Les revues électroniques, combien ça va coûter ?

Les voyages professionnels ont entre autres mérites celui d’aérer le cerveau au vent du large, ainsi que de fournir les heures de voyage en train propices à la méditation, à la détente et à la rédaction des billets de blogs. Un aller et retour à Nancy pour le « carrefour de l’IST » 2012 m’ayant offert matière à penser, je propose une suite plus prospective à mon récent billet sur la documentation électronique. Je vais exposer dans un premier billet les perspectives proches telles que je les ai perçues depuis l’amphi 8 de la fac des sciences à Nancy, et dans un second les perspectives lointaines telles que je les bâtirais, si j’en avais la capacité hors des immatérielles mais très étroites frontières de ce blog, et au-delà même de l’écran qui le contient.

L’histoire du mur qui se démolissait pour aller se reconstruire un peu plus loin.

Un mur qui tombe : les abonnements.

Crane removed part of Wall by Brandenburg Gate, by Daniel Andal (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique)

Le modèle qui finance la publication scientifique par l’abonnement survit pour quelque temps encore. Le web est en train de le jeter à bas pierre par pierre, tant l’idée d’un contenu disponible sur internet mais non accessible heurte aujourd’hui le sens commun. Peu importent les raisons légitimes qui justifient de faire payer les contenus disponibles sur le web : l’accès gratuit est une sorte de loi non écrite à laquelle il est difficile de se soustraire, les producteurs audio-visuels en font l’expérience : No law is stronger than is the public sentiment where it is to be enforced, disait Lincoln.

Une autre facteur concourt sans doute à la mort des abonnements : les budgets publics dévolus à la documentation décroissent. Aussi les principaux éditeurs, ne pouvant plus espérer les marges généreuses des années passées, entament-ils une retraite en bon ordre, non sans mener un vif combat d’arrière-garde qui a deux avantages : 1) il leur permet, avec une dépense d’énergie raisonnable, de préserver leur rente encore quelques années. 2) ils forgent pendant ce temps les armes de publication massive propres à assurer leur succès sur le terrain de l’Open Access. On peut notamment compter sur Elsevier pour essayer d’arracher, lors de la prochaine négociation avec Couperin en 2013, le contrat le plus long possible avec un CA maintenu. Tous nos efforts à nous tendront à obtenir un contrat conforme à ce que nos budgets peuvent décemment supporter, c’est à dire une diminution de la facture. Le lecteur avisé m’aura compris à mi-mot : ce n’est pas parce que le combat se livre à l’arrière-garde que la victoire est à nous.

Bien sûr, tous les éditeurs n’ont pas adopté la même stratégie. Springer, Elsevier et Wiley ont galopé, avec des nuances dans la stratégie et le résultat, sur le terrain inflationniste. Certains éditeurs non-commerciaux, comme ACS, les ont suivis sur cette voie pour des raisons qui restent à comprendre (voir à ce sujet le très vivant exposé de Laurette Tuckermann). Mais d’autres éditeurs ont adopté une stratégie plus conforme aux besoins de l’activité scientifique. On aurait pu appeler cela le fair subscription access, pour anticiper sur le thème de mon prochain billet. Pour prendre un exemple vécu, l’American Institute of Physics a adopté un modèle économique identique en surface à celui des grands éditeurs, que j’ai ailleurs décrit (maintien des abonnements imprimés obligatoire pour accéder à une collection électronique large). MAIS la rigidité du système n’était pas totale : en renonçant totalement au papier ET à l’électronique de façon passagère il y a deux ans, nous avons abouti aujourd’hui à un tarif très correct. Je dois souligner pour être juste que sur le moment l’éditeur n’a pas apprécié notre désabonnement massif, non plus que les physiciens clermontois. Mais enfin le fait est qu’aujourd’hui, nous accédons à ces excellentes revues de physique pour un prix très acceptable, y compris pour l’éditeur.

Néanmoins, les éditeurs qui ont adopté la stratégie la plus agressive concentrent aujourd’hui l’essentiel de la dépense, je l’ai dit dans mon dernier billet. Que va-t-il se passer maintenant que l’Open Access prend l’ascendant ?

Le mur qui monte : Open Access, Gold road

Le principe de l’Open access est aussi inattaquable que simple : les résultats de la recherche scientifique sont gratuitement accessibles à tous. La question que pose le lecteur-qui-ne-s’en-laisse-pas-conter vous brûle les lèvres : « mais alors, qui paie ? ». Il y a à cette question autant de réponses que de payeurs potentiels, les deux grandes subdivisions connues étant le Gold Open Access et le Green Open access. Je laisse de côté le Green pour le moment, car le modèle qui intéresse les éditeurs est évidemment le premier, parfois aussi appelé « modèle auteur-payeur ». Ce modèle a déjà fait ses preuves. Il est éminemment défendable dans son principe (comme du reste le modèle de l’abonnement). Mais le soutien enthousiaste que lui apportent les éditeurs commerciaux comporte un risque évident de dévoiement.

Un système peut être parfait et son application inique. Ce n’est pas moins vrai de l’Open access que de l’abonnement. Ainsi, si demain, pour publier dans une revue très cotée, l’auteur doit payer non pas trois mais cinq ou dix mille euros, quel moyen de négocier aura-t-il ? Acceptera-t-il de se rabattre sur une revue moins fameuse pour économiser les deniers publics, au risque de n’afficher, lors d’une prochaine évaluation, que des publications dans des revues de second rang ? Si la réputation de la revue est faite, et l’inflation graduelle, il n’y a aucun doute : des tarifs vertigineux pourront s’imposer. Un simple regard jeté aujourd’hui sur la liste des tarifs de publication de BioMedCentral permet de constater que les tarifs à la publication s’échelonnent aujourd’hui entre 490 et 2040 € HT. Chez Elsevier, on paie 458 € pour publier dans Cancer Treatment Communication, 3000 $ dans Applied and Translational Genomics. Les échelles de prix ne reposant pas sur des critères publiquement affichés, quelle garantie avons-nous, si le système entier de publication migre vers l’Open Access, que ces prix ne vont pas subir une inflation absolument similaire à celle qu’ont connu les abonnements entre 2000 et 2012 ? À titre de comparaison, jetez un oeil sur l’affichage de PLoS : les prix sont fixés au niveau le plus général, et non titre par titre (il est aussi précisé qu’ils n’ont pas été augmentés depuis 2009).

Le mur de l’abonnement s’écroule, mais rien n’empêche de le déplacer vers la publication. D’après un collègue croisé à Nancy et travaillant dans un organisme de recherche, déjà 10 % des articles publiés par les chercheurs de son institut le sont dans le cadre du gold OA. Or ces budgets sont très difficiles à repérer dans la comptabilité des établissements, puisqu’ils sont répartis dans les laboratoires de rattachement des auteurs. Les budgets documentaires se restreignent, les négociateurs d’abonnement commencent à devenir trop coriaces ? Le modèle auteur-payeur va permettre d’aller capter des budgets sous-exploités jusque là… Le Research Work Act était une tentative manquée de barrage au Green Open Access. Le développement du Gold Open Accessest une solution bien plus habile : paré des attraits de l’Open access, ce système offre aux éditeurs des potentialités économiques qui n’ont rien à envier au système par abonnement. Le mur de l’accès est en train de tomber, pierre à pierre. Qu’à cela ne tienne, il sera déplacé de quelques mètres pour barrer la route à la publication, et non à la consultation. À moins que nous trouvions une meilleure solution, dont je vous parlerai demain.

Wall_Abu Dis (19) by John Jobby, publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l’identique.