Télétravaux forcés

Balcons en enfilade… Photo par Phil Shirley (source FlickR) Licence Creative Commons, Attribution, pas d’utilisation commerciale, partage dans les mêmes conditions.

En période confinée, enfoncer quelques portes ouvertes à titre de défoulement ne me fera pas de mal. Ce sera aussi l’occasion d’un retour sur un moi(s) de travail confiné, et d’évoquer ce qui a été possible ou impossible, pour moi, dans ce laps de temps.

Respiration

Dans la foule, on s’isole difficilement.

Le télétravail ne s’est pas développé pour contenter des grincheux qui préfèrent rester chez eux en survêtement et prétendent mieux travailler comme ça, le collectiy trouve bien son compte. L’ours mal léché qui sommeille télétravaille un ou deux jours par semaine est non seulement très efficace ces jours-là, mais aussi moins grincheux et plus disponible les autres jours : grâce à la perspective réconfortante de son hibernation hebdomadaire, il va bravement de rendez-vous en réunionereportant les tâches qui exigent concentration et isolement. Idéalement, la part individuelle et collective du travail s’équilibrent comme les deux temps d’une respiration1 ; d’ailleurs beaucoup de professionnels alternent d’une façon ou d’une autre ces modalités dans le travail sur site. Ouvrir et fermer tour à tour la porte du bureau, s’installer deux heures dans un coin tranquille, alterner service public et bureau, travailler un jour par semaine dans un autre service ou se décréter injoignable une demi-journée par semaine sont des méthodes de « télétravail atténué » que j’ai vu fonctionner efficacement.

Notre assignation collective aux télétravaux forcés m’fourni un terrain expérimental que je n’aurais jamais exploré spontanément, parce qu’il faut tout de même être vicieux2 pour imaginer des circonstances où tout le monde est obligé de télétravailler tout le tempsLe Covid nous a servi, sur plateau aseptisé, une configuration improbable et très intéressante, mais où manque, précisément, cette alternance reconstituante qui donne son charme au télétravail.

Parmi les éléments qui affectent l’environnement de travail, je suis personnellement assez sensible à un premier facteur limitant dans ma capacité de concentrationfacteur assez répandu, dont la taille et l’effectif varie suivant les foyers (mais se trouve être relativement élevé dans le mien), et qui produit un nombre important d’interruptions de fréquence :

  • proportionnelle à l’effectif des individus
  • inversement proportionnelle à leur âge
  • étroitement corrélée aux tâches en cours (typiquement, beaucoup plus élevée quand elles relèvent du domaine scolaire que quand elles sont de type ludique ou audiovisuel)
  • exponentiellement croissante dans les créneaux horaires proches des repas.

Jme garde de déplorer la présence dans ma maison de personnes que j’ai contribué à faire venir au mondeet dont l’existence ajoute sens et saveur à la mienne. Jrelève seulement qu’il m’est beaucoup plus difficile de m’isoler pour travailler chez moi qu’au bureau, et je sais n’être pas seul dans ce cas. Inversement je suis conscient de bénéficier, grâce à mes enfants, d’une alternance forcée des activités qui contribue à mon délassement (si l’on considère, et j’en suis convaincuque changer de fatigue c’est se reposer).

Je tente un résumé résolument tautologique de ma perception : confinés, nous sommes passés d’une configuration à géométrie variable (être seuls/avec d’autres) à une configuration figée (dans mon cas, être avec d’autres en permanence ; d’autres sont seuls tout le temps), et je pense que cette monotonie constitue un défi pour la vie professionnelle (entre autres).

 Matériel

L’ouvrier sans outil a du mal à œuvrer

Sur le plan matériel, la répartition des ordinateurs portables disponibles dans les BU de Clermont s’est étalée sur presque tout le premier mois de confinement : des collègues ont mis du temps à trouver un rythme, à s’assurer qu’ils parvenaient réellement à travailler et à solliciter alors un peu de matériel supplémentaire. Tout ce qui était disponible a été graduellement distribué, et un saut qualitatif majeur a été franchi lorsque l’intégralité de nos dossiers de travail a été migrée vers le « drive » de l’Université : techniquement, tout collègue connecté peut télétravailler. Cette amélioration n’est pas seulement inappréciable, elle est aussi heureusement irréversible !

Elle ne résout pas tout, car au point de vue domestique, la répartition de la ressource informatique est un jeu mathématique amusant. Dans le cas que je connais le mieux, huit utilisateurs dont six réguliers, ayant parfois des obligations dans des créneaux fixés par le monde extérieur (visio du prof, tentative de réunion en ligne, etc.) partagent un ordinateur fixe et trois portables, dont deux fournis par les employeurs, avec trois systèmes d’exploitation différents (Linux, Windows, Apple), sachant que l’utilisation de certains outils un peu frustes (vous connaissez WinIBW pour Linux ?) implique parfois un système précis pour fonctionner de façon optimale, voire pour fonctionner tout court. L’allocation de ces ressources peut être créatrice d’amusants petits problèmes. Par exemple, la webconf’ de 10h00 doit se tenir avec la connexion filaire pour être potable, donc dans le bureau (jusqu’ici tout va bien), mais elle utilise Teams, donc le portable Windows est nettement préférable3. En résumé, le prof de philo immobilise la pièce la mieux isolée, neutralise l’ordinateur fixe Linux déconnecté et mobilise un des portables, sur lequel il m’oblige à installer un truc Microsoft de plus. Autant dire qu’il a intérêt à traiter de sujets totalement essentiels, et à être vachement captivant4.

Au-delà de l’immense plaisir qu’il y a à raconter sa vie sur le web, je fais état de ces mésaventures parce que je les crois très banales. Je considère mon foyer comme correctement doté en matériel et en réseau. Nos tracas quotidiens valident simplement, par le contre-exemple, la condition de base de faisabilité du télétravail : un environnement de travail ergonomique, bien identifié et bien équipé.

Portes ouvertes en enfilade ; Photo prise par Kevin Friery (Source FlickR). Licence Creative Commons, Attribution, pas d’utilisation commerciale

Ce qui marche à moitié, à demi, pas du tout

Avec un mois de recul, tout de même, et d’après mes échanges socialement distanciés avec mes collègues, beaucoup de travaux qui exigent un peu de concentration se sont avérés assez compatibleavec le confinement : lecture, réflexion, écriture ; réflexion sur la recotation de fonds et l’organisation des collections, prévisions de commandes d’ouvrages ; préparation voire tenue des entretiens annuels, travail sur la qualité des données ; et bien sûr l’incontournable veille professionnelle5. L’efficacité peut même être étonnante, et certains jours les ouvrages anciens que j’ai emportés chez moi pour occuper le temps confiné transitent à un rythme réconfortant du carton « à traiter » vers celui des « signalés, à ranger ».

La gestion de dossiers nécessitant le va-et-vient entre plusieurs outils m’a paru nettement moins facile dans mon environnement mouvant : vagabonder entre messagerie électronique, bureautique et imprimante est épuisant quand tout n’est pas au même endroit, et je m’aperçois là encore que je bénéficie au bureau d’un outillage à ma main, dont l’ergonomie n’est pas aisément reconstituée ailleurs. Par exemple, j’ai entamé le confinement par un message de rappel à des docteurs pour le dépôt de leur thèse, mais la gestion des fichiers que j’ai reçus en réponse s’est révélée très usante : je n’ai qu’un seul écran au lieu de deux, télécharger un fichier lourd me prend cinq fois plus de temps, le copie d’un dossier à l’autre aussi, etc.

Quelques activités en lien avec nos utilisateurs restent praticables : les réseaux sociaux prospèrent, les questions posées sur nos guichets numériques reçoivent deréponsesla fourniture de documentation électronique se poursuitLe numérique qui fonctionnait déjà bien fonctionne toujours, c’est rassurant6. Mais le point commun à tous ces travaux est de n’exiger pratiquement aucun échange direct ni, surtout, collectif (et sans doute aussi, malheureusement, d’être pour la majorité des étudiants d’un secours dérisoire). Celles de mes collègues qui se sont attelées à la corrections de bibliographies étudiantes, parfois sans imprimante ni scanner, forcent mon admiration. Après quelques tâtonnements et essais d’échanges par voie numérique, certaines onpris des rendez-vous téléphoniques avec les étudiants pour discuter de leur travail.

En revanche je peux dire nettement, au bout d’un mois, que je ne crois plus aux TCC (télétravaux collectifs confinés)… Toutes les réunions ou tentatives de réunion, quel que soit le logiciel utilisé (cinq ou six ont été testés en un mois par l’un ou l’autre membre de la maisonnée)m’ont paru exiger temps, énergie, moyens et attention à dose massive, pour des résultats décevants. Je vais un peu plus loin : même si je ne suis pas insensible à la cohésion paradoxale qui se révèle à la faveur des isolements personnels, ni aux manifestations de solidarité à l’intérieur des équipes, pour ce qui est de travailler ensemble, je ne vois pas clairement ce que nous arrivons à sauver, à part la répartition pragmatique des tâches en fonction des possibilités de chacun, ce qui n’est déjà pas si mal. Vue de ma fenêtre, l’expérience illustre mieux les limites infranchissables que les possibilités libératrices de l’outil numérique comme moyen de travailler en groupe.

Se réunir de loin n’est pas des plus aisés

Je ne suis ni technophobe, ni rétif à la visioconférence. Je l’ai souvent et volontiers utilisédepuis mon bureau à l’université, avec de bons résultats. Mais quand j’essaie depuis chez moi de discuter avec d’autres depuis chez eux, je mesure la grande qualité de mon matériel professionnel. Lors de toutes mes tentatives de réunion depuis un mois, sans exception, au moins un des participants a rencontré un problème technique gênant l’échange (j’ai moi-même été ce participant une ou deux fois). Il est arrivé que les réglages absorbent entièrement le créneau prévu pour la discussion. Il m’est aussi arrivé qu’une réunion en visioconférence se passe à peu près bien, mais si je ne peux pas être raisonnablement certain que ce sera le cas, il m’est impossible de tabler dessus pour travailler, d’autant que le collectif avance par définition au rythme du plus lentAjoutons les petits inconforts propres à la visio : je dois choisir de regarder mes interlocuteurs en ayant l’air de les ignorer, ou de paraître les regarder alors que je ne les vois pas ; j’ai l’impression de parler du fond d’une piscine, vide ou pleine selon les moments ; je me vois dans la glace au milieu de la réunion… Bref la visioconférence m’est souvent apparu au mieux comme un échec sauvé plutôt que comme un succédané.

Je préfère les moyens qui s’affranchissent carrément de la pseudo-présence : l’entretien téléphonique pour le bilatéral, le tchat pour le collectif. Je ne suis pas certain que le tchat puisse vraiment servir à travailler, mais il est utile pour échanger les nouvelles et les petites informations factuelles. Et surtout, il n’est pas frustrant… Quand je suis saturé d’expérimentations ambitieuses et ratées, lsolidité sans prétention de la basse technologie me repose et me réconforte.

Retour sur un moi confiné

Ma propre compagnie me confronte à moi-même

De façon prévisible, après un mois passé à mon propre contact, je suis plutôt conforté dans mes opinions sur moi-même et mes semblables :

  • Je ne travaille bien que si je fais des choix : cloué chez moi et ne pouvant tout concilier, ce qui pourrait être fait dépassant dix fois le temps disponible, le danger de l’affairement désœuvré devant la boîte mail et les 87 sites web qui ont un lien plus ou moins crédible avec ma vie professionnelle est décuplé. Ce que j’ai une chance de parvenir à faire, c’est ce que j’ai planifié le plus fermement. Le reste, que j’avais l’intention de faire, glisse irrésistiblement d’un jour à l’autre, sous la douce pression des circonstances.

  • J’économistemps et frustration dès que jrenoncà déplorer que mes conditions de travail ne soient pas comme au bureauet que j’ajuste ce que je prévois de faire à ce qui est techniquement à ma portée. Avec un réseau moyen, on ne fait pas une visio. En revanche, avec un téléphone on peut faire un entretien professionnel ; avec des livres et un ordinateur portable, on peut cataloguer (et même en tirer satisfaction).

  • En laissant chacun jauger sa propre situation, et en restant attentif à fournir aux collègues juste l’aide qu’ils demandent, je suis impressionné par l’énergie que je vois se déployer et par ses résultats.

S’il existe un palmarès des portes les plus ouvertes enfoncées en 2020, ce billet est promis à un brillant avenir. Il n’y manque plus l’ immanquable conclusion que l’avisé lecteur aura sans doute formulé plusieurs fois de lui-même, s’il est arrivé jusqu’ici :

Je suis mieux riche et sain que pauvre et maladif.

Portes ouvertes en tous sens… (Photo de John Mason, Glasgow University, source FlickR ; licence Creative Commons, Attribution)
  1. Je ne vais pas filer trop longuement cette métaphore, elle peut vite devenir trrèès loouurde, et ce n’est vraiment pas le moment d’en rajouter dans ce registre: à force de brasser on n’aboutit qu’au vide. []
  2. De source médicale, il semblerait précisément que les virus couronnés soient vicieux. []
  3. J’ai fini par réussir à installer Teams sur mon ordinateur Linux, mais je n’en ai pas encore testé l’utilisation, et je suis encore vaguement inquiet, d’abord faute de recul, ensuite parce que j’ai eu peu d’expériences durablement réussies avec les outils Microsoft. []
  4. Je peux le flatter ici car il ne me lira jamais : il s’en sort très bien. []
  5. À supposer que le vagabondage agacé sur Touitteur puisse porter ce nom, ma veille professionnelle n’a jamais été aussi intense que pendant la première semaine de confinement. []
  6. Et il faut mentionner, pour le saluer, le geste de très nombreux éditeurs qui ont ouvert largement les accès à leur documentation, et le travail des collègues qui ont rendu ces accès opérationnels! []

Confimanagement

Fin de troisième semaine… Il est tentant de faire un petit retour sur « le confinement vu de ma fenêtre ». En l’occurrence, je vais commencer par la fenêtre de l’encadrement.

Mais non, pas par l’encadrement de la fenêtre, voyons, suivez un peu: je tente une métaphore aussi audacieuse qu’originale évoquant le point de vue du cadre sur son activité d’encadrement ; certes, il se trouve que par discipline, j’exerce et observe actuellement cette activité depuis un point de vue – une fenêtre, si l’on veut – situé à domicile. En d’autres termes, j’ouvre une fenêtre sur mon encadrement depuis l’encadrement de ma fenêtre. Est-ce clair ?1

Les décisions de fermeture des services puis de confinement s’étant enchaînées à un rythme très rapide2, l’activité d’animation des équipes s’est instantanément dé-formalisée, si je peux risquer ce néologisme. La première mesure a consisté à faire le tour des uns et des autres, avec les moyens du bord et en recoupant les informations disponibles ici et là (Qui a le numéro perso d’un tel ? Savez-vous pourquoi telle collègue ne répond pas aux messages ? etc.), pour vérifier qui avait la possibilité matérielle de travailler. Au bout de deux semaines, je ne sais pas si l’on peut estimer qu’un rythme de croisière a été atteint. En revanche, ce qui est apparu après quelques jours, c’est que spontanément les collègues cherchaient à avoir des nouvelles les uns des autres, et vérifient comment chacun supporte le confinement, voire trouvent des moyens de reconstituer fugitivement une vie collective.
Dans mon service, une collègue mal pourvue en réseau a proposé un rendez-vous « tchat » utilisant l’outil de l’Université (Rocket). Cet outil avait été testé en 2019, mais sans suite à l’époque, car il n’avait pas tellement d’intérêt pour un service qui pouvait facilement échanger de visu, presque en permanence. Cette fois, sa faible demande en bande passante est un atout évident, et la proposition a rencontré une bonne adhésion de l’équipe. La conversation qui a eu lieu la semaine dernière était complètement décousue, comme le sont souvent les tchats collectifs, mais elle a très efficacement fourni un moment de proximité et de convivialité à une grosse moitié de l’équipe et il a tout naturellement été décidé de réitérer l’expérience, sur un rythme hebdomadaire. Ce qui est intéressant, c’est que la proposition s’est calée sur le créneau habituel du « point info » hebdomadaire du service, et que le rendez-vous en ligne a duré à peu près le même temps (une grosse demi-heure le mardi matin). En revanche, les échanges ont nettement plus porté sur la gastronomie confinée3 que sur la politique de régulation en salle de lecture ou sur les difficultés de connexion au guichet numérique4. Mais après tout, ce point info a été instauré pour discuter des enjeux du quotidien, et pour servir la cohésion de l’équipe. Nous sommes donc en plein dans le sujet.
Au-delà de l’enjeu relationnel, je considère en général que le management se donne pour principal objectif de faciliter, à tous points de vue, le travail de chacun de ses membres ; cet objectif change évidemment de moyens en temps de télétravail confiné ; et revoit fortement ses ambitions à la baisse, soyons honnêtes. En l’occurrence il s’agit, pour l’essentiel, d’optimiser les conditions de travail de collègues qui sont consignés chez eux de façon imprévue. Cela passe essentiellement par deux moyens :

  1. opérer des transferts de documents depuis l’intranet de l’université vers le drive, accessible partout et tout le temps, pour que les tâches dématérialisées restent possibles ;
  2. puis, lorsque c’est compatible avec les exigences de la sécurité, faire passer un peu de matériel (informatique ou documentaire) aux membres de l’équipe qui sont à proximité.

Sur le premier point la semaine qui vient de s’écouler a permis un pas de géant, puisque les partages internes de travail, contenant tous les documents courants de la vie des services, sont synchronisés depuis le 1er avril et rendus disponibles via le drive de l’Université. C’est une large fenêtre de travail qui vient de s’ouvrir !

L’approvisionnement en matériel est nettement plus délicat. En fait, seuls les collègues les plus proches, ceux qui ont eu le temps de faire le déplacement ou se sont manifestés à temps, on pu recevoir du matériel informatique ou éventuellement de la documentation. Ce point peut encore, éventuellement, être corrigé dans les semaines à venir, avec toutes les précautions nécessaires, mais il demande évidemment une certaine organisation.

Reste une partie implicite mais à mes yeux très importante, la nécessité d’équilibrer l’aide fournie à ceux qui ont la possibilité de travailler, et la modération dans les demandes qui leur sont adressées. Cette modération se nourrit de mon expérience personnelle : travailler à domicile est pour moi beaucoup plus difficile qu’au bureau (il y a matière à autre un billet entier là-dessus, donc je ne développe pas : le confinement n’est pas terminé, il faut garder quelques fenêtres pour les semaines à venir).

Par conséquent, si moi, qui suis placé dans des conditions plutôt favorables (j’ai du du matériel informatique correct et un débit de réseau acceptable ; je suis éventuellement autorisé à me déplacer jusqu’à l’université ; beaucoup de mes tâches peuvent être réalisées à distance ou en solitaire), je rencontre des difficultés de matériel, d’organisation et des problèmes de dos, je dois supposer que les problèmes rencontrés par mes collègues sont égaux ou supérieurs aux miens, et insister régulièrement sur la nécessité pour chacun de consacrer au travail le temps qu’il peut raisonnablement lui dédier sans mettre en péril son équilibre personnel ou familial, ou sa bonne santé. Ici comme ailleurs, nécessité fait loi. L’image illustrant ce billet traduit donc, non pas le discours que j’essaie de faire passer, mais celui contre lequel j’essaie de me prémunir, et de préserver mes collègues.

Photo par « H is for home », source FlickR. Licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale.
  1. Si oui, mes compliments ; sinon, détendez-vous le dos, munissez-vous de votre attestation, allez faire une demi-heure d’exercice physique indispensable dans le proche voisinage pour vous aérer, et reprenez la lecture ensuite en sautant ce paragraphe. []
  2. Pour rappeler brièvement la chronologie : le vendredi 13 mars, après l’allocution présidentielle, nous avions conclu que les services allaient fermer au public mais que le travail interne se poursuivrait. Chacun est donc rentré chez lui « pour le week-end ». C’est le samedi ou le dimanche que consigne a été donnée aux professionnels de rester chez eux, et le lundi, seule l’équipe de direction s’est réunie. La… fenêtre ouverte pour que les uns ou les autres viennent chercher du matériel a donc été étroite. []
  3. Occasion unique de caser le diction du mois : Jamais confit ne ment. []
  4. Pour être tout à fait honnête, ces difficultés avaient fait l’objet d’une bonne douzaine de courriels la semaine précédente, il était donc rassurant qu’elles ne soient plus à l’ordre du jour. []

Du télétravail en BU en temps de crise

Le télétravail, c’est d’abord du travail, c’est-à-dire qu’il s’agit d’ « une activité individuelle ou collective, intentionnelle et non instinctive, s’exerçant sur la nature à travers une succession d’opérations » (Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, PUF). Ce travail s’élabore dans un temps spécifique (asynchrone et synchrone) conditionné par l’outil technologique et dans un espace particulier (généralement l’espace domestique).

A en croire une enquête Malakoff Médéric diligentée en février 2019, près de 30% des salariés travailleraient sur le mode du télétravail, de manière occasionnelle ou régulière. Le phénomène prend effectivement de l’ampleur. Nul doute qu’avec les mouvements sociaux, il ait pris un nouvel essor. Janique Soulié (Laboratoire ClerMa de l’UCA) a dressé une liste de 6 points clefs à suivre pour les Responsables d’équipe, afin de mener à bien une œuvre collective : c’est la règle des 6 C (Cadre ; Communication ; Confiance ; Contrôle ; Cohésion d’équipe ; Collègues non-télétravailleurs). Bien évidemment, cela ne prend tout d’abord son sens que par rapport à un projet bien déterminé et à une stratégie mûrie ; cela suppose ensuite un contexte favorable ; il n’est possible, enfin, de mettre cela pleinement en place qu’avec des collègues motivés et volontaires.

1. La notion de télétravail telle qu’elle était envisagée avant la crise à l’UCA

Il se trouve que c’était un sujet d’actualité à l’UCA.

– La notion de télétravail a naguère fait l’objet d’une discussion et d’un cadrage au sein de l’Université Clermont-Auvergne (Délibération CA 2019-06 du 28 juin 2019). Elle s’appuie sur des textes législatifs et réglementaires bien connus maintenant et publiés entre 2012 et 2017.
– Elle entre bien dans une stratégie qui veut concilier les intérêts du Service public et la prise en compte des risques psycho-sociaux
– Elle n’est applicable qu’aux métiers qui s’y prêtent : cadres instruisant des dossiers, chargés de missions, collègues essentiellement chargés de chaînes de traitement numérique (DUMAS, annales d’examen, voire gestion administrative qui ne nécessite pas de présence physique) … Les métiers d’accueil avaient été délibérément exclus du dispositif.

– A la BU de l’UCA, 3 personnes ont fait une demande en la matière. Et c’est en toute logique que ces demandes émanent des services transversaux que sont la Bibliothèque numérique et la Direction. Deux d’entre elles sont des collègues très spécialisées, travaillant « dans les nues », puisque spécialistes d’Alma (entre autres choses ; Alma est un SIGB en mode SaaS) et la troisième gère la communication et la scénographie à la BU. Les demandes portent sur 1 jour par semaine s’agissant des deux premières et de 2 jours par semaine s’agissant de la troisième.
Il est à noter –j’y insiste- que les 3 personnes en question joignent à une haute technicité une aisance relationnelle certaine, qui font qu’elles conçoivent ce moment de télétravail comme un temps de concentration maximale pour gérer au mieux leurs tâches.
Il faut dire, enfin, que quelques cadres (le Directeur adjoint, le Responsable administratif, moi-même…), pratiquons le mélange des genres sciemment, pour terminer ce qu’il faut terminer, sans cadre puisque ce travail s’effectue à des moments normalement voués au repos. L’ENT est alors notre instrument de travail. Je tiens à dire que l’UCA entend lutter contre cette tendance, qui résulte d’une certaine dose d’indifférenciation entre les différentes fonctions (j’y reviendrai plus bas).
C’est dans ce contexte que la crise du COVID 19 nous astreint à un confinement et qu’il faut imaginer de faire travailler 110 personnes dont 107 n’étaient pas volontaires (100 si on excepte les cadres qui pratiquent de facto le télétravail « sauvage » non recommandé).

2. Les conditions externes

Pour imaginer que le télétravail domestique soit généralisé, il faut examiner les conditions externes qui doivent prévaloir. Elles sont de quatre types :

>avoir du débit chez soi. Nous sommes en Auvergne et mes collègues n’habitent pas tous dans une métropole bien irriguée en la matière ; en outre, sur la métropole clermontoise, le réseau peut à certains moments « ramer » (Ah ! Les ravages de Netflix…)

>avoir des outils à la hauteur de l’enjeu. C’est le point fort des universités, incontestablement. Nous avons une équipe technique, avec de nombreux ingénieurs compétents et réactifs. Et l’ENT universitaire est autrement plus costaud que l’ENT académique…

>avoir le matériel sécurisé fourni. Hormis les services de type Alma (Saas), les SI « régaliens » comme la brique RH ou la brique financière sont à préserver absolument de toute attaque. J’ai personnellement demandé deux PC portables sécurisés pour le service : le traitement de la demande est en cours.

>gérer le problème du déplacement. Pour l’instant, je suis le seul à être habilité à me déplacer. Je vais faire la demande aussi pour mon adjoint. Inutile de dire que je ne vais pas faire la navette en Auvergne pour desservir en matériel informatique les collègues : le confinement décrété hier 16 mars me l’interdit.

Ces problèmes ne sont donc pas minces. Restent à considérer maintenant la situation des agents.

3. Les conditions internes

Comme nous l’avons vu, les personnels concernés par le télétravail en temps normal sont des collègues qui ne sont pas tributaires de l’activité physique des BU (public, réception des commandes, gestion du matériel informatique, bans de numérisation…). Quand bien même les autres seraient intéressés par le télétravail en temps de crise, il leur faudrait avoir en tête les points suivants.

 

>avoir une grande capacité à jongler avec le numérique. Nécessairement.
La vie moderne cependant le requiert. Et ce n’est pas tant l’aspect technique qui m’importe ici que la fusion des différentes identités qui nous composent : identité intime (correspondance numérique, réseaux sociaux personnels) ; identité associative et/ou militante ; identité professionnelle. Il est demandé en l’occurrence de savoir très vite passer de l’une à l’autre, en adoptant immédiatement le ton qui sied.

>avoir un écran disponible.
C’est l’aspect économique et social que je veux convoquer ici. Dans certains foyers, chacun a un véritable écran, ce qui permet à tous les occupants d’un appartement ou d’une maison de pouvoir gérer au mieux ses impératifs. D’autres n’ont pas cette chance. Car, avec la fermeture des écoles, universités, usines, commerces…, il faut trouver une organisation domestique pratique, tout en ne négligeant pas les interactions sociales à distance, cruciales pour ne pas se sentir isolés.

>avoir du temps et de l’espace.
En temps de crise, faire ses courses prend deux fois plus de temps. Pour peu que l’on ait charge de famille, l’organisation domestique, le suivi des devoirs accaparent encore un peu plus. Cette question du temps –un temps bien calibré et à vocation purement professionnelle- est cruciale. Je n’aurais garde d’oublier la question spatiale : si la cuisine-séjour fait également bureau pour toute la famille, la gestion des moments consacrés au travail sera rendue plus ardue.

4. Et pourtant…

Et pourtant, la gestion volontairement décentralisée de la BU de l’UCA montre en ce moment de crise sa résistance : presque toutes les BU ont un compte social propre, ce qui leur permet et de partager les publications du compte générique « BU UCA » et de créer leurs actualités pour demeurer en contact.

Autre point intéressant, les initiatives au sein de chaque BU pour maintenir le contact : Tel pense à voir ses collègues de Santé par Skype, telle autre invite ses collègues de Sciences à faire des propositions et donc les implique dans l’organisation à venir. Je cite un de ses messages :
« Je vous propose d’occuper cette première semaine de confinement en réfléchissant à une façon de garder le lien au sein de l’équipe : lien professionnel ou non. Dans notre quotidien à la BU, vous êtes nombreux à faire part de vos idées ou remarques. Aussi, dans ce contexte, je compte particulièrement sur vos diverses propositions et riches idées pour maintenir le lien entre nous ! Pour ceux qui le souhaitent, vous pouvez donner des idées quelles qu’elles soient sur ce document collaboratif en ligne ou par mail ». Tel autre indique vouloir faire un travail d’indexation intellectuel de ressources en ligne. D’autres veulent faire du travail qualité sous Winibw…

Enfin, un certain nombre de collègues ont pris soin de venir chercher des dossiers ou du matériel pour vaille que vaille continuer à répondre aux enseignants, aux étudiants et aux services centraux. D’autres, à distance, assurent la continuité des services numériques.

En conclusion, il n’est pas inintéressant de reprendre les points avancés par Janique Soulié dans son article. Il n’est pas possible d’avoir des obligations de résultats, au regard des obligations de moyens qui incombent à l’Etat. Ceci étant dit, par la Confiance, la Communication et la Cohésion d’équipe, nous espérons faire au mieux et inclure celles et ceux (quelle que soit leur catégorie A, B, C) qui veulent et peuvent être utiles. Les autres, légitimement, seront en Autorisation spéciale d’absence, s’ils ne sont pas souffrants.

La parole est aux usagers via notre guichet unique OTRS, que nous mettons en avant en ces temps de crise…