Elsevier, bouquet 2013 (3) Rêves et cauchemars

Quand commence une négociation, le pire n’est pas sûr. Rien n’interdit d’espérer une solution vraiment satisfaisante. Bien sûr, il est rassurant d’envisager directement le pire, on est certain de ne pas être déçu, et d’avoir l’air d’un individu sérieux plutôt que d’un petit ours en peluche rose avec un nez en forme de cœur (je fais attention au droit des marques).
Et si ça se passait bien, malgré tout ?

En politique, documentaire ou pas, les prophéties auto-réalisatrices sont légion. Si le pire advient, j’en serai quitte pour reconnaître que je me suis trompé, la belle affaire. Je préfère croire à tort à la réussite qu’aider l’échec à se produire, et j’aime encore mieux voir demain mon espoir déçu que mon défaitisme conforté.
Je vais donc évoquer les différents scénarios possibles à ce jour, et ma préférence entre eux, espérant contribuer à ma manière à une discussion ouverte : le sujet la mérite.

Yelnoc, Learning Perspective (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique).
Yelnoc, Learning Perspective (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).

Scénario n°1 : et si on divisait la dépense par deux ?

Supposons que la négociation mette fin au modèle du big deal. Complètement. Que nous décidions de nous concentrer sur les titres strictement indispensables pour les chercheurs clermontois, en fixant un plafond de dépense. Supposons ici, parce qu’il nous faut bien un chiffre, que ce plafond se situe aux environs de 250 000 €.
Ce montant nous permettrait d’acquérir 50 à 70 titres au prix actuel, c’est-à-dire l’accès à tous les titres consultés une fois par jour ou plus. Cela couvrirait un peu moins de 30 % de notre consommation actuelle. La perte d’accès, c’est le prix de notre liberté. Il peut paraître lourd, mais consolons-nous : nous retrouvons ainsi une marge budgétaire importante.

Que faire avec les économies réalisées (à peut près 230 000 €) ?
Les réponses à ce type de question sont rarement difficiles à trouver… En ce qui nous concerne, nous pourrions par exemple :

  •  couvrir les frais de prêt entre bibliothèques pour se procurer les articles des revues devenues inaccessibles ; en sachant que la Freedom collection 2001-2013 va rester accessible quoi qu’il arrive, les besoins ne seraient sans doute pas astronomiques au moins en début de période.
  • acquérir de nouvelles ressources électroniques dans les domaines mal couverts aujourd’hui. Les domaines sinistrés ne manquent pas : économie, sciences de l’ingénieur, presse en ligne, lettres, et j’en passe. Si nous utilisions 100 000 € à cela, ils ne seraient pas perdus.
  •  financer des actions ambitieuses en faveur de l’Open Access : c’est urgent, maintenant. Soutien à de nouveaux modèles, aux circuits de publication académique, à certaines publications « auteur-payeur », tout cela pourrait être financé.
  • contribuer localement à la réduction de la dépense publique en épongeant une éventuelle baisse de budget 2014. L’abonnement Elsevier a beaucoup alourdi la dépense, sa décrue permettrait de compenser une part du surpoids accumulé.

C’est mon scénario préféré : il rebattrait complètement les cartes et rendrait leur liberté aux établissements et aux chercheurs. Bien sûr, à court terme, il entraînerait pour l’éditeur une perte financière importante, et l’on peut supposer qu’Elsevier fera tout son possible pour éviter cette issue. Mais un tel aboutissement restaurerait les conditions d’un dialogue constructif entre un éditeur important et le monde scientifique.

Scenario n°2 : la rupture

La rupture totale du contrat et le boycott de tout abonnement Elsevier est évidemment une éventualité. Je présume que le consortium pourrait y être acculé en cas de blocage total de la négociation. Cette solution aurait pour seul et triste mérite d’assurer le préjudice mutuel maximal aux deux parties ; une sorte de revanche sur l’éditeur, après plusieurs années où nous avons eu le sentiment qu’il se jouait de nous. À titre transitoire, elle me paraîtrait néanmoins préférable aux scénarios qui suivent et je la soutiendrais sans hésiter si elle se présentait.

Scénario n°3 : le compromis

Peut-on imaginer une continuation du contrat avec une baisse du montant global (et, de ce fait, du montant local) ? Cette hypothèse aurait le petit avantage de modérer un instant la pression exercée sur nos finances. Mais faute d’amener un changement fondamental de fonctionnement, elle resterait très insatisfaisante :

  • elle ne permettrait pas la restauration d’une relation saine avec l’éditeur.
  • elle ne nous rendrait pas notre liberté, et ne nous permettrait pas de concevoir notre politique documentaire en fonction de nos besoins ni de nous projeter dans l’avenir.
  • lentement mais sûrement, elle grèverait autant nos finances, à long terme, que le scénario suivant, puisque nos dépenses, un instant modérées, recommenceraient à croître aussitôt, en pleine baisse budgétaire. Le mur se serait éloigné de quelques pas, mais nous irions tout de même tout droit dedans, et vite.

Scénario n°4 : le cauchemar

Le pire tient en quatre mots : poursuite du modèle actuel.

Même dépense, pourcentage d’inflation amoindri, pour deux, trois, cinq ans. La continuation du contrat dans ces termes, même retouchés, serait un échec total.
Elle me paraît inconcevable. Je ne connais pas de membre de l’actuel groupement qui soit prêt à payer davantage qu’aujourd’hui, vu les perspectives budgétaires. Or c’est inévitablement ce qui se produirait (au plan global assurément, mais de façon assez répandue aussi au plan local) si nous consentions à une reconduction de l’actuel contrat avec une inflation plus modérée ou nulle, et ce quel que soit le mode de répartition adopté.
L’objection principale réside dans le caractère non nécessaire de ce scénario. Nul ne peut plus prétendre aujourd’hui, dans le monde scientifique, qu’il n’y a pas un problème Elsevier. On peut discuter de son ampleur et des moyens de le résoudre, mais pas continuer à travailler comme s’il n’existait pas. Cette hypothèse serait dramatique pour les finances universitaires (et celles des organismes de recherche).
Et la litanie des objections globales et locales que l’on peut ajouter est infinie :

  • continuation et aggravation d’une dépense actuelle que chacun s’accorde à juger insupportable, disproportionnée et néfaste pour l’activité scientifique
  • fragilisation durable de nos finances
  • blocage, pour trois nouvelles années ou plus, de fonds qui pourraient être très utilement mobilisés ailleurs (voir scénario 1)
  • renonciation à toute ambition documentaire (soutien à l’Open Access, etc.)
  • détérioration durable des relations avec l’éditeur

Je ne vois aucun bénéfice qui compense ces défauts au point de les rendre supportables. Bref, chaque fois que j’en aurai l’occasion, je lutterai contre l’idée du statu quo.

Demain, j’écrirai à Elvire pour lui dire, du fond du cœur, ce que je ressens pour elle au seuil de cette année.