ANGD 2011 : de retour d’Aussois.

J’ai participé à la formation,  intitulée Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales organisée par le TGE Adonis, qui s’est tenue au Centre Paul Langevin d’Aussois,  du 10 au 14 Octobre 2011.
Une semaine de formation intensive et intense, dont j’aimerais faire le compte-rendu exhaustif.  Mais ce serait trop long. Je me contenterai donc de restituer les grandes lignes ce cette formation, que les organisateurs ont intitulée avec des verbes d’action, les six verbes d’un projet de gestion numérique des sources en SHS : décider, organiser, numériser, structurer, exploiter, diffuser.
Pour commencer, revenons aux fondamentaux. Qu’est-ce qu’une source de la recherche en SHS ? Ce peut être une infinité de choses : un manuscrit, une charte, un tract, une photographie, un dessin d’enfant, une carte géographique, un entretien filmé, une voix enregistrée, un agenda, une lettre, un carnet de terrain, un conte de fées. Toutes ces choses, précieuses ou triviales, constituent autant de matériaux, de données brutes de la recherche en SHS. Oui, mais qu’est-ce qu’on en fait ?  Comment exploiter ces sources dans le cadre d’un projet scientifique ? Comment les mettre à disposition, en ligne, pour que des chercheurs travaillent ces matériaux, à la source de publications nouvelles ? Et comment mettre en regard ces publications nouvelles avec les sources qui les ont constituées en leur fondement scientifique ? Ce sont ces questions que les humanités numériques, les digital humanities explorent, en produisant de nouveaux types de publications numériques, où les sources, les matériaux primaires, secondaires ou tertiaires sont reliées, hyperliées, aux oeuvres scientifiques, fidèle à l’exigence première d’administration directe de la preuve. Le tableau qu’a brossé Marin Dacos de ces nouveaux types d’édition en ligne, au cœur des digital humanities, donne une idée océanique des possibilités qui s’offrent pour les nouveaux passeurs de savoir en ligne. Le Centre pour l’édition électronique ouverte qu’il dirige se situe à la croisée de ces chemins. Ce stage, dans son ensemble, nous a permis de construire, en une semaine, un projet de gestion numérique des sources de la recherche, à partir d’un cas d’école. Lequel ? Je ne peux pas le dire, mais il vous suffira d’imaginer un exemple concret de sources à exploiter. A partir de là, il nous faut décider quel projet numérique et scientifique mettre en place à partir de ces sources. Décider, c’est trancher, orchestrer, se donner des objectifs, des délais, des moyens, travailler en mode projet, coordonner une équipe, accepter de prendre des risques, se lancer dans une aventure collective pour aboutir à la réalisation du projet, au delà de la mise en ligne, vers une exploitation scientifique des sources numérisées, comme Richard Walter l’a montré dans sa présentation.
Tout cela est possible si on s’organise, délègue, planifie les étapes. Le maître d’ouvrages (MOA) peut faire appel au maître d’oeuvre (MOE). Diverses méthodes d’organisation, pour veiller à la réalisation des tâches à accomplir dans les meilleurs délais, ont été approchées, comme autant de balises et de méthodes pour réussir son projet.
Puis vient le temps de numériser. La présentation de Michel Jacobson des archives de France a apporté un éclairage nouveau sur la numérisation des sons. On est passé ensuite à la pratique en numérisant les supports papier de nos sources.
L’analyse de la structuration du contenu est nécessaire pour transformer la source en matériau de la recherche. L’introduction à la Text Encoding for Interchange (TEI) a été présentée par Lou Burnard himself qui a cofondé ce format de balisage en XML en 1987 pour « faciliter l’échange, la création et l’intégration de ressources informatisées ». La TEI, c’est un outil du chercheur, qui lui permettra d’analyser un texte selon ses problématiques d’étude. Si l’encodage d’un texte nécessite la connaissance des balises du format XML, on aurait tord de confier cette tâche à un informaticien extérieur au projet de recherche, car la structuration du contenu fait parti intégrante de l’analyse. Après cette introduction, ce fut à nous stagiaires de dégager la structure de nos sources, afin d’en baliser l’analyse.
Une fois la source balisée, il faut être capable de l’exploiter, de l’interroger, de « faire parler les données du corpus », d’en extraire du sens. Les outils d’interrogation du balisage XML ont été présentés avec clarté par Denise Ogilvie, des Archives Nationales, et Anaïs Wion, du CEMAf, un laboratoire du CNRS.
Pour en citer quelques uns, les plus utilisés, Xpath, un langage pour formuler des questions en interrogeant l’arborescence d’un document formaté en XML; XSLT, pour transformer les arborescences XML dans un autre langage, HTML par exemple, et exprimer des requêtes; Xquery enfin, le langage d’interrogation des documents structurés en XML défini par le W3C, pour extraire des information des documents XML.
Une fois que nos sources ont été numérisées, structurées, exploitées, reste à les diffuser en ligne et assurer la promotion du projet scientifique qu’elles desservent. Il faut alors penser en terme d’écologie numérique au service de la science : Accessibilité, ergonomie, pérennité, citabilité, interopérabilité sont les cinq mots du web pour Jean-François Rivière. Mettre en ligne, oui, à condition de respecter les droits d’auteur. La présentation des questions juridiques liées aux bibliothèques numérique et aux corpus en ligne de Lionel Morel de la BNF a comblé l’assistance qui ne tarissait pas de questions. Gaëlle Hallair, une autre stagiaire, a écrit un billet sur son intervention.
Cet ANGD 2011, oui j’ai oublié de dire qu’il s’agissait d’une Action Nationale à Gestion Déconcentrée, mais l’année prochaine, ce sera une Action Nationale de Formation, nous a permis de bénéficier aussi des retours d’expériences des stagiaires. J’ai pu y présenter notre projet de site Internet sur les carnets géologiques de Philippe Glangeaud.
Et rien de tel qu’une randonnée à mi-stage pour prendre de la hauteur.

Montagne pelée Flickr licence Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0) par Jean et Nathalie

Ah ! Et puis, non, je ne peux pas conclure ce billet sans parler des rencontres, de la convivialité, de toutes ces professionnels rencontrés porteurs de projets passionnants.

De juris timore

La journée d’étude sur l’Open access à laquelle j’ai récemment assisté a de loin dépassé mes attentes. J’avais pour le sujet une estime de principe doublée d’une méconnaissance solide, que les communications dispensées ont contribué, respectivement, à augmenter et à amoindrir. Entre autres distillats, j’en retire l’impression qu’un des principaux obstacles au développement de l’Open access est non pas le risque juridique, mais la crainte juridique. L’Open access comme principe directeur de la diffusion des résultats scientifiques de la  recherche publique est validé depuis Berlin ; il est pratiqué çà et sans la moindre difficulté. S’il n’est pas encore en vigueur chez nous, c’est, pour emprunter au parler québecois, que nous nous enfargeons dans les fleurs du tapis. Expression heureuse, mais triste réflexe.

D. B. King, National Law Enforcement Officers Memorial (Creative Commons, Paternité ; Source FlickR).

Pour illustrer le propos, voici une scène tirée du De juris timore, pièce légitimement ignorée d’un auteur tragique justement inconnu, mais qui aurait pu s’appeler Apertus Accessus. Cette oeuvre pesante et didactique met en scène des dialogues entre le BRillant AVocat de l’Électronique [ci-après BrAvE] et le Contradicteur Apeuré-Vétilleux-Entêté [ci-après CAVE] . Nous n’en donnerons ici qu’un extrait strictement nécessaire, traduits par nos soins.

ACTE I, scène 3 [Synopsis : la B.U., en conseil de la documentation, propose le passage au dépôt électronique des thèses ; toute ressemblance avec des faits réels, agrémentée de la marge d’exagération que requiert décemment toute caricature, serait assez plausible]

  • CAVE (l’air confiné) : Mais donc, la mise en ligne des thèses rend impossible la diffusion des thèses contenant des reproductions d’oeuvre d’art ?
  • BRAVE : Ni plus, ni moins qu’auparavant. Vous diffusiez sous forme imprimée des thèses d’histoire de l’art contenant des reproductions de Picasso ?
  • CAVE (glacial) : Mais ce serait légal de stocker au CINES une oeuvre pour laquelle les questions de droit ne sont pas résolues ?
  • BRAVE : Oui, du moment qu’il n’y a aucune diffusion.
  • CAVE (il se rebiffe) : Mais vous êtes sûr ?
  • BRAVE (vache) : Je l’ai vérifié auprès de l’ APVPCJ [association des plaideurs vétilleux pour la promotion du contentieux juridique NDLR], j’ai leur réponse écrite. Je vais vous en donner lecture.
  • CAVE (allié hypocrite) : Mais non mais non je vous fais confiance. (Reprenant les rênes) Mais si le doctorant ne peut pas s’assurer des droits concernant tous les textes et toutes les images qu’il utilise dans sa thèse ?
  • BRAVE : Eh bien il pourra toujours réduire la diffusion à l’Intranet.
  • CAVE (sombre) : Mais si les images utilisées dans une thèse mise en ligne sur Internet ou sur Intranet donnent lieu à une attaque par un éditeur ou un ayant droit ?
  • BRAVE (mais pas téméraire) : Cela ne s’est jamais produit.
  • CAVE (illuminé) : Mais si cela se produisait ?
  • BRAVE (sa commissure droite se raidit imperceptiblement) : Eh bien, il y aurait toujours la possibilité de retirer les parties incriminées de l’oeuvre diffusée.
  • CAVE (s’effondrant) : Mais si un auteur qui a accepté la diffusion en ligne décide un jour de la refuser ?
  • BRAVE : Eh bien sa thèse pourra alors être retirée de l’Internet et confinée à l’Intranet.
  • CAVE (éclairé d’une lueur) : Mais si elle a été diffusée dans tel ou telle plateforme, et que le docteur demande qu’elle en soit retirée ?
  • BRAVE (amusé) : Cela ne s’est jamais produit.
  • CAVE (s’écroule) : Mais si malgré tout cela se produisait ?
  • BRAVE : Eh bien on demanderait à tel ou telle plateforme de faire une exception à la règle d’irréversibilité du dépôt.
  • CAVE (sous terre) : Mais vous croyez qu’elle nous accorderait cette exception ?
  • BRAVE : Oui. J’ai une réponse écrite sur ce point : le principe de l’irréversibilité du dépôt peut ex-cep-tion-nel-lement souffrir des ex-cep-tions à titre ex-cep-tionnel.
  • CAVE (voûté) : Mais si un docteur a un contrat avec un éditeur qui lui interdit de déposer son travail en ligne, qu’il y a une clause de confidentialité, et que la thèse est trop mauvaise pour être mise en ligne, et qu’un conflit nucléaire détruit le CINES et la BNF ? […]

Je ne vais pas, pour commenter ce lamentable bout de littéraillerie, entrer dans le fond du débat juridique, fort intéressant et légitime, mais où d’autres s’entendent mieux que moi. Je voudrais juste relever que les arguments opposés à la diffusion électronique et à l’Open Access, tous contenus confondus (thèses, articles, etc.) ont en commun :

  1. De se concentrer sur les problèmes de droit (le risque de destruction du CINES par engin nucléaire a rarement été abordé à ma connaissance, et les objections sur la conservation pérenne tendent à disparaître).
  2. D’évoquer sérieusement les cas les plus improbables comme s’ils étaient réellement susceptibles de se présenter : le docteur qui a décidé de diffuser et qui se ravise au bout de 15 ans ; l’éditeur qui assigne une bibliothèque en justice pour la reproduction en 15×15 mm d’une image extraite d’un ouvrage publié par lui dans l’une des 658 thèses mises en ligne par l’établissement ; le juriste retors qui s’en va traquer dans les intranets des universités les thèses dans lesquelles des oeuvres sous droit auraient été incorporées sans autorisation ; le gendarme HADOPI qui perquisitionne au CINES pour y détruire des fichiers déposés sans avoir rendu hommage aux ayants droit…
  3. D’adopter un point de vue défensif en considérant qu’a priori ce  ce qui n’est pas expressément autorisé est interdit.

Le respect du droit n’en demande pas tant, je crois. Jusqu’à un certain point notre légalisme nous honore, mais enfin si j’ai bien compris :

  1. Les questions relatives à la diffusion de la connaissance scientifique sont en débat, certes, mais nous n’avons pas de raison de les trancher par défaut dans le sens qui nous est le moins favorable, à l’encontre de la ligne adoptée à Berlin.
  2. Nous travaillons dans le monde réel, où les docteurs se moquent pas mal, au bout de quinze ans, du destin de leur thèse ; où les éditeurs avides et les juristes retors n’existent pas n’ont pas de temps à perdre avec ce qui ne rapporte que des ennuis et pas d’argent. Où HADOPI s’occupe de films et de musique, non de science.
  3. Les autorisations accordées par les éditeurs sont même supérieures à ce que nous supposons généralement : même le plus mal famé d’entre eux — que je ne citerai pas pour échapper au procès qu’il ne manquerait pas de m’intenter s’il s’intéressait à quelque chose d’aussi insignifiant qu’un blog — même Elsevier, disais-je donc, autorise les auteurs à déposer leurs post-prints (= texte validé par le comité de lecture) dans les dépôts d’archive. Voyez plutôt (A noter en passant, Wiley-Blackwell n’en fait pas autant; tss tss…).

Je crains fort, en écrivant tout cela, de voler au secours de la victoire, l’accès libre aux résultats de la recherche scientifique publique ne se voyant plus opposer beaucoup de résistance, sur le principe du moins. Ce n’est donc pas le politiquement incorrect qui m’étouffe. Du reste, pour l’anecdote, dans les débats de ce genre qu’il y a eu récemment par chez nous, je constate que j’ai joué tour à tour le cave et le brave. Mais comme, dans la pratique, toutes les universités n’ont pas encore fait obligation à leurs chercheurs de déposer leur travaux dans des archives ouvertes, et comme celles que je connais le mieux n’en sont pas encore là, j’ai encore une petite, toute petite avance sur l’histoire.

Alors je n’allais tout de même pas perdre une bonne occasion de bloguer.

 

Adobe Digital Editions sous GNU/Linux, c’est possible !

A l’heure où le nombre de publications au format électronique va croissant, quoi de plus légitime que de vouloir consulter des e-books au moyen de son système d’exploitation favori ?
C’est en effet la question que l’on peut se poser lorsque, comme moi, on utilise au quotidien à titre personnel autant que professionnel un système GNU/Linux, en l’occurrence Ubuntu 10.10 « Maverick Meerkat » sur son ordinateur et que l’on se retrouve face à cela…

Installeur d'Adobe Digital Editions
Le message insupportable…

Si vous voulez en faire l’expérience et que vous n’utilisez ni Windows™ ni MacOS™, cela va de soi, rendez vous sur le site d’Adobe Digital Editions®, vous verrez, c’est édifiant !
Dès lors, on peut davantage douter de la bonne volonté que du savoir-faire d’Adobe qui promet une version Linux de son lecteur depuis la version 1.0 sortie en… 2007 ! Et ce d’autant plus que le très officiel Adobe Reader 9.0 est disponible dans les dépôts d’Ubuntu, au même titre que les plugins Flash, Shockwave ou Air…
Cela étant on peut comprendre la réticence d’Adobe à libérer le code source d’une application gérant des DRM vers une communauté globalement hostile à ce principe… et qui trouverai là l’occasion rêvée de contourner la gestion des droits électroniques !

Mais revenons à des considérations plus pratiques, on ne va quand même pas se laisser démonter par un message défaitiste !

A ce stade les solutions envisageables restent d’avoir une machine en dual-boot permettant de choisir un système supporté par Adobe au démarrage ou d’exécuter Windows dans une machine virtuelle. Mais tout cela est long, lourd et peu fonctionnel : peut-on décemment imaginer d’avoir à quitter toutes ses applications et redémarrer sa machine pour lire un e-book ? Quant à utiliser une machine virtuelle sur un netbook ou un ordinateur à la configuration matérielle limitée, je n’ose même pas l’imaginer.

Fort heureusement Wine est là pour nous aider et si ce n’est déjà fait, commençons par l’installer, ce qui avec Debian ou Ubuntu peut se faire en tapant ce qui suit dans un terminal :

$ sudo aptitude install -r wine

N.B. : Wine n’est pas un émulateur, c’est une couche de compatibilité applicative entre  logiciels Windows et système Linux ; Wine est présent dans toutes les distributions Linux récentes et si ce n’est en ligne de commande, il est facile moyennant quelques clics de l’installer avec son gestionnaire de paquets favori…

Le deuxième défi reste de trouver sur le site d’Adobe le fichier exécutable de l’installeur… et ce n’est pas une mince affaire. Car la page qui nous a si mal reçu contient un exécutable en flash permettant de lancer l’installation… pourquoi faire simple ? Mais rien n’est perdu et il suffit de suivre la note technique d’installation. Sur cette page au paragraphe « Manually install Adobe Digital Editions for Windows » figure le lien direct vers l’installeur

Où trouver l'installeur ?
Où trouver l’installeur ?

Une fois téléchargé l’installeur qui se nomme benoitement « setup.exe« , il convient de rendre ce dernier exécutable, soit via ses propriétés dans l’interface graphique ou bien :

$ sudo chmod +x setup.exe

et dans la foulée de lancer l’installation en double-cliquant sur l’icône de « setup.exe » ou encore :

$ wine setup.exe

par suite l’installation se passe comme sous… Windows !

Déroulement de l'installation
Une installation comme sous Windows…

Je passe rapidement sur les différentes étapes de l’installation, identique en tout point à ce qui se fait dans le monde MicroSoft. Il vous sera successivement demandé de choisir un chemin d’installation, d’accepter les termes du contrat de licence… mais après copie des fichiers un dossier « My Digital Editions » ainsi qu’une icône de bureau auront fait leur apparition. Magique, non ?

Voilà, désormais Adobe Digital Editions est installé sur votre ordinateur GNULinux et vous pouvez à loisir consulter l’offre de livres numériques de la BCU… Bonne lecture !

Après la poldoc, la polnum

Détail d’herbier – Institut des herbiers interuniversitaires de Clermont-Ferrand – BCU – Domaine public

En janvier 2011, la BCU a acquis un numériseur Zeutschel et s’est lancée dans des projets de numérisation. Pourquoi ? Parce que la BCU s’inscrit dans un mouvement de production de connaissances scientifiques, et que la numérisation y participe au même titre que les archives ouvertes par exemple. Parce que les collections de la BCU méritent d’être mises en valeur et diffusées largement. Parce que la BCU entend multiplier les liens avec les autres services et membres des deux universités clermontoises, ainsi qu’avec ses partenaires du PRES et des autres institutions culturelles.

Partant de ces postulats, les projets de numérisation se divisent grosso modo en deux catégories :

→ la numérisation de collections patrimoniales appartenant à la BCU ;

→ la numérisation dans le cadre de projets de recherche en partenariat avec les laboratoires du PRES Clermont Université et les structures culturelles locales.

C’est la combinaison des premiers projets avec un bilan de l’existant patrimonial (en cours d’analyse) qui permet de dégager des thématiques et axes potentiels de recherche proposés par la BCU elle-même, en même temps que la numérisation s’intégre dans les projets des chercheurs. Il y a donc à la fois prospection dans les collections et auprès des enseignants chercheurs.

Les premiers projets se sont fondés sur des projets de recherche et des partenariats extérieurs à la BCU : EVE Enfance-Violence-Exil avec un laboratoire de la Maison des Sciences de l’Homme, le projet sur les carnets géologiques de Philippe Glangeaud avec le laboratoire Magmas et Volcans et le muséum Henri-Lecoq, ThinkMotion avec l’Institut français de mécanique avancée dans le cadre d’un projet européen de mécanique destiné à être versé dans Europeana, et les herbiers de l’Institut interuniversitaire des herbiers de Clermont-Ferrand. Grâce à ces partenariats, les projets intègrent dans leurs corpus numérisés des collections extérieures à la BCU, permettant à celle-ci de s’enrichir virtuellement. D’autres billets viendront se pencher sur chacun d’eux plus précisément.

L’implication de la BCU dépend de chaque projet et de sa portée : elle conseille simplement sur ses domaines de compétences, elle numérise, mais elle peut aussi participer pleinement aux décisions portant sur la sélection des documents et l’indexation, ou elle s’implique jusqu’à réaliser le site en ligne du projet.

La difficulté réside dans l’articulation de la numérisation proprement dite et des phases amont et aval : préparation du projet (contenu scientifique, calendrier prévisionnel, budget, sélection et conditionnement des collections) et traitement a posteriori (indexation, modifications de fichiers, questions d’hébergement et d’archivage, diffusion avec mise en place des outils idoines). C’est que numériser consomme peu de temps en regard du travail et de la réflexion menés avant et après le passage sur le banc de numérisation. Il est donc prévu de mener simultanément des projets au long cours, tels que la numérisation des herbiers ou du fonds de littérature jeunesse, et des projets ponctuels en lien avec la recherche universitaire.

La BCU veut que les projets accèdent à une visibilité maximale. Pour cela, ils seront doublement exposés en ligne : via le portail de la BCU dans les ressources numériques, et via les partenaires des projets – en plus de leur description dans NUMES et leur moissonnage par ISIDORE, pour ce qui concerne les sciences humaines et sociales.

D’APOGEE à STAR : Automatisation de l’export sous linux

I was in space !!! - Par *Katch - Flickr - CC BY-NC-ND 2.0
I was in space !!! – Par *Katch – Flickr – CC BY-NC-ND 2.0

À Clermont-Ferrand le dépôt des thèses numériques dans STAR est officiel depuis Septembre 2010 pour l’université Blaise Pascal et depuis Janvier  2011 pour l’université d’Auvergne. Pour faciliter le dépôt des nouvelles thèses, un lien a été établi entre APOGEE et STAR et éviter ainsi une double saisie des informations administratives. Les données d’APOGEE sont extraites, puis mises en forme afin d’être importées dans STAR.

Cette méthode n’a rien d’originale et est notamment utilisée  à l’université de Tours qui a généreusement transmis sa méthode d’export/import sur la liste des correspondants STAR. Cette procédure a été retranscrite à l’université de Metz également. Nous l’avons quelque peu modifiée afin de simplifier cette routine effectuée chaque semaine.

Quelques fichiers à adapter

Le script d’extraction

Ce programme a été affiné par un informaticien de notre centre de ressources informatiques. Seules les informations des nouveaux doctorants (depuis la dernière extraction) sont aspirées. L’étape de suppression des doctorants déjà présents dans STAR est ainsi évitée.

Les données issues de l’export

L’étape d’édition du fichier CSV est encore nécessaire. Ceci pourrait être automatisé en adaptant la feuille de style XSL mais pour l’instant le jeu n’en vaut pas la chandelle. En pratique, il arrive que le nom du président du jury ne soit pas saisi dans APOGEE ce qui empêche l’import dans STAR (ce champ étant requis dans la recommandation TEF).

La feuille de style XSL

En plus de l’adaptation du numéro d’autorité Sudoc, on a du changer l’en-tête XML et une balise XSL pour l’adapter à la version de saxon. Il faut donc remplacer la ligne :

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>

par

<?xml version="1.1" encoding="UTF-8"?>

puis la ligne

<?xsl:result-document href="out/{$ETABLISSEMENT}_{CODE_ETUDIANT}.xml"?>

par :

<?xsl:document href="resultats/{$ETABLISSEMENT}_{CODE_ETUDIANT}.xml"?>

Un script bash pour générer les thèses

Ces modifications faites, un petit script (disponible en bas de cette page) a été créé pour automatiser la transformation du fichier d’export en fichiers de thèses XML conformes à la recommandation TEF.
Sous linux, il n’y a pas de problème d’encodage entre l’ANSI et l’UTF-8 (ce dernier format étant natif), on peut alors lancer notre script qui créera les fichiers des thèses dans un répertoire dédié.
Ce petit programme utilise le logiciel ffe (flat file extractor) pour transformer le CSV en XML, puis saxon (comme à Tours) pour la transformation en TEF.

Pour l’utiliser sous Ubuntu, les paquets libsaxon-java et ffe doivent être installés. La suite des opérations se déroule en ligne de commande.

  •   on place le fichier CSV issu de l’extraction à la racine du répertoire du script.
  •   on place le fichier de transformation XSL dans le répertoire « scripts »
  •   on execute la ligne de commande suivante :
$ ./ star.sh theses.csv scripts/feuilleXSL.xsl

Les thèses seront alors disponibles dans le répertoire « résultats » et prêtes pour l’import par mail.

Vous pouvez télécharger  le script bash pour STAR au format zip.

Projet 2012 : pourquoi pas nous ?

Je suis mécontent.

Quand on interroge « projet 2012 » dans le formulaire de recherche du moteur que l’on ne cite plus, on ne trouve pas le projet de la bibnum. Ce moteur est vraiment mal conçu, ou mal renseigné. Car la bibnum a des tombereaux de projets pour l’année à venir, de quoi nourrir un quinquennat  quinquennal. Qui plus est, ils sont plutôt moins coûteux que ceux des partis candidats au gouvernement, et je gage, sans avoir approfondi la question (Ttttt… devoir de réserve!), que leur faisabilité n’est pas moindre.

Jyhem, Oui oui non non (Creative Commons, paternité, pas d’utilisation commerciale ; source FlickR)

La lecture in-extenso de notre « projet de service » serait de nature à faire déserter ce blog pour 6 mois ; les collègues m’en voudraient, ainsi que les lecteurs d’ailleurs, dont la plupart ont sans nul doute déjà produit ou absorbé une bonne lampée de « projets 2012 » pour leur propre compte. Puisque l’on fait ici dans la distillation, quelques gouttes de quinquina(l) suffiront aux connaisseurs.

Une politique documentaire véritablement politique et profondément documentaire

Côté contenus, les jérémiades budgétaires, comme tous les lieux communs, étant aussi fastidieuses à écrire qu’à lire, je coupe court : 2012 sera une année qualitative. Réduit en slogan, ça donnerait quelque chose d’intermédiaire entre dépenser pas trop plus pour acquérir pas trop moins et acquérir moins mais consulter mieux.
Mais surtout, en politique documentaire comme en politique économique les enjeux sont situés autant et plus au-dehors qu’au-dedans. Mutatis mutandis, notre construction européenne à nous (Tttt… devoir de réserve !) est un consortium.

  • Notre rêve est donc de voir étinceler dans le glacial crépuscule des négociations humiliantes un consortium-couperet, qui bien loin de valider une négociation, inviterait ses membres à la bouder explicitement.
  • Notre projet, c’est de faire valoir ce point de vue chaque fois que la proposition d’un éditeur semblera le justifier. Je n’ai guère de doute sur le fait que l’occasion se présentera une fois ou l’autre cette année.
    Je vote pour un consortium fort et juste. Pour un consortium de conviction.

Un accès résolument accessible

Côté accès : on teste cet automne l’adaptation sur notre SIGB d’un OPAC libre.
Si – hypothèse absurde – tout se passe bien, vous n’en entendrez parler ici que lors d’un petit billet triomphal annonçant le changement d’OPAC.
Si tout se passe normalement, vous aurez quelques billets dans ce blog sur les difficultés rencontrées et un billet soulagé au printemps expliquant que finalement ça marche, pas parfaitement, mais ça marche.
Si tout se passe mal, je m’engage personnellement à signer un billet rageur rejetant toute la responsabilité de l’échec sur les failles techniques de notre SIGB, ou la météo, ou mes collègues, selon l’humeur du jour (je ne dis pas que ça n’est pas injuste, je dis que ça soulage). Mais nous n’en sommes pas là. Laissons travailler nos bouilleurs de cru, il paraît que si l’on regarde par dessus leur épaule la distillation échoue.
Les solutions ? Elles existent. Testons-les.

Une bibliothèque de production délibérément productive

Notre première « bibliothèque virtuelle » devrait être publiée cette année. Il s’agit des carnets du géologue Glangeaud, dont Camille vous a donné un échantillon il y a peu. Entre autres projets, on vise aussi la publication des thèses déposées électroniquement de 2003 à 2010 (avant le dépôt électronique officiel). Après moult réflexions, on s’oriente pour cela vers la solution la plus légère, la diffusion sur TEL. Évidemment, c’est un peu plus compliqué que pour les thèses nativement électroniques, puisque ce n’est pas automatisé, mais sinon, où serait le plaisir (car TEL est notre plaisir) ?

Avec la bibnum, la production virtuelle devient réalité .

Sortir de l’informatique informaticienne

Dans le parc informatique, le dossier de l’année, c’est l’expérimentation de systèmes libres. Les machines professionnelles devraient achever leur migration vers la bureautique libre, le parc public devrait entamer la sienne vers un système d’exploitation Linux, en profitant de la rénovation complète d’une des bibliothèques du réseau. Et pour accompagner le mouvement, une petite install-party sera organisée pour les collègues, afin de faire connaître le système.

En 2012, pour une accessibilité efficace et apaisée ; pour une documentation scientifique et solidaire ; pour une bibliothèque de conviction et d’innovation, votez Clermont. Pour une bibliothèque en mouvement, votez Montferrand. Pour dire ce que vous pensez de nos projets, laissez un commentaire. Pour nous parler des vôtres, faites donc un blog.

AbsysNET dans Chrome

Petit outil clé-en-main pour bien démarrer l’année universitaire…
Nous avons repris l’excellent billet de Lully pour l’adapter à notre catalogue absysNET et proposer une extension du navigateur Chrome permettant d’afficher, pour une requête Google, le nombre de résultats dans le catalogue local. Voici ce que cela donne en image :

Le nombre de résultats du catalogue dans la page Google : ici, BU Nice et BCU

Nous ne reprenons pas ici toutes les étapes de constitution de l’extension, puisque Lully l’a très bien fait. Nous nous contentons de livrer les fichiers adaptés aux catalogues absysNET (merci Mathieu) dans lesquels vous pourrez modifier les url et les libellés.

1. Récupérer l’ensemble des fichiers nécessaires

Nous avons mis à disposition sur notre serveur le fichier .zip qui contient les fichiers à modifier. Assurez-vous que vous pourrez placer sur un serveur PHP le script nb_res_bcu.php pour faire vos tests. Dézippez puis modifiez les codes comme suit.

  • Script nb_res_bcu.php (pour « nombre de résultats BCU ») : vous pourrez bien entendu renommer vos fichiers en changeant sudoc ou bcu le cas échéant.
function getUrl($url){
 $ch = curl_init();
 curl_setopt($ch, CURLOPT_URL,$url);
 curl_setopt($ch, CURLOPT_HEADER, TRUE);
 curl_setopt($ch, CURLOPT_RETURNTRANSFER, TRUE);
 curl_setopt($ch, CURLOPT_FOLLOWLOCATION, TRUE);
 $res=curl_exec($ch);
 curl_close($ch);
 return $res;
}
 // Cette page va passer une requête au catalogue
//BCU pour récupérer le nombre de résultats
 if (!isset($_GET['q']))
 {
 print "Manque la requête en paramètre";
 exit;
 }
$q = $_GET['q'];
 $q = str_replace(" ", "+", $q);
// On récupère la page correspondant
//au résultat de cette requête
 $url = "http://195.221.120.229/cgi-bin/abnetclop?ACC=DOSEARCH&xsqf99=".$q; 
$res = getUrl($url);
 if (preg_match('/URL=(.*)"/', $res, $match))
 $new_url = 'http://195.221.120.229'.$match[1];
$res = getUrl($new_url);
 $tab_sortie = Array();
 if (preg_match(
'/Enregistrementss[0-9]+/[0-9]+sdes([0-9]+)/', $res, $match
))
 $tab_sortie["nb"] = $match[1];
 else
 $tab_sortie["nb"] = 0;
 print json_encode($tab_sortie);

Vous devez ici changer l’url de requête vers l’OPAC absysNET en modifiant la racine du serveur (votre adresse IP ou nom de domaine). La suite de l’url correspond aux paramètres de requête tout champ d’absysNET. Les lignes

 if (preg_match('/URL=(.*)"/', $res, $match))
 $new_url = 'http://195.221.120.229'.$match[1];

constituent une particularité d’absysNET car la page de requête génère une redirection (une page intermédiaire avant la page de résultats). Là aussi, modifiez la racine.

'/Enregistrementss[0-9]+/[0-9]+sdes([0-9]+)/', $res, $match

Cette ligne permet au script de déterminer, dans la page de résultats absysNET, où se trouve affiché le nombre de résultats. Si vous n’avez pas modifié le template standard de l’OPAC, pas de problème. Si oui, il faudra modifier la ligne de code en remplaçant tous les termes qui entourent votre nombre de résultats.

Vous pouvez maintenant déposer nb_res_bcu.php sur votre serveur PHP, de préférence dans un répertoire comme /BcuInGoogle/ puis faire des tests avec des requêtes comme http://biuintra.univ-bpclermont.fr/BcuInGoogle/nb_res_bcu.php?q=orwell. Vous vérifiez que le nombre de résultats est correct.

  • Fichier background.html

Vous modifiez l’url du script que vous venez de déposer (ligne 27)

var url = 'http://biuintra.univ-bpclermont.fr/BcuInGoogle/nb_res_bcu.php?q='+q;
  • Fichier sudoc_in_google.js

Vous modifiez les libellés relatifs à votre bibliothèque (lignes 22 et 32), l’icône logo.png qui se trouve dans le répertoire img de l’extension (remplacez par votre image 48 x 48), ainsi que l’url de requête vers l’OPAC (ligne 26).

  • Fichier manifest.json

Personnalisez votre extension en modifiant les lignes 2 et 4 et remplacez le nom de domaine de votre serveur à la ligne 17.

2. Empaqueter l’extension
Ouvrez Chrome et cliquez sur le bouton Clé anglaise. Dans le menu Outils, sélectionnez Extensions. Sur la page, ouvrez le mode développeur et cliquez sur le bouton Empaqueter l’extension. Choisissez le répertoire qui contient vos fichiers modifiés puis OK. 2 fichiers sont alors générés, dont un .crx qu’il faut placer sur votre serveur de manière à proposer le téléchargement de l’extension comme la nôtre !

Une limite importante à l’usage
L’extension fonctionne très bien sur la première recherche Google (les résultats peuvent s’afficher cependant avec une certaine lenteur en fonction de votre OPAC). En revanche, on n’obtient aucun résultat catalogue lorsqu’on modifie la requête. On s’aperçoit en effet que l’url de la page Google ne se rafraîchit pas correctement, la première requête étant conservée dans l’url. Donc, il faut toujours revenir à la page d’accueil Google pour faire une nouvelle recherche et bénéficier des résultats catalogue.

Archives ouvertes institutionnelles : l’heure du choix va arriver

Les cinq prétendantes
Les cinq prétendantes retenues pour l’élection du 21ème titre de Reine d’Arles. Photo Ville d’Arles Patrick Mercier Source Flickr licence (CC BY-NC 2.0)

Mettre en place un dépôt d’archives ouvertes institutionnels pour le PRES de Clermont, y mettre en ligne d’abord les thèses, puis les autres publications des universités. Voilà ce qui est programmé de longue date.  Cet objectif est presque accompli. La décision officielle n’a pas encore été prise, mais voici résumé l’avis de la bibnum sur la question.

A commencer par une étude préalable, avec une dizaine de solutions envisagées : parmi elles, les  logiciels d’archives ouvertes mondialement connus: Eprints, Dspace, moins connus, Fedora, Invenio, l’incontournable plate-forme HAL, l’Outil de Référencement et d’Indexation pour un réseau de portail OAI-PMH (ORI-OAI), et même des GED libres, comme Nuxeo et Alfresco.
Ces logiciels ont été passés au crible des grilles comparatives, celle du PUL (aujourd’hui PRES de Lyon), celle de l’INSA de Lyon, leur documentation épluchée, des tests ont été réalisés, des formations suivies.
L’enjeu? Sélectionner les outils pour répondre aux mieux à nos attentes. Toute sélection suppose élimination, critères discriminants. Quels furent-ils?

Le premier critère est la compatibilité au protocole OAI-PMH. Pour les novices, j’explicite brièvement : Open Archive Initiative Protocol for Metadata Harvesting, protocole issu de l’Initiative pour les archives ouvertes garantissant le moissonnage des métadonnées. En deux mots, ce protocole permet l’échange des métadonnées d’une plate-forme d’archive ouverte à une autre. Il permet de récupérer le lien et les informations concernant une ressource numérique déposée sur une archive ouverte et décrite avec les normes ouvertes standards, comme le Dublin Core, depuis n’importe quel poste Internet, avec un moissonneur.
C’est l’interopérabilité des données, le prérequis essentiel sans lequel on n’est plus dans le domaine des archives ouvertes. Les GED libres, Nuxeo et Alfresco, sont donc passées à la trappe. Bien que très performantes, elles ont été d’abord conçues pour les entreprises pour garantir la confidentialité des données avec d’importants dispositifs de protection. On est loin de l’ouverture, de la philosophie du partage des données sous-tendue par l’Initiative des Archives Ouvertes.
Restaient les autres plate-formes d’archive ouverte. Les autres critères de sélection sont la simplicité d’utilisation pour les usagers, la faisabilité du projet, la solidité de la communauté d’utilisateurs, la conservation pérenne des données.
Fedora a l’avantage de pouvoir s’implémenter avec Drupal. Si l’architecture de cette plate-forme a quelques accointances avec le web sémantique et des potentialités intéressantes,  l’outil suppose des développement colossaux. Invenio propose plusieurs formats de métadonnées et peut s’articuler au SIGB. Simple d’utilisation, certes, mais trop peu répandu.
Il ne restait plus que quatre plate-formes : DSpace, Eprints, ORI-OAI et HAL.
E-Prints est un logiciel conformes à nos attentes, nous en avons eu la démonstration à Toulouse avec le bel exemple d’OATAO, mais son architecture modulaire suppose de  nombreux développements.
Après une formation sur les entrepôts et moissonneurs à Nice, Dspace nous a paru simple d’utilisation, facile à manier, et assez ergonomique.
On ne dira jamais assez de bien d’ORI-OAI. Utilisé par de nombreuses universités, cet outil a fait ses preuves et s’avère particulièrement pertinent pour la gestion et la valorisation des thèses, en prenant en compte le format TEF, les métadonnées des thèses françaises. Cet outil a permis d’exemplaires réalisations, à l’instar de Pétale en Lorraine.
Et puis HAL bien sur. Que peut-on lui reprocher? Son label CNRS ? Mais il est temps de cesser le clivage entre les institutions. Son côté hébergé ? Oui, mais quel hébergement avec archivage pérenne des données au CINES, on en sera que mieux loti.
Et puis,  la bibnum a orchestré la mise en production effective de STAR, qui a peu ou prou coïncidé avec le lancement du portail des thèses. Les thèses de Clermont-Ferrand, déposées dans STAR, du moins celles dont les auteurs ont autorisé la diffusion en ligne, sont par défaut devenues automatiquement visibles dans TEL (Thèses en ligne).  Alors pourquoi ne pas garder TEL ?
Quelque part sur un serveur de la bibliothèques sont stockées quelques cinq cents thèses électroniques antérieures à STAR, en attente de mise en ligne. Comment les rendre accessibles sur une plate-forme unifiée ? Puisqu’on utilise déjà TEL, pourquoi ne pas poursuivre dans cette voie et importer nos thèses antérieures à STAR dans cette archive ouverte ?
C’est simple, il est possible d’y importer des publications par lot avec un  fichier XML depuis n’importe quel compte utilisateur, à condition d’en demander l’autorisation au CCSD, ce qui nous a d’emblée été octroyé.
On peut ainsi y mettre en ligne l’ensemble des thèses électroniques d’Auvergne, en leur donnant une visibilité nationale, européenne et même mondiale. Recommandée par l’ANR et les instances officielles d’évaluation, cette plate-forme assure la conservation pérenne des données et améliore considérablement le référencement des publications dans les moteurs de recherche. Alors pourquoi se priver de HAL-TEL ? Créer une collection recensant l’ensemble des publications clermontoises et lui attribuer une interface graphique personnalisée en harmonie avec le site de la BCU valorisera la Bibliothèque comme institution autant que la recherche menée au sein du PRES Clermont Université.
Utiliser HAL et TEL implique peu de développement, juste une personnalisation de la charte graphique.
HAL-TEL s’impose pour plus de simplicité, de facilité d’utilisation, de visibilité, d’accessibilité, et de pérennité des données de la recherche.
Rien de tel que TEL pour valoriser les thèses clermontoises !

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (6)

The Nut, Stanley, Tasmanie, par Arthur Chapman, Flickr, BY-NC-SA

Dernier-né, tout nouveau, fraîchement catapulté dans le grand bain après l’Enssib, à peine le temps de babiller, je suis arrivé à la bibliothèque numérique de la BCU (Bibliothèque Clermont Université) à CF city, alias Clermont-Ferrand, le 1er juillet. Qu’est-ce qui m’a donc poussé à venir travailler dans ce service ? S’il faut ne retenir que trois raisons, je dirais que :

  • premièrement, c’est le lieu de la diversité : l’équipe rassemble autant de profils, de postes et d’idées qu’il y a de personnes, ce qui permet la multiplicité des opinions, un enrichissement du travail par les cultures individuelles différentes ; il y a un véritable partage et des regards croisés sur les missions du service ;
  • deuxièmement, c’est un des centres névralgiques de la BCU : la bibliothèque numérique se situe au contact de tous les sites et de toutes les personnes travaillant à la BCU ; elle est indispensable et en adaptation/évolution permanente ; on se sent utile pour le public comme pour les collègues en coordonnant la gestion de toute la documentation électronique, abonnements, dépôts de thèses, fonds numérisés, etc ;
  • troisièmement, pour ce qui concerne plus particulièrement mes missions, c’est de se sentir tout le temps en mouvement : créer, concevoir, superviser ou plutôt coordonner des projets de numérisation, fédérer les collègues et rassembler leurs compétences ou leurs opinions sur une thématique précise dans un effort uni, faire sortir la bibliothèque de sa communauté, mais aussi la faire coller à son public ; cela suppose d’entretenir le contact avec les chercheurs et enseignants-chercheurs, les étudiants, et toute institution susceptible de se joindre à la BCU pour faire exister ces projets.

La bibliothèque numérique de la BCU fourmille littéralement d’idées, d’envies, de savoirs et de bonne humeur. Toute cette ambiance est très stimulante, tout en restant détendue. Innovant et performant à Clermont-Ferrand – ça rime – avec la bibliothèque numérique – ça rime moins -, voilà une réalité qui promet.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (5)

Trois réponses (presque) imparables

Rachel Ford James, Glasses with two oranges (Licence Creat. Commons, paternité, pas d'utilisation commerciale, partage à l'identique).
Rachel Ford James, Glasses with two oranges (Licence Creat. Commons, paternité, pas d’utilisation commerciale, partage à l’identique).

A- Égoïsme

  • Majeure : en bibnum, on côtoie des informaticiens.
  • Mineure : au royaume des bibliothèques, l’informaticien est roi.
  • Conclusion : en bibnum, vous côtoyez les rois des bibliothèques.

Illustration : supposez, disons, que votre imprimante récalcitre : en bibnum, vous n’avez qu’à héler l’informaticien, c’est le bureau d’en face. Au seul bruit de son pas, l’antipathique outil, maté, restaure lui-même sa connexion, expulse le bourrage, se lave la tête d’impression et imprime votre document sans tousser (et en un seul exemplaire si, dans votre agacement, vous avez relancé six fois).

Plus sérieusement : le caractère névralgique de l’informatique étant de notoriété publique, il est de bonne politique (ou de bonne tactique, si vous la jouez cynique) de travailler dans ce lieu stratégique.

 

B- Compétence

  • Majeure : les membres de la bibnum sont compétents en informatique.
  • Mineure : vous travaillez en bibnum.
  • Conclusion : vous êtes compétent en informatique.

Commentaire : Tout informaticien aura repéré dans la prémisse majeure une faille de sécurité fatale, et je doute que les collègues qui me connaissent aient pu garder leur sérieux en la lisant. En réalité, ce syllogisme spécieux masque un enchaînement de causes  authentique et bien plus efficace (voir ci-après).

 

C- Compétence 1.1 (faille de sécurité corrigée)

  • Primo : en bibnum, on s’attend à ce que vous soyez compétent en informatique [voir B].
  • Secundo : en bibnum, vous progressez en informatique au contact des informaticiens [voir A] ; par capillarité, en quelque sorte.
  • Ergo, à force de ne pas vouloir décevoir les bibliothécaires et de chercher à comprendre les informaticiens, vous finissez bel et bien par développer une forme de compétence. La fonction crée l’organe, disait Lamarck. C’est faux à l’échelle des espèces, mais vraie à celle des neurones.

 

Si je me résume : on ne peut plus échapper à l’informatique en bibliothèque. À la bibnum, on minimise les désagréments qui s’y attachent et on s’y initie.

Gratuitement ! Ça ne se refuse pas.

Les lettres de candidature sont à m’adresser directement.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (4)

Three
Three de Joe_Andrews, sur Flickr

Ayant d’abord travaillé en section, comme on dit dans les S(I)CD, je mesure assez bien les différences de culture et d’organisation qui existent entre les bibliothèques et un service transversal comme la bibnum. La bibnum offre la possibilité de participer à de nombreux projets au sein d’une équipe réduite. Cela permet de travailler à la fois en autonomie, en petit groupe projet et en dialogue permanent avec les autres services ou partenaires.

La maîtrise complète des processus

Tandis que les tâches ne cessaient d’être segmentées dans les bibliothèques traditionnelles, les services informatiques, avec des effectifs plus réduits et plus spécialisés, ont maintenu une organisation du travail basée sur l’autonomie des agents. C’est très appréciable de se retrouver maitre de ses dossiers, de l’examen critique d’une situation à la réalisation pratique d’un projet.

Le travail en équipe

S’occuper du SIGB, du catalogue, des accès à la documentation électronique, c’est s’occuper en permanence des besoins des collègues et des publics. Rien de plus stimulant, constructif que de faire le tour de l’établissement pour rencontrer tous les partenaires et répondre, du mieux possible, à leurs attentes. C’est à nous de former et d’informer pour que tout fonctionne bien. Alors oui, le travail en bibnum est souvent solitaire ou réduit au concours d’un ou deux collègues, mais il est aussi gratifiant, tant on reçoit une belle récompense chaque fois qu’on s’en va le partager.

Le versant technique du métier

Désormais, quand on me demande ce que je fais comme métier, je peux répondre sans honte que je suis une bibliothécaire qui ne lit pas de livres… Travailler en bibnum permet de conforter mon penchant pour les questions techniques tout en assurant ma formation continue dans ce secteur. Manier les formats et les données me permet aussi de renouer avec mes cours de sciences du langage à la fac, qui envisageaient le texte sous un angle technique et pas littéraire.

En bref, la bibnum est un bon endroit pour développer son goût de l’artisanat : concevoir, réaliser, exposer.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (3)

La première relève de ma fonction. Webmestre, j’ai conçu avec mes collègues le nouveau site web de la bibliothèque. Faciliter l’accès aux ressources et aux services, proposer des espaces interactifs de communication et une navigation attractive, voilà un travail passionnant. J’ai d’ailleurs sur le feu une autre maquette de site web : Philippe Glangeaud, carnets de voyages géologiques en Auvergne. A partir de la mise en ligne des carnets numérisés de Philippe Glangeaud représentant la Chaîne des Puys, le site proposera plusieurs expositions virtuelles, s’articulant autour de plusieurs angles thématiques sur l’œuvre du géologue. Une manière de rendre hommage au professeur de la faculté des sciences de Clermont, en invitant tout à chacun à suivre ses traces.

Buste de Philippe Glangeaud par le sculpteur Vaury, édifiée au Jardin Lecoq.

Un autre aspect de mon travail réside dans la gestion des documents numériques produits par la bibliothèque. Nous nous attelons aujourd’hui au choix des outils pour mettre en ligne les thèses des universités de Clermont, et les images numérisées de la bibliothèque.

La seconde raison de travailler en bibnum, c’est le travail en équipe. Nous sommes complémentaires l’un à l’autre, et travaillons en bonne intelligence. Réactifs, dynamiques, nous trouvons collectivement des solutions aux problèmes que nous rencontrons, dans un climat d’émulation réciproque.

Troisième raison, les usagers : étudiants, enseignants, et chercheurs. Que les étudiants puissent accéder, le plus facilement possible, aux ressources documentaires, c’est là un facteur déterminant de leur réussite. Nous sommes aussi partenaires des enseignants. S’ils nous prescrivent des ressources électroniques, nous leurs offrons des espaces interactifs, pour communiquer via le site de la bibliothèque. Les chercheurs enfin, avec qui nous travaillons, de plus en plus. Nous leur apportons une expertise documentaire et éditoriale en termes d’édition électronique et de gestion des ressources numériques. Nous participons aux projets de recherche : Enfance Violence Exil, pour la constitution des collections numérisées et la description des ressources. Et maintenant, d’autres collaborations se mettent en place. Nous devenons acteurs de la recherche en train de se faire. Cette confrontation enrichit notre pratique et la met à l’épreuve.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (2)

Voici la réflexion commune d’une personne chargée de la numérisation et d’une autre s’occupant du parc informatique.

Img-Blog
Copyright Bambou 2011 Poupard/Béka

 

Première bonne raison : Le Service BIBNUM

Les deux personnes qui rédigent cet article sont les plus âgées de cette équipe composée de neuf personnes. Nous travaillons au sein des bibliothèques depuis de nombreuses années et nous avons œuvré dans différents services. De ce fait nous apprécions tout particulièrement :

  • Le fait qu’il est composé d’un personnel jeune, dynamique, et réactif aux problèmes.
  • Le fait que nous ne sommes pas confrontés au public ni aux astreintes d’horaires.
  • Les missions transversales et la diversité de profils de cette équipe.
  • L’ambiance, en général, et la bonne humeur du matin autour d’une tasse de café.

Deuxième bonne raison : évolution de carrière

  1. Pour la personne chargée de la numérisation : Après avoir travaillé en bibliothèque universitaire, en section lettres, j’ai eu envie de changer et de voir d’autres facettes du métier. C’est un travail intéressant qui permet d’utiliser les nouvelles technologies : chargée de la numérisation depuis janvier 2011, je perfectionne mon usage du banc de numérisation et je développe la retouche d’images avec le logiciel Photoshop.
  2. Pour la personne s’occupant du parc informatique : Le fait d’avoir été engagé au moment de l’informatisation de la BCU coïncidant avec l’évolution fulgurante du matériel informatique m’a permis d’acquérir un panel de connaissances et de compétences très variées afin de résoudre un grand nombre de pannes d’origines diverses. La nouvelle direction de l’établissement a de nombreux projets d’envergure à court et moyen terme (numérisation des collections, évolution du portail, …) auxquels je participe étroitement par le biais de groupes de travail. Je travaille dans un domaine qui me passionne tant par son contenu que par sa constante évolution.

Troisième bonne raison : Localisation Géographique

Un cadre de travail agréable. Sur le Campus des Cézeaux, étendue de pelouse verte à deux pas du tramway, avec toutes ces écoles et laboratoires de renom national voir international.

Par Jean-Marc Condat et Valérie Le Foll

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (1)

3 bonnes raisons de travailler en bibliothèque numérique ? Prêtons-nous au jeu, voici le point de vue d’un développeur.

Bilboquet - Licence CC BY-NC-SA 2.0 - Par Faberzeus - Flickr
Bilboquet – Licence CC BY-NC-SA 2.0 – Par Faberzeus – Flickr

Première bonne raison : Les logiciels libres. Du point de vue philosophique, ils ont toute leur place en bibliothèque, dès lors que l’on parle de partage et mise en commun. Du point de vue pratique, ils permettent au quotidien de travailler de manière autonome tout en s’appuyant sur le travail d’une communauté de développeurs et d’utilisateurs. En bref, avec les logiciels libres, on ne réinvente pas sans cesse la roue et on travaille de manière intelligente (ce qui ne veut pas dire que le résultat est meilleur par ailleurs, mais c’est un autre problème).

Deuxième bonne raison : Bénéficier de la présence en ligne des biblio-bloggeurs. Une chose m’a frappé lorsque j’ai commencé à découvrir le monde des bibliothèques : les bibliothécaires passent beaucoup de temps à réfléchir à leur métier. Cette pratique me semble moins répandue en informatique par exemple. On trouve bien des bloggeurs/développeurs dispensant de précieux conseils en programmation mais peu de discussions sur l’évolution de l’informatique et de ses pratiques. La communauté de bibliothécaires en ligne et plus généralement, les ressources sur les évolutions du métier sont particulièrement enrichissantes dans notre travail quotidien.

Troisième bonne raison : L’absence de public. Si l’on en croit la « cote 400 » de Sophie Divry, « l’usager » n’est pas aussi sage que les livres disposés dans les rayons. L’âge numérique apporte enfin la délivrance au bibliothécaire : se débarrasser du public. Fini les grincheux, les bruyants, les « Où sont les toilettes? ». En bibliothèque numérique, les remontrances se font désormais via formulaire interposé. Prière de s’adresser à la page d’accueil. C’est ainsi que l’on passe du profil de rat de bibliothèque à celui du geek abrité par son écran. L’évolution ne fait pas toujours bien les choses.

Ne tenez bien sur pas compte de la troisième raison, les vacances approchant, on peut se permettre de finir sur une note plus légère.

Série culte (?) de l’été

Fishing Umbrellas par Giangrafanna (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, pas d’utilisation commerciale).

 

Modestement pourvu en actualité non sportive, l’été est propice aux séries thématiques à caractère philosophique. En concevant le projet de lancer ici une grande réflexion propre à stimuler nos cellules grises et les vôtres, nous avons écarté, à regret, les thèmes qui nous étaient d’abord venus à l’esprit et dont la profondeur n’avait pourtant d’égale que l’originalité : « Douze monographies minceur pour dire adieu aux petits kilos de l’hiver » ; « Cinq bons e-books pour bronzer intello en BU » ; « Le (la) rencontrer : est-ce encore possible en horaires restreints ? ».
Las, ces mille sujets, déjà programmés dans des magazines à fort tirage, y seront certainement traités avec toute la hauteur de vue qu’ils méritent. Il nous a fallu rester modestes et nous rabattre sur un angle d’attaque moins ambitieux, mais où nous ayons quelque chance d’écrire du neuf. Nous avons donc jeté notre dévolu sur un thème qui tient en six mots et pourra, je l’espère, être traité au prix de peu d’efforts (il fait chaud) :

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum.

L’objectif pas même inavoué de l’exercice est de mettre à l’épreuve des faits une question pas trop existentielle mais à demi révérencieuse : pouvons-nous tenir, sur notre métier, des propos qui ne soient négatifs ? Le bibliothécaire est notoirement enclin à réfléchir sur son métier avec un talent qui n’échappe pas toujours au nombrilisme littéraire ni à la jérémiade apologétique. Nous allons donc voir si l’on peut débusquer, sous nos graves problèmes, de quoi apprécier notre quotidien ; ou peut-être si ces problèmes ne sont pas tout bonnement les raisons pour lesquelles nous apprécions notre travail.

Chaque membre de la bibnum est invité à rendre sa rédaction sur ce sujet, en respectant (comme le fait cette introduction) une même contrainte ; à vous de deviner laquelle. Le premier à montrer, par un commentaire qui s’y conforme, qu’il en a saisi la nature, gagnera un aller simple pour Clermont-Ferrand.
Ne vous bousculez pas.