La fin des abonnements

Squelette de T-Rex conservé à Chicago
Tyrannosaurus Relx (?), Field Museum of Natural History, Chicago. Cliché par Tai Toh ; publié sur FlickR sous licence Creative Commons : attribution ; pas d’utilisation commerciale.

Voilà quatre ans que nous pistons tant bien que mal la dépense annuelle de Clermont en frais de traitement d’article (ou APC = article processing charges). Le résultat a d’abord été assez approximatif, mais le travail d’enquête lui-même, puis l’aide conjuguée de l’équipe Couperin dédiée et des services financiers de l’Université ont permis de gagner en précision, et de compléter notre tableau en y ajoutant les dépenses des UMR clermontoises.

Les APC repérés dans l’ensemble des établissements participants aux enquêtes sont publiés par Couperin sur le site Open APC, qui permet d’avoir une idée globale de ce qui est en train de se passer. Je ne commente ici que les chiffres qui concernent Clermont et qui, à titre d’échantillon, en valent d’autres.

Trois points de méthode pour les collègues qui voudraient pister leur propre dépenses :

    1. Contacter Couperin, qui a élaboré des procédures d’extraction adaptées aux différents logiciels de gestion financière.
    2. Demander poliment leur aide aux administrateurs du système de gestion financière : les extractions à opérer utilisent d’une part le code qui désigne les frais de publication, d’autre part les numéros d’identification des éditeurs pratiquant les APC, pour ne pas laisser échapper d’information.
    3. Re-contacter Couperin pour la vérification : les données extraites du système financier nécessitent un raffinage manuel assez minutieux, visant à ne conserver que les dépenses en APC et à identifier les publications auxquelles ils renvoient. Les outils de travail (notamment bibliométriques) dont dispose Couperin pour ce faire donnent un résultat beaucoup plus fiable que nos tentatives locales1.

Voici maintenant ce que donne la mise en perspective des années 2015 et 2017, celles pour lesquelles nous avons pu avoir des chiffres globaux grâce à l’enquête nationale.

Organisme Dépense 2015
(nombre de publications)
Dépense 2017
(nombre de publications)
Univ. Clermont Auv. 24 811 € (16)  46 488 € (28)
CNRS 15 016 € (16) 25 683 € (19)
INSERM 7 922 € (3) 17 753 € (9)
INRA  non connu 12 341 € (8)
TOTAL 47 749 € (35) 102 265 € (64)

 

La tendance globale ne surprendra personne, elle frappe quand même par sa rapidité. Entre 2015 et 2017 :

      • le montant dépensé en frais de publications d’articles (mode auteur-payeur) a augmenté de 87 %. Les chiffres 2016, extraits localement, dont je dispose sont cohérents avec cette tendance : le montant, calculé pour la seule université, atteint 33 595 €. Ce qui nous donne 35 % d’augmentation en 2016, et encore 38 % en 2017. La pente est raide !
      • le nombre d’articles publiés a crû de 60 % (sans tenir compte de l’INRA, dont les chiffres pour 2015 ne sont pas disponibles)
      • le montant moyen des APC a augmenté de 18 %.
      • Un point rassurant : les alertes portant sur le modèle hybride2 semblent efficaces : cette dépense ne progresse pas, et en 2017, seuls deux articles (publiés chez Elsevier) relèvent de ce modèle. C’est encore trop, bien sûr…

Au passage, les enquêtes nous ont aussi permis d’identifier des montants non négligeables de frais de publication pour des articles en accès payant dans des revues sous abonnement ! Certains éditeurs trouvent désormais naturel de faire payer la soumission d’article, la présence de figures ou de tableaux, et je m’étonne qu’ils n’aient pas encore songé à facturer les caractères accentués, les lettres non-latines ou les espaces typographiques.

Mais je m’égare, et je risque de leur donner des idées… Revenons aux APC.

Pour résumer : en 2017, la dépense en APC de l’Université Clermont Auvergne (près de 50 000 €) atteint le montant d’un gros abonnement. Si l’on raisonne en dépense globale liée aux publications scientifiques3, on notera qu’en se désabonnant coup sur coup de deux bouquets très coûteux (Wiley en 2017, Springer en 2018), l’UCA a réalisé une solide économie — 100 000 € la première année, 70 000 € la seconde — et s’est offert un petit ballon d’air. Mais combien d’établissements ont effectué la même opération pour financer la transition vers le libre accès, et combien d’autres prolongent la rente des abonnements tout en parrainant de leurs deniers la naissance du nouveau modèle auteur-payeur ?

Pour rester en Auvergne et regarder vers l’avenir… Qu’y a-t-il encore comme abonnement sur lequel nous pourrions économiser désormais, pour hâter le très désirable avènement du libre accès universel ? Voyons, je cherche, aidez-moi, je cherche un abonnement arrivant à échéance fin 2018, auprès d’un grand groupe d’édition, de préférence pratiquant les APC, suffisamment coûteux pour constituer une source d’économies substantielles. Je cherche un éditeur qui bénéficierait d’une situation un peu semblable à Wiley et Springer, si possible avec plus de poids financier. Un éditeur qui aurait largement bénéficié de la rente des abonnements, et avec qui la communauté scientifique pourrait sans remord rompre un contrat désormais dépassé ?

En relisant mes réflexions lors de la dernière négociation avec Elsevier-RELX4 en 2013, je ne vois qu’une seule correction à y apporter : la suppression des scénarios 3 et 4, supposant une possible continuation du contrat. Aujourd’hui, après 5 ans de dépense démentielle, la seule issue qui soit envisageable, la seule qui soit concevable, la seule praticable, est la fin du contrat et la redéfinition unilatérale du montant que nous sommes prêts à dépenser en faveur de cet éditeur. Nous l’avons fait pour deux big deals, c’est possible et indispensable pour le troisième.

Le temps des abonnements a assez duré. La communauté scientifique a déjà commencé, volens nolens, à financer un nouveau système qui voit de nouveaux éditeurs entrer en activité, sans empêcher les anciens de rester dans le jeu s’ils savent s’y prendre. Elle développe des plates-formes de publication institutionnelles saines5, diversifiées, et empêchant la captation sans contrepartie du travail d’expertise scientifique accompli bénévolement par les chercheurs. Elle alimente depuis des décennies des dépôts d’archives ouvertes qui constituent une alternative d’accès parfaitement viable. En France, elle a constitué à grands frais une bibliothèque numérique nationale richissime. Depuis plusieurs années elle remet en question ses modes d’évaluation, la racine du problème, et dénonce explicitement l’usage du facteur d’impact comme outil de gestion scientifique6. Désormais, la perpétuation routinière d’un abonnement coûteux et inefficace fait directement obstacle à la bascule vers le libre accès et la bibliodiversité. Une occasion unique se présente de ramener les dépenses d’abonnements de la communauté scientifique à un niveau compatible avec le sain déroulement de l’activité scientifique.

Ça pourrait s’appeler…

le RELXIT.

 

 

  1. Au passage, donc, merci à l’équipe pour ce précieux travail ! []
  2. Ce modèle scandaleux consistant à payer pour la diffusion en libre accès d’un article isolé dans une revue sous abonnement… []
  3. Bien sûr, les budgets ponctionnés sont distribués différemment, mais du point de vue de l’établissement, il n’y a aucune différence []
  4. Je trouve au nouveau nom du groupe, RELX, une saveur tout à fait prometteuse : l’Editosaurus Relx, malgré sa proverbiale férocité prédatrice, est voué comme les autres dinosaures à une tragique et inéluctable extinction, face à des changements environnementaux trop rapides pour lui permettre de s’y adapter. []
  5. Voir OpenEditions, Episciences, Cedram, et les plates-formes des universités de Bordeaux, Clermont, Nice… []
  6. À noter : l’Université Clermont Auvergne est signataire de la déclaration de San Francisco et de l’Appel de Jussieu []

Intégration des revues électroniques dans le catalogue

Après avoir indexé les notices du SIGB, il nous restait à intégrer les ressources électroniques pour que notre catalogue soit tout à fait opérationnel. C’est chose faite depuis quelques jours car nous avons enfin trouvé une solution satisfaisante pour exploiter nos données issues du résolveur de liens SFX.

Exporter depuis la base SFX

Alors que j’expliquais, dans un précédent billet, comment nous avions indexé les notices UNIMARC de notre SIGB dans Solr, j’envisageais d’importer les métadonnées relatives aux ressources électroniques au format CSV. Mais assez rapidement, nous avons constaté que les données que nous exportions de SFX étaient partielles et surtout que l’indexation dans Solr puis l’affichage dans Blacklight posait des problèmes puisque le catalogue est conçu pour bien fonctionner avec des données MARC.

Nous avons donc regardé ce qui ce faisait chez les autres utilisateurs de Blacklight et nous sommes entrés en contact avec nos homologues de Stanford. Surprise ! Leur solution est on ne peut plus simple : profiter de l’outil MARCIt! inclus dans SFX pour exporter les métadonnées au format MARC et donc les indexer dans Solr aussi facilement que les notices « classiques ». Que n’y avais-je pensé ! Sauf que… MARCIt! exporte les données en MARC21, donc Ex Libris ne commercialise pas cet outil en France. Il fallait donc trouver autre chose, mais l’idée était là : obtenir les données en MARC.

Du coup, j’ai testé tous les exports disponibles dans l’Export Tool de SFX et j’ai trouvé ce qu’il nous fallait : l’export XML. L’intérêt de ce fichier est qu’il nous fournit tous les champs descriptifs utiles ainsi qu’un lien (856) vers le menu SFX, un lien contextuel donc.

Export XML dans export tool SFX
Export XML dans Export Tool SFX

Traiter le fichier MARCXML

Pour que le fichier SFX soit exploitable par Solr/Blacklight, il faut le convertir en UNIMARC. Nous procédons en deux temps, avec le logiciel MarcEdit.

D’abord, nous utilisons les MARC Tools pour transformer l’XML en MARC. Il suffit de soumettre le fichier SFX à MarcEdit qui va exécuter la conversion de MARC21XML à MARC. Evidemment, on récupère encore des données au format MARC21.

Dans un second temps, on utilise l’outil MarcEditor pour transformer les champs MARC21 en champs UNIMARC, mais aussi générer un control number, c’est-à-dire un numéro unique pour le champ 001. On en profite aussi pour faire du nettoyage dans les données (par exemple modifier le label de notice de sorte que les codes d’application mentionnent « revue électronique » plutôt que « revue imprimée »).

Outil MarcEditor dans MarcEdit
Outil MarcEditor dans MarcEdit

Importer dans Solr

Quand tous les traitements sont effectués, on compile le fichier de manière à obtenir un .mrc qui sera importé aussi facilement par Solr que le fichier .iso issu du SIGB.

Tadam ! Les revues électroniques sont disponibles dans le catalogue !

Revues électroniques intégrées au catalogue
Revues électroniques intégrées au catalogue

 

Améliorer le confort d’utilisation de SFX par l’examen du menu

Le résolveur de lien SFX est en service à la BCU depuis septembre 2011. Passé le temps de paramétrage initial et la résolution de problèmes d’accès, le résolveur fonctionne bien mais demande maintenant à être optimisé pour répondre pleinement aux attentes des utilisateurs et améliorer leur confort. Pour ce faire, nous examinons les statistiques de l’outil et recueillons les remarques de quelques usagers avertis.

Examen des statistiques

Sans surprise, les usagers utilisent très peu les services d’information proposés par le menu SFX, mais cherchent essentiellement à atteindre le texte intégral. Le lien vers le full text est utilisé à plus de 96% lorsqu’il existe. Afin de limiter le nombre de clics, nous avons initialement activé l’option DirectLink, qui permet de diriger l’utilisateur directement vers la première ressource disponible pour le document voulu. Or, il a fallu infléchir ce principe et laisser le soin à l’utilisateur, à partir du menu SFX, de cliquer sur la ressource de son choix en cas de cibles multiples. En effet, une revue pouvant se trouver sur différentes plateformes, l’état de disponibilité devient déterminant pour le résolveur. On peut par exemple avoir accès à des archives open access sur Erudit tandis que les numéros courants sont sur EDP Sciences (cf. le titre Médecine Sciences). Dans le cas d’une requête depuis une base de données bibliographique, ceci ne pose pas de problème puisque le résolveur est capable de vous amener sur la bonne plateforme en tenant compte de la date de l’article et des états de collection. Dans le cas d’une requête provenant de la liste de revues A-Z, cela ne fonctionne pas, étant donné que l’on ne peut pas fournir au résolveur de date d’article. C’est donc à l’utilisateur de déterminer quelle plateforme va satisfaire sa demande (archive ou dernier numéro) à la lecture des informations de disponibilité présentées à l’écran.

Afin de ne pas provoquer de frustration pour les utilisateurs, nous avons décidé d’afficher le lien vers les collections imprimées (catalogue) uniquement lorsque le titre y est présent. SFX permet en effet d’interroger de façon transparente le SIGB grâce à un module Z3950. Ainsi, lorsqu’un titre existe dans le SIGB, l’utilisateur peut suivre le lien pour consulter le catalogue. Cela dit, il ne le fait que dans moins de 9% des cas.

Enfin, nous avons activé le service du PEB, pour les cas où le texte n’est accessible ni en ligne ni via le catalogue. Lorsqu’il est affiché, le lien vers le formulaire de PEB est utilisé dans plus de 16% des cas.

D’autres services comme la recherche dans Google Scholar, l’export dans RefWorks ou le formulaire de contact de la BCU sont relégués dans une section inférieure du menu SFX, qu’il faut déplier en cliquant sur Plus d’options. Inutile de dire que ces services ne sont pour ainsi dire jamais utilisés.

Remarques des utilisateurs

Certaines remarques qui nous ont été adressées rejoignent celles qui sont régulièrement évoquées dans les articles sur le sujet. La première concerne l’ergonomie des liens et la façon dont SFX ouvre des fenêtres. Certains sont gênés par ces nouvelles fenêtres tandis que d’autres préféreraient l’ouverture dans un nouvel onglet. Le choix étant propre à l’appréciation de chacun, il faudrait que SFX propose d’établir des préférences. Il faut tout de même reconnaître que l’ergonomie pourrait être améliorée si tous les liens entraînaient le même comportement.

La seconde difficulté porte sur la lecture des informations du menu, notamment la liste des ressources et leur état de collection. Il semble que, faute de bien comprendre à quoi correspondent les dates de couverture, les utilisateurs se dirigent vers les ressources qu’ils connaissent déjà, lorsque le choix leur est offert. De même, ne sachant pas vraiment à quoi renvoie le lien Localisations sur Catalogue BCU, ils ne prêtent pas suffisamment attention à l’opportunité d’obtenir l’article imprimé.

Menu SFX de la BCU

L’option DirectLink confère un gain de temps aux utilisateurs en même temps qu’elle leur évite d’avoir à faire des choix parmi une liste de ressources qu’ils ont du mal à comprendre. Du coup, certains déplorent une perte de service depuis que cette option a été revue car ils appréciaient l’immédiateté de l’accès au texte intégral. Il va falloir approfondir notre connaissance de SFX et travailler cette question de l’accès en 1 clic.

Il manque indéniablement un lien de contact bien visible. Notre renvoi à un formulaire de contact sur notre site web, quasi invisible dans la section inférieure du menu, oblige à un changement d’interface qui peut déstabiliser. Il faudra proposer une assistance plus explicite.

Conclusion

Il nous reste du travail à faire en matière d’ergonomie. Cela repose sur une meilleure conception des services du menu et de sa présentation graphique.

A lire
Bennett Claire Ponsford, Jane Stephens, Robin R. Sewell, Improving OpenURL Menus: User Testing of Revisions to SFX® Menus, Serials Review, Volume 37, Issue 3, September 2011, Pages 162-170, ISSN 0098-7913, 10.1016/j.serrev.2011.03.016. (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0098791311000542)
 

Elsevier : la première bataille

Enfin, la poudre parle... (photo Zhengxu, lic. Creative Commons paternité ; source FlickR)

Enfin.

Assez fourbi, assez gémi : on défouraille. Enfin. Après des années d’outrages patiemment endurés et de rodomontades piteusement ravalées en grommellements à l’heure de signer des contrats qui se ramenaient à des capitulations, cette fois la bataille est engagée, enfin. Et non pas par les bibliothécaires, mais bien, et c’est ce qui rend la nouvelle tellement intéressante, par les chercheurs. C’est beaucoup plus dangereux pour l’éditeur, et infiniment plus réjouissant pour nous. Difficile de dire encore si ce sera la bataille de Londres ou celle de Stalingrad, le premier baroud d’honneur des résistants ou le premier désastre de l’ennemi… Mais comme jusqu’à présent c’est plutôt Münich ou les Bourgeois de Calais qui venaient à l’esprit, il y a déjà de quoi se réjouir sans arrière-pensée. En découdre, enfin !

Des années durant, les scientifiques ont livré leurs articles bénévolement pour les faire racheter à prix d’or par leurs bibliothèques. Des années durant, les bibliothécaires ont geint et désespéré du soutien des chercheurs. Leurs cris ont-ils un peu contribué à remplir le baril de poudre ? Peu importe. C’est l’éditeur lui-même qui a fourni la mèche, ce sont les chercheurs qui y ont bouté le feu. Le spectacle en vaut la peine. Pour le plaisir, donc, et pour rendre les honneurs dus à ceux qui viennent de bien mériter de la science, retour sur les trois dernières semaines.

À tout seigneur tout honneur, commençons par la brillante initiative surnommée, outre-Atlantique, « l’amendement Elsevier ». De son vrai nom, le Research Works Act (lisez le texte, il est d’une très efficace brièveté). De quoi il s’agit, d’autres l’ont bien expliqué. Michael Eisen (co-fondateur de PLOS) en anglais ; Laurence Bianchini en français. Pour faire court, c’est une attaque en règle contre les dépôts d’archives ouvertes et contre les directives publiques visant à rendre obligatoire leur usage. L’argument, ramené à sa plus simple expression, est le suivant : « Une fois que l’éditeur privé a contribué à la publication scientifique, si l’acteur public la diffuse gratuitement, il nuit aux intérêts de l’éditeur privé par une forme de concurrence déloyale. Il doit donc demander la permission à l’éditeur. » Si l’on descend de la plus simple expression au plus simple appareil, on arrive à quelque chose comme : « Les résultats de la recherche publique appartiennent aux éditeurs privés qui les ont publiés ». C’est bouleversant de simplicité et de brutalité. Une vraie voie de fait, sauf que c’est une voie de droit. Parler de voie de fait juridique serait plus adéquat.

La riposte n’a pas tardé. Rhétorique d’abord, de la part des bibliothécaires outre Atlantique. Lisez la belle déclaration de guerre du Canard bibliothécaire. C’est enlevé, agressif, et très prometteur. Citons juste trois lignes prophétiques :

You’re fighting the last war, the war against the Internet. The Internet is winning, though slowly; the black hole the PRISM Coalition fell into, PLoS and its imitators, PubMedCentral and its analogues, all demonstrate that.

Mais la véritable riposte qui est en train de se déployer, avec tout le joyeux et incontrôlable dynamisme d’une réaction en chaîne, c’est celle des scientifiques. C’est le mathématicien Tim Gowers (médaille Fields 1998, excusez du peu) qui a jeté le 21 janvier l’étincelle providentielle, dans un billet qui méritera de rester dans les annales de l’épopée scientifique moderne : Elsevier, mon rôle dans sa chute. Simple comme une confession, implacable comme une démonstration, ce billet a enclenché le mouvement même qu’il appelait de ses vœux. Je vous la fais courte et en français, tout en vous engageant vivement à aller à la source :

  1. Elsevier fait payer très cher les abonnements ; il les met en bouquets, qu’il vend suivant une stratégie de tout ou rien. Toute tentative de négociation aboutit à une coupure d’accès (etc. etc.). Elsevier lutte contre l’Open Access, soutient le Research Works Act (etc. etc.).
  2. Pourquoi ne pas refuser de publier chez Elsevier ?
  3. Objection : pour être efficace, il faut que ce refus soit collectif et public.
  4. Réponse à l’objection : si un site web permettait aux mathématiciens d’afficher publiquement leur refus de publier chez Elsevier, cela pourrait aider.

 « It should be pretty easy to set up, but way beyond my competence I’m afraid. Is there anyone out there who feels like doing it? »

Et ce fut le miracle : en commentaire, la réponse de Tyler Neylon prend la forme d’un site : http://thecostofknowledge.com/index.php. Moins de quinze jours plus tard (le 3 février), il comptait 3700 signatures [Mise à jour du 24 février 2012 : 7235 signatures !]. Et si près de 700 [1352 !] émanaient de mathématiciens, on y comptait aussi 172 [459 !] médecins, 417 [1076 !] biologistes, 508 [827 !] informaticiens… Au total, ce sont 15 disciplines représentées, et sans doute plus encore de nationalités.

 

Il en faudra davantage, sans doute, pour jeter véritablement à bas un géant de l’édition ou l’obliger à cesser de lever l’impôt sur toutes les universités du monde. Mais l’ampleur et la rapidité de la mobilisation montrent que quelque chose est en train de changer.

Rendons la parole à l’accusé pour conclure, afin qu’il saisisse l’occasion d’aggraver un peu son cas. Au mois de décembre, des représentants d’Elsevier rencontraient un groupe de représentants Couperin pour discuter de modèles économiques futurs (tiens tiens…). Introduisant le propos par un rapide historique du développement de l’édition numérique, un brillant Elsevierien évoquait un âge lointain, presque préhistorique, antérieur à la fin du XXe siècle, un âge où les revues n’étaient qu’imprimées, lorsqu’il commit une petite faute de goût… il laissa échapper au détour d’une phrase ce cri du cœur qui ne figurait certainement pas dans son script  : It was not a very exciting time, from a business point of view. On m’accordera sans peine la liberté d’en conclure que la période 2000-2012 a été pour Elsevier a much more exciting time. Étrangement, tous comptes faits (et je pèse mes mots), les scientifiques et les bibliothèques n’ont pas trouvé cela aussi exciting que cela. Mais j’ai l’impression qu’une subtile inversion de tendance vient de se produire. Et qu’on me pardonne d’avouer ici une satisfaction un rien mesquine, je trouve que la situation est en train de devenir rather more exciting than it has been for the past ten years.

P.S. À l’attention de ceux qui n’auraient lu ce billet qu’en diagonale (nous sommes tous très pris) et qui souhaiteraient en conserver deux idées essentielles :

  1. Allez lire http://gowers.wordpress.com/2012/01/21/elsevier-my-part-in-its-downfall/
  2. Allez signer http://thecostofknowledge.com/


La mariée était en position dominante

 

De gauche à droite: le CNRS, le CEA, la CPU, et deux universités auvergnates ; les époux Curie sont encore à la porte (on les voit sur la vidéo du mariage).

Il était une fois une jeune fille un éditeur que nous appellerons Elvire pour ne pas lui faire de peine, et un prince charmant consortium que nous appellerons Rameau parce que donner un nom de musicien à un consortium d’établissements scientifiques, c’est un peu comme promettre l’harmonie universelle par le savoir : comment y résister ?
Un beau jour, Rameau décida de s’espousailler avec Elvire pour trois ans. Pierre et Marie Curie désapprouvèrent hautement cette union mais finirent par se joindre au cortège, avec un peu de retard et non sans obtenir une dispense partielle de participation à la dot. Le bouquet de la mariée, il faut dire, pesait ses trente millions (d’euros, pas d’amis). Tous les autres signèrent avec un bel ensemble, dans la solidarité et la bonne humeur ou presque (notre photo). Ils furent très heureux pendant deux ou trois ans et eurent de nombreux téléchargements. Ensuite ils recommencèrent à se chipoter mais en restant ensemble pour préserver les téléchargements et éviter que le bouquet de la mariée ne soit coupé. Incroyable ce que les musiciens peuvent aimer les bouquets.

Avant de me lancer dans la passionnante exégèse de ce conte de faits, une parenthèse : je sais que négocier est un travail difficile ; que ce n’est pas moi qui ai eu à affronter les commerciaux d’Elvire en réunion. Tout à fait d’accord, chacun a fait de son mieux et je ne suis pas là pour tresser des couronnes, ni laurier ni épines, mais juste pour apporter mon point de vue.

Reprenons, donc :
Clermont-Ferrand s’est fait tirer l’oreille pour signer ce curieux contrat de mariage, sous prétexte que 450 000 € pour avoir droit au bouquet de la mariée, c’est beaucoup pour une petite métropole de province. Mais nos rechignements de paysans près de leurs sous ne justifient pas un billet. Ce qui le justifie en revanche, ce sont quelques préjugés (les miens, s’entend) que j’ai cru devoir réviser au terme de la  négociation. En voici trois tirés du lot (des préjugés, j’en ai plein d’autres, mais préservons quelques futurs billets potentiels), dans leur plus crasse simplicité :
– Pierre et Marie Curie ont fait cavalier seul ;
– Elvire est en position dominante et on n’y peut rien ;
– Le problème, c’est le CNRS.

Pierre et Marie Curie ont fait cavalier seul. Bien sûr, c’est vrai. Pierre et Marie Curie ont publié urbi et orbi, il y a près d’un an, leur intention de ne pas signer. On peut appeler ça de l’égoïsme. Ou alors du courage : celui d’aller défendre une ligne non-conformiste à l’intérieur d’un établissement et de la faire voter ; de l’assumer à l’extérieur en supportant d’être montré du doigt par les voisins ; de résister aux pressions rudes et plus ou moins explicites de la communauté. Je n’ai pas lu ce mot dans les commentaires qui ont été fait sur l’attitude des époux Curie, et c’est pourtant le premier auquel j’ai pensé. Mais ce qui est courageux dans le courage, c’est précisément qu’il est rarement reconnu comme tel sur le moment et qu’on lui donne à la place un tas de noms plus consensuels : orgueil, bluff, calcul tactique, ambition personnelle, etc. Personnellement, je reste sur l’impression que Pierre et Marie Curie ont peut-être joué cavalier seul (et encore, un cavalier seul bien collectif…), mais qu’ils ont aussi montré l’exemple de ce qu’on peut obtenir comme résultat avec un geste politique courageux (j’allais écrire culotté, mais c’est un blog professionnel, ici, un peu de tenue).

On ne peut rien faire contre Elvire, elle est en position dominante : Ce serait bien si Elvire avait tous les défauts : elle serait riche, cynique et méchante, elle serait le mal. Et nous on serait les gentils qui ne pourraient rien faire. Très consolante pensée qu’il m’est arrivé de caresser, mais tout de même, Elvire a une vulnérabilité, c’est que son argent est à nous (jusqu’au paiement, en tout cas). Si un jour nous ne pouvons ou ne voulons plus payer, Elvire vire au rouge. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est un analyste financier, obligeamment relayé par Marlène Delhaye. Sans aller jusqu’à cette hypothétique apoplexie éditoriale, dans la négociation de cette année, force est de constater que la mariée a préféré écorner un peu ses principes (maintien du chiffre d’affaires de chacun) pour que tout le monde accepte de se joindre au cortège. Il est vrai qu’entre gagner un peu moins plus (mais un peu plus quand même) et un peu moins tout court, un commerçant hésite rarement. Il n’y a donc pas de raison qu’une épreuve de force un peu vigoureuse tourne forcément à la déconfiture du consortium, s’il en prend l’initiative (j’allais écrire : s’il en a le culot ; mais gardons un peu de distinction).

Le problème, c’est le CNRS. Ah, ça, pour le coup, la participation du CNRS est un vrai problème : il arrose toute la France mais par petites taches, doublonnant partiellement les achats de l’université (le fameux « on paie deux fois » et sa kyrielle d’arguments et contre-arguments). Oui oui oui. Mais en l’occurrence, ce problème a fait levier puisque le CNRS, en refusant de faire les quatre volontés d’Elvire (exercer un contrôle strict sur l’utilisation de ses connexions par les seules personnes qui y sont rattachées et, je présume, financer ledit contrôle), a permis d’arracher cette intéressante et inconcevable concession : une diminution localisée de chiffre d’affaires. Un problème qui permet de progresser, on peut aussi appeler cela une solution.
Qu’Elvire déplore le manque de coopération du CNRS, c’est bien naturel. Mais son fiancé pourrait tout aussi bien adopter le point de vue opposé et s’en servir comme levier, sans forcément gâcher le mariage : bien des promises respectent d’autant plus leur galant qu’il sait, au besoin, leur résister.

Allons, un peu de sérieux. Elvire reste très forte, bien sûr. Mais ce qui s’est passé montre que sa force n’est pas sans limite face à qui assume le risque d’une rupture. Du reste, la conclusion du bureau de Rameau lors de la dernière AG m’a beaucoup plu. En substance, ça ressemblait à  « Nous sommes en guerre, et pour aller au combat, il faut être prêt ». J’applaudis de tout mon clavier (à l’écran ça donne à peu près moqashiflqauirefhqloruei…) et du coup, quelques vaguelettes belliqueuses écument dans mon âme pacifique de bibliothécaire. Par exemple :
– On pourrait peut-être rebaptiser Rameau « Surcouf » (Société Utile aux Réductions de coût des Organismes et Universités Françaises) ou « Richelieu » (Réseau d’Irrigation Humaniste en Liens pour Établissements et Universités) ? Parce que franchement, pour aller à la guerre, un nom de musicien…
– On pourrait peut-être aussi entamer des discussions internes ouvertes avant que la pression ne soit trop forte, pour ne pas laisser Elvire choisir le lieu et le moment de la prochaine bataille ?  Juste histoire de bien huiler les possibles leviers d’action qu’il faudra manoeuvrer le moment venu.
Car la négociation, si j’ai bien compris, relève de l’art et non de la science (si c’était une science, les scientifiques s’y entendraient sans doute mieux). Ou alors c’est éminemment une science de la pratique et de l’instant.
Une science directe, en quelque sorte.