La bibliothèque participe au projet de recherche Enfance Violence Exil

"Les enfants jouent au village" Mexique. Chiapas. 1984. Collection ERM.
« Les enfants jouent au village » Mexique. Chiapas. 1984. Collection ERM.

EVE : la première…le premier

Enfance Violence Exil (EVE) est un projet de recherche dont l’objectif est l’exploitation scientifique et la valorisation de collections concernant l’expérience enfantine de la guerre et ses conséquences de 1914 à nos jours. C’est le premier projet de recherche auquel la bibliothèque participe.

Initié par le CELIS (Centre de recherche sur les littérature et la Sociopoétique), laboratoire de l’Université Blaise Pascal, EVE est un projet soutenu par l’ANR dont l’approche est interdisciplinaire puisqu’elle associe des historiens, des littéraires, des linguistes… et même des bibliothécaires ! Eve réunit de nombreux partenaires dont d’autres universités (françaises et étrangères), des associations et différents services de l’université dont la bibliothèque et CreaTICE

Des collections très diversifiées forment le corpus des différents travaux menés dans le cadre d’EVE :

  • Des dessins d’enfants collectés au cours des conflits : première guerre mondiale (dessins des enfants de Montmartre), guerre d’Espagne (la collection réunie par Françoise et Alfred Brauner est à l’origine du projet), seconde guerre mondiale, autres conflits du 20e siècle (dessins de l’association Enfants Réfugiés du Monde)
  • Des témoignages
  • Des illustrations de revues ou de bandes dessinées pour la jeunesse
  • Des journaux scolaires ou collectifs
  • Des récits autobiographiques…
"Pour la victoire". Dessin des enfants de Montmartre
« Pour la victoire ». Dessin des enfants de Montmartre.
Rébus, revue Fillette 1919
Rébus, revue Fillette 1919.
La frontière Krahina-Bosnie. Dessin de l'association Enfants Réfugiés du Monde.
La frontière Krahina-Bosnie. Dessin de l’association Enfants Réfugiés du Monde.

Ces sources et les travaux les accompagnant doivent être mis en valeur sur un site web EVE (en construction)  et au travers de colloques et expositions organisés pendant toute la durée du projet (2010-2013).

Au moment où le projet EVE voyait le jour, l’Université Blaise Pascal venait d’accepter le don de Michel et Jean Bastaire : quelques milliers d’ouvrages de littérature populaire et de jeunesse du début du 20 siècle conservés à la bibliothèque universitaire de lettres. Le lien entre la bibliothèque et le projet EVE était fait.

La participation de la bibliothèque dépasse en réalité largement la proposition initiale. Voici quelques exemples du rôle que mes collègues et moi même avons pu jouer :

  • Nous avons réfléchi sur la description des ressources en vue de leur intégration dans le site Web et proposé l’adoption d’un schéma des métadonnées en Dublin Core.
  • Nous avons participé à la réflexion autour de l’élaboration du site Web (arborescence, navigation, graphisme). La réalisation de ce site a été confiée à un prestataire extérieur.
  • Nous avons proposé une organisation pour la collecte des sources et élaboré un circuit des documents en vue de leur intégration dans le site.
  • Nous avons numérisé plusieurs collections de dessins : dessins de l’association Enfants Réfugiés du Monde, dessins d’enfants de Ramallah, revues issues du fonds Bastaire.
  • Nous avons aussi pris part à la partie valorisation de la production scientifique du projet EVE en créant une collection spécifique dans HAL (EVE HAL)
  • Enfin, un de nos collègues est membre du comité de pilotage scientifique pour le colloque et l’exposition à l’Unesco prévus en décembre 2011.

Après une phase de spécifications, d’organisation et de développement du site, nous entrons maintenant dans la phase d’alimentation avec les documents composant les différentes collections.

Outre le caractère passionnant de la thématique d’EVE, la participation de la bibliothèque a été riche en enseignements

  • sur le rôle mobilisateur de ce type de  projet qui associe de multiples intervenants de profils très diversifiés (au sein de la bibliothèque numérique, des autres bibliothèques du site, de l’université …)
  • sur la description des documents (quel format de métadonnées ?) ce qui sera mis à profit pour la mise en ligne de nos propres documents.
  • sur l’expérimentation de quelques outils  pour les chercheurs
  • sur l’importance du travail de spécification des besoins en amont

Une expérience stimulante et instructive qui montre un élargissement du rôle de la bibliothèque dans le soutien à la recherche.

Souhaitons une longue lignée à EVE.

Logiciels libres et développement en bibliothèque

Quand une bibliothèque dispose d’un développeur, la question des logiciels libres est au cœur des développements. Leur utilisation amène pourtant des contraintes et influence l’organisation du travail. Voici un état des lieux sur leur pratique, avantages et inconvénients.

Un développeur seul n’est rien

Course de gnous - Licence CC BY-NC 2.0 - Par Thiery49 Flickr
Course de gnous – Licence CC BY-NC 2.0 – Par Thiery49 Flickr

Commençons par un constat : pour un développeur web, ce n’est pas très productif de programmer un logiciel de A à Z. La plupart des fonctionnalités de base (création de pages web, gestion d’utilisateurs, etc.) sont fournies par la majorité des CMS et il serait vain de vouloir faire mieux ou de les reproduire à l’identique en travaillant seul. Autre écueil, le travail d’une personne, ne peut rivaliser avec celui d’une communauté de développeurs fournissant mises à jour régulières et correctifs contre les failles de sécurité.
Cependant, on peut comprendre l’envie de l’informaticien de créer sa propre application. Concevoir, modéliser, pratiquer de manière avancée la programmation objet et les patrons de conception sont autant d’étapes passionnantes du cycle de développement. A la manière du forgeron, c’est en développant que l’on devient développeur et l’exercice de son cœur de métier lui permet de réfléchir à sa pratique de la programmation, le code devenant plus propre et efficace, et même beau, au passage.

Des logiciels de qualité

Partant de ce constat, l’utilisation des logiciels libres devient un atout considérable pour un service informatique en bibliothèque. Leur licence permet leur réutilisation, leur modification et offre au développeur la possibilité de les enrichir et les adapter en mettant ses compétences en application. La bibliothèque profite également du travail de la communauté de développeurs fournissant les logiciels, d’autant plus lorsque ces derniers sont spécialisés dans le métier. Leur nombre et leur diversité représente une manne considérable, souvent gratuite. A la BCU, nous n’hésitons pas à les tester et les déployer pour répondre à des besoins précis et ponctuels. Nous avons ainsi mis à disposition des chercheurs une galerie d’images numérisées (piwigo), pour qu’ils puissent les décrire en Dublin Core. Cette description sera réutilisable pour une bibliothèque numérique.
Bref, le tableau est presque idyllique mais à l’usage on rencontre quelques contraintes.

Une course à l’évolution

En premier lieu, intéressons-nous aux mises à jour accompagnant tout logiciel libre. Signe de bonne santé d’un projet, elles permettent de bénéficier des correctifs comblant les failles de sécurité inhérentes à tout logiciel complexe. Elles offrent également les toutes dernières innovations techniques et fonctionnelles du web. A priori, c’est donc un bénéfice de les installer et de faire évoluer le logiciel.
Mais ce processus a une contrepartie. Les temps de maintenance augmentent au fur et à mesure du nombre d’applications installées. Pour preuve, wordpress, utilisé pour l’alambic numérique, propose environ une mise à jour par semaine, que ce soit pour le corps du programme ou pour les extensions installées.
De manière générale les logiciels libres, au moins les plus actifs, souffrent d’une instabilité chronique (au sens d’évolution permanente). Prenons l’exemple de Drupal. Nous l’avons sorti en version 6, au moment même où paraissait la version 7. Dans un an et demi ou deux, quand la version 8 sera prête, la version 6 ne sera plus maintenue. Faut-il passer à la version 7 dès que possible ? Faut-il attendre la version 8 et refondre entièrement le site à ce moment là ? Si l’on veut respecter ces changements de version (et continuer à bénéficier du support de mise à jour), le remplacement du site impliquera de recommencer un cycle de développement (cahier des charges, acquisition de connaissances, formation des utilisateurs, etc.) peu de temps après le précédent.
Il faut toutefois pondérer cet inconvénient. Si le logiciel évolue, les services évoluent en parallèle. Dans deux ans, on peut imaginer que de nouveaux besoins seront apparus et que le remplacement de notre site deviendra évident, et pas seulement pour des raisons logicielles. En bibliothèque, l’avenir proche amènera sans doute à s’intéresser au web de données et au format RDF. On peut toutefois se demander si les efforts fournis aux étapes précédentes ont le temps de porter leurs fruits.

S’adapter au cycle de vie des logiciels apporte son lot de questions importantes : Comment gérer au mieux l’ensemble d’un grand nombre de logiciels installés en interne ? Comment ne pas se laisser déborder par les tâches de maintenance? Comment profiter des changements de version sans devoir tout recommencer à chaque fois ?
Nous n’avons pas les réponses dans l’immédiat, mais ces questions seront au cœur de nos travaux à venir…

 

Logiciels libres et bibliothèques est une association de plus en plus répandue. Leur utilisation amène pourtant des contraintes et influence l’organisation du travail. Voici un état des lieux sur leur pratique, avantages et inconvénients.

Un formulaire en ligne pour décrire les ressources…

Les formulaires en ligne de google document, vous connaissez ? Non, il ne s’agit pas de faire de la pub pour google qui prétend organiser toute l’information du monde, non, pas de polémique ici, mais juste rendre compte de l’utilisation d’un outil bien pratique, ergonomique, pas très connu encore, et que nous utilisons de manière très spéciale à la BCU depuis quelque temps.

La première fois que j’ai utilisé les formulaires google document, c’était il y a quelques années, lorsque pour le groupe Etudes et enquêtes du GT Couperin sur les ERMS, nous avions mené l’enquête préalable à l’implémentation d’un ERMS partagé.
Outil d’enquête, le formulaire adressé à l’ensemble des responsables docelec des bibliothèques de l’enseignement supérieur permettait de visualiser, sur un classeur excel en ligne, l’ensemble des réponses aux questions posées, selon l’ordre que nous avions défini. A l’époque, j’avais trouvé l’outil épatant. Les réponses aux questions s’affichaient sur le classeur instantanément, aussitôt les questionnaires remplis.

Parasol par Bread Mouth sur Flickr

Quelques années plus tard, à la bibliothèque Clermont Université,  lorsqu’il a fallu trouver le moyen de permettre aux chercheurs du projet Enfance Violence Exil de décrire les dessins d’enfants numérisés pour être mis en ligne sur le site du projet EVE en construction, j’ai pensé à ces fameux formulaires en ligne de google document. Ils permettent de guider aisément les novices dans l’univers standardisé du Dublin Core, en donnant aux usagers toutes les indications nécessaires pour remplir correctement les métadonnées. Il suffit de remplir un classeur google docs avec quinze colonnes correspondant aux éléments du Dublin Core, le transformer ensuite en formulaire (outils/ edit form), inscrire enfin tous les conseils pour faciliter la description. Lorsque les formulaires sont remplis, les métadonnées sont prêtes à être exportées et exploitées dans la bibliothèque numérique.
Nous avons aussi utilisé ce formulaire pour recueillir les métadonnées des ressources associées à notre projet de bibliothèque numérique sur Philippe Glangeaud, qui fera l’objet d’un prochain billet.

Finalement, c’est dans le contexte de la bibliothèque numérique un outil de médiation entre le monde de la bibliothèque et le monde de la recherche, une manière de faire coïncider les exigences documentaires normalisées de la description des ressources avec une plaisante simplicité d’utilisation.

Drupal à la BCU (une étude de cas)

Rouages - Par Олександр - Licence CC BY 2.0 - Flickr
Rouages – Par Олександр – Licence CC BY 2.0 – Flickr

Dans un billet précédent, nous vous présentions les raisons du choix du CMS Drupal pour notre site. Voici maintenant une présentation plus précise de sa configuration. Elle ne se veut pas exhaustive ni exemplaire mais nous espérons ainsi contribuer à la discussion sur les multiples possibilités offertes par ce CMS.

Bien choisir les types de contenus

Comme le décrivait Camille dans un billet sur l’organisation du portail, la première étape a consisté à classer les contenus en différent « types de contenu », notion phare de Drupal. À ce stade, ce choix a une répercussion importante sur l’organisation du site à venir et notamment sur la configuration des modules à utiliser. Autrement dit, c’est un moment important du processus de construction et il s’agit de bien connaître quels sont les enjeux de cette classification.
Pour faire vite, un type de contenu est un gabarit commun à plusieurs contenus partageant des caractéristiques communes. Par défaut, Drupal propose ainsi les types « pages » et « articles ». Un article peut accueillir les commentaires de ses lecteurs alors qu’une page ne propose pas cette fonctionnalité.

Un tri par métadonnée

Mais Drupal ne s’arrête pas là. Grâce au module CCK, on peut enrichir les types de contenus (ceux par défaut et d’autres nouvellement créés) avec des attributs supplémentaires. En plus des commentaires, on pourrait alors ajouter un champ « sujet » permettant de classer un article. Par exemple, le type « base de données » utilisé sur notre site comporte 10 champs descriptifs dont l’éditeur, l’url d’accès et la discipline.
Ces métadonnées ont une autre vertu. En plus de qualifier un contenu et d’améliorer sa description, elles permettent de regrouper des contenus en fonction d’une caractéristique commune. Ainsi, il est aisé d’afficher toutes les bases de données ayant la médecine pour discipline  ou d’afficher toutes les articles dont le sujet est « puy-de-dôme », Drupal gérant (presque) nativement cette option.

Une page d’accueil par type de contenu

Pour en revenir au site de la BCU, nous avons répartis les contenus dans 7 types différents : « bases de données », « pages », « événements », « mercredis de la science », « jeudis du patrimoine », « actualités », « boite à outils ». Les pages sont utilisées pour le contenu éditorial du site. On les retrouve via le menu de navigation principal.
Pour chaque type de contenu (sauf « pages » et « boite à outils ») nous avons ajouté une page d’accueil en développant un module adéquat. Sur cette page nous offrons au visiteur différents point d’accès aux contenus. Pour les bases de données par exemple, la page d’accueil propose un accès par disciplines, par index alphabétique (autant d’attributs déclarés dans le type de contenu correspondant) et enfin une liste de toutes les bases à accès payant (encore un attribut personnalisé). Vous pouvez voir d’autres exemples de page d’accueil pour les Mercredis de la science, les jeudis du patrimoine et les actualités.

L’agenda culturel est bâti sur le même principe mais assemble des contenus de différents types. On trouve sur cette page les derniers événements ainsi que les Mercredis de la science et Jeudis du patrimoine à venir.

Des modules appropriés

Pour un non-developpeur, le module views permet de créer ces pages fournissant différents points de vue sur les types de contenu. Cependant, nous avons choisi de ne pas l’utiliser. La création de modules « à la main » permet de mieux comprendre le fonctionnement de Drupal et de se passer d’un outil complexe comme views, pas toujours facile à mettre en oeuvre. Il a pourtant le mérite d’être utilisable par quelqu’un qui ne connait pas PHP et SQL.

Pour finir, voici la liste des principaux modules utilisés à la BCU :

  • IMCE : pour la gestion des images.
  • Menu block : pour scinder le menu principal en sous-menus utilisables dans des blocs.
  • Scheduler : pour programmer la publication des actualités.
  • CCK : pour enrichir les types de contenus avec des métadonnées adéquates.
  • Piwik : pour les statistiques.
  • Date : pour la gestion des dates et de leurs formats.
  • Site map : pour le plan du site.
  • Tagadelic : pour le nuage de mots-clés.
  • Captcha : pour la protection des formulaires.
  • Wysiwyg : pour l’activation de l’éditeur tinymce.
  • Fil d’ariane : un module interne pour la gestion du fil d’ariane, basée sur l’url des pages. Le fil d’ariane n’est pas le problème le plus simple à résoudre avec Drupal. On se heurte au choix entre contenus associatifs et contenus hiérarchisés, discuté sur drupalistic.

Quelques commentaires sur : ERMS et Sudoc (Journées ABES 2011)

Pour mes premières Journées ABES, j’ai assisté, entre autres, à l’atelier concernant le projet Couperin d’ERMS partagé et son intérêt pour l’ABES.

Je ne m’attarderai pas sur les conclusions du groupe pilote sur la solution d’ERMS proposée par Proquest : le fonctionnement de l’outil n’est pas adapté à la mutualisation puisqu’il n’est pas possible de faire des ajustements sur les bouquets dans les instances locales. Il semble donc que les objectifs de Couperin, qui procèdent d’une vision macroéconomique, et ceux des établissements, qui requièrent une gestion fine des ressources, soient inconciliables au sein d’un même outil.

Chausse pied
Chausse pied, axelletourmetz, Flickr

L’analyse comparative de l’ERMS et du Sudoc est intéressante, pour l’ABES comme pour nous. L’ABES a pour mission de signaler toutes les ressources disponibles dans le réseau et nous avons, nous bibliothèques, pour vocation de signaler toutes nos ressources à nos usagers. Or, nous avons pressenti depuis fort longtemps que nos catalogues, entendez nos SIGB, ne sont pas les mieux à même de rendre compte des fluctuations subies par les ressources électroniques. En d’autres termes, ce n’est pas par flemme ni attentisme que nous ne cataloguons pas les ressources électroniques en Unimarc. C’est parce que les catalogues, et le Sudoc en est un autre, gèrent bien des stocks, mais pas des flux.

En la matière, les bases de connaissance des outils de type A-Z sont imbattables. Les données sont bonnes, régulièrement mises à jour par des équipes de 40-50 personnes, l’ergonomie et le format de description sont bien appropriés, etc.

Il paraît donc évident que l’ABES aurait tout intérêt à participer au signalement des ressources électroniques via un ERMS. Encore faudra-t-il imaginer l’articulation de la base de connaissances avec le Sudoc (circuit d’import) et prévenir les restrictions possibles (droits de réutilisation des notices en particulier).

Il me semble qu’après 10 ans de tergiversations, l’on soit en passe de trouver des solutions techniques adaptées à nos problématiques de signalement. On va enfin pouvoir sortir du tout catalogue pour aborder des outils non pas omnipotents, qualité que l’on prêtait aux SIGB, mais spécialisés et interopérables.

La mariée était en position dominante

 

De gauche à droite: le CNRS, le CEA, la CPU, et deux universités auvergnates ; les époux Curie sont encore à la porte (on les voit sur la vidéo du mariage).

Il était une fois une jeune fille un éditeur que nous appellerons Elvire pour ne pas lui faire de peine, et un prince charmant consortium que nous appellerons Rameau parce que donner un nom de musicien à un consortium d’établissements scientifiques, c’est un peu comme promettre l’harmonie universelle par le savoir : comment y résister ?
Un beau jour, Rameau décida de s’espousailler avec Elvire pour trois ans. Pierre et Marie Curie désapprouvèrent hautement cette union mais finirent par se joindre au cortège, avec un peu de retard et non sans obtenir une dispense partielle de participation à la dot. Le bouquet de la mariée, il faut dire, pesait ses trente millions (d’euros, pas d’amis). Tous les autres signèrent avec un bel ensemble, dans la solidarité et la bonne humeur ou presque (notre photo). Ils furent très heureux pendant deux ou trois ans et eurent de nombreux téléchargements. Ensuite ils recommencèrent à se chipoter mais en restant ensemble pour préserver les téléchargements et éviter que le bouquet de la mariée ne soit coupé. Incroyable ce que les musiciens peuvent aimer les bouquets.

Avant de me lancer dans la passionnante exégèse de ce conte de faits, une parenthèse : je sais que négocier est un travail difficile ; que ce n’est pas moi qui ai eu à affronter les commerciaux d’Elvire en réunion. Tout à fait d’accord, chacun a fait de son mieux et je ne suis pas là pour tresser des couronnes, ni laurier ni épines, mais juste pour apporter mon point de vue.

Reprenons, donc :
Clermont-Ferrand s’est fait tirer l’oreille pour signer ce curieux contrat de mariage, sous prétexte que 450 000 € pour avoir droit au bouquet de la mariée, c’est beaucoup pour une petite métropole de province. Mais nos rechignements de paysans près de leurs sous ne justifient pas un billet. Ce qui le justifie en revanche, ce sont quelques préjugés (les miens, s’entend) que j’ai cru devoir réviser au terme de la  négociation. En voici trois tirés du lot (des préjugés, j’en ai plein d’autres, mais préservons quelques futurs billets potentiels), dans leur plus crasse simplicité :
– Pierre et Marie Curie ont fait cavalier seul ;
– Elvire est en position dominante et on n’y peut rien ;
– Le problème, c’est le CNRS.

Pierre et Marie Curie ont fait cavalier seul. Bien sûr, c’est vrai. Pierre et Marie Curie ont publié urbi et orbi, il y a près d’un an, leur intention de ne pas signer. On peut appeler ça de l’égoïsme. Ou alors du courage : celui d’aller défendre une ligne non-conformiste à l’intérieur d’un établissement et de la faire voter ; de l’assumer à l’extérieur en supportant d’être montré du doigt par les voisins ; de résister aux pressions rudes et plus ou moins explicites de la communauté. Je n’ai pas lu ce mot dans les commentaires qui ont été fait sur l’attitude des époux Curie, et c’est pourtant le premier auquel j’ai pensé. Mais ce qui est courageux dans le courage, c’est précisément qu’il est rarement reconnu comme tel sur le moment et qu’on lui donne à la place un tas de noms plus consensuels : orgueil, bluff, calcul tactique, ambition personnelle, etc. Personnellement, je reste sur l’impression que Pierre et Marie Curie ont peut-être joué cavalier seul (et encore, un cavalier seul bien collectif…), mais qu’ils ont aussi montré l’exemple de ce qu’on peut obtenir comme résultat avec un geste politique courageux (j’allais écrire culotté, mais c’est un blog professionnel, ici, un peu de tenue).

On ne peut rien faire contre Elvire, elle est en position dominante : Ce serait bien si Elvire avait tous les défauts : elle serait riche, cynique et méchante, elle serait le mal. Et nous on serait les gentils qui ne pourraient rien faire. Très consolante pensée qu’il m’est arrivé de caresser, mais tout de même, Elvire a une vulnérabilité, c’est que son argent est à nous (jusqu’au paiement, en tout cas). Si un jour nous ne pouvons ou ne voulons plus payer, Elvire vire au rouge. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est un analyste financier, obligeamment relayé par Marlène Delhaye. Sans aller jusqu’à cette hypothétique apoplexie éditoriale, dans la négociation de cette année, force est de constater que la mariée a préféré écorner un peu ses principes (maintien du chiffre d’affaires de chacun) pour que tout le monde accepte de se joindre au cortège. Il est vrai qu’entre gagner un peu moins plus (mais un peu plus quand même) et un peu moins tout court, un commerçant hésite rarement. Il n’y a donc pas de raison qu’une épreuve de force un peu vigoureuse tourne forcément à la déconfiture du consortium, s’il en prend l’initiative (j’allais écrire : s’il en a le culot ; mais gardons un peu de distinction).

Le problème, c’est le CNRS. Ah, ça, pour le coup, la participation du CNRS est un vrai problème : il arrose toute la France mais par petites taches, doublonnant partiellement les achats de l’université (le fameux « on paie deux fois » et sa kyrielle d’arguments et contre-arguments). Oui oui oui. Mais en l’occurrence, ce problème a fait levier puisque le CNRS, en refusant de faire les quatre volontés d’Elvire (exercer un contrôle strict sur l’utilisation de ses connexions par les seules personnes qui y sont rattachées et, je présume, financer ledit contrôle), a permis d’arracher cette intéressante et inconcevable concession : une diminution localisée de chiffre d’affaires. Un problème qui permet de progresser, on peut aussi appeler cela une solution.
Qu’Elvire déplore le manque de coopération du CNRS, c’est bien naturel. Mais son fiancé pourrait tout aussi bien adopter le point de vue opposé et s’en servir comme levier, sans forcément gâcher le mariage : bien des promises respectent d’autant plus leur galant qu’il sait, au besoin, leur résister.

Allons, un peu de sérieux. Elvire reste très forte, bien sûr. Mais ce qui s’est passé montre que sa force n’est pas sans limite face à qui assume le risque d’une rupture. Du reste, la conclusion du bureau de Rameau lors de la dernière AG m’a beaucoup plu. En substance, ça ressemblait à  « Nous sommes en guerre, et pour aller au combat, il faut être prêt ». J’applaudis de tout mon clavier (à l’écran ça donne à peu près moqashiflqauirefhqloruei…) et du coup, quelques vaguelettes belliqueuses écument dans mon âme pacifique de bibliothécaire. Par exemple :
– On pourrait peut-être rebaptiser Rameau « Surcouf » (Société Utile aux Réductions de coût des Organismes et Universités Françaises) ou « Richelieu » (Réseau d’Irrigation Humaniste en Liens pour Établissements et Universités) ? Parce que franchement, pour aller à la guerre, un nom de musicien…
– On pourrait peut-être aussi entamer des discussions internes ouvertes avant que la pression ne soit trop forte, pour ne pas laisser Elvire choisir le lieu et le moment de la prochaine bataille ?  Juste histoire de bien huiler les possibles leviers d’action qu’il faudra manoeuvrer le moment venu.
Car la négociation, si j’ai bien compris, relève de l’art et non de la science (si c’était une science, les scientifiques s’y entendraient sans doute mieux). Ou alors c’est éminemment une science de la pratique et de l’instant.
Une science directe, en quelque sorte.

Blog-notes, actualités : les contenus du nouveau portail BCU à la loupe.

Encore un billet sur notre nouveau portail BCU, la parole est à la webmestre.

poupées russes

Après avoir envisagé la construction du site web du côté de la technique, envisageons-la du côté du contenu.

Lorsque je suis arrivée à la bibnum, le 1er Octobre dernier, ma première mission était de donner forme au nouveau portail de la BCU, sachant qu’il y aurait, c’était prévu, un site principal, et autant de mini-sites qu’il y a de sections, pour faciliter la mise en ligne des contenus. En amont, il a bien fallu concevoir la structure du site principal et des mini-sites, définir les fonctionnalités principales, et les types de contenus. Cela suppose d’abord faire la typologie des contenus que l’on aimerait trouver dans un site de bibliothèque : Les actualités, les pages bases de données, les pages bibliothèques qui alimenteront le répertoire, mais aussi les « mercredis de la science » les« jeudis du patrimoine », les outils, etc. Puis, il faut définir comment se présentent et s’organisent  ces contenus, comment les indexer pour facilement les retrouver.

Nous voulions une architecture décentralisée dans laquelle chaque section puisse éditer les contenus relatifs à la vie et aux collections des bibliothèques. Alors est venue l’idée des réseaux disciplinaires, les mini-sites se sont appelés réseau lettres, réseau sciences et STAPS, réseau droit et sciences économiques, réseau santé, réseau IUT, réseau IUFM. Rien de très ésotérique. Des communautés de bibliothèques universitaires spécialisées pour des publics spécifiques.

Au début du projet, cette distinction des sites des sections a suscité chez les collègues quelques appréhensions. Six mini-sites gérés par les sections ? Et qui va faire quoi ? Le CMS drupal permet une fine répartition des rôles. Sachant qu’il y a en moyenne deux administrateurs par section, et un nombre variable de contributeurs, les conservateurs des sections qui avaient la fibre éditoriale sont naturellement devenus administrateurs de leur mini-site, les autres collègues intéressés sont devenus contributeurs. Au final, dans certains cas, c’est toute l’équipe de la section qui prend en charge l’alimentation de leur site. Ce que l’on pouvait craindre aussi, c’est que l’inégale répartition des forces entre les équipes des sections ne génère un déséquilibre éditorial entre les mini-sites. Certains sites sont plus alimentés que d’autres, mais les déséquilibres tendent à se résorber. Les collègues se sont bien appropriés l’outil, ayant bénéficié d’une formation idoine.

Si nous avions bien un site principal et des mini-sites, pour faciliter l’appropriation du CMS par les collègues des sections, il ne fallait pas que cette distinction ne soit trop visible. Pour les usagers, il fallait bien maintenir l’impression de naviguer dans un seul et même site, en parcourant plusieurs réseaux, sans changer totalement d’univers graphique. Il fallait maintenir l’unité du portail face à cette multiplicité des mini-sites en réseaux. Cet impératif nous a amené à revoir la structure des mini-sites, à commencer par le menu. Nous avions conçu le menu du site principal comme une architecture permettant de déployer l’offre générale de toute la BCU en termes de ressources, de services, et d’activités culturelles. Les menus des mini-sites présentent aux usagers des bibliothèques spécialisées l’offre documentaire spécifique des sections. Pour garder cette impression de naviguer sur un seul et même site, il nous fallait un menu unique sur le bandeau horizontal, et en toute logique, c’est le menu du site principal que l’on a gardé comme référent. Il était important de ne pas trop cloisonner la navigation et sectoriser l’information. Nous avons placé à gauche les menus spécifiques des mini-sites pour rétablir l’équilibre entre ressources et services spécifiques offerts par une section et l’offre globale de l’ensemble du réseau de la BCU.

Pour les réseaux disciplinaires, nous avons souhaité un positionnement à la fois d’expertise et de proximité. Expertise des bibliothécaires, prêts à donner des conseils bibliographiques ciblés, à mettre en œuvre des formations spécialisées, à donner des pistes aux étudiants, pour qu’ils réussissent. Proximité, car ces mini-sites s’adressent d’abord à un public d’étudiants habitués à venir souvent dans la même BU, désireux de savoir jusqu’à quand vont durer les travaux, si la BU ferme pendant les vacances, ou pour combien de temps ils peuvent garder leurs livres empruntés. Impatients d’utiliser leurs mini-sites, les bibliothécaires du réseau attendaient avant tout un outil de communication. Ces mini-sites allaient pour eux être l’occasion de partager leurs expertise documentaire, et de jouer en ligne leur rôle de personne ressource. C’est la raison pour laquelle au sein de chaque mini-site, on trouve bien un blog orienté sur la discipline de la section où les bibliothécaires font la promotion des nouveaux ouvrages, commentent l’actualité scientifique, donnent des conseils de lecture, bref, valorisent les collections et les services de leur bibliothèque.

Je me souviens au bibcamps, lors de l’atelier « repenser son site web » avoir présenté la maquette de ce nouveau site. Nous étions en plein débat sur le rôle des sites de BU. L’objectif premier d’un site de BU, disait-on, c’est de proposer des services en ligne. Tous les services de la bibliothèque devraient avoir un décalque web. Je suis bien d’accord, et c’est bien dans cette direction que nous allons, pour faciliter l’accès aux ressources, et simplifier les démarches des lecteurs. J’avais aussi noté cette phrase : « l’enjeu d’un site de bibliothèque n’est pas le contenu éditorial, mais les services en ligne qu’il propose. » Là, je ne suis qu’à moitié d’accord. A mes yeux, le contenu éditorial a autant d’importance que les services en ligne, car par le contenu, c’est toute la bibliothèque qui prend position vis-à-vis des lecteurs. Et puis, du contenu de qualité, n’est-ce pas aussi un service ?

Drupal à la BCU

Mickael Welsing (Lic. CC BY-ND 2.0), FlickR
Mickael Welsing (Lic. CC BY-ND 2.0), FlickR

Le site de la BCU est officiellement en ligne depuis le 15 avril 2011. Le portail Archimed a laissé place à un site principal et plusieurs mini-sites pour les sections, tous équipés du CMS Drupal. Si ce logiciel fait désormais partie de notre quotidien le choix de l’utiliser ne s’est fait qu’après mûre réflexion. Retour sur l’historique et les raisons de son utilisation…

Du coté de la technique

C’est dans le courant de l’année 2010 que se pose la question de trouver des solutions pour remplacer notre portail vieillissant. Nous commençons alors un travail de veille pour trouver des outils en adéquation avec nos besoins.

Du coté technique, plusieurs pistes émergent. Nous pouvons utiliser un framework de développement et tout coder à la main. C’est très plaisant pour le développeur, ça l’est moins pour les administrateurs du site qui dépendent dès lors de l’informaticien pour ajouter ou modifier le programme dont lui seul a les clés. Autre inconvénient : partir de rien et développer dans son coin n’est pas très productif surtout qu’il existe de nombreux logiciels de qualité, libres de surcroît, partout sur la toile.

Nous pensons alors à utiliser un CMS permettant d’administrer le site facilement sans tout réinventer. L’idée est séduisante mais l’outil devra être évolutif pour que l’on puisse l’adapter comme on le souhaite.
Parmi d’autres, Drupal devient ainsi un candidat bien placé car il intègre nativement un système de modules permettant l’ajout de nouvelles fonctionnalités.

Les bibliothèques et Drupal

Au même moment, ce logiciel a le vent en poupe. Du site de presse comme Mediapart au site institutionnel de la maison blanche, Drupal est largement employé et pour des sites de différents types (e-commerce, presse, etc.).

L’argument de sa notoriété grandissante n’est pas déterminante en soi pour faire notre choix, cependant sa communauté d’utilisateurs et de développeurs très active est un bon indicateur de sa qualité. D’autant plus que parmi eux, des bibliothèques contribuent à son expansion par des modules spécialisés. Citons par exemple les bibliothèques américaines d’Ann Arbor, et de Palos Verdes.
Point intéressant, le catalogue de ces deux bibliothèques est géré par Drupal!

Au gré de nos recherches, nous découvrons qu’il fournit d’intéressants outils pour la profession : OPAC de nouvelle génération, recherche avec rebond par facette, protocole OAI, dublincore, etc. sont autant d’aspects techniques qui rencontrent un écho à la bibliothèque numérique et nous confortent sur cette piste de travail.

Sur le site officiel du CMS, on trouve même un groupe dédié à la profession. Parmi les modules développés par ces « biblio-drupaliens », SOPAC nous plait particulièrement afin d’exposer notre catalogue sur le web et transformer notre OPAC à l’ergonomie limitée en un outil plus moderne.

Autre point positif, la notion de type de contenu utilisée par Drupal se rapproche de la notion de notice en bibliothèque. Une page peut-être affublée de métadonnées paramétrables à volonté. L’idée d’en faire notre bibliothèque numérique se profile alors. Le module OAI fourni par la communauté ouvre de belles perspectives.

Une configuration technique souple et modulable, des fonctionnalités usuelles à ne pas réécrire, des modules adaptés aux bibliothèques, nous incitent donc à choisir Drupal.

A l’heure qu’il est, nous n’avons pas encore exploré toutes ces pistes (notamment le catalogue en ligne) mais la sortie du site et surtout l’abandon de notre ancien système centralisé est une étape importante et promet d’intéressantes évolutions, qui feront l’objet de prochains billets sur l’alambic…

Mis en bouteille à la propriété

Bottle filling, par Andrew Ressa (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, par de modification).

Le jour où paraissait ce blog, la BCU changeait de site web : On peut encore se faire une idée de notre ancien site grâce à la machine à remonter le web. Notez que les dernières captations ayant deux ans, les modernisations esthétiques et fonctionnelles récemment effectuées demeureront à jamais ignorées des historiens. Quelle injustice !

Les raisons de ce changement sont d’une banalité à côté de laquelle une réflexion sur les caprices de la météo paraît audacieuse. J’aurais honte d’y consacrer un billet, d’autant que le superbe éloge funéraire de Lully pour le portail qu’il a jadis connu, conviendrait très bien pour le nôtre (c’est ainsi que la grande littérature atteint à l’universel par le particulier). Allez donc le lire, sans en négliger les commentaires, qui donnent à penser que la fermeture définitive de ces portails grandioses mais un peu lourds à manœuvrer est désormais à l’ordre du jour dans plus d’une bibliothèque.

Le pittoresque de l’affaire à Clermont, c’est que pour le nouveau site, au lieu de s’adresser à un fabricant pour lui acheter son outil, nous nous sommes, si j’ose dire, procurés un fabricant (ce ‘nous’ est institutionnel : le choix a été fait avant mon arrivée et je me contente d’en récolter, chaque jour, les bénéfices). Je résume :

  • Entre 2003 et 2009, frustration grandissante face à un portail « clé en main » dont nous n’avions pas la clé et sur lequel nous n’avions pas la main. Pour toute retouche, rappelez le fournisseur (prévoir budget) ; pour toute contribution, passez par la bibnum, la gestion des droits étant bien verrouillée (normal pour un portail, non ?) ; pour l’accès à la documentation, vous êtes toujours à la limite du correct, mais généralement du mauvais côté de cette limite (pour amélioration, prévoir budget ; sans certitude d’aboutir).
  • Décision est prise alors de passer à la production maison – donc de faire de la bibnum un outil de production. Le développement étant un métier, la B.U. recrute un développeur (fin 2009). Une nouvelle webmestre rejoint aussi le service fin septembre 2010, pour un bouclage prévu fin décembre. Même pas peur.

Nous voulions un site :

  • s’appuyant sur un logiciel libre (et gratuit, cela va sans dire) ;
  • sur lequel nous aurions entièrement la main pour le modifier constamment ;
  • permettant à des collègues nombreux et dispersés de rédiger des pages sans envoyer six courriers électroniques à la bibnum ;
  • et, bien sûr (première pensée, dernière nommée), accélérant l’accès à la documentation pour les utilisateurs.

Ces grandes lignes étant arrêtées au printemps 2010, la gestion du calendrier nous a procuré un petit frisson délicieux, puisqu’il a fallu planifier l’arrêt de maintenance de l’ancien site début 2011, sans être sûrs que le nouveau serait prêt à temps en cas de problème. La politique du fournisseur (un an de maintenance ou rien !) et notre auvergnitude nous ont aidés à choisir (trois mois de risque contre un an de facture = pas d’hésitation). La crainte de se trouver sans site web en cas de gros pépin a sans doute contribué à motiver les troupes, mais l’avantage du travail maison, c’est l’élimination des pertes d’énergie liées à la gestion externalisée : cahier des charges (au sens pesamment paperassier du terme) délais de transmission et de traitement de l’information, phases de validation, etc. Par ailleurs, l’expérimentation, la mise en test provisoire et l’erreur sont autorisées et ne portent pas à conséquence.

Au total, entre septembre 2010 et février 2011 (date de mise en place de la version test), un nouveau site web a vu le jour.

  • Il s’appuie sur un logiciel libre (sur lequel bientôt vous saurez tout) ;
  • Il peut être modifié et re-modifié sur commande de façon quasi-instantanée (notre développeur et notre webmestre en savent quelque chose, sur qui pleuvent les demandes d’améliorations) ;
  • Les collègues peuvent raconter leur vie dedans sans nous consulter (et ils le font, par exemple , et ) ;
  • Et l’accès à la documentation est en progrès, comme en témoigne le dernier billet paru.

Deux points pour conclure :

  1. Sur les questions de gros sous : je ne me hasarderai pas aujourd’hui à évaluer financièrement l’intérêt de ce mode de travail par rapport au fonctionnement « normal » (cahier des charges – appel d’offres – choix du prestataire – suivi de projet – contrat de maintenance) : un des bénéfices du fait-maison étant qu’il me dispense de regarder tous les jours mon tableur budgétaire et ma calculette, je ne vais pas aller les rechercher gratuitement pour le plaisir de démontrer que j’ai fait des économies. D’ailleurs, on ne peut envisager ce débat que dans le long terme.
  2. C’est aussi dans le long terme que le choix révèlera ses avantages : nous pouvons maintenant envisager d’autres chantiers avec la même liberté de manœuvre, d’expérimentation et d’erreur que celui du site web. Or la liberté, ça peut avoir un coût, le cas échéant.

Mais ça n’a pas de prix ;-).

Notre gestion des accès avec EZproxy et Shibboleth

Chine 中国 - Kaili
par Thierry B, sur Flickr

La solution technique permettant de proposer les accès off campus à nos usagers a été complètement modifiée, afin d’améliorer à la fois notre gestion et l’expérience des utilisateurs.

Profitant de la refonte de notre site web, de la nouvelle version d’EZproxy et de l’intégration de nos services et du CRRI dans le PRES Clermont Université, nous avons décidé de déployer une solution unique pour 3 établissements : Clermont I, Clermont II et l’IFMA. Un seul proxy gère la redirection des connexions vers les contenus web. Mais, pour authentifier les utilisateurs via des LDAP distincts, nous avons installé shibboleth en entrée de proxy et déclaré le proxy comme ressource à la fédération RENATER.

Chaque établissement conserve ainsi la maîtrise de ses utilisateurs tandis que la bibliothèque peut utiliser l’url proxifiée unique d’une ressource au lieu de 3. Nous pouvons ainsi signaler sur notre site toutes nos ressources avec leur url d’accès distant. Et pour ne pas pénaliser les usagers non-universitaires ne possédant pas d’identifiant LDAP, le proxy laisse passer les connexions provenant des différentes bibliothèques du réseau grâce à la reconnaissance de leur IP.

Maintenant, on peut s’atteler à l’implémentation du résolveur de liens…

Nouveaux temps, nouveaux rôles pour les professionnels de l’information : la gestion et la préservation des collections numériques.

Un rapport de l’association des bibliothèques de recherche paru en mars 2011 fait le point sur le rôle des bibliothèques de recherche. « Digital curation for preservation », le titre du rapport annonce tout un programme. On pourrait le traduire avec les expressions « édition électronique », « sélection et gestion des contenus numériques » ou « archivage pérenne », ou garder présent à l’esprit le sens premier de curation :  soin, traitement de l’information numérique en vue de sa préservation. L’enjeu ? préserver numériquement notre mémoire collective.

A l’heure où prolifère l’information numérique,  où est la valeur ajoutée des bibliothèques de recherche ? Quelque part dans la chaîne des évènements qui produit de l’information et des nouvelles connaissances.

Le travail des bibliothèques s’est historiquement organisé autour du service public, de la bibliographie, et de la constitution de collections pour les usagers, avec, pour corollaire, les services d’acquisition, de catalogage,  et d’accès aux collections.

Aujourd’hui,  la bibliothèque numérique s’articule autour de trois concepts clés : l’infrastructure, le contenu, les services.

Dans l’infrastructure, s’imbriquent « l’équipement, les technologies, et l’expertise humaine appliquée à l’organisation ». En d’autres termes, l’infrastructure, ce pourrait être l’équipe de la bibliothèque numérique, avec toutes ses compétences technologiques et tout le matériel dont elle dispose : postes informatiques, serveurs, banc de numérisation, baies de stockages.

Le contenu, c’est tout le contenu que la bibliothèque numérique rend accessible, des ressources électroniques souscrites aux collections numériques produites.

Les services incluent les services bibliographiques traditionnels, mais aussi les services émergents dans le domaine virtuel : la production d’informations, l’accès, la dissémination, et l’archivage pérenne.

Or, infrastructure, contenus, et services sont directement impactés par le changement de paradigme que vivent les bibliothèques de recherche aux niveaux culturels et institutionnels.

De nouvelles missions s’imposent alors pour les bibliothèques :

  • Cyber-infrastructure et collaborations :
    L’enjeu est de créer, disséminer et préserver l’information numérique au sein de l’infrastructure, pour que les chercheurs puissent communiquer en toute efficacité, sans qu’ils aient besoin d’inventer, à chaque nouveau projet, de nouveaux outils de médiation scientifique.
  • Acquisition et hébergement :
    La plus-value des bibliothèques de recherche est dans la gestion numérique et la préservation de la production intellectuelle des chercheurs. Reste à leur mettre à disposition des plate-formes en ligne pour héberger tous ces types de contenus. Réaliser une archive ouverte institutionnelle, par exemple, ou une bibliothèque numérique pour valoriser les collections numérisées, tous ces projets entrent de plein-pied dans ces missions.
  • Edition électronique, services de gestion et de préservation.
    L’acquisition est donc complémentaire à la production de contenus, et à l’archivage numérique pérenne. L’enjeu est de créer de forts partenariats entre la bibliothèque et la communauté académique.  Car les bibliothèques sont sans doute les mieux placées pour offrir aux usagers des solutions de publication électronique, quitte à envisager des partenariats avec les presses universitaires. Les bibliothèques bénéficient aujourd’hui d’un capital d’expériences réussies dans le domaine de la publication électronique, de la production de journal en libre-accès aux archives ouvertes, en passant par les éditions universitaires numériques.

Avec ces mutations, le profil du bibliothécaire est amené à se diversifier, et de nouvelles tâches émergent.

  • Conseils en acquisition et en droit d’auteur.
    A la mission initiale du bibliothécaire, veiller à la qualité, à la pertinence et au maintien des collections, s’ajoutent de nouvelles exigences : établir de nouveaux critères pour évaluer la stabilité, la viabilité et l’authenticité des fichiers numériques, dès l’acquisition. Avec l’assistance des juristes, les bibliothécaires créent et ajustent les politiques d’acquisition et d’échange pour garantir le maintien  et la préservation du contenu numérique.
  • Formation des usagers.
    Ce rôle a des aspects physiques et virtuels. Les bibliothécaires sont de plus en plus impliqués dans la vie du campus pour offrir en partenariat avec les enseignants des services de références virtuelles, et des environnements propices à l’auto-formation.
  • Observation anthropologique des usages.
    Les bibliothécaires s’immergent volontiers parmi les natifs du campus et observent, étudiant leur production d’information et leurs habitudes de consommation. Si les bibliothèques de recherche espèrent anticiper les futurs besoins de leurs usagers, elles doivent au préalable bien identifier leur public : des personnels administratifs aux professeurs en passant par les étudiants.
  • Construction de systèmes d’information documentaire.
    Concevoir l’architecture d’espaces physiques, mais aussi virtuels, comme un site web, une archive ouverte institutionnelle, et d’autres systèmes d’information. Et d’autres activités plus discrètes : établir des licences, créer des métadonnées, des recherches sur le droit d’auteur. Accoutumer les étudiants à de nouveaux modes de publication numérique.
  • Production de contenus et dissémination.
    La conservation des collections, mission historique des bibliothécaires, demeure au cœur du métier, mais la mission a de nouveaux atours : c’est l’attention portée au cycle de vie des données et des collections numériques. Le rôle a deux aspects distincts, mais inséparables : l’accès et la préservation. Dans le domaine numérique, les bibliothèques gèrent beaucoup plus d’informations que naguère, et facilitent l’accès aux usagers. La gestion numérique répond aussi à l’impératif de préservation des collections, qui se traduit par une attention croissante à la viabilité, à l’authenticité et à la pérennité des données numériques.
  • Management et organisation
    Une atmosphère propice au travail et à l’expérimentation sur le terrain peut être obtenue avec de nouvelles stratégies d’organisation. La coopération inter-institutionnelle décentralisée est essentielle pour amorcer ce virage numérique avec succès. L’enjeu est d’aider le personnel à s’adapter et à acquérir de nouvelles compétences. Une autre organisation du travail s’impose pour équilibrer les paysages physiques et numériques.
  • Conception et animation d’espaces collaboratifs.
    Les bibliothécaires travaillent en réseau, mais à l’heure du numérique, les collaborations doivent s’amplifier pour l’échange durable des bonnes pratiques autour des besoins communs, du développement des technologies à l’archivage pérenne, en passant par la gestion des dépôts d’archives. Les bibliothécaires commencent patiemment à coordonner des alliances intra et inter institutionnelles, et à établir clairement les rôles et les responsabilités de chacun dans cet effort partagé. Ils apprennent aussi à forger de saines relations collaboratives pour gérer collectivement les données numériques.

New roles for new times : digital curation for preservation.
Tyler Walters, Katherine Skinner
March 2011
Report Prepared for the Association of Research Libraries

 

L’alambic en chauffe

Le Monolecte, Alambic (Source FlickR, Licence Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage à l’identique)

 

  • Démontrer la pertinence et le caractère innovant de nos réalisations, avec une fluidité webdeuzéroïque et la conscience d’ouvrir la voie vers l’avenir des bibliothèques.
  • Offrir une tribune à des prises de position audacieuses, courageuses et – cela va de soi –  politiquement incorrectes.
  • Assurer et assumer notre autopromotion, et finalement convaincre le monde entier – grâce à la réalité augmentée – que le Puy de Dôme est l’Everest français.

C’est ce que ce blog ne fera pas.

Mais à quoi va-t-il donc bien pouvoir servir s’il n’assure pas ces fonctions vitales ? Eh bien :

  • À contribuer au débat blogosphérique sur les questions qui nous tiennent à cœur : le web comme ressource, la documentation électronique et l’open access, les rapports entre bibliothèque et informatique, entre bibliothécaires et informaticiens, le service des utilisateurs vu côté serveurs ; les outils de travail qui sont les nôtres, leurs limites et les moyens de les dépasser (ou de les subir à moindre frais).
  • À exposer nos projets (site web, numérisation de fonds, etc.) pour les soumettre à l’aiguillon salutaire des critiques, des discussions, voire – qui sait ? – des compliments ;
  • À défendre, de temps à autre, notre point de vue singulier de Bougnats numériques, avec ce qu’il peut avoir de pittoresque (microprocesseur laguiole, Cantal-entre-deux-point-zéro, pingrerie hein-point-d’euros,  etc.) parce que Clermont-Ferrand a, comme tous les autres charmants petits villages de province toute métropole en région, quelques curiosités locales à faire valoir. Dont le fait d’avoir une bibliothèque numérique de dix personnes, qui s’occupe à la fois de documentation et de numérisation, qui développe son propre site web, et qui prétend même tenir un blog. Mais j’en reste là : je suis juste venu allumer le feu sous l’alambic, pas anticiper sur les distillations des collègues.

 

Car ce blog est un travail d’équipe : la bibnum de Clermont, je me répète, c’est dix personnes et toutes ont  vocation, un jour ou l’autre, à apposer leur signature au bas d’un billet et leur avatar en haut. Pour l’heure, la mise en œuvre (titre, visuel, avatars) est déjà le fruit d’un labeur collectif.

Ce blog est bien un outil de travail. Je voudrais qu’il nous permette de parler de ce que nous faisons avec, quant à la forme, la liberté de ton qu’autorise le genre et, quant au fond, le sérieux que nécessite tout travail. Je souhaite qu’il nous permette d’apprivoiser le monde du ouèbedeux et donner envie à des collègues de s’y aventurer. J’espère que notre alambic produira, de temps à autre, quelques gouttes d’un nectar revigorant, propres à réchauffer la discussion. Je gage que son gargouillement entretiendra notre ardeur au travail, ne serait-ce que pour avoir quelque chose de valable à y raconter. Je rêve, bien sûr, qu’il récolte une moisson de commentaires vifs et capiteux, qui nous obligent à revenir régulièrement sur nos préjugés de Bougnats et à nous connecter à la biblioblogosphère un peu plus qu’une fois par mois (on se connectera à plusieurs ensemble pour ne pas gâcher d’électricité).

Enfin, ce blog assume sa dette envers les nombreux collègues (je ne mets pas de lien, il faut économiser la flagornerie, mais ils se reconnaîtront et vous les reconnaîtrez) qui ont déjà accédé à la Vérité Numérique : cet alambic peut être considéré comme un rejeton printanier de notre passage hivernal au bibcamp. Merci, donc.

Olivier Legendre

P.S. Ce billet est dédié à tous ceux qui, un jour, ont eu ou auront une pénible sensation de froid au creux de l’estomac en appuyant sur le bouton Publier.