre Mersenne et le POLEN). Plus de 80 personnes, dont une majorité d’enseignant·es-chercheur·euses et de doctorant·es étaient présent·es.

Une nouvelle feuille de route pour la science ouverte en 2020

“Randonnée pédestre, Sentier, Aventure”, publié par Free-Photos sur Pixabay (Licence CC0 Public Domain, libre pour usage commercial, pas d’attribution requise)

Un fonds UCA pour la science ouverte de 29 000 € a tout d’abord été voté à la Commission de la recherche. Celui-ci permettra de développer plusieurs projets :

  • communication sur la science ouverte, organisation de manifestations et de formations,
  • adhésion/participation à des plateformes éditoriales en accès ouvert,
  • soutien et développement de la pépinière de revues en accès libre gérées par le POLEN et la Bibliothèque Universitaire en vue de l’adhésion à Open Edition Journals,
  • amélioration de la qualité éditoriale des revues POLEN publiées,
  • étude d’une piste pour aider les Presses universitaires Blaise Pascal à passer en open access,
  • soutien à l’appel à projets du Comité pour la science ouverte (50 % établissement / 50 % fonds national).

L’UCA souhaite aussi responsabiliser les laboratoires en matière d’APC (article processing charges, frais demandés parfois à l’auteur·rice pour publier en open access) et le rejet du modèle hybride (revues sous abonnement qui proposent un open access payant pour des articles individuels). L’idée est d’encourager les publications en libre accès vers de nouveaux modèles sans APC et de poursuivre la sensibilisation et l’accompagnement des laboratoires au dépôt dans HAL.

Concernant l’ouverture et le partage des données de la recherche, l’UCA a également mis en place un groupe de travail afin de proposer ensuite plusieurs services en corrélation avec ce qui est mené au sein des autres établissements de la recherche. L’université souhaite ainsi proposer, courant 2020, un « guichet unique » pour accompagner les unités sur l’ensemble des questions liées au stockage et au partage des données de la recherche.

« L’objectif à 5 ans est de permettre à tout acteur·rice local·e de la science de disposer des services pertinents pour rendre ses publications et ses données disponibles en libre accès tout en protégeant sa contribution à leur production. »

Une politique science ouverte est également inscrite dans le schéma stratégique scientifique de l’UC2A afin de mener des actions autour de l’accès libre aux publications et de proposer une offre de service pour le stockage et le partage des données de la science. Un groupe de travail est déjà en place afin de mener des actions communes dans la formation des chercheur·euses et doctorant·es.

Enfin, pour être en accord avec les principes de la science ouverte, l’université a également mis en place un groupe de travail afin de repenser les méthodes d’évaluation des chercheur·euses et de la recherche scientifique, en accord avec les principes de la Déclaration de San Francisco, signée en 2018 par l’UCA et des engagements pris dans le cadre du label HRS4R (Human Resources Strategy for Researchers) :

  • établir des recommandations et une charte pour le recrutement, la promotion des EC et l’évaluation des projets internes,
  • sensibiliser la communauté scientifique sur l’importance du contenu scientifique d’un article, plutôt qu’à celle des indicateurs de publication.

L’année 2020 prévoit ainsi des projets riches et variés pour développer encore la politique de science ouverte de l’UCA et pérenniser les actions déjà menées à bien.

[1]Dépôt de fichier dans HAL avec ou sans embargo, lien vers éditeur en open access, lien vers arXiv, lien vers PubMed Central ou lien vers ISTEX.

Open access : quels nouveaux outils pour publier ?

Le jeudi 7 novembre 2019, l’Université Clermont Auvergne et associés a organisé une matinée d’étude consacrée aux nouveaux outils de publication en open access. Les intervenant·es étaient invité·es à présenter leurs outils et services innovants, en faveur de l’édition scientifique en libre-accès.

Retrouvez les vidéos, supports et posters des interventions en ligne

Valérie Legué, Chargée de mission « Promouvoir la science Ouverte » (UCA), a introduit la matinée en rappelant le contexte actuel de l’édition scientifique.

« L’accès aux publications, et désormais les frais de publication en open access, poursuivent leur inflation alors que les institutions voient leurs budgets en baisse. Au-delà du problème économique, l’intégrité de la science et la façon de l’évaluer sont désormais en question.

Dans ce débat fondamental, de nouveaux modèles et de nouveaux outils permettent de s’éloigner d’un modèle unique au profit d’une bibliodiversité plus saine et d’éviter que le modèle auteur-payeur ne devienne le nouveau modèle économique exclusif. Leur point commun, quelle que soit la discipline, est de remettre l’évaluation par les pairs au cœur du processus et de reposer directement sur la communauté scientifique. »

Raphaël Tournoy, Responsable du projet Episciences (CCSD), a tout d’abord présenté Episciences.org, une plateforme d’épi-revues.

« Episciences.org marie de façon innovante les deux voies du libre-accès : la voie dorée par l’hébergement de revues en open access (épi-revues) et la voie verte puisque le processus de soumission des articles se fait par un dépôt dans une archive ouverte.

Les comités éditoriaux des épi-revues organisent l’activité d’évaluation et de discussion scientifique des prépublications soumises ou sélectionnées. Les épi-revues peuvent ainsi être considérées comme une « sur-couche » (overlay) aux archives ouvertes ; elles y apportent une valeur ajoutée en apposant la caution scientifique d’un comité éditorial à chaque article validé.

Les objectifs sont de réaliser des revues à moindre coût et de mettre en œuvre le libre-accès aux versions électroniques des articles. Les épi-revues peuvent être soit des nouveaux titres, soit des titres existants dont la politique d’accès permet de se joindre à la plateforme. La plateforme Episciences.org accueille des épirevues de toutes disciplines scientifiques. »

Plus d’informations sur Episciences.org

Thomas Guillemaud présente Peer Community in.

C’est ensuite Peer Community in qui a été présenté par son co-fondateur, Thomas Guillemaud, Directeur de recherche (INRA).

« Peer Community in (PCI) vise à créer des communautés spécifiques d’éditeurs qui organisent l’évaluation et recommandent gratuitement des preprints dans leur domaine (des articles non publiés dans des journaux et déposés dans des archives ouvertes comme arXiv.org et bioRxiv.org) pour les rendre complets, fiables et citables, sans qu’il soit nécessaire de les publier dans des journaux  » traditionnels  » (même si les auteurs peuvent ensuite soumettre leurs preprints recommandés à des journaux).

Lorsqu’un éditeur décide de recommander un preprint, il rédige un texte de recommandation qui est publié avec toute la correspondance éditoriale (reviews, décisions de l’éditeur, réponses des auteurs) par la PCI.

La première PCI a été lancée en 2017 : PCI Evolutionary Biology (PCI Evol Biol). Plus de 700 collègues ont déjà rejoint PCI Evol Biol, PCI Paleontology, PCI Ecology, PCI Animal Science et PCI Entomology. PCI Genomics et PCI Registered Reports devraient ouvrir prochainement. »

Plus d’informations sur Peer Community in

Emmanuel Royer, Directeur adjoint scientifique de l’Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions (CNRS), a ensuite présenté le système des publications diamant en mathématiques du centre Mersenne.

« Le centre Mersenne est une plateforme d’édition en libre-accès pour les publications scientifiques. Il vise à promouvoir l’édition scientifique en libre-accès et à fournir aux scientifiques les outils pour la réaliser. » La publication diamant offre ainsi un système de publication à la fois gratuit pour le lecteur et pour les auteurs.

Plus d’informations sur le centre Mersenne

Enfin, Jessica Leyrit, Administratrice du Portail HAL de l’UCA, a présenté les services du Pôle éditorial numérique de l’UCA, dirigé par Françoise Le Borgne.

« À travers le Pôle éditorial numérique (POLEN), l’UCA soutient l’open access en accompagnant les directeurs de revues dans l’élaboration de leur revue numérique ou la numérisation de leur revue papier. Les équipes du POLEN leur proposent les services éditoriaux les plus adaptés à leurs besoins mais aussi des conseils visant à donner à leur publication la plus grande crédibilité possible pour lui permettre d’être diffusée à terme sur OpenEdition Journals ou une autre plateforme de diffusion de revues en libre-accès. »

Plus d’informations sur le Pôle éditorial numérique de l’UCA

Cette matinée, qui s’inscrivait dans le cadre de l’Open access week annuelle, a rassemblé plus de quatre-vingt personnes, dont une majorité d’enseignant·es-chercheur·euses et de doctorant·es, un franc succès !