Elsevier, bouquet 2013 (4) : la Lettre à Elvire

MNPhotos, Bent's Old Fort - Colorado (publié sur FlickR sous licence Creatives Commons, Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Pas de modification)
MNPhotos, Bent’s Old Fort – Colorado (publié sur FlickR sous licence Creatives Commons, Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Pas de modification)

Chère Elvire,

Si choquant que cela puisse paraître à certains collègues, je n’ai rien contre vous. C’est pourquoi je vous écris. On n’écrit pas aux gens que l’on déteste, on écrit sur eux. Je préfère m’adresser à vous.
Je ne nie pas que le ressentiment ait une part dans cette lettre, mais je vais vous écrire comme s’il n’y avait entre nous, depuis dix ans, qu’un malentendu. Et j’en prends ma part. Je viens simplement vous rappeler, en fidèle client que je suis, qu’en accordant à vos clients une authentique attention, vous avez les meilleures chances de mener durablement une affaire prospère.

Chère Elvire, voici, en toute cordialité, ce qu’un bon client peut vous dire. Un parmi des milliers.

Aujourd’hui, mon université achète un accès temporaire annuel à deux mille de vos revues pour un demi-million d’euros par an. Cet accès s’appelle la Freedom collection. Les chercheurs ont besoin de moins d’un tiers de cette collection, et ils travailleraient encore très bien avec seulement deux ou trois cents revues. Pourrais-je acheter ce dont j’ai besoin et laisser le reste ?

Bien sûr.
Malheureusement, quand je discute avec vos vendeurs et que je lis vos offres, il s’avère que le dixième de votre collection me coûterait plus cher que le tout. Mettez-vous un instant à ma place de client, c’est inepte ! Aucun vendeur ne pourrait sérieusement présenter une offre pareille.
Vous, si.

Jusque récemment, vous avez même pu me convaincre de réaliser cet achat absurde en me persuadant que j’en avais les moyens. Puisque c’était « tout ou (presque) rien », quitte à trop payer, autant en avoir pour son argent. Ainsi, comme les autres, de mauvais gré, j’ai signé pour la Freedom. En somme vous m’avez forcé à choisir « la Liberté » ! Belle transaction. Mais vous l’avez payée, vous aussi, d’un prix élevé : votre réputation.

Nos relations ne sont pas très bonnes, avouez-le. Maintenant, quand vos vendeurs me contactent, c’est soit pour se justifier, soit pour m’inviter moi-même à le faire. Nos échanges, fort civils d’ailleurs, sont autant de discussions pied à pied sur des cas litigieux, des tarifs, des contrats ou des factures. Mais vous ne leur avez pas facilité pas la tâche ! Comment diable pourraient-ils accroître la rente que vous avez accumulée à mes dépens ? Tout juste peuvent-ils espérer la maintenir, à la force du poignet, au prix d’échanges aigres-doux avec des clients hostiles… Je suis désolé pour vos vendeurs : après tout ce sont d’honnêtes gens qui font de leur mieux dans un monde imparfait, comme moi. Mais aujourd’hui que font-ils, de la vente, ou de la surveillance ? Je doute qu’ils puissent aborder sereinement un bibliothécaire. Sans parler de l’opinion qu’ont de vous les chercheurs, un composé explosif de résignation, de mépris et de révolte. Et cela, c’est très dangereux pour vous, car ils sont la sève même de votre arbre.
N’avez-vous plus d’autre perspective que la défense d’une rente acquise au détriment de vos clients ?

Je ne vous souhaite pas de désastre. D’ailleurs il y aura toujours assez de travail, dans les universités et leurs bibliothèques, pour que vous puissiez raisonnablement nourrir votre monde, employés et actionnaires. Il est vrai que raisonnablement, signifie, dans mon esprit, un peu moins que maintenant. Mais après tout, un peu moins riche et un peu plus appréciée, vous porteriez-vous plus mal ? D’ailleurs, au bout du compte (c’est-à-dire au-delà des six mois à venir et du petit bout d’Europe où je me trouve), en étant plus appréciée, seriez-vous moins riche ?

Chère Elvire, j’espère sincèrement pouvoir dire à la fin de cette année : nous avons un vrai contrat ; Elsevier a montré qu’en bon éditeur il se soucie de son métier, et non seulement de l’argent qu’il en tire ; et qu’en bon commerçant il sait écouter ses clients et rechercher leur satisfaction. Nul doute que vous ayez le pouvoir de rendre cela possible. Je pense même que vous y avez intérêt. Et soyez sûre que je vous y aiderai de tout mon pouvoir.

Dans cet espoir je vous prie, chère Elvire, de recevoir l’assurance de ma sincère considération, et si nécessaire de ma plus loyale adversité.

Olivier Legendre