Démanteler le modèle économique de l’abonnement, pour opérer à grande échelle la nécessaire transition vers le Libre accès

Livre blanc de la Bibliothèque numérique Max Planck pour une politique du Libre accès

Boussole
Boussole, par Ann Schiebert  (Publié sous licence Creative Commons, Attribution, Partage dans les mêmes condition)

Note : ce billet est la traduction de http://pubman.mpdl.mpg.de/pubman/item/escidoc:2148961:7/component/escidoc:2149096/MPDL_OA-Transition_White_Paper.pdf (Max Planck Digital Library, München, Allemagne): « Disrupting the subscription journals’ business model for the necessary large-scale transformation to open access: A Max Planck Digital Library Open Access Policy White Paper ».

Cet article a été publié sous licence Creative Commons, attribution1. La traduction en est publiée sous la même licence.

Résumé : cet article défend l’idée, étayée par des faits, d’une transition générale du modèle courant de revues sous abonnement vers un modèle économique du Libre accès. Les journaux existants, dont le fonctionnement a fait ses preuves, devraient être préservés et remodelés pour répondre aux besoins de la recherche du 21e siècle, tandis que le flux financier qui les soutient devrait subir une restructuration majeure. La pression est suffisante pour permettre un effort décisif vers l’édition en libre accès. Les diverses initiatives existantes doivent être coordonnées pour converger vers cet objectif clair. Le caractère international de la recherche implique que cette transformation ne sera accomplie à un niveau vraiment mondial que grâce au consensus des principaux organismes de recherche. Tout indique que l’argent déjà investi dans la publication de la recherche est suffisant pour rendre possible une transformation viable pour l’avenir. Il faut donc faire largement comprendre que l’argent actuellement bloqué dans le modèle de l’abonnement doit être retiré et redirigé vers des services d’édition en libre accès. Les budgets actuels d’acquisition des bibliothèques sont la dernière réserve possible pour permettre la transformation sans risque financier ou autre. L’objectif est de préserver le niveau de service des éditeurs, toujours demandé par les chercheurs, tout en redéfinissant et en réorganisant les circuits financiers nécessaires. Par le démantèlement du modèle économique sous-jacent de l’abonnement, la publication des revues peut conserver sa vitalité et poser les fondations solides pour les progrès scientifiques futurs.

1. Introduction

La progression du Libre accès ces dernières années a été remarquable. Les articles en libre accès ont connu l’augmentation la plus dynamique du secteur des publications scientifiques, et ont atteint une part de marché de 13 % (même sans compter la partie hybride, qui a également crû de façon rapide, encouragée par la politique britannique dans la foulée du rapport Finch). En quelques courtes années, PLOS One est devenue la plus grande revue du monde, autant en termes d’articles publiés que de citations.

C’est un truisme parmi les éditeurs de dire que désormais une nouvelle revue ne peut être lancée sur le marché qu’en libre accès ; une nouvelle revue n’a pas d’avenir si elle emprunte la voie de l’abonnement. Cependant, bien que le libre accès prélève sa part des publications en les arrachant au système de l’abonnement, cette tendance ne se traduit pas par un déplacement des coûts d’abonnements vers des frais de libre accès. Actuellement, les coûts de la publication en libre accès viennent s’ajouter à un système d’abonnement qui perdure et qui continue d’imposer des augmentations annuelles de prix supérieures à l’inflation aux bibliothèques du monde entier. Il est facile de prévoir que le développement du libre accès ne sera viable que si les budgets d’abonnements sont utilisés aussi pour financer les services d’édition. Bien plus, la percée finale vers un système global de libre accès ne sera réalisable que si les budgets d’acquisition des bibliothèques sont redirigés pour faire converger les deux circuits actuels, au service d’un seul but : fournir le meilleur service éditorial possible aux chercheurs qui en sont les clients. Cela implique de lever la rareté et les restrictions qui ont été artificiellement crées par le système d’accès payant. En conséquence, le prochain et peut-être le dernier stade de l’évolution vers un système éditorial du 21e siècle doit être la transition des actuelles revues sous abonnement vers un modèle de pur libre accès. Cela pourra se réaliser par la conversion des budgets d’acquisition des bibliothèques en budgets de services d’édition, et l’on peut s’attendre à ce que ces budgets soient, en fin de compte, plus échelonnés que ne le sont aujourd’hui les APC2.

Le but de cet article est de défendre la nécessité d’une transformation à grande échelle des revues sous abonnement vers un modèle économique de libre accès, et de démontrer que cette transformation ne sera réalisable que par une transformation à tout aussi grande échelle — ou une libération — des budgets d’acquisition des bibliothèques. Nous montrons que l’argent dépensé annuellement dans le système de l’abonnement est déjà suffisant pour cela. Les nouveaux principes de fonctionnement permettraient au système éditorial de parvenir à l’âge numérique, et permettraient à la fois aux éditeurs et aux bibliothécaires de redéfinir leurs rôles et d’agrandir leur champ professionnel. Après des années d’anxiété et de tension généralisées, le cadre d’un système moderne, réaliste et durable pourrait enfin être posé grâce à une transition globale vers un modèle économique adéquat.

2. Des initiatives importantes mais limitées

Depuis le début du débat sur le libre accès, diverses initiatives ont apporté du changement dans la publication académique, mais elles ont toutes été limitées dans leur périmètre et dans leurs effets. Le libre accès progresse, ainsi qu’on le voit au décollage du modèle « Gold » et dans l’émergence de SCOAP3 comme modèle et source d’inspiration. On note aussi un intérêt croissant dans le monde politique, qui relaie la pression pour améliorer l’accès aux recherches financées sur fonds publics ; les acteurs de l’édition ont aussi travaillé à concevoir de nouvelles approches en direction du libre accès. Néanmoins, le système actuel de l’abonnement prévaut toujours et se porte très bien, ce qui situe le défi : il faut  surmonter l’inertie d’un système établi.

La montée du Libre accès

Dans la dernière décennie, le libre accès « voie dorée » a connue une expansion significative ; par ce système, les chercheurs (ou leur institution, ou financeur) paient d’avance les APC pour publier des articles qui, ensuite, sont librement accessibles dans les revues scientifiques en ligne. Cette expansion se reflète dans la production des revues en pur libre accès, qui a progressé de 1% par an, régulièrement, dans le total des publications. Leur niveau actuel est de 13 % du total des articles de recherche, une poussée qui, il est intéressant de le noter, se poursuit qu’il y a ait ou non une politique et une organisation favorable dans une institution donnée.
Le Sponsoring Consortium of libre accès Publishing in Particle Physics (SCOAP3), hébergé et coordonné par le CERN, a ouvert la voie du libre accès en convertissant quelques-unes des plus prestigieuses revues dans son champ (physique des hautes énergies) au libre accès. En modélisant une bascule des services et des circuits financiers vers le libre accès, SCOAP3 a proposé un exemple propre à inspirer d’autres champs de recherche, pour le développement de plans d’action en faveur du libre accès appliqués à leur propre discipline.

La pression politique s’accroît

Le mouvement du Libre accès gagne de plus en plus en visibilité politique. Divers gouvernements et centres nationaux de recherche, en particulier en Europe, ont récemment défini des objectifs très ambitieux : publier entre 50 et 80 % (voire la totalité) de leur recherche nationale en libre accès dans un délai de 5 à 10 ans. Les politiques, les prévisions budgétaires et les structures administratives se développent en fonction de ces objectifs. Au niveau supranational, des institutions comme le Global Research Council ou Science Europe poussent aussi à plus de Libre accès.

L’approche « hybride » est transitoire

Certaines revues sous abonnement ont fait un pas dans la transition vers le libre accès, en offrant certains de leurs article en libre accès. Cette approche est rassurante pour les éditeurs, car ils continuent de percevoir le revenu de l’abonnement, mais les frais de traitement des articles sont généralement élevés3. De plus, une crainte se fait jour autour de l’idée de « double paiement », au sens où un article est effectivement payé deux fois, à la fois par l’abonnement et par les APC, dans un contexte où les éditeurs peuvent n’être pas toujours transparents quant aux réductions proposées sur le prix d’abonnement4. De nombreux commentateurs ont remarqué qu’une institution soutenant le modèle hybride – même en tenant compte des réductions des éditeurs – ne tirerait qu’un bénéfice financier très marginal de son investissement.

Les « modèles de compensation » : l’hybride dans une direction prometteuse

S’ajoutant aux progrès du modèle « hybride », qui a mis une quantité substantielle d’articles en libre accès dans des revues en accès payant, nous voyons émerger un modèle « hybride 2.0 », appelé « modèle de compensation », qui redéfinit et étend l’approche hybride. Peut-être en conséquence d’une pression croissante d’acteurs européens, plusieurs éditeurs ont mis en place (ou sont en négociation pour les élaborer) des moyens de restructurer les services de la communication savante d’aujourd’hui, tout en réorganisant les flux de trésorerie qui en découlent.

Le principe des modèles de compensation est que les services de libre accès définis, et leurs coûts, sont (quelque peu) déduits des dépenses d’abonnement. Puisque cette approche exige également la mise en place d’une gestion des APC, les modèles de compensation pourraient ouvrir la voie, en termes structurels, financiers et organisationnels, à d’autres transitions. Ce modèle pourrait ainsi devenir un catalyseur important pour mettre en valeur les services numériques modernes conçus pour la communication savante d’aujourd’hui, tout en fournissant un moyen de réorganiser les flux de trésorerie.

L’approche par compensation a été inaugurée par le programme « Gold for Gold » de la Royal Society of Chemistry, et dans un accord entre l’Autriche et IOP Publishing, début 2014. Depuis lors, il y a eu un flux réguliers de communiqués similaires, le plus grand effort venant actuellement du Royaume-Uni et des Pays-Bas.

Bien sûr, le modèle en tant que tel est au tout début de son évolution, et il doit encore être appliqué au-delà du niveau local ou institutionnel, à une échelle réellement mondiale. Néanmoins, la compensation est une version améliorée du modèle hybride, et promet, pour la première fois, un véritable modèle de transition5. Elle produit donc une certaine inquiétude sur la ligne de front entre les bibliothèques de recherche les plus avancés et les éditeurs les plus classiques, car elle offre la possibilité d’une plate-forme pour refonder entièrement le financement de la publication académique.

Aller au-delà du modèle de compensation

Si importants que soient chacun de ces projets, leur impact cumulé a été insuffisant. La compensation ne peut avoir qu’un effet limité, et les audacieuses initiatives nationales comme celles du Royaume-Uni sont insuffisantes pour modifier en profondeur les structures légales et financières des revues. Si nous voulons accélérer le déploiement du libre accès, nous avons besoin d’un plan de transition ambitieux, en même temps que d’un pilotage et d’une action concertée, qui implique une coopération supplémentaire entre des acteurs traditionnellement non alliés.
Lors du 10e anniversaire de la Déclaration de Berlin, Peter Gruss, alors président de la Société Max Planck, a ainsi résumé l’enjeu :

Au lieu d’une boîte noire pour calculer des prix d’abonnement, il nous faut des modèles fondés sur les coût réels de publication et caractérisés par la transparence et la soutenabilité. L’argent des budgets d’abonnement existants doit être transféré vers les budgets de publication, à partir desquels les publications des auteurs pourraient être financés via le Libre accès6

L’innovation que constitue le paiement de frais de publication ne peut être étendue que si les coûts des abonnements sont, dans le même temps, éliminés ou systématiquement convertis. Les budgets d’acquisition des bibliothèques doivent donc constituer la réserve de trésorerie cruciale pour cette transformation. Il ne reste plus, pour mettre en pratique cette philosophie, que d’être assuré qu’il y a assez d’argent dans le système pour rendre la bascule envisageable.

3. Ré-orienter l’argent actuellement investi

Les discussions sur la transition entre le modèle actuel d’abonnement et le modèle de Libre accès par APC, dit « voie dorée », a souvent suscité des inquiétudes sur l’accroissement présumés des coûts. Les bibliothèques, en particulier, craignent très souvent d’avoir, en fin de compte, à payer davantage.
Dans la plupart des cas, ces perspectives naissent d’une information et d’une analyse insuffisante de la structure et de la distribution des publications scientifiques. Le maniement des données sur les publications, au niveau institutionnel ou géographique, et leur interprétation, n’est pas une pratique courante dans les bibliothèques ni chez les autres services de traitement de la documentation, car les compétences en traitement de données et en statistiques ne sont pas directement disponibles dans ces institutions. Cependant, les compétences disponibles à la bibliothèque numérique Max Planck nous permettent d’apporter quelques données fondamentales au débat.
Nous croyons fermement qu’une transformation à grande échelle du modèle économique sous-jacent est possible sans risque financier. Notre propre analyse de données nous montre qu’il y a assez d’argent déjà en circulation dans le marché mondial – assez d’argent actuellement dépensé en revues scientifiques dans le système de l’abonnement, et qui pourrait être redirigé et réinvesti dans les modèles économiques du libre accès, pour payer les APC. Cet article étaye notre affirmation en présentant des calculs génériques, que nous avons faits en nous appuyant sur les données disponibles sur le nombre de publications et les niveaux de revenus au plan mondial, national et institutionnel.

Édition et APC : les données mondiales

Nous le savons par diverses études de marché d’analystes réputés, comme Simba ou BNP Paribas, les ventes annuelles de revues académiques, dans le monde entier, produisent des revenus commerciaux de 7,6 milliards d’euros environ. Dans les rapports, ce chiffre se situe dans la partie basse de la fourchette : ils se réfèrent aussi assez communément à une dépense annuelle de 10 milliards de dollars. Ces rapports ramènent inévitablement plusieurs devises à un dénominateur commun, ce qui crée une marge d’erreur, aggravée par la fluctuation naturelle des taux de change. Pour avoir suivi ce marché pendant de longues années, nous nous fions au chiffre de 7,6 milliards (et nous utilisons l’euro comme monnaie de référence dans ce document).
Ce niveau de dépense correspond à une production scientifique annuelle d’environ 2 millions d’articles de revues, chiffre souvent cité qui peut être considéré comme une hypothèse fondée7. Notre propre analyse de données a compté 1,45 million d’articles scientifiques dans le Web of Science en 2013, jusqu’à environ 1,5 million en 2014. Puisque le Web of Science indexe, par essence, les revues les plus prestigieuses et les plus coûteuses, les nombreuses revues d’envergure régionale, dont le coût, le tirage et la notoriété sont faibles, qui ne parviennent pas dans le Web of Science, peuvent être considérées comme faisant partie de la longue traîne. La production annuelle actuelle de 2 millions d’articles peut donc être considérée comme constituée, grossièrement, de 1,5 million d’articles du Web of Science et d’un demi-million d’articles supplémentaires.
Si nous devions ne considérer que les articles indexés par le Web of Science, le montant dépensé par article dans le système actuel de l’abonnement se situerait autour de 5000 euros. Si tous les articles présumés étaient inclus, le prix par article se situerait autour de 3800 euros. La réalité doit se situer entre les deux. Ces calculs sont illustrés dans les tableaux suivants.

(a) calcul pour les articles repérés par le Web of Science

Dépense mondiale d’abonnement 7,6 Mds €
Articles répertoriés seulement dans le Web of Science 1,5 M
Dépense par article (arrondie) 5000 €

(b) calcul pour le total annuel des articles

Dépense mondiale d’abonnement 7,6 Mds €
Total des articles publiés annuellement 2 M
Dépense par article (arrondie) 3800 €

Premier élément : dans l’actuel système de l’abonnement, le coût par article scientifique publié se situe déjà entre 3800 et 5000 €.

D’après ce que nous savons, on peut raisonnablement supposer que dans un système de publication en libre accès, le coût moyen des articles serait loin d’être aussi élevé. Bien sûr, il est concevable que certaines revues de haute notoriété aient des coûts de production élevés et doivent facturer des frais de cet ordre, ou même davantage, mais, vu la répartition très échelonnée des revues, cette « élite » représente une très faible proportion du total. Dans le paysage qui émerge actuellement, on verra un éventail très largement réparti d’APC, des coûts les plus bas aux plus élevés. Qu’il soit calculé par la moyenne ou par la médiane, cependant, l’indice moyen des APC ne sera jamais fixé par les valeurs situées au plus haut de l’échelle.
Les organismes de recherche et les financeurs qui ont mis en place une politique sur les APC suivent et contrôlent de plus en plus les données concernant leurs dépenses. Par exemple, à la bibliothèque numérique de l’Institut Max Planck, nous avons commencé à charger nos APC dans un espace de travail sous GitHub, fourni par l’OpenAPC Initiative, pilotée par l’Université de Bielefeld. Jusqu’ici, nous y avons chargé plus de 1046 de nos factures d’APC ; la dépense totale, 1,3 M€, aboutit à une valeur moyenne pour les APC de 1258 € pour la Société Max Planck. Des valeurs comparables sont rapportées par plusieurs des universités allemandes qui sont soutenues par la Fondation allemande pour la recherche (DFG), pour renforcer le financement de leur propres publications. Ils chargent leurs données sur les APC sur le même système, aboutissant à un total de 2387 articles, pour une dépense de 3 M€, et une valeur moyenne de 1239 € d’APC8.

Les chiffres rapportés par le Fonds autrichien pour la science (FWF) sont très proches des données collectées en Allemagne. Une moyenne de 1282 € d’APC était constatée en 2014, en légère baisse par rapport au chiffre de 2013, 1393 €9.
D’après les résultats initiaux du Consortium SCOAP3, les coûts de publication par article dans ce secteur sont aujourd’hui légèrement inférieurs à 1100 €, bien que des revues de physique auparavant très coûteuses aient migré de l’abonnement à un modèle basé sur les coûts de publication en 201410.
Le Wellcome Trust a été le premier organisme à rendre publics ses rapports sur les APC. Son récent rapport annuel 2013-2014 est déjà le second. L’an passé, quelque 2556 articles ont été publiés via le modèle APC avec le soutien du Wellcome Trust, et la dépense totale pour l’année 2013-2014 était légèrement inférieure à 4,7 M£ (6,4 M€). Les APC moyens se situaient autour de 1837 £ (2495 €)11. La principale raison pour laquelle les frais moyens du Wellcome Trust sont sensiblement plus élevés que ceux de l’Allemagne, de l’Autriche ou de SCOAP3, réside dans le fait que le Wellcome Trust, comme le Research Council britannique12, inclut les APC hybrides, qui non seulement sont plus élevés que la plupart des coûts du libre accès, mais de plus sont assez largement considérés comme ne reflétant pas la véritable valeur du marché. En Allemagne et dans de nombreux autres pays, les APC hybrides sont exclus des plans de financement centraux. Le rapport du Wellcome Trust montre que les articles hybrides comptent pour 75 % du total ; si l’on considère seulement les articles des revues en pur libre accès, les APC moyens descendent alors jusqu’à 1241 £, soit 1686 €. Ce chiffre est plus près des résultats allemands, mais plus élevé encore. Une explication pourrait être que le Wellcome Trust ne limite pas les APC, tandis que dans d’autres pays (comme en Allemagne) leurs coûts sont très souvent plafonnés ou co-financés avec d’autres budgets de recherche.
Tous les résultats disponibles publiés ou discutés dans les divers rapports convergent pour aboutir à un niveau prévisible des APC bien en dessous de 2000 € dans un scénario de pur libre accès. Cela laisse une confortable marge d’erreur confortable avant que la dépense n’atteigne le niveau actuel, situé entre 3800 et 5000 €. On doit donc pouvoir supposer raisonnablement que l’argent présent dans le système est suffisant, et que la transition vers le libre accès peut être accomplie sans aucun risque financier.

Second élément : il y a actuellement déjà assez d’argent dans le système. Une transition à grande échelle de l’abonnement vers l’édition en libre accès est possible sans dépense supplémentaire.

Répartition des APC par pays

Afin d’aboutir à des prévisions de coût fiables, l’étape suivante est nécessairement de répartir les chiffres mondiaux de l’édition au niveau de chaque pays, et finalement des institutions13. Pour que l’exercice ait une signification, il est essentiel d’appliquer un principe-clé du modèle économique du Libre accès, selon lequel les publications répertoriées dans les bibliographies nationales ou internationales ne doivent pas toutes être prises en compte pour le calcul du coût, mais seulement celles dont l’auteur principal est affilié à l’institution ou au pays considéré. Pour d’excellentes raisons, les articles à plusieurs auteurs sont mentionnés dans les bibliographies et les archives institutionnelles de leurs institutions respectives, mais pour ce qui est du coût, chacun de ces articles plusieurs fois décomptés ne doit être financé qu’une seule fois. À l’heure actuelle, dans le modèle dominant, l’auteur principal est responsable de la facturation et du paiement. Par conséquent, les différentes listes de publications nationales et internationales doivent être dédoublonnées pour ne conserver que les articles des auteurs principaux, afin d’aboutir à des prévisions budgétaires fiables.
Pour notre analyse par pays, nous avons pris comme exemple l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France, l’Allemagne étant notre propre pays, le Royaume-Uni étant au centre de l’attention à la suite du rapport Finch, et la France ayant récemment fait l’objet d’une couverture médiatique à cause des informations divulguées concernant ses accords nationaux avec les éditeurs. Le graphique suivant, basé sur les données du Web of Science, montre la production publiée (articles et notes critiques) de ces pays pendant les dix dernières années. Le modèle qui s’en dégage est que la proportion d’auteurs principaux se situe entre 65 et 70 %, ce qui signifie que seul le sous-ensemble d’articles correspondant est à utiliser pour le calcul des coûts. Si la production de l’ensemble du pays devait être financée dans un modèle économique de pur libre accès, seule cette part de 65-70 % serait facturée dans chaque pays, tandis que pour le tiers restant, les coûts seraient supportés à l’étranger. Bien que la proportion puisse varier quelque peu d’année en année ou d’un pays à l’autre, elle n’atteindra jamais 100 %.
Figure 1 : volume des publications montrant la part à prendre en compte pour les pays européens étudiés

Graphique montrant le volume total des publications et la part à prendre en compte pour les pays européens étudiés.
Volume total des publications et part à prendre en compte pour les pays européens étudiés.

Pour l’année 2013, cette répartition montre, pour chacun des trois pays, la distribution suivante des coûts :

Pour l’Allemagne, nous pouvons identifier 70 000 articles à prendre en compte pour les APC, sur un total de 103 000 articles et critiques répertoriés dans le Web of Science. Multiplié par notre prix moyen hypothétique (2 000 € d’APC), la dépense prévisible en libre accès pour l’Allemagne en 2013 aurait avoisiné 140 M€. Il n’y a pas de chiffres consolidés pour la dépense nationale d’abonnements aux revues scientifiques, mais les experts estiment que ces coûts sont largement au-delà de 200 millions d’euros par an. L’Allemagne devrait donc être en position d’organiser une transition générale vers le Libre accès sans trop de peine.
Pour le Royaume-Uni, nous identifions 72 000 articles à prendre en compte pour les APC, sur un total de 109 000 articles et notes critiques répertoriés dans le Web of Science. Multiplié par notre prix moyen hypothétique (2 000 € d’APC), la dépense prévisible en libre accès pour le Royaume-Uni en 2013 aurait avoisiné 144 M€. Les estimations des sommes payées par les institutions de recherche du Royaume-Uni pour leurs abonnements varient entre 160 M£ par an (selon JISC Collections) et 192 M£ (selon les bibliothèque de recherches britanniques) ; c’est-à-dire entre 218 et 260 M€. Par conséquent, au Royaume-Uni également, on voit clairement qu’une transition complète vers le Libre accès pourrait se faire sans tension financière.
Pour la France, nous identifions 46 000 articles à prendre en compte pour les APC, sur un total de 71 000 articles et critiques répertoriés dans le Web of Science. Multiplié par notre prix moyen hypothétique (2 000 € d’APC), la dépense prévisible en libre accès pour la France en 2013 aurait avoisiné 92 M€. Selon des estimations classiques, le secteur académique français paie au moins 120 M€ par an pour ses abonnements aux revues scientifiques. Par conséquent, comme l’Allemagne et le Royaume-Uni, la France n’a pas à anticiper de grande difficulté en préparant la transition vers le Libre accès.
Il sera intéressant de voir des données comparables analysées pour les États-Unis, en tant que principal marché et producteur d’articles scientifiques. Financé par la Fondation Mellon, un nouveau projet a récemment été lancé pour élaborer un modèle viable d’APC pour le Libre accès dans les grandes institutions de recherche américaines14. Le nom du projet, Pay it forward, reflète une démarche similaire à celle exposée ici. Selon notre propre analyse du marché des États-Unis, nous nous attendrions à une proportion de 80 % d’articles d’auteurs principaux (309 000 sur les 388 000 articles et notes critiques répertoriés dans le Web of Science en 2013), aboutissant à environ 618 M€ de coût en libre accès pour l’ensemble des États-Unis15. D’après ce que nous savons, nous faisons l’hypothèse qu’il y a assez de financement disponible dans les abonnements, aux États-Unis, pour rendre la transition abordable, là aussi.

En général, notre analyse de données indique une certaine corrélation entre la production scientifique d’un pays et la proportion d’auteurs principaux. Cela signifie que les pays ayant une moindre production scientifique peuvent s’attendre à une moindre proportion d’articles d’auteurs principaux, pris en compte pour les APC, tandis qu’une production plus élevée est corrélée avec une proportion plus haute. Le contexte régional, linguistique et politique d’un pays semble également jouer un rôle. En Chine, au Japon, en Corée du Sud, en Inde et au Brésil, nous voyons une proportion plus élevée d’auteurs principaux que dans les pays européens, alors que la position du Canada ressemble à celle de l’Europe. Nous invitons nos lecteurs à examiner les résultats de leur pays, tels qu’indiqués dans les données supplémentaires que nous avons publiées16, et à comparer ces résultats avec leur dépense nationale actuelle en abonnements.

Troisième élément : pour une analyse pertinente des coûts, il est important de distinguer les articles à prendre en compte pour les APC (ceux des auteurs principaux) du reste des publications. Les premiers échantillons établis au niveau national étayent encore l’affirmation selon laquelle la transition vers le Libre accès peut être accomplie sans risque financier.

Répartition des APC par institution

La viabilité que nous avons démontrée au niveau national s’applique de façon plus spectaculaire encore dans le cadre institutionnel. La recherche s’effectue par des collaborations qui transcendent les frontières institutionnelles et nationales. Une large proportion d’articles scientifiques ont de multiples auteurs, et très souvent émanent de plus d’une institution. Nous avons déjà vu au niveau national que la proportion d’auteurs principaux varie d’un pays à l’autre, et qu’elle est toujours très inférieure à 100 %. Cette proportion est encore plus réduite au niveau de chaque institution. Une grande partie des collaborations scientifiques étant organisée nationalement entre différentes institutions au sein du même pays, la production publiée sera, une fois encore, saisie dans plusieurs bibliographies et peut-être dans plusieurs archives institutionnelles, mais chaque article ne sera financé qu’une fois. Nos résultats suggèrent que le pourcentage de publications à prendre en compte pour les APC, pour une institution donnée, se situe entre 40 et 60 % de sa production totale, selon l’intensité de recherche et la réputation de l’institution. Les chiffres qui portent sur ce niveau sont communiqués par quelque 30 universités allemandes qui participent au programme de financement des APC de la Fondation allemande pour la Recherche (DFG).

Dans notre propre cas, à la bibliothèque numérique Max Planck, nous disposons d’un recul de plus de 10 ans, notre programme dédié au financement des APC pour nos chercheurs ayant déjà couru sur cette durée. Nous faisons partie des bibliothèques les plus expérimentées dans la prise en charge des APC, et nous avons continuellement suivi leur développement et analysé nos résultats. D’après notre expérience, nous observons la persistance d’un modèle, constant chez les différents éditeurs en libre accès, et stable dans le temps. D’après cette formule robuste, nous nous attendons à ce que nos auteurs produisent des factures pour 50 à 60 % du nombre total des articles (en fait, pour certains éditeurs nous constatons même des proportions d’auteurs principaux qui descendent jusqu’à 40 %). Nous sommes déjà assez convaincus pour fonder des projections de coût sur cette valeur. Par exemple, alors que la production annuelle d’articles de revues se situe aux alentours de 10 000 pour l’ensemble de l’Institut Max Planck, nous anticipons une proportion d’articles à prendre en compte pour les APC de l’ordre de 6 000. Par conséquent, nos coûts estimés pour un scénario de transition complète ne seraient pas supérieurs à 12 M€. La Société Max Planck est une organisation fortement orientée vers la production éditoriale, et en même temps un acheteur massif d’information scientifique. Notre dépense actuelle d’abonnements aux revues est déjà suffisamment importante pour rendre la grande transition vers le Libre accès possible sans avoir à réclamer davantage de financements. Si nous, en tant qu’organisation intensément tournée vers la recherche, pouvons le faire, alors nous croyons que la plupart des autres devraient aussi être en mesure d’organiser la transition dans les limites de leurs budgets actuels.

Quatrième élément : alors que la proportion d’articles soumis aux APC, au niveau national, avoisine souvent 70 %, elle peut facilement descendre jusqu’à 50 % environ au niveau institutionnel. Ce principe fondamental de distribution doit être pris en compte pour calculer les coûts de la transition vers le Libre accès.

4. Ouvrir la porte

L’avènement d’un système de publication véritablement en libre accès était déjà un élément constitutif (quoique implicite) dans les premières déclarations sur le Libre accès, et a toujours été perpétué dans les résolutions et les déclarations sur les politiques de libre accès qui ont suivi. Les récentes et énergiques initiatives, particulièrement en Europe, de même que la pression exercée dans tant de secteurs de la publication académique, ont amené le Libre accès jusqu’à notre seuil. Il semble que nous ayons simplement à ouvrir la porte pour le faire entrer.

Il nous faut ouvrir la porte à la mutation du modèle économique qui sous-tend l’édition académique, en opérant un transfert des paiements depuis les abonnements vers les services en libre accès. Le modèle actuel de l’abonnement doit être développé plus avant pour se transformer en un véritable modèle de transition. Les récents modèles de compensation qui semblent pousser partout comme des champignons, avec leur corrélation entre les dépenses de d’édition en libre accès et les dépenses d’abonnement, sont les éléments les plus prometteurs que nous ayons pour le moment. De tels modèles à double usage doivent être réclamés beaucoup plus énergiquement par les bibliothèques de recherche, au nom de leurs lecteurs. Le principe de compensation est en train d’entrouvrir, enfin, le système de l’abonnement et commence à l’aligner quelque peu sur les exigences du Libre accès. En conséquence, le budget d’acquisition des bibliothèques est en train de perdre le sceau hermétique qui remonte à l’ère de l’imprimé, et qui est resté si omniprésent dans la routine quotidienne de la plupart des bibliothèques. Enfin, les bibliothèques et les consortia du monde commencent à répondre aux attentes qu’ont fait naître les nombreuses résolutions sur le Libre accès de la décennie passée.

Élargir le périmètre des contrats d’abonnement et des budgets d’acquisition des bibliothèques est une démarche nécessaire, mais non suffisante. Nous autres bibliothécaires devons aussi être plus conscients que nous l’avons jamais été de la démographie éditoriale des productions scientifiques. Dans un monde fondé sur les modèles économiques du Libre accès, une nouvelle ventilation des services et des coûts va émerger, qui requerra de nouveaux critères de sélection et d’agrégation dans les bibliothèques, pour leur processus internes comme pour les outils et compétences qu’il leur faudra employer. Les transactions que les bibliothèques devront traiter pour leurs usagers seront très différentes dans un monde en libre accès, comparé au système de l’abonnement. Il faudra une nouvelle infrastructure de support et de facturation, commençant à la soumission de l’article, pour rendre le système robuste et extensible à des productions abondantes. Le travail a déjà commencé, comme l’illustre, par exemple, l’initiative ESAC17.

Mises à part quelques spécificités locales, l’édition scientifique est véritablement une entreprise internationale. Par conséquent, un changement fondamental du modèle économique sous-jacent ne peut être accompli qu’à l’échelle mondiale. Les organismes de recherche du monde, avec leurs bibliothèques, ont donc besoin d’agir de concert et de façon coordonnée, avec un objectif clé : transférer l’argent hors du système de l’abonnement, de façon à ce qu’il puisse être réinvesti dans la publication en libre accès. Ce mouvement coordonné donnera aussi un message sans ambiguïté aux éditeurs, de façon à ce qu’ils puissent eux-mêmes s’adapter au nouveau modèle économique en étant assurés de sa viabilité financière future. Pour finir, ni les bibliothèques ni les maisons d’édition n’ont à y perdre leur place : tous les acteurs seront transformés, émergeant avec une vigueur renouvelée dans un système éditorial modernisé.

Le temps est venu pour la communauté scientifique mondiale d’accélérer la transition vers le Libre accès. Nous avons une occasion unique de transformer le modèle économique sous-jacent des revues tout en préservant la viabilité financière et les fonctions centrales du système éditorial au sens large. En fin de compte, toute dépense d’abonnement doit être arrêtée : c’est le simple aboutissement des mesures progressives de la décennie passée. Les substantielles économies pourront alors être réinvesties pour la création concertée d’une gamme de services éditoriaux qui serviront véritablement les efforts scientifiques du 21e siècle.

 

 

  1. C’est ce qui m’autorise à le traduire sans autre forme de procédure, mais avec une sincère et chaleureuse reconnaissance pour ses auteurs. []
  2. NDT : les « frais de traitements d’article » seront abrégés ci-après APC= article processing charges, le signe étant d’emploi banal, même en français, pour les désigner. []
  3. Bo-Christer Björk, David Salomon (2014) : Developing an effective market for libre accès article processing charges. http://www.wellcome.ac.uk/About-us/Policy/Spotlight-issues/Open-access/Guides/WTP054773.htm. []
  4. David Prosser (2015): The costs of double-dipping. http://www.rluk.ac.uk/about-us/blog/the-costs-of-double-dipping/. []
  5. Stuart Shieber (2014): “A true transitional open-access business model”. The Occasional Pamphlet on scholarly communication. https://blogs.law.harvard.edu/pamphlet/2014/03/28/a-true-transitional-open-access-business-model/. []
  6. Peter Gruss (2013): “The unstoppable rise of libre accès”. Max Planck Research 4/2013, p.7. http://www.mpg.de/7644861/S002_Spotlight_006-007.pdf. []
  7. Voir par exemple le rapport STM 2014 (2015) : http://www.markwareconsulting.com/the-stm-report/. []
  8. Jochen Apel et al. (2014-): Datasets on fee-based open access publishing across German institutions. Bielefeld University. https://github.com/OpenAPC/openapc-de (figures as of 4 April 2015; data will constantly be expanded). []
  9. Falk Reckling, Katharina Rieck (2015): Austrian Science Fund (FWF) publication cost data 2014. http://dx.doi.org/10.6084/m9.figshare.1378610. Falk Reckling, Margit Kenzian (2014): Austrian Science Fund (FWF) publication cost data 2013. http://dx.doi.org/10.6084/m9.figshare.988754. []
  10. Voir http://scoap3.org/scoap3journals/journals-apc. Voir aussi Clément Romeu et al. (2014): The SCOAP3 initiative and the libre accès article-processing-charge market: global partnership and competition improve value in the dissemination of science. DOI:10.2314/CERN/C26P.W9DT. []
  11. Voir http://blog.wellcome.ac.uk/2015/03/03/the-reckoning-an-analysis-of-wellcome-trust-open-access-spend-2013-14/ []
  12. Le Research Concil of United Kingdom déclare : « Le sous-ensemble de 55 institutions considérées rapportent une dépense de 10.4 M£ d’APC pendant la première année, pour une production de 6504 articles en ‘voie dorée' ». Ceci implique un montant moyen de 1600 £ pour les APC. Cf. Review of the Implementation of the RCUK Policy on Open Access (2015), p. 11. http://www.rcuk.ac.uk/research/openaccess/2014review/. []
  13. Les données du MPDL figurent dans une autre publication, qui inclut des fichiers de données. Voir Margit Palzenberger (2015): “Number of scholarly articles per country. Data on Web of Science listed articles and reviews. 2004-2013”. http://dx.doi.org/10.17617/1.2. []
  14. http://payitforward-project.ucdavis.edu/ []
  15. Cf. note 12 []
  16. Cf. note 12 []
  17. http://esac-initiative.org/. []

Les revues électroniques, combien ça va coûter ?

Les voyages professionnels ont entre autres mérites celui d’aérer le cerveau au vent du large, ainsi que de fournir les heures de voyage en train propices à la méditation, à la détente et à la rédaction des billets de blogs. Un aller et retour à Nancy pour le « carrefour de l’IST » 2012 m’ayant offert matière à penser, je propose une suite plus prospective à mon récent billet sur la documentation électronique. Je vais exposer dans un premier billet les perspectives proches telles que je les ai perçues depuis l’amphi 8 de la fac des sciences à Nancy, et dans un second les perspectives lointaines telles que je les bâtirais, si j’en avais la capacité hors des immatérielles mais très étroites frontières de ce blog, et au-delà même de l’écran qui le contient.

L’histoire du mur qui se démolissait pour aller se reconstruire un peu plus loin.

Un mur qui tombe : les abonnements.

Crane removed part of Wall by Brandenburg Gate, by Daniel Andal (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique)

Le modèle qui finance la publication scientifique par l’abonnement survit pour quelque temps encore. Le web est en train de le jeter à bas pierre par pierre, tant l’idée d’un contenu disponible sur internet mais non accessible heurte aujourd’hui le sens commun. Peu importent les raisons légitimes qui justifient de faire payer les contenus disponibles sur le web : l’accès gratuit est une sorte de loi non écrite à laquelle il est difficile de se soustraire, les producteurs audio-visuels en font l’expérience : No law is stronger than is the public sentiment where it is to be enforced, disait Lincoln.

Une autre facteur concourt sans doute à la mort des abonnements : les budgets publics dévolus à la documentation décroissent. Aussi les principaux éditeurs, ne pouvant plus espérer les marges généreuses des années passées, entament-ils une retraite en bon ordre, non sans mener un vif combat d’arrière-garde qui a deux avantages : 1) il leur permet, avec une dépense d’énergie raisonnable, de préserver leur rente encore quelques années. 2) ils forgent pendant ce temps les armes de publication massive propres à assurer leur succès sur le terrain de l’Open Access. On peut notamment compter sur Elsevier pour essayer d’arracher, lors de la prochaine négociation avec Couperin en 2013, le contrat le plus long possible avec un CA maintenu. Tous nos efforts à nous tendront à obtenir un contrat conforme à ce que nos budgets peuvent décemment supporter, c’est à dire une diminution de la facture. Le lecteur avisé m’aura compris à mi-mot : ce n’est pas parce que le combat se livre à l’arrière-garde que la victoire est à nous.

Bien sûr, tous les éditeurs n’ont pas adopté la même stratégie. Springer, Elsevier et Wiley ont galopé, avec des nuances dans la stratégie et le résultat, sur le terrain inflationniste. Certains éditeurs non-commerciaux, comme ACS, les ont suivis sur cette voie pour des raisons qui restent à comprendre (voir à ce sujet le très vivant exposé de Laurette Tuckermann). Mais d’autres éditeurs ont adopté une stratégie plus conforme aux besoins de l’activité scientifique. On aurait pu appeler cela le fair subscription access, pour anticiper sur le thème de mon prochain billet. Pour prendre un exemple vécu, l’American Institute of Physics a adopté un modèle économique identique en surface à celui des grands éditeurs, que j’ai ailleurs décrit (maintien des abonnements imprimés obligatoire pour accéder à une collection électronique large). MAIS la rigidité du système n’était pas totale : en renonçant totalement au papier ET à l’électronique de façon passagère il y a deux ans, nous avons abouti aujourd’hui à un tarif très correct. Je dois souligner pour être juste que sur le moment l’éditeur n’a pas apprécié notre désabonnement massif, non plus que les physiciens clermontois. Mais enfin le fait est qu’aujourd’hui, nous accédons à ces excellentes revues de physique pour un prix très acceptable, y compris pour l’éditeur.

Néanmoins, les éditeurs qui ont adopté la stratégie la plus agressive concentrent aujourd’hui l’essentiel de la dépense, je l’ai dit dans mon dernier billet. Que va-t-il se passer maintenant que l’Open Access prend l’ascendant ?

Le mur qui monte : Open Access, Gold road

Le principe de l’Open access est aussi inattaquable que simple : les résultats de la recherche scientifique sont gratuitement accessibles à tous. La question que pose le lecteur-qui-ne-s’en-laisse-pas-conter vous brûle les lèvres : « mais alors, qui paie ? ». Il y a à cette question autant de réponses que de payeurs potentiels, les deux grandes subdivisions connues étant le Gold Open Access et le Green Open access. Je laisse de côté le Green pour le moment, car le modèle qui intéresse les éditeurs est évidemment le premier, parfois aussi appelé « modèle auteur-payeur ». Ce modèle a déjà fait ses preuves. Il est éminemment défendable dans son principe (comme du reste le modèle de l’abonnement). Mais le soutien enthousiaste que lui apportent les éditeurs commerciaux comporte un risque évident de dévoiement.

Un système peut être parfait et son application inique. Ce n’est pas moins vrai de l’Open access que de l’abonnement. Ainsi, si demain, pour publier dans une revue très cotée, l’auteur doit payer non pas trois mais cinq ou dix mille euros, quel moyen de négocier aura-t-il ? Acceptera-t-il de se rabattre sur une revue moins fameuse pour économiser les deniers publics, au risque de n’afficher, lors d’une prochaine évaluation, que des publications dans des revues de second rang ? Si la réputation de la revue est faite, et l’inflation graduelle, il n’y a aucun doute : des tarifs vertigineux pourront s’imposer. Un simple regard jeté aujourd’hui sur la liste des tarifs de publication de BioMedCentral permet de constater que les tarifs à la publication s’échelonnent aujourd’hui entre 490 et 2040 € HT. Chez Elsevier, on paie 458 € pour publier dans Cancer Treatment Communication, 3000 $ dans Applied and Translational Genomics. Les échelles de prix ne reposant pas sur des critères publiquement affichés, quelle garantie avons-nous, si le système entier de publication migre vers l’Open Access, que ces prix ne vont pas subir une inflation absolument similaire à celle qu’ont connu les abonnements entre 2000 et 2012 ? À titre de comparaison, jetez un oeil sur l’affichage de PLoS : les prix sont fixés au niveau le plus général, et non titre par titre (il est aussi précisé qu’ils n’ont pas été augmentés depuis 2009).

Le mur de l’abonnement s’écroule, mais rien n’empêche de le déplacer vers la publication. D’après un collègue croisé à Nancy et travaillant dans un organisme de recherche, déjà 10 % des articles publiés par les chercheurs de son institut le sont dans le cadre du gold OA. Or ces budgets sont très difficiles à repérer dans la comptabilité des établissements, puisqu’ils sont répartis dans les laboratoires de rattachement des auteurs. Les budgets documentaires se restreignent, les négociateurs d’abonnement commencent à devenir trop coriaces ? Le modèle auteur-payeur va permettre d’aller capter des budgets sous-exploités jusque là… Le Research Work Act était une tentative manquée de barrage au Green Open Access. Le développement du Gold Open Accessest une solution bien plus habile : paré des attraits de l’Open access, ce système offre aux éditeurs des potentialités économiques qui n’ont rien à envier au système par abonnement. Le mur de l’accès est en train de tomber, pierre à pierre. Qu’à cela ne tienne, il sera déplacé de quelques mètres pour barrer la route à la publication, et non à la consultation. À moins que nous trouvions une meilleure solution, dont je vous parlerai demain.

Wall_Abu Dis (19) by John Jobby, publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l’identique.