De l’autre côté du miroir : revues scientifiques et presse en ligne

 

Hans Palma, Reversed Reflection (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Attribution).
Hans Palma, Reversed Reflection (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Attribution).

Une récente intervention dans un master à Clermont m’a fourni l’occasion d’un regard de côté sur un monde ignoré, celui de la presse en ligne. Pour traiter de l’édition de revues en ligne devant des étudiants dont la science n’est pas la préoccupation première, je me suis efforcé d’élargir un peu mon point de vue. À défaut d’être approfondi (quelques heures de lecture et de vagabondage sur internet), ce détour était passionnant : le monde de la presse en ligne m’a paru offrir une sorte de vue symétrique de celui des revues scientifiques.

En tentant de clarifier mon impression, j’en suis arrivé à résumer les situations respectives de ces deux mondes par deux formules symétriques.

Pour les lecteurs de presse en ligne, aucun tarif n’est assez bas pour être acceptable.

Pour les lecteurs de presse scientifique, aucun tarif n’est assez haut pour être inacceptable.

Prises littéralement ces formules sont fausses, comme toute idée simple. Pour comprendre la symétrie qu’elles cherchent à traduire il faut les gloser un peu. Quel est le défi fondamental de la presse en ligne ? C’est que le « consentement à payer » des utilisateurs est dérisoire et ne permet pas de supporter les coûts de production. Quel est le défi de la presse scientifique ? C’est que le « consentement à payer » des utilisateurs est excessif, au point de mettre en péril la situation économique des abonnés. Au fond, dans les deux cas, on a un problème de déconnexion des coûts et des prix. Sauf qu’il se produit au détriment des éditeurs de presse en ligne et au détriment des abonnés de presse scientifique.

J’ai été éclairé sur cette notion de consentement à payer par un billet de blog de Françoise Benhamou, qui citait les chiffres suivants :

Le Boston Consulting Group a mené l’enquête auprès de 5 000 personnes dans neuf pays. Il s’agissait d’évaluer le consentement à payer pour recevoir des informations sur son portable ou sur son mobile. 3 euros en moyenne, telle fut la réponse des 54% de Français qui se disent prêts à payer quelque chose […]

[N.B. cette somme recouvre apparemment ce qu’un individu est prêt à payer chaque mois]

Constante économique (je remercie ceux qui me dégrossissent sur ces sujets, ils se reconnaîtront) : pour trouver sa clientèle et permettre au vendeur de couvrir ses coûts, toute vente de service ou de produit doit chercher l‘alignement du prix et de la valeur, telle que perçue par le client. C’est dans la définition de cette valeur perçue que le service numérique pose problème, sans doute surtout faute de recul. Je suppose (un connaisseur nuancerait voire infirmerait) que les coûts sont structurés d’une façon analogue dans l’édition de presse et dans l’édition scientifique. Ils résident d’une part dans le temps de travail lié à la production écrite (collecte d’information, rédaction, relecture, travail éditorial, mise en page), de l’autre dans l’infrastructure de consultation et de conservation (serveurs, réseaux, plate-formes et applis sur internet, temps de travail en informatique). À partir de là, on peut se livrer à un « jeu des différences » qui aboutit aux formules lapidaires ci-dessus.

Différence n° 1 : La main d’œuvre

* Du côté des revues scientifiques, la production repose pour l’essentiel sur des chercheurs rémunérés par la puissance publique. Certes, la gestion d’un flux abondant d’articles, soumis par des auteurs nombreux, et dont une partie seront rejetés ou redirigés, est une caractéristique propre du monde scientifique. Le traitement de ces flux repose en partie sur l’éditeur. Cependant, il paraît évident que le coût du temps de travail rédactionnel est majoritairement supporté par le monde académique.

*La production de presse repose sur des professionnels rémunérés. L’information est produite par des journalistes, constitués en rédaction, et payés pour collecter, valider et rédiger les contenus. C’est vrai pour les principaux pure players de la presse en ligne (Rue89, Mediapart, etc.), et c’est encore vrai pour les journaux (Le Figaro, Le Monde, Libération, La Croix, etc.) qui ont adossé leur rédaction web à celle de la publication imprimée.

Au moins une entreprise de presse en ligne a su, comme les éditeurs scientifiques, s’appuyer sur des contributeurs non rémunérés : le Huffington post. Ce site a produit son lot de polémiques (plus il est rentable, plus il est accusé de brader le journalisme), mais en tout cas une chose est sûre : il rapporte.

 

Différence n°2  : le comportement de la clientèle

* En première approche, la clientèle de la presse en ligne semble insaisissable. Soyons lucides : combien d’entre nous sont prêts à payer pour de l’information en ligne ? Quand bien même nous sommes conscients (et je me pique de l’être) du travail que représente le traitement critique et la publication sur internet d’une information valable, sommes-nous prêts à payer pour cela, alors que les sources gratuites semblent s’offrir de toute part ?

* Du côté des revues scientifiques, la clientèle est captive. Deux raisons essentielles à cela :

  • Lire est, pour le travail de recherche, tout ensemble un besoin vital et une obligation professionnelle. Et un article n’est jamais substituable à un autre : théoriquement au moins, dans le domaine scientifique la redondance de l’information n’existe pas.
  • Et surtout, différence majeure par rapport à la clientèle de la presse en ligne : étant institutionnelle, la clientèle académique est légaliste par nature et par obligation. Quand bien même les usages seraient déviants, les contrats signés par la puissance publique sont honorés sur le plan financier.

Là réside peut-être la principale raison du dérapage des tarifs : les usages déviants ne font pas contrepoids aux prix abusifs. L’échange des fichiers vidéos et musicaux en ligne est, certes, éminemment discutable. Mais il joue un rôle d’aiguillon salutaire pour l’édition numérique, parce qu’il a la force des réalités invincibles (malgré l’acharnement des législateurs), et parce qu’il révèle un besoin de gratuité foncièrement légitime, et tout à fait utilisable en économie : dans le numérique le client est innombrable, mais il n’est pas prêt à payer cher.

Rien de tel du côté du monde scientifique : quel que soit son point de vue personnel, par le contrat qui lie son institution à l’éditeur le chercheur se trouve lié. Et paie.

 

Différence n°3 : les expérimentations économiques

* Peinant à couvrir ses coûts, le monde de la presse en ligne s’est ingénié à tester des sources de financement, et à les diversifier. La décantation n’est pas achevée, mais quelques modèles viables se dégagent déjà : modèle publicitaire, freemium, abonnement, portails thématiques (appelés « portails verticaux » dans le jargon). Dans le journal du net, un billet (Hugo Sedouramane, « Quel business model pour la presse en ligne ? » faisait le point il y a deux ans. On peut le compléter en signalant que depuis, Mediapart a fait la preuve de sa viabilité économique.  Les tarifs pratiqués (amorce commerciale à 1 € par mois pour 15 jours, puis 9€ par mois en mensualisation ; 90 € l’année soit 7,5 € par mois) semblent suggérer que la disponibilité à payer s’est légèrement accrue. Rue 89 semble avoir plus de mal à atteindre la rentabilité. Les autres modèles qui semblent se dégager sont notamment :

  • Les portails thématiques verticaux : l’expression portail vertical (en anglais vertical portal contracté en vortal) désigne un site thématique qui génère du trafic et des recettes (par exemple un site de petites annonces) et qui permet de financer par ailleurs une activité éditoriale non bénéficiaire. L’exemple évoqué par l’article est le portail de petites annonces du Figaro, Classifieds.
  • Le modèle Freemium : la plupart des éditeurs de presse classique expérimentent ce type de modèle, qui exploite le consentement à payer une somme modeste pour un surcroît de service. Sur le site des grands quotidiens, une partie du contenu est accessible directement et gratuitement, le reste est payant, et accessible pour un abonnement au tarif peu élevé (la moitié du prix de l’abonnement imprimé, à peu près : 12 € par mois pour Libération et le Figaro, 15 € pour Le Monde et La Croix, avec accès aux archives).

* Du côté des revues scientifiques, les modèles se sont surtout caractérisés par leur recherche de continuité rassurante avec ce qui était déjà connu et pratiqué. D’où le succès des modèles de transition qui s’essoufflent à présent, et qui associaient l’accès en ligne à la détention et au maintien des abonnements imprimés.

En bonne logique, la contestation de ces modèles et la recherche de modalités alternatives est venue de ceux qui ne pouvaient s’en satisfaire, en l’occurrence les clients et non les éditeurs, comme pour la presse en ligne. La revendication d’Open Access s’est faite toujours plus vibrante dans le monde scientifique, les modèles freemium et l’expérimentation PLOS ont émergé du monde de la recherche. Alors que les éditeurs les plus en vue se préoccupent surtout de préserver encore quelques temps l’ancien ancien modèle, le temps de s’assurer de la rentabilité des nouveaux.

 

Pour conclure ?

Souhaitons, pour le bien de la science, que le développement des nouveaux modèles à l’intérieur du monde scientifique soit rapide et vigoureux.

  • pour faire contrepoids et empêcher la nasse commerciale de l’auteur-payeur d’enserrer toute la production en sciences exactes.
  • parce que ces modèles nous permettront de connaître par l’expérience les coûts de production des revues, ce qui facilitera beaucoup le dialogue avec les éditeurs. La question des coûts de production d’une revue et d’un article sont encore, à ce jour, d’insondables sujets de diatribe. Mais on voit déjà à quel point l’existence d’éditeurs académiques en Open Access bouleverse la donne : les chiffres commencent à tomber (voir notamment un récent numéro de Nature consacré au sujet, et spécialement l’article « Open Access : The true cost of science publishing« . Bientôt les coûts seront connus dans le détail, étudiés, publiés, disséqués et comparés. Cela devrait contribuer à faire avancer la discussion entre les scientifiques et les éditeurs commerciaux.

Les modèles économiques des éditeurs sont le miroir des comportements de leurs clients. Nous avons eu amplement le temps, nous autres bibliothécaires et enseignants chercheurs, de nous y contempler. Si nous ne sommes pas satisfaits de ce que nous y voyons, inutile d’incriminer le miroir. Dans l’édition scientifique, c’est notre consentement à payer qui est en cause. Et tout consentement est une décision.

 

Elsevier, banderille n°5 : conclusion

Le modèle économique d’Elsevier n’a pas d’abord été remis en cause parce qu’il était injuste – bien qu’il le soit assurément – mais très bêtement parce qu’il est

beaucoup

TROP

CHER.

Douglas Arnold et Henry Cohn soulignent que d’autres éditeurs ont des modèles semblables, mais que si le boycott a commencé par Elsevier, c’est parce que son comportement dans ce domaine est particuliarly egregious et parce que l’éditeur seems to be driven only by their fiduciary responsability to maximize profit for their shareholders.  Dans les premiers temps, les universités ont bien vu l’intérêt, pour un prix qui n’excédait que peu leur contribution annuelle antérieure, d’avoir accès à une ressource en ligne et beaucoup plus abondante. Si l’inflation appliquée aux chiffres d’affaires historiques avait été, depuis 10 ans, de 2 % par an, ce sentiment prévaudrait peut-être encore et il n’y aurait pas d’émeute parmi les chercheurs et les bibliothécaires aujourd’hui. Le problème est qu’Elsevier n’a pas seulement mis en place un système injuste (ce que bien d’autres ont fait au même moment), il l’a aussi appliqué d’une façon absolument déraisonnable (là où d’autres, plus avisés – ou moins lourdement armés pour imposer leur loi – l’ont fait avec plus de modération).
C’est la façon insupportable dont ce modèle inepte a été appliqué qui provoque aujourd’hui sa remise en cause. Elsevier, fort soucieux de se voir ainsi cloué au pilori, étudie du reste la mise en place d’un nouveau modèle économique, qui laisserait de côté la référence honnie au chiffre d’affaires historique.
Il est possible (je ne dis pas encore probable, j’attends de voir) que le système mis en place pour élaborer la facturation soit moins injuste que le précédent. Mais quand bien même ce système serait incontestable dans sa théorie, s’il est appliqué par l’éditeur avec la même rapacité que précédemment il ne sera pas plus acceptable. Or Elsevier a signalé, lors des premières tractations consacrées à ce modèle, que la recherche d’une réduction globale de facture est « out of scope ». Ce qui peut évidemment signifier deux choses :
1. « Il n’est pas exclu que le nouveau modèle soit globalement moins cher que le précédent mais ce n’est pas l’objet. »
2. « Il est exclu que le nouveau modèle soit globalement moins cher que le précédent. »

Speaker's Corner à Hyde Park (Ruedis Fotos, lic. Creative Commons Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)
Speaker’s Corner à Hyde Park (Ruedis Fotos, lic. Creative Commons Paternité, pas d’utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)

Je pourrais à la rigueur souscrire à la première interprétation : lorsque l’on conçoit un système, il y a un temps pour se pencher sur les critères que l’on prend en compte et leur poids respectif, puis un autre temps pour ajuster les paramètres de base en fonction des conséquences arithmétiques constatées. Mais je ne doute pas que dans l’esprit de l’éditeur c’est la seconde interprétation qui doit prévaloir : quelle que soit la lettre de mission des experts qui travaillent sur le « nouveau modèle », je suis bien certain qu’y figure en toutes lettres l’obligation de concevoir le système pour qu’il puisse rendre acceptable une dépense égale ou supérieure à celle d’aujourd’hui. Il n’est pas impossible que ce système existe, mais j’en doute.

D’un gouvernant qui pressure ses sujets, le bon peuple n’attend pas qu’il change l’assiette de l’impôt ou qu’il propose la mensualisation. Le bon peuple attend qu’il baisse l’impôt. Ou bien qu’il soit renversé.
Le monde scientifique n’attend donc pas d’Elsevier qu’il modifie le mode de calcul qui lui permet de prélever des montants déraisonnables.  Le monde scientifique attendrait d’Elsevier qu’il prélève des montants raisonnables. Ou bien qu’il paie les conséquences économiques du mépris trop manifeste dans lequel il tient, depuis une décennie, les considérations scientifiques.

Mais est-ce que le monde scientifique peut vraiment encore attendre quelque chose d’Elsevier ? Un nombre croissant de chercheurs, voire d’universités (et non des moindres), pense que non. Quant à moi, qui suis moitié scientifique moitié Auvergnat, je réserve mon jugement en attendant le prochain devis.