Elsevier : la première bataille

Enfin, la poudre parle... (photo Zhengxu, lic. Creative Commons paternité ; source FlickR)

Enfin.

Assez fourbi, assez gémi : on défouraille. Enfin. Après des années d’outrages patiemment endurés et de rodomontades piteusement ravalées en grommellements à l’heure de signer des contrats qui se ramenaient à des capitulations, cette fois la bataille est engagée, enfin. Et non pas par les bibliothécaires, mais bien, et c’est ce qui rend la nouvelle tellement intéressante, par les chercheurs. C’est beaucoup plus dangereux pour l’éditeur, et infiniment plus réjouissant pour nous. Difficile de dire encore si ce sera la bataille de Londres ou celle de Stalingrad, le premier baroud d’honneur des résistants ou le premier désastre de l’ennemi… Mais comme jusqu’à présent c’est plutôt Münich ou les Bourgeois de Calais qui venaient à l’esprit, il y a déjà de quoi se réjouir sans arrière-pensée. En découdre, enfin !

Des années durant, les scientifiques ont livré leurs articles bénévolement pour les faire racheter à prix d’or par leurs bibliothèques. Des années durant, les bibliothécaires ont geint et désespéré du soutien des chercheurs. Leurs cris ont-ils un peu contribué à remplir le baril de poudre ? Peu importe. C’est l’éditeur lui-même qui a fourni la mèche, ce sont les chercheurs qui y ont bouté le feu. Le spectacle en vaut la peine. Pour le plaisir, donc, et pour rendre les honneurs dus à ceux qui viennent de bien mériter de la science, retour sur les trois dernières semaines.

À tout seigneur tout honneur, commençons par la brillante initiative surnommée, outre-Atlantique, « l’amendement Elsevier ». De son vrai nom, le Research Works Act (lisez le texte, il est d’une très efficace brièveté). De quoi il s’agit, d’autres l’ont bien expliqué. Michael Eisen (co-fondateur de PLOS) en anglais ; Laurence Bianchini en français. Pour faire court, c’est une attaque en règle contre les dépôts d’archives ouvertes et contre les directives publiques visant à rendre obligatoire leur usage. L’argument, ramené à sa plus simple expression, est le suivant : « Une fois que l’éditeur privé a contribué à la publication scientifique, si l’acteur public la diffuse gratuitement, il nuit aux intérêts de l’éditeur privé par une forme de concurrence déloyale. Il doit donc demander la permission à l’éditeur. » Si l’on descend de la plus simple expression au plus simple appareil, on arrive à quelque chose comme : « Les résultats de la recherche publique appartiennent aux éditeurs privés qui les ont publiés ». C’est bouleversant de simplicité et de brutalité. Une vraie voie de fait, sauf que c’est une voie de droit. Parler de voie de fait juridique serait plus adéquat.

La riposte n’a pas tardé. Rhétorique d’abord, de la part des bibliothécaires outre Atlantique. Lisez la belle déclaration de guerre du Canard bibliothécaire. C’est enlevé, agressif, et très prometteur. Citons juste trois lignes prophétiques :

You’re fighting the last war, the war against the Internet. The Internet is winning, though slowly; the black hole the PRISM Coalition fell into, PLoS and its imitators, PubMedCentral and its analogues, all demonstrate that.

Mais la véritable riposte qui est en train de se déployer, avec tout le joyeux et incontrôlable dynamisme d’une réaction en chaîne, c’est celle des scientifiques. C’est le mathématicien Tim Gowers (médaille Fields 1998, excusez du peu) qui a jeté le 21 janvier l’étincelle providentielle, dans un billet qui méritera de rester dans les annales de l’épopée scientifique moderne : Elsevier, mon rôle dans sa chute. Simple comme une confession, implacable comme une démonstration, ce billet a enclenché le mouvement même qu’il appelait de ses vœux. Je vous la fais courte et en français, tout en vous engageant vivement à aller à la source :

  1. Elsevier fait payer très cher les abonnements ; il les met en bouquets, qu’il vend suivant une stratégie de tout ou rien. Toute tentative de négociation aboutit à une coupure d’accès (etc. etc.). Elsevier lutte contre l’Open Access, soutient le Research Works Act (etc. etc.).
  2. Pourquoi ne pas refuser de publier chez Elsevier ?
  3. Objection : pour être efficace, il faut que ce refus soit collectif et public.
  4. Réponse à l’objection : si un site web permettait aux mathématiciens d’afficher publiquement leur refus de publier chez Elsevier, cela pourrait aider.

 « It should be pretty easy to set up, but way beyond my competence I’m afraid. Is there anyone out there who feels like doing it? »

Et ce fut le miracle : en commentaire, la réponse de Tyler Neylon prend la forme d’un site : http://thecostofknowledge.com/index.php. Moins de quinze jours plus tard (le 3 février), il comptait 3700 signatures [Mise à jour du 24 février 2012 : 7235 signatures !]. Et si près de 700 [1352 !] émanaient de mathématiciens, on y comptait aussi 172 [459 !] médecins, 417 [1076 !] biologistes, 508 [827 !] informaticiens… Au total, ce sont 15 disciplines représentées, et sans doute plus encore de nationalités.

 

Il en faudra davantage, sans doute, pour jeter véritablement à bas un géant de l’édition ou l’obliger à cesser de lever l’impôt sur toutes les universités du monde. Mais l’ampleur et la rapidité de la mobilisation montrent que quelque chose est en train de changer.

Rendons la parole à l’accusé pour conclure, afin qu’il saisisse l’occasion d’aggraver un peu son cas. Au mois de décembre, des représentants d’Elsevier rencontraient un groupe de représentants Couperin pour discuter de modèles économiques futurs (tiens tiens…). Introduisant le propos par un rapide historique du développement de l’édition numérique, un brillant Elsevierien évoquait un âge lointain, presque préhistorique, antérieur à la fin du XXe siècle, un âge où les revues n’étaient qu’imprimées, lorsqu’il commit une petite faute de goût… il laissa échapper au détour d’une phrase ce cri du cœur qui ne figurait certainement pas dans son script  : It was not a very exciting time, from a business point of view. On m’accordera sans peine la liberté d’en conclure que la période 2000-2012 a été pour Elsevier a much more exciting time. Étrangement, tous comptes faits (et je pèse mes mots), les scientifiques et les bibliothèques n’ont pas trouvé cela aussi exciting que cela. Mais j’ai l’impression qu’une subtile inversion de tendance vient de se produire. Et qu’on me pardonne d’avouer ici une satisfaction un rien mesquine, je trouve que la situation est en train de devenir rather more exciting than it has been for the past ten years.

P.S. À l’attention de ceux qui n’auraient lu ce billet qu’en diagonale (nous sommes tous très pris) et qui souhaiteraient en conserver deux idées essentielles :

  1. Allez lire http://gowers.wordpress.com/2012/01/21/elsevier-my-part-in-its-downfall/
  2. Allez signer http://thecostofknowledge.com/


Cherche modèle économique espérément

 

Le mur de l'accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)
Le mur de l’accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR) 

 

La science était une grande romantique. Elle rêvait de gratuité, aspirait au paradis perdu du désintéressement originel. Las, elle ne rencontrait que des Elvire qui se fendaient à peine d’un carnassier sourire avant de lui allonger un bon direct, pour la dépouiller de son précieux trésor de connaissance et le monnayer à prix d’or sur Internet. La science avait le coeur brisé. Elle qui voulait tout donner, voilà qu’on lui avait tout pris.

Alors comme tant d’idéalistes déçus, lasse de ces soi-disant soupirants qui parlaient d’amour de la science et ne songeaient qu’à lui dérober ses articles, ayant touché le fond de la désillusion romantique, elle se rabattit sur les petites annonces.

Monde univ. et scfique, dans la force de l’âge, intellig. et désintéressé, rechche modèle écon. pour édit. scientif. libre et projets à long terme. Open access exigé. Pas sér., non viable économqt ou trop cher s’abstenir.

Le mur de l'accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)
Le mur de l’accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)

 

Et ce fut la cohue, les modèles se bousculaient au portillon pour répondre à l’annonce, un bouquet dans une main et un contrat dans l’autre,  clamant haut et fort leur amour pour l’open access.

 

Examinons d’un peu plus près ces frétillants top-modèles.

Évacuons d’emblée celui qui, présenté en fanfare par les éditeurs, entre autres notre vieille amie Elvire, propose l’open access à l’article: l’auteur veut « libérer » son article ? Il lui suffit de verser 2 à 3000 $ à l’éditeur. La pratique n’est pas sans rappeler le rachat de captifs aux pirates méditerranéens de jadis : l’éditeur, en fieffé forban qu’il est, accroît ainsi d’un petit revenu supplémentaire (la rançon individuelle) le tribut annuel qu’il perçoit (l’abonnement collectif de l’institution). Pour la galerie, il se rachète une conduite et peut écrire sur son site : regardez, je fais de l’open access ! Bénéfice infinitésimal pour les lecteurs non abonnés, la muraille de l’accès à la science est percée de quelques petits trous qui laissent passer la lumière (moins de 5% des auteurs acceptent de payer rançon). Intérêt pour la science : zéro. De façon assez amusante, l’éditeur assure que le jour où tous les auteurs paieront pour l’accès libre à leur article, le coût de l’abonnement diminuera. Demain, on publie gratis.

Vous pouvez disposer, nous avions dit « pas sérieux s’abstenir ». Au suivant de ces messieurs.

Le second candidat ressemble bien un peu au premier par le costume, mais s’avère bien plus sérieux vu de près. Il systématise le principe de l’auteur-payeur et l’applique à une revue entière. C’est le modèle PLOS : l’auteur (en pratique, l’institution dont il dépend) verse 1350 à 2900 $ à l’éditeur lorsque son article est accepté pour publication. Et l’accès est totalement libre. On voit bien le gain par rapport au modèle précédent, qui cumulait les coûts d’abonnements et d’auteur-payeur. Et là, le lecteur non abonné voit enfin s’écrouler le mur de l’accès. Seul problème, l’institution de recherche, elle, se cogne au mur de l’argent… Elle était habituée à financer des abonnements à des revues, en aval donc, et voilà qu’on lui demande maintenant de l’argent en amont. Ce modèle, crédible financièrement (PLOS semble se porter très bien) et scientifiquement (l’accès libre stimule vigoureusement l’activité scientifique), pose le problème de la transition de l’accès payant à l’accès libre. On ne peut financer en amont que si, en même temps, on parvient à financer moins en aval.

Un peu plus jeune et encore discret, un autre candidat vient de faire son entrée dans la foire aux modèles économiques d’accès ouvert : Freemium. Le vocable greffe sur le free de l’accès gratuit un morceau du premium, le qualificatif en business slang des offres payantes haut de gamme. Appliqué aux revues : ce qui est gratuit, c’est l’accès aux articles en HTML, mais le service plein (accès au PDF, statistiques d’usage, etc.), est réservé aux abonnés. Exemple : Open edition, la plateforme qui édite Revues.org. On voit bien les atouts du système : le mur de l’accès s’effondre, puisque tout le monde peut voir les articles, même les non-abonnés ; le mur de l’argent aussi, puisque si une institution ne peut pas payer, elle se trouve simplement versée dans la catégorie dès non-abonnés, mais ne perd pas l’accès. Constatant que l’argent nécessaire au financement de l’activité de publication est actuellement disponible via les bibliothèques, les inventeurs du modèle Freemium tentent de rendre compatible le libre accès et l’abonnement par un modèle qui tient à la fois de la contribution volontaire et du modèle commercial. La faiblesse du modèle tient à la question que se pose toute bibliothèque quand elle en entend parler pour la première fois : « Pourquoi payer pour ce qui est gratuit ? ». Pour que le modèle vive, il faut qu’à cette question puisse être répondu :

  1. parce que vous ne paierez pas cher
  2. parce que ce n’est pas gratuit de publier de la science et que si les bibliothèques ne financent pas l’accès libre, c’est Elvire qui en profite.

Le modèle s’appuie donc sur une forme de contribution volontaire (qui ne paie pas perd — et qui contribue gagne — assez peu) et repose sur un engagement politique des institutions de recherche en faveur de l’open access, engagement facilité par la modicité des sommes demandées. D’ailleurs le modèle se met en place dans des revues qui sont déjà en accès libre et qui veulent aller vers l’autofinancement, mais on imagine assez mal qu’il puisse venir à l’idée d’un éditeur commercial de le tester : la perte financière, compte tenu des marges actuellement empochées par les grands éditeurs en ligne, serait certainement abyssale.

Il paraît clair que les trois prétendants (et d’autres encore) vont coexister dans l’avenir proche. Les gros éditeurs s’emploient à faire passer pour crédible le modèle à l’article, et on ne peut que souhaiter, pour la bonne santé de la science, qu’ils y échouent ; les arguments abondent en faveur du modèle auteur payeur à la revue. Il s’agit d’un modèle d’open access sans restriction (à la différence du freemium) qui a le mérite d’être viable économiquement et fonctionne déjà très bien dans certains secteurs disciplinaires (en sciences dures). On peut certes lui reprocher une forme de sélection par l’argent (seuls les riches vont pouvoir publier, disait récemment un enseignant chercheur en commentaire) mais cette sélection s’exerce bien plus encore avec le système d’abonnement payant qui domine pour l’instant. Quand bien même seuls les riches pourraient publier, si déjà les pauvres pouvaient lire…

Les bibliothèques auront évidemment une affection instinctive pour le troisième modèle, freemium, qui les place au centre du jeu, mais il a surtout sa chance là où les enjeux financiers restent modestes. Il est donc assez logique de le voir s’étendre dans des disciplines aux revues traditionnellement peu coûteuses — en gros en sciences humaines. — tandis que le modèle auteur-payeur prospère dans les sciences dures, aux tarifs aussi plus durs.

Il y a en tout cas quelques moyens d’aider à l’amorçage d’un cercle vertueux en direction de l’open access — si tant est qu’un cercle puisse avoir une direction (disons une spirale vertueuse ?). La première est évidemment de contribuer financièrement au succès des modèles de type freemium. La dépense est faible, le profit pour le monde scientifique évident. La seconde est de militer pour que les établissements provisionnent des fonds pour les revues de type auteur-payeur. Laboratoires et composantes universitaires défendent volontiers la préservation d’un budget documentaire même quand une grosse BU existe. Ne pourrait-on concevoir qu’il soit plutôt fléché pour le financement des publications auteur-payeur, tandis que les bibliothèques financeraient plutôt les abonnements freemium ? On créerait du même coup une incitation, pour les chercheurs, à travailler en mode auteur-payeur, donc à moins publier dans les revues à accès payant. Car l’éditeur qui vend a beaucoup d’atouts et les utilise avec une remarquable intelligence. Mais si la science ne lui livre pas ses articles, il aura bien du mal à les vendre.

La science aspire à un amour désintéressé ? Il ne tient qu’à elle de résister à ces beaux parleurs qui ne pensent qu’à monnayer ses charmes.

 

Signaler correctement les périodiques : mission impossible ?

Suite au changement de version de notre SIGB et à l’abandon de notre portail documentaire, nous avons mis en ligne une nouvelle version de l’OPAC AbsysNET en février 2011. Cela a nécessité un paramétrage initial puis quelques ajustements. Mais tout au long de ce travail, nous nous sommes heurtés à la difficulté de concevoir une présentation ergonomique de nos collections de périodiques. Comment afficher les données ? Et d’ailleurs, quelles données afficher ?

Casse-tete - Threaded Cube de Marc Brette, sur Flickr

Les périodiques sont des ressources continues. Le SIGB peine à rendre compte de cette dynamique de publication. Il gère assez mal le flux. Et pour le faire, il multiplie les lieux : les données bibliographiques sont intégrées au catalogage, les données locales sont précisées grâce aux exemplaires, et les données d’abonnement sont gérées par le bulletinage. On dispose donc de nombreuses informations qu’il faudrait regrouper à destination du lecteur.

Quelles données ?

Il faut tout d’abord déterminer de quel périodique on parle. C’est la notice qui donne toutes les informations de signalement.
Il faut ensuite préciser les contours de notre collection. C’est le bulletinage qui rend compte de l’état de collection et de la présence des numéros dans la ou les bibliothèques du réseau.
Il faut enfin prévoir les modalités de circulation des fascicules. Ce sont les données d’exemplaires qui permettent le prêt, mais indiquent aussi la localisation dans la bibliothèque.
Il suffit d’afficher tout cela, me direz-vous. Oui, c’est ce que fait l’OPAC actuellement, mais ce n’est pas satisfaisant car les données sont parfois redondantes tout en n’étant pas identiques. Par exemple, le titre La science et la vie est signalé par la notice (champ Numéros disponibles) comme constituant une collection dans quatre bibliothèques du réseau. Ces quatre collections ont évidemment des périodes de couverture différentes (onglet Collections). Or, les données de bulletinage ne rendent pas compte de toute la collection, le bulletinage informatique rétrospectif n’ayant pas été réalisé. De même, les exemplaires associés à la notice et aux quatre bibliothèques forment un ensemble incomplet au regard de l’état de collection mentionné dans la notice (onglet Où le trouver). Et cet ensemble constitue une liste assez peu lisible sur le catalogue.
Bref, l’information donnée au lecteur est confuse. Comment la rendre claire ?

Quelle présentation ?

Si tout le monde s’accorde à dire qu’il faut fournir seulement l’essentiel, à savoir les informations relatives au titre, les différentes localisations, et les états de collection à jour, personne ne s’entend en réalité sur la définition des données primordiales. Des partisans du seul titre (champ 200) à ceux de tout l’historique (champs 4XX), l’éventail est large. Et si l’on indique les variations qu’a subi le titre, faut-il les lier systématiquement avec les collections que l’on détient aussi ?
Nous en sommes là de notre réflexion. L’exhaustivité de l’information donnée contre l’ergonomie du catalogue.
Avec la perspective d’un nouveau catalogue, basé sur un outil de découverte, ces questions vont se poser de manière encore plus cruciale, car les périodiques imprimés côtoieront les ressources électroniques et qu’il faudra proposer au lecteur une ergonomie unifiée. Or, il faudra faire avec l’existant : une base de données hétérogène (bulletinage exhaustif, partiel ou inexistant, exemplarisation systématique, partielle voire inexistante, etc.) résultant de pratiques multiples (23 succursales dans le SIGB) et historiques (stratégies de contournement des contraintes techniques).

Quelle solution ?

Si nous arrivons à prendre une décision concernant le signalement des périodiques, il faudra entreprendre un travail considérable sur les données historiques, travail qui n’a jamais été fait lors des migrations précédentes. Il s’agirait alors de présenter, à l’instar des collections électroniques, l’ensemble des numéros d’une collection, triés par année de publication.
Et chez vous, comment faites-vous ?

Internet, c’est le Moyen Âge

Valenciennes, bibl. municipale, manuscr. 501, f. 58 verso. Ce manuscrit du XIIe siècle contient la Vie (anonyme !) de saint Amand, ici en train de dicter son testament. (cliché IRHT, source http://www.enluminures.culture.fr/)

L’idée que l’écran est un retour au « rouleau » médiéval n’est pas d’une grande originalité. À preuve, l’horrible verbe « scroller » qui désigne, en sabir informatique, l’usage de l’ascenseur situé à droite de l’écran pour faire défiler une page en ligne ou un fichier texte. Pour ceux qu’amuse l’archéologie du livre, le mot se réfère au geste des lecteurs du Moyen Âge déroulant verticalement le rotulus (le scroll anglais) — par opposition à ceux de l’Antiquité, dont les rouleaux (volumen en latin) défilaient latéralement (ce sens de lecture s’est d’ailleurs maintenu, je crois, pour les rouleaux de la Torah). Je soumettrai à l’Académie la possibilité d’employer les verbe rotuler et voluminer. Le premier surtout s’imposerait, vu la forme de la molette que l’on utilise aujourd’hui sur les souris.

Le rapprochement entre l’écran et le rouleau est amusant, mais un peu oiseux, bien qu’il ait des conséquences intéressantes et souvent soulignées sur la façon de lire (la page rassure l’œil sur la durée de l’effort à produire, alors que le rouleau ou l’écran obligent à inventer d’autres repères). Mais il y a une caractéristique plus fondamentale de la production littéraire médiévale qui me semble ravivée par les outils numériques et la circulation des textes sur Internet : les notions d’œuvre et d’auteur naviguent dans un certain flou.

Comme lecteurs, nous définissons une œuvre par son titre — Jane Eyre ou Da Vinci Code par exemple — lequel recouvre dans notre esprit un agencement de mots déterminé et théoriquement invariant — et une merveille ou un dispendieux gâchis d’encre et de papier, mais c’est accessoire ici. Ce n’est pas vrai au Moyen Âge : premièrement, la copie manuscrite produit sans cesse des variantes (corrections de fond ou de forme plus ou moins conscientes, mots, lignes voire pages sautées, remplacement d’un mot compliqué par un autre plus simple, etc.) qui rendent le texte beaucoup plus mouvant que la production imprimée ; qui plus est, une fois l’œuvre mise en circulation, sa diffusion en cercles concentriques par copies successives et les très fortes contraintes matérielles qui pèsent sur le travail (long, coûteux et non démultipliable), empêchent de facto tout contrôle sur la diffusion, même par l’auteur. Enfin, pour peu que ce dernier soit apprécié, sa production abondante et son succès durable, des dizaines de rédacteurs, en plus des copistes plus ou moins fidèles, vont rédiger en les abritant sous son nom, sous son autorité, des réécritures plus ou moins lointaines de son travail originel. Exemple typique, saint Augustin, qui avait perdu certaines de ses propres œuvres à la fin de sa vie, mais qui continua de signer des lettres ou des sermons plusieurs siècles après sa mort ; ou Sénèque dont on conserve d’immortelles, quoique apocryphes, épîtres à saint Paul. On crierait bien au plagiat, très à la mode à l’ère numérique, à ceci près que généralement le plagiaire s’attribue l’œuvre d’autrui, alors qu’ici c’est le contraire. Le résultat, c’est d’abord qu’établir le texte d’une œuvre est difficile au Moyen Âge, et même d’autant plus difficile que le texte est connu et apprécié : autant de copies, autant de versions ; et qu’ensuite, l’attribuer à un auteur est parfois impossible. Une majorité de textes médiévaux circule d’ailleurs sans titre ni signature : la page de titre à laquelle nous sommes habitués n’apparaît, elle aussi qu’avec l’imprimerie.

Clermont-Ferrand, Impr. R0036, f. 1. Les débuts de la page de titre moderne. (cliché IRHT, source : http://www.enluminures.culture.fr/)

Quelque chose de cette incertitude se retrouve avec les textes numériques. Des contingences matérielles (rareté de l’encre, du parchemin et du savoir-faire) ont freiné l’émergence de l’auteur et de l’œuvre comme entités identifiables. Des contingences matérielles inverses (surabondance des matériaux d’écriture, de la production et des capacités rédactionnelles) sont en train de produire un résultat assez approchant : l’auteur, et surtout l’œuvre, se diluent. Il est si facile de modifier son propre texte que l’on voit mal qui, relisant trois mois après un ancien billet de blog résisterait à la tentation d’en corriger une coquille, d’opérer une mise à jour, de supprimer un paragraphe qui lui fait honte. Voici ressuscité le mécanisme des variantes de copie… Pour peu que dans l’intervalle quelqu’un ait publié sous forme de citation un extrait du billet en question, voilà deux versions du même texte qui circulent ! Un texte, une vidéo a du succès et se met à tourner sur le web ? Il y a gros à parier qu’un admirateur inventif va un jour ou l’autre l’agrémenter, en cours de route, d’un petit ajout, anonyme bien sûr. Et bientôt tout le monde connaîtra l’œuvre sous une forme ou l’autre, mais sans se soucier le moins du monde de savoir qui en est l’auteur. Exemple typique, cette savoureuse vidéo sur le passage du rotulus au codex (notre ‘livre’) qui circule çà et là avec des sous-titrages dans une langue ou une autre, mais dont on peine à identifier l’auteur, et qui est plus ou moins longue suivant les versions ! Et cela ne vaut pas seulement pour le genre mineur qu’est le blog : l’un des principaux problèmes que les dépôts d’archives ouvertes sont en train de créer (tout en essayant de le résoudre) est celui des versions. Si l’on définit un article par son titre et son auteur, pour peu qu’il y ait des différences entre la version publiée sur le site de l’éditeur et celle qui va se trouver dans un dépôt d’archives (ce qui est fort logique pour les raisons de droit que l’on connaît), laquelle sera « la vraie » ? Tout cela sans parler du plagiat, mentionné ci-dessus et qui, en tant qu’industrie du recyclage littéraire, semble promis à un développement durable, bien qu’il constitue une évidente pollution intellectuelle.

Bref, la production écrite numérique de masse me donne parfois l’impression de refermer une parenthèse de quelques siècles durant laquelle l’œuvre et l’auteur sont devenus centraux, pour revenir à une situation plus floue, où la substance du texte elle-même, voire sa signification, reprend le pas sur le contenant intellectuel (l’œuvre) et sur la personne qui l’a bâti (l’auteur).

On pourra trouver le constat réjouissant (enfin, la pensée se libère du carcan injustement imposé par cette basse technique, l’imprimerie, et renoue avec la liberté qui était celle des médiévaux !) ou effrayant (nous rentrons dans une ère d’irrépressible pillage et d’irrémédiable perte des repères intellectuels, c’est le retour au Moyen Âge !) . On pourra aussi trouver que la hauteur de vue de mes propos  avoisine celle d’un ballon de rouge posé sur le zinc du Café du commerce.  Peu me chaut : j’ai trouvé prétexte, et cela suffit à mon bonheur, à faire clapoter ensemble dans l’alambic deux essences hautement sympathiques aux papilles : le numérique, qui me fournit ma subsistance, et le Moyen Âge, à qui je dois quelques-unes des plus belles émotions intellectuelles de mon existence.

J’en profite même, toute honte bue et le ballon de rouge à la main, pour saluer ici d’un toast la mise en ligne, par d’anciens collègues, d’un magnifique corpus d’initiales enluminées. Je ne sais pas si Internet est particulièrement médiéval, mais à regarder le travail accompli aujourd’hui pour rendre justice au travail accompli hier, je me prends à songer que s’il y a un univers intellectuel et esthétique qui mérite d’être ressuscité sur Internet, c’est bien le Moyen Âge.

De juris timore

La journée d’étude sur l’Open access à laquelle j’ai récemment assisté a de loin dépassé mes attentes. J’avais pour le sujet une estime de principe doublée d’une méconnaissance solide, que les communications dispensées ont contribué, respectivement, à augmenter et à amoindrir. Entre autres distillats, j’en retire l’impression qu’un des principaux obstacles au développement de l’Open access est non pas le risque juridique, mais la crainte juridique. L’Open access comme principe directeur de la diffusion des résultats scientifiques de la  recherche publique est validé depuis Berlin ; il est pratiqué çà et sans la moindre difficulté. S’il n’est pas encore en vigueur chez nous, c’est, pour emprunter au parler québecois, que nous nous enfargeons dans les fleurs du tapis. Expression heureuse, mais triste réflexe.

D. B. King, National Law Enforcement Officers Memorial (Creative Commons, Paternité ; Source FlickR).

Pour illustrer le propos, voici une scène tirée du De juris timore, pièce légitimement ignorée d’un auteur tragique justement inconnu, mais qui aurait pu s’appeler Apertus Accessus. Cette oeuvre pesante et didactique met en scène des dialogues entre le BRillant AVocat de l’Électronique [ci-après BrAvE] et le Contradicteur Apeuré-Vétilleux-Entêté [ci-après CAVE] . Nous n’en donnerons ici qu’un extrait strictement nécessaire, traduits par nos soins.

ACTE I, scène 3 [Synopsis : la B.U., en conseil de la documentation, propose le passage au dépôt électronique des thèses ; toute ressemblance avec des faits réels, agrémentée de la marge d’exagération que requiert décemment toute caricature, serait assez plausible]

  • CAVE (l’air confiné) : Mais donc, la mise en ligne des thèses rend impossible la diffusion des thèses contenant des reproductions d’oeuvre d’art ?
  • BRAVE : Ni plus, ni moins qu’auparavant. Vous diffusiez sous forme imprimée des thèses d’histoire de l’art contenant des reproductions de Picasso ?
  • CAVE (glacial) : Mais ce serait légal de stocker au CINES une oeuvre pour laquelle les questions de droit ne sont pas résolues ?
  • BRAVE : Oui, du moment qu’il n’y a aucune diffusion.
  • CAVE (il se rebiffe) : Mais vous êtes sûr ?
  • BRAVE (vache) : Je l’ai vérifié auprès de l’ APVPCJ [association des plaideurs vétilleux pour la promotion du contentieux juridique NDLR], j’ai leur réponse écrite. Je vais vous en donner lecture.
  • CAVE (allié hypocrite) : Mais non mais non je vous fais confiance. (Reprenant les rênes) Mais si le doctorant ne peut pas s’assurer des droits concernant tous les textes et toutes les images qu’il utilise dans sa thèse ?
  • BRAVE : Eh bien il pourra toujours réduire la diffusion à l’Intranet.
  • CAVE (sombre) : Mais si les images utilisées dans une thèse mise en ligne sur Internet ou sur Intranet donnent lieu à une attaque par un éditeur ou un ayant droit ?
  • BRAVE (mais pas téméraire) : Cela ne s’est jamais produit.
  • CAVE (illuminé) : Mais si cela se produisait ?
  • BRAVE (sa commissure droite se raidit imperceptiblement) : Eh bien, il y aurait toujours la possibilité de retirer les parties incriminées de l’oeuvre diffusée.
  • CAVE (s’effondrant) : Mais si un auteur qui a accepté la diffusion en ligne décide un jour de la refuser ?
  • BRAVE : Eh bien sa thèse pourra alors être retirée de l’Internet et confinée à l’Intranet.
  • CAVE (éclairé d’une lueur) : Mais si elle a été diffusée dans tel ou telle plateforme, et que le docteur demande qu’elle en soit retirée ?
  • BRAVE (amusé) : Cela ne s’est jamais produit.
  • CAVE (s’écroule) : Mais si malgré tout cela se produisait ?
  • BRAVE : Eh bien on demanderait à tel ou telle plateforme de faire une exception à la règle d’irréversibilité du dépôt.
  • CAVE (sous terre) : Mais vous croyez qu’elle nous accorderait cette exception ?
  • BRAVE : Oui. J’ai une réponse écrite sur ce point : le principe de l’irréversibilité du dépôt peut ex-cep-tion-nel-lement souffrir des ex-cep-tions à titre ex-cep-tionnel.
  • CAVE (voûté) : Mais si un docteur a un contrat avec un éditeur qui lui interdit de déposer son travail en ligne, qu’il y a une clause de confidentialité, et que la thèse est trop mauvaise pour être mise en ligne, et qu’un conflit nucléaire détruit le CINES et la BNF ? […]

Je ne vais pas, pour commenter ce lamentable bout de littéraillerie, entrer dans le fond du débat juridique, fort intéressant et légitime, mais où d’autres s’entendent mieux que moi. Je voudrais juste relever que les arguments opposés à la diffusion électronique et à l’Open Access, tous contenus confondus (thèses, articles, etc.) ont en commun :

  1. De se concentrer sur les problèmes de droit (le risque de destruction du CINES par engin nucléaire a rarement été abordé à ma connaissance, et les objections sur la conservation pérenne tendent à disparaître).
  2. D’évoquer sérieusement les cas les plus improbables comme s’ils étaient réellement susceptibles de se présenter : le docteur qui a décidé de diffuser et qui se ravise au bout de 15 ans ; l’éditeur qui assigne une bibliothèque en justice pour la reproduction en 15×15 mm d’une image extraite d’un ouvrage publié par lui dans l’une des 658 thèses mises en ligne par l’établissement ; le juriste retors qui s’en va traquer dans les intranets des universités les thèses dans lesquelles des oeuvres sous droit auraient été incorporées sans autorisation ; le gendarme HADOPI qui perquisitionne au CINES pour y détruire des fichiers déposés sans avoir rendu hommage aux ayants droit…
  3. D’adopter un point de vue défensif en considérant qu’a priori ce  ce qui n’est pas expressément autorisé est interdit.

Le respect du droit n’en demande pas tant, je crois. Jusqu’à un certain point notre légalisme nous honore, mais enfin si j’ai bien compris :

  1. Les questions relatives à la diffusion de la connaissance scientifique sont en débat, certes, mais nous n’avons pas de raison de les trancher par défaut dans le sens qui nous est le moins favorable, à l’encontre de la ligne adoptée à Berlin.
  2. Nous travaillons dans le monde réel, où les docteurs se moquent pas mal, au bout de quinze ans, du destin de leur thèse ; où les éditeurs avides et les juristes retors n’existent pas n’ont pas de temps à perdre avec ce qui ne rapporte que des ennuis et pas d’argent. Où HADOPI s’occupe de films et de musique, non de science.
  3. Les autorisations accordées par les éditeurs sont même supérieures à ce que nous supposons généralement : même le plus mal famé d’entre eux — que je ne citerai pas pour échapper au procès qu’il ne manquerait pas de m’intenter s’il s’intéressait à quelque chose d’aussi insignifiant qu’un blog — même Elsevier, disais-je donc, autorise les auteurs à déposer leurs post-prints (= texte validé par le comité de lecture) dans les dépôts d’archive. Voyez plutôt (A noter en passant, Wiley-Blackwell n’en fait pas autant; tss tss…).

Je crains fort, en écrivant tout cela, de voler au secours de la victoire, l’accès libre aux résultats de la recherche scientifique publique ne se voyant plus opposer beaucoup de résistance, sur le principe du moins. Ce n’est donc pas le politiquement incorrect qui m’étouffe. Du reste, pour l’anecdote, dans les débats de ce genre qu’il y a eu récemment par chez nous, je constate que j’ai joué tour à tour le cave et le brave. Mais comme, dans la pratique, toutes les universités n’ont pas encore fait obligation à leurs chercheurs de déposer leur travaux dans des archives ouvertes, et comme celles que je connais le mieux n’en sont pas encore là, j’ai encore une petite, toute petite avance sur l’histoire.

Alors je n’allais tout de même pas perdre une bonne occasion de bloguer.

 

Projet 2012 : pourquoi pas nous ?

Je suis mécontent.

Quand on interroge « projet 2012 » dans le formulaire de recherche du moteur que l’on ne cite plus, on ne trouve pas le projet de la bibnum. Ce moteur est vraiment mal conçu, ou mal renseigné. Car la bibnum a des tombereaux de projets pour l’année à venir, de quoi nourrir un quinquennat  quinquennal. Qui plus est, ils sont plutôt moins coûteux que ceux des partis candidats au gouvernement, et je gage, sans avoir approfondi la question (Ttttt… devoir de réserve!), que leur faisabilité n’est pas moindre.

Jyhem, Oui oui non non (Creative Commons, paternité, pas d’utilisation commerciale ; source FlickR)

La lecture in-extenso de notre « projet de service » serait de nature à faire déserter ce blog pour 6 mois ; les collègues m’en voudraient, ainsi que les lecteurs d’ailleurs, dont la plupart ont sans nul doute déjà produit ou absorbé une bonne lampée de « projets 2012 » pour leur propre compte. Puisque l’on fait ici dans la distillation, quelques gouttes de quinquina(l) suffiront aux connaisseurs.

Une politique documentaire véritablement politique et profondément documentaire

Côté contenus, les jérémiades budgétaires, comme tous les lieux communs, étant aussi fastidieuses à écrire qu’à lire, je coupe court : 2012 sera une année qualitative. Réduit en slogan, ça donnerait quelque chose d’intermédiaire entre dépenser pas trop plus pour acquérir pas trop moins et acquérir moins mais consulter mieux.
Mais surtout, en politique documentaire comme en politique économique les enjeux sont situés autant et plus au-dehors qu’au-dedans. Mutatis mutandis, notre construction européenne à nous (Tttt… devoir de réserve !) est un consortium.

  • Notre rêve est donc de voir étinceler dans le glacial crépuscule des négociations humiliantes un consortium-couperet, qui bien loin de valider une négociation, inviterait ses membres à la bouder explicitement.
  • Notre projet, c’est de faire valoir ce point de vue chaque fois que la proposition d’un éditeur semblera le justifier. Je n’ai guère de doute sur le fait que l’occasion se présentera une fois ou l’autre cette année.
    Je vote pour un consortium fort et juste. Pour un consortium de conviction.

Un accès résolument accessible

Côté accès : on teste cet automne l’adaptation sur notre SIGB d’un OPAC libre.
Si – hypothèse absurde – tout se passe bien, vous n’en entendrez parler ici que lors d’un petit billet triomphal annonçant le changement d’OPAC.
Si tout se passe normalement, vous aurez quelques billets dans ce blog sur les difficultés rencontrées et un billet soulagé au printemps expliquant que finalement ça marche, pas parfaitement, mais ça marche.
Si tout se passe mal, je m’engage personnellement à signer un billet rageur rejetant toute la responsabilité de l’échec sur les failles techniques de notre SIGB, ou la météo, ou mes collègues, selon l’humeur du jour (je ne dis pas que ça n’est pas injuste, je dis que ça soulage). Mais nous n’en sommes pas là. Laissons travailler nos bouilleurs de cru, il paraît que si l’on regarde par dessus leur épaule la distillation échoue.
Les solutions ? Elles existent. Testons-les.

Une bibliothèque de production délibérément productive

Notre première « bibliothèque virtuelle » devrait être publiée cette année. Il s’agit des carnets du géologue Glangeaud, dont Camille vous a donné un échantillon il y a peu. Entre autres projets, on vise aussi la publication des thèses déposées électroniquement de 2003 à 2010 (avant le dépôt électronique officiel). Après moult réflexions, on s’oriente pour cela vers la solution la plus légère, la diffusion sur TEL. Évidemment, c’est un peu plus compliqué que pour les thèses nativement électroniques, puisque ce n’est pas automatisé, mais sinon, où serait le plaisir (car TEL est notre plaisir) ?

Avec la bibnum, la production virtuelle devient réalité .

Sortir de l’informatique informaticienne

Dans le parc informatique, le dossier de l’année, c’est l’expérimentation de systèmes libres. Les machines professionnelles devraient achever leur migration vers la bureautique libre, le parc public devrait entamer la sienne vers un système d’exploitation Linux, en profitant de la rénovation complète d’une des bibliothèques du réseau. Et pour accompagner le mouvement, une petite install-party sera organisée pour les collègues, afin de faire connaître le système.

En 2012, pour une accessibilité efficace et apaisée ; pour une documentation scientifique et solidaire ; pour une bibliothèque de conviction et d’innovation, votez Clermont. Pour une bibliothèque en mouvement, votez Montferrand. Pour dire ce que vous pensez de nos projets, laissez un commentaire. Pour nous parler des vôtres, faites donc un blog.

Quelques commentaires sur : ERMS et Sudoc (Journées ABES 2011)

Pour mes premières Journées ABES, j’ai assisté, entre autres, à l’atelier concernant le projet Couperin d’ERMS partagé et son intérêt pour l’ABES.

Je ne m’attarderai pas sur les conclusions du groupe pilote sur la solution d’ERMS proposée par Proquest : le fonctionnement de l’outil n’est pas adapté à la mutualisation puisqu’il n’est pas possible de faire des ajustements sur les bouquets dans les instances locales. Il semble donc que les objectifs de Couperin, qui procèdent d’une vision macroéconomique, et ceux des établissements, qui requièrent une gestion fine des ressources, soient inconciliables au sein d’un même outil.

Chausse pied
Chausse pied, axelletourmetz, Flickr

L’analyse comparative de l’ERMS et du Sudoc est intéressante, pour l’ABES comme pour nous. L’ABES a pour mission de signaler toutes les ressources disponibles dans le réseau et nous avons, nous bibliothèques, pour vocation de signaler toutes nos ressources à nos usagers. Or, nous avons pressenti depuis fort longtemps que nos catalogues, entendez nos SIGB, ne sont pas les mieux à même de rendre compte des fluctuations subies par les ressources électroniques. En d’autres termes, ce n’est pas par flemme ni attentisme que nous ne cataloguons pas les ressources électroniques en Unimarc. C’est parce que les catalogues, et le Sudoc en est un autre, gèrent bien des stocks, mais pas des flux.

En la matière, les bases de connaissance des outils de type A-Z sont imbattables. Les données sont bonnes, régulièrement mises à jour par des équipes de 40-50 personnes, l’ergonomie et le format de description sont bien appropriés, etc.

Il paraît donc évident que l’ABES aurait tout intérêt à participer au signalement des ressources électroniques via un ERMS. Encore faudra-t-il imaginer l’articulation de la base de connaissances avec le Sudoc (circuit d’import) et prévenir les restrictions possibles (droits de réutilisation des notices en particulier).

Il me semble qu’après 10 ans de tergiversations, l’on soit en passe de trouver des solutions techniques adaptées à nos problématiques de signalement. On va enfin pouvoir sortir du tout catalogue pour aborder des outils non pas omnipotents, qualité que l’on prêtait aux SIGB, mais spécialisés et interopérables.

La mariée était en position dominante

 

De gauche à droite: le CNRS, le CEA, la CPU, et deux universités auvergnates ; les époux Curie sont encore à la porte (on les voit sur la vidéo du mariage).

Il était une fois une jeune fille un éditeur que nous appellerons Elvire pour ne pas lui faire de peine, et un prince charmant consortium que nous appellerons Rameau parce que donner un nom de musicien à un consortium d’établissements scientifiques, c’est un peu comme promettre l’harmonie universelle par le savoir : comment y résister ?
Un beau jour, Rameau décida de s’espousailler avec Elvire pour trois ans. Pierre et Marie Curie désapprouvèrent hautement cette union mais finirent par se joindre au cortège, avec un peu de retard et non sans obtenir une dispense partielle de participation à la dot. Le bouquet de la mariée, il faut dire, pesait ses trente millions (d’euros, pas d’amis). Tous les autres signèrent avec un bel ensemble, dans la solidarité et la bonne humeur ou presque (notre photo). Ils furent très heureux pendant deux ou trois ans et eurent de nombreux téléchargements. Ensuite ils recommencèrent à se chipoter mais en restant ensemble pour préserver les téléchargements et éviter que le bouquet de la mariée ne soit coupé. Incroyable ce que les musiciens peuvent aimer les bouquets.

Avant de me lancer dans la passionnante exégèse de ce conte de faits, une parenthèse : je sais que négocier est un travail difficile ; que ce n’est pas moi qui ai eu à affronter les commerciaux d’Elvire en réunion. Tout à fait d’accord, chacun a fait de son mieux et je ne suis pas là pour tresser des couronnes, ni laurier ni épines, mais juste pour apporter mon point de vue.

Reprenons, donc :
Clermont-Ferrand s’est fait tirer l’oreille pour signer ce curieux contrat de mariage, sous prétexte que 450 000 € pour avoir droit au bouquet de la mariée, c’est beaucoup pour une petite métropole de province. Mais nos rechignements de paysans près de leurs sous ne justifient pas un billet. Ce qui le justifie en revanche, ce sont quelques préjugés (les miens, s’entend) que j’ai cru devoir réviser au terme de la  négociation. En voici trois tirés du lot (des préjugés, j’en ai plein d’autres, mais préservons quelques futurs billets potentiels), dans leur plus crasse simplicité :
– Pierre et Marie Curie ont fait cavalier seul ;
– Elvire est en position dominante et on n’y peut rien ;
– Le problème, c’est le CNRS.

Pierre et Marie Curie ont fait cavalier seul. Bien sûr, c’est vrai. Pierre et Marie Curie ont publié urbi et orbi, il y a près d’un an, leur intention de ne pas signer. On peut appeler ça de l’égoïsme. Ou alors du courage : celui d’aller défendre une ligne non-conformiste à l’intérieur d’un établissement et de la faire voter ; de l’assumer à l’extérieur en supportant d’être montré du doigt par les voisins ; de résister aux pressions rudes et plus ou moins explicites de la communauté. Je n’ai pas lu ce mot dans les commentaires qui ont été fait sur l’attitude des époux Curie, et c’est pourtant le premier auquel j’ai pensé. Mais ce qui est courageux dans le courage, c’est précisément qu’il est rarement reconnu comme tel sur le moment et qu’on lui donne à la place un tas de noms plus consensuels : orgueil, bluff, calcul tactique, ambition personnelle, etc. Personnellement, je reste sur l’impression que Pierre et Marie Curie ont peut-être joué cavalier seul (et encore, un cavalier seul bien collectif…), mais qu’ils ont aussi montré l’exemple de ce qu’on peut obtenir comme résultat avec un geste politique courageux (j’allais écrire culotté, mais c’est un blog professionnel, ici, un peu de tenue).

On ne peut rien faire contre Elvire, elle est en position dominante : Ce serait bien si Elvire avait tous les défauts : elle serait riche, cynique et méchante, elle serait le mal. Et nous on serait les gentils qui ne pourraient rien faire. Très consolante pensée qu’il m’est arrivé de caresser, mais tout de même, Elvire a une vulnérabilité, c’est que son argent est à nous (jusqu’au paiement, en tout cas). Si un jour nous ne pouvons ou ne voulons plus payer, Elvire vire au rouge. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est un analyste financier, obligeamment relayé par Marlène Delhaye. Sans aller jusqu’à cette hypothétique apoplexie éditoriale, dans la négociation de cette année, force est de constater que la mariée a préféré écorner un peu ses principes (maintien du chiffre d’affaires de chacun) pour que tout le monde accepte de se joindre au cortège. Il est vrai qu’entre gagner un peu moins plus (mais un peu plus quand même) et un peu moins tout court, un commerçant hésite rarement. Il n’y a donc pas de raison qu’une épreuve de force un peu vigoureuse tourne forcément à la déconfiture du consortium, s’il en prend l’initiative (j’allais écrire : s’il en a le culot ; mais gardons un peu de distinction).

Le problème, c’est le CNRS. Ah, ça, pour le coup, la participation du CNRS est un vrai problème : il arrose toute la France mais par petites taches, doublonnant partiellement les achats de l’université (le fameux « on paie deux fois » et sa kyrielle d’arguments et contre-arguments). Oui oui oui. Mais en l’occurrence, ce problème a fait levier puisque le CNRS, en refusant de faire les quatre volontés d’Elvire (exercer un contrôle strict sur l’utilisation de ses connexions par les seules personnes qui y sont rattachées et, je présume, financer ledit contrôle), a permis d’arracher cette intéressante et inconcevable concession : une diminution localisée de chiffre d’affaires. Un problème qui permet de progresser, on peut aussi appeler cela une solution.
Qu’Elvire déplore le manque de coopération du CNRS, c’est bien naturel. Mais son fiancé pourrait tout aussi bien adopter le point de vue opposé et s’en servir comme levier, sans forcément gâcher le mariage : bien des promises respectent d’autant plus leur galant qu’il sait, au besoin, leur résister.

Allons, un peu de sérieux. Elvire reste très forte, bien sûr. Mais ce qui s’est passé montre que sa force n’est pas sans limite face à qui assume le risque d’une rupture. Du reste, la conclusion du bureau de Rameau lors de la dernière AG m’a beaucoup plu. En substance, ça ressemblait à  « Nous sommes en guerre, et pour aller au combat, il faut être prêt ». J’applaudis de tout mon clavier (à l’écran ça donne à peu près moqashiflqauirefhqloruei…) et du coup, quelques vaguelettes belliqueuses écument dans mon âme pacifique de bibliothécaire. Par exemple :
– On pourrait peut-être rebaptiser Rameau « Surcouf » (Société Utile aux Réductions de coût des Organismes et Universités Françaises) ou « Richelieu » (Réseau d’Irrigation Humaniste en Liens pour Établissements et Universités) ? Parce que franchement, pour aller à la guerre, un nom de musicien…
– On pourrait peut-être aussi entamer des discussions internes ouvertes avant que la pression ne soit trop forte, pour ne pas laisser Elvire choisir le lieu et le moment de la prochaine bataille ?  Juste histoire de bien huiler les possibles leviers d’action qu’il faudra manoeuvrer le moment venu.
Car la négociation, si j’ai bien compris, relève de l’art et non de la science (si c’était une science, les scientifiques s’y entendraient sans doute mieux). Ou alors c’est éminemment une science de la pratique et de l’instant.
Une science directe, en quelque sorte.