Du télétravail en BU en temps de crise

Le télétravail, c’est d’abord du travail, c’est-à-dire qu’il s’agit d’ « une activité individuelle ou collective, intentionnelle et non instinctive, s’exerçant sur la nature à travers une succession d’opérations » (Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, PUF). Ce travail s’élabore dans un temps spécifique (asynchrone et synchrone) conditionné par l’outil technologique et dans un espace particulier (généralement l’espace domestique).

A en croire une enquête Malakoff Médéric diligentée en février 2019, près de 30% des salariés travailleraient sur le mode du télétravail, de manière occasionnelle ou régulière. Le phénomène prend effectivement de l’ampleur. Nul doute qu’avec les mouvements sociaux, il ait pris un nouvel essor. Janique Soulié (Laboratoire ClerMa de l’UCA) a dressé une liste de 6 points clefs à suivre pour les Responsables d’équipe, afin de mener à bien une œuvre collective : c’est la règle des 6 C (Cadre ; Communication ; Confiance ; Contrôle ; Cohésion d’équipe ; Collègues non-télétravailleurs). Bien évidemment, cela ne prend tout d’abord son sens que par rapport à un projet bien déterminé et à une stratégie mûrie ; cela suppose ensuite un contexte favorable ; il n’est possible, enfin, de mettre cela pleinement en place qu’avec des collègues motivés et volontaires.

1. La notion de télétravail telle qu’elle était envisagée avant la crise à l’UCA

Il se trouve que c’était un sujet d’actualité à l’UCA.

– La notion de télétravail a naguère fait l’objet d’une discussion et d’un cadrage au sein de l’Université Clermont-Auvergne (Délibération CA 2019-06 du 28 juin 2019). Elle s’appuie sur des textes législatifs et réglementaires bien connus maintenant et publiés entre 2012 et 2017.
– Elle entre bien dans une stratégie qui veut concilier les intérêts du Service public et la prise en compte des risques psycho-sociaux
– Elle n’est applicable qu’aux métiers qui s’y prêtent : cadres instruisant des dossiers, chargés de missions, collègues essentiellement chargés de chaînes de traitement numérique (DUMAS, annales d’examen, voire gestion administrative qui ne nécessite pas de présence physique) … Les métiers d’accueil avaient été délibérément exclus du dispositif.

– A la BU de l’UCA, 3 personnes ont fait une demande en la matière. Et c’est en toute logique que ces demandes émanent des services transversaux que sont la Bibliothèque numérique et la Direction. Deux d’entre elles sont des collègues très spécialisées, travaillant « dans les nues », puisque spécialistes d’Alma (entre autres choses ; Alma est un SIGB en mode SaaS) et la troisième gère la communication et la scénographie à la BU. Les demandes portent sur 1 jour par semaine s’agissant des deux premières et de 2 jours par semaine s’agissant de la troisième.
Il est à noter –j’y insiste- que les 3 personnes en question joignent à une haute technicité une aisance relationnelle certaine, qui font qu’elles conçoivent ce moment de télétravail comme un temps de concentration maximale pour gérer au mieux leurs tâches.
Il faut dire, enfin, que quelques cadres (le Directeur adjoint, le Responsable administratif, moi-même…), pratiquons le mélange des genres sciemment, pour terminer ce qu’il faut terminer, sans cadre puisque ce travail s’effectue à des moments normalement voués au repos. L’ENT est alors notre instrument de travail. Je tiens à dire que l’UCA entend lutter contre cette tendance, qui résulte d’une certaine dose d’indifférenciation entre les différentes fonctions (j’y reviendrai plus bas).
C’est dans ce contexte que la crise du COVID 19 nous astreint à un confinement et qu’il faut imaginer de faire travailler 110 personnes dont 107 n’étaient pas volontaires (100 si on excepte les cadres qui pratiquent de facto le télétravail « sauvage » non recommandé).

2. Les conditions externes

Pour imaginer que le télétravail domestique soit généralisé, il faut examiner les conditions externes qui doivent prévaloir. Elles sont de quatre types :

>avoir du débit chez soi. Nous sommes en Auvergne et mes collègues n’habitent pas tous dans une métropole bien irriguée en la matière ; en outre, sur la métropole clermontoise, le réseau peut à certains moments « ramer » (Ah ! Les ravages de Netflix…)

>avoir des outils à la hauteur de l’enjeu. C’est le point fort des universités, incontestablement. Nous avons une équipe technique, avec de nombreux ingénieurs compétents et réactifs. Et l’ENT universitaire est autrement plus costaud que l’ENT académique…

>avoir le matériel sécurisé fourni. Hormis les services de type Alma (Saas), les SI « régaliens » comme la brique RH ou la brique financière sont à préserver absolument de toute attaque. J’ai personnellement demandé deux PC portables sécurisés pour le service : le traitement de la demande est en cours.

>gérer le problème du déplacement. Pour l’instant, je suis le seul à être habilité à me déplacer. Je vais faire la demande aussi pour mon adjoint. Inutile de dire que je ne vais pas faire la navette en Auvergne pour desservir en matériel informatique les collègues : le confinement décrété hier 16 mars me l’interdit.

Ces problèmes ne sont donc pas minces. Restent à considérer maintenant la situation des agents.

3. Les conditions internes

Comme nous l’avons vu, les personnels concernés par le télétravail en temps normal sont des collègues qui ne sont pas tributaires de l’activité physique des BU (public, réception des commandes, gestion du matériel informatique, bans de numérisation…). Quand bien même les autres seraient intéressés par le télétravail en temps de crise, il leur faudrait avoir en tête les points suivants.

 

>avoir une grande capacité à jongler avec le numérique. Nécessairement.
La vie moderne cependant le requiert. Et ce n’est pas tant l’aspect technique qui m’importe ici que la fusion des différentes identités qui nous composent : identité intime (correspondance numérique, réseaux sociaux personnels) ; identité associative et/ou militante ; identité professionnelle. Il est demandé en l’occurrence de savoir très vite passer de l’une à l’autre, en adoptant immédiatement le ton qui sied.

>avoir un écran disponible.
C’est l’aspect économique et social que je veux convoquer ici. Dans certains foyers, chacun a un véritable écran, ce qui permet à tous les occupants d’un appartement ou d’une maison de pouvoir gérer au mieux ses impératifs. D’autres n’ont pas cette chance. Car, avec la fermeture des écoles, universités, usines, commerces…, il faut trouver une organisation domestique pratique, tout en ne négligeant pas les interactions sociales à distance, cruciales pour ne pas se sentir isolés.

>avoir du temps et de l’espace.
En temps de crise, faire ses courses prend deux fois plus de temps. Pour peu que l’on ait charge de famille, l’organisation domestique, le suivi des devoirs accaparent encore un peu plus. Cette question du temps –un temps bien calibré et à vocation purement professionnelle- est cruciale. Je n’aurais garde d’oublier la question spatiale : si la cuisine-séjour fait également bureau pour toute la famille, la gestion des moments consacrés au travail sera rendue plus ardue.

4. Et pourtant…

Et pourtant, la gestion volontairement décentralisée de la BU de l’UCA montre en ce moment de crise sa résistance : presque toutes les BU ont un compte social propre, ce qui leur permet et de partager les publications du compte générique « BU UCA » et de créer leurs actualités pour demeurer en contact.

Autre point intéressant, les initiatives au sein de chaque BU pour maintenir le contact : Tel pense à voir ses collègues de Santé par Skype, telle autre invite ses collègues de Sciences à faire des propositions et donc les implique dans l’organisation à venir. Je cite un de ses messages :
« Je vous propose d’occuper cette première semaine de confinement en réfléchissant à une façon de garder le lien au sein de l’équipe : lien professionnel ou non. Dans notre quotidien à la BU, vous êtes nombreux à faire part de vos idées ou remarques. Aussi, dans ce contexte, je compte particulièrement sur vos diverses propositions et riches idées pour maintenir le lien entre nous ! Pour ceux qui le souhaitent, vous pouvez donner des idées quelles qu’elles soient sur ce document collaboratif en ligne ou par mail ». Tel autre indique vouloir faire un travail d’indexation intellectuel de ressources en ligne. D’autres veulent faire du travail qualité sous Winibw…

Enfin, un certain nombre de collègues ont pris soin de venir chercher des dossiers ou du matériel pour vaille que vaille continuer à répondre aux enseignants, aux étudiants et aux services centraux. D’autres, à distance, assurent la continuité des services numériques.

En conclusion, il n’est pas inintéressant de reprendre les points avancés par Janique Soulié dans son article. Il n’est pas possible d’avoir des obligations de résultats, au regard des obligations de moyens qui incombent à l’Etat. Ceci étant dit, par la Confiance, la Communication et la Cohésion d’équipe, nous espérons faire au mieux et inclure celles et ceux (quelle que soit leur catégorie A, B, C) qui veulent et peuvent être utiles. Les autres, légitimement, seront en Autorisation spéciale d’absence, s’ils ne sont pas souffrants.

La parole est aux usagers via notre guichet unique OTRS, que nous mettons en avant en ces temps de crise…