Mis en bouteille à la propriété

Bottle filling, par Andrew Ressa (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, par de modification).

Le jour où paraissait ce blog, la BCU changeait de site web : On peut encore se faire une idée de notre ancien site grâce à la machine à remonter le web. Notez que les dernières captations ayant deux ans, les modernisations esthétiques et fonctionnelles récemment effectuées demeureront à jamais ignorées des historiens. Quelle injustice !

Les raisons de ce changement sont d’une banalité à côté de laquelle une réflexion sur les caprices de la météo paraît audacieuse. J’aurais honte d’y consacrer un billet, d’autant que le superbe éloge funéraire de Lully pour le portail qu’il a jadis connu, conviendrait très bien pour le nôtre (c’est ainsi que la grande littérature atteint à l’universel par le particulier). Allez donc le lire, sans en négliger les commentaires, qui donnent à penser que la fermeture définitive de ces portails grandioses mais un peu lourds à manœuvrer est désormais à l’ordre du jour dans plus d’une bibliothèque.

Le pittoresque de l’affaire à Clermont, c’est que pour le nouveau site, au lieu de s’adresser à un fabricant pour lui acheter son outil, nous nous sommes, si j’ose dire, procurés un fabricant (ce ‘nous’ est institutionnel : le choix a été fait avant mon arrivée et je me contente d’en récolter, chaque jour, les bénéfices). Je résume :

  • Entre 2003 et 2009, frustration grandissante face à un portail “clé en main” dont nous n’avions pas la clé et sur lequel nous n’avions pas la main. Pour toute retouche, rappelez le fournisseur (prévoir budget) ; pour toute contribution, passez par la bibnum, la gestion des droits étant bien verrouillée (normal pour un portail, non ?) ; pour l’accès à la documentation, vous êtes toujours à la limite du correct, mais généralement du mauvais côté de cette limite (pour amélioration, prévoir budget ; sans certitude d’aboutir).
  • Décision est prise alors de passer à la production maison – donc de faire de la bibnum un outil de production. Le développement étant un métier, la B.U. recrute un développeur (fin 2009). Une nouvelle webmestre rejoint aussi le service fin septembre 2010, pour un bouclage prévu fin décembre. Même pas peur.

Nous voulions un site :

  • s’appuyant sur un logiciel libre (et gratuit, cela va sans dire) ;
  • sur lequel nous aurions entièrement la main pour le modifier constamment ;
  • permettant à des collègues nombreux et dispersés de rédiger des pages sans envoyer six courriers électroniques à la bibnum ;
  • et, bien sûr (première pensée, dernière nommée), accélérant l’accès à la documentation pour les utilisateurs.

Ces grandes lignes étant arrêtées au printemps 2010, la gestion du calendrier nous a procuré un petit frisson délicieux, puisqu’il a fallu planifier l’arrêt de maintenance de l’ancien site début 2011, sans être sûrs que le nouveau serait prêt à temps en cas de problème. La politique du fournisseur (un an de maintenance ou rien !) et notre auvergnitude nous ont aidés à choisir (trois mois de risque contre un an de facture = pas d’hésitation). La crainte de se trouver sans site web en cas de gros pépin a sans doute contribué à motiver les troupes, mais l’avantage du travail maison, c’est l’élimination des pertes d’énergie liées à la gestion externalisée : cahier des charges (au sens pesamment paperassier du terme) délais de transmission et de traitement de l’information, phases de validation, etc. Par ailleurs, l’expérimentation, la mise en test provisoire et l’erreur sont autorisées et ne portent pas à conséquence.

Au total, entre septembre 2010 et février 2011 (date de mise en place de la version test), un nouveau site web a vu le jour.

  • Il s’appuie sur un logiciel libre (sur lequel bientôt vous saurez tout) ;
  • Il peut être modifié et re-modifié sur commande de façon quasi-instantanée (notre développeur et notre webmestre en savent quelque chose, sur qui pleuvent les demandes d’améliorations) ;
  • Les collègues peuvent raconter leur vie dedans sans nous consulter (et ils le font, par exemple , et ) ;
  • Et l’accès à la documentation est en progrès, comme en témoigne le dernier billet paru.

Deux points pour conclure :

  1. Sur les questions de gros sous : je ne me hasarderai pas aujourd’hui à évaluer financièrement l’intérêt de ce mode de travail par rapport au fonctionnement “normal” (cahier des charges – appel d’offres – choix du prestataire – suivi de projet – contrat de maintenance) : un des bénéfices du fait-maison étant qu’il me dispense de regarder tous les jours mon tableur budgétaire et ma calculette, je ne vais pas aller les rechercher gratuitement pour le plaisir de démontrer que j’ai fait des économies. D’ailleurs, on ne peut envisager ce débat que dans le long terme.
  2. C’est aussi dans le long terme que le choix révèlera ses avantages : nous pouvons maintenant envisager d’autres chantiers avec la même liberté de manœuvre, d’expérimentation et d’erreur que celui du site web. Or la liberté, ça peut avoir un coût, le cas échéant.

Mais ça n’a pas de prix ;-).