La mariée était en position dominante

 

De gauche à droite: le CNRS, le CEA, la CPU, et deux universités auvergnates ; les époux Curie sont encore à la porte (on les voit sur la vidéo du mariage).

Il était une fois une jeune fille un éditeur que nous appellerons Elvire pour ne pas lui faire de peine, et un prince charmant consortium que nous appellerons Rameau parce que donner un nom de musicien à un consortium d’établissements scientifiques, c’est un peu comme promettre l’harmonie universelle par le savoir : comment y résister ?
Un beau jour, Rameau décida de s’espousailler avec Elvire pour trois ans. Pierre et Marie Curie désapprouvèrent hautement cette union mais finirent par se joindre au cortège, avec un peu de retard et non sans obtenir une dispense partielle de participation à la dot. Le bouquet de la mariée, il faut dire, pesait ses trente millions (d’euros, pas d’amis). Tous les autres signèrent avec un bel ensemble, dans la solidarité et la bonne humeur ou presque (notre photo). Ils furent très heureux pendant deux ou trois ans et eurent de nombreux téléchargements. Ensuite ils recommencèrent à se chipoter mais en restant ensemble pour préserver les téléchargements et éviter que le bouquet de la mariée ne soit coupé. Incroyable ce que les musiciens peuvent aimer les bouquets.

Avant de me lancer dans la passionnante exégèse de ce conte de faits, une parenthèse : je sais que négocier est un travail difficile ; que ce n’est pas moi qui ai eu à affronter les commerciaux d’Elvire en réunion. Tout à fait d’accord, chacun a fait de son mieux et je ne suis pas là pour tresser des couronnes, ni laurier ni épines, mais juste pour apporter mon point de vue.

Reprenons, donc :
Clermont-Ferrand s’est fait tirer l’oreille pour signer ce curieux contrat de mariage, sous prétexte que 450 000 € pour avoir droit au bouquet de la mariée, c’est beaucoup pour une petite métropole de province. Mais nos rechignements de paysans près de leurs sous ne justifient pas un billet. Ce qui le justifie en revanche, ce sont quelques préjugés (les miens, s’entend) que j’ai cru devoir réviser au terme de la  négociation. En voici trois tirés du lot (des préjugés, j’en ai plein d’autres, mais préservons quelques futurs billets potentiels), dans leur plus crasse simplicité :
– Pierre et Marie Curie ont fait cavalier seul ;
– Elvire est en position dominante et on n’y peut rien ;
– Le problème, c’est le CNRS.

Pierre et Marie Curie ont fait cavalier seul. Bien sûr, c’est vrai. Pierre et Marie Curie ont publié urbi et orbi, il y a près d’un an, leur intention de ne pas signer. On peut appeler ça de l’égoïsme. Ou alors du courage : celui d’aller défendre une ligne non-conformiste à l’intérieur d’un établissement et de la faire voter ; de l’assumer à l’extérieur en supportant d’être montré du doigt par les voisins ; de résister aux pressions rudes et plus ou moins explicites de la communauté. Je n’ai pas lu ce mot dans les commentaires qui ont été fait sur l’attitude des époux Curie, et c’est pourtant le premier auquel j’ai pensé. Mais ce qui est courageux dans le courage, c’est précisément qu’il est rarement reconnu comme tel sur le moment et qu’on lui donne à la place un tas de noms plus consensuels : orgueil, bluff, calcul tactique, ambition personnelle, etc. Personnellement, je reste sur l’impression que Pierre et Marie Curie ont peut-être joué cavalier seul (et encore, un cavalier seul bien collectif…), mais qu’ils ont aussi montré l’exemple de ce qu’on peut obtenir comme résultat avec un geste politique courageux (j’allais écrire culotté, mais c’est un blog professionnel, ici, un peu de tenue).

On ne peut rien faire contre Elvire, elle est en position dominante : Ce serait bien si Elvire avait tous les défauts : elle serait riche, cynique et méchante, elle serait le mal. Et nous on serait les gentils qui ne pourraient rien faire. Très consolante pensée qu’il m’est arrivé de caresser, mais tout de même, Elvire a une vulnérabilité, c’est que son argent est à nous (jusqu’au paiement, en tout cas). Si un jour nous ne pouvons ou ne voulons plus payer, Elvire vire au rouge. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est un analyste financier, obligeamment relayé par Marlène Delhaye. Sans aller jusqu’à cette hypothétique apoplexie éditoriale, dans la négociation de cette année, force est de constater que la mariée a préféré écorner un peu ses principes (maintien du chiffre d’affaires de chacun) pour que tout le monde accepte de se joindre au cortège. Il est vrai qu’entre gagner un peu moins plus (mais un peu plus quand même) et un peu moins tout court, un commerçant hésite rarement. Il n’y a donc pas de raison qu’une épreuve de force un peu vigoureuse tourne forcément à la déconfiture du consortium, s’il en prend l’initiative (j’allais écrire : s’il en a le culot ; mais gardons un peu de distinction).

Le problème, c’est le CNRS. Ah, ça, pour le coup, la participation du CNRS est un vrai problème : il arrose toute la France mais par petites taches, doublonnant partiellement les achats de l’université (le fameux « on paie deux fois » et sa kyrielle d’arguments et contre-arguments). Oui oui oui. Mais en l’occurrence, ce problème a fait levier puisque le CNRS, en refusant de faire les quatre volontés d’Elvire (exercer un contrôle strict sur l’utilisation de ses connexions par les seules personnes qui y sont rattachées et, je présume, financer ledit contrôle), a permis d’arracher cette intéressante et inconcevable concession : une diminution localisée de chiffre d’affaires. Un problème qui permet de progresser, on peut aussi appeler cela une solution.
Qu’Elvire déplore le manque de coopération du CNRS, c’est bien naturel. Mais son fiancé pourrait tout aussi bien adopter le point de vue opposé et s’en servir comme levier, sans forcément gâcher le mariage : bien des promises respectent d’autant plus leur galant qu’il sait, au besoin, leur résister.

Allons, un peu de sérieux. Elvire reste très forte, bien sûr. Mais ce qui s’est passé montre que sa force n’est pas sans limite face à qui assume le risque d’une rupture. Du reste, la conclusion du bureau de Rameau lors de la dernière AG m’a beaucoup plu. En substance, ça ressemblait à  « Nous sommes en guerre, et pour aller au combat, il faut être prêt ». J’applaudis de tout mon clavier (à l’écran ça donne à peu près moqashiflqauirefhqloruei…) et du coup, quelques vaguelettes belliqueuses écument dans mon âme pacifique de bibliothécaire. Par exemple :
– On pourrait peut-être rebaptiser Rameau « Surcouf » (Société Utile aux Réductions de coût des Organismes et Universités Françaises) ou « Richelieu » (Réseau d’Irrigation Humaniste en Liens pour Établissements et Universités) ? Parce que franchement, pour aller à la guerre, un nom de musicien…
– On pourrait peut-être aussi entamer des discussions internes ouvertes avant que la pression ne soit trop forte, pour ne pas laisser Elvire choisir le lieu et le moment de la prochaine bataille ?  Juste histoire de bien huiler les possibles leviers d’action qu’il faudra manoeuvrer le moment venu.
Car la négociation, si j’ai bien compris, relève de l’art et non de la science (si c’était une science, les scientifiques s’y entendraient sans doute mieux). Ou alors c’est éminemment une science de la pratique et de l’instant.
Une science directe, en quelque sorte.

Mis en bouteille à la propriété

Bottle filling, par Andrew Ressa (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, par de modification).

Le jour où paraissait ce blog, la BCU changeait de site web : On peut encore se faire une idée de notre ancien site grâce à la machine à remonter le web. Notez que les dernières captations ayant deux ans, les modernisations esthétiques et fonctionnelles récemment effectuées demeureront à jamais ignorées des historiens. Quelle injustice !

Les raisons de ce changement sont d’une banalité à côté de laquelle une réflexion sur les caprices de la météo paraît audacieuse. J’aurais honte d’y consacrer un billet, d’autant que le superbe éloge funéraire de Lully pour le portail qu’il a jadis connu, conviendrait très bien pour le nôtre (c’est ainsi que la grande littérature atteint à l’universel par le particulier). Allez donc le lire, sans en négliger les commentaires, qui donnent à penser que la fermeture définitive de ces portails grandioses mais un peu lourds à manœuvrer est désormais à l’ordre du jour dans plus d’une bibliothèque.

Le pittoresque de l’affaire à Clermont, c’est que pour le nouveau site, au lieu de s’adresser à un fabricant pour lui acheter son outil, nous nous sommes, si j’ose dire, procurés un fabricant (ce ‘nous’ est institutionnel : le choix a été fait avant mon arrivée et je me contente d’en récolter, chaque jour, les bénéfices). Je résume :

  • Entre 2003 et 2009, frustration grandissante face à un portail « clé en main » dont nous n’avions pas la clé et sur lequel nous n’avions pas la main. Pour toute retouche, rappelez le fournisseur (prévoir budget) ; pour toute contribution, passez par la bibnum, la gestion des droits étant bien verrouillée (normal pour un portail, non ?) ; pour l’accès à la documentation, vous êtes toujours à la limite du correct, mais généralement du mauvais côté de cette limite (pour amélioration, prévoir budget ; sans certitude d’aboutir).
  • Décision est prise alors de passer à la production maison – donc de faire de la bibnum un outil de production. Le développement étant un métier, la B.U. recrute un développeur (fin 2009). Une nouvelle webmestre rejoint aussi le service fin septembre 2010, pour un bouclage prévu fin décembre. Même pas peur.

Nous voulions un site :

  • s’appuyant sur un logiciel libre (et gratuit, cela va sans dire) ;
  • sur lequel nous aurions entièrement la main pour le modifier constamment ;
  • permettant à des collègues nombreux et dispersés de rédiger des pages sans envoyer six courriers électroniques à la bibnum ;
  • et, bien sûr (première pensée, dernière nommée), accélérant l’accès à la documentation pour les utilisateurs.

Ces grandes lignes étant arrêtées au printemps 2010, la gestion du calendrier nous a procuré un petit frisson délicieux, puisqu’il a fallu planifier l’arrêt de maintenance de l’ancien site début 2011, sans être sûrs que le nouveau serait prêt à temps en cas de problème. La politique du fournisseur (un an de maintenance ou rien !) et notre auvergnitude nous ont aidés à choisir (trois mois de risque contre un an de facture = pas d’hésitation). La crainte de se trouver sans site web en cas de gros pépin a sans doute contribué à motiver les troupes, mais l’avantage du travail maison, c’est l’élimination des pertes d’énergie liées à la gestion externalisée : cahier des charges (au sens pesamment paperassier du terme) délais de transmission et de traitement de l’information, phases de validation, etc. Par ailleurs, l’expérimentation, la mise en test provisoire et l’erreur sont autorisées et ne portent pas à conséquence.

Au total, entre septembre 2010 et février 2011 (date de mise en place de la version test), un nouveau site web a vu le jour.

  • Il s’appuie sur un logiciel libre (sur lequel bientôt vous saurez tout) ;
  • Il peut être modifié et re-modifié sur commande de façon quasi-instantanée (notre développeur et notre webmestre en savent quelque chose, sur qui pleuvent les demandes d’améliorations) ;
  • Les collègues peuvent raconter leur vie dedans sans nous consulter (et ils le font, par exemple , et ) ;
  • Et l’accès à la documentation est en progrès, comme en témoigne le dernier billet paru.

Deux points pour conclure :

  1. Sur les questions de gros sous : je ne me hasarderai pas aujourd’hui à évaluer financièrement l’intérêt de ce mode de travail par rapport au fonctionnement « normal » (cahier des charges – appel d’offres – choix du prestataire – suivi de projet – contrat de maintenance) : un des bénéfices du fait-maison étant qu’il me dispense de regarder tous les jours mon tableur budgétaire et ma calculette, je ne vais pas aller les rechercher gratuitement pour le plaisir de démontrer que j’ai fait des économies. D’ailleurs, on ne peut envisager ce débat que dans le long terme.
  2. C’est aussi dans le long terme que le choix révèlera ses avantages : nous pouvons maintenant envisager d’autres chantiers avec la même liberté de manœuvre, d’expérimentation et d’erreur que celui du site web. Or la liberté, ça peut avoir un coût, le cas échéant.

Mais ça n’a pas de prix ;-).

L’alambic en chauffe

Le Monolecte, Alambic (Source FlickR, Licence Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage à l’identique)

 

  • Démontrer la pertinence et le caractère innovant de nos réalisations, avec une fluidité webdeuzéroïque et la conscience d’ouvrir la voie vers l’avenir des bibliothèques.
  • Offrir une tribune à des prises de position audacieuses, courageuses et – cela va de soi –  politiquement incorrectes.
  • Assurer et assumer notre autopromotion, et finalement convaincre le monde entier – grâce à la réalité augmentée – que le Puy de Dôme est l’Everest français.

C’est ce que ce blog ne fera pas.

Mais à quoi va-t-il donc bien pouvoir servir s’il n’assure pas ces fonctions vitales ? Eh bien :

  • À contribuer au débat blogosphérique sur les questions qui nous tiennent à cœur : le web comme ressource, la documentation électronique et l’open access, les rapports entre bibliothèque et informatique, entre bibliothécaires et informaticiens, le service des utilisateurs vu côté serveurs ; les outils de travail qui sont les nôtres, leurs limites et les moyens de les dépasser (ou de les subir à moindre frais).
  • À exposer nos projets (site web, numérisation de fonds, etc.) pour les soumettre à l’aiguillon salutaire des critiques, des discussions, voire – qui sait ? – des compliments ;
  • À défendre, de temps à autre, notre point de vue singulier de Bougnats numériques, avec ce qu’il peut avoir de pittoresque (microprocesseur laguiole, Cantal-entre-deux-point-zéro, pingrerie hein-point-d’euros,  etc.) parce que Clermont-Ferrand a, comme tous les autres charmants petits villages de province toute métropole en région, quelques curiosités locales à faire valoir. Dont le fait d’avoir une bibliothèque numérique de dix personnes, qui s’occupe à la fois de documentation et de numérisation, qui développe son propre site web, et qui prétend même tenir un blog. Mais j’en reste là : je suis juste venu allumer le feu sous l’alambic, pas anticiper sur les distillations des collègues.

 

Car ce blog est un travail d’équipe : la bibnum de Clermont, je me répète, c’est dix personnes et toutes ont  vocation, un jour ou l’autre, à apposer leur signature au bas d’un billet et leur avatar en haut. Pour l’heure, la mise en œuvre (titre, visuel, avatars) est déjà le fruit d’un labeur collectif.

Ce blog est bien un outil de travail. Je voudrais qu’il nous permette de parler de ce que nous faisons avec, quant à la forme, la liberté de ton qu’autorise le genre et, quant au fond, le sérieux que nécessite tout travail. Je souhaite qu’il nous permette d’apprivoiser le monde du ouèbedeux et donner envie à des collègues de s’y aventurer. J’espère que notre alambic produira, de temps à autre, quelques gouttes d’un nectar revigorant, propres à réchauffer la discussion. Je gage que son gargouillement entretiendra notre ardeur au travail, ne serait-ce que pour avoir quelque chose de valable à y raconter. Je rêve, bien sûr, qu’il récolte une moisson de commentaires vifs et capiteux, qui nous obligent à revenir régulièrement sur nos préjugés de Bougnats et à nous connecter à la biblioblogosphère un peu plus qu’une fois par mois (on se connectera à plusieurs ensemble pour ne pas gâcher d’électricité).

Enfin, ce blog assume sa dette envers les nombreux collègues (je ne mets pas de lien, il faut économiser la flagornerie, mais ils se reconnaîtront et vous les reconnaîtrez) qui ont déjà accédé à la Vérité Numérique : cet alambic peut être considéré comme un rejeton printanier de notre passage hivernal au bibcamp. Merci, donc.

Olivier Legendre

P.S. Ce billet est dédié à tous ceux qui, un jour, ont eu ou auront une pénible sensation de froid au creux de l’estomac en appuyant sur le bouton Publier.