Elsevier, banderille n°5 : conclusion

Le modèle économique d’Elsevier n’a pas d’abord été remis en cause parce qu’il était injuste – bien qu’il le soit assurément – mais très bêtement parce qu’il est

beaucoup

TROP

CHER.

Douglas Arnold et Henry Cohn soulignent que d’autres éditeurs ont des modèles semblables, mais que si le boycott a commencé par Elsevier, c’est parce que son comportement dans ce domaine est particuliarly egregious et parce que l’éditeur seems to be driven only by their fiduciary responsability to maximize profit for their shareholders.  Dans les premiers temps, les universités ont bien vu l’intérêt, pour un prix qui n’excédait que peu leur contribution annuelle antérieure, d’avoir accès à une ressource en ligne et beaucoup plus abondante. Si l’inflation appliquée aux chiffres d’affaires historiques avait été, depuis 10 ans, de 2 % par an, ce sentiment prévaudrait peut-être encore et il n’y aurait pas d’émeute parmi les chercheurs et les bibliothécaires aujourd’hui. Le problème est qu’Elsevier n’a pas seulement mis en place un système injuste (ce que bien d’autres ont fait au même moment), il l’a aussi appliqué d’une façon absolument déraisonnable (là où d’autres, plus avisés – ou moins lourdement armés pour imposer leur loi – l’ont fait avec plus de modération).
C’est la façon insupportable dont ce modèle inepte a été appliqué qui provoque aujourd’hui sa remise en cause. Elsevier, fort soucieux de se voir ainsi cloué au pilori, étudie du reste la mise en place d’un nouveau modèle économique, qui laisserait de côté la référence honnie au chiffre d’affaires historique.
Il est possible (je ne dis pas encore probable, j’attends de voir) que le système mis en place pour élaborer la facturation soit moins injuste que le précédent. Mais quand bien même ce système serait incontestable dans sa théorie, s’il est appliqué par l’éditeur avec la même rapacité que précédemment il ne sera pas plus acceptable. Or Elsevier a signalé, lors des premières tractations consacrées à ce modèle, que la recherche d’une réduction globale de facture est « out of scope ». Ce qui peut évidemment signifier deux choses :
1. « Il n’est pas exclu que le nouveau modèle soit globalement moins cher que le précédent mais ce n’est pas l’objet. »
2. « Il est exclu que le nouveau modèle soit globalement moins cher que le précédent. »

Speaker's Corner à Hyde Park (Ruedis Fotos, lic. Creative Commons Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)
Speaker’s Corner à Hyde Park (Ruedis Fotos, lic. Creative Commons Paternité, pas d’utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)

Je pourrais à la rigueur souscrire à la première interprétation : lorsque l’on conçoit un système, il y a un temps pour se pencher sur les critères que l’on prend en compte et leur poids respectif, puis un autre temps pour ajuster les paramètres de base en fonction des conséquences arithmétiques constatées. Mais je ne doute pas que dans l’esprit de l’éditeur c’est la seconde interprétation qui doit prévaloir : quelle que soit la lettre de mission des experts qui travaillent sur le « nouveau modèle », je suis bien certain qu’y figure en toutes lettres l’obligation de concevoir le système pour qu’il puisse rendre acceptable une dépense égale ou supérieure à celle d’aujourd’hui. Il n’est pas impossible que ce système existe, mais j’en doute.

D’un gouvernant qui pressure ses sujets, le bon peuple n’attend pas qu’il change l’assiette de l’impôt ou qu’il propose la mensualisation. Le bon peuple attend qu’il baisse l’impôt. Ou bien qu’il soit renversé.
Le monde scientifique n’attend donc pas d’Elsevier qu’il modifie le mode de calcul qui lui permet de prélever des montants déraisonnables.  Le monde scientifique attendrait d’Elsevier qu’il prélève des montants raisonnables. Ou bien qu’il paie les conséquences économiques du mépris trop manifeste dans lequel il tient, depuis une décennie, les considérations scientifiques.

Mais est-ce que le monde scientifique peut vraiment encore attendre quelque chose d’Elsevier ? Un nombre croissant de chercheurs, voire d’universités (et non des moindres), pense que non. Quant à moi, qui suis moitié scientifique moitié Auvergnat, je réserve mon jugement en attendant le prochain devis.

Elsevier, banderille n°3 : la liste des titres souscrits

Un jour, j’ai compris que la liste des titres souscrits ne servait à rien. Pour moi, j’entends. Elle est en revanche très utile pour l’éditeur. Je m’explique.

Tout au long d’un contrat de groupement de commande Elsevier pour la Freedom Collection, il y a un rituel douloureux, celui de la « validation de la liste des titres souscrits ».

Head in Hands (Photo Alex E. Proimos, licence Creative Commons paternité ; source FlickR)
Head in Hands (Photo Alex E. Proimos, licence Creative Commons paternité ; source FlickR) 

 

Pour ceux qui ne connaissent rien à la documentation électronique, je rappelle les bases.

  1. – La liste des « titres souscrits » est la liste des titres auxquels l’établissement était abonné sous forme imprimée au début du premier groupement de commande (aux environs de 2003, je crois) qui a permis l’accès à la Freedom collection. Cette liste doit être actualisée chaque année en fonction des disparitions éventuelles de titres, ou des changements que l’abonné pourrait vouloir y apporter (sous réserve que le montant global soit préservé, bien sûr).
  2. Cette liste a été initialement établie par l’éditeur à partir de la connaissance qu’il avait des abonnements pris sur le site.
  3. Le contrat interdit de se désabonner des « titres souscrits » pendant toute la durée du groupement de commande ET les désabonnements ont également été interdits lors du passage d’un groupement de commande à un autre. Bref, il est interdit de se désabonner d’aucun des « titres souscrits », sauf à sortir complètement du groupement.
  4. Ce sont les tarifs de ces titres souscrits qui ont servi à l’éditeur pour établir le fameux « chiffre d’affaires historique » qui est la base de tous les contrats depuis 2003 au moins.

À présent, examinons les divers problèmes rencontrés avec cette liste depuis deux ou trois ans.

  1. Elle a été dressée par l’éditeur à partir de la connaissance qu’il avait des abonnements pris sur le site. Cette liste a été dressée il y a une dizaine d’années, je suppose. Elle intégrait alors tous les titres faisant l’objet d’abonnements dans un établissement clermontois quel qu’il soit (universités, CHU…), et même des abonnements personnels de praticiens hospitaliers. Il est assez logique, lorsque l’on me demande de « valider » cette liste, que je cherche à connaître les détenteurs pour vérifier si oui ou non ils possèdent l’abonnement.
  2. Hélas, le délai de réponse concernant cette liste est généralement trop bref pour permettre un examen attentif des cas problématiques. J’ai donc à l’heure actuelle, dans ma liste de titres validés, au moins quatre titres dont les détenteurs ne sont pas identifiés. Comme il s’agit de titres médicaux, je présume que ces titres font ou ont fait l’objet d’abonnements, à un moment donné, par des praticiens hospitaliers. Mais je n’ai pas de moyen de le vérifier. Lorsque j’ai souligné ce problème auprès d’Elsevier, j’ai reçu une réponse : « Madame K*** ne manquera pas de revenir vers vous afin de clarifier les titres problématiques ». C’était le 4 avril 2011.
  3. De toute façon, la clarification, si elle a lieu, ne sera pas d’un grand intérêt, car ce qui fait l’objet du contrat ce n’est pas la liste des titres validés, mais le montant cumulé des abonnements à ces titres. De sorte que même s’il s’avérait que les 4 titres médicaux susdits, ou 10 autres, n’ont jamais fait l’objet d’abonnements de la part d’un établissement universitaire, le contrat resterait valable, puisqu’il mentionne « en dur » le montant du chiffre d’affaires annuel du contrat. Bien sûr, si Elsevier offre de compenser la surfacturation subie du fait de ces titres indûment attribués à la bibliothèque depuis 10 ans, je ne refuserai pas (Elvire, si tu lis ces lignes…).
  4. Lorsqu’il a été question d’accorder l’accès au CHU, l’an passé, dans le cadre du nouveau groupement de commande Science Direct, l’éditeur, au lieu de valider sans discussion cet accès déjà ancien à Clermont, nous a demandé de justifier de la présence, dans les titres souscrits, de titres relevant de cet établissement. Quand on sait que parmi les titres souscrits figurent entre autres 4 titres médicaux « non identifiés » dont le tarif cumulé tourne autour de 11 000 €, cela ne manque pas de saveur.
  5. J’ai oublié de dire que la liste des titres souscrits, dont la conservation de l’abonnement nous donne le droit d’accéder à la Freedom Collection, comporte des titres d’Elsevier qui n’appartiennent pas à la Freedom collection et même des titres qui n’ont pas de version électronique.

Bref, on aura compris que le seul intérêt de cette liste est sa valeur financière. Et si je l’avais compris plus tôt, je n’aurais pas passé tant de temps à l’examiner. Dressée au début des années 2000 en ratissant large (tout titre, imprimé et/ou électronique, faisant l’objet d’un abonnement dans un établissement clermontois quel qu’il soit), elle a permis à l’éditeur de garantir, pendant plus de 10 ans, la progression de son chiffre d’affaires sur une base sûre. Le CA pris en compte était d’environ 280 000 € en 2004. Il est d’environ 360 000 € en 2011. L’immobilier n’a pas fait pas aussi bien sur la même période ! Nous parlons toujours en HT, bien sûr, et sans prendre en compte les petits frais annexes (plus de 60 000 € pour l’accès à la plateforme en 2010).

Demain, si vous n’en avez pas encore assez, je vous parlerai de l’inflation des coûts dans l’édition électronique et des arguments qui la justifient.