Après la poldoc, la polnum

Détail d’herbier – Institut des herbiers interuniversitaires de Clermont-Ferrand – BCU – Domaine public

En janvier 2011, la BCU a acquis un numériseur Zeutschel et s’est lancée dans des projets de numérisation. Pourquoi ? Parce que la BCU s’inscrit dans un mouvement de production de connaissances scientifiques, et que la numérisation y participe au même titre que les archives ouvertes par exemple. Parce que les collections de la BCU méritent d’être mises en valeur et diffusées largement. Parce que la BCU entend multiplier les liens avec les autres services et membres des deux universités clermontoises, ainsi qu’avec ses partenaires du PRES et des autres institutions culturelles.

Partant de ces postulats, les projets de numérisation se divisent grosso modo en deux catégories :

→ la numérisation de collections patrimoniales appartenant à la BCU ;

→ la numérisation dans le cadre de projets de recherche en partenariat avec les laboratoires du PRES Clermont Université et les structures culturelles locales.

C’est la combinaison des premiers projets avec un bilan de l’existant patrimonial (en cours d’analyse) qui permet de dégager des thématiques et axes potentiels de recherche proposés par la BCU elle-même, en même temps que la numérisation s’intégre dans les projets des chercheurs. Il y a donc à la fois prospection dans les collections et auprès des enseignants chercheurs.

Les premiers projets se sont fondés sur des projets de recherche et des partenariats extérieurs à la BCU : EVE Enfance-Violence-Exil avec un laboratoire de la Maison des Sciences de l’Homme, le projet sur les carnets géologiques de Philippe Glangeaud avec le laboratoire Magmas et Volcans et le muséum Henri-Lecoq, ThinkMotion avec l’Institut français de mécanique avancée dans le cadre d’un projet européen de mécanique destiné à être versé dans Europeana, et les herbiers de l’Institut interuniversitaire des herbiers de Clermont-Ferrand. Grâce à ces partenariats, les projets intègrent dans leurs corpus numérisés des collections extérieures à la BCU, permettant à celle-ci de s’enrichir virtuellement. D’autres billets viendront se pencher sur chacun d’eux plus précisément.

L’implication de la BCU dépend de chaque projet et de sa portée : elle conseille simplement sur ses domaines de compétences, elle numérise, mais elle peut aussi participer pleinement aux décisions portant sur la sélection des documents et l’indexation, ou elle s’implique jusqu’à réaliser le site en ligne du projet.

La difficulté réside dans l’articulation de la numérisation proprement dite et des phases amont et aval : préparation du projet (contenu scientifique, calendrier prévisionnel, budget, sélection et conditionnement des collections) et traitement a posteriori (indexation, modifications de fichiers, questions d’hébergement et d’archivage, diffusion avec mise en place des outils idoines). C’est que numériser consomme peu de temps en regard du travail et de la réflexion menés avant et après le passage sur le banc de numérisation. Il est donc prévu de mener simultanément des projets au long cours, tels que la numérisation des herbiers ou du fonds de littérature jeunesse, et des projets ponctuels en lien avec la recherche universitaire.

La BCU veut que les projets accèdent à une visibilité maximale. Pour cela, ils seront doublement exposés en ligne : via le portail de la BCU dans les ressources numériques, et via les partenaires des projets – en plus de leur description dans NUMES et leur moissonnage par ISIDORE, pour ce qui concerne les sciences humaines et sociales.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (6)

The Nut, Stanley, Tasmanie, par Arthur Chapman, Flickr, BY-NC-SA

Dernier-né, tout nouveau, fraîchement catapulté dans le grand bain après l’Enssib, à peine le temps de babiller, je suis arrivé à la bibliothèque numérique de la BCU (Bibliothèque Clermont Université) à CF city, alias Clermont-Ferrand, le 1er juillet. Qu’est-ce qui m’a donc poussé à venir travailler dans ce service ? S’il faut ne retenir que trois raisons, je dirais que :

  • premièrement, c’est le lieu de la diversité : l’équipe rassemble autant de profils, de postes et d’idées qu’il y a de personnes, ce qui permet la multiplicité des opinions, un enrichissement du travail par les cultures individuelles différentes ; il y a un véritable partage et des regards croisés sur les missions du service ;
  • deuxièmement, c’est un des centres névralgiques de la BCU : la bibliothèque numérique se situe au contact de tous les sites et de toutes les personnes travaillant à la BCU ; elle est indispensable et en adaptation/évolution permanente ; on se sent utile pour le public comme pour les collègues en coordonnant la gestion de toute la documentation électronique, abonnements, dépôts de thèses, fonds numérisés, etc ;
  • troisièmement, pour ce qui concerne plus particulièrement mes missions, c’est de se sentir tout le temps en mouvement : créer, concevoir, superviser ou plutôt coordonner des projets de numérisation, fédérer les collègues et rassembler leurs compétences ou leurs opinions sur une thématique précise dans un effort uni, faire sortir la bibliothèque de sa communauté, mais aussi la faire coller à son public ; cela suppose d’entretenir le contact avec les chercheurs et enseignants-chercheurs, les étudiants, et toute institution susceptible de se joindre à la BCU pour faire exister ces projets.

La bibliothèque numérique de la BCU fourmille littéralement d’idées, d’envies, de savoirs et de bonne humeur. Toute cette ambiance est très stimulante, tout en restant détendue. Innovant et performant à Clermont-Ferrand – ça rime – avec la bibliothèque numérique – ça rime moins -, voilà une réalité qui promet.