L’alambic en chauffe

Le Monolecte, Alambic (Source FlickR, Licence Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage à l’identique)

 

  • Démontrer la pertinence et le caractère innovant de nos réalisations, avec une fluidité webdeuzéroïque et la conscience d’ouvrir la voie vers l’avenir des bibliothèques.
  • Offrir une tribune à des prises de position audacieuses, courageuses et – cela va de soi –  politiquement incorrectes.
  • Assurer et assumer notre autopromotion, et finalement convaincre le monde entier – grâce à la réalité augmentée – que le Puy de Dôme est l’Everest français.

C’est ce que ce blog ne fera pas.

Mais à quoi va-t-il donc bien pouvoir servir s’il n’assure pas ces fonctions vitales ? Eh bien :

  • À contribuer au débat blogosphérique sur les questions qui nous tiennent à cœur : le web comme ressource, la documentation électronique et l’open access, les rapports entre bibliothèque et informatique, entre bibliothécaires et informaticiens, le service des utilisateurs vu côté serveurs ; les outils de travail qui sont les nôtres, leurs limites et les moyens de les dépasser (ou de les subir à moindre frais).
  • À exposer nos projets (site web, numérisation de fonds, etc.) pour les soumettre à l’aiguillon salutaire des critiques, des discussions, voire – qui sait ? – des compliments ;
  • À défendre, de temps à autre, notre point de vue singulier de Bougnats numériques, avec ce qu’il peut avoir de pittoresque (microprocesseur laguiole, Cantal-entre-deux-point-zéro, pingrerie hein-point-d’euros,  etc.) parce que Clermont-Ferrand a, comme tous les autres charmants petits villages de province toute métropole en région, quelques curiosités locales à faire valoir. Dont le fait d’avoir une bibliothèque numérique de dix personnes, qui s’occupe à la fois de documentation et de numérisation, qui développe son propre site web, et qui prétend même tenir un blog. Mais j’en reste là : je suis juste venu allumer le feu sous l’alambic, pas anticiper sur les distillations des collègues.

 

Car ce blog est un travail d’équipe : la bibnum de Clermont, je me répète, c’est dix personnes et toutes ont  vocation, un jour ou l’autre, à apposer leur signature au bas d’un billet et leur avatar en haut. Pour l’heure, la mise en œuvre (titre, visuel, avatars) est déjà le fruit d’un labeur collectif.

Ce blog est bien un outil de travail. Je voudrais qu’il nous permette de parler de ce que nous faisons avec, quant à la forme, la liberté de ton qu’autorise le genre et, quant au fond, le sérieux que nécessite tout travail. Je souhaite qu’il nous permette d’apprivoiser le monde du ouèbedeux et donner envie à des collègues de s’y aventurer. J’espère que notre alambic produira, de temps à autre, quelques gouttes d’un nectar revigorant, propres à réchauffer la discussion. Je gage que son gargouillement entretiendra notre ardeur au travail, ne serait-ce que pour avoir quelque chose de valable à y raconter. Je rêve, bien sûr, qu’il récolte une moisson de commentaires vifs et capiteux, qui nous obligent à revenir régulièrement sur nos préjugés de Bougnats et à nous connecter à la biblioblogosphère un peu plus qu’une fois par mois (on se connectera à plusieurs ensemble pour ne pas gâcher d’électricité).

Enfin, ce blog assume sa dette envers les nombreux collègues (je ne mets pas de lien, il faut économiser la flagornerie, mais ils se reconnaîtront et vous les reconnaîtrez) qui ont déjà accédé à la Vérité Numérique : cet alambic peut être considéré comme un rejeton printanier de notre passage hivernal au bibcamp. Merci, donc.

Olivier Legendre

P.S. Ce billet est dédié à tous ceux qui, un jour, ont eu ou auront une pénible sensation de froid au creux de l’estomac en appuyant sur le bouton Publier.