Confidentiel (5) : qui divulgue, quand et où ?

Pont de bois se divisant en deux.
Choices – Brigde in Wildlife Park, UK, (publié sur FlickR sous le pseudonyme « Shadowfax The Second » sous licence Creative Commons Attribution, pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique)

 En somme, depuis quatre billets je prêche la divulgation des tarifs pratiqués par les éditeurs scientifiques. L’avisé lecteur de l’Alambic a beau être patient, il est maintenant en droit de demander pourquoi diable je ne divulgue pas sans plus tarder tous les tarifs dont j’ai connaissance.

Je ne vais pas me livrer séance tenante à une divulgation de cette ampleur, mais je ne vais pas non plus me dérober à la question. Y répondre me permettra accessoirement d’exposer en détail les conditions dans lesquelles, à mon avis, la divulgation doit se faire. Car on l’aura compris : il ne fait pas de doute à mes yeux qu’elle est nécessaire.

Quand divulguer ?

Quand bien même on a admis la valeur d’un principe, les modalités d’application sont décisives. Si donc la divulgation doit être utilisée comme point d’appui pour des négociations, il faut en maîtriser le tempo et le déroulement. Supposons par exemple, qu’au cours d’une négociation difficile, les négociateurs décident de jeter sur la place publique leur désaccord avec un éditeur sur sa politique tarifaire. Cet acte rompt de fait la négociation et déclenche un conflit ouvert. Les négociateurs espèrent bien sûr en sortir renforcés et faire plier l’éditeur en prenant à témoin l’opinion ; cependant, le conflit lui-même comporte ses risques. Il faut donc s’assurer, avant de le déclencher, que la négociation est bien en situation de blocage, que les conditions auxquelles elle aboutit sont absolument inacceptables et que par conséquent il n’y a rien à perdre à engager un conflit. Ce qui vaut pour la tactique en négociation vaut pour la divulgation en général. C’est un processus de rupture. Il me semble qu’il doit être engagé de façon méthodique. Et j’ai la candeur d’espérer que c’est possible.

Pensons à l’emblématique cas Elsevier. Aujourd’hui, la divulgation des tarifs payés par les universités anglaises est accomplie, sans remous majeurs (que je sache). En France, la négociation 2014-2018 n’est pas achevée, le contrat n’est pas signé. Mais demain l’accord sera officialisé et entrera en application [mise à jour immédiate : on vient de me signaler que le marché était officiellement notifié depuis le 18 juillet dernier]. Dès lors, comment refuser qu’il soit porté à la connaissance du public dans tous ses aspects ? Et comment imaginer que ce qui sera fait pour Elsevier ne soit pas progressivement étendu aux autres éditeurs ? Une première condition de bonne divulgation est donc, je crois, d’y procéder suivant un rythme immuable. Laisser passer le temps de la négociation, puis divulguer le résultat sans hâte (par exemple dans un délai d’un à trois mois après la signature ou l’entrée en vigueur du contrat), mais systématiquement.

Qui divulgue ?

Cette question est encore plus importante que la première, et la divulgation effectuée Outre-Manche cette année est pleine d’intérêt pour amorcer la discussion. Tim Gowers a sollicité, une à une, l’ensemble des universités britanniques en les interrogeant sur leur dépense Elsevier. Il s’est heurté à des réticences assez nombreuses et compréhensibles dans son enquête, mais finalement elles ont toutes été surmontées. C’est donc que la légitimité de sa démarche a été reconnue, mais c’est aussi que sa légitimité personnelle était indiscutable. Il pouvait être considéré d’un côté comme un citoyen indépendant n’ayant d’autre intérêt dans le jeu que la simple curiosité civique. Mais dans le même temps il jouit d’un prestige scientifique et d’une notoriété qui le mettait à l’abri d’un refus non motivé ou d’un silence méprisant. De ce fait, le risque personnel qu’il encourait était réduit (je ne crois pas que cela ôte quoi que ce soit à l’intérêt ni au mérite de sa démarche) et son succès plus assuré (il lui a tout de même fallu patience et opiniâtreté!). Je pense que Joe Bloggs aurait eu plus de mal à obtenir la même information, comme à la rendre visible au monde entier.

Une opération similaire ne serait pas impossible en France : nous avons aussi nos Tim Gowers. Mais le contexte français a ses spécificités : malgré l’autonomie universitaire notre gestion des négociations conserve une forte dimension centrale, qu’illustre par exemple la politique des licences nationales. Nos négociations aussi sont le fait d’un opérateur national (même s’il a un statut associatif), qui distribue le travail de négociation, centralise les résultats et porte une parole institutionnelle face aux éditeurs. Les gros contrats sont portés par l’ABES, autre opérateur national. Cette spécificité emporte une conséquence et un intérêt évidents pour la divulgation : celle-ci aussi, pour être efficace, doit et peut être nationale. Bien sûr, il est possible à chacun de divulguer « ses » chiffres. C’est une règle simple et peu contestable que de considérer que chacun est juge pour ce qui relève de son niveau de responsabilité. Personnellement, je crois avoir le droit, moyennant les réserves hiérarchiques habituelles, de rendre publiques les données qui relèvent de l’activité du site clermontois, parce qu’on ne peut asseoir une discussion, même polémique, que sur des données disponibles. Faute de quoi on en reste à une polémique allusive et inefficace1. Par ailleurs, un bon moyen d’avancer vers un partage d’information plus ouvert est de s’habituer à transmettre largement les informations locales ou anodines. Il est rassurant de constater que le monde ne s’écroule pas et que nul avocat ne vient frapper à ma porte si j’écris publiquement que mon université a payé 478 k€ en 2013 à Elsevier. Lorsque je sors de mon propre établissement, je trouve normal d’être plus circonspect. Quand bien même je suis favorable à leur divulgation, j’estimerais déroger à l’éthique et à l’élégance professionnelle en divulguant des données nationales dont j’ai connaissance, mais qui ne relèvent pas de l’activité locale et que je n’ai pas moi-même « produites ».

Certes, n’importe qui pourrait estimer mes scrupules mal placés et procéder lui-même à une divulgation systématique. Toutefois, il me semble que ce mode opératoire — dont je reconnais qu’il nécessite et manifeste un certain courage personnel — a de grands inconvénients. Pour le « divulgateur » bien sûr, qui se trouve inutilement au centre de l’attention et peut faire l’objet d’intimidations ou de sanctions (avec des conséquences qui peuvent être graves pour un individu). Mais aussi pour la communauté scientifique et universitaire : face à une initiative isolée, dont la légitimité n’est pas totalement indiscutable, les prises de position internes sont fatalement divergentes. Les institutions, prises au dépourvu par une divulgation non consentie et non assumée, songent surtout à se défendre et non à tirer parti de la situation nouvelle ainsi créée. La controverse qui suit toute initiative personnelle spectaculaire va alors à l’encontre du vrai bénéfice recherché : la cohésion de la communauté scientifique face à l’adversaire économique. Pour produire tous ses effets, la divulgation doit donc être intégrée à une démarche stratégique mûrie et volontaire. Si elle a pour effet de provoquer une polémique interne violente, elle est contre-productive à court terme. Et puis, quelle force de frappe a une divulgation individuelle ?

Retournons maintenant la perspective : si le débat interne a lieu avant et que la divulgation parvient à s’y imposer, elle acquiert la force d’entraînement du consensus ET la force de frappe de l’institution : there is safety in numbers, constate Tim Gowers lui-même en voyant les universités répondre les unes après les autres à sa question, même celles qui avaient commencé par refuser. Dans ce cas idéal, le poids collectif et institutionnel s’ajoute à celui de la divulgation pour manifester et renforcer la capacité d’action et la position du consortium. Autre bénéfice substantiel : la divulgation, n’étant pas le résultat d’une insoumission isolée mais d’une prise de position officielle, devient systématique et normale dans le très long terme.

Où divulguer ?

Il me semble donc que nous devons défendre la divulgation au sein du consortium Couperin et demander qu’elle soit effectuée par lui. Concrètement, elle pourrait se faire sur le site du consortium, il suffirait pour cela de modifier très légèrement la formule qui conclut la lettre d’accord sur le site, comme suit.

À l’exception des données tarifaires et des prix payés par chaque établissement, tous les documents relatifs aux négociations seront mis en ligne en accès public sur le site de Couperin.

Une solution alternative existe au cas où la mise en ligne sur le site même du consortium paraîtrait gênante ou techniquement difficile : passer par le site institutionnel consacré à la publication des données publiques. http://www.data.gouv.fr/fr/groups/education-et-recherche. Des documents financiers sont déjà disponibles sur ce site, et utiliser ce canal aurait l’intérêt de rendre les données plus facilement utilisables par la communauté scientifique ou la société civile. Si la demande de divulgation était rejetée par le consortium ou que l’hésitation prévalait dans les discussions, la CADA pourrait être saisie d’une demande d’avis par tout citoyen désireux de connaître les montants en jeu et leur répartition. Ce type de démarche aurait l’intérêt de constituer une forme de jurisprudence sur ces questions, et l’avantage de donner à la décision une assise juridique solide.

Conclusion et résumé

Il est temps de conclure. Cette série de billets m’a demandé un peu de travail et le temps de rédaction m’a paru considérable. Il est à craindre que sa lecture ne soit pas très digeste non plus. Pour ceux qui ont perdu le fil, pour ceux qui n’ont pas le temps de tout lire et qui voudraient juste savoir la fin, pour moi-même aussi, voici donc une brève synthèse conclusive qui reprend le principal propos de chaque billet2.

1 – Le mot de confidentialité est marqué d’une connotation juridique qui est impropre dans bien des cas3. Les risques que nous courons à divulguer des informations sont rarement liés à une situation d’illégalité ou aux conséquences judiciaires de la publication. Je n’ai pas examiné de nombreux contrats de documentation électronique, il est vrai, mais je n’en ai pas vu qui interdise la divulgation du montant des abonnements. Et si une clause existait sur ce point, elle pourrait certainement faire l’objet d’un recours, car la dépense publique, comme son nom l’indique, doit être connue du public. En pratique, les tarifs sont d’ailleurs aujourd’hui la seule exception à la pratique générale, qui est celle de la divulgation.

2 – D’un point de vue économique, il est très clair que la confidentialité des tarifs entretient une situation de concurrence entre les clients qui consolide la position de monopole des éditeurs. C’est une évidence connue par la théorie économique et illustrée par des exemples nombreux en dehors du monde de l’édition scientifique. Les éditeurs en font état eux-mêmes : la confidentialité protège leurs politiques tarifaires. Gênante du point de vue de la théorie économique, la confidentialité est donc nuisible, en pratique, au contrôle de la dépense publique.

3 – La confidentialité est en revanche pleinement justifiée dans des lieux et des temps précis : elle est une protection accordée à des négociateurs qui, pour travailler efficacement dans une situation tendue, doivent être protégés. Cette confidentialité doit absolument être préservée : on ne tire pas sur le drapeau blanc. Mais elle est délimitée dans le temps et l’espace.

4 – Dans le long terme, lorsqu’il y a eu accord, si imparfait soit-il, il devient indéfendable de garder secrets les termes, y compris tarifaires, de cet accord. Les risques que fait courir cette divulgation à nos intérêts de clients sont incertains, les bénéfices que l’on peut en attendre sont, eux, avérés. Dans un rapport de forces économique qui ne nous est pas favorable, renoncer à l’arme que constitue la divulgation est hautement nuisible.  Nous sommes sur le moral high ground et nous n’en profiterions pas ? Dans un combat que nous savons sans merci, pourquoi se dispenser d’utiliser la seule arme qui soit susceptible de peser en notre faveur ? Nous nous comportons sur ce point comme si nous avions avec les éditeurs une relation de confiance, alors que tout, depuis dix ans, montre le contraire.

5 – la divulgation doit être accomplie avec ordre pour produire tous ses effets. Il faut, dans l’idéal, qu’elle soit opérée par une autorité légitime. En toute logique, par le porteur institutionnel des négociations.

Je crois avoir épuisé sinon le sujet, du moins l’auteur et le lecteur. J’espère que les idées agitées dans ces billets recevront la contradiction. J’espère aussi qu’elles y survivront. Sur tout sujet délicat (et on me concédera, j’espère, que celui-ci l’est un peu), un débat et une décision mûrie doivent précéder l’action. Les trois sont nécessaires, de préférence dans cet ordre. Si je ne me reconnais pas le pouvoir de décision, ni celui d’une action unilatérale lourde de conséquences, je demande sérieusement que le débat ait lieu et me permets de l’entamer. Je m’y force un peu, même, car j’estime pouvoir et devoir y contribuer au même titre que n’importe quel professionnel responsable.

 

  1. « Les éditeurs sont méchants », « On paie deux fois, trois fois, quatre fois, etc. », mais combien précisément, on ne le sait jamais []
  2. Et j’en profite pour glisser mes remerciements sincères à Catherine Weil et Claire Nguyen, pour m’avoir aiguillé vers les documents disponibles au sein du consortium Couperin, ainsi qu’à Fabrice Boyer et Martine Coppet pour avoir patiemment et attentivement relu ce billet fleuve. []
  3. Comme me l’a fait remarquer un collègue, les approches juridiques sont assez différentes selon l’ère géographique considérée, et il faudrait sans doute creuser davantage la notion juridique de transparence suivant que l’on se situe dans la sphère anglo-saxonne ou dans le droit d’inspiration latine, mais il me paraît prudent de laisser ce travail à des juristes plus chevronnés. []

Confidentiel (4) : les effets secondaires de la divulgation

Les besoins de la négociation justifient une confidentialité transitoire, limitée dans l’espace et le temps. La négociation terminée, l’accord conclu, la confidentialité doit-elle subsister ? Ici on aborde véritablement le dilemme. Si l’on arbitre en faveur d’une confidentialité durable des tarifs, il faut que ce soit pour des motifs très sérieux, puisque l’on va contre deux arguments convergents et puissants :

– le besoin d’information nécessaire pour rééquilibrer le rapport de forces économique en créant une concurrence symbolique dans un marché en situation de monopole.

– le devoir pour le négociateur d’exposer les résultats obtenus, et pour le fonctionnaire de rendre compte aux citoyens de l’utilisation des deniers publics.

A priori, aucun argument juridique ne peut justifier le silence. En pratique, les divulgations de tarifs qui ont déjà eu lieu n’ont pas entraîné la moindre réaction et ne paraissent pas avoir d’effet spectaculaire. Pourtant, des objections à cette divulgation existent bien (puisque celle-ci n’a pas lieu…), et j’en ai entendu quelques-unes après avoir publié, sur ce même blog, les prix payés à trois éditeurs scientifiques par les universités de Clermont. À dire vrai, le mot de divulgation ne qualifie pas correctement ma démarche : je n’avais ni la prétention ni l’impression de révéler quoi que ce soit. Ma préoccupation était d’asseoir mon propos sur des chiffres qui puissent être éventuellement discutés ou confrontés à d’autres, voire corrigés. Dans certains cas ils ont dû l’être, à ma grande satisfaction puisqu’ils ont ainsi gagné en fiabilité. Il m’a parfois été dit cependant que j’aurais mieux fait de m’abstenir entièrement, avec deux arguments qu’il me faut discuter.

La divulgation donne-t-elle des armes aux éditeurs ?

Montage en lego rappelant la photographie d'un homme seul face aux chars, place Tian an Men, en 1989.
La divulgation nous laisse-t-elle sans arme face aux éditeurs ? (Photo d’Eric Constantineau intitulée « Tian an Men », publiée sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale)

On ne peut nier que la divulgation d’informations nous expose. La divulgation donne des armes aux éditeurs les uns par rapport aux autres, donc par rapport à nous. On m’a ainsi fait observer, par exemple, que celui des trois éditeurs majeurs (en l’occurrence, Springer) qui, d’après les informations que j’ai publiées, a le chiffre d’affaires le moins élevé à Clermont, pouvait s’en prévaloir lors d’une prochaine négociation. Cette objection ne peut pas être balayée. Elle demande même à être examinée avec beaucoup de sérieux si une publication semblable devait être effectuée pour la dépense nationale, et que les proportions que j’ai constatées localement se retrouvent. On peut cependant nuancer l’affirmation suivant laquelle le « moins cher des trois » serait incité à plus d’agressivité par les considérations suivantes :

 1 – La position relativement confortable (en termes d’image) dans laquelle se trouve un éditeur donné est précisément liée à l’écart qui le sépare des autres. S’il demande à réduire cet écart, il imite les « mauvais élèves ». Dit autrement : on ne peut pas à la fois se prévaloir d’une politique de prix raisonnable (à supposer qu’elle le soit) et pratiquer une hausse sévère. Quand sur [un éditeur] on prétend se régler, c’est par les beaux côtés qu’il lui faut ressembler.1

En conséquence, si Springer souhaite pousser son avantage, il doit plutôt viser à accroître l’écart qu’à le réduire, et proposer des prix inférieurs à ceux qu’ils pratique aujourd’hui. Il renforcera ainsi son avantage compétitif.

2 – La supposée position de force acquise en vertu de tarifs inférieurs à ceux de deux concurrents peut être relativisée bien davantage encore en regardant plus largement le paysage de l’édition. Pour deux éditeurs vis-à-vis de qui Springer est en position vertueuse, il y en a dix autres dont les tarifs sont bien moins élevés. Mon propos dans le billet dont je parle était d’ailleurs de souligner que trois éditeurs concentrent, à eux seuls, plus de la moitié de la dépense clermontoise. Prétendent-ils concentrer la moitié de la connaissance produite ? Ce serait une bien haute prétention. Même en redescendant à un étalon de mesure des plus grossiers, la proportion d’articles téléchargés, le compte n’y est pas : j’ai effectué cette mesure au moins au niveau local ; la dépense consentie à ces éditeurs n’est pas proportionnelle à la « consommation » de leurs articles rapportée à l’ensemble des articles téléchargés (et ce, sans tenir compte de l’open access !).

Dès que l’on rentre dans cette discussion, on voit bien que l’on est entraîné assez vite vers d’autres échanges d’informations destinés à lever les doutes sur la réalité des positions et des tarifs de chacun. Mille angles d’attaque deviennent possibles. On peut proposer, à titre d’exemple, les suivants :

  • Au fond, si les chiffres nationaux devaient être publiés, la publication des chiffres, en elle-même, ne serait-elle pas plutôt de nature à inciter tous les éditeurs à la retenue, en ces temps de disette budgétaire publique ?

  • Si un éditeur apprécie de connaître les tarifs pratiqués par ses concurrents, peut-il refuser la discussion sur ses propres tarifs, coûts et marges ? Inversement, s’il conteste les jugements portés sur sa politique tarifaire, est-il prêt à publier les tarifs proposés à d’autres clients pour prouver sa bonne foi ?

La discussion pourrait se poursuivre à l’infini, pour une raison simple : la divulgation, en elle-même (comme tout changement majeur), est porteuse à la fois de multiples bénéfices et de risques potentiels. La question, en bonne stratégie, est donc de savoir si, dans la situation très précise où se trouve aujourd’hui l’édition scientifique, les bénéfices que nous pouvons escompter d’une divulgation sont à la hauteur des risques encourus. Il me semble que oui, parce que dans un contexte conflictuel, celui qui prend l’initiative d’une annonce publique bouscule le rapport de forces : d’abord par l’initiative elle-même avec ce qu’elle démontre de détermination ; ensuite parce qu’un tel acte de rupture marque la volonté de faire valoir son point de vue même si c’est, provisoirement, au détriment de la qualité des relations. Bien sûr, cet acte provoque un déséquilibre et un conflit, qui peuvent se retourner (au moins partiellement, au moins provisoirement) contre lui. Mais là, l’analyse du rapport de force initial est intéressante : c’est celui qui est désavantagé par le rapport de force objectif qui a intérêt à se saisir de l’arme de la communication2.

La confidentialité protège-t-elle nos avantages ?

Un autre argument souvent entendu est que la confidentialité protégerait les avantages dont nous disposons à l’issue de la négociation. Si nous avons obtenu des conditions relativement plus favorables que d’autres auprès de tel éditeur, est-il prudent de le laisser savoir ? Par ailleurs, en brisant la confidentialité qui a entouré l’accord, nous risquons de ne pouvoir obtenir aussi bien lors d’une prochaine négociation. En effet, si l’éditeur se sait menacé de divulgation, il aura tendance à négocier plus durement et à n’accorder que très parcimonieusement les concessions.
Sur ces points, il me semble que l’on peut répondre assez aisément. Dès qu’il s’agit des grands éditeurs, nous n’avons guère de « conditions favorables » à préserver : le rapport de forces nous est, en principe, si défavorable, que nous n’avons pas grand chose à perdre. Supposons même que nous ayons obtenu « mieux », auprès d’un éditeur, que certains pays voisins. Par exemple, que nous ayons obtenu, pour le même prix, la pleine propriété des contenus au lieu d’un accès temporaire. Si nous divulguons cet avantage, d’autres le revendiqueront, et certains parmi eux l’obtiendront. Dès lors, il prendra valeur de minimum requis, et nous ne sommes nullement menacés de le perdre à la négociation suivante. Nous pouvons même espérer bénéficier d’un effet retour et pouvoir inclure, dans nos propres exigences, les bénéfices arrachés par d’autres (des baisses tarifaires, par exemple). Rappelons-nous la crainte émise par l’éditeur : « Everybody would drive down… ».

Notre crainte de perdre des avantages me semble procéder de l’idée suivant laquelle ce que nous obtenons en négociation est d’une certaine façon une faveur indue. C’est, je trouve, faire preuve de beaucoup de sympathie envers l’éditeur que de penser ainsi. Cela peut aussi s’expliquer par une divergence d’approche fondamentale dans la négociation en elle-même. En effet, si l’on glisse un œil du côté de la théorie de la négociation, deux approches sont possibles, l’une privilégiant la relation, l’autre la transaction. Dans une approche relationnelle, celle des deux parties qui est en position de force renonce en partie à en faire usage pour préserver la relation de confiance. Cette approche implique une attention portée au long terme, et l’espoir d’une rétribution future si le rapport de forces s’inverse. Dans une approche fondée sur la transaction, la partie avantagée par les circonstances va au contraire tirer tout le parti possible de sa position, en considérant que le bénéfice immédiat prime sur la relation. Cette façon de faire implique qu’aucune mesure de rétorsion n’est à craindre dans l’immédiat puisque le rapport objectif des forces lui est favorable, et que le risque futur d’une « punition » ne saurait entrer en balance avec le bénéfice présent. Le bénéfice tangible (financier, par exemple) à court terme est préférable au bénéfice potentiel, à long terme, d’une relation de confiance, par définition incertain et difficile à quantifier.

Il me semble que cette approche peut éclairer la façon dont se déroulent nos discussions avec Elsevier. Nous agissons comme si nous avions avec Elsevier une relation.  Je précise tout de suite que ce nous est collectif.  Je ne prétends nullement que les négociateurs aient cette opinion, mais simplement que le résultat des négociations (c’est à dire la décision collective qui en est issue) procède d’une approche relationnelle : typiquement, en refusant une divulgation des tarifs qui irait contre l’intérêt de l’éditeur et plutôt dans le sens du nôtre, tout se passe comme si nous privilégiions la relation que nous avons avec lui. Dans le même temps, à chaque négociation, nous sommes au bord du conflit ouvert et nous avons constaté, à trois ou quatre reprises depuis plus de dix ans, que le principal résultat des négociations est

– pour l’éditeur, de tirer le profit financier maximal, à court terme, de la discussion, en usant sans complexe du rapport de forces.

– pour nous, de renoncer chaque fois à notre exigence centrale (la maîtrise des coûts) en échange de contreparties sur d’autres points.

La négociation est donc asymétrique : nous nous comportons comme on le fait dans une relation, l’éditeur mène des transactions successives. Le résultat est que la qualité des relations n’a cessé de se dégrader, et que le montant des transactions n’a cessé d’augmenter. Tenter de rétablir l’équilibre serait logique. Cela implique, il est vrai, un acte qui sera taxé de franche hostilité, mais que personnellement je crois nécessaire.

À supposer que mes arguments jusqu’ici passent pour convaincants sur le plan du principe, reste à imaginer les modalités pratiques d’une telle divulgation. C’est là-dessus que je conclurai demain.

  1. Si Molière s’était appelé Couperin, il aurait pu écrire ce vers dans une pièce intitulée Les revues savantes, acte I scène 1. []
  2. Quelques épisodes diplomatiques développés dans un article de Julie Brown et Eric Dickson (J. Brown and E. Dickson, « We Don’t Talk to Terrorists: on the Rhetoric and Practice of Secret Negociations », The Journal of Conflict Resolution, 2010, vol. 54, n° 3, p. 379-407) peuvent éclairer ce cas de figure, par exemple les pourparlers de paix entre Egypte et Israël menés clandestinement par le président Sadate alors qu’il venait de dénoncer vigoureusement toute perspective de discussion. Je ne prétends pas avoir saisi les tenants et aboutissants de la modélisation mathématique proposée. J’en reste à une lecture superficielle qui suffit à mon propos : le bénéfice escompté amène celui qui est a priori désavantagé dans la négociation à utiliser l’arme de la communication, au prix d’un risque politique élevé, pour attirer l’adversaire à la discussion. Il serait à la fois spécieux et risqué d’établir un rapprochement direct avec notre situation. Je me borne à en retenir que l’utilisation de la communication publique vient peser sur la négociation en modifiant le rapport de forces. []

Confidentiel (3) : confidence et défiance en négociation

Fidèle à ma conclusion d’hier, avant de jeter en pâture à l’opinion publique, sur ce blog ou ailleurs, l’intégralité des données financières nationales et internationales disponibles dans le domaine de la documentation électronique, je vais prendre la précaution d’examiner la thèse adverse : la non-divulgation aurait-elle quelques mérites ?1.

Il me paraît clair que les considérations juridiques et économiques ne permettent pas de justifier la confidentialité. Il va donc falloir se tourner du côté du pragmatisme ou de la tactique. Défendre la confidentialité nous entraîne aussi, il faut le dire honnêtement, à défendre une forme de statu quo : il faut donc identifier, dans la situation précise où nous nous trouvons ici et maintenant, les raisons impérieuses qui nous retiennent de divulguer les tarifs des abonnements scientifiques, et les peser avec soin. Si nous sommes silencieux, est-ce par crainte et par soumission aux exigences des éditeurs, ou pour protéger notre propre intérêt?

Confidence et défiance : le temps des négociations

Begin, Sadate et Carter à Camp David (US Government Work, source FlickR).
Begin, Sadate et Carter à Camp David (US Government Work, source FlickR).

La confidentialité a une nécessité irréfutable à un moment très précis, celui de la négociation. Cette nécessité est rappelée dans la charte de l’adhérent du consortium Couperin, où l’on trouve, parmi les engagements des membres, celui de

respecter strictement la confidentialité des informations traitant des négociations avec les éditeurs et de s’engager à ne pas les rediffuser,

On trouve facilement à justifier et à illustrer cette nécessité en observant le fonctionnement de la diplomatie internationale : Pure democratic principles, as generous as they are, are useless for diplomats in the field, écrit Valérie Rosoux2. Il ne sert à rien d’envoyer des émissaires s’ils doivent débattre en public. Quand bien même le résultat de la discussion doit ensuite être affiché publiquement, le secret de la discussion est indispensable. Et plus l’enjeu de la discussion est élevé (or il l’est toujours dans les discussions internationales, que l’on parle politique, économie, affaires militaires, etc.), plus la confidentialité est vitale.

Sans assimiler la situation des négociateurs Couperin à celle de hauts diplomates en temps de guerre, on peut facilement noter quelques constantes liées à l’activité de négociation elle-même.

1 – Sur un sujet délicat, plus les participants et les témoins sont nombreux, plus grande est la difficulté de dégager un consensus et de parvenir à une proposition réaliste. La nécessité d’aboutir dans un délai contraint (une année est bien courte, pour des négociateurs !) oblige à une forme de délégation de responsabilité. Au départ de la négociation, mandat est donc donné à des représentants, à qui l’on fait confiance pour mener la tâche, quitte à leur demander à intervalle régulier un état de la situation. In fine, ils auront a répondre devant leurs mandataires du travail accompli et de son résultat. Entre temps, qu’ils travaillent en paix !

2 – Or, tant que le travail n’est pas terminé, le silence est vital. Pour pouvoir échanger de l’information et travailler sur des hypothèses, les interlocuteurs ont besoin d’un espace protégé où ce qu’ils disent et proposent ne peut être utilisé contre eux ni par leurs interlocuteurs, ni même par leur propre parti. C’est une liberté nécessaire que de pouvoir tester des hypothèses sans devoir contrôler à tout moment les réactions de « son camp ». Si chaque élément versé à la négociation est rendu public, les risques sont élevés que l’un des interlocuteurs, désavoué par les siens, doive abandonner la discussion sur une proposition à peine esquissée, quand bien même celle-ci, à la lumière des contreparties obtenues, aurait pu apparaître acceptable a posteriori. La négociation crée un espace neutre où tout peut être discuté, cet espace doit être préservé. Isoloir, conclave, jury, procès à huis clos : autant d’illustrations de la fonction protectrice et libératrice de la confidentialité. Elle s’applique aussi au processus de négociation. Plusieurs auteurs anglophones, jouant sur les mots employés par le président Wilson en 1918 (Open covenants of peace, openly arrived at), ont souligné la protection qu’offre le secret aux négociateurs : Open covenants of peace, clandestinely arrived at3.

3 –  Plus la confiance est fragile, plus la confidentialité est importante : ce gage minimal de loyauté entre des interlocuteurs défiants (« Avant de parler je vous demande votre promesse que tout ce qui sera dit restera entre nous » ; « Je vous dis tout cela mais je vous demande que cela ne quitte pas cette pièce » ; « C’est off » ; « Ne portez pas ceci au compte rendu » ; « Éteignez le micro ») est le fondement sur lequel repose un embryon de dialogue, même marqué par la défiance. Confiance et confidence ont partie liée. Rompre la confidentialité, c’est rompre le lien fragile de confiance et l’espace de neutralité. Cette rupture aboutit fatalement à celle de la négociation elle-même. Elle ne peut résulter que d’une décision mûrie, d’une impasse constatée, elle marque l’entrée (au moins provisoire) en conflit ouvert. À titre personnel je me suis permis une seule fois, dans un billet, une allusion à des réunions protégées par la confidentialité (il y avait eu débat en séance à ce sujet), et de mentionner un des points de discussion. Le fait m’a été immédiatement et vertement reproché. Je pouvais certes me défendre (et n’ai pas manqué de le faire) en disant que l’information divulguée n’avait rien, en elle-même, de stratégique ni de confidentiel, que je n’avais signé aucun document, que si tout est confidentiel rien ne l’est, etc. Mais l’enjeu réel n’était pas là : ce qui m’était reproché était, au fond, une sorte de violation du contrat moral qui permettait la discussion.

Ce n’est pas pour rien que la diplomatie internationale est un excellent terrain d’observation et d’exemples pour les questions de confidentialité : c’est un contexte où la défiance entre les interlocuteurs est généralisée. Toutes proportions gardées (les guerres Elsevieriennes n’ont pas fait de victimes à ce jour, que je sache), le recours systématique et explicite à la confidentialité en dit beaucoup sur l’état de nos relations avec le monde de l’édition : dès que l’on travaille avec éditeurs scientifiques dominants, la défiance est la règle, la confiance l’exception. Il est difficile de dater la détérioration des relations, mais l’installation des big deals numériques avec leurs conséquences financières n’y est certainement pas étrangère. Le premier contrat français avec Elsevier pour la Freedom Collection, en 2001, peut servir de point de repère à ce sujet : trois ans plus tard, la critique du modèle et la méfiance face à la stratégie de l’éditeur est déjà très présente dans des échanges internes à l’université dont j’ai trace. Depuis, la tension et la défiance n’ont fait que croître.

Dans un climat de défiance générale, la confidentialité des négociations est un sauf-conduit, une forme de protection diplomatique accordée à ceux qui prennent le risque d’une discussion avec l’adversaire. Elle est une condition nécessaire pour qu’ils travaillent avec un sentiment de sécurité suffisant pour leur permettre l’élaboration de scénarios alternatifs. À ce titre, sa nécessité est incontestable et immédiatement perceptible.

Mais ensuite ? Peut-on encore défendre la confidentialité d’une négociation, lorsque celle-ci est achevée ? Nous entrons là dans le long terme, et dans le cœur du débat. Demain.

  1. Mes excuses à ceux qui espéraient un billet « événement », le scandale n’est pas mon fort. []
  2. Valérie Rosoux, « Secrecy and International Negociation », Journal of Information Ethics, 2003, p. 45-55. []
  3. Article en cours de Barbara Koremenos, professeur à Yale. Valérie Rosoux cite aussi un article paru en 1960 dans le New York Times Magazine : Open Covenants, unopenly arrived at. []

Confidentiel (2) : réquisitoire

Aujourd’hui l’avisé lecteur est momentanément coopté comme juré dans le procès de la confidentialité, et la parole est à l’accusation.

Portrait anonyme d'Antoine Fouquier-Tinville (domaine public, source Wikimedia Commons)
Portrait anonyme d’Antoine Fouquier-Tinville (domaine public, source Wikimedia Commons)

Monsieur le président, mesdames et messieurs les jurés, avisés lecteurs de l’Alambic, citoyens, citoyennes, bibliothécaires et scientifiques : la confidentialité des prix de l’édition électronique est un fléau et je vais le démontrer ici et maintenant en faisant appel à quelques notions économiques de base. N’étant pas plus économiste aujourd’hui que je n’étais juriste hier, je n’ai appris que le strict nécessaire pour tenter d’éclairer la perplexité où me jetait la situation actuelle de l’édition scientifique. Qu’on ne prenne donc pas trop garde au côté approximatif ou naïf de mes propos, et surtout que l’on veuille bien les corriger si nécessaire.

En bonne doctrine économique, le manque d’information est un obstacle notoire à la régulation des prix par la concurrence. C’est vrai dans le modèle néoclassique théorique de concurrence pure et parfaite dû à Kenneth Arrow et Gérard Debreu, dont un des piliers est la transparence de l’information, ainsi définie :

Tous les participants au marché ont une connaissance complète de tous les facteurs significatifs du marché. L’information parfaite de tous les agents sur tous les autres et sur le bien échangé suppose une information gratuite et immédiate ; ceci suppose l’absence d’échange réalisé de gré à gré et au contraire l’existence d’un mécanisme d’ensemble : le processus de fixation des prix décrit par la théorie est comparable au rôle d’un « commissaire-priseur » qui centralise les offres et les demandes, calcule le prix d’équilibre, et par conséquent attribue au bout du compte à chacun sa part dans l’offre (production) ou dans la demande (consommation).

C’est vrai aussi dans les théories développées par les tenants du néo-keynesianisme, dont beaucoup sont désormais connus du grand public. Joseph Stiglitz, en particulier, prix Nobel d’économie en 2001, doit notamment ce prix à des travaux sur l’asymétrie d’information. Cette asymétrie est l’une des objections majeures que la réalité oppose, selon lui, au modèle théorique de la concurrence pure et parfaite. Deux courants opposés de pensée économique convergent donc au moins sur un point : le manque d’information constitue un obstacle au bon fonctionnement du marché ; tout en divergeant, bien sûr, sur les solutions à y apporter, comme les professionnels de bibliothèque divergent sur les questions de divulgation des tarifs.

Justement, revenons aux bibliothèques et aux tarifs d’abonnement pratiqués dans le monde de l’édition scientifique. Le fonctionnement économique de ce marché présente des particularités qui sont désormais bien connues.

1 – La concurrence au sens strict n’y joue pas, puisque les effets de notoriété font de tout éditeur installé le détenteur d’un monopole grâce aux titres phares qu’il possède. En termes de prestige il existe bien une forme de concurrence entre Nature et Science, mais on ne fait pas baisser le prix de l’un en s’abonnant exclusivement à l’autre.

2 – Plus gênant encore pour les clients que nous sommes, la demande dans l’édition scientifique est inélastique au prix. Ce qui signifie en pratique que l’augmentation de tarif, quelle qu’elle soit, ne décourage pas la demande (j’en ai déjà parlé ici).

Dans cette situation, seules la communication et la prise à témoin de l’opinion publique jouent en faveur des clients. L’une et l’autre sont susceptibles de pousser à la réduction des tarifs, par la pression morale et sociale, au nom de considérations (accès aux résultats scientifiques, corrélation entre tarifs et coûts, part prépondérante de la puissance publique dans le financement du circuit) qu’un éditeur ne peut balayer d’un revers de main au risque de ternir son image publique. En 2012, l’opération Cost of Knowledge a prouvé l’efficacité de ce type d’action en obligeant l’éditeur Elsevier à reculer sur un point précis, son soutien au Research Works Act. Pour qu’une pression analogue puisse s’exercer sur les tarifs, il faut les faire connaître au public. Inversement, la non-divulgation du tarif accroît le risque d’abus tarifaire. Hormis le récent billet de Tim Gowers (voir aussi sa traduction par Lully : au passage, un coup de chapeau et un remerciement pour ce grand travail au bénéfice de la communauté !) je n’avais guère repéré jusque récemment de travail consacré spécifiquement à la confidentialité des prix dans l’édition scientifique. Mais j’en avais trouvé en revanche une illustration dans le domaine du matériel médical, qui démontre encore le caractère international du problème et éclaire ses aspects légaux1. Ci-dessous, j’en cite le résumé (que je traduis ; les mises en gras sont de moi).

The article reports on confidentiality clauses, the practice of inserting price clauses into contracts, where its practice continues despite federal legislations on pricing transparency. U.S. senators Chuck Grassley and Arlen Specter created the Transparency in Medical Device Pricing Act of 2007 to stop confidentiality clauses for physician preference items (PPIs). It adds that support from the hospital administration and physicians are needed so that materials manager can deal with these clauses.
Cet article traite des clauses de confidentialité, c’est-à-dire de la pratique consistant à insérer dans les contrats des clauses de confidentialité tarifaire, pratique qui se perpétue malgré la législation fédérale sur la transparence des prix. Les sénateurs des États-Unis Chuck Grassley et Arlen Specter ont élaboré le Transparency in Medical Device Pricing Act de 2007 pour mettre fin aux clauses de confidentialité pour les prothèses médicales spécialisées2. Il conclut aussi que le soutien de la part de l’administration hospitalière et des médecins est nécessaire pour que les responsables du matériel puissent lutter contre ces clauses.

Et au moment où je planifiais la parution de ce billet, je suis tombé dans PNAS sur l’article de l’économiste Theodore Bergstrom, qui s’est livré à une démarche similaire à celle de Tim Gowers pour les États-Unis, avec le même succès, ce qui démontre que ce qui est valable pour les prothèses médicales l’est aussi pour les ressources électroniques : nous avons besoin d’informations sur les contrats d’autrui et sur les pratiques tarifaires des vendeurs avec qui nous discutons. Et au passage nous avons AUSSI besoin du soutien des médecins (et des autres scientifiques d’ailleurs) pour lutter contre les clauses de confidentialité et les tarifs excessifs. Si les éditeurs exigent et protègent la confidentialité, c’est d’abord parce qu’elle est conforme à leurs intérêts. Un représentant d’Elsevier, pris au dépourvu lors d’une discussion, en a fait état malgré lui. Sa déclaration a été filmée et publiée dans un autre blog. Le propos de l’éditeur est d’une parfaite clarté. Il a le charme brut d’une petite écharde de vérité arrachée par surprise à une langue de bois bien polie. (je traduis et souligne) :

We have to ensure that, in order to have fair competition between different countries, that we have this level of confidentiality to make that work. Otherwise everybody would drive down, drive down, drive drive drive, and that would mean that… [The last  part is drowned in the laughter of the audience.]
Nous devons nous assurer, pour avoir une juste concurrence entre différents pays, que nous avons le niveau de confidentialité suffisant. Sinon, chacun pousserait à baisser, baisser, baisser, et cela voudrait dire…  [le reste se perd dans l’éclat de rire de l’assemblée].

En voici, de la transparence ! La logique de l’éditeur est irréprochable : puisque Elsevier se trouve en situation de monopole, il lui faut évidemment maintenir la concurrence… entre ses clients. Il est essentiel pour cela qu’ils n’aient pas d’information sur ses tarifs. Ainsi, il plaidera auprès de chacun que d’autres clients paient bien plus cher, ou encore que les coûts moyens au téléchargement sont bas (l’argument est effectivement présent dans le discours de D. Tempest, comme si la baisse du coût au téléchargement constituait une économie pour le client et une charge difficile à soutenir pour l’éditeur).

Seule une communication ouverte et vigoureuse peut permettre de faire valoir notre point de vue de clients, d’établir (au prix d’une controverse inévitable et salutaire) les tarifs que paie chacun et de les comparer à ce que nous souhaitons, et à ce que nous payons aux autres éditeurs. L’exercice comporte des risques (on y réfléchira plus loin), mais ils peuvent être considérés comme modestes dès lors que la démarche de divulgation est réfléchie et stratégiquement concertée. Exemple personnel qui ne vaut qu’à titre d’échantillon, face aux données publiées sur ce blog depuis deux ans, j’ai reçu par contact direct quelques réfutations ou demandes de corrections, mais nulle mise en cause personnelle, nulle accusation publique se référant à une confidentialité contractuelle, et encore moins de menace judiciaire. Avec le recul, je considère donc la démarche comme peu dangereuse. Dans la tension économique où nous sommes avec les éditeurs, lever la confidentialité, c’est à la fois remporter une bataille symbolique et se doter d’une arme nouvelle et puissante : l’opinion publique. Ce que résume en ces termes un article de Valérie Rosoux consacré aux questions de confidentialité en diplomatie internationale (je traduis)3 :

Rather than being only described as a constraint, public opinion will increasingly be seen as a sustaining ressource for negociators.
Plutôt que d’être décrite seulement comme une contrainte, l’opinion publique sera de plus en plus regardée par les négociateurs comme un point d’appui.

Monsieur le président, mesdames et messieurs les jurés, avisés lecteurs de l’Alambic, citoyens, citoyennes, bibliothécaires et scientifiques, la confidentialité paralyse nos efforts pour obtenir des contrats justes à coût modéré. La confidentialité subordonne ouvertement l’intérêt général des nations à l’intérêt particulier d’un éditeur. Contraire aux principes démocratiques, la confidentialité s’impose par des voies insidieuses qui sont contraires aux principes démocratiques. La confidentialité est un fléau qu’il faut condamner sans honte ni scrupule, avec la certitude de rétablir enfin dans ses droits la puissance publique.

Attendez un peu avant de mettre en ligne toutes vos factures : demain nous entendrons la défense.

  1. Myers, J., & Browne, T. (2009). « The costs of confidentiality », Materials Management In Health Care, 2009, n°18(9), p. 30-32. []
  2. Je suis preneur d’une traduction adéquate pour le sigle PPI, physician preference item. []
  3. V. Rosoux, « Secrecy and International Negotiation », Journal of Information Ethics, 2003, vol. 12, n°1, pp. 45-55. []

Confidentiel (1) : état des lieux

*********************************************************************************************************
CONFIDENTIEL
Cette information ne doit en aucun cas faire l'objet d'une diffusion à l'extérieur de votre établissement
*********************************************************************************************************

À l’homo democraticus confit dans le ciel de la transparence, où tout est visible et dicible, le mot confidentiel est devenu suspect. À raison, à tort, à travers, il faut parler. Mieux vaut à la rigueur être concis dans le fiel que confidentiel. Discrétion et réserve sont suspectes. Diplomatique, stratégique, industriel, commercial, d’État, le secret se définit désormais comme une information importante dont la divulgation contribue à consolider la démocratie.

Étiquette de fichier portant la mention "Case file, Confidential" et marqué d'une empreinte digitale.
Confidential, par Hilary Dotson (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Attribution, Pas de modification).

 Chez les professionnels des bibliothèques, la discussion se concentre depuis quelque temps sur les contrats négociés et conclus avec les éditeurs de documentation électronique, et en particulier sur les modalités tarifaires de ces accords. Bien que les bibliothécaires soient tout aussi épris de transparence que les autres, un consensus existe dans les faits sinon dans les esprits : les données tarifaires sont peu ou pas divulguées. Les responsables de documentation électronique connaissent bien le bandeau qui ouvre ce billet, et qui accompagne certains envois d’informations contractuelles et tarifaires par les négociateurs au sein de notre national consortium. Les bibliothécaires s’y conforment en général avec une discipline qui fait honneur à leur intégrité professionnelle. Après tout, discrétion et réserve sont indispensables au bon fonctionnement des organisations, et pas moins défendables a priori que l’exigence de transparence. La pratique oblige pourtant à arbitrer, suivant les cas, en faveur des unes ou de l’autre. Sur les données tarifaires contenues dans les contrats négociés avec les éditeurs de documentation numérique, nous nous imposons généralement la discrétion. Il n’est ni sacrilège ni superflu de se demander pourquoi nous le faisons, ni si nous avons raison de le faire.

Les débats sur le sujet sont fiévreux car ils ont souvent lieu à l’occasion d’une divulgation controversée1. La fréquence des poussées de fièvre augmente avec la facilité technique de diffusion des informations, qui accroît à la fois l’exigence publique de transparence et la résonance des polémiques. Or, dans un contexte de diatribes, sommé qu’on est de choisir son camp, il est impossible d’arbitrer sereinement entre des principes antagonistes, tous défendables par définition en tant que principes. Impossible même d’avouer son indécision : se taire c’est déjà prendre parti. Plutôt pour clarifier mes propres idées que pour mettre fin à un débat indécidable in abstracto, je vais donc aligner, dans une petite série confidentielle de billets librement accessibles, quelques arguments en faveur et défaveur de la confidentialité. En les accrochant à des exemples, pour éviter ces hauteurs éthérées où les problèmes n’existent plus, parce qu’à force de s’élever on les a perdus de vue.

Je voudrais commencer par un petit tour d’horizon des principes et textes sur lesquels reposent nos pratiques actuelles. J’ai déjà dit que les données tarifaires étaient, actuellement, non divulguées. Ce n’est pas par omission, mais par obéissance consentie à des directives, dont la première est affichée en tête de ce billet. Y en a-t-il d’autres ?

Que s’autorise-t-on à divulguer aujourd’hui ?

Dans les contrats, la confidentialité repose sur des clauses spécifiques. Mon information sur ce sujet est réduite et parcellaire. Si l’on regarde un peu au-delà des contrats de documentation électronique, la seule démarche officielle qui ait fait quelque bruit dans la profession (et ce n’était pas une démarche en justice à proprement parler) concernait le contrat entre Google et la ville de Lyon pour la numérisation du patrimoine livresque lyonnais. Elle a abouti à la levée de la confidentialité, après avis de la CADA en ce sens le 13 novembre 2009. Je n’ai pas réussi à trouver sur internet le texte de l’avis, mais le contrat, lui, est bien disponible2. La clause de confidentialité de ce contrat, très contraignante puisqu’elle excluait « toute déclaration publique relative à ce marché, à l’existence ou au contenu de l’accord », sauf autorisation écrite, a cédé devant le principe suivant lequel la puissance publique doit aux citoyens l’information complète sur les contrats qu’elle signe. Même résultat, abondamment commenté par le demandeur (Actualitté), pour une démarche similaire concernant les accords entre Google et la BNF.

Pour ce qui est des contrats de documentation électronique, je n’ai jamais eu sous les yeux, dans ma bibliothèque numérique auvergnate, de document interdisant explicitement la divulgation des données tarifaires ; lorsque l’on se penche sur les documents officiels du consortium Couperin, on trouve, dans le modèle de lettre d’accord proposé aux négociateurs, la déclaration suivante (les mises en gras sont de moi) :

Le bureau professionnel considère que les clauses de confidentialité demandées par les fournisseurs ne sont pas légitimes. Couperin agit comme opérateur, au profit de ses membres, qui ont tous une mission de service public, qu’ils soient privés ou publics. Les citoyens ont donc le droit de connaître les résultats des négociations menées par le consortium. À l’exception des données tarifaires et des prix payés par chaque établissement, tous les documents relatifs aux négociations seront mis en ligne en accès public sur le site de Couperin.

À quoi ressemblent les clauses de confidentialité auxquelles le consortium fait allusion ? On peut en trouver un exemple dans d’anciennes « licences-types ». Voici la « clause de confidentialité » recopiée d’un modèle datant de 2010 (les mises en gras sont de moi, mais les capitales figurent dans la clause initiale) :

Aucune des parties ne divulguera les modalités et conditions ou l’objet de ce Contrat (y compris, sans limitation, le contenu des annexes, les redevances, et toutes données d’utilisation compilées et fournies au titre du paragraphe 8.4, les statistiques d’utilisation ou toute autre information concernant les activités de l’autre partie à un tiers quel qu’il soit) sans le consentement écrit préalable de l’autre partie. Cette clause restera en vigueur après résiliation de ce Contrat et toute information obtenue ou reçue relevant de ces limitations demeurera confidentielle, A CONDITION toujours que cette obligation ne s’applique pas à toute information qui est du domaine public au moment de la divulgation ou est rendue disponible à tout moment par un tiers indépendant qui ne l’a pas obtenue directement ou indirectement par non respect de tout accord de confidentialité avec la partie dont l’information a été divulguée de la sorte.

Les deux extraits permettent de conclure plusieurs choses :

1 – La ligne défendue par le consortium a évolué en faveur d’une pratique plus ouverte, puisque des clauses de confidentialité autrefois admises (leur présence dans des documents type du consortium valait consentement implicite à ce qu’elles figurent dans les contrats), sont aujourd’hui jugées non recevables et explicitement dénoncées comme telles. Autre interprétation, pas forcément exclusive de la précédente, le consortium constate une distance entre la pratique (illustrée par la licence-type) et le principe (rappelé dans l’accord cadre), mais rappelle en tout cas le principe.

2 – La clause de confidentialité telle que rédigée ici laisse place à l’interprétation. En effet, on peut considérer que pratiquement l’ensemble du contrat est couvert par une interdiction de divulgation (soumettre la divulgation au consentement écrit préalable revient, me semble-t-il, à la rendre impraticable), puisque l’énumération des éléments à ne pas divulguer n’est pas limitative. Mais on peut aussi considérer, et c’est en somme ce que fait le consortium dans son modèle de lettre d’accord, que l’intégralité du contenu d’un accord relève du domaine public. Par conséquent, même sans contester, dans le principe, la légitimité de cette clause, même en respectant à la lettre son contenu, on peut défendre la divulgation des informations, y compris tarifaires.

3 – Même à présent que la confidentialité est jugée illégitime en principe, une forme de protection entoure tout de même, de fait, les données tarifaires. Cette protection est circonscrite : le consortium ne dit pas que la divulgation des tarifs est impossible. Mais il signale explicitement qu’elles ne seront pas diffusées sur son site, alors que toutes les autres informations le seront. Ce faisant, il montre qu’à ses yeux les données tarifaires nécessitent un traitement particulier, une exception à la règle générale, qui est la divulgation. Il va falloir comprendre sur quoi repose cette exception.

En somme, si l’on s’interroge sur les fondements légaux ou réglementaires de la confidentialité, on est surtout amené à constater leur fragilité. Que des juristes ou des collègues mieux informés n’hésitent pas à me détromper (documents à l’appui, s’il vous plaît), mais au vu des informations dont je dispose, je conclus que nulle obligation juridique stricte de confidentialité ne pèse sur les contrats de documentation électronique dont j’ai connaissance, y compris pour ce qui est de leurs tarifs. En revanche, il est très clair que la pratique isole les données tarifaires et les protège de la divulgation, même en l’absence d’obligation légale sur ce point. La non divulgation des tarifs est un usage, une règle professionnelle et non juridique. Elle reste généralement non écrite, à l’exception des courriels qui rappellent à leur destinataire l’obligation de confidentialité, par le bandeau copié en tête de ce billet. Ces en-tête sont moins courants aujourd’hui que par le passé. Ils font référence à un contexte bien précis sur lequel on reviendra3. Quoi qu’il en soit, la non-divulgation des tarifs repose sur la discipline des professionnels, parfois sur des rappels à l’ordre explicites (qu’ils soient internes à la profession ou viennent des éditeurs, j’ai personnellement connu les deux cas), mais jamais, que je sache, sur des actions judiciaires ou disciplinaires.

Avant d’essayer de comprendre pourquoi la confidentialité des tarifs est ainsi demandée (et globalement respectée), je vais commencer par approfondir un peu la position de principe défendue par Couperin, et conforme à l’exigence ambiante : pourquoi la confidentialité est-elle illégitime ? Demain l’avisé lecteur aura donc droit à un réquisitoire en règle contre la confidentialité.

  1. J’épargne à l’avisé lecteur tout lien vers un débat précis, d’abord parce qu’il est trop facile de prendre parti à froid et de s’ériger en arbitre là où l’on n’est pas directement concerné ; ensuite parce que la simple référence explicite à une polémique a parfois pour effet de la rallumer inutilement. []
  2. Voyez à ce sujet les divers billets de Callimaq sur Silex []
  3. Voir le billet (3) de cette série. []

Docteur H, l’homme qui filmait dans les B.U.

 

La canne du docteur H (Creative Commons, Attribution, Pas d'utilisation commerciale)
La canne du docteur H (Creative Commons, Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Pas de modification).

C’est à un bienveillant hasard des parcours universitaires que nous devons d’avoir vu débarquer à Clermont, au printemps 2012, le docteur H, l’homme qui murmurait à l’oreille des bibliothèques. Nous envisagions alors d’expérimenter la vidéo, mais avec moultes hésitations : Que filmer ? Des présentations de bibliothèques, des conférences ? Quel matériel ? Du pro, du semi-pro ? Cela valait-il vraiment la peine d’acquérir caméra, micro, lumières et compétence ?

Nous aurions pu réfléchir longtemps, mais deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche. Le docteur H1 est arrivé à temps pour nous dispenser de réfléchir davantage. Il se proposait de mettre en scène lui-même des épisodes inspirés de faits réels illustrant les vertus salvatrices de la maîtrise documentaire. Il aurait été malvenu de bouder notre chance alors que nous cherchions  un terrain d’expérimentation. En nous apportant sur un plateau (de tournage) ses questions bibliographiques trapues, ses attentes flatteuses sur la qualité du service, et des projets juste assez déraisonnables pour susciter le doux frisson de l’aventure, le docteur H nous a convaincus d’expérimenter à ses côtés les chronophages vertiges de la création vidéo. En deux ans, une petite dizaine de courts-métrages promotionnels tournés essentiellement en bibliothèque et une vingtaine de tutoriels réalisés par le docteur H ont vu le jour. Aucun bibliothécaire n’a été maltraité pendant le tournage2. Et depuis mi-mars, tout le monde peut voir le résultat en ligne3. [Mise à jour du 12 mai 2014 : une chaîne YouTube vient d’être créée pour héberger les même contenus en facilitant la navigation]

Le protocole de traitement du docteur H4 a eu, dans le long terme, un effet notoire et bénéfique pour la BCU. En soignant la réalisation de son mieux, en cherchant un juste dosage entre le sérieux du fond et l’agrément de la forme, la BCU a testé en réel la production vidéo. C’est l’avisé lecteur-spectateur qui jugera le résultat, mais nous avons du moins la satisfaction d’avoir travaillé avec soin, et non sans plaisir. Car si nous faisons de la vidéo, c’est d’abord avec l’idée que c’est moins assommant à fabriquer que des PDF avec copie d’écran, ensuite avec l’espoir que c’est plus plaisant à visionner, donc plus efficace comme outil d’apprentissage. Cela demande beaucoup plus de travail (tout compris, environ une heure de travail pour une minute de film) et des moyens plus coûteux… mais la sagesse intemporelle du 7e art a tranché: le prix s’oublie, la qualité reste.

Accessoirement, le savoir-faire et le matériel acquis, avec le conseil et les formations de collègues plus avancés5, nous sert désormais à réaliser les captations et le montage de la plupart des conférences organisées dans les bibliothèques. Bref, il ne sera pas dit que nous avons sorti le matériel pour rien !6

Jusqu’ici j’ai omis l’essentiel : le contenu. Le but du docteur H est de contribuer à répandre chez ses pairs le goût et la maîtrise des outils de recherche documentaire. Vu le potentiel de séduction du mot et de la chose, un passage par la vidéo n’était pas inutile, mais est-il suffisant ? Mettre en scène de façon vivante une recherche documentaire reste un défi. Le docteur H l’a relevé non seulement dans les vidéos tournées en bibliothèque, mais aussi dans ses tutoriels. Son parti pris était simple : montrer les exemples les plus vivants et les plus réalistes possibles, c’est-à-dire des cas problématique réellement rencontrés, et montrer comment une recherche bien menée a pu aider à les résoudre. Là encore, l’avisé-lecteur-spectateur-interne-en-médecine-ou-praticien jugera si le résultat lui rend service.

Pendant deux ans, nous avons travaillé sans publier : l’étude clinique du docteur H exigeait la confidentialité. A posteriori, on mesure l’intérêt d’avoir attendu : une fois l’ensemble disponible sur le web, l’effet est évidemment plus intéressant que ne l’aurait été la publication d’une vidéo par mois pendant deux ans. Un projet plus large s’ébauche maintenant, en commun avec la BIU Santé et, on l’espère, bien d’autres bibliothèques de santé. Nous allons voir si ce nouveau projet mûrit, mais il est déjà clair que si quelque chose d’utile peut en sortir ce sera sur ces fondements :

– Pour la méthode, un travail en cheville entre bibliothécaires et médecins, fondé sur des cas pratiques ; à Clermont, la collaboration nécessaire au projet a été jugée assez féconde pour que désormais une bibliothécaire de santé et une interne travaillent ensemble à la préparation des formations documentaires.

– Sur la forme, du soin dans la réalisation, en évitant si possible ce ton docte et emprunté qui vient spontanément au bibliothécaire7 quand il s’enregistre, et qui surpasse en vertus narcotiques l’association protoxyde d’azote + morphine, et même la lecture attentive du Journal officiel couplée au visionnage d’un chef d’œuvre de Dreyer.

De justesse, Dujardin a ravi au docteur H l’Oscar 2013 du meilleur acteur. Mais à la réflexion je pense que celui d’usager du siècle fera l’affaire.

 

 

  1. L’hommage cinématographique aidant, il me pardonnera de lui assigner le rôle de « la brute qui marche » []
  2. Quand c’est hors champ ça ne compte pas. []
  3. La plateforme de diffusion actuelle est provisoire, le travail se poursuit en ce moment-même pour assurer un accès plus ergonomique et une navigation plus facile entre les vidéos. []
  4. C’est plus qu’une métaphore balourde (mais elle l’est, j’en conviens !) : le travail du docteur H s’inscrivait  dans le cadre de sa thèse d’exercice et adoptait, pour jauger les effets de la formation vidéo, une méthode de type « essai clinique ». []
  5. C’est le pôle audiovisuel de l’université qui nous a mis le pied à l’étrier avec conseil à l’achat, assistance à la prise en main et formation. Chapeau et merci ! []
  6. Horst Frank dans Les tontons flingueurs []
  7. Je précise que je n’ai pas de leçon à donner : le seul tutoriel que j’aie personnellement réalisé exerce sur moi un effet très puissant mêlant somnolence et confusion. []

L’open access nuit-il à la qualité scientifique ?

 

Dans Documentaliste – sciences de l’information, n°50 – 4, est paru récemment un article répondant au titre ci-dessus. Le texte est déposé dans HAL en version auteur (l’éditeur n’accepte pas le dépôt du PDF-imprimeur, il sera disponible d’ici deux ans. Amusant, pour un article sur l’Open Access, non ?)

Comme, pour respecter le calibrage de la revue, j’avais un peu contracté mon texte, je m’offre ici le luxe d’une parution en version longue. Je ne promets pas que le lecteur y gagne.

  • Si vous êtes pressé, allez donc lire le texte déposé sur HAL.
  • Si vous êtes vraiment très pressé, pourquoi perdez-vous votre temps sur un blog ?

 —

Open Acces Cookie, publié sur FlickR par Biblioteekje sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique
Open Acces Cookie, publié sur FlickR par Biblioteekje, sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique.

L’Open access (ou accès ouvert, abrégé indifféremment AO ou OA) se définit de façon concise et simple : un article, une revue, est en accès ouvert si chacun peut y accéder gratuitement en ligne. Cette définition amène presque toujours une question qui dépasse largement le monde scientifique :

Mais si c’est gratuit, qu’est ce que ça vaut ?

C’est toute la teneur du débat actuel, bien légitime. L’association entre la valeur scientifique d’une revue et son prix est si spontanée, si répandue et si injustifiée, qu’elle satisfait parfaitement la maxime de Tocqueville

« une idée fausse, mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu’une idée vraie, mais complexe… » (De la démocratie en Amérique, chap. VIII)

Le très gros bon sens mal appliqué (il l’est souvent, d’où cette maxime désabusée) postule que ce qui ne coûte rien ne doit pas valoir grand chose et réciproquement, que ce qui est vendu cher a sûrement beaucoup de valeur. Appliqué aux revues : les grandes revues scientifiques peuvent (voire doivent !) être chères, et celles qui ne sont pas chères ne sont sans doute pas très scientifiques. Inutile dans ce cas d’évoquer celles qui sont gratuites…

L’abonnement, garant de valeur scientifique ?

L’examen des tarifs pratiqués dans la grande édition scientifique, tout en procurant le frisson cosmique de l’infiniment grand, semble confirmer l’intuition. Voulez-vous vous abonner à Tetrahedron, chez Elsevier ? En 2013 c’est plus de 18 000 €. Chez Springer, 13257 € pour le Journal of Materials Science au tarif 2014. Chez Wiley, le Journal of Polymer Science coûtait plus de 11000 € en 2013. Certaines sociétés savantes, à but non lucratif, ont emboîté le pas. Les titres de l’American Chemical Society inspirent le plus grand respect par leurs tarifs : près de 9000 $ en 2012 pour les trois titres Journal of Chemistry A, B, C, plus de 5000 pour Biochemistry.

Ce sont là de grandes revues scientifiques. Elles sont très chères. De là à établir un lien de causalité entre les deux propositions puis à en déduire réciproquement qu’une revue peu coûteuse n’est pas scientifique, il n’y a que deux petits pas.

Ce sont deux faux pas, et dangereux. Mais que pourrait inciter à franchir l’argumentaire de certains éditeurs : à parcourir le site de l’AAP (Association of American Publishers) et la polémique fruste et agressive de l’opération de lobbying qui en émanait, PRISM (Partnership for Research Integrity in Science and Medicine), on comprend que l’édition est un métier, et que rendre l’accès gratuit, c’est détruire la garantie de qualité apportée par le métier (en France on ajoute volontiers : « et les emplois qui s’y attachent »).

L’assimilation entre processus éditorial (la chaîne de publication) et processus de relecture (celui qui amène un scientifique à dire : « cet article est bon parce qu’il apporte quelque chose »), entre validation scientifique et valeur marchande est pourtant abusive, puisque la relecture et la validation scientifique, qui relèvent du travail des chercheurs, ne sont pas rémunérées par l’éditeur. D’ailleurs, toutes les grandes revues scientifiques ne coûtent pas cher. Le Journal of Topology, publié par Oxford University Press est à peu près 14 fois moins cher que le Journal of Algebra d’Elsevier (500 € contre 6885 d’après les tarifs 2013 disponibles en ligne) Est-ce à dire qu’il est 14 fois moins scientifique ? Pour répondre, empruntons un instant, avec des pincettes, la jauge grossière qui sert à l’évaluation des revues, l’impact factor, en l’admettant comme mesure approximative du prestige scientifique. Le Journal of Algebra affiche 0,583, le Journal of Topology 0,672. À supposer que l’impact factor exprime valablement le prestige scientifique d’une revue, le Journal of Algebra, 14 fois plus cher, est si l’on ose dire 15 % moins prestigieux.

Le prix de l’abonnement n’est donc pas corrélé de façon fiable à la valeur scientifique d’une revue (CQFD). Voyons maintenant si l’accès ouvert offre de meilleures garanties.

L’open access peut-il garantir la valeur scientifique ?

Les revues en accès libre (open access) […] proposent leur contenu gratuitement accessible sur internet. Une avancée pour la diffusion du savoir ? Certainement. Mais aussi un insidieux facteur de détérioration de la qualité de la science publiée1.

Le fragile bon sens voit bien en quoi l’AO peut servir l’avancée du savoir. La science mise à la portée de tous, c’est la possibilité pour chacun, y compris les pauvres en euros riches en neurones2, d’aller à la source de l’information, de la vérifier, corriger ou utiliser, contribuant ainsi à la progression de la connaissance. Cette intuition (ou ce rêve) préside au succès mérité de Wikipedia.

Où est donc le danger ? Il a été illustré brillamment par un article de John Bohannon dans Science : une des façons de financer l’OA est de déplacer le paiement du lecteur à l’auteur, en lui faisant payer des frais de publication (APC, article processing charges, ou « frais de traitement d’article ») pour couvrir les coûts (temps de travail, infrastructure éditoriale, plateforme électronique de publication). Or, ces frais de publication sont sujets au dérapage autant et plus que les abonnements. Mais surtout, leur montant ne garantit nullement le caractère scientifique de la revue.

Pourquoi ? Parce que l’auteur a intérêt à publier. Il sera donc tenté, le cas échéant, de débourser de fortes sommes pour que son article paraisse, même s’il est médiocre (ou pire, plagié ou falsifié). Quant à l’éditeur, s’il trouve des auteurs prêts à payer, il n’aura pas intérêt à être regardant sur la qualité des articles proposés, ni sur la rigueur de la relecture scientifique. Danger illustré de façon remarquable par l’expérience de John Bohannon : 304 soumissions d’un même article sciemment falsifié3 : 157 acceptations, 96 refus. Notons que cette sorte de réédition à grande échelle, vingt ans après, de l’expérience cruelle du professeur Sokal, ne prouve rien concernant l’Open Access en général, ni même concernant les éditeurs concernés. Bohannon signale que « Les journaux [en Open access, NDLA] publiés par Elsevier, Wolters Kluwer, et Sage ont tous accepté mon papier bidon. ». Inversement, et j’avoue avoir été très heureux de l’apprendre, le fleuron de l’AO, PLOS ONE, a rejeté l’article après une révision attentive et sévère4. On note en revanche que parmi les titres répertoriés dans le DOAJ (Directory of Open Access Journals qui se pique de sélectionner les titres auxquels il renvoie) auxquels l’article a été soumis, près de la moitié l’ont accepté.

Il ne fait aucun doute que celui qui est prêt à payer assez cher trouvera toujours un journal prêt à le publier. Avec l’Open Access sont nés de nouveaux éditeurs « prédateurs », qui font payer très chers des auteurs pour publier des articles sans les faire expertiser par des scientifiques. Ces éditeurs font même l’objet d’une liste noire disponible en ligne5.

Si la hauteur des abonnements ne garantit pas, en elle-même, la qualité de la production scientifique, la hauteur des frais de traitement des articles ne fait pas mieux. Abonnement ou Open Access, on s’égare si l’on cherche à établir un lien entre la fiabilité de l’article et l’argent dépensé pour le publier.

 

Concilier valeur scientifique et acceptabilité économique ?

 

Cet engagement public pour le libre accès aux articles scientifiques suffira-t-il à tarir la manne dont les éditeurs, qu’ils soient ou non prédateurs, se repaissent ? Possible, mais elle ne viendra en aucun cas à bout de la course effrénée à la publication qui est à la source de la dégradation de la qualité des articles scientifiques6.

Accuser les éditeurs de rapacité ne dédouane pas le monde scientifique de sa responsabilité : les articles passent plus facilement qu’avant la barrière de la relecture. Le taux de rétractations après publication a été multiplié par 20 depuis 10 ans, au point de devenir en soi un objet d’étude. Tout se passe comme si l’inflation de la production scientifique et l’envol de ses tarifs allait de pair avec une inexorable dilution du contenu et une perte rapide de rigueur et de qualité.

 Les failles du système de publication et d’évaluation scientifique sont signalées avec constance depuis bien longtemps. L’utilisation de l’Impact factor, le classement des revues, le comptage des publications et l’utilisation de données quantitatives brutes dans l’évaluation des chercheurs a conféré à ces critères un poids considérable, alors qu’ils relèvent de la notoriété, sont anti-scientifiques au possible et très faciles à falsifier. On sait que tout indicateur mesuré tend à s’améliorer, car ceux qui sont évalués à son aune s’efforcent de s’y conformer au mieux de leurs intérêts. L’instauration d’un lien trop direct et trop fruste entre notoriété perçue, publications et carrière, incite à la surenchère : publication à la découpe pour faire du chiffre, plagiat pour aller plus vite, fraude scientifique pour atteindre les revues qui comptent. Forçons le trait7, à l’extrême, un chercheur devrait aujourd’hui démarcher des revues pour caser ses articles et gagner des citations, comme un vendeur démarche ses prospects pour arracher des deals et atteindre ses targets8.

Corriger le tir demande des changements systémiques considérables. La refonte ou la mise à bas du système de notation des revues va devenir inévitable tant la dégradation qualitative est patente. Mais il s’agirait de rien de moins que d’éliminer, dans l’activité des chercheurs, toute pression aux résultats ! Vouloir qu’une expérience réussisse est humain, mais ce n’est pas scientifique. Le processus de publication doit donc évacuer toute hâte, car un bon travail prend forcément beaucoup de temps, passé à expérimenter, produire, relire, vérifier, et souvent à explorer des impasses. En bonne science, les expérimentations ratées sont des réussites. Les réplications aussi. C’est l’intuition du mouvement slow science et de la reproducibility initiative : on voit que les éléments de refondation ne manquent pas. Et l’éthique personnelle se mêle intimement à l’enjeu systémique. C’est le refus des chercheurs de publier vite, beaucoup et mal, qui permettra à la science de retrouver rigueur et fiabilité, au prix d’un peu de lenteur.

Bien sûr, les points relevant de la régulation économique font aussi l’objet d’une attention soutenue. Libérer un marché captif et monopolistique9 pour le rendre de nouveau concurrentiel est un but politique, et non scientifique (ou disons, un but de politique scientifique…), mais légitime quand même. D’où l’importance

  • de développer l’OA « voie verte »10, en complément de l’abonnement, ce qui manifeste la distinction entre le service fourni par l’éditeur (processus éditorial, plateforme d’accès et services liés) et la production scientifique proprement dite (résultat du travail scientifique de l’auteur et du relecteur, rémunéré par les fonds publics, et donc librement mis à disposition) ;
  • de restaurer un circuit public d’édition (Open Edition Freemium, Episciences, avec ses deux titres qui démarrent, sont autant d’exemples naissants) qui ôte aux éditeurs commerciaux un monopole dangereux. Il s’agit bien de faire disparaître, ni plus ni moins, les revues chères, qui sont des parasites du monde scientifique, en publiant largement les coûts comparés des éditeurs. Car si l’on postule que la science contient une exigence intrinsèque de gratuité, garante de son désintéressement, il y a, ou il devrait y avoir dans l’édition scientifique un rapport rigide entre coût de production et valeur marchande. Or les coûts de production de l’édition scientifique sont, et vont être, de mieux en mieux connus au fur et à mesure que l’OA se développe. La communauté scientifique porte déjà son attention sur ce point et l’on peut compter sur elle pour faire pression sur les éditeurs, puisqu’ils proclament avec constance et passion qu’ils sont au service de la recherche.

La question de savoir si « la science doit être gratuite » est mal posée. Le travail scientifique et le travail éditorial ont un coût, il faut qu’il soit supporté. Il est donc inévitable, mais souhaitable aussi que coexistent le système de l’abonnement, le système de l’auteur-payeur, celui de la revue publiée sur fonds publics, etc. Ces systèmes, en coexistant, peuvent s’obliger réciproquement à plus de rigueur. Reste qu’il doit y avoir une exigence scientifique, intellectuelle, du circuit de production scientifique ; et une exigence politique, déontologique, du circuit de production éditoriale. La question est donc de savoir si nous préférons une science rapide, ou fiable, rémunératrice ou rigoureuse, austère ou obèse. Ces exigences sont ne sont pas indéfiniment conciliables. Vérifier prend du temps, la rigueur suppose le désintéressement, et une haute exigence ne peut s’appliquer qu’à des objets en nombre réduit, pour qu’une attention nécessaire puisse être accordée à chacun. Produire beaucoup et produire bien est difficile. Si produire beaucoup est la priorité, alors produire bien est impossible.

 

  1. Nicolas Chevassus-au-Louis, « Chercheurs pris en fraude [4/5]. Le piège de la gratuité » dans Mediapart, le jeudi 15 août 2013 []
  2. Voir à ce sujet l’histoire assez jolie relatée sur le blog Homo numericus : « Impressions d’automne 1: le cas Meredith ». Mais je n’ai pas pu vérifier si l’article en question a effectivement été publié, ce qui oblige à rester prudent. []
  3. l’article était rédigé de façon à contenir des erreurs scientifiques criantes et des manquements éthiques assez voyants pour tout relecteur scientifique. []
  4. « PLOS ONE a été le seul journal à attirer l’attention sur les problèmes éthiques posés par le papier […] PLOS ONE a rejeté le papier deux semaines après, en se fondant sur son contenu scientifique. » (je traduis). []
  5. Parmi les éditeurs répertoriés sur ce site qui ont reçu le papier de Bohannon, 82 % l’ont accepté. []
  6. Nicolas Chevassus-au-Louis, « Chercheurs pris en fraude [4/5]. Le piège de la gratuité » dans Mediapart, le jeudi 15 août 2013. []
  7. avec mes excuses respectueuses aux chercheurs, mon propos est général []
  8. mes excuses aux vendeurs aussi, après tout. C’est un métier plein de mérites, du moment qu’il est exercé avec plus d’attention au client qu’au chiffre d’affaires. []
  9. Les connaisseurs disent :  « oligopolistique à franges » []
  10. Dans l’OA « voie verte », l’auteur publie dans une revue classique (sous abonnement) mais auto-archive ensuite son texte dans un dépôt électronique institutionnel pour qu’il soit librement accessible en ligne []

L’informatique n’est pas un problème

À Clermont-Ferrand, le numérique est une affaire qui marche. Une bibliothèque de production, un site web développé en interne, un outil de découverte, et même un blog, c’est dire que l’informatique ne nous inspire aucune crainte. Il y a d’ailleurs une bonne raison à cela, c’est qu’elle ne nous pose aucun problème. Nos serveurs sont sûrs, notre réseau ne connaît pas la lenteur ni nos machines la panne ; nos utilisateurs sont assez experts pour résoudre seuls les très rares problèmes qu’ils rencontrent, et nos imprimantes ne manquent jamais de toner. Et il fait toujours beau chez nous.

 Ceux qui ont vraiment besoin de croire que tout va bien quelque part vont devoir arrêter ici leur lecture. Ceux qui préfèrent la réalité sont invités à poursuivre1.

Blue screen of death, par JackAce, publié sur FlickR sous licence Creative Commons: attribution ; pas d'utilisation commerciale.
Blue screen of death, par JackAce, publié sur FlickR sous licence Creative Commons: attribution ; pas d’utilisation commerciale.

L’avisé lecteur aura noté comment le premier paragraphe de ce billet, entamé sur un raccourci optimiste, glisse vers la franche exagération pour s’achever en galéjade grossière2. Revenons donc bravement à la réalité: à Clermont comme ailleurs, l’informatique pose régulièrement des problèmes. Régulièrement, mais particulièrement ces derniers temps. Il n’est pas inutile d’en faire état ici, d’abord parce que la première condition pour affronter sainement un problème est de l’autoriser à exister ; ensuite parce que ce blog est un outil de travail, non de propagande ; enfin pour remonter le moral des collègues (car il y en a peut-être ailleurs qu’ici) qui auraient connu un jour ou l’autre des problèmes informatiques : vous n’êtes pas seuls.

 Qu’il y ait des pannes est prévisible ; pourtant tout est imprévisible dans une panne : moment précis, causes exactes, élément déclencheur, temps de traitement; et récurrence, hélas. Ici, il y a longtemps que les incidents informatiques ne s’étaient succédé si nombreux en si peu de temps. Pour éviter de sombrer dans la superstition, je tiens ferme la loi des probabilités, qui prouve que le hasard suffit à expliquer les salves d’accidents, et dispense d’avoir recours aux explications astrales, à la malédiction divine ou à la malveillance de la NSA voire du voisin de bureau dans les cas extrêmes3.

Mais venons-en à notre petite série noire locale, trois grosses pannes en un mois.

  • le 10 décembre dernier, le site « enfance violence exil », hébergé et administré par la BCU, ne peut plus être affiché en raison d’un grave problème de sécurité informatique. Une solution improbable jaillit mi-janvier, alors que l’on s’apprêtait à entamer la réécriture du site, soit plusieurs semaines de chantier, au désespoir des chercheurs privés de leur outil de travail et de communication scientifique et pédagogique.
  • 16 décembre, à l’issue d’une mise à jour de routine, perte du contenu de 12 serveurs virtuels dont ceux qui portaient l’accès professionnel à notre système de gestion, le site web et notre outil de découverte. Le contenu est restauré quasi-intégralement en trois jours grâce aux sauvegardes automatiques, mais l’infrastructure n’est pas encore remise en place à ce jour : trois disques étaient défectueux et leur remplacement prend du temps. La machine de secours est située dans nos locaux, dont l’installation électrique est fragile… Une coupure de courant début janvier, à la fin des congés de Noël, provoque l’extinction du site web et du catalogue pendant deux jours, jusqu’à la réouverture.
  • 13 janvier, un disque dur externe à grande capacité contenant plusieurs mois de travail de numérisation cesse de fonctionner. Pas de perte de données à craindre a priori, mais en attendant que l’on puisse s’attaquer au problème (après avoir fini le déblaiement du précédent), la chaîne de numérisation tourne au ralenti.

Je passe sur les pannes et ralentissements quotidiens plus ou moins consécutifs aux précédents et qui ont égayé janvier : tandis que l’on répare les dégâts, les services tournent vaille que vaille sur des machines de remplacement, un peu anciennes. Cela ne va pas sans lenteurs ni coupures. À présent que l’on commence (restons prudents) à voir le bout du tunnel, quelles leçons tirer de cette rude série ?

 Peut-on rendre la technique fiable ?

 Bon gré mal gré, nous vivons sous le règne des serveurs. Dossiers et outils quittent nos ordinateurs personnels pour des machines plus puissantes et plus lointaines. Aujourd’hui, la BCU utilise des machines situés au CRRI (sur notre campus, mais hors de nos locaux) pour tous ses services critiques : SIGB, site web et intranet, outil de découverte, serveur de diffusion local des thèses. Elle recourt à l’hébergement externe pour le catalogue des revues en ligne et le résolveur de liens, la diffusion des thèses et articles (via HAL et TEL), ses blogs 14-18 et Alambic, et un jour prochain pour le SGB mutualisé.

 Cette organisation a son intérêt (les données sont abondantes et faciles d’accès), et son prix : toute panne a des conséquences collectives, voire massives. Qu’une machine cesse de fonctionner, les utilisateurs pénalisés sont dix fois, mille fois plus nombreux qu’avant. Il faut donc, selon le terme consacré, sécuriser les serveurs. Contre la panne électrique, contre la panne de climatisation, contre l’attaque informatique, contre l’avarie matérielle, contre le bug logiciel, contre la perte de données… Comme toute organisation utilisant abondamment l’informatique, la BCU a subi, tour à tour, chacune de ces pannes. Seuls des ensembles techniques colossaux peuvent déployer les moyens nécessaires pour satisfaire un besoin infini de stabilité technique. « Google ne s’arrête jamais » (encore que… mais si, même Google a connu deux pannes !) mais Google a un million de serveurs.

Bien qu’en dix ans la BCU ait multiplié par 12 le nombre de ses serveurs (passant de 2 à 24 !), nous cherchons la stabilité à une échelle quasi-dérisoire. Notre meilleure défense contre la panne est donc de nous appuyer sur des organisations matérielles plus robustes que la nôtre. Déplacement des machines vers le centre de ressources informatiques local (pour parer aux problèmes d’électricité et de climatisation), virtualisation et mise en place d’un outil global de sauvegarde (pour éviter les pertes de données), hébergement des services web dans de grandes infrastructures (CINES, CCSD, etc.). Tout cela prend du temps et demande aux informaticiens un travail d’adaptation qui ne finira qu’avec l’informatique elle-même. Pas tout de suite, donc, sauf imprévu.

« Mais qu’est-ce qui se passe ? »

 Le drame d’une panne, c’est moins la perte de données, généralement réduite, que le temps passé à réparer, durant lequel le service fait défaut, et durant lequel des dizaines de personnes réduites à l’impuissance attendent et se demandent ce que font les informaticiens (restons polis). Or, lorsqu’un informaticien sue sang et eau pour résoudre un problème le plus vite possible, il lui est difficile de s’adresser en même temps aux utilisateurs pour expliquer ce qui se passe, plus encore de leur prédire avec réalisme le retour au service normal.

C’est pourtant la première demande, et presque la seule en fait, des utilisateurs : savoir ce qui se passe et, surtout quand ça va remarcher. La seule (mais bien réelle) utilité des non-informaticiens de la bibliothèque numérique pendant les pannes informatiques est donc de brosser, pendant que les informaticiens travaillent, des points de situation honnêtes et des pronostics prudents. Puis, une fois le service rétabli, un compte rendu de ce qui s’est passé (et/ou un billet de blog), pour ceux qui ont envie de comprendre. Tant vis-à-vis de nos collègues ou du monde extérieur, l’exercice est à la fois indispensable et salutaire. Indispensable, parce que cacher nos problèmes est illusoire quand plus personne ne peut travailler, et que les exposer nous confère au moins le mérite de l’honnêteté, nous assurant autant de compréhension que le permet la frustration endurée par nos collègues ; salutaire, parce qu’il nous pousse à un diagnostic plus approfondi et plus fiable, car dégagé de la crainte superflue de perdre la face.

L’informatique n’est pas un problème. C’est un outil puissant, limité seulement par nos propres limites. Je crains que ce ne soit incurable.

 

  1. La vérité vous rendra libres ; mais il se pourrait que la vérité soit un peu triste. []
  2. je parle du toner, bien sûr ; l’information météorologique relève de la plus pure bonne foi. []
  3. je précise que ce dernier cas est purement théorique ; j’ai déjà dit ailleurs que mes collègues étaient parfaits et je le maintiens ; cela tient sans doute à la météo, cf. le premier paragraphe de ce billet. []

Ombilic numérique

Hamlet's statue at Stratford upon Avon, by Derek Winterburn (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'utilisation Commerciale, Partage à l'identique)
Hamlet’s statue at Stratford upon Avon, by Derek Winterburn (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation Commerciale, Partage à l’identique)

Ce billet, comme son nom(bilic) l’indique, sera nombriliste. L’Alambic, depuis sa mise en chauffe, n’a pas abusé de ce genre. Il y sacrifiera aujourd’hui par exception.

La plupart des blogs et des blogueurs connaissent un jour ou l’autre une phase d’essoufflement ou de doute. Le temps passant, rédiger un billet cesse de devenir une angoissante et exaltante aventure pour se muer en pénible pensum. Parfois on n’a pas grand chose à dire et on ne sait comment l’écrire.

Lorsqu’un blogueur solitaire raréfie ou cesse ses publications, personne ne lui en tient rigueur, en tout cas parmi ceux qui se sont colletés avec l’exercice. Un collectif qui édite un blog ne se pose généralement pas le problème, le rythme étant plus facile à tenir quand les auteurs sont nombreux. Avec son positionnement de « blog à contributions individuelles émanant d’un service », l’Alambic a la cuve entre deux chaises.

* Son côté individuel fait sa fragilité, puisqu’il repose sur l’inspiration et la disponibilité d’un petit noyau de rédacteurs réguliers, sujets à l’essoufflement. Mais c’est aussi ce côté personnel qui donne de la saveur à ses distillation : à chacun son style, ses thématiques et son rythme. Au lecteur de trier.

* Le côté institutionnel de l’Alambic ne s’est jamais vraiment affirmé, sa dimension collective a juste assez existé pour qu’aucun des rédacteurs ne se sente, à lui seul, comptable de l’activité du blog. Et si une règle non écrite nous a poussés à tenir à peu près une distillation par semaine, cette règle n’a pas résisté à l’usure du temps. Les contributeurs ont eu plusieurs discussions cette automne pour savoir s’il fallait s’efforcer de maintenir ce débit, quitte à réduire le contenu à des informations plus anodines, ou bien se donner la liberté de publier moins. L’avisé-lecteur-habitué-de-l’Alambic ne sera pas étonné que la seconde ligne l’ait emporté. On ne peut pas abolir l’urgence, proclamer son amour de la qualité au mépris de la quantité, et transformer l’Alambic en robinet d’eau tiède.

Ce blog publie moins souvent. La belle affaire. C’est du temps rendu à l’avisé-lecteur-curieux-de-tout pour aller explorer Hypothèses ou publier lui-même son blog. Et puisque l’occasion m’est donnée de dévoiler un peu de la vie interne du blog, j’en profite pour coucher ici les principes qui ont été confirmés lors de nos récentes discussions.

1- La rédaction d’un blog a besoin de liberté. Cette liberté se manifeste par le fait que nous signons personnellement. Ce blog se définit donc comme un espace professionnel d’expression individuelle, non institutionnelle.  Pour écarter symboliquement ce caractère institutionnel, l »Alambic ne sera plus affiché sur la page d’accueil du site web de la BCU (il restera accessible indirectement sur la page du service).

2- Les auteurs rédigent en tant que professionnels ET à titre personnel. Il n’y a pas d’obligation de faire relire sa prose. En revanche, chacun est responsable de ce qu’il écrit, et en répond s’il reçoit des retours négatifs.

3- Il n’y a pas d’agenda de publication.

4- L’Alambic ne s’interdit pas de cesser d’exister. Si plusieurs mois se passent sans publication, nous conclurons que le moment est venu de passer à autre chose, ce sera dit et fait sans fausse honte.

Pour l’heure nous n’en sommes pas là. Notre introspection ombilicale nous a suggéré que l’Alambic a peut-être encore dans son sac quelques infos pratiques, trucs informatiques, chroniques numériques et autres philippiques électroniques. Nous allons voir si tout cela parvient encore à se distiller.

 

 

Les fauteurs d’impact

If you publish a journal that trumpets its impact factor in adverts or emails, you are statistically illiterate. If you trumpet that impact factor to three decimal places, there is little hope for you.” --Stephen Curry on Nature Magazine and others. Photographie publiée sur FlickR sous le pseudonyme de DullHunk, sous licence Creative Commons Attribution.
If you publish a journal that trumpets its impact factor in adverts or emails, you are statistically illiterate. If you trumpet that impact factor to three decimal places, there is little hope for you.” –Stephen Curry on Nature Magazine and others. Photographie publiée sur FlickR sous le pseudonyme de DullHunk, sous licence Creative Commons Attribution.

L’impact factor, on en a plein la bouche et plein les oreilles. Pourtant, sa définition exacte, que j’avais apprise un jour d’égarement, m’était sortie de l’esprit. Elle m’a été remise en mémoire à la lecture d’un article dont j’ai déjà parlé ici, et qui lui consacre un paragraphe au titre assez percutant : « Impact factor, negociated, irreproductible and unsound. » (le facteur d’impact : négocié, irreproductible et malsain). La rédaction de ce billet m’a aussi permis de tomber sur un site assez original qui résume en français les enjeux et controverses sur le sujet.

En travaillant quelques années parmi les historiens (lesquels ne sont pas moins sensibles aux chiffres que les autres), j’ai appris que l’imperfection des mesures ne les rend pas inutilisables, tant qu’elle reste dans le champ de conscience des utilisateurs. Ainsi, au lieu d’utiliser les chiffres comme des résultats fermes, les scientifiques s’appuient dessus avec prudence pour proposer des interprétations, en restant lucides sur la discussion qui doit les entourer. Les problèmes commencent lorsque les chiffres ne sont plus discutés. C’est ce qui peut arriver lorsqu’ils sont mis au service d’une démarche de type publicitaire1, mais aussi par simple effet de répétition, lorsque les précautions oratoires tendent à s’estomper et que les chiffres sont implicitement considérés comme fiables.

Il est à craindre que l’Impact factor ne soit une parfaite illustration de ce phénomène.

Qu’est-ce que le facteur d’impact ?

C’est la division du nombre de citations constatées l’année N, renvoyant aux articles parus dans un journal pendant les années N-1 et N-2, par le nombre d’articles parus dans ce journal les mêmes années.
Un exemple ?

Soit une revue appelée l’International Journal of Bogus and Plagiarized Studies (IJBPS)2.
Supposons qu’en 2010-1011, 100 articles soient paru dansl’IJBPS.
Qu’en 2012 ces articles parus 2011-2010 dans l’ IJBPS aient été cités 1200 fois.
Dans ce cas, l’Impact factor de l’IJBPS sera de 12.
Bref, le facteur d’impact mesure la notoriété d’une revue (ou d’un auteur, si on lui applique le même mode de calcul).

La simplicité de cet indicateur vous donne l’impression qu’il est peu ambigu ? Détrompez-vous. L’article de Brembs et Munafò cité plus haut démontre, après de nombreux autres, combien il est facile de truquer le facteur d’impact. Par exemple, selon que vous signalez les articles parus dans toutes les sections ou seulement certaines d’entre elles, vous pouvez agir rétrospectivement sur le diviseur ! L’exemple donné par Björn Brembs and Marcus Munafò, celui de Current Biology, est très parlant : Le facteur d’Impact est passé de 7,007 à 11,910 en 2003, soit une augmentation de 70 %. Or, de 2002 à 2003, le compteur de citations a  grimpé de 4,4 % seulement. Mais le nombre d’articles décomptés, lui, a diminué de 43 %. D’où le spectaculaire « progrès » enregistré, qui n’est dû qu’à une correction des chiffres, nullement à une augmentation de l’audience du titre. Bien sûr, pareille manœuvre ne peut pas être répétée à l’infini. Mais sachant que le facteur d’impact conditionne directement le rang de classement, donc la valeur scientifique perçue (pesez le mot, il est essentiel) des revues qu’il qualifie, ce genre de flottement est très pernicieux. Plus encore si l’on songe que l’élévation de l’IF peut être un argument d’augmentation tarifaire. Le monde scientifique est parfaitement conscient du problème : il y a quatre ans déjà, l’éditorial du Journal of Child Neurology,3 dans un morceau de bravoure anti-facteur d’impact, résumait les stratégies d’auto-citation utilisées pour faire grimper l’IF des revues et concluait en citant la magnifique définition du facteur d’impact personnel donnée sur le blog PHD Comics (je traduis) :

Votre facteur d’impact corrigé c’est :

Le nombre de citations de votre travail
moins le nombre de ces citations qui en fait ont saccagé votre travail
moins le nombre de fois où vous vous êtes cité vous-même (bien essayé !)
moins le nombre de fois où vous avez été cité seulement pour gonfler une introduction
moins le nombre de fois où vous avez été cité incorrectement (on a aimé le titre et ignoré le reste)
moins le nombre de citations que l’éditeur a poussé les auteurs à inclure pour augmenter le facteur d’impact du journal

DIVISÉ PAR

Le nombre d’articles originaux que vous avez écrits
moins le nombre d’articles qu’on vous a fait cosigner par pitié ou par calcul
plus le nombre d’articles pas totalement originaux que vous avez écrits copiés-collés.

On a vu se développer peu à peu des gammes de produits alimentaires sans OGM, sans pesticides, sans traces de fruits à coques, sans parabène et sans bisphénol… J’attends avec impatience de voir se développer des revues sans facteur d’impact (IFF, impact factor free). Car l’effet de l’impact factor est, par certains côtés, assimilable à celui d’un produit dopant. Amélioration superficielle et quantitative dans le court terme. Appauvrissement, perte de qualité et dégradation en profondeur et dans le long terme. Je ne doute pas (pour l’instant) de la valeur scientifique du BMJ. Mais que penser d’un discours publicitaire tel quel celui-ci, reçu par courriel le 29 juillet dernier et relayé sous une forme à peine plus pudique sur le site de l’éditeur ? (je traduis, je souligne, et je me demande dans quelle cour de récré nous sommes en train de jouer)4.

Cher collègue,
Le  
British Medical Journal est fier de vous présenter les cinq articles les plus cités, qui ont contribué à ce que notre facteur d’impact atteigne 17,125 en 2012. Faites suivre ces articles (à lire absolument) aux professionnels de santé de votre institution ou de votre hôpital. Désormais classé 4e sur 155, le BMJ, l’un des meilleurs journaux de médecine du monde, est maintenant le journal en Open Access le mieux classé. Nous avons aussi dépassé deux titres américains de poids – PLOS Medicine et The Annals of Internal Medicine – dans les classements. 

Quand vous ôtez de la science le désintéressement et la gratuité, que vous reste-t-il ?
Le facteur d’impact.

  1. Cf. un de mes précédents billets sur la base UpToDate, qui relevait le contraste saisissant entre la prudence de l’article scientifique et la suffisance des slogans commerciaux ; je ne mets pas de lien pour échapper à l’accusation d’auto-citation… []
  2. Ce titre n’existe pas encore, mais j’ai pour projet de le créer, d’en faire une revue en Open Access ; avec ce titre, je suis assuré de ne pas manquer de matière ; je compte aussi facturer des frais de traitement de l’ordre de 1000 € la page qui permettront de renflouer les finances publiques. Pour ce tarif modique, je proposerai aux auteurs pressés de dissimuler les emprunts les plus grossiers par des reformulations périphrastiques et de remanier les références pour les rendre invérifiables. []
  3. Journal of Child Neurology, vol. 24, n° 3, mars 2009 []
  4. Dear Colleague,
    The BMJ is pleased to present the top-cited research articles that contributed to our 2012 increased impact factor of 17.215. Please forward these must-read articles to medical professionals at your institution or hospital. Now ranked 4/155*, The BMJ is one of the world’s leading general medicine journals and is now the highest ranking open access journal. We’ve also overtaken two heavyweight US titles — PLOS Medicine and the Annals of Internal Medicine in the rankings []

Faut-il abolir les revues en ligne ?

Il m’arrive couramment (à la pause café, il est vrai) de militer pour la suppression des revues scientifiques. Leur contribution à l’excès d’information blesse mon goût de la synthèse ; leur coût agresse mon sens de l’économie ; du point de vue de la gestion bibliographique, elles constituent un casse-tête qui justifierait en lui-même leur abolition1.

Bien entendu, les revues restent utiles, et même indispensables, pour un très grand nombre d’autres raisons. Mais tout de même, c’est avec un intérêt amusé que je lis, émanant du monde scientifique, des remises en cause qui dépassent de très loin la boutade. Je doute qu’elles aboutissent à la suppression effective des revues scientifiques, mais elles produiront tôt ou tard leur effet, et s’accompagnent de propositions qui concernent directement les bibliothèques. Elles méritent donc que l’on s’y arrête ici.

Sailors with demolition charges on HMAS AUSTRALIA (Image du domaine public, source : FlickR)
Sailors with demolition charges on HMAS AUSTRALIA (Image du domaine public, source : FlickR ; original conservé à l’Australia National Maritime Museum).

Il est impressionnant de voir à quel point ces critiques se font radicales. Bien au-delà des récriminations rituelles contre les dérapages tarifaires des grands éditeurs, elles s’attaquent à la structure du système : classement des revues, Impact factor, comptage des publications à des fins d’évaluation, effets pervers de la notoriété… pour finir c’est l’existence même des revues qui est accusée de faire obstacle au sain exercice de l’activité scientifique. Un article signé de Björn Brembs et Marcus Munafò, paru en 20122, s’attache à caractériser précisément les symptômes du mal :

1- Croissance rapide du taux de rétractation des articles qui « stable depuis les années 1970, s’est mis à augmenter graduellement à partir des années 2000 de 0,001 % à 0,02 % ». Soit un article sur 5000, et un taux multiplié par 20 en une dizaine d’années3.

2- Plus grave, la proportion de rétractations dues à une fraude scientifique a elle-même augmenté et concernerait, ces toutes dernières années, la majorité des articles rétractés. L’article signale en passant le  site http://retractionwatch.com, créé en 2010, qui n’est pas sans rappeler, par son propos et son ton, le blog français « archéologie du copie coller ». La naissance de ce type de site est un symptôme en soi.

3- Autre élément mesuré par les deux auteurs pour évaluer le problème, le decline effect4, soit la tendance pour une découverte à être infirmée plutôt que confirmée au fil du temps par des expérimentations successives, avec des tentatives de réplication de moins en moins concluantes.

Les deux auteurs établissent que ces problèmes sont corrélés avec le rang des revues : mais à l’inverse de ce que l’on attendrait, les revues les mieux classées présentent une probabilité plus élevée de contenir des articles rétractés, frauduleux et des découvertes sujettes au decline effect  (p. 16, je traduis) :

Le classement des revues est corrélé de façon modérée à forte avec le manque de fiabilité scientifique, à la fois intentionnelle et non-intentionnelle.

D’où ils infèrent (p. 18, je traduis) que Faute d’une réforme de notre système de publication, les incitations et la pression qui poussent à publier dans les journaux de haut rang continueront d’inciter les scientifiques à moins de précautions dans leurs conclusions (ou pire), dans le but de  promouvoir leurs recherches auprès des plus grandes revues5.

En résumant, mais sans forcer le trait, les revues dans leur forme actuelle sont devenues un frein au progrès scientifique.

 

Mais en quoi une refonte du circuit de publication concerne-t-elle les bibliothèques ?

Tout ce qui a rapport aux revues scientifiques concerne désormais les bibliothèques, tant elles se sont impliquées dans ce dossier ces dernières années. Ainsi, la question de la transition vers l’accès ouvert est très souvent posée en termes économiques. Elle l’est, on les comprend, par les éditeurs, inquiets à la perspective d’une fusion de leur fonds de commerce. Mais elle pourrait aussi inquiéter les bibliothèques :

1- Économiquement, si la production de revues se déporte vers un modèle Gold (« auteur-payeur »), les coûts se retrouveront émiettés entre des entités en nombre infini (laboratoires ou individus), alors qu’ils sont en voie de centralisation aujourd’hui via les big deals, négociés en grande partie, à grand peine et à grand frais par les bibliothèques.

2- Dans le modèle Green (archives ouvertes), c’est plus simple encore : il n’y a plus ni coût, ni négociation, ni abonnement : à quoi allons-nous bien pouvoir servir ?

3- Enfin ce sont les barrières à l’accès qui rendent indispensables les outils que nous déployons pour donner accès à des ressources chèrement acquises (outils de découverte, résolveurs de liens). À quoi bon ces outils le jour où tout sera disponible gratuitement sur le web ?

Oui, tout cela est très préoccupant, et il y a quelque chose de piquant dans l’enthousiasme avec lequel les bibliothèques militent pour l’accès ouvert, alors que négocier, cataloguer, signaler des revues achetées à prix d’or est notre gagne-pain. La transition des revues entre papier et numérique a été une première révolution professionnelle ; ses répercussions n’étaient rien auprès de celles qu’aura le basculement vers l’Open Access. Dans cette perspective, je m’en vais sacrifier une fois de plus à ma passion pour les scénarios en proposant trois possibilités pour les bibliothèques dans un monde où l’accès ouvert deviendrait la règle (et en indiquant ma préférence entre elles, jouons fair play).

Scénario 1 : Quid nobis interest6 ?

Les bibliothèques pourraient se désintéresser des revues ou de ce qui en tiendra lieu, se recentrer sur les fonctions d’accueil, de gestion des stocks imprimés, une prestation minimale en traitement des données pour toute la partie qui ne serait pas déjà effectuée par les fournisseurs commerciaux, et une relation résiduelle avec les éditeurs survivants de l’ancien système. On aura compris à mi-mot en lisant ce qui précède que personnellement, je ne suis pas pour.

Scénario 2 : Statu quo, mutatis mutandis7

Les bibliothèques pourraient devenir un opérateur financier de l’accès ouvert, voie dorée (Gold open access) pour les établissements qu’elles desservent, en centralisant la gestion des frais de publication. Cela reviendrait peu ou prou à perpétuer le fonctionnement actuel en l’adaptant à l’évolution économique en cours. Personnellement, je trouverais cela intéressant, mais pas très ambitieux. Et du point de vue scientifique la « voie dorée » est loin d’offrir toutes les conditions nécessaires à la suppression des effets indésirables dénoncés plus haut.

Scénario 3 :  Nova de veteribus8

Les bibliothèques pourraient devenir un des acteurs du circuit de publication des résultats scientifiques. Martin Paul Eve9, dans un article paru l’an dernier  imaginait ainsi de faire des bibliothèques le pivot d’un système rénové. Il propose que la publication scientifique, sous quelque forme que ce soit, soit traitée localement par les bibliothèques universitaires dans des entités baptisées research output team, « équipe de publication scientifique ». Ces équipes auraient pour activité de faire fonctionner des plates-formes informatiques permettant le traitement des soumissions d’articles ou d’ouvrage (échanges avec les relecteurs, corrections), le traitement éditorial (balisage, mise en forme) et finalement leur publication dans une instance locale qui servirait à la fois de vitrine de publication et de dépôt d’archives. Il voit dans ce scénario une sorte de « fusion de la bibliothèque et de l’éditeur » (Elvire, veux-tu m’épouser ?) ; et conclut modestement : « In many ways this is a return to the idea of a University Press. »
Cette troisième possibilité m’intéresse davantage que les autres, d’abord parce qu’elle répond aux objections scientifiques formulées contre les revues en première partie de ce billet. Secondairement, cela n’étonnera pas l’avisé lecteur, parce qu’une solution qui s’appuie sur les bibliothèques et les maintient en lien étroit avec la recherche me paraît a priori préférable à tout autre. Troisièmement parce que de façon embryonnaire nous sommes en train de l’expérimenter à Clermont. C’est la demande des chercheurs qui nous a poussés dans cette voie, et nous ne l’avons pas théorisée, mais je m’aperçois avec joie que d’autres l’ont fait.

C’est compliqué à concevoir et à mettre en place, cela implique de réfléchir à l’articulation avec les presses universitaires, avec les dépôts d’archives ouvertes, avec les nouveaux systèmes de signalement, avec les éditeurs gold et avec ceux qui resteront dans le modèle de l’abonnement. Bref, cela demandera du temps, du travail et de l’intelligence. Je suis pour.

  1. Distinction du volume et du fascicule, changements de titre, fusion et scissions de revues, numéros spéciaux, titres à périodicité irrégulière, collections à numéros thématiques, sont quelques-uns de ces défis au bon sens qu’il faut faire entrer vaille que vaille, au chausse-pied, dans les cases étroites des catalogues informatisés ; à mon avis, le seul objet bibliographique susceptible d’égaler la revue en perversité est le volume de mélanges. []
  2. « Deep impact : Unintended consequences of journal rank », [http://arxiv.org/abs/1301.3748] []
  3. P. 3 : The retraction rate of articles published in scientific journals, which had remained stable since the 1970’s, began to increase rapidly in the early 2000’s from 0.001 % of the total to about 0.02 % []
  4. Je suis preneur d’une proposition d’équivalent français pour cet intéressant concept ; notons qu’il porte à controverse et contestation depuis sa popularisation par J. Lehrer dans le New Yorker []
  5. P. 16 : Journal rank is a moderate to strong predictor of both intentional and unitentional scientific unreliability. P 18 : Without reform of our publication system, the incentives associated with increased pressure to publish in high-ranking journals will continue to encourage scientists to be less cautious in their conclusions (or worse) in an attempt to market their research to the top-journals []
  6. Littéralement « Qu’est-ce que ça peut nous faire? » ou autre formule plus familière à votre convenance. []
  7. Litt. « Changeons un peu mais pas trop », mais vous l’aviez compris. []
  8. Litt. « Du neuf avec du vieux ». Je m’insurge contre la connotation négative de cette expression : à mes yeux prétendre faire du neuf autrement qu’avec du vieux, c’est négliger ses dettes []
  9. Martin Paul Eve, « Tear it down, build it up: the Research Output Team, or the library-as-publisher », dans Insights, the UKSG Journal, vol. 25, n° 2, July 2012, 154-162 [en ligne, http://uksg.metapress.com/content/9tvk4t7324388071/?p=43da471d5e0a4df6bd268ee270278a80&pi=6, consulté le 29 août 2013]. []

Abolir l’urgence

Hare and Tortoise, par Wallrig (publié sur FlickR sous licence Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification)
Hare and Tortoise, par Wallrig (publié sur FlickR sous licence Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, pas de modification)

L’été et la lourde chaleur enfin installée auraient pu m’inspirer ce titre. Mais alors il souffrirait d’une contradiction interne, en répondant à l’impératif de l’instant, car il est urgent, par 30°, d’éviter de se presser.

Mais justement, abolir l’urgence ne peut résulter que d’une réflexion mûrie, donc lente. En l’occurrence, c’est l’enseignement qui me reste d’une année entière nourrie de lectures et d’expérimentations, sur l’art de conduire le travail d’autrui et le mien propre.

L’exercice de la responsabilité est souvent qualifié par ceux qui le pratiquent et l’enseignent comme un art. Manière de souligner l’engagement personnel qu’il implique et l’impossibilité de le réduire à des axiomes ou à des procédures. Mais cela ne veut pas dire qu’on ne puisse l’apprendre ; c’est ce que j’ai cherché à faire cette année, y compris en passant du temps à lire sur le sujet. Sur la bonne douzaine de livres que j’ai parcourus ou lus, deux sont, je crois, à conseiller sans retenue à qui se mêle d’encadrer le travail d’autrui. Le premier traite de communication non-violente1. Son approche, utile à toute personne soucieuse de saines relations avec ses semblables, est particulièrement adaptée pour un individu imparfait qui aurait à exercer une forme quelconque d’autorité sur des personnes elles-mêmes non exemptes de défauts2, car cet exercice nous confronte, plus rapidement que tout autre, à nos limites et à celles d’autrui.
L’autre ouvrage est celui qui a inspiré le titre de ce billet ; c’est à la fois un best-seller3 et un classique du management : Il s’agit du manuel de Stephen Covey, Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent (en anglais :  The seven habits of effective people).

La question de l’urgence est au cœur de la « troisième habitude » (priorité aux priorités, first things first) de S. Covey. Son idée est que par définition, l’urgence empêche de bien travailler, que le temps qu’elle prend est sans proportion avec le profit que l’on tire de s’y consacrer, et qu’au fond la hâte et l’urgence ne produisent rien d’autre qu’elles-mêmes. Les résultats auxquels nous aspirons réellement ne peuvent être produits dans l’instant, mais seulement par un effort prolongé, planifié et patient. De deux besognes qui se présentent à nous, mieux vaut en général, suggère Covey, délaisser celle qui s’impose par son urgence, pour se consacrer à celle que depuis longtemps nous jugeons importante, et à laquelle nous avions prévu de nous consacrer.

Le dilemme quotidien entre les dossiers de fonds auxquels j’ai prévu de travailler et l’empilement des courriels dans ma boîte est la meilleure illustration de cette problématique.  Le numérique, avec l’illusion d’immédiateté qu’il colporte, a offert un prétexte nouveau à cette vieille faille humaine, notre goût du court terme, de la distraction et de la gratification immédiate (un courriel de traité !). Mais les projets numériques sont comme les autres : ils demandent temps, effort et travail. Un nouveau site web ? Six mois à un an au moins. Un nouveau catalogue en ligne ? Douze à dix-huit mois. Un nouveau mode d’organisation de la maintenance informatique ? Au moins deux ans (nous avons commencé il y a dix-huit mois et ce n’est pas fini, tant s’en faut). Et ce sont là des projets à court terme, dont on peut entrevoir l’aboutissement au moment où on les entreprend, mais qui portent de toutes façons sur des outils de travail ou des organisations éphémères. Si l’on pense à des projets d’envergure (un SIGB mutualisé, une nouvelle bibliothèque…), l’échelle de temps s’allonge au-delà de notre vision individuelle, et il devient d’autant plus important de planifier indépendamment des urgences.

Au-delà de mon horizon fort limité de responsable d’un service dans une bibliothèque universitaire, je vois d’ailleurs avec d’intérêt s’éveiller, dans le monde scientifique, une méfiance et une réticence assez semblables face à l’urgence. Le courant slow science me semble relever de cette attitude, en postulant qu’une « recherche sérieuse impose souvent l’exploration méticuleuse d’innombrables culs-de-sac», comme le relève Olivier Gosselain dans un billet qu’il consacre à ce thème (« Slow Science, la désexcellence« ). Ce que le manifeste de la slow science résume par l’adage « Bear with us, while we think ». Un tel courant cherche ainsi à recentrer le travail scientifique sur l’important, le qualitatif, le long terme. Ce qui implique, et j’imagine que c’est difficile, de ne pas trop sacrifier au publish or perish, à la publication à la découpe, au culte de l’Impact factor et au concours de la plus longue liste de publications de l’année4.

Si vous n’aviez pas d’idée de lecture pour cet été, emportez donc Covey et Rosenberg. Le temps que vous y passerez ne sera pas perdu.

Slow is the fastest way to get things done well, par Mickael Pollack (publié sur FlickR sous licence Cretive Commons, Paternité)
Slow is the fastest way to get things right, par Mickael Pollack (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Paternité)

 

  1. Marshall Rosenberg,  Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs). Introduction à la communication non violente, Paris, éd. La Découverte, 2005; traduction de Non violent communication : A language of life, PuddleDancer Press, 2003 — à noter : ne vous laissez pas rebuter par la première de couverture, délicieusement kitsch []
  2. Bien entendu, cette situation difficile est théorique et ne s’applique en rien à mon propre service ni à aucune des organisations que je connais. []
  3. Mais je l’ai lu quand même parce qu’il faut savoir surmonter ses préjugés et qu’il m’a été recommandé par un professionnel de confiance []
  4. En ligne de mire, écrit Olivier Gosselain, la course folle qui nous conduit à sacrifier la réflexion sur l’autel de délais toujours plus courts – appels à projets, demandes de financement, publications, communications – ou l’inquiétude qui nous saisit lorsque nous voyons s’élever la pile des nouvelles publications sur le bureau d’un collègue []

L’OPAC avant les RAMEAU

Que l’on me pardonne de recycler en guise de titre une boutade de potache, compréhensible des seuls bibliothécaires : elle m’a valu un jour, lors d’un de mes premiers exposés professionnels, l’innocente satisfaction d’arracher un franc éclat de rire à une collègue qui me paraissait un peu austère. Je m’étais alors promis, si un jour l’OPAC de mes rêves venait à exister, de recaser ce jeu de mots.

Or c’est chose faite, et voici l’occasion de revenir un peu sur le projet majeur de l’année 2013, sur un ton un peu léger parce qu’après tout, quand on a bien travaillé, il est juste de célébrer le labeur accompli et il n’est pas interdit de le faire de façon récréative. Je précise que c’est le travail d’autrui que je célèbre (voir les billets parus sur le sujet). En revanche je revendique la pleine et entière responsabilité de mes jeux de mots désastreux.

À présent, à l’intention des non bibliothécaires qui se demandent ce que signifie ce titre absurde entaché d’une faute d’accord, petit cours de jargon bibliothécaire à l’usage des gens normaux. Les collègues peuvent se rendre directement au paragraphe 3.

Signalétique de l'OPAC, (publié sur FlickR sous le pseudonyme d'Enokson, sous licence Creative Commons, Attribution)
Signalétique de l’OPAC, (publié sur FlickR sous le pseudonyme d’Enokson, sous licence Creative Commons, Attribution)

1. OPAC, c’est l’acronyme de Online public access catalogue. Allez savoir pourquoi ce sigle anglophone s’est imposé en français, alors que sa prononciation en français évoque l’idée diamétralement opposée au service qu’il rend, ainsi que l’a plaisamment relevé le dictionnaire du diable des bibliothèques  à la définition du mot « acronyme ».
On propose parfois d’y lire un message subliminal des bibliothécaires à l’intention de leurs lecteurs ; exégèse qui mérite quelques secondes d’autodérision à la pause café les jours de mauvaise humeur, pas plus. Ou bien, s’il faut vraiment faire du mauvais esprit, ne mégotons pas et réformons tout notre vocabulaire :  les tests utilisateurs organisés l’an dernier autour de notre site web ont révélé que même le mot « catalogue » peut dérouter nos lecteurs. « Catalogue, on pense à un livre », disait un commentaire. En effet ; c’est vraiment agaçant cette association dont on n’arrive pas à se défaire entre bibliothèque et bouquins.

Heureusement, la modernité a inventé le Discovery tool, dont la traduction Outil de découverte semble en voie de s’imposer, sans doute grâce à sa brièveté et à son intelligibilité parfaite. Va pour outil de découverte, donc, en espérant que le sigle « OD » ne va pas venir infester la documentation professionnelle, sans oublier les perles éventuelles qui pourraient jaillir de trouvailles comme « catalogue de découverte (CD) » ou encore mieux « Catalogue outil de découverte (COD) ». J’imagine déjà la conclusion désabusée d’un rapport d’activités de 2018 : à l’usage, malgré les promesses d’interopérabilité du fournisseur, notre système, dépassé, ne s’accorde pas avec le COD, alors que celui-ci était positionné avant.
Bref, l’OPAC, c’est le catalogue en ligne offert au public

 

2. RAMEAU, c’est plus compliqué. C’est le Répertoire d’Autorité Matière Encyclopédique, Alphabétique et Unifié, et l’un des symboles du savoir-faire bibliothécaire. Comme tout outil systématique, RAMEAU, en dépit de son caractère impressionnant (l’édition 2002 fait 8 volumes, d’après… l’OPAC) est précieux : tous ceux qui ont tâté de l’indexation savent qu’il faut renvoyer tous ses synonymes vers un seul terme, pour que le lecteur ait toute l’information en une fois. Exemple pertinent bien qu’un peu impertinent aussi : c’est grâce à ces renvois conçus a priori  que le lecteur qui cherche « doudou » ou « peluche » aura pour réponse des notices sur les livres de psycho ou de puériculture parlant des objets transitionnels. On peut railler le terme, n’empêche : on accède bien aux résultats. Bon, je regrette un peu de n’avoir pas trouvé, dans la liste des « formes rejetées », l’appellation « nain-nain », qui est pourtant d’usage attesté dans certaines zones linguistiques. J’enverrai une proposition de modification à ce sujet.
Comme tous les outils métiers, RAMEAU a sans doute ses déviances et ses idolâtres. Je n’en ai jamais rencontré en chair et en os et je ne suis pas sûr de leur existence réelle, mais on dit que certains bibliothécaires éprouveraient un véritable plaisir, par exemple, à saisir le plus possible de termes RAMEAU dans leurs notices de catalogage, pour le plaisir de manier les règles subtiles de cette liste, car elle est articulée logiquement de façon hiérarchique (avec des « vedettes primaires », des « subdivisions thématiques » et des « subdivisions chronologiques »). Je conçois d’ailleurs que l’on puisse, aux époques troublées, céder à la tentation de recréer l’ordonnancement harmonieux du monde par la magie de mots ordonnés séparés par des tirets doubles. Mais je n’ai jamais rencontré personne qui ait amené cette pratique jusqu’à l’addiction.
Bref, les mots RAMEAU, c’est le vocabulaire contrôlé d’indexation employé par les bibliothécaires.

Le catalogue "en ligne", version 1974.
Le catalogue « en ligne », version 1974 (Source FlickR, domaine public).

[les collègues peuvent reprendre ici]

3. En résumé, on peut considérer l’OPAC et RAMEAU comme les symboles respectifs du front office et du back office. Alors, « l’OPAC avant les RAMEAU », qu’est-ce à dire ? Eh bien, comme chacun sait, les bibliothécaires d’avant ne pensait qu’à leurs bouquins, alors que ceux d’aujourd’hui sont beaucoup plus gentils et ne pensent qu’à leurs lecteurs. C’est cette victoire des gentils modernes sur les méchants ringards, illustrée par la montée en puissance des outils de découverte (on les appelait alors « OPAC de nouvelle génération ») qu’était censée impliquer ma boutade. Avec en prime une petite connotation transgressive très tendance et absolument sans risque, tout à fait adaptée pour stigmatiser la supposée crispation professionnelle des méchantes bibliothécaires à chignon. C’était vraiment mesquin de ma part, mais le plaisir du jeu de mots l’emportait sur l’intention polémique.

La réalité, c’est que l’outil de découverte permet réellement d’amener l’OPAC vers un meilleur service, à l’aide d’avancées techniques que les bibliothécaires (avec ou sans chignon) attendaient avec impatience : tri des résultats par pertinence, filtrage, etc. Mais le savoureux de l’affaire, c’est que l’OPAC-outil-de-découverte-catalogue-en-ligne utilise bel et bien les mots clés RAMEAU. Ces termes, choisis avec soin par les catalogueurs, sont tout indiqués pour créer (entre autres) les filtres des résultats obtenus. La question peut ensuite se poser (elle s’est posée à nous, de fait) de savoir s’il faut, ou non, préserver la structure hiérarchique de cette indexation, ou ne préserver que les mots eux-mêmes, en abandonnant leur lien logique ? En l’occurrence nous avons choisi de briser les liens entre les termes pour l’affichage des facettes (mots clefs de filtrage) mais de les préserver dans les notices. En conclusion, il fallait bien passer par les RAMEAU pour accomplir cette remise à neuf d’OPAC.

Quelles autres leçons tirer ? Je les livre à la va-vite, ce billet est déjà trop long.  1°) C’était le projet majeur de l’année, il est arrivé à réalisation. J’en avais rêvé pour 2012 dans un billet programmatique. Comme souvent, il a pris un peu plus de temps que prévu, mais enfin il fonctionne. 12 mois, de la première installation à la mise en test public, c’est un délai correct compte tenu d’un accident majeur sur le serveur de développement (trois bons mois de retard) 2°) la présence dans le service d’un informaticien de métier épargne la fastidieuse rédaction d’un cahier des charges suivi d’un appel d’offres et des factures annuelles subséquentes 3°) Un stage informatique a permis en prime de mettre en place une version adaptée pour téléphone mobile du catalogue en ligne et du site web. 4°) Il y a encore de nombreuses améliorations à apporter, bien sûr, on y travaille. 5°) Nous avons le même catalogue que l’université de Stanford, c’est un début encourageant ; les créateurs du google de demain sont peut-être auvergnats ?

Dernière précision enfin, à l’intention des contribuables sourcilleux qui verraient dans ce billet une imposture professionnelle : il a été principalement rédigé sur mon temps personnel. En ces temps de météo tendue, de négociations en baisse et de budgets maussades, qu’on veuille bien y voir ma modeste contribution à l’allègement de l’ambiance et de la dette publique.
Ainsi qu’un souriant hommage au travail de mes collègues.

Premier catalogue en ligne (?) à la bibliothèque universitaire de l'Ohio, source du cliché (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'utilisation commerciale, Partage dans les même conditions).
Premier catalogue en ligne (?) à la bibliothèque universitaire de l’Ohio, source du cliché (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Partage dans les même conditions).

De l’autre côté du miroir : revues scientifiques et presse en ligne

 

Hans Palma, Reversed Reflection (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Attribution).
Hans Palma, Reversed Reflection (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Attribution).

Une récente intervention dans un master à Clermont m’a fourni l’occasion d’un regard de côté sur un monde ignoré, celui de la presse en ligne. Pour traiter de l’édition de revues en ligne devant des étudiants dont la science n’est pas la préoccupation première, je me suis efforcé d’élargir un peu mon point de vue. À défaut d’être approfondi (quelques heures de lecture et de vagabondage sur internet), ce détour était passionnant : le monde de la presse en ligne m’a paru offrir une sorte de vue symétrique de celui des revues scientifiques.

En tentant de clarifier mon impression, j’en suis arrivé à résumer les situations respectives de ces deux mondes par deux formules symétriques.

Pour les lecteurs de presse en ligne, aucun tarif n’est assez bas pour être acceptable.

Pour les lecteurs de presse scientifique, aucun tarif n’est assez haut pour être inacceptable.

Prises littéralement ces formules sont fausses, comme toute idée simple. Pour comprendre la symétrie qu’elles cherchent à traduire il faut les gloser un peu. Quel est le défi fondamental de la presse en ligne ? C’est que le « consentement à payer » des utilisateurs est dérisoire et ne permet pas de supporter les coûts de production. Quel est le défi de la presse scientifique ? C’est que le « consentement à payer » des utilisateurs est excessif, au point de mettre en péril la situation économique des abonnés. Au fond, dans les deux cas, on a un problème de déconnexion des coûts et des prix. Sauf qu’il se produit au détriment des éditeurs de presse en ligne et au détriment des abonnés de presse scientifique.

J’ai été éclairé sur cette notion de consentement à payer par un billet de blog de Françoise Benhamou, qui citait les chiffres suivants :

Le Boston Consulting Group a mené l’enquête auprès de 5 000 personnes dans neuf pays. Il s’agissait d’évaluer le consentement à payer pour recevoir des informations sur son portable ou sur son mobile. 3 euros en moyenne, telle fut la réponse des 54% de Français qui se disent prêts à payer quelque chose […]

[N.B. cette somme recouvre apparemment ce qu’un individu est prêt à payer chaque mois]

Constante économique (je remercie ceux qui me dégrossissent sur ces sujets, ils se reconnaîtront) : pour trouver sa clientèle et permettre au vendeur de couvrir ses coûts, toute vente de service ou de produit doit chercher l‘alignement du prix et de la valeur, telle que perçue par le client. C’est dans la définition de cette valeur perçue que le service numérique pose problème, sans doute surtout faute de recul. Je suppose (un connaisseur nuancerait voire infirmerait) que les coûts sont structurés d’une façon analogue dans l’édition de presse et dans l’édition scientifique. Ils résident d’une part dans le temps de travail lié à la production écrite (collecte d’information, rédaction, relecture, travail éditorial, mise en page), de l’autre dans l’infrastructure de consultation et de conservation (serveurs, réseaux, plate-formes et applis sur internet, temps de travail en informatique). À partir de là, on peut se livrer à un « jeu des différences » qui aboutit aux formules lapidaires ci-dessus.

Différence n° 1 : La main d’œuvre

* Du côté des revues scientifiques, la production repose pour l’essentiel sur des chercheurs rémunérés par la puissance publique. Certes, la gestion d’un flux abondant d’articles, soumis par des auteurs nombreux, et dont une partie seront rejetés ou redirigés, est une caractéristique propre du monde scientifique. Le traitement de ces flux repose en partie sur l’éditeur. Cependant, il paraît évident que le coût du temps de travail rédactionnel est majoritairement supporté par le monde académique.

*La production de presse repose sur des professionnels rémunérés. L’information est produite par des journalistes, constitués en rédaction, et payés pour collecter, valider et rédiger les contenus. C’est vrai pour les principaux pure players de la presse en ligne (Rue89, Mediapart, etc.), et c’est encore vrai pour les journaux (Le Figaro, Le Monde, Libération, La Croix, etc.) qui ont adossé leur rédaction web à celle de la publication imprimée.

Au moins une entreprise de presse en ligne a su, comme les éditeurs scientifiques, s’appuyer sur des contributeurs non rémunérés : le Huffington post. Ce site a produit son lot de polémiques (plus il est rentable, plus il est accusé de brader le journalisme), mais en tout cas une chose est sûre : il rapporte.

 

Différence n°2  : le comportement de la clientèle

* En première approche, la clientèle de la presse en ligne semble insaisissable. Soyons lucides : combien d’entre nous sont prêts à payer pour de l’information en ligne ? Quand bien même nous sommes conscients (et je me pique de l’être) du travail que représente le traitement critique et la publication sur internet d’une information valable, sommes-nous prêts à payer pour cela, alors que les sources gratuites semblent s’offrir de toute part ?

* Du côté des revues scientifiques, la clientèle est captive. Deux raisons essentielles à cela :

  • Lire est, pour le travail de recherche, tout ensemble un besoin vital et une obligation professionnelle. Et un article n’est jamais substituable à un autre : théoriquement au moins, dans le domaine scientifique la redondance de l’information n’existe pas.
  • Et surtout, différence majeure par rapport à la clientèle de la presse en ligne : étant institutionnelle, la clientèle académique est légaliste par nature et par obligation. Quand bien même les usages seraient déviants, les contrats signés par la puissance publique sont honorés sur le plan financier.

Là réside peut-être la principale raison du dérapage des tarifs : les usages déviants ne font pas contrepoids aux prix abusifs. L’échange des fichiers vidéos et musicaux en ligne est, certes, éminemment discutable. Mais il joue un rôle d’aiguillon salutaire pour l’édition numérique, parce qu’il a la force des réalités invincibles (malgré l’acharnement des législateurs), et parce qu’il révèle un besoin de gratuité foncièrement légitime, et tout à fait utilisable en économie : dans le numérique le client est innombrable, mais il n’est pas prêt à payer cher.

Rien de tel du côté du monde scientifique : quel que soit son point de vue personnel, par le contrat qui lie son institution à l’éditeur le chercheur se trouve lié. Et paie.

 

Différence n°3 : les expérimentations économiques

* Peinant à couvrir ses coûts, le monde de la presse en ligne s’est ingénié à tester des sources de financement, et à les diversifier. La décantation n’est pas achevée, mais quelques modèles viables se dégagent déjà : modèle publicitaire, freemium, abonnement, portails thématiques (appelés « portails verticaux » dans le jargon). Dans le journal du net, un billet (Hugo Sedouramane, « Quel business model pour la presse en ligne ? » faisait le point il y a deux ans. On peut le compléter en signalant que depuis, Mediapart a fait la preuve de sa viabilité économique.  Les tarifs pratiqués (amorce commerciale à 1 € par mois pour 15 jours, puis 9€ par mois en mensualisation ; 90 € l’année soit 7,5 € par mois) semblent suggérer que la disponibilité à payer s’est légèrement accrue. Rue 89 semble avoir plus de mal à atteindre la rentabilité. Les autres modèles qui semblent se dégager sont notamment :

  • Les portails thématiques verticaux : l’expression portail vertical (en anglais vertical portal contracté en vortal) désigne un site thématique qui génère du trafic et des recettes (par exemple un site de petites annonces) et qui permet de financer par ailleurs une activité éditoriale non bénéficiaire. L’exemple évoqué par l’article est le portail de petites annonces du Figaro, Classifieds.
  • Le modèle Freemium : la plupart des éditeurs de presse classique expérimentent ce type de modèle, qui exploite le consentement à payer une somme modeste pour un surcroît de service. Sur le site des grands quotidiens, une partie du contenu est accessible directement et gratuitement, le reste est payant, et accessible pour un abonnement au tarif peu élevé (la moitié du prix de l’abonnement imprimé, à peu près : 12 € par mois pour Libération et le Figaro, 15 € pour Le Monde et La Croix, avec accès aux archives).

* Du côté des revues scientifiques, les modèles se sont surtout caractérisés par leur recherche de continuité rassurante avec ce qui était déjà connu et pratiqué. D’où le succès des modèles de transition qui s’essoufflent à présent, et qui associaient l’accès en ligne à la détention et au maintien des abonnements imprimés.

En bonne logique, la contestation de ces modèles et la recherche de modalités alternatives est venue de ceux qui ne pouvaient s’en satisfaire, en l’occurrence les clients et non les éditeurs, comme pour la presse en ligne. La revendication d’Open Access s’est faite toujours plus vibrante dans le monde scientifique, les modèles freemium et l’expérimentation PLOS ont émergé du monde de la recherche. Alors que les éditeurs les plus en vue se préoccupent surtout de préserver encore quelques temps l’ancien ancien modèle, le temps de s’assurer de la rentabilité des nouveaux.

 

Pour conclure ?

Souhaitons, pour le bien de la science, que le développement des nouveaux modèles à l’intérieur du monde scientifique soit rapide et vigoureux.

  • pour faire contrepoids et empêcher la nasse commerciale de l’auteur-payeur d’enserrer toute la production en sciences exactes.
  • parce que ces modèles nous permettront de connaître par l’expérience les coûts de production des revues, ce qui facilitera beaucoup le dialogue avec les éditeurs. La question des coûts de production d’une revue et d’un article sont encore, à ce jour, d’insondables sujets de diatribe. Mais on voit déjà à quel point l’existence d’éditeurs académiques en Open Access bouleverse la donne : les chiffres commencent à tomber (voir notamment un récent numéro de Nature consacré au sujet, et spécialement l’article « Open Access : The true cost of science publishing« . Bientôt les coûts seront connus dans le détail, étudiés, publiés, disséqués et comparés. Cela devrait contribuer à faire avancer la discussion entre les scientifiques et les éditeurs commerciaux.

Les modèles économiques des éditeurs sont le miroir des comportements de leurs clients. Nous avons eu amplement le temps, nous autres bibliothécaires et enseignants chercheurs, de nous y contempler. Si nous ne sommes pas satisfaits de ce que nous y voyons, inutile d’incriminer le miroir. Dans l’édition scientifique, c’est notre consentement à payer qui est en cause. Et tout consentement est une décision.

 

Elsevier, bouquet 2013 (4) : la Lettre à Elvire

MNPhotos, Bent's Old Fort - Colorado (publié sur FlickR sous licence Creatives Commons, Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Pas de modification)
MNPhotos, Bent’s Old Fort – Colorado (publié sur FlickR sous licence Creatives Commons, Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Pas de modification)

Chère Elvire,

Si choquant que cela puisse paraître à certains collègues, je n’ai rien contre vous. C’est pourquoi je vous écris. On n’écrit pas aux gens que l’on déteste, on écrit sur eux. Je préfère m’adresser à vous.
Je ne nie pas que le ressentiment ait une part dans cette lettre, mais je vais vous écrire comme s’il n’y avait entre nous, depuis dix ans, qu’un malentendu. Et j’en prends ma part. Je viens simplement vous rappeler, en fidèle client que je suis, qu’en accordant à vos clients une authentique attention, vous avez les meilleures chances de mener durablement une affaire prospère.

Chère Elvire, voici, en toute cordialité, ce qu’un bon client peut vous dire. Un parmi des milliers.

Aujourd’hui, mon université achète un accès temporaire annuel à deux mille de vos revues pour un demi-million d’euros par an. Cet accès s’appelle la Freedom collection. Les chercheurs ont besoin de moins d’un tiers de cette collection, et ils travailleraient encore très bien avec seulement deux ou trois cents revues. Pourrais-je acheter ce dont j’ai besoin et laisser le reste ?

Bien sûr.
Malheureusement, quand je discute avec vos vendeurs et que je lis vos offres, il s’avère que le dixième de votre collection me coûterait plus cher que le tout. Mettez-vous un instant à ma place de client, c’est inepte ! Aucun vendeur ne pourrait sérieusement présenter une offre pareille.
Vous, si.

Jusque récemment, vous avez même pu me convaincre de réaliser cet achat absurde en me persuadant que j’en avais les moyens. Puisque c’était « tout ou (presque) rien », quitte à trop payer, autant en avoir pour son argent. Ainsi, comme les autres, de mauvais gré, j’ai signé pour la Freedom. En somme vous m’avez forcé à choisir « la Liberté » ! Belle transaction. Mais vous l’avez payée, vous aussi, d’un prix élevé : votre réputation.

Nos relations ne sont pas très bonnes, avouez-le. Maintenant, quand vos vendeurs me contactent, c’est soit pour se justifier, soit pour m’inviter moi-même à le faire. Nos échanges, fort civils d’ailleurs, sont autant de discussions pied à pied sur des cas litigieux, des tarifs, des contrats ou des factures. Mais vous ne leur avez pas facilité pas la tâche ! Comment diable pourraient-ils accroître la rente que vous avez accumulée à mes dépens ? Tout juste peuvent-ils espérer la maintenir, à la force du poignet, au prix d’échanges aigres-doux avec des clients hostiles… Je suis désolé pour vos vendeurs : après tout ce sont d’honnêtes gens qui font de leur mieux dans un monde imparfait, comme moi. Mais aujourd’hui que font-ils, de la vente, ou de la surveillance ? Je doute qu’ils puissent aborder sereinement un bibliothécaire. Sans parler de l’opinion qu’ont de vous les chercheurs, un composé explosif de résignation, de mépris et de révolte. Et cela, c’est très dangereux pour vous, car ils sont la sève même de votre arbre.
N’avez-vous plus d’autre perspective que la défense d’une rente acquise au détriment de vos clients ?

Je ne vous souhaite pas de désastre. D’ailleurs il y aura toujours assez de travail, dans les universités et leurs bibliothèques, pour que vous puissiez raisonnablement nourrir votre monde, employés et actionnaires. Il est vrai que raisonnablement, signifie, dans mon esprit, un peu moins que maintenant. Mais après tout, un peu moins riche et un peu plus appréciée, vous porteriez-vous plus mal ? D’ailleurs, au bout du compte (c’est-à-dire au-delà des six mois à venir et du petit bout d’Europe où je me trouve), en étant plus appréciée, seriez-vous moins riche ?

Chère Elvire, j’espère sincèrement pouvoir dire à la fin de cette année : nous avons un vrai contrat ; Elsevier a montré qu’en bon éditeur il se soucie de son métier, et non seulement de l’argent qu’il en tire ; et qu’en bon commerçant il sait écouter ses clients et rechercher leur satisfaction. Nul doute que vous ayez le pouvoir de rendre cela possible. Je pense même que vous y avez intérêt. Et soyez sûre que je vous y aiderai de tout mon pouvoir.

Dans cet espoir je vous prie, chère Elvire, de recevoir l’assurance de ma sincère considération, et si nécessaire de ma plus loyale adversité.

Olivier Legendre