Drupal à la BCU

Mickael Welsing (Lic. CC BY-ND 2.0), FlickR
Mickael Welsing (Lic. CC BY-ND 2.0), FlickR

Le site de la BCU est officiellement en ligne depuis le 15 avril 2011. Le portail Archimed a laissé place à un site principal et plusieurs mini-sites pour les sections, tous équipés du CMS Drupal. Si ce logiciel fait désormais partie de notre quotidien le choix de l’utiliser ne s’est fait qu’après mûre réflexion. Retour sur l’historique et les raisons de son utilisation…

Du coté de la technique

C’est dans le courant de l’année 2010 que se pose la question de trouver des solutions pour remplacer notre portail vieillissant. Nous commençons alors un travail de veille pour trouver des outils en adéquation avec nos besoins.

Du coté technique, plusieurs pistes émergent. Nous pouvons utiliser un framework de développement et tout coder à la main. C’est très plaisant pour le développeur, ça l’est moins pour les administrateurs du site qui dépendent dès lors de l’informaticien pour ajouter ou modifier le programme dont lui seul a les clés. Autre inconvénient : partir de rien et développer dans son coin n’est pas très productif surtout qu’il existe de nombreux logiciels de qualité, libres de surcroît, partout sur la toile.

Nous pensons alors à utiliser un CMS permettant d’administrer le site facilement sans tout réinventer. L’idée est séduisante mais l’outil devra être évolutif pour que l’on puisse l’adapter comme on le souhaite.
Parmi d’autres, Drupal devient ainsi un candidat bien placé car il intègre nativement un système de modules permettant l’ajout de nouvelles fonctionnalités.

Les bibliothèques et Drupal

Au même moment, ce logiciel a le vent en poupe. Du site de presse comme Mediapart au site institutionnel de la maison blanche, Drupal est largement employé et pour des sites de différents types (e-commerce, presse, etc.).

L’argument de sa notoriété grandissante n’est pas déterminante en soi pour faire notre choix, cependant sa communauté d’utilisateurs et de développeurs très active est un bon indicateur de sa qualité. D’autant plus que parmi eux, des bibliothèques contribuent à son expansion par des modules spécialisés. Citons par exemple les bibliothèques américaines d’Ann Arbor, et de Palos Verdes.
Point intéressant, le catalogue de ces deux bibliothèques est géré par Drupal!

Au gré de nos recherches, nous découvrons qu’il fournit d’intéressants outils pour la profession : OPAC de nouvelle génération, recherche avec rebond par facette, protocole OAI, dublincore, etc. sont autant d’aspects techniques qui rencontrent un écho à la bibliothèque numérique et nous confortent sur cette piste de travail.

Sur le site officiel du CMS, on trouve même un groupe dédié à la profession. Parmi les modules développés par ces « biblio-drupaliens », SOPAC nous plait particulièrement afin d’exposer notre catalogue sur le web et transformer notre OPAC à l’ergonomie limitée en un outil plus moderne.

Autre point positif, la notion de type de contenu utilisée par Drupal se rapproche de la notion de notice en bibliothèque. Une page peut-être affublée de métadonnées paramétrables à volonté. L’idée d’en faire notre bibliothèque numérique se profile alors. Le module OAI fourni par la communauté ouvre de belles perspectives.

Une configuration technique souple et modulable, des fonctionnalités usuelles à ne pas réécrire, des modules adaptés aux bibliothèques, nous incitent donc à choisir Drupal.

A l’heure qu’il est, nous n’avons pas encore exploré toutes ces pistes (notamment le catalogue en ligne) mais la sortie du site et surtout l’abandon de notre ancien système centralisé est une étape importante et promet d’intéressantes évolutions, qui feront l’objet de prochains billets sur l’alambic…

Mis en bouteille à la propriété

Bottle filling, par Andrew Ressa (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, par de modification).

Le jour où paraissait ce blog, la BCU changeait de site web : On peut encore se faire une idée de notre ancien site grâce à la machine à remonter le web. Notez que les dernières captations ayant deux ans, les modernisations esthétiques et fonctionnelles récemment effectuées demeureront à jamais ignorées des historiens. Quelle injustice !

Les raisons de ce changement sont d’une banalité à côté de laquelle une réflexion sur les caprices de la météo paraît audacieuse. J’aurais honte d’y consacrer un billet, d’autant que le superbe éloge funéraire de Lully pour le portail qu’il a jadis connu, conviendrait très bien pour le nôtre (c’est ainsi que la grande littérature atteint à l’universel par le particulier). Allez donc le lire, sans en négliger les commentaires, qui donnent à penser que la fermeture définitive de ces portails grandioses mais un peu lourds à manœuvrer est désormais à l’ordre du jour dans plus d’une bibliothèque.

Le pittoresque de l’affaire à Clermont, c’est que pour le nouveau site, au lieu de s’adresser à un fabricant pour lui acheter son outil, nous nous sommes, si j’ose dire, procurés un fabricant (ce ‘nous’ est institutionnel : le choix a été fait avant mon arrivée et je me contente d’en récolter, chaque jour, les bénéfices). Je résume :

  • Entre 2003 et 2009, frustration grandissante face à un portail « clé en main » dont nous n’avions pas la clé et sur lequel nous n’avions pas la main. Pour toute retouche, rappelez le fournisseur (prévoir budget) ; pour toute contribution, passez par la bibnum, la gestion des droits étant bien verrouillée (normal pour un portail, non ?) ; pour l’accès à la documentation, vous êtes toujours à la limite du correct, mais généralement du mauvais côté de cette limite (pour amélioration, prévoir budget ; sans certitude d’aboutir).
  • Décision est prise alors de passer à la production maison – donc de faire de la bibnum un outil de production. Le développement étant un métier, la B.U. recrute un développeur (fin 2009). Une nouvelle webmestre rejoint aussi le service fin septembre 2010, pour un bouclage prévu fin décembre. Même pas peur.

Nous voulions un site :

  • s’appuyant sur un logiciel libre (et gratuit, cela va sans dire) ;
  • sur lequel nous aurions entièrement la main pour le modifier constamment ;
  • permettant à des collègues nombreux et dispersés de rédiger des pages sans envoyer six courriers électroniques à la bibnum ;
  • et, bien sûr (première pensée, dernière nommée), accélérant l’accès à la documentation pour les utilisateurs.

Ces grandes lignes étant arrêtées au printemps 2010, la gestion du calendrier nous a procuré un petit frisson délicieux, puisqu’il a fallu planifier l’arrêt de maintenance de l’ancien site début 2011, sans être sûrs que le nouveau serait prêt à temps en cas de problème. La politique du fournisseur (un an de maintenance ou rien !) et notre auvergnitude nous ont aidés à choisir (trois mois de risque contre un an de facture = pas d’hésitation). La crainte de se trouver sans site web en cas de gros pépin a sans doute contribué à motiver les troupes, mais l’avantage du travail maison, c’est l’élimination des pertes d’énergie liées à la gestion externalisée : cahier des charges (au sens pesamment paperassier du terme) délais de transmission et de traitement de l’information, phases de validation, etc. Par ailleurs, l’expérimentation, la mise en test provisoire et l’erreur sont autorisées et ne portent pas à conséquence.

Au total, entre septembre 2010 et février 2011 (date de mise en place de la version test), un nouveau site web a vu le jour.

  • Il s’appuie sur un logiciel libre (sur lequel bientôt vous saurez tout) ;
  • Il peut être modifié et re-modifié sur commande de façon quasi-instantanée (notre développeur et notre webmestre en savent quelque chose, sur qui pleuvent les demandes d’améliorations) ;
  • Les collègues peuvent raconter leur vie dedans sans nous consulter (et ils le font, par exemple , et ) ;
  • Et l’accès à la documentation est en progrès, comme en témoigne le dernier billet paru.

Deux points pour conclure :

  1. Sur les questions de gros sous : je ne me hasarderai pas aujourd’hui à évaluer financièrement l’intérêt de ce mode de travail par rapport au fonctionnement « normal » (cahier des charges – appel d’offres – choix du prestataire – suivi de projet – contrat de maintenance) : un des bénéfices du fait-maison étant qu’il me dispense de regarder tous les jours mon tableur budgétaire et ma calculette, je ne vais pas aller les rechercher gratuitement pour le plaisir de démontrer que j’ai fait des économies. D’ailleurs, on ne peut envisager ce débat que dans le long terme.
  2. C’est aussi dans le long terme que le choix révèlera ses avantages : nous pouvons maintenant envisager d’autres chantiers avec la même liberté de manœuvre, d’expérimentation et d’erreur que celui du site web. Or la liberté, ça peut avoir un coût, le cas échéant.

Mais ça n’a pas de prix ;-).

Notre gestion des accès avec EZproxy et Shibboleth

Chine 中国 - Kaili
par Thierry B, sur Flickr

La solution technique permettant de proposer les accès off campus à nos usagers a été complètement modifiée, afin d’améliorer à la fois notre gestion et l’expérience des utilisateurs.

Profitant de la refonte de notre site web, de la nouvelle version d’EZproxy et de l’intégration de nos services et du CRRI dans le PRES Clermont Université, nous avons décidé de déployer une solution unique pour 3 établissements : Clermont I, Clermont II et l’IFMA. Un seul proxy gère la redirection des connexions vers les contenus web. Mais, pour authentifier les utilisateurs via des LDAP distincts, nous avons installé shibboleth en entrée de proxy et déclaré le proxy comme ressource à la fédération RENATER.

Chaque établissement conserve ainsi la maîtrise de ses utilisateurs tandis que la bibliothèque peut utiliser l’url proxifiée unique d’une ressource au lieu de 3. Nous pouvons ainsi signaler sur notre site toutes nos ressources avec leur url d’accès distant. Et pour ne pas pénaliser les usagers non-universitaires ne possédant pas d’identifiant LDAP, le proxy laisse passer les connexions provenant des différentes bibliothèques du réseau grâce à la reconnaissance de leur IP.

Maintenant, on peut s’atteler à l’implémentation du résolveur de liens…

Nouveaux temps, nouveaux rôles pour les professionnels de l’information : la gestion et la préservation des collections numériques.

Un rapport de l’association des bibliothèques de recherche paru en mars 2011 fait le point sur le rôle des bibliothèques de recherche. « Digital curation for preservation », le titre du rapport annonce tout un programme. On pourrait le traduire avec les expressions « édition électronique », « sélection et gestion des contenus numériques » ou « archivage pérenne », ou garder présent à l’esprit le sens premier de curation :  soin, traitement de l’information numérique en vue de sa préservation. L’enjeu ? préserver numériquement notre mémoire collective.

A l’heure où prolifère l’information numérique,  où est la valeur ajoutée des bibliothèques de recherche ? Quelque part dans la chaîne des évènements qui produit de l’information et des nouvelles connaissances.

Le travail des bibliothèques s’est historiquement organisé autour du service public, de la bibliographie, et de la constitution de collections pour les usagers, avec, pour corollaire, les services d’acquisition, de catalogage,  et d’accès aux collections.

Aujourd’hui,  la bibliothèque numérique s’articule autour de trois concepts clés : l’infrastructure, le contenu, les services.

Dans l’infrastructure, s’imbriquent « l’équipement, les technologies, et l’expertise humaine appliquée à l’organisation ». En d’autres termes, l’infrastructure, ce pourrait être l’équipe de la bibliothèque numérique, avec toutes ses compétences technologiques et tout le matériel dont elle dispose : postes informatiques, serveurs, banc de numérisation, baies de stockages.

Le contenu, c’est tout le contenu que la bibliothèque numérique rend accessible, des ressources électroniques souscrites aux collections numériques produites.

Les services incluent les services bibliographiques traditionnels, mais aussi les services émergents dans le domaine virtuel : la production d’informations, l’accès, la dissémination, et l’archivage pérenne.

Or, infrastructure, contenus, et services sont directement impactés par le changement de paradigme que vivent les bibliothèques de recherche aux niveaux culturels et institutionnels.

De nouvelles missions s’imposent alors pour les bibliothèques :

  • Cyber-infrastructure et collaborations :
    L’enjeu est de créer, disséminer et préserver l’information numérique au sein de l’infrastructure, pour que les chercheurs puissent communiquer en toute efficacité, sans qu’ils aient besoin d’inventer, à chaque nouveau projet, de nouveaux outils de médiation scientifique.
  • Acquisition et hébergement :
    La plus-value des bibliothèques de recherche est dans la gestion numérique et la préservation de la production intellectuelle des chercheurs. Reste à leur mettre à disposition des plate-formes en ligne pour héberger tous ces types de contenus. Réaliser une archive ouverte institutionnelle, par exemple, ou une bibliothèque numérique pour valoriser les collections numérisées, tous ces projets entrent de plein-pied dans ces missions.
  • Edition électronique, services de gestion et de préservation.
    L’acquisition est donc complémentaire à la production de contenus, et à l’archivage numérique pérenne. L’enjeu est de créer de forts partenariats entre la bibliothèque et la communauté académique.  Car les bibliothèques sont sans doute les mieux placées pour offrir aux usagers des solutions de publication électronique, quitte à envisager des partenariats avec les presses universitaires. Les bibliothèques bénéficient aujourd’hui d’un capital d’expériences réussies dans le domaine de la publication électronique, de la production de journal en libre-accès aux archives ouvertes, en passant par les éditions universitaires numériques.

Avec ces mutations, le profil du bibliothécaire est amené à se diversifier, et de nouvelles tâches émergent.

  • Conseils en acquisition et en droit d’auteur.
    A la mission initiale du bibliothécaire, veiller à la qualité, à la pertinence et au maintien des collections, s’ajoutent de nouvelles exigences : établir de nouveaux critères pour évaluer la stabilité, la viabilité et l’authenticité des fichiers numériques, dès l’acquisition. Avec l’assistance des juristes, les bibliothécaires créent et ajustent les politiques d’acquisition et d’échange pour garantir le maintien  et la préservation du contenu numérique.
  • Formation des usagers.
    Ce rôle a des aspects physiques et virtuels. Les bibliothécaires sont de plus en plus impliqués dans la vie du campus pour offrir en partenariat avec les enseignants des services de références virtuelles, et des environnements propices à l’auto-formation.
  • Observation anthropologique des usages.
    Les bibliothécaires s’immergent volontiers parmi les natifs du campus et observent, étudiant leur production d’information et leurs habitudes de consommation. Si les bibliothèques de recherche espèrent anticiper les futurs besoins de leurs usagers, elles doivent au préalable bien identifier leur public : des personnels administratifs aux professeurs en passant par les étudiants.
  • Construction de systèmes d’information documentaire.
    Concevoir l’architecture d’espaces physiques, mais aussi virtuels, comme un site web, une archive ouverte institutionnelle, et d’autres systèmes d’information. Et d’autres activités plus discrètes : établir des licences, créer des métadonnées, des recherches sur le droit d’auteur. Accoutumer les étudiants à de nouveaux modes de publication numérique.
  • Production de contenus et dissémination.
    La conservation des collections, mission historique des bibliothécaires, demeure au cœur du métier, mais la mission a de nouveaux atours : c’est l’attention portée au cycle de vie des données et des collections numériques. Le rôle a deux aspects distincts, mais inséparables : l’accès et la préservation. Dans le domaine numérique, les bibliothèques gèrent beaucoup plus d’informations que naguère, et facilitent l’accès aux usagers. La gestion numérique répond aussi à l’impératif de préservation des collections, qui se traduit par une attention croissante à la viabilité, à l’authenticité et à la pérennité des données numériques.
  • Management et organisation
    Une atmosphère propice au travail et à l’expérimentation sur le terrain peut être obtenue avec de nouvelles stratégies d’organisation. La coopération inter-institutionnelle décentralisée est essentielle pour amorcer ce virage numérique avec succès. L’enjeu est d’aider le personnel à s’adapter et à acquérir de nouvelles compétences. Une autre organisation du travail s’impose pour équilibrer les paysages physiques et numériques.
  • Conception et animation d’espaces collaboratifs.
    Les bibliothécaires travaillent en réseau, mais à l’heure du numérique, les collaborations doivent s’amplifier pour l’échange durable des bonnes pratiques autour des besoins communs, du développement des technologies à l’archivage pérenne, en passant par la gestion des dépôts d’archives. Les bibliothécaires commencent patiemment à coordonner des alliances intra et inter institutionnelles, et à établir clairement les rôles et les responsabilités de chacun dans cet effort partagé. Ils apprennent aussi à forger de saines relations collaboratives pour gérer collectivement les données numériques.

New roles for new times : digital curation for preservation.
Tyler Walters, Katherine Skinner
March 2011
Report Prepared for the Association of Research Libraries

 

L’alambic en chauffe

Le Monolecte, Alambic (Source FlickR, Licence Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage à l’identique)

 

  • Démontrer la pertinence et le caractère innovant de nos réalisations, avec une fluidité webdeuzéroïque et la conscience d’ouvrir la voie vers l’avenir des bibliothèques.
  • Offrir une tribune à des prises de position audacieuses, courageuses et – cela va de soi –  politiquement incorrectes.
  • Assurer et assumer notre autopromotion, et finalement convaincre le monde entier – grâce à la réalité augmentée – que le Puy de Dôme est l’Everest français.

C’est ce que ce blog ne fera pas.

Mais à quoi va-t-il donc bien pouvoir servir s’il n’assure pas ces fonctions vitales ? Eh bien :

  • À contribuer au débat blogosphérique sur les questions qui nous tiennent à cœur : le web comme ressource, la documentation électronique et l’open access, les rapports entre bibliothèque et informatique, entre bibliothécaires et informaticiens, le service des utilisateurs vu côté serveurs ; les outils de travail qui sont les nôtres, leurs limites et les moyens de les dépasser (ou de les subir à moindre frais).
  • À exposer nos projets (site web, numérisation de fonds, etc.) pour les soumettre à l’aiguillon salutaire des critiques, des discussions, voire – qui sait ? – des compliments ;
  • À défendre, de temps à autre, notre point de vue singulier de Bougnats numériques, avec ce qu’il peut avoir de pittoresque (microprocesseur laguiole, Cantal-entre-deux-point-zéro, pingrerie hein-point-d’euros,  etc.) parce que Clermont-Ferrand a, comme tous les autres charmants petits villages de province toute métropole en région, quelques curiosités locales à faire valoir. Dont le fait d’avoir une bibliothèque numérique de dix personnes, qui s’occupe à la fois de documentation et de numérisation, qui développe son propre site web, et qui prétend même tenir un blog. Mais j’en reste là : je suis juste venu allumer le feu sous l’alambic, pas anticiper sur les distillations des collègues.

 

Car ce blog est un travail d’équipe : la bibnum de Clermont, je me répète, c’est dix personnes et toutes ont  vocation, un jour ou l’autre, à apposer leur signature au bas d’un billet et leur avatar en haut. Pour l’heure, la mise en œuvre (titre, visuel, avatars) est déjà le fruit d’un labeur collectif.

Ce blog est bien un outil de travail. Je voudrais qu’il nous permette de parler de ce que nous faisons avec, quant à la forme, la liberté de ton qu’autorise le genre et, quant au fond, le sérieux que nécessite tout travail. Je souhaite qu’il nous permette d’apprivoiser le monde du ouèbedeux et donner envie à des collègues de s’y aventurer. J’espère que notre alambic produira, de temps à autre, quelques gouttes d’un nectar revigorant, propres à réchauffer la discussion. Je gage que son gargouillement entretiendra notre ardeur au travail, ne serait-ce que pour avoir quelque chose de valable à y raconter. Je rêve, bien sûr, qu’il récolte une moisson de commentaires vifs et capiteux, qui nous obligent à revenir régulièrement sur nos préjugés de Bougnats et à nous connecter à la biblioblogosphère un peu plus qu’une fois par mois (on se connectera à plusieurs ensemble pour ne pas gâcher d’électricité).

Enfin, ce blog assume sa dette envers les nombreux collègues (je ne mets pas de lien, il faut économiser la flagornerie, mais ils se reconnaîtront et vous les reconnaîtrez) qui ont déjà accédé à la Vérité Numérique : cet alambic peut être considéré comme un rejeton printanier de notre passage hivernal au bibcamp. Merci, donc.

Olivier Legendre

P.S. Ce billet est dédié à tous ceux qui, un jour, ont eu ou auront une pénible sensation de froid au creux de l’estomac en appuyant sur le bouton Publier.