Think Motion : le point sur un projet de numérisation

Mécanisme, par El Fausto, reprise sur le site du CRDP d’Alsace (CC-BY-NC-SA)

Think Motion, quezaco ?

La BCU s’implique depuis maintenant un an et demi dans un projet de bibliothèque numérique européenne sur la mécanique. Cette initiative, portée par cinq pays (Allemagne, France, Espagne, Italie, Roumanie) et six partenaires (universités de Bilbao, Illmenau, Aachen, Timisoara, Cassino et l’Institut français de mécanique avancée-IFMA pour la France). Il s’agit de créer une banque du savoir sur les mécanismes qui serait multi-supports et s’enrichirait de façon pérenne de documents numérisés et nativement numériques. Chaque mécanisme sera ainsi illustré historiquement et analysé sous toutes les coutures, reproduit avec les techniques contemporaines (3D, animation, vidéo, …) et adapté à de nouvelles utilisations. Enfin ça, c’est le rêve à atteindre.

Qui ?

C’est l’Ifma qui coordonne la contribution française au projet en rassemblant et en pilotant les apports et les collections d’institutions diverses (musées, bibliothèques, archives, instituts de recherche). La BCU apporte une aide en soutien à la numérisation, notamment de ses collections sélectionnées pour le projet, et pour la recherche de partenariats avec d’autres bibliothèques ayant développé des bibliothèques numériques incorporant la thématique mécanique. Par contre, c’est l’Ifma qui centralise l’indexation, le chargement du document numérisé dans la base commune du projet et les post-traitements éventuels (océrisation, retouches d’image…).

Comment ?

Cette bibliothèque numérique, prévue à l’origine comme ne provenant que des partenaires allemands (Illmenau et Aachen), a vu sa destination devenir plus ambitieuse. Le caractère européen s’est peu à peu dessiné lorsque ce projet s’est étoffé et a impliqué de plus en plus de partenaires. L’objectif est désormais d’apparaître dans Europeana au terme des trois ans du programme subventionné par l’Europe.

Mecanism design by Spread shirt

Spécificités du projet

L’aspect pédagogique du corpus ainsi constitué – faire travailler les étudiants sur des développements possibles de mécanismes en leur faisant créer des vidéos et animations 3D par exemple – est indéniable.

Côté technique et coordination, la logistique déployée est importante et assez lourde. L’homogénéisation des pratiques et processus de numérisation, avec post-traitement à la clé, est indispensable mais difficile à coordonner. Et d’autant plus lorsque cette coordination se fait à double échelle :

  • au niveau du projet global, ce sont les partenaires allemands qui s’en chargent, mais les dimensions multipartites n’ont pas toutes été intégrées dans la base de données, entre autres parce que le projet de départ n’était prévu qu’à l’échelle germanique (problème de champ de provenance des documents et de créateur de la source numérique dans les métadonnées par exemple : logique, puisque les documents devaient, à l’origine, venir de la même BU) ;

  • au niveau local ensuite (dans chaque pays), où la diversité des partenaires possédant les collections sélectionnées renforce la difficulté de traitement.

 Le bilan de la première phase n’est toutefois pas négatif et les problèmes se résolvent peu à peu. La mécanique du projet est désormais rodée.

Et la BCU dans tout ça ?

Ce projet permet à la BCU d’élaborer quelques principes solides quant à sa politique de numérisation et de production scientifique, et notamment d’affirmer sa volonté de lier chaque projet à un axe de recherche et un groupe de scientifiques de Clermont-Ferrand. La bibliothèque de production, dont dépendent les projets de numérisation, se veut ainsi un instrument pour la recherche tout autant qu’un outil de valorisation scientifique de la recherche et un vecteur de sa diffusion.

On peut également constater que ThinkMotion a permis un premier partenariat avec un des membres du PRES Clermont Université, l’Ifma, et un contact sympathique avec l’équipe de l’Ifma, contact que l’on espère pérenniser.

Enfin, ce projet peut servir de tremplin à une autre initiative sur le machinisme agricole, qui s’inspirera de son grand frère.

Après la poldoc, la polnum

Détail d’herbier – Institut des herbiers interuniversitaires de Clermont-Ferrand – BCU – Domaine public

En janvier 2011, la BCU a acquis un numériseur Zeutschel et s’est lancée dans des projets de numérisation. Pourquoi ? Parce que la BCU s’inscrit dans un mouvement de production de connaissances scientifiques, et que la numérisation y participe au même titre que les archives ouvertes par exemple. Parce que les collections de la BCU méritent d’être mises en valeur et diffusées largement. Parce que la BCU entend multiplier les liens avec les autres services et membres des deux universités clermontoises, ainsi qu’avec ses partenaires du PRES et des autres institutions culturelles.

Partant de ces postulats, les projets de numérisation se divisent grosso modo en deux catégories :

→ la numérisation de collections patrimoniales appartenant à la BCU ;

→ la numérisation dans le cadre de projets de recherche en partenariat avec les laboratoires du PRES Clermont Université et les structures culturelles locales.

C’est la combinaison des premiers projets avec un bilan de l’existant patrimonial (en cours d’analyse) qui permet de dégager des thématiques et axes potentiels de recherche proposés par la BCU elle-même, en même temps que la numérisation s’intégre dans les projets des chercheurs. Il y a donc à la fois prospection dans les collections et auprès des enseignants chercheurs.

Les premiers projets se sont fondés sur des projets de recherche et des partenariats extérieurs à la BCU : EVE Enfance-Violence-Exil avec un laboratoire de la Maison des Sciences de l’Homme, le projet sur les carnets géologiques de Philippe Glangeaud avec le laboratoire Magmas et Volcans et le muséum Henri-Lecoq, ThinkMotion avec l’Institut français de mécanique avancée dans le cadre d’un projet européen de mécanique destiné à être versé dans Europeana, et les herbiers de l’Institut interuniversitaire des herbiers de Clermont-Ferrand. Grâce à ces partenariats, les projets intègrent dans leurs corpus numérisés des collections extérieures à la BCU, permettant à celle-ci de s’enrichir virtuellement. D’autres billets viendront se pencher sur chacun d’eux plus précisément.

L’implication de la BCU dépend de chaque projet et de sa portée : elle conseille simplement sur ses domaines de compétences, elle numérise, mais elle peut aussi participer pleinement aux décisions portant sur la sélection des documents et l’indexation, ou elle s’implique jusqu’à réaliser le site en ligne du projet.

La difficulté réside dans l’articulation de la numérisation proprement dite et des phases amont et aval : préparation du projet (contenu scientifique, calendrier prévisionnel, budget, sélection et conditionnement des collections) et traitement a posteriori (indexation, modifications de fichiers, questions d’hébergement et d’archivage, diffusion avec mise en place des outils idoines). C’est que numériser consomme peu de temps en regard du travail et de la réflexion menés avant et après le passage sur le banc de numérisation. Il est donc prévu de mener simultanément des projets au long cours, tels que la numérisation des herbiers ou du fonds de littérature jeunesse, et des projets ponctuels en lien avec la recherche universitaire.

La BCU veut que les projets accèdent à une visibilité maximale. Pour cela, ils seront doublement exposés en ligne : via le portail de la BCU dans les ressources numériques, et via les partenaires des projets – en plus de leur description dans NUMES et leur moissonnage par ISIDORE, pour ce qui concerne les sciences humaines et sociales.