Appel à contributions

À titre exceptionnel ce blog sert aujourd’hui de panneau d’affichage. Vous pouvez retrouver et télécharger l’appel ici.

Appel à contribution pour un ouvrage collectif en 2 volumes

Mains sur un clavier, en sepia.
Laura Billings, Homework (Licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale).

 

Humanités numériques : mode d’emploi pour le chercheur en sciences humaines et sociales

Volume 1 : dirigé par Olivier LEGENDRE (BCU Clermont-Ferrand) et Dana MARTIN (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand) ;
Volume 2 : dirigé par Frédéric CLAVERT (Labex EHNE / Paris Sorbonne) et Étienne CAVALIÉ (BU Nice Sophia Antipolis).

Le chercheur du 21e siècle se doit d’être compétent, réactif et polyvalent, mais aussi curieux, efficace, plurilingue et mobile, sans oublier au passage de se montrer à la fois autonome et collaboratif, rigoureux et innovateur. Hélas, à l’ère du numérique, où tout est réputé rapide et facile, omniscience et omnipotence paraissent plus que jamais hors de portée. Les to-do-lists sont longues, les échéances innombrables, les imprévus, obstacles et contraintes sont infinis. Paradoxalement, les tentatives d’optimiser par l’informatique le traitement d’un flot continu d’informations n’aboutissent pas au résultat escompté. Bien au contraire : les tâches obligatoires chronophages – courrier électronique, présentations visuelles, dossiers administratifs sur intranet – semblent toujours plus dévorantes, et le temps qu’elles absorbent laisse peu de place pour la découverte d’outils nouveaux ou de fonctionnalités avancées permettant un gain de temps.

Internet étant l’alpha et l’oméga des temps postmodernes, l’aisance numérique est désormais l’une de ces compétences clés dont nul ne saurait se passer, sous peine de déchoir de son statut de spécialiste modèle… Et pourtant, malgré leur forte visibilité dans les discussions scientifiques, les humanités numériques ne comptent pas tant de croyants – et moins encore de pratiquants – qu’on ne le pense et admet communément. L’exploration de la blogosphère scientifique ou de l’univers des open data est un terrain encore largement en friche, de même que l’utilisation des réseaux sociaux à des fins de recherche et pour lancer des coopérations internationales.

Or, la maîtrise de ces nouveaux outils de veille et de bibliographie, l’organisation et l’annonce de manifestations scientifiques en ligne, la consultation et l’alimentation de bases de données, revues, livres électroniques et blogs de recherche sont un défi pour tous. La familiarité avec le monde numérique et sa mise au service de l’activité scientifique s’avèrent réellement fécondes pour le chercheur qui les apprivoise. De même, comprendre le phénomène de l’open data, découvrir les réseaux sociaux de la recherche et expérimenter le travail en réseau international via la toile élargit et enrichit l’activité scientifique. L’effort vaut d’être accompli !

C’est pour cette raison que nous envisageons de produire un ouvrage collectif : il aura pour but d’aider les chercheurs à franchir ce fossé, moins large qu’il ne paraît au premier abord, qui éloigne toujours les humanités du numérique. En faisant appel aux professionnels de la documentation et aux chercheurs de toutes disciplines en sciences humaines et sociales, débutants comme confirmés, français ou étrangers, nous voudrions ouvrir un chantier commun. Y seront conviés tous ceux qui utilisent, développent ou conçoivent des outils numériques au service de la recherche, quelque soit leur métier, discipline ou nationalité. Le travail collaboratif, par exemple sous forme de binômes interprofessionnels ou interdisciplinaires, est donc vivement encouragé.

Pour appréhender les humanités numériques sous l’angle du mode d’emploi, nous nous proposons de réunir une dizaine de chapitres thématiques qui seront soit des présentations synthétiques, soit des études de cas représentatifs. Nous souhaitons que les auteurs soient des experts et des passionnés du partage en ligne, dont le savoir méthodologique soit étayé par une expérience pratique des technologies de l’information et de la communication. Ainsi, ils pourront affronter les objections les plus courantes à l’outil numérique en illustrant son intérêt et son apport pour la recherche en SHS par des exemples concrets : quelles applications, quelles perspectives ? Le dénominateur commun des contributions sera l’exploration collective de ce nouveau terrain et de ses infrastructures, afin de permettre au plus grand nombre de découvrir les possibilités qui se trouvent désormais à portée de main.

 Ce mode d’emploi sera complété par un second volume (2016) qui approfondira certains thèmes du premier livre et en ouvrira de nouveaux.

 

Calendrier du volume 1

  • envoi des propositions (max. 5000 signes espaces compris), accompagnées du titre, de 5 mots clés, des noms / coordonnées des auteurs : 6 avril 2015
  • notification d’acceptation ou de refus : 4 mai 2015
  • remise des chapitres complets (max. 50 000 signes espaces compris) en français ou en anglais, accompagnés d’un résumé et d’une notice biographique (les deux en français et en anglais) : 7 septembre 2015
  • retour aux auteurs : 5 octobre 2015
  • date de publication prévisionnelle : janvier 2016

Envois par courriel aux coordinateurs

  • etienne.cavalie@unice.fr
  • frederic@clavert.net
  • olivier.legendre@univ-bpclermont.fr
  • dana.martin@univ-bpclermont.fr

Coordinateurs

Étienne Cavalié
Conservateur à l’Université Nice Sophia Antipolis
blog : http://bibliotheques.wordpress.com/

Frédéric Clavert
Docteur en histoire contemporaine
Ingénieur de recherche – LabEx EHNE
blog : http://histnum.hypotheses.org/

Olivier Legendre
Conservateur à la Bibliothèque Clermont Université
blog : http://alambic.hypotheses.org/

Dana Martin
Maître de conférences en allemand à l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
blog : http://allemagne.hypotheses.org/

Confidentiel (5) : qui divulgue, quand et où ?

Pont de bois se divisant en deux.
Choices – Brigde in Wildlife Park, UK, (publié sur FlickR sous le pseudonyme « Shadowfax The Second » sous licence Creative Commons Attribution, pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique)

 En somme, depuis quatre billets je prêche la divulgation des tarifs pratiqués par les éditeurs scientifiques. L’avisé lecteur de l’Alambic a beau être patient, il est maintenant en droit de demander pourquoi diable je ne divulgue pas sans plus tarder tous les tarifs dont j’ai connaissance.

Je ne vais pas me livrer séance tenante à une divulgation de cette ampleur, mais je ne vais pas non plus me dérober à la question. Y répondre me permettra accessoirement d’exposer en détail les conditions dans lesquelles, à mon avis, la divulgation doit se faire. Car on l’aura compris : il ne fait pas de doute à mes yeux qu’elle est nécessaire.

Quand divulguer ?

Quand bien même on a admis la valeur d’un principe, les modalités d’application sont décisives. Si donc la divulgation doit être utilisée comme point d’appui pour des négociations, il faut en maîtriser le tempo et le déroulement. Supposons par exemple, qu’au cours d’une négociation difficile, les négociateurs décident de jeter sur la place publique leur désaccord avec un éditeur sur sa politique tarifaire. Cet acte rompt de fait la négociation et déclenche un conflit ouvert. Les négociateurs espèrent bien sûr en sortir renforcés et faire plier l’éditeur en prenant à témoin l’opinion ; cependant, le conflit lui-même comporte ses risques. Il faut donc s’assurer, avant de le déclencher, que la négociation est bien en situation de blocage, que les conditions auxquelles elle aboutit sont absolument inacceptables et que par conséquent il n’y a rien à perdre à engager un conflit. Ce qui vaut pour la tactique en négociation vaut pour la divulgation en général. C’est un processus de rupture. Il me semble qu’il doit être engagé de façon méthodique. Et j’ai la candeur d’espérer que c’est possible.

Pensons à l’emblématique cas Elsevier. Aujourd’hui, la divulgation des tarifs payés par les universités anglaises est accomplie, sans remous majeurs (que je sache). En France, la négociation 2014-2018 n’est pas achevée, le contrat n’est pas signé. Mais demain l’accord sera officialisé et entrera en application [mise à jour immédiate : on vient de me signaler que le marché était officiellement notifié depuis le 18 juillet dernier]. Dès lors, comment refuser qu’il soit porté à la connaissance du public dans tous ses aspects ? Et comment imaginer que ce qui sera fait pour Elsevier ne soit pas progressivement étendu aux autres éditeurs ? Une première condition de bonne divulgation est donc, je crois, d’y procéder suivant un rythme immuable. Laisser passer le temps de la négociation, puis divulguer le résultat sans hâte (par exemple dans un délai d’un à trois mois après la signature ou l’entrée en vigueur du contrat), mais systématiquement.

Qui divulgue ?

Cette question est encore plus importante que la première, et la divulgation effectuée Outre-Manche cette année est pleine d’intérêt pour amorcer la discussion. Tim Gowers a sollicité, une à une, l’ensemble des universités britanniques en les interrogeant sur leur dépense Elsevier. Il s’est heurté à des réticences assez nombreuses et compréhensibles dans son enquête, mais finalement elles ont toutes été surmontées. C’est donc que la légitimité de sa démarche a été reconnue, mais c’est aussi que sa légitimité personnelle était indiscutable. Il pouvait être considéré d’un côté comme un citoyen indépendant n’ayant d’autre intérêt dans le jeu que la simple curiosité civique. Mais dans le même temps il jouit d’un prestige scientifique et d’une notoriété qui le mettait à l’abri d’un refus non motivé ou d’un silence méprisant. De ce fait, le risque personnel qu’il encourait était réduit (je ne crois pas que cela ôte quoi que ce soit à l’intérêt ni au mérite de sa démarche) et son succès plus assuré (il lui a tout de même fallu patience et opiniâtreté!). Je pense que Joe Bloggs aurait eu plus de mal à obtenir la même information, comme à la rendre visible au monde entier.

Une opération similaire ne serait pas impossible en France : nous avons aussi nos Tim Gowers. Mais le contexte français a ses spécificités : malgré l’autonomie universitaire notre gestion des négociations conserve une forte dimension centrale, qu’illustre par exemple la politique des licences nationales. Nos négociations aussi sont le fait d’un opérateur national (même s’il a un statut associatif), qui distribue le travail de négociation, centralise les résultats et porte une parole institutionnelle face aux éditeurs. Les gros contrats sont portés par l’ABES, autre opérateur national. Cette spécificité emporte une conséquence et un intérêt évidents pour la divulgation : celle-ci aussi, pour être efficace, doit et peut être nationale. Bien sûr, il est possible à chacun de divulguer « ses » chiffres. C’est une règle simple et peu contestable que de considérer que chacun est juge pour ce qui relève de son niveau de responsabilité. Personnellement, je crois avoir le droit, moyennant les réserves hiérarchiques habituelles, de rendre publiques les données qui relèvent de l’activité du site clermontois, parce qu’on ne peut asseoir une discussion, même polémique, que sur des données disponibles. Faute de quoi on en reste à une polémique allusive et inefficace1. Par ailleurs, un bon moyen d’avancer vers un partage d’information plus ouvert est de s’habituer à transmettre largement les informations locales ou anodines. Il est rassurant de constater que le monde ne s’écroule pas et que nul avocat ne vient frapper à ma porte si j’écris publiquement que mon université a payé 478 k€ en 2013 à Elsevier. Lorsque je sors de mon propre établissement, je trouve normal d’être plus circonspect. Quand bien même je suis favorable à leur divulgation, j’estimerais déroger à l’éthique et à l’élégance professionnelle en divulguant des données nationales dont j’ai connaissance, mais qui ne relèvent pas de l’activité locale et que je n’ai pas moi-même « produites ».

Certes, n’importe qui pourrait estimer mes scrupules mal placés et procéder lui-même à une divulgation systématique. Toutefois, il me semble que ce mode opératoire — dont je reconnais qu’il nécessite et manifeste un certain courage personnel — a de grands inconvénients. Pour le « divulgateur » bien sûr, qui se trouve inutilement au centre de l’attention et peut faire l’objet d’intimidations ou de sanctions (avec des conséquences qui peuvent être graves pour un individu). Mais aussi pour la communauté scientifique et universitaire : face à une initiative isolée, dont la légitimité n’est pas totalement indiscutable, les prises de position internes sont fatalement divergentes. Les institutions, prises au dépourvu par une divulgation non consentie et non assumée, songent surtout à se défendre et non à tirer parti de la situation nouvelle ainsi créée. La controverse qui suit toute initiative personnelle spectaculaire va alors à l’encontre du vrai bénéfice recherché : la cohésion de la communauté scientifique face à l’adversaire économique. Pour produire tous ses effets, la divulgation doit donc être intégrée à une démarche stratégique mûrie et volontaire. Si elle a pour effet de provoquer une polémique interne violente, elle est contre-productive à court terme. Et puis, quelle force de frappe a une divulgation individuelle ?

Retournons maintenant la perspective : si le débat interne a lieu avant et que la divulgation parvient à s’y imposer, elle acquiert la force d’entraînement du consensus ET la force de frappe de l’institution : there is safety in numbers, constate Tim Gowers lui-même en voyant les universités répondre les unes après les autres à sa question, même celles qui avaient commencé par refuser. Dans ce cas idéal, le poids collectif et institutionnel s’ajoute à celui de la divulgation pour manifester et renforcer la capacité d’action et la position du consortium. Autre bénéfice substantiel : la divulgation, n’étant pas le résultat d’une insoumission isolée mais d’une prise de position officielle, devient systématique et normale dans le très long terme.

Où divulguer ?

Il me semble donc que nous devons défendre la divulgation au sein du consortium Couperin et demander qu’elle soit effectuée par lui. Concrètement, elle pourrait se faire sur le site du consortium, il suffirait pour cela de modifier très légèrement la formule qui conclut la lettre d’accord sur le site, comme suit.

À l’exception des données tarifaires et des prix payés par chaque établissement, tous les documents relatifs aux négociations seront mis en ligne en accès public sur le site de Couperin.

Une solution alternative existe au cas où la mise en ligne sur le site même du consortium paraîtrait gênante ou techniquement difficile : passer par le site institutionnel consacré à la publication des données publiques. http://www.data.gouv.fr/fr/groups/education-et-recherche. Des documents financiers sont déjà disponibles sur ce site, et utiliser ce canal aurait l’intérêt de rendre les données plus facilement utilisables par la communauté scientifique ou la société civile. Si la demande de divulgation était rejetée par le consortium ou que l’hésitation prévalait dans les discussions, la CADA pourrait être saisie d’une demande d’avis par tout citoyen désireux de connaître les montants en jeu et leur répartition. Ce type de démarche aurait l’intérêt de constituer une forme de jurisprudence sur ces questions, et l’avantage de donner à la décision une assise juridique solide.

Conclusion et résumé

Il est temps de conclure. Cette série de billets m’a demandé un peu de travail et le temps de rédaction m’a paru considérable. Il est à craindre que sa lecture ne soit pas très digeste non plus. Pour ceux qui ont perdu le fil, pour ceux qui n’ont pas le temps de tout lire et qui voudraient juste savoir la fin, pour moi-même aussi, voici donc une brève synthèse conclusive qui reprend le principal propos de chaque billet2.

1 – Le mot de confidentialité est marqué d’une connotation juridique qui est impropre dans bien des cas3. Les risques que nous courons à divulguer des informations sont rarement liés à une situation d’illégalité ou aux conséquences judiciaires de la publication. Je n’ai pas examiné de nombreux contrats de documentation électronique, il est vrai, mais je n’en ai pas vu qui interdise la divulgation du montant des abonnements. Et si une clause existait sur ce point, elle pourrait certainement faire l’objet d’un recours, car la dépense publique, comme son nom l’indique, doit être connue du public. En pratique, les tarifs sont d’ailleurs aujourd’hui la seule exception à la pratique générale, qui est celle de la divulgation.

2 – D’un point de vue économique, il est très clair que la confidentialité des tarifs entretient une situation de concurrence entre les clients qui consolide la position de monopole des éditeurs. C’est une évidence connue par la théorie économique et illustrée par des exemples nombreux en dehors du monde de l’édition scientifique. Les éditeurs en font état eux-mêmes : la confidentialité protège leurs politiques tarifaires. Gênante du point de vue de la théorie économique, la confidentialité est donc nuisible, en pratique, au contrôle de la dépense publique.

3 – La confidentialité est en revanche pleinement justifiée dans des lieux et des temps précis : elle est une protection accordée à des négociateurs qui, pour travailler efficacement dans une situation tendue, doivent être protégés. Cette confidentialité doit absolument être préservée : on ne tire pas sur le drapeau blanc. Mais elle est délimitée dans le temps et l’espace.

4 – Dans le long terme, lorsqu’il y a eu accord, si imparfait soit-il, il devient indéfendable de garder secrets les termes, y compris tarifaires, de cet accord. Les risques que fait courir cette divulgation à nos intérêts de clients sont incertains, les bénéfices que l’on peut en attendre sont, eux, avérés. Dans un rapport de forces économique qui ne nous est pas favorable, renoncer à l’arme que constitue la divulgation est hautement nuisible.  Nous sommes sur le moral high ground et nous n’en profiterions pas ? Dans un combat que nous savons sans merci, pourquoi se dispenser d’utiliser la seule arme qui soit susceptible de peser en notre faveur ? Nous nous comportons sur ce point comme si nous avions avec les éditeurs une relation de confiance, alors que tout, depuis dix ans, montre le contraire.

5 – la divulgation doit être accomplie avec ordre pour produire tous ses effets. Il faut, dans l’idéal, qu’elle soit opérée par une autorité légitime. En toute logique, par le porteur institutionnel des négociations.

Je crois avoir épuisé sinon le sujet, du moins l’auteur et le lecteur. J’espère que les idées agitées dans ces billets recevront la contradiction. J’espère aussi qu’elles y survivront. Sur tout sujet délicat (et on me concédera, j’espère, que celui-ci l’est un peu), un débat et une décision mûrie doivent précéder l’action. Les trois sont nécessaires, de préférence dans cet ordre. Si je ne me reconnais pas le pouvoir de décision, ni celui d’une action unilatérale lourde de conséquences, je demande sérieusement que le débat ait lieu et me permets de l’entamer. Je m’y force un peu, même, car j’estime pouvoir et devoir y contribuer au même titre que n’importe quel professionnel responsable.

 

  1. « Les éditeurs sont méchants », « On paie deux fois, trois fois, quatre fois, etc. », mais combien précisément, on ne le sait jamais []
  2. Et j’en profite pour glisser mes remerciements sincères à Catherine Weil et Claire Nguyen, pour m’avoir aiguillé vers les documents disponibles au sein du consortium Couperin, ainsi qu’à Fabrice Boyer et Martine Coppet pour avoir patiemment et attentivement relu ce billet fleuve. []
  3. Comme me l’a fait remarquer un collègue, les approches juridiques sont assez différentes selon l’ère géographique considérée, et il faudrait sans doute creuser davantage la notion juridique de transparence suivant que l’on se situe dans la sphère anglo-saxonne ou dans le droit d’inspiration latine, mais il me paraît prudent de laisser ce travail à des juristes plus chevronnés. []

L’open access nuit-il à la qualité scientifique ?

 

Dans Documentaliste – sciences de l’information, n°50 – 4, est paru récemment un article répondant au titre ci-dessus. Le texte est déposé dans HAL en version auteur (l’éditeur n’accepte pas le dépôt du PDF-imprimeur, il sera disponible d’ici deux ans. Amusant, pour un article sur l’Open Access, non ?)

Comme, pour respecter le calibrage de la revue, j’avais un peu contracté mon texte, je m’offre ici le luxe d’une parution en version longue. Je ne promets pas que le lecteur y gagne.

  • Si vous êtes pressé, allez donc lire le texte déposé sur HAL.
  • Si vous êtes vraiment très pressé, pourquoi perdez-vous votre temps sur un blog ?

 —

Open Acces Cookie, publié sur FlickR par Biblioteekje sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique
Open Acces Cookie, publié sur FlickR par Biblioteekje, sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique.

L’Open access (ou accès ouvert, abrégé indifféremment AO ou OA) se définit de façon concise et simple : un article, une revue, est en accès ouvert si chacun peut y accéder gratuitement en ligne. Cette définition amène presque toujours une question qui dépasse largement le monde scientifique :

Mais si c’est gratuit, qu’est ce que ça vaut ?

C’est toute la teneur du débat actuel, bien légitime. L’association entre la valeur scientifique d’une revue et son prix est si spontanée, si répandue et si injustifiée, qu’elle satisfait parfaitement la maxime de Tocqueville

« une idée fausse, mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu’une idée vraie, mais complexe… » (De la démocratie en Amérique, chap. VIII)

Le très gros bon sens mal appliqué (il l’est souvent, d’où cette maxime désabusée) postule que ce qui ne coûte rien ne doit pas valoir grand chose et réciproquement, que ce qui est vendu cher a sûrement beaucoup de valeur. Appliqué aux revues : les grandes revues scientifiques peuvent (voire doivent !) être chères, et celles qui ne sont pas chères ne sont sans doute pas très scientifiques. Inutile dans ce cas d’évoquer celles qui sont gratuites…

L’abonnement, garant de valeur scientifique ?

L’examen des tarifs pratiqués dans la grande édition scientifique, tout en procurant le frisson cosmique de l’infiniment grand, semble confirmer l’intuition. Voulez-vous vous abonner à Tetrahedron, chez Elsevier ? En 2013 c’est plus de 18 000 €. Chez Springer, 13257 € pour le Journal of Materials Science au tarif 2014. Chez Wiley, le Journal of Polymer Science coûtait plus de 11000 € en 2013. Certaines sociétés savantes, à but non lucratif, ont emboîté le pas. Les titres de l’American Chemical Society inspirent le plus grand respect par leurs tarifs : près de 9000 $ en 2012 pour les trois titres Journal of Chemistry A, B, C, plus de 5000 pour Biochemistry.

Ce sont là de grandes revues scientifiques. Elles sont très chères. De là à établir un lien de causalité entre les deux propositions puis à en déduire réciproquement qu’une revue peu coûteuse n’est pas scientifique, il n’y a que deux petits pas.

Ce sont deux faux pas, et dangereux. Mais que pourrait inciter à franchir l’argumentaire de certains éditeurs : à parcourir le site de l’AAP (Association of American Publishers) et la polémique fruste et agressive de l’opération de lobbying qui en émanait, PRISM (Partnership for Research Integrity in Science and Medicine), on comprend que l’édition est un métier, et que rendre l’accès gratuit, c’est détruire la garantie de qualité apportée par le métier (en France on ajoute volontiers : « et les emplois qui s’y attachent »).

L’assimilation entre processus éditorial (la chaîne de publication) et processus de relecture (celui qui amène un scientifique à dire : « cet article est bon parce qu’il apporte quelque chose »), entre validation scientifique et valeur marchande est pourtant abusive, puisque la relecture et la validation scientifique, qui relèvent du travail des chercheurs, ne sont pas rémunérées par l’éditeur. D’ailleurs, toutes les grandes revues scientifiques ne coûtent pas cher. Le Journal of Topology, publié par Oxford University Press est à peu près 14 fois moins cher que le Journal of Algebra d’Elsevier (500 € contre 6885 d’après les tarifs 2013 disponibles en ligne) Est-ce à dire qu’il est 14 fois moins scientifique ? Pour répondre, empruntons un instant, avec des pincettes, la jauge grossière qui sert à l’évaluation des revues, l’impact factor, en l’admettant comme mesure approximative du prestige scientifique. Le Journal of Algebra affiche 0,583, le Journal of Topology 0,672. À supposer que l’impact factor exprime valablement le prestige scientifique d’une revue, le Journal of Algebra, 14 fois plus cher, est si l’on ose dire 15 % moins prestigieux.

Le prix de l’abonnement n’est donc pas corrélé de façon fiable à la valeur scientifique d’une revue (CQFD). Voyons maintenant si l’accès ouvert offre de meilleures garanties.

L’open access peut-il garantir la valeur scientifique ?

Les revues en accès libre (open access) […] proposent leur contenu gratuitement accessible sur internet. Une avancée pour la diffusion du savoir ? Certainement. Mais aussi un insidieux facteur de détérioration de la qualité de la science publiée1.

Le fragile bon sens voit bien en quoi l’AO peut servir l’avancée du savoir. La science mise à la portée de tous, c’est la possibilité pour chacun, y compris les pauvres en euros riches en neurones2, d’aller à la source de l’information, de la vérifier, corriger ou utiliser, contribuant ainsi à la progression de la connaissance. Cette intuition (ou ce rêve) préside au succès mérité de Wikipedia.

Où est donc le danger ? Il a été illustré brillamment par un article de John Bohannon dans Science : une des façons de financer l’OA est de déplacer le paiement du lecteur à l’auteur, en lui faisant payer des frais de publication (APC, article processing charges, ou « frais de traitement d’article ») pour couvrir les coûts (temps de travail, infrastructure éditoriale, plateforme électronique de publication). Or, ces frais de publication sont sujets au dérapage autant et plus que les abonnements. Mais surtout, leur montant ne garantit nullement le caractère scientifique de la revue.

Pourquoi ? Parce que l’auteur a intérêt à publier. Il sera donc tenté, le cas échéant, de débourser de fortes sommes pour que son article paraisse, même s’il est médiocre (ou pire, plagié ou falsifié). Quant à l’éditeur, s’il trouve des auteurs prêts à payer, il n’aura pas intérêt à être regardant sur la qualité des articles proposés, ni sur la rigueur de la relecture scientifique. Danger illustré de façon remarquable par l’expérience de John Bohannon : 304 soumissions d’un même article sciemment falsifié3 : 157 acceptations, 96 refus. Notons que cette sorte de réédition à grande échelle, vingt ans après, de l’expérience cruelle du professeur Sokal, ne prouve rien concernant l’Open Access en général, ni même concernant les éditeurs concernés. Bohannon signale que « Les journaux [en Open access, NDLA] publiés par Elsevier, Wolters Kluwer, et Sage ont tous accepté mon papier bidon. ». Inversement, et j’avoue avoir été très heureux de l’apprendre, le fleuron de l’AO, PLOS ONE, a rejeté l’article après une révision attentive et sévère4. On note en revanche que parmi les titres répertoriés dans le DOAJ (Directory of Open Access Journals qui se pique de sélectionner les titres auxquels il renvoie) auxquels l’article a été soumis, près de la moitié l’ont accepté.

Il ne fait aucun doute que celui qui est prêt à payer assez cher trouvera toujours un journal prêt à le publier. Avec l’Open Access sont nés de nouveaux éditeurs « prédateurs », qui font payer très chers des auteurs pour publier des articles sans les faire expertiser par des scientifiques. Ces éditeurs font même l’objet d’une liste noire disponible en ligne5.

Si la hauteur des abonnements ne garantit pas, en elle-même, la qualité de la production scientifique, la hauteur des frais de traitement des articles ne fait pas mieux. Abonnement ou Open Access, on s’égare si l’on cherche à établir un lien entre la fiabilité de l’article et l’argent dépensé pour le publier.

 

Concilier valeur scientifique et acceptabilité économique ?

 

Cet engagement public pour le libre accès aux articles scientifiques suffira-t-il à tarir la manne dont les éditeurs, qu’ils soient ou non prédateurs, se repaissent ? Possible, mais elle ne viendra en aucun cas à bout de la course effrénée à la publication qui est à la source de la dégradation de la qualité des articles scientifiques6.

Accuser les éditeurs de rapacité ne dédouane pas le monde scientifique de sa responsabilité : les articles passent plus facilement qu’avant la barrière de la relecture. Le taux de rétractations après publication a été multiplié par 20 depuis 10 ans, au point de devenir en soi un objet d’étude. Tout se passe comme si l’inflation de la production scientifique et l’envol de ses tarifs allait de pair avec une inexorable dilution du contenu et une perte rapide de rigueur et de qualité.

 Les failles du système de publication et d’évaluation scientifique sont signalées avec constance depuis bien longtemps. L’utilisation de l’Impact factor, le classement des revues, le comptage des publications et l’utilisation de données quantitatives brutes dans l’évaluation des chercheurs a conféré à ces critères un poids considérable, alors qu’ils relèvent de la notoriété, sont anti-scientifiques au possible et très faciles à falsifier. On sait que tout indicateur mesuré tend à s’améliorer, car ceux qui sont évalués à son aune s’efforcent de s’y conformer au mieux de leurs intérêts. L’instauration d’un lien trop direct et trop fruste entre notoriété perçue, publications et carrière, incite à la surenchère : publication à la découpe pour faire du chiffre, plagiat pour aller plus vite, fraude scientifique pour atteindre les revues qui comptent. Forçons le trait7, à l’extrême, un chercheur devrait aujourd’hui démarcher des revues pour caser ses articles et gagner des citations, comme un vendeur démarche ses prospects pour arracher des deals et atteindre ses targets8.

Corriger le tir demande des changements systémiques considérables. La refonte ou la mise à bas du système de notation des revues va devenir inévitable tant la dégradation qualitative est patente. Mais il s’agirait de rien de moins que d’éliminer, dans l’activité des chercheurs, toute pression aux résultats ! Vouloir qu’une expérience réussisse est humain, mais ce n’est pas scientifique. Le processus de publication doit donc évacuer toute hâte, car un bon travail prend forcément beaucoup de temps, passé à expérimenter, produire, relire, vérifier, et souvent à explorer des impasses. En bonne science, les expérimentations ratées sont des réussites. Les réplications aussi. C’est l’intuition du mouvement slow science et de la reproducibility initiative : on voit que les éléments de refondation ne manquent pas. Et l’éthique personnelle se mêle intimement à l’enjeu systémique. C’est le refus des chercheurs de publier vite, beaucoup et mal, qui permettra à la science de retrouver rigueur et fiabilité, au prix d’un peu de lenteur.

Bien sûr, les points relevant de la régulation économique font aussi l’objet d’une attention soutenue. Libérer un marché captif et monopolistique9 pour le rendre de nouveau concurrentiel est un but politique, et non scientifique (ou disons, un but de politique scientifique…), mais légitime quand même. D’où l’importance

  • de développer l’OA « voie verte »10, en complément de l’abonnement, ce qui manifeste la distinction entre le service fourni par l’éditeur (processus éditorial, plateforme d’accès et services liés) et la production scientifique proprement dite (résultat du travail scientifique de l’auteur et du relecteur, rémunéré par les fonds publics, et donc librement mis à disposition) ;
  • de restaurer un circuit public d’édition (Open Edition Freemium, Episciences, avec ses deux titres qui démarrent, sont autant d’exemples naissants) qui ôte aux éditeurs commerciaux un monopole dangereux. Il s’agit bien de faire disparaître, ni plus ni moins, les revues chères, qui sont des parasites du monde scientifique, en publiant largement les coûts comparés des éditeurs. Car si l’on postule que la science contient une exigence intrinsèque de gratuité, garante de son désintéressement, il y a, ou il devrait y avoir dans l’édition scientifique un rapport rigide entre coût de production et valeur marchande. Or les coûts de production de l’édition scientifique sont, et vont être, de mieux en mieux connus au fur et à mesure que l’OA se développe. La communauté scientifique porte déjà son attention sur ce point et l’on peut compter sur elle pour faire pression sur les éditeurs, puisqu’ils proclament avec constance et passion qu’ils sont au service de la recherche.

La question de savoir si « la science doit être gratuite » est mal posée. Le travail scientifique et le travail éditorial ont un coût, il faut qu’il soit supporté. Il est donc inévitable, mais souhaitable aussi que coexistent le système de l’abonnement, le système de l’auteur-payeur, celui de la revue publiée sur fonds publics, etc. Ces systèmes, en coexistant, peuvent s’obliger réciproquement à plus de rigueur. Reste qu’il doit y avoir une exigence scientifique, intellectuelle, du circuit de production scientifique ; et une exigence politique, déontologique, du circuit de production éditoriale. La question est donc de savoir si nous préférons une science rapide, ou fiable, rémunératrice ou rigoureuse, austère ou obèse. Ces exigences sont ne sont pas indéfiniment conciliables. Vérifier prend du temps, la rigueur suppose le désintéressement, et une haute exigence ne peut s’appliquer qu’à des objets en nombre réduit, pour qu’une attention nécessaire puisse être accordée à chacun. Produire beaucoup et produire bien est difficile. Si produire beaucoup est la priorité, alors produire bien est impossible.

 

  1. Nicolas Chevassus-au-Louis, « Chercheurs pris en fraude [4/5]. Le piège de la gratuité » dans Mediapart, le jeudi 15 août 2013 []
  2. Voir à ce sujet l’histoire assez jolie relatée sur le blog Homo numericus : « Impressions d’automne 1: le cas Meredith ». Mais je n’ai pas pu vérifier si l’article en question a effectivement été publié, ce qui oblige à rester prudent. []
  3. l’article était rédigé de façon à contenir des erreurs scientifiques criantes et des manquements éthiques assez voyants pour tout relecteur scientifique. []
  4. « PLOS ONE a été le seul journal à attirer l’attention sur les problèmes éthiques posés par le papier […] PLOS ONE a rejeté le papier deux semaines après, en se fondant sur son contenu scientifique. » (je traduis). []
  5. Parmi les éditeurs répertoriés sur ce site qui ont reçu le papier de Bohannon, 82 % l’ont accepté. []
  6. Nicolas Chevassus-au-Louis, « Chercheurs pris en fraude [4/5]. Le piège de la gratuité » dans Mediapart, le jeudi 15 août 2013. []
  7. avec mes excuses respectueuses aux chercheurs, mon propos est général []
  8. mes excuses aux vendeurs aussi, après tout. C’est un métier plein de mérites, du moment qu’il est exercé avec plus d’attention au client qu’au chiffre d’affaires. []
  9. Les connaisseurs disent :  « oligopolistique à franges » []
  10. Dans l’OA « voie verte », l’auteur publie dans une revue classique (sous abonnement) mais auto-archive ensuite son texte dans un dépôt électronique institutionnel pour qu’il soit librement accessible en ligne []

Un portail HAL pour un meilleur service aux chercheurs.

Open Access Land, near Woodhouse Farm (CC BY-SA 2.0) Attribution: Mick Garratt

Depuis quelques jours, Clermont Université a désormais son portail HAL, qui rassemble les publications scientifiques déposées par les chercheurs des deux universités clermontoises, l’Université Blaise Pascal et l’Université d’Auvergne.

Trois ans avant la fusion annoncée des deux universités, nous préparons le terrain pour valoriser la recherche de la future université unique.

La production scientifique des laboratoires gagne en visibilité. Avec http://hal-clermont-univ.archives-ouvertes.fr/ à la racine du site, le portail assure aux publications déposées un meilleur référencement valorisant le site clermontois.

Ce portail s’articule aux collections HAL de l‘UBP, de l’UdA et à celles des laboratoires, selon une architecture hybride, permettant à l’usager d’accéder à la production scientifique à tous les niveaux institutionnels.

Puisque nous avons la main sur l’outil, résumons tout ce que l’on peut faire avec un portail HAL pour mieux valoriser les publications scientifiques des chercheurs.

En tant qu’administratrice du portail, je peux gérer les pages web:  éditer la page d’accueil en html, changer l’apparence graphique du site en personnalisant sa feuille de style CSS, et rédiger des news. Ici, nous avons choisi une interface sobre et claire qui met en exergue le cadre institutionnel de la communauté d’universités.

Le portail HAL permet aussi de créer et modifier les données d’un laboratoire pour garantir la correcte affiliation des chercheurs, en donnant à leurs publications plus de lisibilité, dans le cadre de la structuration de la recherche. En amont, cela suppose de suivre les mouvements de création, de fusion, voire de disparition des laboratoires au sein des universités.  Un exemple : L’Institut de chimie de Clermont-Ferrand a été créé en 2012 par la fusion de cinq unités de recherche. Il a donc fallu rassembler  les publications de ces cinq unités pour créer la collection de l’ICCF. Un travail important est encore à entreprendre avec l’Université d’Auvergne, pour améliorer la visibilité des publications des chercheurs issus des différents laboratoires de médecine. Dans la même optique, le portail HAL permet la gestion des tutelles. Le référentiel des laboratoires est désormais à portée de main.

Autre fonctionnalité, très appréciable pour une meilleure qualité des données : la gestion des auteurs. Le principe est très simple : il s’agit juste de supprimer les doublons au niveau des identifiants auteurs, pour que toutes les publications d’un même chercheur soient bien rassemblées. Là encore, l’outil offre aux chercheurs du site une meilleure visibilité.

Un administrateur de portail HAL peut également s’occuper de la gestion des collections, qui permettent de mettre en valeur les publications d’une université, d’un laboratoire, d’un auteur, d’un projet ANR ou d’un colloque, grâce à une interface graphique adaptée et spécifique.

Pour une meilleure qualité des données, il est également possible de supprimer en un clic les doublons, c’est-à-dire les articles en double dans la base de donnée.

Last but not least, le portail HAL permet d’accéder plus facilement aux statistiques. Voici à titre d’exemple la courbe correspondant au cumul des dépôts en texte intégral pour les deux universités clermontoises.

L’augmentation des dépôts a été très significative ces deux dernières années, grâce aux actions de sensibilisation des chercheurs, et au réseau des référents HAL des labos.

Gageons qu’à l’avenir, les chercheurs déposeront à foison leur production scientifique dans ce nouveau portail, pour favoriser le libre accès aux résultats de leur recherche.

 

 

La construction de la mémoire collective de la communauté universitaire

En accompagnant les chercheurs dans la création de revues en ligne, la bibliothèque numérique de la BCU inscrit son activité dans le septième axe de la bibliothèque numérique scientifique : l’édition scientifique publique.
De la validation scientifique des articles à leur diffusion en ligne, s’imbrique un panel de compétences pour soutenir et valoriser la recherche.
Quelle synergie mettre en œuvre pour réussir ce projet au service des chercheurs ?

Considérons d’abord les concepts en présence : production scientifique et édition, édition papier et édition numérique, éditeur, chercheur, bibliothèque.
L’enjeu est de dresser des lignes de convergence et de démarcation, afin de cerner les contours d’une édition scientifique digne de ce nom.
La production scientifique n’est pas l’édition. La différence entre la version d’une thèse validée par le jury et sa version éditée en ouvrage est manifeste. De même entre un manuscrit auteur et l’article corrigé et mis en page dans le fascicule d’une revue.
De l’un à l’autre, la matière scientifique est bien là, mais elle n’a pas encore été passée au crible de l’évaluation, de la sélection et de la critique, pas encore façonnée et fignolée pour atteindre pleinement son public. La posture du chercheur n’est pas la même en amont. Communiquer à son équipe les résultats de son expérimentation n’est pas rendre des comptes à la société toute entière. Pierre Corbel, directeur des fameuses Presses Universitaires de Rennes, le dit lui-même dans cet entretien[1] : « Les chercheurs se parlent très bien entre eux, mais ils ont du mal à communiquer avec le monde. » Pour rendre audible à tous la voix de la recherche en train de se faire, un grand travail d’édition est nécessaire : corrections, réécritures, mise en forme. Ce façonnage, qui n’est pas un bricolage, est traditionnellement du ressort et de la responsabilité de l’éditeur. Son rôle est bien de donner de la légitimité aux travaux des chercheurs et de contribuer à leur renommée en étant garant de leur valeur scientifique.

Avec le développement des outils de publication en ligne, et la possibilité concrète de s’auto-publier en quelques clics, cette responsabilité de l’éditeur pourrait être remise en cause. N’est-il pas un intermédiaire coûteux et inutile, ralentissant à l’extrême les délais de parution ? Tout le travail de préparation de la copie, avec l’évaluation des manuscrits, les remaniements, les corrections, la coordination, la mise au normes typographiques, le balisage coute cher en main d’œuvre ! Autant réduire ces frais et mettre en place une édition électronique bon marché. C’est là le positionnement de Hal R. Varian, dans un article intitulé The future of Electronics Journals[2]: « Si tous les articles étaient soumis et distribués de façon électronique, je devine que les coûts du processus éditorial seraient diminués de moitié. » Boismenu et Baudry nous mettent en garde face à cette méconnaissance du rôle de l’éditeur:  « Ce genre d’affirmation montre le peu de considération ou l’ignorance pour la répartition des coûts de l’édition d’une revue, pour la nature du travail d’édition, que ce soit pour le papier ou pour l’électronique, et pour les niveaux de qualité et de services de l’édition électronique en tant que telle« .[3]

En outre, une édition électronique digne de ce nom suppose un important travail fondé sur le respect des bonnes pratiques tout au long de la chaîne de production éditoriale. Le collège de l’édition scientifique numérique sera bientôt à même d’attribuer le label EDES (Edition Electronique Scientifique) sur la base de cinq critères : la citabilité, l’intéropérabilité, l’accessibilité, l’ouverture, la durabilité.
Un important travail en réseau doit être mené sur le plan local et national pour se conformer à ces exigences.

  • La mise à disposition des chercheurs du site clermontois d’une plate-forme OJS pour le traitement éditorial des revues de la soumission des articles à leur diffusion en ligne s’accompagne d’une réflexion pour définir les conditions d’une juste expertise des manuscrits.
  • Concernant le balisage et le structuration des textes, l’intérêt commun est d’utiliser les formats d’encodage qui ont fait leur preuve, comme XML-TEI, standard en matière d’édition scientifique.
  • Pour viser l’interopérabilité des contenus, les fichiers numériques doivent contenir des métadonnées construites sur le même modèle au niveau de la structuration du texte, de la diffusion et du référencement.
  • Enfin, toute entreprise d’édition scientifique publique se doit d’avoir des assises solides en matière de droit d’auteur. La diffusion électronique n’a de sens que si les droits de chaque acteur sont préalablement respectés.

Si le libre-accès aux connaissances est une priorité pour l’université, il est essentiel qu’elle s’investisse pour améliorer la visibilité et la lisibilité de la recherche.

Je conclus ce billet avec une très belle phrase de Jean-Michel Salaün, [4]: « La priorité n’est pas une économie de la cognition, mais une économie de la publication ou la construction d’une mémoire collective. »

Pierre Brueghel l’Ancien. La tour de Babel
Kunsthistorisches Museum. Vienne

[1] Les Presses Universitaires de Rennes ont vingt ans : Pierre Corbel ou la religion du vrai livre. Propos recueillis par  Georges GUITTON Place publique Rennes. Disponible sur :  http://www.placepublique-rennes.com/2010/03/les-presses-universitaires-de-rennes-ont-vingt-ans-pierre-corbel-ou-la-religion-du-vrai-livre/ (Page consultée le 09/09/2013)

[2] VARIAN, HAL R. The future of Electronics Journals. (JEP) The Journal of Electronic Publishing. Disponible sur : http://quod.lib.umich.edu/cgi/t/text/text-idx?c=jep;view=text;rgn=main;idno=3336451.0004.105 (Page consultée le 09/09/2013)

[3] BOISMENU Gérard, BAUDRY Guylaine, Le nouveau monde numérique : le cas des revues universitaires. Paris : La Découverte, 2002, 178 p.  Collection « Recherches »

[4] SALAÜN, Jean-Michel, « Libre accès aux ressources scientifiques et place des bibliothèques », BBF, 2004, n° 6, p. 20-30 [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 09 septembre 2013

Création de revues électroniques à la BCU

Porte Habbous par Jeremy Salmon sur Flickr-licence  BY-ND

La Bibliothèque Numérique travaille depuis le début de l’année sur des projets de revues électroniques en libre accès. Durant l’année 2012, plusieurs enseignants chercheurs se sont adressés à la BCU pour obtenir des informations sur la création de revues en ligne. La Bibnum a alors compris qu’il y avait dans ces demandes une opportunité de service à rendre, de quelque chose à créer pour accroître la diffusion de la recherche clermontoise.

Les projets sur lesquels nous accompagnons les chercheurs sont divers en termes de disciplines, d’objectifs, d’état d’avancement… Certaines revues existent depuis longtemps sous forme papier et souhaitent être disponibles en version électronique, d’autres n’ont encore aucun numéro et sont en recherche d’informations, d’autres sont publiées sur des sites locaux mais souhaitent une meilleure visibilité.

 

La bibnum a d’abord cherché à savoir quelle aide elle peut apporter à ces équipes de revues. Plusieurs aides possibles sont apparues :

  • Structure ressource : Un travail de veille et de comparaison sur les outils et les plateformes existantes a été mené. La bibnum est à présent à même de proposer aux chercheurs les outils les plus adaptés à leur projets.

  • Rôle d’accompagnement  dans l’instruction des dossiers de candidature, dans la relation avec les plateformes de diffusion.

  • Aide technique : La Bibnum possède un numériseur, elle peut se charger de la numérisation et de l’océrisation pour les revues qui souhaitent rétroconvertir leurs anciens numéros. Elle peut également aider au stylage (mise en forme des documents aux normes Revues.org), à la mise en ligne des articles et au référencement web.

    A présent, petit tour d’horizon des outils existants et retenus pour les projets actuels :

  • Revues.org http://www.revues.org/: plateforme de revues en SHS en accès libre qui héberge actuellement plus de 300 revues. C’est une plateforme d’OpenEdition http://www.openedition.org/.

    Afin de faire figurer une revue sur ce site, le dossier d’accession est étudié par divers experts.

  • Episciences.org  http://episciences.org/: projet porté par le CCSD. Création de revues thématiques à partir d’articles versés dans HAL validés par un comité éditorial.

  • (OJS) Open Journal Systems http://pkp.sfu.ca/ojs-journals Système de gestion éditorial et de mise en ligne initié par le Public Knowledge Project. Cet outil permet une totale autonomie aux équipes de revues sans validation de la plateforme. Il prend en charge le processus de relectures, de validation par les pairs jusqu’à l’édition en ligne et permet la création d’une maquette personnalisée.

Après le travail de veille et de présentation des outils aux chercheurs, certaines candidatures sont en cours auprès de Revues.org, des sites de revues ont été créés à l’aide du logiciel OJS (installé sur le serveur de la BCU)…

La création de revues électroniques demande du temps mais elles verront le jour dans les mois à venir pour certaines, en 2014 pour d’autres. Et vous en entendrez parler ici…

Le Libre-accès au savoir en général et en Auvergne

Dans la Préface au traité du vide, Blaise Pascal, le plus illustre des clermontois, reconnaissait la dette scientifique que nous devons aux anciens dans l’élaboration des connaissances nouvelles :

« Les premières connaissances qu’ils nous ont données ont servi de degrés aux nôtres, et que dans ces avantages nous leur sommes redevables de l’ascendant que nous avons sur eux ; parce que, s’étant élevés jusqu’à un certain degré où ils nous ont portés, le moindre effort nous fait monter plus haut, et avec moins de peine et moins de gloire nous nous trouvons au dessus d’eux. C’est de là que nous pouvons découvrir des choses qu’il leur était impossible d’apercevoir. Notre vue a plus d’étendue, et, quoiqu’ils connussent aussi bien que nous tout ce qu’ils pouvaient remarquer de la nature, ils n’en connaissaient pas tant néanmoins, et nous voyons plus qu’eux. » C’est cette même idée, selon laquelle l’accumulation des connaissances au fil des âges nous rapproche au plus près de la vérité qui fait dire à Isaac Newton sa célèbre phrase, en 1676 : « Si j’ai vu plus loin, c’est en montant sur les épaules des géants ». On connaît le destin de la métaphore que l’on retrouve aujourd’hui sur la page d’accueil de google scholar, comme une nouvelle  inscription au fronton d’un temple du savoir numérique. De cette transmission mutualisée des savoirs où s’échafaudent de nouvelles connaissances, le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche a tout à gagner.

 

St Petersbourg. Pyramide humaine
St Petersbourg. Pyramide humaine  Flickr (CC BY 2.0)

 

C’est là aussi le sens de la toute récente convention de partenariat en faveur des archives ouvertes et de la plate-forme mutualisée HAL, signée le 2 avril dernier, car l’enjeu est bien, rappelons-le, de permettre aux chercheurs de « partager les résultats de leurs travaux sous forme numérique, et permettre leur réutilisation ; les diffuser immédiatement et gratuitement à la communauté scientifique internationale, ainsi qu’au grand public ». Démocratisation du savoir. Partage et réutilisation. Tout cela revient à « Partager, Remixer, Réutiliser — Légalement ! »selon la formule de Creative Commons France. C’est la construction d’une connaissance sans entrave qui s’échafaude, comme le proclame cette déclaration de l’IABD Pour une politique publique d’accès à la culture, à la connaissance et à l’information. L’ère du libre-accès ne fait pas que commencer. Nous sommes à un tournant. Car aujourd’hui, le discours sur l’O.A. n’est plus le seul fait de quelques chercheurs éclairés. Il s’inscrit désormais peu à peu dans les tables de la loi : les résultats de la recherche publique doivent être accessibles gratuitement. Cela devient une évidence autant partagée que le bon sens :  Il n’a pas anodin que ces questions d’accès ouvert aux résultats de la recherche fassent la une du Monde, et  que des tribunes comme I love open access appellent à signature. La disparité des initiatives, longtemps stigmatisée, gagne aujourd’hui en cohérence, grâce à la mutualisation des plates-formes. En France, la voix verte s’écrit désormais en trois lettres : HAL.

Alors, bien sûr, ici, en Auvergne, nous allons construire le portail HAL du PRES Clermont Université avant la fin 2013. Mais de nombreuses questions, voire quelques inquiétudes, se font jour ici et là dans les laboratoires.

D’un côté, nous avons deux universités aux disciplines bien différentes : A l’Université Blaise Pascal, les sciences dures et les sciences humaines. A l’Université d’Auvergne, des sciences plus appliquées : le droit, l’économie et la médecine.
C’est sans doute d’abord pour cette raison que HAL a d’abord décollé à l’UBP. Si les physiciens, les mathématiciens, avaient déjà l’habitude de partager le fruit de leur recherche, les chercheurs en SHS se sont eux plus récemment investis dans le dépôt de leur publications en ligne, grâce à l’impulsion des référents HAL des labos. Ces derniers se révèlent aussi plus prudents sur les questions juridiques liées au dépôt des articles. Le dépôt de la version auteur pose souvent question, et par déontologie, est souvent demandée aux éditeurs l’autorisation de déposer.
Côté UdA, dont nous avons créé récemment la collection HAL, seul un laboratoire dépose intensément : c’est le Centre d’Etudes et de Recherche sur le Développement International. Rien d’étonnant, tant les économistes partagent leur working papers. Rien d’étonnant non plus, les réticences des médecins et des juristes. Comme l’indique certaines études, et notamment cet article intitulé « Biologie/Médecine 2.0 »:état des lieux, « une grande partie des membres de la communauté scientifique ne souhaitent pas partager leurs données de recherche, d’une part, pour éviter de mettre à disposition des résultats parfois non concluants et, d’autre part, pour des problèmes de propriété intellectuelle et de confidentialité de résultats. »
Les questions posées au sujet de HAL rejoignent aussi les questions liées à l’évaluation. Si les listes générées de publications se révèlent très utiles à cet égard, de nombreuses questions sont posées sur l’interfaçage de HAL et GRAAL. Cette application nationale de gestion interne de la recherche développée par l’AMUE est utilisée par les deux universités. Si un interfaçage de cet outil a été initialement prévu avec HAL, comme le montre notamment notamment cette présentation faite par l »actuel DSI de l’UBP Laurent Pilet, nous devrons à l’avenir davantage collaborer avec les directions de la recherche des universités.
Il est toutefois essentiel de rappeler que HAL n’est pas un outil d’évaluation, mais de diffusion et de communication scientifique.
Mais dans un contexte international compétitif, où les classements des universités prennent une place prépondérante, les chercheurs,  éditeurs, et employeurs entrent dans la course au facteur d’impact.
Heureusement les études recensées sur le site opcit montrent qu’un article déposé sur une plate-forme d’archives ouvertes voit son impact considérablement augmenter. Et de nouveaux classements des universités, qui prennent aussi en compte l’impact du libre accès, se mettent en place, comme le Ranking web of Universities.
Au classement des archives ouvertes, HAL est au 6ème rang mondial, et le site web de l’Université Blaise Pascal au 45e rang en France. Concernant ce classement des sites web des universités,  le Cybermetrics labs à l’origine du classement précise que l’objectif n’est pas d’évaluer le design ou la qualité des contenus, mais de « promouvoir la présence des contenus scientifiques sur la toile, et de soutenir le mouvement du libre-accès, pour accroître de façon significative la diffusion des connaissances scientifiques et culturelles, des universités vers la société dans son ensemble. »
Côté voix dorée, nous travaillons aussi à la mise en ligne de revues en libre-accès sur la plate-forme revues.org. Et bientôt, sera notamment accessible, la revue Siècles du CHEC, grâce à la collaboration de ce laboratoire d’histoire avec les PUBP et la bibnum.
La libre accès en Auvergne a encore de beaux jours devant lui.

HAL : Et si on passait au portail ?

Cela fait maintenant presque un an que la collection HAL de l’Université Blaise Pascal est bien connue à l’Université. Grâce aux formations dispensées, et aux relais des laboratoires, le nombre de dépôts a considérablement augmenté : 2408 articles et bientôt 9011 notices aujourd’hui, soit un quart de publications de plus qu’en Février dernier.

Mais on aurait vraiment tort d’en rester là. Le pas en avant, le changement à accomplir, dès maintenant, ce serait apparemment, de la collection, passer au portail.

Portail de l’ancienne église Saint-Lô, par zigzagou 76 (CC BY 2.0) Flickr

D’abord, tout le monde le dit. Enfin, nos lecteurs les plus avisés, qui nous contactent, curieux, intrigués : « Mais enfin, pourquoi donc n’avez-vous pas de portail ? »
Comment se fait-il qu’une bibliothèque qui dessert l’ensemble des établissements du PRES Clermont Université ne dispose pas encore de portail HAL ? Retour sur la genèse d’un choix et les raisons d’une hésitation.

La collection, pour commencer, était opportune. Outil idéal pour valoriser les publications, la collection est souple et modulable, facile à créer et à administrer.

La première collection que nous avons mis en place fut la collection des thèses des Universités de Clermont, qui est aujourd’hui complétée de l’ensemble des thèses électroniques antérieures à STAR, soit 689 thèses. Cette collection mutualisant les thèses des deux universités auraient pu s’étendre aux autres établissements du PRES pour former l’embryon d’un portail réunissant l’ensemble de la production scientifique en accès-libre de Clermont Université. Mais l’idée n’était pas encore mûre, et des réticences s’annonçaient au sein de plusieurs établissements. C’est donc d’abord avec l’Université Blaise Pascal que la BCU a entrepris de collaborer pour développer une archive ouverte institutionnelle propre.
Nous avons donc commencé par une collaboration avec un laboratoire, le CHEC (Centre d’Histoire Espace et Culture) avec lequel la BCU a noué depuis lors de multiples et fructueux partenariats. Puis, par un effet boule de neige, d’autres laboratoires ont suivi, désireux d’avoir aussi sur HAL leur propre collection, leur propre vitrine scientifique en accès libre, en résonance avec leur site web. Nous avons alors amélioré la collection de l’Université Blaise Pascal, avec des liens vers les collections créées de chaque laboratoire.
Cette collection HAL de l’UBP nous donne satisfaction, dans la mesure, où, avec les formations dispensées, le nombre de dépôts a beaucoup augmenté. Il est assez aisé, pour les administrateurs, de corriger les erreurs qui se glissent subrepticement parfois au moment de la saisie des métadonnées par les chercheurs. Mais nous n’avons pas la main sur le référentiel des laboratoires. A chaque fois que nous devons créer une collection, en fusionnant par exemple plusieurs laboratoires, nous devons passer par le CCSD, avec qui nous avons par ailleurs des rapports très cordiaux. Avoir un portail nous rendrait à cet égard plus autonome.
La gestion du référentiel demeure donc une une différence fondamentale entre portail et collection. L’interface d’administration des portails HAL permet de plus facilement dédoublonner les autorités, corriger les erreurs, et donc d’assurer une meilleure qualité des données. De la même manière, comme toutes les données sont centralisées, la gestion des statistiques des portails est plus fine que celle des collections.

Une autre différence majeure réside dans l’interface des déposants. Le principe d’un portail, ce qui fait sa spécificité, c’est que les chercheurs y déposent directement leurs publications. Bien sûr, rien ne les empêche de passer par l’interface de dépôt générique de HAL. Mais la raison d’être d’un portail, c’est cette interface de dépôt, qui peut être paramétrable. Il est effectivement possible d’y ajouter des métadonnées spécifiques, internes à l’établissement. Et également de proposer aux chercheurs de déposer d’autres types de publications, qui ne sont pas pris en charge par la base de données HAL, par exemple des posters, des mémoires d’étudiants, ou des rapports de recherche, et d’étendre ainsi le spectre des types de publications déposées.

Autres différences, subsidiaires : le portail a une url qui constitue un véritable nom de domaine, plus facile à retenir. Et les possibilités graphiques, notamment sur la page d’accueil, sont considérablement élargies.

Autre avantage, et non des moindres, le portail renforce la dimension institutionnelle de la recherche.  Déposer dans le portail de l’institution, c’est pour le chercheur, indirectement, apporter sa pierre à l’édifice des connaissances disponibles en libre-accès au sein de son institution. De fait, les portails sont conçus pour les universités, les grandes écoles, les EPST. Quand on regarde la liste des portails  sur le site de HAL, à notre grande surprise, ne figure aucun portail de PRES, à l’exception de celui de ParisTech. L’idée nous a effleuré à Clermont de mettre en place un portail HAL pour le PRES Clermont Université, dans la mesure où la BCU est un service du PRES. Mais on voit bien le genre de réticences auxquelles on peut être confronté.
Pour qu’un tel portail puisse être conçu, il est nécessaire que le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur ait une forte identité scientifique, que les membres de toutes les institutions qui le composent lui reconnaissent une certaine légitimité, et adhèrent unanimement au sentiment d’appartenir à la même structure. La BCU étant un département du PRES, il serait tout à fait cohérent qu’elle mette en place un portail libellé Clermont Université. Cela s’inscrirait tout à fait dans les missions du PRES, dans la droite ligne d’une visibilité accrue du site universitaire clermontois. Et comme la production scientifique réalisée au sein de chaque établissement membre se doit d’être signée « Clermont Université », il serait logique que cette production soit rassemblée au sein d’un portail du même nom, dans une optique de mutualisation au service de la valorisation de la recherche.

Mais pour véritablement nourrir notre réflexion, nous devons également envisager les évolutions de HAL. Nous savons que le CCSD nous promet une nouvelle version pour le printemps 2013. La réunion des administrateurs de Juin dernier nous a permis d’entrevoir quelques unes de ces évolutions, dont cet article de Laurent Capelli nous donne aussi un  concis aperçu. Or, si la différence entre portail et collection demeurera effective au printemps prochain, il sera plus aisé d’accéder au référentiel des laboratoires. Tous les référentiels, qu’il s’agisse de référentiel de données d’autorité ou de laboratoire, seront en effet accessibles via une API autonome, « un accès unifié au référentiel de HAL » . Cette application permettra de mieux gérer les données. Les possibilités d’améliorer la qualité des données seront élargies, grâce à la possibilité d’éditer des listes de données « incohérentes » à corriger. Enfin, d’autre types de données, comme les vidéos, pourront être déposées.
La question de la nécessité d’un portail se doit d’être reposée à l’aune de ces évolutions majeures.
Une interface de dépôt unique pour l’ensemble des établissements du PRES serait-elle envisageable à l’avenir ? Il est sûr qu’un tel portail de Clermont Université renforcerait la visibilité du site, et renforcerait sans doute pour les chercheurs le sentiment d’appartenir au PRES. Un tel portail renforcerait sans doute aussi l’implication de la BCU dans la valorisation de la recherche clermontoise. De façon très concrète, nous pourrions établir un lien du site de la BCU à ces archives ouvertes institutionnelles.
Mais à l’heure actuelle, il est sans doute trop tôt pour envisager la construction d’un tel portail mutualisé. Les établissements du PRES doivent être bien sûr consultés à ce sujet.

Il est sans doute plus sage d’attendre l’émergence de la nouvelle version de HAL pour envisager à nouveau frais la question. Et d’ici là, continuer le travail de formation au dépôt au sein des laboratoires. Et convaincre aussi les chercheurs les plus réticents, pour que la voie verte s’impose dans le paysage universitaire auvergnat.

 

HAL à la BCU : Plus de dépôts pas à pas.

Le détournement de HAL

Bien avant que la bibnum ne prenne en charge la gestion des publications sur l’archive ouverte HAL, la formation des déposants, la création de collections spécifiques pour les laboratoires et pour les universités, les chercheurs des institutions du PRES clermontois s’étaient déjà emparés de HAL. Mais d’une manière détournée, comme me l’a indiqué au passage Monsieur Thierry Chanier, directeur du Laboratoire de Recherche sur le Langage et fervent défenseur du mouvement du libre accès. Mais que signifie ce détournement de HAL en Auvergne ? C’est simple, il suffit de jeter un coup d’œil rapide à la collection de l’Université Blaise Pascal en cours de construction, qui existait depuis longtemps déjà en sa plus simple et automatique extraction. Les chiffres parlent d’eux-même : à ce jour, on dénombre 1821 articles, et pas moins de 8355 notices. Cette proportion de notices apparaît faramineuse. Pourquoi tant de références bibliographiques sans articles associés ? HAL a bien été détourné de sa fonction première : donner intégralement accès aux publications des chercheurs en ligne, pour accélérer la communication scientifique directe, et proposer une alternative aux prix exorbitants des éditeurs commerciaux.

HAL à la BCU

A la BCU, l’enjeu est donc actuellement de faire de HAL l’archive ouverte institutionnelle de référence, et non pas seulement bibliographique. Que les doctorants, les enseignants, et les chercheurs des institutions du PRES y déposent leurs publications, et considèrent cet outil essentiellement comme un outil de partage, de diffusion et de valorisation de la recherche en train de se faire au sein des universités. Tout un programme, que nous avons décliné en plusieurs étapes.

D’abord les thèses. La bibnum a orchestré la mise en production de STAR pour le traitement des thèses électroniques, accessibles depuis HAL-TEL. Pour valoriser les thèses des deux universités clermontoises, nous avons réalisé la collection des Thèses des Universités Clermont I et II, en harmonie avec le site de la BCU, et sa rubrique thèse.

Deuxième étape : Inciter à la mise en ligne des publications dans HAL, et donner toutes les clés aux chercheurs pour un dépôt facilité.

Afin de mettre en mettre en place une stratégie d’incitation au dépôt dans HAL à l’échelle de l’Université Blaise Pascal, nous avons commencé à travailler à l’échelle d’un laboratoire. Le CHEC, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », fut ce laboratoire pilote.

On créa la collection HAL des publications du CHEC, afin d’encourager les chercheurs au dépôt. L’enjeu était aussi de faire prendre conscience aux chercheurs qu’en y déposant leur publications, ils participaient à la valorisation de la recherche au CHEC. Pour que les chercheurs s’approprient HAL comme leur outil commun, l’interface de la collection fut conçue en écho avec le site du labo.
Deux sessions  de formation au dépôt dans l’archive ouverte furent planifiés conjointement par la BCU et le CHEC, à destination de tous les doctorants et enseignants chercheurs du laboratoire. Cette campagne d’incitation au dépôt prit la forme d’une campagne de communication. Mailing à tous les membres du CHEC, annonce de la formation proposée sur le site web du labo. Cette pré-campagne dépassa les attentes escomptées. Le nombre d’inscrits fut tel qu’une troisième session de formation fut organisée.
Ces formations firent l’objet d’une préparation rigoureuse. L’enjeu était  de préparer les chercheurs au dépôts, mais aussi d’encadrer, dans une certaine mesure, la mise en ligne, afin d’établir une homogénéité formelle des publications en ligne du CHEC. A cette fin, et aussi pour contextualiser les dépôts, une fiche type fut créée, qui allait permettre aux chercheurs de renseigner les métadonnées essentielles, pour que ces informations figurent en première page des articles publiés dans la collection HAL du CHEC. Un manuel HAL  dédié au CHEC fut aussi co-rédigé. Pour la formation, on demanda aux chercheurs d’amener une  de leurs publications sur une clé USB. Cette formation se révéla essentiellement pratique. Après une présentation générale de HAL et des questions juridiques liées à la mise en ligne des articles, les chercheurs déposèrent donc directement leur publication. A l’issue de la formation, certains chercheurs décidèrent de déposer l’ensemble de leur publications en ligne. Cet enthousiasme et cette pratique nouvelle du dépôt fait émerger de nouvelles questions. Quid des anciennes publications éditées avant le traitement de texte informatique ? Il n’est pas toujours évident de disposer du fichier informatique de tels articles… La question reste ouverte, mais on envisage déjà des solutions d’océrisation.
Bilan : après la dernière séance qui eu lieu mardi dernier le nombre des publications de la collection du CHEC a doublé. Un succès manifeste, lié sans aucun doute à cette collaboration institutionnelle entre le labo et la bibliothèque. Voilà une expérience à renouveler avec les autres laboratoires de l’université.

Référente HAL de la BCU, j’envisage mon rôle de gestionnaire et de coordinatrice de l’archive ouverte institutionnelle HAL en étroite synergie avec les laboratoires et le Centre pour la Communication Scientifique Directe. Créer des collections, organiser des formations, mener des campagnes d’incitation, accompagner les chercheurs en proposant des outils et des méthodologies pour faciliter les dépôts, assurer une gestion rigoureuse des métadonnées. Telles sont ces missions croisées.
A la BCU, le travail ne fait que commencer. Un immense chantier en perspective. Il faut déblayer le terrain, dédoublonner et mettre à jour les « laboratoires connus de HAL »,  pour que l’archive ouverte épouse les mutations de la recherche à l’Université.
Arriverons-nous à donner à HAL son sens premier, pour qu’il donne accès à l’ensemble des publications de l’institution ? Arriverons-nous à enrayer l’usage détourné de HAL, à inverser la proportion des dépôts par rapport aux simples références bibliographiques ?
Le défi reste entier !

Expédition scientifique au Lac Pavin par une équipe du LMGE
Copyright Jerôme Pallé Université Blaise Pascal



Archives ouvertes institutionnelles : l’heure du choix va arriver

Les cinq prétendantes
Les cinq prétendantes retenues pour l’élection du 21ème titre de Reine d’Arles. Photo Ville d’Arles Patrick Mercier Source Flickr licence (CC BY-NC 2.0)

Mettre en place un dépôt d’archives ouvertes institutionnels pour le PRES de Clermont, y mettre en ligne d’abord les thèses, puis les autres publications des universités. Voilà ce qui est programmé de longue date.  Cet objectif est presque accompli. La décision officielle n’a pas encore été prise, mais voici résumé l’avis de la bibnum sur la question.

A commencer par une étude préalable, avec une dizaine de solutions envisagées : parmi elles, les  logiciels d’archives ouvertes mondialement connus: Eprints, Dspace, moins connus, Fedora, Invenio, l’incontournable plate-forme HAL, l’Outil de Référencement et d’Indexation pour un réseau de portail OAI-PMH (ORI-OAI), et même des GED libres, comme Nuxeo et Alfresco.
Ces logiciels ont été passés au crible des grilles comparatives, celle du PUL (aujourd’hui PRES de Lyon), celle de l’INSA de Lyon, leur documentation épluchée, des tests ont été réalisés, des formations suivies.
L’enjeu? Sélectionner les outils pour répondre aux mieux à nos attentes. Toute sélection suppose élimination, critères discriminants. Quels furent-ils?

Le premier critère est la compatibilité au protocole OAI-PMH. Pour les novices, j’explicite brièvement : Open Archive Initiative Protocol for Metadata Harvesting, protocole issu de l’Initiative pour les archives ouvertes garantissant le moissonnage des métadonnées. En deux mots, ce protocole permet l’échange des métadonnées d’une plate-forme d’archive ouverte à une autre. Il permet de récupérer le lien et les informations concernant une ressource numérique déposée sur une archive ouverte et décrite avec les normes ouvertes standards, comme le Dublin Core, depuis n’importe quel poste Internet, avec un moissonneur.
C’est l’interopérabilité des données, le prérequis essentiel sans lequel on n’est plus dans le domaine des archives ouvertes. Les GED libres, Nuxeo et Alfresco, sont donc passées à la trappe. Bien que très performantes, elles ont été d’abord conçues pour les entreprises pour garantir la confidentialité des données avec d’importants dispositifs de protection. On est loin de l’ouverture, de la philosophie du partage des données sous-tendue par l’Initiative des Archives Ouvertes.
Restaient les autres plate-formes d’archive ouverte. Les autres critères de sélection sont la simplicité d’utilisation pour les usagers, la faisabilité du projet, la solidité de la communauté d’utilisateurs, la conservation pérenne des données.
Fedora a l’avantage de pouvoir s’implémenter avec Drupal. Si l’architecture de cette plate-forme a quelques accointances avec le web sémantique et des potentialités intéressantes,  l’outil suppose des développement colossaux. Invenio propose plusieurs formats de métadonnées et peut s’articuler au SIGB. Simple d’utilisation, certes, mais trop peu répandu.
Il ne restait plus que quatre plate-formes : DSpace, Eprints, ORI-OAI et HAL.
E-Prints est un logiciel conformes à nos attentes, nous en avons eu la démonstration à Toulouse avec le bel exemple d’OATAO, mais son architecture modulaire suppose de  nombreux développements.
Après une formation sur les entrepôts et moissonneurs à Nice, Dspace nous a paru simple d’utilisation, facile à manier, et assez ergonomique.
On ne dira jamais assez de bien d’ORI-OAI. Utilisé par de nombreuses universités, cet outil a fait ses preuves et s’avère particulièrement pertinent pour la gestion et la valorisation des thèses, en prenant en compte le format TEF, les métadonnées des thèses françaises. Cet outil a permis d’exemplaires réalisations, à l’instar de Pétale en Lorraine.
Et puis HAL bien sur. Que peut-on lui reprocher? Son label CNRS ? Mais il est temps de cesser le clivage entre les institutions. Son côté hébergé ? Oui, mais quel hébergement avec archivage pérenne des données au CINES, on en sera que mieux loti.
Et puis,  la bibnum a orchestré la mise en production effective de STAR, qui a peu ou prou coïncidé avec le lancement du portail des thèses. Les thèses de Clermont-Ferrand, déposées dans STAR, du moins celles dont les auteurs ont autorisé la diffusion en ligne, sont par défaut devenues automatiquement visibles dans TEL (Thèses en ligne).  Alors pourquoi ne pas garder TEL ?
Quelque part sur un serveur de la bibliothèques sont stockées quelques cinq cents thèses électroniques antérieures à STAR, en attente de mise en ligne. Comment les rendre accessibles sur une plate-forme unifiée ? Puisqu’on utilise déjà TEL, pourquoi ne pas poursuivre dans cette voie et importer nos thèses antérieures à STAR dans cette archive ouverte ?
C’est simple, il est possible d’y importer des publications par lot avec un  fichier XML depuis n’importe quel compte utilisateur, à condition d’en demander l’autorisation au CCSD, ce qui nous a d’emblée été octroyé.
On peut ainsi y mettre en ligne l’ensemble des thèses électroniques d’Auvergne, en leur donnant une visibilité nationale, européenne et même mondiale. Recommandée par l’ANR et les instances officielles d’évaluation, cette plate-forme assure la conservation pérenne des données et améliore considérablement le référencement des publications dans les moteurs de recherche. Alors pourquoi se priver de HAL-TEL ? Créer une collection recensant l’ensemble des publications clermontoises et lui attribuer une interface graphique personnalisée en harmonie avec le site de la BCU valorisera la Bibliothèque comme institution autant que la recherche menée au sein du PRES Clermont Université.
Utiliser HAL et TEL implique peu de développement, juste une personnalisation de la charte graphique.
HAL-TEL s’impose pour plus de simplicité, de facilité d’utilisation, de visibilité, d’accessibilité, et de pérennité des données de la recherche.
Rien de tel que TEL pour valoriser les thèses clermontoises !