La formation des doctorants côté bibliothèque numérique, aperçu et évolution

Classe d’écoliers en Pologne – ECHR blog – Antoine Buyse

La BCU développe la formation des utilisateurs de trois manières :

  • en intégrant les enseignements aux cursus disciplinaires, notamment en partenariat avec les UFR de Staps et de Sciences et Techniques – ce qui donne lieu à évaluation et prise en compte d’une note sur les bulletins des étudiants ;

  • en intégrant le parcours de pré-rentrée des première année de Licence ;

  • et, pour le cas qui nous intéresse, en proposant un module parmi ceux à choisir pour valider le cursus de doctorat – les étudiants doivent sélectionner trois modules au choix par an à suivre.

Dans le cadre de la formation des doctorants, la BCU s’est insérée dans les modules proposés par le collège doctoral, qui réunit l’ensemble des écoles doctorales et étudiants des deux universités au sein du PRES Clermont Université. A ce titre, la bibliothèque cherche à toucher une frange élargie des jeunes chercheurs.

Le principe est le suivant : deux jours par module, soit environ 15h d’intervention, où se succèdent plusieurs collègues selon le contenu des présentations : contexte général de la thèse et de la recherche (ANR, AERES, classements internationaux, rentabilité, publications, etc.), archives ouvertes avec HAL et TEL comme exemples, les droits d’auteur, le stylage de la thèse et dépôt électronique, les références bibliographiques, Zotero et les outils de recherche en ligne et grandes ressources électroniques par discipline.

Au sein de la formation prodiguée par les bibliothécaires, la bibliothèque numérique prend en charge une heure d’atelier sur la feuille de style et le dépôt électronique. Il s’agit d’expliquer dans les grandes lignes les modalités de dépôt et montrer aux doctorants la feuille de style qui leur est proposée sous Word et OpenOffice, avec les manipulations principales à connaître.

Premiers retours des étudiants : les besoins sont très diversifiés, pour ne pas dire disparates. C’est qu’en effet le collège doctoral propose les modules à tous les doctorants et les inscriptions sont indifférenciées, qu’ils soient en première, deuxième ou troisième année, en sciences humaines ou en santé, en droit ou en sciences dures.

L’inadéquation est creusée également selon le contenu présenté par les professionnels : alors que la bibliographie semble peu utile pour une partie d’entre eux – excepté en début de première année –, Zotero et le droit d’auteur sont plébiscités, mais là encore, pas par tous.

Pour ce qui est de la feuille de style, le fossé se situe dans les pratiques entre les doctorants en sciences dures et les autres. Les premiers utilisent LaTeX, qui permet une mise en page et un stylage plus élaborés que la feuille de style attachée à Word ou OpenOffice, et la BCU ne présente pas ce logiciel (les étudiants ont d’ailleurs déjà de solides connaissances avant de commencer leur thèse, ce qui rend inutile la présentation de LaTeX). Les seconds ont souvent peu de connaissances concernant le stylage, même s’ils ont tous effectué un mémoire de master 2 auparavant.

A partir de cette expérience, la bibnum s’est demandée ce qu’elle pouvait apporter en plus à la formation des utilisateurs, ou FUT pour les intimes. Toujours prête à nouer des liens avec les autres services universitaires, elle s’est rapprochée de CréaTICE, centre de ressources, d’expérimentation et d’accompagnement pour la création de contenus pédagogiques numériques. Il s’agit de penser la formation documentaire et ses corollaires au niveau virtuel, en créant des contenus pédagogiques sous format vidéo, pour dépasser le tutoriel PDF et compléter les interventions orales face aux étudiants.

Un tutoriel vidéo ne remplace pas une explication sur support papier ou PDF, ni une intervention orale. L’enjeu d’une démonstration audiovisuelle est d’ordre pratique et très précis : on montre une manipulation spécifique, on fait un choix de préférence dans les différentes solutions permettant d’arriver au même résultat car on est limité dans le temps (pour un impact maximal, les vidéos ne doivent pas durer plus de 2 à 4 minutes). Un support textuel permet, quant à lui, d’exposer plusieurs cheminements possibles, de décomposer le processus de recherche.

Comment obtenir ces tutoriels vidéo ? CréaTICE dispose de matériel et d’équipements intéressants pour la réalisation de ceux-ci : outre le logiciel de base proposé par Mac, l’équipe dispose de Camtasia, également utilisé par le webdesign librarian Lee Wang à la Yale school of medicine (un exemple ici), et de Captivate. Ce dernier nécessite une prise en main plus approfondie car il est plus complexe d’utilisation et plus lourd à mettre en œuvre, notamment pour ce qui concerne la post-production.

A ces logiciels s’ajoute également la possibilité de dynamiser ses prises vidéo grâce à un TBI, aka Tableau Blanc Interactif. Au lieu d’effectuer les manipulations et de parler assis devant un ordinateur, l’intervenant évolue debout devant un tableau sur lequel est vidéoprojeté l’écran. Le stylet permet un fonctionnement semblable à une table graphique qui serait placée à la verticale : le fait de pointer sur le tableau agit comme si l’on cliquait à l’aide d’une souris.

Les tutoriels vidéo vont venir enrichir les plateformes d’enseignements liées aux ENT des universités, ce qui permet potentiellement, par ce nouveau moyen de diffusion, d’atteindre le public étudiant.

Panoramix – Astérix et Obélix – Goscinny et Uderzo copyright

Mais pour l’heure, on fait un casting de voix dans le service pour savoir qui enchantera de son timbre mélodieux les oreilles des étudiants…

Projet 2012 : pourquoi pas nous ?

Je suis mécontent.

Quand on interroge « projet 2012 » dans le formulaire de recherche du moteur que l’on ne cite plus, on ne trouve pas le projet de la bibnum. Ce moteur est vraiment mal conçu, ou mal renseigné. Car la bibnum a des tombereaux de projets pour l’année à venir, de quoi nourrir un quinquennat  quinquennal. Qui plus est, ils sont plutôt moins coûteux que ceux des partis candidats au gouvernement, et je gage, sans avoir approfondi la question (Ttttt… devoir de réserve!), que leur faisabilité n’est pas moindre.

Jyhem, Oui oui non non (Creative Commons, paternité, pas d’utilisation commerciale ; source FlickR)

La lecture in-extenso de notre « projet de service » serait de nature à faire déserter ce blog pour 6 mois ; les collègues m’en voudraient, ainsi que les lecteurs d’ailleurs, dont la plupart ont sans nul doute déjà produit ou absorbé une bonne lampée de « projets 2012 » pour leur propre compte. Puisque l’on fait ici dans la distillation, quelques gouttes de quinquina(l) suffiront aux connaisseurs.

Une politique documentaire véritablement politique et profondément documentaire

Côté contenus, les jérémiades budgétaires, comme tous les lieux communs, étant aussi fastidieuses à écrire qu’à lire, je coupe court : 2012 sera une année qualitative. Réduit en slogan, ça donnerait quelque chose d’intermédiaire entre dépenser pas trop plus pour acquérir pas trop moins et acquérir moins mais consulter mieux.
Mais surtout, en politique documentaire comme en politique économique les enjeux sont situés autant et plus au-dehors qu’au-dedans. Mutatis mutandis, notre construction européenne à nous (Tttt… devoir de réserve !) est un consortium.

  • Notre rêve est donc de voir étinceler dans le glacial crépuscule des négociations humiliantes un consortium-couperet, qui bien loin de valider une négociation, inviterait ses membres à la bouder explicitement.
  • Notre projet, c’est de faire valoir ce point de vue chaque fois que la proposition d’un éditeur semblera le justifier. Je n’ai guère de doute sur le fait que l’occasion se présentera une fois ou l’autre cette année.
    Je vote pour un consortium fort et juste. Pour un consortium de conviction.

Un accès résolument accessible

Côté accès : on teste cet automne l’adaptation sur notre SIGB d’un OPAC libre.
Si – hypothèse absurde – tout se passe bien, vous n’en entendrez parler ici que lors d’un petit billet triomphal annonçant le changement d’OPAC.
Si tout se passe normalement, vous aurez quelques billets dans ce blog sur les difficultés rencontrées et un billet soulagé au printemps expliquant que finalement ça marche, pas parfaitement, mais ça marche.
Si tout se passe mal, je m’engage personnellement à signer un billet rageur rejetant toute la responsabilité de l’échec sur les failles techniques de notre SIGB, ou la météo, ou mes collègues, selon l’humeur du jour (je ne dis pas que ça n’est pas injuste, je dis que ça soulage). Mais nous n’en sommes pas là. Laissons travailler nos bouilleurs de cru, il paraît que si l’on regarde par dessus leur épaule la distillation échoue.
Les solutions ? Elles existent. Testons-les.

Une bibliothèque de production délibérément productive

Notre première « bibliothèque virtuelle » devrait être publiée cette année. Il s’agit des carnets du géologue Glangeaud, dont Camille vous a donné un échantillon il y a peu. Entre autres projets, on vise aussi la publication des thèses déposées électroniquement de 2003 à 2010 (avant le dépôt électronique officiel). Après moult réflexions, on s’oriente pour cela vers la solution la plus légère, la diffusion sur TEL. Évidemment, c’est un peu plus compliqué que pour les thèses nativement électroniques, puisque ce n’est pas automatisé, mais sinon, où serait le plaisir (car TEL est notre plaisir) ?

Avec la bibnum, la production virtuelle devient réalité .

Sortir de l’informatique informaticienne

Dans le parc informatique, le dossier de l’année, c’est l’expérimentation de systèmes libres. Les machines professionnelles devraient achever leur migration vers la bureautique libre, le parc public devrait entamer la sienne vers un système d’exploitation Linux, en profitant de la rénovation complète d’une des bibliothèques du réseau. Et pour accompagner le mouvement, une petite install-party sera organisée pour les collègues, afin de faire connaître le système.

En 2012, pour une accessibilité efficace et apaisée ; pour une documentation scientifique et solidaire ; pour une bibliothèque de conviction et d’innovation, votez Clermont. Pour une bibliothèque en mouvement, votez Montferrand. Pour dire ce que vous pensez de nos projets, laissez un commentaire. Pour nous parler des vôtres, faites donc un blog.

AbsysNET dans Chrome

Petit outil clé-en-main pour bien démarrer l’année universitaire…
Nous avons repris l’excellent billet de Lully pour l’adapter à notre catalogue absysNET et proposer une extension du navigateur Chrome permettant d’afficher, pour une requête Google, le nombre de résultats dans le catalogue local. Voici ce que cela donne en image :

Le nombre de résultats du catalogue dans la page Google : ici, BU Nice et BCU

Nous ne reprenons pas ici toutes les étapes de constitution de l’extension, puisque Lully l’a très bien fait. Nous nous contentons de livrer les fichiers adaptés aux catalogues absysNET (merci Mathieu) dans lesquels vous pourrez modifier les url et les libellés.

1. Récupérer l’ensemble des fichiers nécessaires

Nous avons mis à disposition sur notre serveur le fichier .zip qui contient les fichiers à modifier. Assurez-vous que vous pourrez placer sur un serveur PHP le script nb_res_bcu.php pour faire vos tests. Dézippez puis modifiez les codes comme suit.

  • Script nb_res_bcu.php (pour « nombre de résultats BCU ») : vous pourrez bien entendu renommer vos fichiers en changeant sudoc ou bcu le cas échéant.
function getUrl($url){
 $ch = curl_init();
 curl_setopt($ch, CURLOPT_URL,$url);
 curl_setopt($ch, CURLOPT_HEADER, TRUE);
 curl_setopt($ch, CURLOPT_RETURNTRANSFER, TRUE);
 curl_setopt($ch, CURLOPT_FOLLOWLOCATION, TRUE);
 $res=curl_exec($ch);
 curl_close($ch);
 return $res;
}
 // Cette page va passer une requête au catalogue
//BCU pour récupérer le nombre de résultats
 if (!isset($_GET['q']))
 {
 print "Manque la requête en paramètre";
 exit;
 }
$q = $_GET['q'];
 $q = str_replace(" ", "+", $q);
// On récupère la page correspondant
//au résultat de cette requête
 $url = "http://195.221.120.229/cgi-bin/abnetclop?ACC=DOSEARCH&xsqf99=".$q; 
$res = getUrl($url);
 if (preg_match('/URL=(.*)"/', $res, $match))
 $new_url = 'http://195.221.120.229'.$match[1];
$res = getUrl($new_url);
 $tab_sortie = Array();
 if (preg_match(
'/Enregistrementss[0-9]+/[0-9]+sdes([0-9]+)/', $res, $match
))
 $tab_sortie["nb"] = $match[1];
 else
 $tab_sortie["nb"] = 0;
 print json_encode($tab_sortie);

Vous devez ici changer l’url de requête vers l’OPAC absysNET en modifiant la racine du serveur (votre adresse IP ou nom de domaine). La suite de l’url correspond aux paramètres de requête tout champ d’absysNET. Les lignes

 if (preg_match('/URL=(.*)"/', $res, $match))
 $new_url = 'http://195.221.120.229'.$match[1];

constituent une particularité d’absysNET car la page de requête génère une redirection (une page intermédiaire avant la page de résultats). Là aussi, modifiez la racine.

'/Enregistrementss[0-9]+/[0-9]+sdes([0-9]+)/', $res, $match

Cette ligne permet au script de déterminer, dans la page de résultats absysNET, où se trouve affiché le nombre de résultats. Si vous n’avez pas modifié le template standard de l’OPAC, pas de problème. Si oui, il faudra modifier la ligne de code en remplaçant tous les termes qui entourent votre nombre de résultats.

Vous pouvez maintenant déposer nb_res_bcu.php sur votre serveur PHP, de préférence dans un répertoire comme /BcuInGoogle/ puis faire des tests avec des requêtes comme http://biuintra.univ-bpclermont.fr/BcuInGoogle/nb_res_bcu.php?q=orwell. Vous vérifiez que le nombre de résultats est correct.

  • Fichier background.html

Vous modifiez l’url du script que vous venez de déposer (ligne 27)

var url = 'http://biuintra.univ-bpclermont.fr/BcuInGoogle/nb_res_bcu.php?q='+q;
  • Fichier sudoc_in_google.js

Vous modifiez les libellés relatifs à votre bibliothèque (lignes 22 et 32), l’icône logo.png qui se trouve dans le répertoire img de l’extension (remplacez par votre image 48 x 48), ainsi que l’url de requête vers l’OPAC (ligne 26).

  • Fichier manifest.json

Personnalisez votre extension en modifiant les lignes 2 et 4 et remplacez le nom de domaine de votre serveur à la ligne 17.

2. Empaqueter l’extension
Ouvrez Chrome et cliquez sur le bouton Clé anglaise. Dans le menu Outils, sélectionnez Extensions. Sur la page, ouvrez le mode développeur et cliquez sur le bouton Empaqueter l’extension. Choisissez le répertoire qui contient vos fichiers modifiés puis OK. 2 fichiers sont alors générés, dont un .crx qu’il faut placer sur votre serveur de manière à proposer le téléchargement de l’extension comme la nôtre !

Une limite importante à l’usage
L’extension fonctionne très bien sur la première recherche Google (les résultats peuvent s’afficher cependant avec une certaine lenteur en fonction de votre OPAC). En revanche, on n’obtient aucun résultat catalogue lorsqu’on modifie la requête. On s’aperçoit en effet que l’url de la page Google ne se rafraîchit pas correctement, la première requête étant conservée dans l’url. Donc, il faut toujours revenir à la page d’accueil Google pour faire une nouvelle recherche et bénéficier des résultats catalogue.

Notre gestion des accès avec EZproxy et Shibboleth

Chine 中国 - Kaili
par Thierry B, sur Flickr

La solution technique permettant de proposer les accès off campus à nos usagers a été complètement modifiée, afin d’améliorer à la fois notre gestion et l’expérience des utilisateurs.

Profitant de la refonte de notre site web, de la nouvelle version d’EZproxy et de l’intégration de nos services et du CRRI dans le PRES Clermont Université, nous avons décidé de déployer une solution unique pour 3 établissements : Clermont I, Clermont II et l’IFMA. Un seul proxy gère la redirection des connexions vers les contenus web. Mais, pour authentifier les utilisateurs via des LDAP distincts, nous avons installé shibboleth en entrée de proxy et déclaré le proxy comme ressource à la fédération RENATER.

Chaque établissement conserve ainsi la maîtrise de ses utilisateurs tandis que la bibliothèque peut utiliser l’url proxifiée unique d’une ressource au lieu de 3. Nous pouvons ainsi signaler sur notre site toutes nos ressources avec leur url d’accès distant. Et pour ne pas pénaliser les usagers non-universitaires ne possédant pas d’identifiant LDAP, le proxy laisse passer les connexions provenant des différentes bibliothèques du réseau grâce à la reconnaissance de leur IP.

Maintenant, on peut s’atteler à l’implémentation du résolveur de liens…