L’Open access est-il négociable ? Leçons du contrat Elsevier / Pays-Bas

La négociation entre Elsevier et les universités néerlandaises s’est conclue il y a peu. Son déroulement et ses résultats sont présentés par le professeur Gerard Meijer, un des universitaires acteurs de la négociation (pour les gens pressés : voyez les cinq dernières minutes de la vidéo ; mais l’ensemble est passionnant !). En résumé :

  • un contrat de 3 ans, 2016-2018
  • des taux d’inflation de 2.9, 2.5 et 2.2 %
  • une clause de passage au libre accès : chaque année, le nombre d’articles néerlandais en libre accès augmentera de 10 %. En 2018, 30 % des articles publiés par des chercheurs néerlandais1 dans les revues d’Elsevier seront donc en accès libre. Ce passage est couvert par le contrat et n’occasionnera pas de paiement supplémentaire de frais de publications (APC, article processing charges).

Qu’en penser ?

D’abord, deux coups de chapeau aux universitaires néerlandais : un premier pour avoir mené (en équipe) une négociation très dure ; un second, beaucoup plus appuyé encore, pour avoir présenté publiquement les résultats de la négociation. C’est une première, à ma connaissance, et très courageuse, parce qu’elle expose le résultat à la critique internationale.

Sur le fond, à présent ? Le contrat que décrit G. Meijer fournit des arguments aux partisans comme aux adversaires de la transition négociée vers le libre accès.

Pour les partisans de la négociation, l’expérience néerlandaise prouve qu’il est possible de coupler la négociation sur l’Open Access avec celle des abonnements. Financièrement, cela peut être rentable, car les APC vont diminuer dans des disciplines où ils étaient sans doute importants ou risquaient d’augmenter (les disciplines visées par la transition sont celles qui sont déjà actives en OA) : la dépense est désormais incluse dans l’accord. Politiquement, cela fait faire un pas vers l’OA, puisque tout une partie de la production bascule, d’un seul coup, de l’abonnement au libre accès.

Les sceptiques ne manqueront pas d’objections non plus : ce qui se prépare avec de tels contrats, c’est la reconduite du monopole des éditeurs commerciaux dans l’édition scientifique, en y absorbant l’open access. La transition vers l’OA est effectivement possible dans ces conditions, mais à aucun moment cette transition ne permettra la baisse des tarifs : elle est négociée avec des acteurs dont le principal objectif est de les augmenter. Elle ne permet pas non plus à de nouveaux éditeurs d’entrer dans le jeu, puisque les éditeurs majeurs restent les partenaires privilégiés des scientifiques dans le libre accès : « Publiez chez eux, c’est gratuit compris dans le contrat ! » Avec ce type d’accord, on fait bel et bien progresser le libre accès, mais on laisse irrésolus les problèmes fondamentaux : la main-mise des gros éditeurs commerciaux sur la production scientifique et ses conséquences désastreuses, financières et scientifiques, pour les établissements de recherche du monde entier.

Avec tout le respect dû au courage des négociateurs, je me range dans le camp des sceptiques, on l’aura compris. Cette négociation illustre, je crois, ce que l’on peut obtenir de mieux des éditeurs : une transition vers le libre accès à inflation constante… En termes marchands : « mieux, mais pour plus cher. » Est-ce cela que nous voulons : le libre accès à tout prix ?  Alors que nous sommes étranglés par nos dépenses actuelles auprès des éditeurs ? Ce que plaide le livre blanc de la bibliothèque Max Planck2 , c’est la négociation avec les éditeurs pour une transition rapide vers l’OA, avec l’idée de faire diminuer la dépense.  L’exemple néerlandais montre que l’on peut remplir la première condition (une transition rapide vers l’OA), et ce, au prix d’une négociation très dure. Mais quelle négociation pourrait déboucher sur une diminution de la dépense, quand elle se fait avec des éditeurs en situation de monopole ? Quel moyen de pression avons-nous pour obtenir cela ? Et si la transition se fait à dépense constante, sur quel miracle peut-on compter pour la faire diminuer ensuite ? De ce point de vue, l’expérience néerlandaise sonne comme un démenti empirique des propositions du Max Planck : nous sommes dans la nasse.

Or, ce que souhaitent les chercheurs qui défendent le libre accès, et ce que nous souhaitons nous, dans les bibliothèques, c’est la possibilité pour les scientifiques de publier et de lire à des coûts réellement modestes, dérisoires même. Démanteler le système de l’abonnement n’y changera rien. Ce qui est en cause, c’est le détour inutile que font les articles par une machine éditoriale qui les facture ensuite à ses propres auteurs. De ce point de vue, Episciences, Mathdoc, le Quality open access market, Revues.org et tous les systèmes qui leur ressemblent sont les seules réponses vraiment adaptées.

Je ne sais pas s’il est encore possible d’éviter une vague de négociations emboîtant le pas à celle-ci, avec pour effet prévisible de laisser la maîtrise du jeu aux éditeurs qui l’ont déjà. J’en doute.

Je pense en revanche que nous pouvons, et devons, faire naître autant de revues en libre accès que nous le pouvons, fondées sur des bases économiquement et scientifiquement saines. Pour cela, nous pouvons travailler localement et nationalement en mettant des pépinières de revues en place. Nous pouvons encourager de jeunes chercheurs à créer de telles revues, et les y aider. Nous pouvons demander à des chercheurs de renom, qui n’ont plus rien à prouver, d’en créer d’autres, toujours avec notre aide. Autant de jalons posés pour la refondation du système, un jour.

Car j’ai l’impression qu’il va aussi falloir être patients.

Statue de femme assise, les mains entourant ses genoux, regardant la mer.
Attente ; Hambourg, mémorial des femmes de marins (Cliché Jaime Silva).

 

 

 

 

 

 

 

  1. Très précisément, il s’agit d’articles dont l’auteur principal, le corresponding author, est néerlandais. []
  2. Cf le § 3 de ma traduction du livre blanc : « Il y a actuellement déjà assez d’argent dans le système. Une transition à grande échelle de l’abonnement vers l’édition en libre accès est possible sans dépense supplémentaire. » []

Episciences et Mathdoc : l’Open Access sans payer

La voie dorée, ce n’est pas l’auteur-payeur.

Pont de bois se divisant en deux.
Choices LOGOCCby-nc-sa.eu(publié sous le pseudo « Shadowfax the Second »)

 

L’avisé lecteur l’aura compris : le sous-titre ci-dessus signifie que la voie dorée ce n’est pas forcément et pas seulement le modèle de l’auteur-payeur. Il me fallait une formulation un peu simpliste pour accrocher le lecteur poser clairement l’idée principale de ce billet ; surtout après ma  récente traduction du livre blanc de l’Institut Max Planck, dont le propos pourrait en simplifiant être ainsi résumé : « le modèle auteur-payeur permet de sortir de l’abonnement et d’aller vers le libre accès, il faut maintenant négocier la transition avec les éditeurs. » Une autre fois, je parlerai de la discussion suscitée par cette proposition. Aujourd’hui je voudrais montrer une approche très différente.

Les nouveautés qui m’ont frappé cet automne, lors des diverses journées consacrées à l’Open Access1 concernent cette voie dorée gratuite ; et la floraison de nouveaux outils de publication en libre accès est vraiment réjouissante. Plusieurs plates-formes en plein développement sont en train de refonder l’édition scientifique (excusez du peu) et démontrent que la voie dorée, ce n’est pas seulement, ni même d’abord, l’auteur-payeur2.

Voici donc deux outils disponibles qui joignent l’exigence scientifique au bon sens économique, en contournant le problème que pose le modèle auteur-payeur.

Épisciences

J’ai longtemps guetté la naissance des premières revues hébergées par Épisciences, pour essayer de comprendre comment le modèle fonctionnerait. Désormais, la plate-forme héberge quatre revues actives, dont au moins deux ont plusieurs années (et une plusieurs décennies !) d’existence. Elle se prépare à en accueillir d’autres, en cours de lancement.
La force du système est sa simplicité : il concilie l’économie de moyens et la rigueur du processus de validation scientifique, en s’appuyant sur une infrastructure existante, HAL. De ce fait, il a en plus l’avantage unique de concilier voie verte et voie dorée : au moment de la publication, le dépôt de l’article est déjà fait ! La publication consiste dans la labellisation, par la revue, d’un contenu préalablement déposé sur HAL. En cela, elle distille l’activité d’édition scientifique pour en extraire son essence la plus pure : la validation par les pairs. C’est une sorte de décalque, adapté au monde académique, du « circuit court » qui est si à la mode en économie sociale et solidaire.

Le processus de traitement d’Épisciences, résumé dans le schéma ci-dessous, (disponible sur le site) a été présenté de façon détaillée et passionnante par Claude Kirchner (INRIA) lors des JOA Couperin (sur la vidéo, la présentation du modèle Épisciences commence à la 9e minute).

Schéma du fonctionnement de la plate-forme Episciences (www.episciences.org)
Schéma du fonctionnement de la plate-forme Episciences (www.episciences.org)

Ce processus est le suivant :

  • L’auteur dépose dans HAL l’article à soumettre.
  • Il procède à la soumission auprès du comité éditorial de la revue (par exemple Discrete Mathematics & Theoretical Computer Science). Cette soumission se fait via un lien vers le fichier déposé dans HAL.
  • Le processus de relecture suit alors son cours par les échanges usuels entre relecteurs et auteurs.
  • Une fois la relecture achevée, l’article, s’il est jugé valable, est labellisé comme accepté par la revue et vient s’intégrer à l’une de ses livraisons. La version publiée, c’est la version ultime résultant du processus de relecture, qui est également disponible dans HAL3.

Sur le plan technique, c’est le Centre pour la communication scientifique directe4 (CCSD) qui administre Épisciences. Sur le plan scientifique, les acteurs essentiels du système sont les épicomités, que la page de présentation définit comme des « comités scientifiques composés d’experts reconnus dans leur discipline, dont le rôle est de stimuler la création de comités de rédaction susceptibles d’organiser de nouvelles épi-revues, et de veiller à leurs contenus et leur qualité. » L’épicomité accueille également les candidatures des revues qui souhaiteraient migrer vers Épisciences. On leur souhaite qu’elles soient très, très nombreuses.

Mathdoc

Mon second exemple, Mathdoc5, a été présenté par Christophe Sorger6, lors des journées Open Access de Couperin. Ce service a regroupé sur le portail CEDRAM  des revues de mathématiques qui sont encouragées à adopter le libre accès. Plusieurs des titres ont pris ce parti, par exemple les Annales de l’Institut Fourier, le Journal de l’École polytechnique qui vient de renaître après un demi-siècle d’interruption, ou encore les Annales mathématiques Blaise Pascalque je mentionne avec joie car elles sont issues de l’université clermontoise du même nom.

Plusieurs points me paraissent frappants et intéressants dans ce projet.

  • Son positionnement disciplinaire est très attrayant : il s’agit, d’un côté, d’offrir un outil à la communauté des mathématiciens, qui répond particulièrement à leur besoin ; et d’un autre côté, de s’appuyer justement sur l’engagement de cette communauté pour développer une plate-forme de revues en libre accès.
  • Point souligné par Christoph Sorger, et connu de tous ceux qui fréquentent les mathématiciens : les revues de mathématiques portent une minutieuse attention à la qualité typographique et éditoriale. Le premier coup d’œil jeté à un article au hasard le confirme : le logiciel en usage chez les mathématiciens, LaTeX, est réputé pour sa qualité de rendu typographique. Ce point vient désarmer une critique parfois adressée aux systèmes académiques par les grands éditeurs : non, ces revues ne sont pas condamnées à l’amateurisme ni à la médiocrité.
  • Mathdoc propose aux revues qui le souhaitent le logiciel OJS (Open Journals System), qui permet une gestion rigoureuse du processus de relecture, de validation et de publication. Une des revues en libre accès actuellement publiée à Clermont repose également sur cet outil. Un de ses atouts est que le suivi et la mise à jour du logiciel sont centralisés, quel que soit le nombre de journaux hébergés. OJS a ses défauts, notamment une prise en main un peu ardue, mais il apporte une garantie — encore une ! — de professionnalisme éditorial.
  • Depuis 2015, Mathdoc prend en charge la mise aux normes des articles. Ainsi le travail nécessaire (il l’est et le sera toujours) pour amener les articles à la qualité rédactionnelle exigée est pris en charge par le circuit académique.
  • Sur le plan économique, à l’heure actuelle, un seul équivalent temps plein, recruté par Mathdoc, suffit à gérer l’ensemble de la mise aux normes des revues diffusées ; par ailleurs, en sortant du modèle de l’abonnement, les revues concernées ont chacune économisé l’équivalent d’un mi-temps consacré à la gestion des abonnements. De ce fait, le passage au libre accès est à peu près neutre financièrement pour une revue donnée, malgré la perte des ressources financières liées aux abonnements eux-mêmes7.

Des expériences universitaires suivant les mêmes modèles existent. On connaît déjà, depuis longtemps, le projet niçois REVEL, la plate-forme POPUPS de Liège, et Clermont, j’espère, aura très bientôt sa plate-forme, lancée par le pôle éditorial numérique, lequel a aussi fait l’objet d’une présentation cet automne au cours de l’Open Access Week : la présentation commence à 1h32).

Un enjeu de souveraineté scientifique

Partout, le principe est le même : économie de moyens, rigueur scientifique, professionnalisme éditorial. Partout, le résultat est le même : ça fonctionne !

Le grand intérêt de Mathdoc, Épicsciences et de leurs semblables est qu’ils supposent et encouragent un engagement commun des scientifiques et des institutions pour remettre à l’endroit les circuits de publication scientifique. Sur ce point, la conclusion de Claude Kirchner dans son intervention est on ne peut plus claire :

Les entités académiques doivent devenir plus responsables de leur stratégie et de leur politique en matière de maîtrise de la production numérique… Il s’agit d’un enjeu de souveraineté scientifique.

  1. Journées Open Access de Couperin du 12 au 14 octobre, journée d’étude clermontoise le 20, etc. []
  2. Petit rappel pour ceux qui, fraîchement arrivés d’une exoplanète, découvriraient la question: la voie dorée vers le libre accès (gold road to open access), signifie simplement que l’article est publié dans une revue en libre accès. Cela ne dit rien sur le modèle économique, ni sur le coût. Cela s’oppose simplement à la voie verte (green road to open access), par laquelle l’article, quel que soit son mode de publication, est archivé ensuite dans un dépôt électronique en libre accès. []
  3. HAL, en tant que dépôt d’archives, accueille déjà, habituellement, les versions successives d’un même article. []
  4. Le CCSD est une unité mixte de services dont les tutelles sont le CNRS, l’INRIA et l’Université de Lyon. []
  5. Mathdoc, comme le CCSD, est une unité mixte de services, dont les tutelles sont le CNRS et l’Université Joseph Fourier de Grenoble ; comme son nom l’indique, Mathdoc dessert en particulier la communauté des mathématiciens. []
  6. C. Sorger est directeur de l’INSMI, l’Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions, un des grands instituts qui composent le CNRS. []
  7. Ce point est développé par C. Sorger à la 13e minute de la vidéo. []