Elsevier, banderille n°2 : réponse à « the cost of knowledge »

En réponse à la pétition lancée par Tim Gowers, Elsevier a adressé une lettre ouverte à la communauté des mathématiciens, sans paraître s’apercevoir que parmi les signataires, la majorité appartiennent à d’autres disciplines. En fait, prudemment, Elsevier a publié un autre communiqué plus général contenant beaucoup moins de promesses. Mais la réponse aux mathématiciens est pleine d’éléments passionnants. Ne pouvant la commenter in-extenso, je me limite à relever le point qui me plaît le plus.

Elsevier répond très gentiment aux scientifiques (photo : The Reeves Law Group, lic. Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique ; source FlickR) - See more at: http://alambic.hypotheses.org/1895#sthash.EYH1nCqF.dpuf
Elsevier répond très gentiment aux scientifiques (photo : The Reeves Law Group, lic. Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique ; source FlickR)

 

Une des promesses formulées dans ce communiqué est que les prix vont baisser COMME ONT DÉJÀ baissé les prix de certains titres : sont donnés en exemple Topology et Journal of Algebra. Il est exact que les abonnements à ces journaux ont connu une baisse. Dans le catalogue. Voyons maintenant ce qui s’est passé chez les abonnés.

La bibliothèque du département de mathématiques à Clermont a payé pour le Journal of Algebra les sommes suivantes : 7934 € en 2008 ; 7913 € en 2009 ; 7997 € en 2010 ET  2011. Il y a donc eu

  • une baisse considérable (0,3 %) entre 2008 et 2009
  • suivie par une hausse très modeste (1 %)
  • et par une très généreuse absence de hausse entre 2010 et 2011.

Total sur la période : 0,8 % de hausse. Je suppose que l’éditeur considère qu’une hausse aussi ridicule est une baisse. Ou bien que Clermont-Ferrand est la seule bibliothèque à avoir dû encaisser une petite hausse et que tous les autres établissements ont connu une baisse considérable, peut-être même au-delà de 1 %, qui sait ? Le sacrifice consenti a dû être douloureux pour les actionnaires d’Elsevier, mais que ne ferait-on pour l’amour de la science ?  L’éditeur a pu cependant se réconforter, et ses actionnaires aussi, à la pensée que ces titres bradés étaient intégrés dans des bouquets de titres dont les tarifs globaux, eux, n’ont cessé d’augmenter, d’une façon modeste, certes (6 à 7 %, pas plus), mais assez rentable vues les fourchettes de prix considérés. Ainsi, à Clermont, pendant que nous économisions avec reconnaissance 21 € entre 2008 et 2009 sur notre abonnement au Journal of Algebra, le coût global du contrat conclu avec Elsevier pour accéder à la Freedom Collection (qui comporte évidemment le Journal of Algebra) passait de 377 500 € à 402 000 €, soit une gentille petite inflation de 24 500 € (6,5 %). Mais que ne ferait-on pour l’amour de la science ? Bref, si Elsevier tient cette promesse avec la même élégance que par le passé, ses affaires ne devraient pas trop en souffrir.

Elsevier pourrait même promettre une baisse de 3 % sur ses 50 titres les plus chers, cela ne nous ferait pas économiser un centime si par ailleurs il se rattrape sur 1800 autres qu’il nous vend en même temps. L’éditeur pourrait donc

  • ménager chaque année, dans chaque contrat, comme par le passé, une augmentation générale de chiffre d’affaires pour l’ensemble du bouquet
  • diminuer le prix de vente « au détail » des titres les plus chers
  • répartir la hausse sur l’ensemble des titres du bouquet de façon à préserver à la fois l’effet d’annonce concernant la diminution des titres, et l’augmentation générale. Cela pourra peut-être aider, si Mayo Clinic ou des titres du même genre augmentent de 350 % ?

Elsevier a bien raison d’adresser ses promesses aux seuls mathématiciens : s’il est contraint par la pression exercée de faire baisser les prix de tous les titres de mathématiques, il pourra ainsi reporter la hausse des prix sur les autres disciplines. Et si la situation se dégrade encore et que, plus grave, il faut baisser l’ensemble des prix des journaux, ce sont les frais d’accès à la plateforme qui pourront être augmentés. C’est ainsi qu’à Clermont, durant les années 2007-2010, alors que le chiffre d’affaires des titres imprimés progressait « lentement », le ticket d’accès à la plate-forme Science Direct passait entre 2005 et 2011 de 21 000 à 66 500 €.

Je fais confiance à Elsevier pour tenir ses promesses, car il sait les formuler d’une façon qui les rend tout à fait réalisables.

Demain, si vous êtes sages, je vous parlerai de la liste des titres souscrits.