Le tout électronique, à quoi bon ?

A bin of books, by Jane Cockman (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale).
A bin of books, by Jane Cockman (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale).

Face à une évolution inéluctable, et même lorsqu’on l’a reconnue comme telle, il n’est pas inutile de s’interroger sur ses conséquences positives et négatives, ne serait-ce que pour amortir celles-ci et accroître celles-là autant que possible. Le fait est là : la BCU va passer au tout électronique pour la plupart de ses revues. L’échéance est incertaine, mais il n’y a pas de doute sur le fait. J’y travaille activement, pour ma part.  Non que ce passage m’apparaisse comme un pas historique exaltant, une sorte de saut qualitatif sans précédent dans l’histoire du savoir, qui ouvrirait soudain d’infinis possibles à la science et à l’humanité. Vingt ans de reculs sur les effets du Web me semblent prouver qu’il produit naturellement la profusion, non la qualité. Si je travaille à ce que la BCU s’achemine, comme toutes les bibliothèques scientifiques, vers le tout électronique, c’est simplement parce que cela relève d’une nécessité pratique que j’admets fort bien. Et que l’énergie qui ne sera pas dépensée à refuser l’inéluctable pourra être consacrée à des efforts bien nécessaires pour que les conséquences positives puissent compenser, à terme, les quelques désagréments liés à ce passage.

État des lieux

Commençons par examiner la situation : concrètement, que signifie ‘Nous passons au tout électronique‘ ?

Catalogue, par AAlain (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage dans les conditions initiales).
Catalogue, par AAlain (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage dans les conditions initiales).

Pas le tarissement de toute arrivée d’ imprimés à la bibliothèque. La disparition du papier n’est effective que dans des domaines précis et pour des raisons précises. La dématérialisation a d’abord affecté les outils de signalement (catalogues et bases de données bibliographiques), puis les publications à mises à jour (Encyclopédies et bases de données factuelles) puis les revues, et ne se propage aux ouvrages que très progressivement. Tout cela est conforme au bon sens : la consultation d’un ordinateur se prête remarquablement bien à la pêche à l’information ponctuelle : signalement (catalogue ou base de données bibliographique), fait brut (base de données factuelle). Elle se prête aussi assez bien à la lecture de formes courtes (articles d’encyclopédie ou de revues généralistes). Mais le saut vers les formes longues (articles scientifiques et ouvrages proprement dits) est plus hasardeux, les tâtonnements encore en cours dans le lancement des outils de lecture le montrent, me semble-t-il.

Bart Heird , I blame the Internet (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de modification).
Bart Heird , I blame the Internet (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’Utilisation Commerciale, Pas de modification).

À Clermont comme ailleurs, le passage est déjà derrière nous pour les outils de signalement et les encyclopédies. Lorsque je parle de passage au tout électronique en train de se faire, je pense donc aux revues, mais parmi les revues seulement aux revues de sciences dites dures ; et parmi celles-ci seulement aux bouquets de trois grands éditeurs, qui fonctionnent tous trois sur le même mode : la conservation du chiffre d’affaires historique avec constitution d’une liste de titres souscrits. En l’occurrence : Elsevier, Wiley, Springer.
À la BCU, la dépense cumulée pour ces trois éditeurs est de 650 000 € environ : 450 000 € pour Elsevier, 130 000 € pour Wiley, 70 000 € pour Springer. Nous sommes à un stade différent d’avancement vers le tout électronique pour les trois.

  1. Pour Springer, le passage a été effectué.
  2. Pour Elsevier, il a été effectué pour les abonnements relevant directement de la BCU, mais non pour les abonnements des divers laboratoires et UFR.
  3. Pour Wiley, il n’a été effectué ni à l’intérieur de la BCU ni à l’extérieur.

Effets négatifs avérés ou prévisibles

À Clermont comme ailleurs, nous savons que passage au tout électronique pour un outil de signalement comme le catalogue est déjà assimilé comme définitif dans l’esprit de tous, alors même que dans les faits il n’est pas achevé : une petite partie de notre catalogue sous forme papier n’est toujours pas informatisé, et pourtant, il n’est plus disponible au public puisque le moyen normal d’accès est désormais, aux yeux de tous, l’électronique. Si un garagiste disait au propriétaire d’une automobile en panne : « Vous allez marcher un peu, cela va vous faire du bien ! » il entendrait probablement : « Je fais quotidiennement 35 kilomètres sur l’autoroute, donc merci de parler sérieusement et de me trouver rapidement une voiture de prêt ». De la même façon, lorsqu’il arrive que l’accès en ligne à une revue soit coupée, il est bien inutile de dire aux lecteurs : vous savez, nous avons le papier ! Pour la forme courte qu’est l’article comme pour la recherche de références, le papier n’est plus une alternative acceptable à l’électronique. Point. Puisque dans certains cas (pour la partie non informatisée du catalogue, par exemple), l’information existe mais n’est, en pratique, plus disponible, je pense que l’on peut ranger au nombre des effets secondaires indésirables du passage au tout électronique la perte marginale d’information qui résulte de ce caractère désormais « invisible » du papier.

L’autre effet négatif solidement avéré est financier : les grands éditeurs ont réussi pour l’instant, en instaurant un rapport de forces favorable et  par le biais du recours au « chiffre d’affaires historique », à faire admettre en pratique un dangereux principe : « l’électronique, c’est comme le papier, mais plus cher ». Cette théorie est pourtant battue en brèche par la réalité des tractations avec certains autres éditeurs. Voici trois ans, Clermont-Ferrand s’est désabonné intégralement des revues imprimées d’un éditeur scientifique. Deux ans après, le chiffre d’affaires historique ayant été « effacé » par ce désabonnement, l’abonnement électronique a pu être souscrit à un coût 5 fois inférieur. L’expérience montre donc que l’électronique peut aussi être « comme le papier, mais moins cher ». La difficulté est évidemment que pour mettre en évidence cette possibilité, il a fallu accepter de se priver, pour un temps, du papier ET de l’électronique. Le postulat des grands éditeurs résultant essentiellement d’un rapport de forces, il n’est pas inéluctable. Mais c’est un fait que la migration des revues vers l’électronique leur a conféré de puissants moyens de pressions. De ce point de vue, le passage au tout électronique est ambivalent, nous allons le voir.

Le dernier effet négatif est local et joue sur le court terme, mais il est pour nous le plus difficile à affronter et c’est la raison pour laquelle je défends si activement un passage volontaire et concerté au tout électronique : mal négocié, ce passage nous procure un grand  inconfort budgétaire. En théorie, il est neutre sur le plan financier (le saut de TVA entre le papier et l’électronique étant compensé par les éditeurs à titre de mesure incitative). C’est ce qui rend très facile le passage au tout électronique à l’intérieur de la BCU, pour les abonnements que nous gérons déjà. Mais il n’en va pas de même pour les abonnements imprimés extérieurs : actuellement détenus par des laboratoires et des UFR sur leur budget propre, ces abonnements se trouvent transférés mécaniquement à la BCU par le passage au tout électronique. Il est donc important pour nous que le transfert de budget accompagne le transfert de charge. Or, il se fait que les laboratoires, faute de bien connaître des clauses des contrats qui nous lient aux éditeurs, ont tendance à opérer les désabonnements pour soulager leur budget, sans avoir bien conscience du transfert automatique qui s’opère sur le nôtre. Tout désabonnement opéré par elles, conformément au contrat qui stipule de maintien du chiffre d’affaires historique, est ipso facto facturé à la BCU. Cette année, ces désabonnements « sauvages » vont dépasser 20 000 €. Inconfortable, disais-je.

Effets positifs possibles

C’est pourquoi il faut travailler à effectuer ce passage d’une façon à la fois officielle et organisée. Si nous y parvenons, des effets positifs du passage au tout électronique peuvent être espérés. 

D’un point de vue interne : la centralisation de la dépense pour ces trois grands bouquets entraînerait une évidente simplification administrative. Une facture annuelle pour la même dépense, c’est mieux que trois ou quatre. Mettre fin à la gestion de flux de papier inutile et des factures dispersées semble aussi de bon sens. Cela ne nous exonère pas d’une réflexion sur ce que l’on fait du temps ainsi économisé. Autre chantier important, mais que nous pouvons aborder sans trop de crainte me semble-t-il, car l’ouvrage ne manque pas franchement.

D’un point de vue stratégique dans les négociations : en centralisant le chiffre d’affaires global, on le rend plus visible, plus identifiable, plus frappant aussi :

La facture 2013 pour les revues est de 500 000 €

 se passe d’explication. Ce n’est pas le cas de :

La facture 2013 est de 300 000 € en apparence mais en fait il  ne faut oublier de prendre en compte les abonnement de l’UMR 575582 et ceux du LHIFT, du CFADE, ainsi que ceux de la bibliothèque associée de  sciences phrénologiques à l’UFR, ainsi que les 12 revues du Centre interdisciplinaire de géographie  historique du Massif Central, que nous finançons par convention reconduite annuellement, ce qui porte la facture à 500 000 € » [toute ressemblance avec des UMR, UFR et autres composantes existant ou ayant existé etc. etc.]

À moyen terme la disparition du papier, mettant fin à la corrélation artificiellement établie entre le portefeuille d’abonnements imprimés détenus et la collection électronique, permettra d’évoluer vers un modèle économique différent.  Elle va nous obliger à regarder vraiment ce que nous obtenons pour l’argent que nous dépensons, et à exiger davantage si nous ne sommes pas satisfaits. Le changement de modèle nous offre par là une chance de faire diminuer nos coûts, ce qui est impossible dans les modèles actuels. Bien entendu, cette diminution des coûts ne découlera pas ipso facto du changement, et l’on peut supposer que les éditeurs vont faire quelques efforts pour maintenir nos coûts à un haut niveau. Mais comme toute redistribution des cartes, le changement offre l’occasion d’une renégociation, et quelques arguments pour faire advenir un changement positif, changement que nous avons déjà obtenu dans certains cas, je l’ai dit plus haut.

Sous réserve d’une réussite au moins partielle sur le point  précédent, l’occasion pourrait  même s’offrir de réutiliser une partie du flux financier capté aujourd’hui par les éditeurs vers l’Open Access, que ce soit par le financement de publications (subvention aux publications dans un modèle auteur-payeur) ou par le financement direct de quelques revues.

En résumé, si notre objectif est de retrouver les moyens de mener une véritable politique documentaire (avec des vrais choix et une vraie liberté), le passage au tout électronique pour les grandes revues, celles qui fonctionnent sur le modèle du « bouquet », fait partie des nécessaires préalables. Condition non suffisante, mais nécessaire. Nous sommes donc en train de proposer aux deux universités que nous desservons de l’accomplir d’une façon concertée et organisée, dans les deux ou trois ans à venir.

Si ce n’est pas possible, nous avons un plan B, éprouvé par l’expérience humaine sous tous les cieux, en tous les âges : le passage au tout électronique se fera d’une façon non-concertée et désorganisée.

Communication, The work way, by TrasherDave (Publié sur FlickR, sous licence Creative Commons Paternité, Partage dans les conditions initiales).
Communication, The work way, by TrasherDave (Publié sur FlickR, sous licence Creative Commons Paternité, Partage dans les conditions initiales). 

Jumble, by Ian Corey (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage dans les conditions initiales).
Jumble, by Ian Corey (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage dans les conditions initiales). 

 

On sait faire…

Elsevier, banderille n°5 : conclusion

Le modèle économique d’Elsevier n’a pas d’abord été remis en cause parce qu’il était injuste – bien qu’il le soit assurément – mais très bêtement parce qu’il est

beaucoup

TROP

CHER.

Douglas Arnold et Henry Cohn soulignent que d’autres éditeurs ont des modèles semblables, mais que si le boycott a commencé par Elsevier, c’est parce que son comportement dans ce domaine est particuliarly egregious et parce que l’éditeur seems to be driven only by their fiduciary responsability to maximize profit for their shareholders.  Dans les premiers temps, les universités ont bien vu l’intérêt, pour un prix qui n’excédait que peu leur contribution annuelle antérieure, d’avoir accès à une ressource en ligne et beaucoup plus abondante. Si l’inflation appliquée aux chiffres d’affaires historiques avait été, depuis 10 ans, de 2 % par an, ce sentiment prévaudrait peut-être encore et il n’y aurait pas d’émeute parmi les chercheurs et les bibliothécaires aujourd’hui. Le problème est qu’Elsevier n’a pas seulement mis en place un système injuste (ce que bien d’autres ont fait au même moment), il l’a aussi appliqué d’une façon absolument déraisonnable (là où d’autres, plus avisés – ou moins lourdement armés pour imposer leur loi – l’ont fait avec plus de modération).
C’est la façon insupportable dont ce modèle inepte a été appliqué qui provoque aujourd’hui sa remise en cause. Elsevier, fort soucieux de se voir ainsi cloué au pilori, étudie du reste la mise en place d’un nouveau modèle économique, qui laisserait de côté la référence honnie au chiffre d’affaires historique.
Il est possible (je ne dis pas encore probable, j’attends de voir) que le système mis en place pour élaborer la facturation soit moins injuste que le précédent. Mais quand bien même ce système serait incontestable dans sa théorie, s’il est appliqué par l’éditeur avec la même rapacité que précédemment il ne sera pas plus acceptable. Or Elsevier a signalé, lors des premières tractations consacrées à ce modèle, que la recherche d’une réduction globale de facture est « out of scope ». Ce qui peut évidemment signifier deux choses :
1. « Il n’est pas exclu que le nouveau modèle soit globalement moins cher que le précédent mais ce n’est pas l’objet. »
2. « Il est exclu que le nouveau modèle soit globalement moins cher que le précédent. »

Speaker's Corner à Hyde Park (Ruedis Fotos, lic. Creative Commons Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)
Speaker’s Corner à Hyde Park (Ruedis Fotos, lic. Creative Commons Paternité, pas d’utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)

Je pourrais à la rigueur souscrire à la première interprétation : lorsque l’on conçoit un système, il y a un temps pour se pencher sur les critères que l’on prend en compte et leur poids respectif, puis un autre temps pour ajuster les paramètres de base en fonction des conséquences arithmétiques constatées. Mais je ne doute pas que dans l’esprit de l’éditeur c’est la seconde interprétation qui doit prévaloir : quelle que soit la lettre de mission des experts qui travaillent sur le « nouveau modèle », je suis bien certain qu’y figure en toutes lettres l’obligation de concevoir le système pour qu’il puisse rendre acceptable une dépense égale ou supérieure à celle d’aujourd’hui. Il n’est pas impossible que ce système existe, mais j’en doute.

D’un gouvernant qui pressure ses sujets, le bon peuple n’attend pas qu’il change l’assiette de l’impôt ou qu’il propose la mensualisation. Le bon peuple attend qu’il baisse l’impôt. Ou bien qu’il soit renversé.
Le monde scientifique n’attend donc pas d’Elsevier qu’il modifie le mode de calcul qui lui permet de prélever des montants déraisonnables.  Le monde scientifique attendrait d’Elsevier qu’il prélève des montants raisonnables. Ou bien qu’il paie les conséquences économiques du mépris trop manifeste dans lequel il tient, depuis une décennie, les considérations scientifiques.

Mais est-ce que le monde scientifique peut vraiment encore attendre quelque chose d’Elsevier ? Un nombre croissant de chercheurs, voire d’universités (et non des moindres), pense que non. Quant à moi, qui suis moitié scientifique moitié Auvergnat, je réserve mon jugement en attendant le prochain devis.

Elsevier, banderille n°4 : justifier l’inflation ?

Inflation (licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)
Inflation (Land Registry, Bank of England ; publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, pas de modification)

La réponse d’Elsevier au mouvement de protestation des scientifiques a fait l’objet de plusieurs articles passionnants, dont un à paraître de Douglas N. Arnold et Henry Cohn (Notices of the American Mathematical Society 59(6), 2012). Un passage m’a frappé parce qu’il touche au cœur du problème en prenant en considération les questions économiques pures. On sait en effet que les éditeurs tentent parfois de justifier l’augmentation du prix par celle des coûts supportés. L’article suscité en prend dûment acte :

We don’t mean to suggest that publishing is cheap in the electronic age. True, electronic distribution is very cheap : the arXiv requires just $7 per submission, or 1,4 cents per download, in funding. But journal publishing involves significant additional costs, such as IT infrastructure, administrative support, oversight, sales, copy editing, typesetting, archiving, etc.

Voilà qui doit faire plaisir à l’éditeur. Cela dit, il faut avoir l’honnêteté de poursuivre : si les coûts de la publication en ligne ne sont pas négligeables, atteindre une certaine masse critique permet, dans ce domaine comme dans bien d’autres, de réaliser des économies d’échelle, de sorte que :

… large publishers like Elsevier should, if anything, achieve lower costs.

Or c’est apparemment le contraire qui se produit : les journaux d’Elsevier sont deux, trois, dix fois plus chers que ceux des autres éditeurs sur des segments disciplinaires et avec des facteurs d’impact comparables. Ayant du mal à croire qu’Elsevier gère mal ses affaires et ne sait pas faire d’économies d’échelle, je m’autorise à conclure que l’inflation des prix ne résulte pas de celle des coûts de production, qu’elle résulte donc d’un choix commercial, d’une déclinaison particulière de la loi du marché. Quelles justifications peut-on lui trouver ?

La qualité du service rendu, bien sûr… En effet, on peut légitimement soutenir que le prix de vente augmente, si le service rendu aux utilisateurs a été accru de façon significative et incontestable. Qu’en est-il ? Les bénéfices de la diffusion en ligne sautent aux yeux et il n’est pas question de les nier, mais seulement de voir s’ils sont assez dénués de contrepartie pour rendre acceptable une forte augmentation tarifaire.

  • Instantanéité de l’accès : gain très net. Il faut infiniment moins de temps qu’à l’époque de l’imprimé pour accéder à un article. Mais ce gain indéniable et considérable a désormais d’amères contreparties : tout le temps que l’on passait il y a 20 ans à pister un article dans les collections des bibliothèques est désormais consacré au tri de milliers de réponses dans les moteurs de recherche en ligne et aux heures de lecture plus ou moins attentive rendues indispensables par l’inflation éditoriale. La facilité d’accès a donc produit son propre antidote, comme la résistance de l’air augmente avec la vitesse.
  • Augmentation de la masse de production scientifique disponible :  à moins de confondre quantité et qualité, on ne peut assimiler cela à un bénéfice en soi. Outre que la massification vient contrarier, en aval, le bénéfice précédent de l’instantanéité, nul n’ignore qu’elle est largement induite, en amont, par la pression à la publication exercée sur les chercheurs. Or je ne vois pas que cette pression ait, en elle-même, une influence bénéfique sur la qualité du travail scientifique. La « richesse » de la matière scientifique mise à la disposition des chercheurs me semble donc un bénéfice assez douteux.
  • Pérennité de l’accès : c’est la perte la plus spectaculaire. Là où l’on payait une fois pour toute, naguère, la possession d’un fascicule qui valait  possibilité de consultation pérenne, on paie aujourd’hui un accès pour la durée du contrat. Certes, l’éditeur supporte le coût de la conservation. Mais l’usager y a perdu bien plus : en cas d’interruption d’abonnement l’effort financier consenti par son établissement pour lui donner accès à la documentation s’envole en fumée (c’est donc ça, la dématérialisation…). Il est vrai qu’une partie des ressources (les fameux « titres souscrits » avant 2011, et l’ensemble de la Freedom collection dans le contrat actuel) reste acquise en fin de contrat à l’abonné qui se désengagerait. Mais cette possession ne vaut pas droit d’accès à la plateforme Science Direct : elle permettra seulement aux malheureux « désabonnés » de disposer d’une copie des fichiers de la Freedom collection, à charge pour eux de les rendre consultables en ligne pour ses membres (au prix d’un investissement que l’on imagine). Donc, de ce point de vue là, pas de progrès non plus qui soit de nature à consoler l’abonné lorsqu’il reçoit sa facture.

Si la qualité du service n’apporte pas de justification indiscutable à l’inflation, un trafic en hausse constante pourrait le faire en manifestant l’utilité des ressources mises en ligne et leur succès croissant.  Examinons donc les statistiques d’usage clermontoises : la consultation de la base de données Science Direct n’a cessé d’augmenter jusqu’en 2008 (date d’instauration de l’accès distant), où l’on a atteint 430 000 consultations annuelles [tableau des consultation et des prix].

Evolution du prix et des consultations de Science Direct
Evolution du prix et des consultations de Science Direct 

 

Depuis, elle a fortement décru. De 330 000 consultations en 2009, on est passé à 265 000 en 2010, et à 250 000 en 2011. Cette décrue vient à l’encontre de la corrélation que l’on établirait intuitivement entre le succès d’un produit et son prix, alors même que cette corrélation n’a aucun sens dans le monde numérique : la « rareté » y est produite artificiellement par les conditions financières. En l’occurrence, depuis 2008, à Clermont-Ferrand, les consultations ont diminué de 40 %, le prix a augmenté de plus de 15 %.

Je ne développerai pas la question de la qualité scientifique des revues détenues par Elsevier. D’autres l’ont discutée comme il faut et ont suffisamment établi qu’Elsevier possède certaines revues importantes, mais qu’il n’y a pas de corrélation évidente entre la qualité des revues détenues et leur prix. Ou pour le dire plus précisément, qu’à qualité égale (ou du moins à facteur d’impact égal), les revues d’Elsevier sont toujours les plus chères. De beaucoup.

Si l’on balaye, donc, tous les arguments qui relèvent du boniment et tous ceux qui viennent à l’esprit a priori, il en reste un, le seul qui corresponde à la réalité et qui fait que les contrats sont signés malgré tout, année après année, par les universités : Elsevier a accumulé une grande masse de revues ; dans cette masse, certaines sont indispensables, en nombre suffisant pour que les universités s’estiment contraintes de maintenir, coûte que coûte, leur abonnement à ces titres. Et depuis 10 ans, l’éditeur fait jouer le rapport de forces au maximum de ses possibilités, en écartant toute considération qui ne soit pas proprement financière et en imposant le « tout ou rien » à ses clients. Elsevier n’a pas forcément les meilleurs journaux, mais il en a suffisamment d’indispensables pour contraindre les universités à maintenir, coûte que coûte, l’abonnement à ses titres. Car la loi, propre aux denrées de première nécessité, de l’ inélasticité de la demande s’applique à ces revues. Elle fait que tel un toxicomane en manque, le détenteur d’un bouquet électronique tentera de maintenir l’abonnement QUEL QU’EN SOIT LE PRIX, aussi longtemps qu’il en aura les moyens, quitte à se défaire pour cela de tous ses biens. Client furieux mais résigné, d’un vendeur détesté mais riche.

Demain, pour ceux qui ne dorment pas encore, je conclurai ma semaine Elsevier par une envolée rhétorique totalement gratuite (et libre d’accès).

Elsevier, banderille n°3 : la liste des titres souscrits

Un jour, j’ai compris que la liste des titres souscrits ne servait à rien. Pour moi, j’entends. Elle est en revanche très utile pour l’éditeur. Je m’explique.

Tout au long d’un contrat de groupement de commande Elsevier pour la Freedom Collection, il y a un rituel douloureux, celui de la « validation de la liste des titres souscrits ».

Head in Hands (Photo Alex E. Proimos, licence Creative Commons paternité ; source FlickR)
Head in Hands (Photo Alex E. Proimos, licence Creative Commons paternité ; source FlickR) 

 

Pour ceux qui ne connaissent rien à la documentation électronique, je rappelle les bases.

  1. – La liste des « titres souscrits » est la liste des titres auxquels l’établissement était abonné sous forme imprimée au début du premier groupement de commande (aux environs de 2003, je crois) qui a permis l’accès à la Freedom collection. Cette liste doit être actualisée chaque année en fonction des disparitions éventuelles de titres, ou des changements que l’abonné pourrait vouloir y apporter (sous réserve que le montant global soit préservé, bien sûr).
  2. Cette liste a été initialement établie par l’éditeur à partir de la connaissance qu’il avait des abonnements pris sur le site.
  3. Le contrat interdit de se désabonner des « titres souscrits » pendant toute la durée du groupement de commande ET les désabonnements ont également été interdits lors du passage d’un groupement de commande à un autre. Bref, il est interdit de se désabonner d’aucun des « titres souscrits », sauf à sortir complètement du groupement.
  4. Ce sont les tarifs de ces titres souscrits qui ont servi à l’éditeur pour établir le fameux « chiffre d’affaires historique » qui est la base de tous les contrats depuis 2003 au moins.

À présent, examinons les divers problèmes rencontrés avec cette liste depuis deux ou trois ans.

  1. Elle a été dressée par l’éditeur à partir de la connaissance qu’il avait des abonnements pris sur le site. Cette liste a été dressée il y a une dizaine d’années, je suppose. Elle intégrait alors tous les titres faisant l’objet d’abonnements dans un établissement clermontois quel qu’il soit (universités, CHU…), et même des abonnements personnels de praticiens hospitaliers. Il est assez logique, lorsque l’on me demande de « valider » cette liste, que je cherche à connaître les détenteurs pour vérifier si oui ou non ils possèdent l’abonnement.
  2. Hélas, le délai de réponse concernant cette liste est généralement trop bref pour permettre un examen attentif des cas problématiques. J’ai donc à l’heure actuelle, dans ma liste de titres validés, au moins quatre titres dont les détenteurs ne sont pas identifiés. Comme il s’agit de titres médicaux, je présume que ces titres font ou ont fait l’objet d’abonnements, à un moment donné, par des praticiens hospitaliers. Mais je n’ai pas de moyen de le vérifier. Lorsque j’ai souligné ce problème auprès d’Elsevier, j’ai reçu une réponse : « Madame K*** ne manquera pas de revenir vers vous afin de clarifier les titres problématiques ». C’était le 4 avril 2011.
  3. De toute façon, la clarification, si elle a lieu, ne sera pas d’un grand intérêt, car ce qui fait l’objet du contrat ce n’est pas la liste des titres validés, mais le montant cumulé des abonnements à ces titres. De sorte que même s’il s’avérait que les 4 titres médicaux susdits, ou 10 autres, n’ont jamais fait l’objet d’abonnements de la part d’un établissement universitaire, le contrat resterait valable, puisqu’il mentionne « en dur » le montant du chiffre d’affaires annuel du contrat. Bien sûr, si Elsevier offre de compenser la surfacturation subie du fait de ces titres indûment attribués à la bibliothèque depuis 10 ans, je ne refuserai pas (Elvire, si tu lis ces lignes…).
  4. Lorsqu’il a été question d’accorder l’accès au CHU, l’an passé, dans le cadre du nouveau groupement de commande Science Direct, l’éditeur, au lieu de valider sans discussion cet accès déjà ancien à Clermont, nous a demandé de justifier de la présence, dans les titres souscrits, de titres relevant de cet établissement. Quand on sait que parmi les titres souscrits figurent entre autres 4 titres médicaux « non identifiés » dont le tarif cumulé tourne autour de 11 000 €, cela ne manque pas de saveur.
  5. J’ai oublié de dire que la liste des titres souscrits, dont la conservation de l’abonnement nous donne le droit d’accéder à la Freedom Collection, comporte des titres d’Elsevier qui n’appartiennent pas à la Freedom collection et même des titres qui n’ont pas de version électronique.

Bref, on aura compris que le seul intérêt de cette liste est sa valeur financière. Et si je l’avais compris plus tôt, je n’aurais pas passé tant de temps à l’examiner. Dressée au début des années 2000 en ratissant large (tout titre, imprimé et/ou électronique, faisant l’objet d’un abonnement dans un établissement clermontois quel qu’il soit), elle a permis à l’éditeur de garantir, pendant plus de 10 ans, la progression de son chiffre d’affaires sur une base sûre. Le CA pris en compte était d’environ 280 000 € en 2004. Il est d’environ 360 000 € en 2011. L’immobilier n’a pas fait pas aussi bien sur la même période ! Nous parlons toujours en HT, bien sûr, et sans prendre en compte les petits frais annexes (plus de 60 000 € pour l’accès à la plateforme en 2010).

Demain, si vous n’en avez pas encore assez, je vous parlerai de l’inflation des coûts dans l’édition électronique et des arguments qui la justifient.

Elsevier, banderille n° 1 : Mayo Clinic

Paul Schulz, Die Welle (licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Pas de modification ; source FlickR)
Paul Schulz, Die Welle (licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Pas de modification ; source FlickR)

Quand l’enjeu est de taille, chacun doit faire sa part, si modeste soit-elle. Ainsi raisonnent, je suppose, les milliers de chercheurs qui, un à un, signent sur le site the cost of knowledge. Et ainsi raisonne le conservateur chargé de la documentation électronique qui blogue tout seul dans sa bibnum, bien conscient que sa participation équivaut à laisser choir de l’alambic une goutte de vieille prune (cuvée 2011) au milieu de l’océan Pacifique dans l’espoir de le rendre buvable. Mais bien résolu à participer quand même.

On peut dresser des pratiques d’Elsevier un diagnostic général. Mais le poids cumulé de témoignages mineurs et dispersés est aussi utile dans les grands procès, justement parce qu’il sont factuels et non  généraux. Ils prêtent donc peu à discussion et viennent juste prendre place, discrets mais utiles, dans un tableau d’ensemble.
Voici donc quelques cas où le comportement d’Elsevier m’est soudain apparu en net décalage avec le comportement attendu d’un éditeur qui déclare se mettre au service de la publication scientifique ; ou même avec le comportement attendu d’un éditeur normalement intéressé par le profit mais raisonnable dans sa façon de le rechercher.
À des fins de lisibilité et pour tenir en haleine l’innombrable lectorat de l’Alambic, je me propose de publier cette semaine un billet quotidien. Et d’offrir ainsi un petit bouquet de banderilles au héros du moment.

 

Banderille n°1 : Mayo Clinics Proceedings

La bibliothèque de santé est abonné à la revue Mayo Clinic Proceedings. Cette revue de médecine interne à comité de lecture doit son nom au Dr Mayo, pionnier de la « pratique de groupe » et à la Mayo Clinic fondée par ses soins à Rochester (Minnesota), à la fin du XIXe siècle. En 2011 l’abonnement imprimé à la revue coûtait 160 € à la bibliothèque universitaire de santé. Un prix stable depuis 2008 au moins (je n’ai pas l’information pour les années précédentes). En 2012 l’abonnement à la même revue coûte 549,79 € à la bibliothèque de santé, soit une augmentation de 343 %. Au cas où nous souscririons à l’abonnement électronique, le coût serait de 1086 € HT. Que s’est-il passé entre 2011 et 2012 ? La revue Mayo Clinic Proceedings est passée chez l’éditeur Elsevier. Un courriel de l’éditeur nous a informé que la revue était refondue (« redesigned »). Voilà une refonte dont on se souviendra.

Corrida, par Philippe Leroyer (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique).
Corrida, par Philippe Leroyer (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).

Le directeur de la revue a détaillé en 2011 dans un édito les aspects scientifiques et organisationnels de la refonte. Nul doute que le travail mené est important, mais il ne pèse pas particulièrement sur les épaules d’Elsevier, lequel n’est pas nommé dans l’article. Difficile donc de ne pas lire l’inflation subie comme le résultat d’une politique tarifaire automatique de l’éditeur, destinée à accroître le rendement du titre. Il est vrai que le facteur d’impact de Mayo Clinic Proceedings n’a cessé d’augmenter depuis de nombreuses années. Mais jusqu’ici, cela n’avait eu aucune répercussion sur son prix. N’est-il pas remarquable que l’inflation constatée cette année coïncide justement avec la prise en main du titre par Elsevier ? Je regarderai attentivement, dans les années à venir, l’évolution de cet abonnement.

Demain, si cela vous intéresse, je vous parlerai de la réponse d’Elsevier au mouvement lancé par Tim Gowers.

Elsevier : la première bataille

Enfin, la poudre parle... (photo Zhengxu, lic. Creative Commons paternité ; source FlickR)

Enfin.

Assez fourbi, assez gémi : on défouraille. Enfin. Après des années d’outrages patiemment endurés et de rodomontades piteusement ravalées en grommellements à l’heure de signer des contrats qui se ramenaient à des capitulations, cette fois la bataille est engagée, enfin. Et non pas par les bibliothécaires, mais bien, et c’est ce qui rend la nouvelle tellement intéressante, par les chercheurs. C’est beaucoup plus dangereux pour l’éditeur, et infiniment plus réjouissant pour nous. Difficile de dire encore si ce sera la bataille de Londres ou celle de Stalingrad, le premier baroud d’honneur des résistants ou le premier désastre de l’ennemi… Mais comme jusqu’à présent c’est plutôt Münich ou les Bourgeois de Calais qui venaient à l’esprit, il y a déjà de quoi se réjouir sans arrière-pensée. En découdre, enfin !

Des années durant, les scientifiques ont livré leurs articles bénévolement pour les faire racheter à prix d’or par leurs bibliothèques. Des années durant, les bibliothécaires ont geint et désespéré du soutien des chercheurs. Leurs cris ont-ils un peu contribué à remplir le baril de poudre ? Peu importe. C’est l’éditeur lui-même qui a fourni la mèche, ce sont les chercheurs qui y ont bouté le feu. Le spectacle en vaut la peine. Pour le plaisir, donc, et pour rendre les honneurs dus à ceux qui viennent de bien mériter de la science, retour sur les trois dernières semaines.

À tout seigneur tout honneur, commençons par la brillante initiative surnommée, outre-Atlantique, « l’amendement Elsevier ». De son vrai nom, le Research Works Act (lisez le texte, il est d’une très efficace brièveté). De quoi il s’agit, d’autres l’ont bien expliqué. Michael Eisen (co-fondateur de PLOS) en anglais ; Laurence Bianchini en français. Pour faire court, c’est une attaque en règle contre les dépôts d’archives ouvertes et contre les directives publiques visant à rendre obligatoire leur usage. L’argument, ramené à sa plus simple expression, est le suivant : « Une fois que l’éditeur privé a contribué à la publication scientifique, si l’acteur public la diffuse gratuitement, il nuit aux intérêts de l’éditeur privé par une forme de concurrence déloyale. Il doit donc demander la permission à l’éditeur. » Si l’on descend de la plus simple expression au plus simple appareil, on arrive à quelque chose comme : « Les résultats de la recherche publique appartiennent aux éditeurs privés qui les ont publiés ». C’est bouleversant de simplicité et de brutalité. Une vraie voie de fait, sauf que c’est une voie de droit. Parler de voie de fait juridique serait plus adéquat.

La riposte n’a pas tardé. Rhétorique d’abord, de la part des bibliothécaires outre Atlantique. Lisez la belle déclaration de guerre du Canard bibliothécaire. C’est enlevé, agressif, et très prometteur. Citons juste trois lignes prophétiques :

You’re fighting the last war, the war against the Internet. The Internet is winning, though slowly; the black hole the PRISM Coalition fell into, PLoS and its imitators, PubMedCentral and its analogues, all demonstrate that.

Mais la véritable riposte qui est en train de se déployer, avec tout le joyeux et incontrôlable dynamisme d’une réaction en chaîne, c’est celle des scientifiques. C’est le mathématicien Tim Gowers (médaille Fields 1998, excusez du peu) qui a jeté le 21 janvier l’étincelle providentielle, dans un billet qui méritera de rester dans les annales de l’épopée scientifique moderne : Elsevier, mon rôle dans sa chute. Simple comme une confession, implacable comme une démonstration, ce billet a enclenché le mouvement même qu’il appelait de ses vœux. Je vous la fais courte et en français, tout en vous engageant vivement à aller à la source :

  1. Elsevier fait payer très cher les abonnements ; il les met en bouquets, qu’il vend suivant une stratégie de tout ou rien. Toute tentative de négociation aboutit à une coupure d’accès (etc. etc.). Elsevier lutte contre l’Open Access, soutient le Research Works Act (etc. etc.).
  2. Pourquoi ne pas refuser de publier chez Elsevier ?
  3. Objection : pour être efficace, il faut que ce refus soit collectif et public.
  4. Réponse à l’objection : si un site web permettait aux mathématiciens d’afficher publiquement leur refus de publier chez Elsevier, cela pourrait aider.

 « It should be pretty easy to set up, but way beyond my competence I’m afraid. Is there anyone out there who feels like doing it? »

Et ce fut le miracle : en commentaire, la réponse de Tyler Neylon prend la forme d’un site : http://thecostofknowledge.com/index.php. Moins de quinze jours plus tard (le 3 février), il comptait 3700 signatures [Mise à jour du 24 février 2012 : 7235 signatures !]. Et si près de 700 [1352 !] émanaient de mathématiciens, on y comptait aussi 172 [459 !] médecins, 417 [1076 !] biologistes, 508 [827 !] informaticiens… Au total, ce sont 15 disciplines représentées, et sans doute plus encore de nationalités.

 

Il en faudra davantage, sans doute, pour jeter véritablement à bas un géant de l’édition ou l’obliger à cesser de lever l’impôt sur toutes les universités du monde. Mais l’ampleur et la rapidité de la mobilisation montrent que quelque chose est en train de changer.

Rendons la parole à l’accusé pour conclure, afin qu’il saisisse l’occasion d’aggraver un peu son cas. Au mois de décembre, des représentants d’Elsevier rencontraient un groupe de représentants Couperin pour discuter de modèles économiques futurs (tiens tiens…). Introduisant le propos par un rapide historique du développement de l’édition numérique, un brillant Elsevierien évoquait un âge lointain, presque préhistorique, antérieur à la fin du XXe siècle, un âge où les revues n’étaient qu’imprimées, lorsqu’il commit une petite faute de goût… il laissa échapper au détour d’une phrase ce cri du cœur qui ne figurait certainement pas dans son script  : It was not a very exciting time, from a business point of view. On m’accordera sans peine la liberté d’en conclure que la période 2000-2012 a été pour Elsevier a much more exciting time. Étrangement, tous comptes faits (et je pèse mes mots), les scientifiques et les bibliothèques n’ont pas trouvé cela aussi exciting que cela. Mais j’ai l’impression qu’une subtile inversion de tendance vient de se produire. Et qu’on me pardonne d’avouer ici une satisfaction un rien mesquine, je trouve que la situation est en train de devenir rather more exciting than it has been for the past ten years.

P.S. À l’attention de ceux qui n’auraient lu ce billet qu’en diagonale (nous sommes tous très pris) et qui souhaiteraient en conserver deux idées essentielles :

  1. Allez lire http://gowers.wordpress.com/2012/01/21/elsevier-my-part-in-its-downfall/
  2. Allez signer http://thecostofknowledge.com/


La mariée était en position dominante

 

De gauche à droite: le CNRS, le CEA, la CPU, et deux universités auvergnates ; les époux Curie sont encore à la porte (on les voit sur la vidéo du mariage).

Il était une fois une jeune fille un éditeur que nous appellerons Elvire pour ne pas lui faire de peine, et un prince charmant consortium que nous appellerons Rameau parce que donner un nom de musicien à un consortium d’établissements scientifiques, c’est un peu comme promettre l’harmonie universelle par le savoir : comment y résister ?
Un beau jour, Rameau décida de s’espousailler avec Elvire pour trois ans. Pierre et Marie Curie désapprouvèrent hautement cette union mais finirent par se joindre au cortège, avec un peu de retard et non sans obtenir une dispense partielle de participation à la dot. Le bouquet de la mariée, il faut dire, pesait ses trente millions (d’euros, pas d’amis). Tous les autres signèrent avec un bel ensemble, dans la solidarité et la bonne humeur ou presque (notre photo). Ils furent très heureux pendant deux ou trois ans et eurent de nombreux téléchargements. Ensuite ils recommencèrent à se chipoter mais en restant ensemble pour préserver les téléchargements et éviter que le bouquet de la mariée ne soit coupé. Incroyable ce que les musiciens peuvent aimer les bouquets.

Avant de me lancer dans la passionnante exégèse de ce conte de faits, une parenthèse : je sais que négocier est un travail difficile ; que ce n’est pas moi qui ai eu à affronter les commerciaux d’Elvire en réunion. Tout à fait d’accord, chacun a fait de son mieux et je ne suis pas là pour tresser des couronnes, ni laurier ni épines, mais juste pour apporter mon point de vue.

Reprenons, donc :
Clermont-Ferrand s’est fait tirer l’oreille pour signer ce curieux contrat de mariage, sous prétexte que 450 000 € pour avoir droit au bouquet de la mariée, c’est beaucoup pour une petite métropole de province. Mais nos rechignements de paysans près de leurs sous ne justifient pas un billet. Ce qui le justifie en revanche, ce sont quelques préjugés (les miens, s’entend) que j’ai cru devoir réviser au terme de la  négociation. En voici trois tirés du lot (des préjugés, j’en ai plein d’autres, mais préservons quelques futurs billets potentiels), dans leur plus crasse simplicité :
– Pierre et Marie Curie ont fait cavalier seul ;
– Elvire est en position dominante et on n’y peut rien ;
– Le problème, c’est le CNRS.

Pierre et Marie Curie ont fait cavalier seul. Bien sûr, c’est vrai. Pierre et Marie Curie ont publié urbi et orbi, il y a près d’un an, leur intention de ne pas signer. On peut appeler ça de l’égoïsme. Ou alors du courage : celui d’aller défendre une ligne non-conformiste à l’intérieur d’un établissement et de la faire voter ; de l’assumer à l’extérieur en supportant d’être montré du doigt par les voisins ; de résister aux pressions rudes et plus ou moins explicites de la communauté. Je n’ai pas lu ce mot dans les commentaires qui ont été fait sur l’attitude des époux Curie, et c’est pourtant le premier auquel j’ai pensé. Mais ce qui est courageux dans le courage, c’est précisément qu’il est rarement reconnu comme tel sur le moment et qu’on lui donne à la place un tas de noms plus consensuels : orgueil, bluff, calcul tactique, ambition personnelle, etc. Personnellement, je reste sur l’impression que Pierre et Marie Curie ont peut-être joué cavalier seul (et encore, un cavalier seul bien collectif…), mais qu’ils ont aussi montré l’exemple de ce qu’on peut obtenir comme résultat avec un geste politique courageux (j’allais écrire culotté, mais c’est un blog professionnel, ici, un peu de tenue).

On ne peut rien faire contre Elvire, elle est en position dominante : Ce serait bien si Elvire avait tous les défauts : elle serait riche, cynique et méchante, elle serait le mal. Et nous on serait les gentils qui ne pourraient rien faire. Très consolante pensée qu’il m’est arrivé de caresser, mais tout de même, Elvire a une vulnérabilité, c’est que son argent est à nous (jusqu’au paiement, en tout cas). Si un jour nous ne pouvons ou ne voulons plus payer, Elvire vire au rouge. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est un analyste financier, obligeamment relayé par Marlène Delhaye. Sans aller jusqu’à cette hypothétique apoplexie éditoriale, dans la négociation de cette année, force est de constater que la mariée a préféré écorner un peu ses principes (maintien du chiffre d’affaires de chacun) pour que tout le monde accepte de se joindre au cortège. Il est vrai qu’entre gagner un peu moins plus (mais un peu plus quand même) et un peu moins tout court, un commerçant hésite rarement. Il n’y a donc pas de raison qu’une épreuve de force un peu vigoureuse tourne forcément à la déconfiture du consortium, s’il en prend l’initiative (j’allais écrire : s’il en a le culot ; mais gardons un peu de distinction).

Le problème, c’est le CNRS. Ah, ça, pour le coup, la participation du CNRS est un vrai problème : il arrose toute la France mais par petites taches, doublonnant partiellement les achats de l’université (le fameux « on paie deux fois » et sa kyrielle d’arguments et contre-arguments). Oui oui oui. Mais en l’occurrence, ce problème a fait levier puisque le CNRS, en refusant de faire les quatre volontés d’Elvire (exercer un contrôle strict sur l’utilisation de ses connexions par les seules personnes qui y sont rattachées et, je présume, financer ledit contrôle), a permis d’arracher cette intéressante et inconcevable concession : une diminution localisée de chiffre d’affaires. Un problème qui permet de progresser, on peut aussi appeler cela une solution.
Qu’Elvire déplore le manque de coopération du CNRS, c’est bien naturel. Mais son fiancé pourrait tout aussi bien adopter le point de vue opposé et s’en servir comme levier, sans forcément gâcher le mariage : bien des promises respectent d’autant plus leur galant qu’il sait, au besoin, leur résister.

Allons, un peu de sérieux. Elvire reste très forte, bien sûr. Mais ce qui s’est passé montre que sa force n’est pas sans limite face à qui assume le risque d’une rupture. Du reste, la conclusion du bureau de Rameau lors de la dernière AG m’a beaucoup plu. En substance, ça ressemblait à  « Nous sommes en guerre, et pour aller au combat, il faut être prêt ». J’applaudis de tout mon clavier (à l’écran ça donne à peu près moqashiflqauirefhqloruei…) et du coup, quelques vaguelettes belliqueuses écument dans mon âme pacifique de bibliothécaire. Par exemple :
– On pourrait peut-être rebaptiser Rameau « Surcouf » (Société Utile aux Réductions de coût des Organismes et Universités Françaises) ou « Richelieu » (Réseau d’Irrigation Humaniste en Liens pour Établissements et Universités) ? Parce que franchement, pour aller à la guerre, un nom de musicien…
– On pourrait peut-être aussi entamer des discussions internes ouvertes avant que la pression ne soit trop forte, pour ne pas laisser Elvire choisir le lieu et le moment de la prochaine bataille ?  Juste histoire de bien huiler les possibles leviers d’action qu’il faudra manoeuvrer le moment venu.
Car la négociation, si j’ai bien compris, relève de l’art et non de la science (si c’était une science, les scientifiques s’y entendraient sans doute mieux). Ou alors c’est éminemment une science de la pratique et de l’instant.
Une science directe, en quelque sorte.